Archives de catégorie : Parutions

Parution: Le passé est un événement

Laurent Olivier et Mireille Séguy (dir.), Le passé est un événement. Correspondances de l’archéologie et de la littérature, coll. Anamnèses, Médiéval/Contemporain, Editions Macula, 2022.

Pour quelles raisons s’intéresser à des époques révolues, et dans quel but ? Quel sens le passé peut-il prendre pour le présent à partir duquel nous le percevons ? Passé et présent sont-ils séparables l’un de l’autre et occupent-ils vraiment une place fixe dans le temps ?
      À partir de ces questions, qui ont affaire avec la temporalité de la mémoire, deux approches différentes du passé lointain entrent en dialogue : celle d’un archéologue et celle d’une spécialiste de littérature médiévale. Tous deux s’ouvrent aux surprises des correspondances inattendues, et apparaît soudain, sous nos yeux, la manière même dont le passé se manifeste : en faisant événement dans le monde où nous vivons.

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

 

Parution: Grandes et petites mythologies 2

Karin Ueltschi et Flore Verdon (dir.), Grandes et petites mythologies 2: Mythe et conte, faune et flore, Reims, EPURE, 2022.

Voici le second tome des travaux consacrés aux rencontres entre grande et petite mythologie, entre l’univers de l’Olympe et celui des foyers, entre mythe et conte, et à leurs échanges permanents, à leur plasticité, à leur porosité. Quel que soit le sujet traité, il s’agit en effet de mettre en évidence les ponts qui existent entre les deux canaux « savant » et « populaire », ce qui renouvelle l’approche de thématiques parfois déjà amplement traitées. Mieux, au fil des travaux proposés depuis le début de nos investigations (cf. K. Ueltschi, F. Verdon (dir.), Grandes et Petites mythologies 1. Monts et abîmes : des dieux et des hommes, Reims, EPURE, 2020), ce couple des grandes et petites mythologies ne cesse de s’enrichir de variantes problématiques supplémentaires, et de nouvelles créatures emblématiques, à l’instar de Rübezahl qui s’appelle Krakonoš en Tchéquie, et Liczyrzepa en Pologne. S’il semble émerger tout droit du XVIe siècle qui a donné un acte de naissance écrit à tant de figures – pensons à Faust, à Till Eulenspiegel, à Guillaume Tell –, il est en réalité beaucoup plus vieux. Il incarne non seulement la persistance tenace de l’imaginaire mythique, mais aussi son infinie aptitude à la métamorphose, à l’adaptation, et même à la « récupération ». Profondément enraciné dans le terroir et d’anciennes strates linguistiques, foncièrement ambivalent avec sa barbe rousse et son bâton, ses gènes remontent à l’origine même de l’humanité, à son enfance, à sa mémoire première.

De nouvelles dialectiques ont pu être dégagées, mettant sans cesse en évidence la troublante parenté de nos héritages et leur ancrage toujours perceptible notamment par le biais du calendrier. Des rapports à première vue improbables sont mis en évidence, celui entre chocolat et ambroisie ou entre art et science par exemple. Se pose également la question centrale du passage du silence à la parole ; la parole, si on la suppose d’abord antérieure à l’écrit, peut à l’inverse également constituer l’appropriation de l’écrit par l’oral ; c’est donc une passerelle fondamentale entre la grande et la petite mythologie, transcendant le clivage entre la littérature savante et le conte populaire pour que subsiste le mythe. Par ailleurs, des figures sans nom – quel est celui de la statue de Pygmalion ? – se retrouvent sous des identités enfin cernées, Venus, Galatée. C’est d’ailleurs là un sujet majeur en mythologie comparée : comment sortir de la namelessness, si on nous accorde cet anglicisme, comment transformer une figure mythique en personnage littéraire ?

De nouveaux éclairages viennent constamment consolider et multiplier des scénarios pourtant si intimement familiers : simul vetus et novella, simul senex et puella, pourrions-nous dire avec Alain de Lille : d’Apulée à la Fontaine, de Merlin à Ambroise Paré, la vitalité des motifs réside sans aucun doute dans leur capacité à nouer, via l’analogie et l’inépuisable magie de la coincidentia oppositorum, des syncrétismes ; ainsi, la seule évocation du nom d’Iphigénie proclame son immortalité féconde sur les scènes et dans les livres, et interroge infiniment les notions de sacrifice ou d’héroïsme.

Dans l’univers que nous avons choisi d’explorer, le discours universitaire doit se confronter sans cesse à la voix du conteur et du poète, souvent véhicules plus efficaces de transmission d’une mémoire : un Tolkien ou un T.H. White en savent quelque chose ! Et rien ne saurait remplacer l’investigation sur le terrain pour cueillir encore et encore les traditions orales en vue de les explorer et les inscrire dans la mémoire savante : la mythologie reste fondamentalement vivante.

Sommaire

Introduction 
PARTIE I : PLASTICITÉ ET VARIANCES 
Sophie Conte, “Le sacrifice d’Iphigénie aura-t-il lieu ? Réécriture du mythe à l’époque contemporaine” 
Alain Trouvé, “Le mythe de Pygmalion, d’hier à aujourd’hui”
Miren Lacassagne, “Fortune, la roue et le meunier”
Françoise Gevrey, “La mythologie dans le conte parodique ou licencieux” 
Anna Loba, “Peau d’Âne et ses sœurs”
Thomas Nicklas, “Rübezahl, esprit polyvalent. L’étonnante faculté d’adaptation d’une figure de la petite mythologie d’Europe centrale” 

PARTIE II : MYTHOLOGIES ANIMALES, MYTHOLOGIES VÉGÉTALES

Aurore Noirault, “Entre force et fragilité : le lion comme miroir des héros épiques dans l’Iliade et les Posthomériques” 
Cécile Mauré, “Éphémérité et dégénérescence : l’étude du Narcisse” 
Laurence Hélix, “Des Sirènes et des Ondines”
Myriam White-Le Goff, “La licorne, polyvalence et persistance” 
Anne Berthelot, “Les sorts sans les plantes : magie rituelle dans le monde arthurien ?”
Justine Breton, “Bestiaire populaire et bestiaire savant : la faune dans l’œuvre médiévaliste de T.H. White”
Épilogue 
Anne Marchand, “Traditions et mythes vivants : l’exemple de la fougère” 
Karin Ueltschi, “Du rempotage de mandragores”
Présentation des auteurs et résumés

 

Détails et commandes: ici

Parution: Medievalism in Finland and Russia

Reima Välimäki (dir.), Medievalism in Finland and Russia. Twentieth- and Twenty-First Century Aspects, Bloomsbury, 2022.

Since the end of the Cold War, the Middle Ages has returned to debates about history, culture, and politics in Northern and Eastern Europe. This volume explores political medievalism in two language areas that are crucial to understanding global medievalism but are, due to language barriers, often inaccessible to the majority of Western scholars and students.

The importance of Russian medievalism has been acknowledged, but little analysed until now. Medievalism in Finland and Russia offers a selection of chapters by Russian, Finnish and American scholars covering historiography, presidential speeches, participatory online discussions and the neo-pagan revival in Russia. Finland is currently even more poorly understood than Russia in the discussions about global medievalism. It is usually mentioned only as of the birthplace of the Soldiers of Odin. The street patrol is, however, a marginal phenomenon in Finnish medievalism as this volume demonstrates. Instead of merely adopting the medievalist interpretation of the international alt-right, even the right-wing populists in Finland refer more to the nationalistic medievalist tradition, where crusades do not mark a Western Christian victory over the Muslim East, but a Swedish occupation of Finnish lands. In addition to presenting particular cases of medievalism, the chapters here on Finland challenge and diversify today’s prevailing interpretation of shared online medievalism of European and American right-wing populists.

This book reveals that while medievalisms in Finland and Russia share many features with the contemporary Anglo-American medievalist imaginations, they also display many original characteristics due to particular political situations and indigenous medievalist traditions. They have their own meta-medievalisms, cumulative core ideas and interpretations about the medieval past that are thoroughly examined here in English for the very first time.

 

Table des matières

List of Illustrations
Preface
1. Introduction: Historical Authority in Political Medievalism. Andrew B. R Elliott (University of Lincoln, UK)
2. Middle Ages on the Map of the Memory of Russian Society. Evgenii Rostovtsev (Saint Petersburg State University, Russia)
3. References to Medieval History in the Speeches and Addresses of the President of Russia, 2000-2019. Kati Parppei (University of Eastern Finland, Finland)
4. Circulation of Pseudo-Information: Medievalist Internet Discussions in Contemporary Russia. Mila Oiva (University of Turku, Finland)
5. Pseudo-Medievalist Histories and Contemporary Russian Identity Construction. Evan Wallace (University of Central Florida, USA)
6. Memorials dedicated to the Middle Ages in Finland. Sirpa Aalto & Timo Ylimaunu (University of Oulu, Finland)
7. The Missing Finnish Runestones. Kendra Wilson (University of Turku, Finland)
8. Icelandic Sagas and the Viking Age in Finnish Pseudohistory. Harri Hihnala (University of Turku, Finland)
9. Masculine Online Medievalism in 21st-century Finland. Heta Aali (University of Turku, Finland)
10. Particularizing the Universal: Medievalist Constructions of Cultural and Religious Difference in the Crusader Kings IIJere Kyyrö (University of Turku, Finland)
Index

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: Teaching the Middle Ages through Modern Games

Robert Houghton (dir.), Teaching the Middle Ages through Modern Games. Using, Modding and Creating Games for Education and Impact, “Video Games and Humanities” vol.11, De Gruyter, 2022.

Games can act as invaluable tools for the teaching of the Middle Ages. The learning potential of physical and digital games is increasingly undeniable at every level of historical study. These games can provide a foundation of information through their stories and worlds. They can foster understanding of complex systems through their mechanics and rules. Their very nature requires the player to learn to progress.

The educational power of games is particularly potent within the study of the Middle Ages. These games act as the first or most substantial introduction to the period for many students and can strongly influence their understanding of the era. Within the classroom, they can be deployed to introduce new and alien themes to students typically unfamiliar with the subject matter swiftly and effectively. They can foster an interest in and understanding of the medieval world through various innovative means and hence act as a key educational tool.

This volume presents a series of essays addressing the practical use of games of all varieties as teaching tools within Medieval Studies and related fields. In doing so it provides examples of the use of games at pre-university, undergraduate, and postgraduate levels of study, and considers the application of commercial games, development of bespoke historical games, use of game design as a learning process, and use of games outside the classroom. As such, the book is a flexible and diverse pedagogical resource and its methods may be readily adapted to the teaching of different medieval themes or other periods of history.

Table des matières

Acknowledgements
Introduction: Teaching the Middle Ages through Modern Games, Robert Houghton

PART I: THE EDUCATIONAL IMPACT OF GAMES

 Learning About the Past Through Digital Play: History Students and Video Games, Eve Stirling and Jamie Wood

PART II: TEACHING THROUGH COMMERCIAL GAMES

 Historicising Assassin’s Creed (2007): Crusader Medievalism, Historiography, and Digital Games for the Classroom, Mike Horswell
Declaiming Dragons: Empathy Learning and The Elder Scrolls in Teaching Medieval Rhetorical Schemes, David DeVine
“What if you are a Medieval Monarch?”: A Crusader Kings III Experience to Learn Medieval History, Ahmet Erdem Tozoğlu and Mehmet Şükrü Kuran

PART III: CREATING EDUCATIONAL GAMES

 A Video Game for Byzantine History – Akritas: Playing at the Byzantine Borders, Klio Stamou, Anna Sotiropoulou, Phivos Mylonas and Yorghos Voutos
Collaborative Constructions: Designing High School History Curriculum with the Lost & Found Game Series, Owen Gottlieb and Shawn Clybor
The Renaissance Marriage Game: A Simulation Game for Large Classes, Courtnay Konshuh and Frank Klaassen

PART IV: USER MODIFICATION AS LEARNING PRACTICE

Alchemy and Archives, Swords, Spells, and Castles: Medieval-modding Skyrim, Erik Champion, Terhi Nurmikko-Fuller and Katrina Grant
Playing the Investiture Contest: Modding as Historical Debate in the Undergraduate and Postgraduate Classroom, Robert Houghton
Game Development in a Senior Seminar, Frank Klaassen

PART V: GAMES BEYOND THE CLASSROOM

The Soundscapes of the York Mystery Plays: Playing with Medieval Sonic Histories, Mariana López, Marques Hardin and Wenqi Wan
Beyond Education and Impact: Games as Research Tools and Outputs, Robert Houghton
List of Contributors
Index

Informations et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: Vikings!

Laurent Di Filippo (dir.), Vikings!, Paris, Les Moutons électriques, 2022.

Vikings ! explore cette thématique passionnante sous la plume de dix spécialistes. Les auteurs révèlent la réalité historique des Vikings, des mythes nordiques et des sagas islandaises avant d’analyser comment les industries culturelles et créatives contemporaines se sont emparées des récits en vieux norrois.

Des dieux aux monstres, sans oublier le quotidien des peuples du Nord, les runes, les neuf mondes, la musique et le fameux Ragnarök, la fin des temps, y sont étudiés à travers de nombreux exemples. Rejoignez les divinités Thor, Loki, Odin et Freyja mais aussi des figures majeures comme Ragnarr Loðbrók, des créatures mythiques comme les géants et le serpent de Midgard, Jörmungand, dans leurs multiples formes et itérations qui vous emporteront de la Scandinavie aux confins de l’espace.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: Fantasy et imaginaire (Mundus Fabula)

Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat (dir.), “Fantasy et imaginaire”, Mundus Fabula, Dossier thématique, 2022.

Après trois éditions des ateliers-séminaires Loisirs et imaginaires, publiés sous forme de dossiers sur Mundus Fabula, le quatrième temps de réflexion autour de cette thématique globale a porté sur “Fantasy et imaginaire”. Inscrits dans le cadre de l’ANR Aiôn, ces rencontres se tiennent au laboratoire C3S. Elles permettent d’inviter des collègues à présenter leurs travaux puis à échanger collectivement, à l’aide d’une table ronde. 

Fantasy et imaginaire sont deux termes intimement liés, notamment en études littéraires. L’enjeu de l’atelier-séminaire 2021 était de faire dialoguer ces deux notions à l’aide de terrains de recherche aussi bien issus de la littérature que des sciences sociales. Plus spécifiquement, l’accent a été mis sur l’usage fait des fictions dans le champ des loisirs. Les imaginaires ainsi (re)produits au cours des temps ludiques et/ou festifs ont pu être étudiés par chacun des intervenants, dans des pratiques aussi diverses que les re-créations (d’univers fictionnels), la scénographie dans un festival metal ou les jeux vidéo. Avant leur publication, les textes ont tous fait l’objet d’une double expertise.

Sommaire

– Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat, Introduction : Fantasy et imaginaire. Mobiliser l’imaginaire pour expérimenter la fiction

– Sébastien Wit, L’imaginaire du Moyen Âge européen dans la fantasy japonaise

– Laura Martin-Gomez, Des modes de reconstitution d’un univers fictionnel : le cas de la Terre du Milieu de J. R. R. Tolkien

– Marie Kergoat, S’escrimer au sabre laser : une arme fictionnelle peut-elle devenir une réalité martiale ? 

– Corentin Charbonnier, Les fictions dans l’univers metal : de la musique à la scénographie du Hellfest

Parution: Robin Hood, legend and reality

David Crook, Robin Hood: Legend and Reality, Boydell & Brewer, 2022.

For over a century and a half scholars have debated whether or not the legend of Robin Hood was based on an actual outlaw and, if so, when and where he lived. One view is that he was not a legend as such but a myth: an idea, rather than a person who could possibly be identified in historical records and placed in a real historical and geographical context. Other writers have gone even further, arguing that he is a literary concoction, with no traceable original, and that seeking to pin him down to a particular time and location is futile and unnecessary.
This survey begins by tracing the development of the legend, and contemporary views about it, between the thirteenth and early twenty-first centuries, taking account both of new interpretative literature on the subject and fresh discoveries from the author’s own research in the early records of the English royal administration and common law. It then gives a detailed account of the places that came to be associated with the legend, and of evidence illustrating the importance of the outlaw’s name in the development of English surnames. The concluding chapters deal with the administration of criminal law in medieval England, and the evidence that points to the possible origins of the legend in the activities of a notorious Yorkshire criminal, tracked down and beheaded in the county in 1225.

Trois chapitres sont tout particulièrement consacrés à la réception et au développement de la légende de Robin des Bois après le Moyen Âge.

Table des matières:

List of Illustrations
Preface and Acknowledgements
List of Abbreviations
Introduction
The Medieval Tales of Robin Hood
Chroniclers, Revellers, Playwrights and Antiquarians, c.1420-1765
Editors, The Folklorist and The Archivist, 1765-1889
Folklorists, Literary Scholars and Historians: Robin Hood in the Twentieth Century
The Robin Hood Places
The Robin Hood Names
Robin Hood and Criminality
Law and Disorder in Yorkshire, 1215-1225
The Sheriff, The Fugitive and The Civil Servant
Conclusion
Bibliography
Index

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: Thinking of the Medieval

Benjamin A. Saltzman et R.D. Perry (dir.), Thinking of the Medieval: Midcentury Intellectuals and the Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2022.

The mid-twentieth century gave rise to a rich array of new approaches to the study of the Middle Ages by both professional medievalists and those more well-known from other pursuits, many of whom continue to exert their influence over politics, art, and history today. Attending to the work of a diverse and transnational group of intellectuals – Hannah Arendt, Erich Auerbach, W. E. B. Du Bois, Frantz Fanon, Erwin Panofsky, Simone Weil, among others – the essays in this volume shed light on these thinkers in relation to one another and on the persistence of their legacies in our own time. This interdisciplinary collection gives us a fuller and clearer sense of how these figures made some of their most enduring contributions with medieval culture in mind. Thinking of the Medieval is a timely reminder of just how vital the Middle Ages have been in shaping modern thought.

  • Provides new insight for medievalists, modernists, and intellectual historians, illuminating the role of the Middle Ages in mid-twentieth-century thought
  • Covers a transnational range of intellectuals and modes of thought, thus expanding disciplinary horizons beyond those thinkers primarily known as medievalists
  • Engages in debates that remain highly relevant today, explaining how mid-twentieth-century thinkers dealt with the misappropriation of the Middle Ages by white nationalists and developed modes of resisting racist and colonialist discourses

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: Global Medievalism, An Introduction

Helen Young et Kavita Mudan Finn (dir.), Global Medievalism: An Introduction, Cambridge, Cambridge University Press, 2022.

The typical vision of the Middle Ages western popular culture represents to its global audience is deeply Eurocentric. The Lord of the Rings and Game of Thrones imagined entire medievalist worlds, but we see only a fraction of them through the stories and travels of the characters. Organised around the theme of mobility, this Element seeks to deconstruct the Eurocentric orientations of western popular medievalisms which typically position Europe as either the whole world or the centre of it, by making them visible and offering alternative perspectives. How does popular culture represent medievalist worlds as global-connected by the movement of people and objects? How do imagined mobilities allow us to create counterstories that resist Eurocentric norms? This study represents the start of what will hopefully be a fruitful and inclusive conversation of what the Middle Ages did, and should, look like.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

 

Parution: Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire

Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire. Le médiévalisme, hier et aujourd’hui, Paris, Vendémiaire, 2022.

Gentes dames et preux chevaliers, gueux et sorcières, moines rubiconds et inquisiteurs fanatiques, mais aussi Robin des Bois, Jeanne d’Arc, Gengis Khan, Saladin, Mélusine, le roi Arthur…
Le Moyen Âge est bien plus qu’une période historique : c’est un livre d’images foisonnant où artistes, créateurs et cultures populaires n’ont eu de cesse de puiser, réinventant inlassablement selon leur goût et celui de leur temps enluminures, donjons et cathédrales.
Rassemblant les meilleurs chercheurs sur le sujet, ce dictionnaire, premier du genre, décrypte en plus de 120 entrées cette recréation d’un Moyen Âge fantasmé qu’on désigne sous le nom de « médiévalisme », de Walter Scott à Umberto Eco, de l’Allemagne au Japon en passant par la Turquie et l’Afrique, des romans historiques aux films et séries de fantasy, sans oublier les jeux vidéo, les jeux de rôle, la bande dessinée, la peinture, les fêtes médiévales, la musique et la poésie…
Un bréviaire indispensable pour explorer les mille métamorphoses de ce temps lointain qui obsède notre imaginaire contemporain.

 

Tous les détails sont sur le site de l’éditeur.

Parution: Froissart après Froissart

Patricia VictorinFroissart après FroissartLa réception des Chroniques en France du XVe siècle au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

Cette étude propose une histoire de la réception française des Chroniques de Froissart du XVe siècle au XIXe siècle, explorant les processus de fabrique de Froissart et de son œuvre, entre érudition et fiction. L’analyse des usages historiographiques, idéologiques et littéraires souligne combien ces Chroniques représentent un riche terrain d’expérimentation, d’interrogation et un lieu commun à partir duquel penser la discipline historique et le roman historique.

Si le nom de Froissart n’est que ponctuellement mentionné chez les auteurs de la fin du Moyen Âge, il bénéficie d’une surreprésentation au XIXe siècle, cette période romantique de redécouverte et d’invention du Moyen Âge. Froissart, sous l’impulsion de Walter Scott, accompagne le renouveau du discours historique au cours du XIXe siècle sur fond de rivalité entre les tenants de l’école narrative, l’école philosophique ou le courant positiviste.

Ce livre esquisse une histoire littéraire, certes lacunaire, mais il donne une idée des goûts, des attentes selon les époques, et envisage les interpénétrations entre l’érudition et la littérature. Enfin, travailler sur la réception des Chroniques de Froissart est une invitation au voyage dans la littérature et les bibliothèques intérieures des auteurs, de Montaigne à Sollers, en passant par le marquis de Sade, Flaubert, Chateaubriand, Nerval, Michelet, Dumas, Giono ou Céline.

Tous les détails sont accessibles sur le site de l’éditeur.

Parution: Les historiographies des mondes normands, XVIIe-XXIe s.

Pierre Baudin et Edoardo D’Angelo (dir.), Les historiographies des mondes normands, XVIIe-XXIe siècle. Construction, influence, évolution, coll. “Symposia”, Caen, Presses universitaires de Caen, 2022.

L’ouvrage examine les modèles historiographiques élaborés pour l’étude des mondes normands médiévaux, c’est-à-dire les grilles d’interprétation du passé qui orientent durablement notre lecture et notre compréhension des faits historiques dans chacun des pays ou régions concernés par l’expansion des Normands. Il aborde les constructions historiographiques élaborées depuis le XVIIe siècle, en voyant la place des «Normands» dans le «roman national» de différents pays et leur influence sur notre connaissance de l’histoire des mondes normands. Le livre porte ainsi sur la construction de l’histoire des Normands, ainsi que sur les mythes et représentations qu’elle a suscités en ouvrant des comparaisons entre les pays concernés par l’expansion des Normands. L’historiographie juridique du XVIIIe siècle et l’œuvre, les méthodes de travail, les points de vue ou l’influence de quelques-uns des historiens qui ont marqué l’histoire des mondes normands depuis le XIXe siècle sont ainsi reconsidérés. L’ouvrage traite des différentes manières d’écrire l’histoire des Normands, en Normandie, en Angleterre, en Italie méridionale, en Norvège, de manière globale ou en partant de sources, d’objets, de figures, d’épisodes particuliers (la conquête de l’Angleterre, le recouvrement de la Normandie par Philippe Auguste, les croisades, la rencontre de Sigurðr Jórsalafari avec Roger II de Sicile). La transmission de l’histoire des Normands par le biais du cinéma ou de la bande dessinée est également abordée, ainsi que les interrogations relatives à la construction de l’Etat, aux discussions concernant les recherches toponymiques ou les études génétiques. L’ouvrage permet de relever les influences diverses des nationalismes ou des régionalismes, leur remise en question, les différents niveaux de lecture possibles, l’affirmation de questions récentes (diaspora, identités, transferts culturels, perspectives européennes).

 

Sommaire

Pierre BAUDUIN et Edoardo D’ANGELO, « Avant-propos »

Pierre BAUDUIN, « Introduction»

La construction de l’histoire des Normands

Gilduin DAVY, « Le passé recomposé des juristes normands : la naissance de la Normandie dans l’historiographie juridique des XVIIe et XVIIIe siècles »

Véronique GAZEAU, « 911-1911. La Normandie dans l’histoire : trois historiens au début du XXe siècle, Charles Homer Haskins, Gabriel Monod, Henri Prentout »

Agnès GRACEFFA, « Les Normands, des déprédateurs salutaires : l’analyse de Ferdinand Lot »

Fabien PAQUET, « Les deux visages du roi. Les historiens de la Normandie et Philippe Auguste (XIXe-XXIe siècles) »

Francesco D’ANGELO, « I Normanni visti dalla Norvegia. L’incontro tra Sigurðr Jórsalafari e Ruggero II nella storiografia norvegese moderna »

Mythes, représentations et historiographie

Damien JEANNE, « Puissance narrative et science historique. La représentation des Normands dans L’Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands d’Augustin Thierry (1825-1846) »

Judith GREEN, « Writing the Normans into English History »

Danièle ALEXANDRE-BIDON, et Yohann CHANOIR, « « Le joug brutal des Normands ». La construction d’un roman national dans la bande dessinée et le cinéma »

Errico CUOZZO, « I Normanni nella storiografia napoletana dell’800 e del ‘900 »

Ortensio ZECCHINO, « I Normanni e la mitologia dello ‘Stato di potenza’ nella storiografia otto-novecentesca »

Historiographies comparées

Lesley ABRAMS, « The Study of Scandinavian Settlement in the Viking Age: Historiographical Perspectives on the Application of Place-Names in England and Normandy»

Richard JONES, « The Viking diaspora: historical genetics and the perpetuation of national historiographical traditions »

Rosanna ALAGGIO, « Evelyn Jamison e la storia dei Normanni del Sdel Mezzogiorno normanno»

Luigi RUSSO, « La storiografia sulla crociata degli inizi dell’età moderna. Il «problema» dei Normanni del Mezzogiorno »

Edoardo D’ANGELO (Università SOB Napoli, CESN) : « Conclusioni »

 

Détails sur le site du Comptoir des presses d’universités.

Parution: Don Quichotte à Versailles

Marine RoussillonDon Quichotte à Versailles. L’imaginaire médiéval du Grand Siècle, Paris, Champ Vallon, 2022.

On n’a pas attendu Tolkien ou les romantiques pour inventer un Moyen Âge de fantaisie. À la cour de Louis XIV, les nobles jouent aux chevaliers et combattent des géants. Dans les romans, à l’opéra, dans les contes, on croise Clovis et Charlemagne, des fées et des troubadours. Le passé médiéval est un enjeu de pouvoir : il prouve l’ancienneté d’une famille, légitime les prétentions d’une couronne. C’est aussi un objet de plaisirs : plaisirs coupables de lecteurs (et surtout de lectrices) décrits comme de nouveaux Don Quichotte, fêtes royales, divertissements de l’opéra… En imaginant son passé médiéval, le XVIIe siècle définit les plaisirs acceptables et ceux qui ne le sont pas, débat des pouvoirs de la fiction et instaure une coupure durable entre l’esthétique et le politique.

 

Tous les détails sur le site de l’éditeur.

Parution: Le Puy du Faux

Florian Besson, Pauline Ducret, Guillaume Lancereau et Mathilde Larrère, Le Puy du Faux. Enquête sur un parc qui déforme l’histoire, Editions Les Arènes, 2022.

Le Puy du Fou séduit chaque année deux millions de personnes. Prenant ce succès au sérieux, quatre historiens et historiennes se sont immergés dans le parc, ont assisté à tous les spectacles et frissonné avec le public. Ils livrent ici une enquête minutieuse et pleine d’humour où apparaît, derrière les effets spéciaux et les décors somptueux, un univers rempli d’erreurs et de simplifications, le tout au service d’une propagande diffuse qu’il s’agit de repérer si on veut la combattre.

Toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Parution: Fake Moyen Âge!

Laurent Gervereau, FAKE MOYEN ÂGE! ou comment le Moyen Âge est imaginé à travers les films, la bande dessinée, les jeux vidéo, la pop culture, Argentat-sur-Dordogne, Nuage Vert, 2022.

Dans le cadre d’une exposition sur le médiévalisme organisée à la médiathèque Xaintrie Val’Dordogne à partir du 5 février 2022, découvrez la publication de 26 articles synthétiques et destinés au grand public sur l’utilisation du Moyen Âge dans différentes sphères médiatiques et culturelles. Cet ouvrage est à paraître le 15 janvier 2022 avec, en prime, la contribution de plusieurs de nos membres.

 

Table des matières

Rêver hier, Laurent Gervereau 7

Préface, Jean-Claude Schmitt 15

 

La construction d’un imaginaire medieval

Un Moyen Âge « walterscotté », Patricia Victorin 22

La place du Moyen Âge dans l’espace public de l’époque romantique à nos jours (1820-2020), Christian Amalvi 56

Le château de Versailles, vitrine paradoxale des représentations du Moyen Âge, Christian Amalvi 89

Les sources médiévales de l’art modern et contemporain, Thomas Golsenne 97

Au cinéma, un Moyen Âge condamné à être « faux » ?, François Amy de la Bretèque 113

Le Moyen Âge dans la BD : un être culturel iconique et plastique, Alain Chante 140

Moyen Âge et séries télévisées, Justine Breton 160

Stronghold Legends : exemple d’un jeu vidéo entre Moyen Âge et humour, Raphaël Bourdot 172

Les fêtes médiévales, Florian Besson 185

Jeux vidéo et bardcore: les nouveaux usages du médiévalisme en musique ? Matthias Lakits 193

Une brève histoire des médiévistes : de l’époque classique à nos jours, Christian Amalvi 202

Moyen Âge et nationalisme, Richard Utz et Anne-Françoise Le Lostec 245

Le médiévalisme, Yohann Chanoir 262

 

Sujets de fascination

L’invention de Jeanne d’Arc par les Romantiques, Gerd Krumeich 272

Robin des Bois, objet de fascination du cinema, François Amy de la Bretèque 286

Un roi, une table, un plat, des chevaliers, des dames et des romans, Patricia Victorin 301

Le château fort et les idées reçues dès l’enfance, Marie Périn 321

Le castrum de Merle, un château pas comme les autres ?, Christian Remy 335

Ma sorcière mal-aimée ? Les sorcières dans la BD et le cinéma, Danièle Alexandre-Bidon et Yohann Chanoir 354

Ils se refilent la précieuse carcasse du goupil, Aurélie Barre 368

Les serfs, Yohann Chanoir 381

Imaginaire ou idéologique : la cathédrale, Danièle Alexandre-Bidon 391

Représentations de la forêt médiévale dans l’histoire et dans la littérature, Sylvie Bépoix, Hervé Richard et Hélène Gallé 405

Sales ? Non : propres ! Hygiène publique et hygiène privée, histoire d’un découplage Danièle Alexandre-Bidon 435

Manger médiéval ?, Denis Saillard 451

L’imaginaire des croisades, Florian Besson 465