Archives de catégorie : Parutions

Parution : Justine Breton, Monty Python: Sacré Graal!

Justine Breton, Monty Python: Sacré Graal!, Paris, Vendémiaire, coll. « Contrechamp »,2021.

Décryptage du film culte de Terry Jones et Terry Gilliam
Est-ce l’hirondelle africaine ou européenne qui peut le mieux supporter le poids d’une noix de coco ? Comment démasquer une sorcière à l’aide d’un canard ? Arthur parviendra-t-il à convaincre ses sujets qu’il est bien roi, même s’ils n’ont pas voté pour lui ? Un jardinet suffira-t-il à apaiser la colère des chevaliers qui disent Ni ? Comment venir à bout du lapin blanc, terrifiant gardien de la grotte de Caerbannog ?
Répliques cultes, scènes mythiques : dès sa sortie sur les écrans en 1975, Monty Python: Sacré Graal !, réalisé par Terry Gilliam et Terry Jones, connaît un succès mondial, jamais démenti depuis.
Du rejet initial par les grandes maisons de production aux premières projections catastrophiques, en passant par un tournage cauchemardesque, Justine Breton revient sur les coulisses de la création de ce chef-d’oeuvre, et décortique l’art de la comédie à la manière des Monty Python.

Parution : Fantasy et Enfance

Marie-Lucie Bougon, Justine Breton et Amelha Timoner (dir.), Fantasy et Enfance, Cahiers Robinson n°49, 2021

En littérature comme au cinéma, la fantasy accorde une place de choix aux enfants, qu’il s’agisse de les mettre en scène au Pays des Merveilles, dans un univers parallèle ou tout autre école de sorcellerie, ou de montrer comment l’on grandit quand le monde est peuplé de dragons. Les personnages d’enfants, garçons et filles d’apparence ordinaire mais recelant d’impressionnants pouvoirs, apparaissent comme des héros privilégiés, vivant de grandes aventures magiques, mais où il est fréquemment question de transition vers l’adolescence ou l’âge adulte : l’enfance en fantasy ne serait-elle qu’un point de départ qu’il faut quitter ? Quels sont les thèmes spécifiques liés au monde de l’enfance, quand celui-ci est empreint de magie ? D’ailleurs, peut-on considérer qu’il existe une fantasy pour la jeunesse distincte de la fantasy pour adulte ? Si l’enfance en fantasy est aussi variée que dans la réalité, peut-on véritablement définir ce qu’implique de grandir en fantasy ? À travers des études de grands classiques du genre, de corpus thématiques internationaux ou de la question de la réception de ces œuvres en bibliothèque, ce numéro des Cahiers Robinson étudie la place de l’enfance en fantasy.

Tous les détails sur le site de l’éditeur.

Table des matières

Avant propos

Hélène CORDIER
De la mélancolie à la négation : surpasser l’enfance dans deux romans de Justine Niogret

Isabelle OLIVIER
La rêveuse et le maladroit : deux (faux) anti-héros dans le cycle de Harry Potter

Pascale LAPLANTE-DUBE
Comment devenir l’alliée d’une dragonne, ou la politisation du merveilleux en fairy tale fantasy pour la jeunesse

Abigail FINE
Terrier de lapin et porte vers l’« autre monde » : girlhoods subversives dans Coraline et Alice au pays des merveilles

Caroline DUVEZIN-CAUBET
Bonnes manières et mauvaises filles : les finishing schools dans la fantasy néo-victorienne contemporaine

Amelha TIMONER
Quête d’autorité(s) dans À la croisée des mondes de Philip Pullman

Justine BRETON
Pour une fantasy pédagogique : la magie au service de l’apprentissage chez T.H. White

Françoise LECOCQ
Le mythe du phénix dans la fantasy pour la jeunesse

Yannick BELLENGER-MORVAN
L’Histoire sans fin, de Michael Ende à Wolfgang Petersen : une œuvre sans auteur ?

Fanny GEUZAINE
Initiation au conte et à l’intertextualité dans Instructions de Neil Gaiman et Charles Vess

Marie-Lucie BOUGON
Le cycle alavirien de Pierre Bottero : un Harry Potter « à la française » ?

Caroline DUMONT
Réception de la littérature fantastique et fantasy en bibliothèque : enquête auprès d’un public captif

VARIA
Patrick TOURCHON & Leniiv ROMAN
Le foreshadowing chez Georges Bayard

Alain CHIRON
Un Robinson du retour à la terre sous l’Occupation

Notes de lecture

Parution : La Dame à la Licorne et le Beau Chevalier

La Dame à la Licorne et le Beau Chevalier

Roman, trad. de Nathalie Koble, Editions Phébus, 2021

Rédigé sur commande vers 1350 à l’occasion d’une promesse de mariage, ce roman chevaleresque destiné à une princesse est un témoin ambitieux de la littérature de la fin du Moyen Age.

Nourri d’un idéal courtois mis en danger par la guerre, les rivalités politiques et les épidémies, le livre ne se contente pas de raconter une histoire d’amour, modelée sur tant d’autres : la poésie, la musique, la danse et la qualité des images y célèbrent une culture complète des sens, bien avant le très célèbre cycle de six tapisseries de La Dame à la Licorne, auquel il a sans doute servi d’inspiration. Il avance, autour de la figure rêvée de la licorne, devenue féminine, une image renouvelée de la féminité, en récit, en poésie et en images. Pour une jeune femme, ce livre-coffret se présentait autant comme un manuel de conduite éthique et érotique, que comme une promesse de divertissements secrets, pour égayer les heures passées dans les chambres aux tentures multicolores – non loin des rumeurs, et momentanément à l’abri des catastrophes du monde. Seule, ou avec un amant parfait, et pour le meilleur face au pire.

Tous les détails sur le site de l’éditeur.

Parution : Elsa Guyot, Moyen Âge dans les musées

Rejouer l’histoire. Le Moyen Âge dans les musées du Québec

Elsa Guyot, Montréal, Editions Leméac, coll. « Domaine Histoire », 2021

Aussi inattendu que cela puisse paraître, le Moyen Âge est partout au Québec. Comment cette période européenne, longue de mille ans, si éloignée du Québec dans le temps et dans l’espace, a-t-elle pu jouer un rôle dans son histoire culturelle ? En quoi ce qui est dit et montré dans l’enceinte des musées sur le Moyen Âge peut-il nous renseigner sur l’histoire de la province et de ses grandes institutions muséales ? En retraçant les moments clés dans la réception du Moyen Âge au Québec, l’auteure nous fait voyager du temps des cathédrales néo-gothiques à l’implantation des premiers centres d’études médiévales du pays, en passant par les Médiévales de Québec et le Duché de Bicolline. L’originalité de son propos est de donner une large place aux expositions muséales qui ont mis en scène l’art du Moyen Âge tout au long du XXe siècle. 

Tous les détails sur le site de l’éditeur.

Parution : Alain Corbellari, Moyen Âge et critique littéraire

Moyen Âge et critique littéraire

Alain Corbellari

Presses Universitaires de Vincennes, coll. « Libre cours », 2021

A. Corbellari, Moyen Âge et critique littéraire

DESCRIPTION :

Les histoires de la critique littéraire ne manquent pas, mais l’originalité du présent volume est de montrer que les médiévistes ont pris une part prépondérante et souvent insoupçonnée dans l’élaboration de ses modèles.

Basé sur l’expérience de l’auteur, qui travaille sur ces questions et les enseigne depuis trente ans, l’ouvrage propose une histoire de la critique littéraire vue du point de vue du médiévisme : on n’y trouvera donc pas toutes les écoles critiques, mais la plupart ont quand même pu y trouver place, soit que les médiévistes — au sens large du terme — les aient inventées ou infléchies de manière décisive, soit que la littérature ou l’art du Moyen Âge aient offert à des méthodes qui a priori ne les sollicitaient pas, des exemples susceptibles d’en éclairer et d’en consolider les principes.

SOMMAIRE :

Avant-propos

Chapitre I –  La philologie science-pilote

Les origines antiques de la philologie
Le renouveau humaniste
Science allemande et philologie romane
La naissance de l’histoire littéraire
Vers une nouvelle philologie

Chapitre II – Un formalisme à la médiévale

L’origine des contes
Chansons de geste et oralité
Le problème des troubadours
La « poétique médiévale » de Paul Zumthor
Des rhétoriqueurs à l’Oulipo
Du roman en prose à la transtextualité

Chapitre III – De Rome à Tintagel

Grandeur et misère de l’allégorie
Aux sources de l’affectivité médiévale
La redécouverte du médio-latin
L’empire des topoï
La revanche des celtisants : à l’origine des cultural studies ?
Un Moyen Âge pan-mythique

Chapitre IV – Le Moyen Âge si loin si proche

Nouvelle histoire et anthropologie historique
Marxisme et littérature médiévale
Bakhtine et la culture populaire
Denis de Rougemont et l’Occident
Du côté de l’anthropologie structurale
À la croisée des savoirs
Les aventures de la réception 

Chapitre V – Pour une herméneutique du soupçon

Le « surplus » médiéval
Lectures psychanalytiques
Une déconstruction à la médiévale
L’invention du féminisme
Désir mimétique et homosexualité
Un post-colonialisme avant la colonisation ?
Un Moyen Âge plus proche de la nature ?

Conclusion

Index des noms de personnes

Index notionnel

*

Un extrait de l’ouvrage est disponible sur le site de l’éditeur…

Parution : Mémoire littéraire du Moyen Age

Mireille Séguy, Trois gouttes de sang sur la neige. Sur notre mémoire littéraire : Chrétien de Troyes, Giono, Bonnefoy, Quignard, Roubaud (H. Champion, coll. « Mémoires du Moyen Âge », n° 3, 2020)

Cet essai met en regard un texte médiéval – la scène des gouttes de sang sur la neige du Conte du graal de Chrétien de Troyes – et ses reprises par quatre auteurs majeurs du XXe et du XXIe siècle qui l’ont étroitement associé à leur conception de la langue et de l’activité littéraire (Giono, Quignard, Bonnefoy, Roubaud). Ce faisant, il voudrait élucider les raisons pour lesquelles le Moyen Âge fait aujourd’hui retour avec tant d’insistance et ce que cette résurgence dit de notre contemporain au travers du passé qu’il se donne. C’est ainsi aux ressorts de notre mémoire littéraire que ce livre s’intéresse et à la manière dont elle anime nos existences singulières et collectives.

Lire la table des matières

Parution : Suites de Merlin

Nathalie Koble, Les Suites du Merlin en prose : des romans de lecteurs. Donner suite, Honoré Champion, coll. Essais sur le Moyen Âge, 2020.

 

Cet ouvrage étudie les procédés de « manuscriture » des ateliers romanesques, à partir du corpus des Suites du Merlin en prose : dernière branche rapportée au sein du Lancelot-Graal, la Suite dite « Vulgate » du Merlin contrecarre en effet toute tentative de clôture. Ces Suites sont placées sous la figure tutélaire de Merlin, le prophète « rassembleur de temps », personnage d’écrivain voué à disparaître. Leurs liens de parentés poétiques et textuels révèlent des usages romanesques – un art, médiéval, de donner suite et de multiplier les mondes dans la mémoire des lecteurs, au Moyen Âge et aujourd’hui. Toute la conclusion, mais aussi la partie théorique, font le lien avec le contemporain. Il est possible de lire ici la table des matières.

 

Parution : Animaux fantastiques !

Revue Fantasy Art and Studies n°9, Amazing Beasts / Animaux fabuleux, décembre 2020.

 

 

Fantasy Art and Studies . Fantasy Art and Studies... de Les têtes  Imaginaires - Livre - Decitre

Disponible en impression à la demande sur la librairie de BoD (https://www.bod.fr/librairie/fantasy-art-and-studies-9-9782901099161). Une édition ebook sera prochainement disponible.


Ce numéro, intitulé Amazing Beasts / Animaux fabuleux, rassemble les actes du colloque « Représentations animales dans les mondes imaginaires » (Université d’Artois, novembre 2019) organisé par Marie-Lucie Bougon, Charlotte Duranton et Laura Muller-Thoma. Les articles abordent les divers aspects de la thématique animale dans la Fantasy et en particulier dans Harry Potter, Game of Thrones, dans l’œuvre de Robin Hobb…
Il rassemble également des nouvelles dont un récit inédit de Charlotte Bousquet et le nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude. Il est illustré par Océane Azeau, GaëlleC., Antoine Pelloux, Guillaume Labrude, Guillaume Sallah Thomas, Princesse Manadragore Art et Véronique Thill, qui signe l’illustration de couverture.

Parution : du manuscrit à l’imprimerie

Les Lettres médiévales à l’aube de l’ère typographique, dir. Adam (Renaud), Devaux (Jean), Henrard (Nadine), Marchal (Matthieu), Velissariou (Alexandra), Paris, Classiques Garnier, 2020, coll. Rencontres, 451, série Civilisation médiévale, n° 38. 

Cet ouvrage vise à éclairer les mécanismes qui permirent aux lettres françaises de vivre la transition du Moyen Âge à la première Modernité. Il envisage tour à tour les conditions du glissement de ces textes vers l’imprimé et l’apport des imprimés anciens quant à l’élaboration des éditions modernes.

Table des matières

TABLE DES MATIÈRES

1. LE PASSAGE DU MANUSCRIT À L’IMPRIMÉ

Paola Cifarelli, « Antoine Vérard, éditeur des Faits d’armes et de chevalerie de Christine de Pizan »

Paola Cifarelli, « Les Quinze Joies de Mariage, des manuscrits aux incunables »

Catherine Gaullier-Bougassas, « Des manuscrits aux imprimés du Roman de Philippe de Madien et du Roman de Florimont. Deux stratégies éditoriales »

Elisabetta Barale, « Le passage à l’imprimé des œuvres de Jean Miélot »

Danielle Quéruel, « Les Passages d’outremer de Sébastien Mamerot. Des manuscrits aux imprimés »

2. LES LETTRES MÉDIÉVALES À L’AUBE DE L’ÈRE TYPOGRAPHIQUE. LA RÉCEPTION DES TEXTES MEDIÉVAUX PAR LES PREMIERS IMPRIMÉS

Maria Colombo Timelli, « Mises en prose et éditeurs « périphériques ». Quels titres pour quels lecteurs? »

Renaud Adam, « La réception imprimée de la littérature médiévale dans le comté de Hainaut (xve-xvie siècle) »

Muriel Ott, « La prose d’Ogier le Danois. Des trois premiers imprimés à deux éditions ultérieures »

Jonathan Dumont, « Au creuset des transitions littéraires et politiques. La tryumphante et solemnelle entree de Rémi Dupuis » 

Christine Ferlampin-Acher, « L’édition de 1528 de Perceforest. « O magnifiques seigneurs []. lisez et perlisez les chevaleureux gestes [»

Marie-Madeleine Castellani, « Florimont dans l’imprimé lyonnais d’Olivier Arnoullet (1529) »

Sophie Lecomte, « Histoire éditoriale et réception de la mise en prose de Guy de Warwick au xvie siècle. Le cas de l’édition Bonfons

3. IMPRIMÉS ET TRADITION TEXTUELLE

Maria Colombo Timelli, « Les éditions d’Antoine Vérard, des témoins (pas) comme les autres? »

Adeline Desbois-Ientile et Anne Schoysman, « Éditer les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye de Jean Lemaire de Belges »

Laura-Maï Dourdy, « Variance dans la tradition imprimée. Étude de la stratégie éditoriale de deux imprimeurs-libraires, Michel Le Noir et Nicolas Chrestien »

Barbara Ferrari, « Le rôle des imprimés dans l’édition d’une mise en prose manuscrite. La belle Hélène de Constantinople« 

Matthieu Marchal, « Réflexions sur le remaniement d’une chanson de geste connu uniquement par des imprimés. Le cas de Florent et Lyon, mise en prose d’Othevien« .

 

Parution : Moyen Âge connecté

Zrinka Stahuljak, Médiéval contemporain. Pour une littérature connectée, Editions Macula, 2020

Présentation de l’éditeur :  
La médiéviste Zrinka Stahuljak nous présente dans son essai un Moyen Âge empli d’enseignements pour notre propre société. Se penchant à la fois sur l’époque médiévale et sur l’époque néo-libérale, elle met au jour les rapports que nous entretenons aux mots et à la littérature, à leur histoire, et aide à faire comprendre les questions liées à la politique culturelle ainsi qu’à la préservation et au financement du patrimoine. Au fil de ces pages, c’est l’impérieuse nécessité de poursuivre les enseignements de la littérature et de l’histoire du Moyen Âge qui prend forme.

Zrinka Stahuljak enseigne la littérature et la civilisation médiévales à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA). Elle a publié en France L’Archéologie pornographique. Médecine, Moyen Âge et histoire de France (PUR, 2018) et Les Fixeurs au Moyen Âge. Histoire et littérature connectées (Le Seuil, 2021), et aux États-Unis, Bloodless Genealogies of the French Middle Ages (2005) et Medieval Fixers: Translation Across the Mediterranean, 1250-1530 (à paraître).

Parution : Matière arthurienne tardive

La matière arthurienne tardive en Europe, 1270-1530

Late Arthurian Tradition in Europe

Christine Ferlampin-Acher (dir.)

Presses Universitaires de Rennes, 2020.

La matière arthurienne tardive en Europe... de Christine Ferlampin-Acher -  Grand Format - Livre - Decitre

Fruit de la collaboration d’une équipe internationale de 73 chercheurs, ce livre met en lumière la diversité des formes que prend la mode arthurienne à la croisée du Moyen Âge et de la Renaissance. Il montre comment cette matière a contribué à constituer en Europe un imaginaire commun, bien au-delà de l’aristocratie. La production arthurienne des diverses aires (italienne, ibérique, germanique, anglaise, écossaise, irlandaise, galloise, scandinave, sans oublier les témoins en biélorusse, grec, tchèque, néerlandais ou latin) est analysée afin de mettre en évidence les rythmes propres à chaque espace et les dynamiques d’échanges entre les aires.

Avec le soutien de l’Institut universitaire de France.

Sommaire

  • La matière arthurienne tardive : contextes
  • La matière arthurienne tardive en France et en français : histoire d’un déclin ?
  • Le mythe d’Arthur sur les routes d’Italie, du Moyen Âge à l’Humanisme
  • Espace ibérique : joutes splendides, merveilles et nostalgie
  • Adapter et récrire la matière de Bretagne en Scandinavie médiévale
  • (Ré)appropriation de la matière de Bretagne en Irlande et au pays de Galles
  • Arthur dans la littérature allemande des XIVe-XVIe siècles : par-delà les frontières génériques
  • La littérature arthurienne tardive en moyen néerlandais dans les Pays-Bas
  • La tradition arthurienne tardive en Angleterre et en Écosse : du Moyen Âge au début de l’époque moderne
  • Diffusions : d’ouest en est, d’est en ouest, d’une matière déclinante à un mythe conquérant

Parution : L’éducation chez T.H. White

Justine Breton, L’Education chez T.H. White. J’ai appris et été heureux, Paris, L’Harmattan, 2020.

 

L'éducation chez T.H. White J'ai appris et été heureux - broché - Justine  Breton - Achat Livre ou ebook | fnac

« Auteur d’une œuvre riche et variée, d’inspiration largement autobiographique, T.H. White (1906-1964) se revendique d’abord comme un enseignant. Si l’on retient surtout de lui l’adaptation par Walt Disney de son roman de fantasy The Sword in the Stone (Merlin l’Enchanteur), la production littéraire de White est bien plus large et ne semble unifiée que par son goût pour l’éducation. Tout au long de sa carrière comme dans sa vie privée, il s’efforce d’apprendre et de transmettre, accordant autant d’importance à la culture littéraire qu’aux savoir-faire pratiques. Depuis sa scolarité en « public school » jusqu’à ses conférences aux États-Unis, il conçoit l’apprentissage comme un besoin inné et l’enseignement comme une nécessité vitale. »

Parution : Le Moyen Âge mort-vivant

Revue en ligne TrOPICS n°9, « Le Moyen Age mort-vivant », dir. Marc Arino et Anne-Cécile Koenig

https://tropics.univ-reunion.fr/accueil/numero-9

Introduction (Anne-Cécile Koenig-Le Ribeuz avec la participation de Marc Arino)

Estelle Doudet,
Hantologies médiévales : les écritures du spectacle face à l’archéologie des média

Daisy de Palmas Jauze
Le dragon, support de communication médiatisé et intermédialisé

Camilia Gélinas
Entre conservation et mise à mort : le sort de la senefiance dans Claris et Laris

Léo-Paul Blaise
Les chansons de geste et leurs mises en prose : images et survivance d’une médialité vocale

Florian Dimeck
Faire du livre un spectacle : Le Chasteau de labour de Pierre Gringore ou l’actualisation du récit allégorique à la fin du Moyen Âge

Julien Louis
Le gisant gothique : une image à comprendre, XVIe-XXe siècles

Stéphane Fossard
Vision romantique de la danse macabre

Vivien Féasson
La fantasy archaïsante survit-elle à la traduction ?

Jean-François Poisson-Gueffier
« L’éternité vient nous parler et il faut l’écouter » (I, 33). Résurgences médiévales et écriture mythique dans Kopernikus : Rituel de la mort

Anne Ibos
Les musiques de films « médiévaux » : de l’abstraction à la recomposition

Justine Breton
« I’m not dead yet » : les séries médiévalistes ou le moyen de repousser la mort

 

Parution : Clichés et histoire

Les clichés dans l’Histoire. Actes du colloque Fest’Ain d’Histoire 2018, sous la direction de Noémie Budin, éditions Didaskalie, 2020.

avec les contributions de Florian Besson, Ugo Bimar (Confession d’Histoire), Mélaine Blondin, Quentin Censier (Sur le champ), Laurent Di Filippo, Clara Granger, Jules Piet et Catherine  Rideau-Kikuchi

Sommaire
Préface. #FADH 2018
Noémie Budin
1) La couleur dans l’art grec
Clara Granger
2) Le mythe de la bataille décisive
Quentin Censier (Sur le champ)
3) Sacrées sorcières
Mélaine Blondin
4) Doux comme un viking
Jules Piet
5) La mythologie nordique dans Donjons & Dragons
Laurent Di Filippo
6) Terre plate et Âges obscurs-
Catherine Rideau-Kikuchi et Florian Besson
7) La vulgarisation de l’Histoire dans Confession d’Histoire
Ugo Bimar (Confession d’Histoire)

Parution : Miracles de Notre-Dame

Les Miracles de Notre-Dame du Moyen Âge à nos jours, dir. Jean-Louis Benoit et Jerry Root, Lyon, Jacques André éditeur, 2020.

Actes du colloque international à l’Institut Catholique de Rennes (21-23 mars 2019)

Au Moyen Âge apparaissent d’abord en latin puis en langue vernaculaire des récits des miracles opérés par Notre-Dame, un peu partout dans le monde et à toutes les époques. Ils deviennent un véritable genre littéraire sous la plume de leur plus illustre auteur, Gautier de Coinci, qui veut rivaliser avec la littérature profane jugée immorale. Adaptés au théâtre ils donneront aussi des chefs-d’œuvre, par exemple le Miracle de Théophile de Rutebeuf. Après une éclipse, les récits des miracles de la Vierge reprennent une actualité avec les apparitions mariales au XIXe siècle. Des romanciers, ainsi que des scientifiques, s’y intéressent et s’engagent pour les défendre ou les critiquer (Huysmans, Bloy, Zola). Face à ce corpus immense et international, plusieurs axes s’offrent à la recherche : approfondir l’intérêt littéraire des grandes œuvres, constituer une base de données pour établir une typologie des miracles et de leurs motifs, examiner leur origine et leur transmission, étudier leur place historique dans les cultures nationales, mettre l’accent sur l’importance des images et de l’iconographie, éditer de nouveaux textes en puisant dans les nombreux et magnifiques manuscrits.