Archives de catégorie : Parutions

Parution: Temps, fiction et pratiques ludiques

Audrey Tuaillon Demésy (dir.), dossier thématique “Temps, fiction et pratiques ludiques”, Mundus Fabula, octobre 2021. Accessible en ligne: https://mf.hypotheses.org/1470.

Le Carnet Mundus Fabula accueille pour la troisième fois les actes des ateliers-séminaires « Loisirs et imaginaires » qui se tiennent tous les ans à Besançon dans le cadre de l’ANR Aiôn, en partenariat avec le laboratoire C3S (EA 4660).

Le thème de cette saison 3, intitulée Temps, fiction et pratiques ludiques, invite à questionner l’expérience du jeu au regard des imaginaires du temps. Plus précisément, l’objectif est de proposer une réflexion portant sur les cadres temporels inhérents à diverses formes de pratiques ludiques ou sportives, qu’il s’agisse de reconstitution historique, de roller derby ou de jeux de plateau.

Sommaire

Parution: Les figures de Perceval

Georges Bertin (dir.), Les Figures de Perceval, CENA, Editions du Cosmogone, septembre 2021.

La figure de Perceval, le « nice » chevalier, s’impose en effet certes sur le plan d’une esthétique qui lui est propre et qui dépasse peut-être même les intentions de ses auteurs.

Elle peut être interrogée d’abord comme porteuse d’une mythologie inhérente en ses sources et aussi, en tant que telle, comme production littéraire voire philosophique, ou encore être utilisée et replacée dans les contextes culturels de ses productions.

Elle doit être aussi examinée telle qu’elle a été reçue et telle que nous la recevons car elle a affaire à l’humain en chacun de nous, et à notre humanité. Elle sollicite nos affects, nos représentations, nos imaginaires.

Contributeurs et contributrices: Jean-François BEAUCHÊNE, Georges BERTIN, Daniel BORDEAUX, Rémi BOYER, Justine BRETON, Gérard BYRON CLOUZARD, Sylvain FERRIEU, Catherine GUILLOU, Cécile LAGANE, Véronique LIARD, Gil Alonso MIER, Marco PROST, Jean-Claude ROMANENS, Émilie TANGUY-LOUBRIE, Olivier WICKY, Sabrina WISNIEWSKI.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: Epouser la déesse

Marc Rolland, Epouser la déesse: essais sur la femme, le surnaturel et l’hyperbole, Shaker Verlag, 2021.

Partant de la « Rencontre avec la fée », de Mélusine à la Belle Dame sans Merci jusqu’à Luthien Tinuviel, l’auteur, Marc Rolland, s’interroge sur la place de la femme « surnaturelle » (déesse, fée, fantôme, elfe) dans des narrations où elle est confrontée à un homme mortel, autrement dit, lors de la confusion de deux plans d’existence que les traditions religieuses entendent maintenir séparées. Ces rencontres obéissent d’ailleurs à un modus operandi constant. L’extension de cette thématique à des mortelles élevées hyperboliquement au rang de personnages surnaturels traduit-elle nécessairement une réification de la femme ou bien plutôt le désir de lui épargner le processus de déclin et de destruction propre aux mortels ? Peut-on parler d’une « métaphysique de la Déesse » ou d’une sacralisation de la beauté, promue au rang de Bien absolu ? Choisissant des exemples dans la littérature d’imagination de plusieurs langues, allant de l’Europe à l’Inde (Rider Haggard, William Morris, E. R. Eddison, James Branch Cabell, mais aussi Villiers de l’Isle-Adam, Gabriele d’Annunzio, Pierre Loti, Lawrence Durrell, Salman Rushdie et Shamsur Rahman Faruqi), l’auteur distingue en sourdine une sensibilité anglo-saxonne qui aspire à la fusion ou à l’association heureuse (« épouser la déesse ») et un courant plus pessimiste, européen, qui voit dans la conjugalité un abaissement de l’idéal et n’envisage aucune issue hormis celle, tragique, qui renvoie au mythe tristanien.

L’auteur décrypte également l’interface entre deux mondes qu’est le portrait hanté et l’état médian entre l’œuvre d’art et l’être conscient qu’est l’automate. Comment la femme vient-elle à incarner la quintessence d’une nation, d’une ville, d’une civilisation ? Ce « sur-naturel » se pare-t-il d’une charge subversive, celle de la « femme nouvelle » quand il s’agit de bousculer les rôles traditionnels, en Europe et en Amérique en 1900, en Turquie et en Inde plus récemment selon les exemples choisis ?

On trouvera dans ce volume des parallèles inédits entre la littérature fin-de-siècle, la New Romance et la Fantasy, notamment par la comparaison entre D’Annunzio et E. R. Eddison et le décryptage de l’œuvre de James Branch Cabell, et ce recueil d’essais s’achève dans le réalisme magique du roman indien monumental de Shamsur Rahman Faruqi, The Mirror of Beauty (2013).

 

Retrouvez tous les détails sur le site de l’éditeur.

Parution: The Middle Ages in Modern Culture

Karl Alvestad et Robert Houghton (dir.), The Middle Ages in Modern Culture. History and Authenticity in Contemporary Medievalism, Londres, Bloomsbury, 2021.

L’ouvrage est entièrement disponible sur le site de l’éditeur, et en liens directs ci-dessous.

 

Table des matières

Parution: Maurice Denis et le Moyen Âge

Andreea Apostu, Réminiscences médiévales dans l’oeuvre de Maurice Denis, Classiques Garnier, coll. “Histoire culturelle”, 2021.

Profondément influencé par le Moyen Âge, Maurice Denis a rêvé de récupérer l’essentiel de son art décoratif et de sa spiritualité. Ce livre retrace la manière dont le peintre a choisi de resémantiser les éléments médiévaux sacrés et profanes, afin de les adapter à la sensibilité et aux aspirations de son temps.

 

Tous les détails sont sur le site de l’éditeur.

Parution: Pratiques des indulgences du Moyen Âge à l’époque contemporaine

Esther Dehoux, Caroline Galland et Catherine Vincent (dir.), Des usages de la grâce. Pratiques des indulgences du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Presses du Septentrion, 2021.

La commémoration de l’affichage des 95 thèses par Luther en 1517 a de nouveau mis en avant la question des indulgences, reprise ici de manière apaisée et novatrice, par la pratique et dans le long terme, des fonds documentaires médiévaux aux réseaux sociaux.
La trentaine d’études réunies n’entre pas dans la polémique mais entend mettre en valeur des témoignages concrets d’appropriation des « pardons » qui en disent aussi long que les textes doctrinaux et font apparaître la circulation entre le prescrit et le vécu. Le choix du long terme permet de saisir les inflexions d’un marqueur identitaire de l’Église latine qui a traversé les siècles.
Trois questions sous-tendent les analyses. Qui peut octroyer et prêcher les indulgences : les évêques ou seul, le pape, lors des Jubilés ? Comment les gagner : l’argent y suffit-il ; qu’en est-il des actes de piété et des dispositions intérieures ? Comment s’en servir ; quelles causes spirituelles ou politiques justifient leur distribution ?

Retrouvez le sommaire détaillé et les possibilités de commande sur le site de l’éditeur.

Parution: The United States of Medievalism

Tison Pugh et Susan Aronstein (dir.), The United States of Medievalism, University of Toronto Press, 2021.

The United States of Medievalism contemplates the desires, dreams, and contradictions inherent in experiencing the Middle Ages in a nation that is so temporally, spatially, and at times politically removed from them. The European Middle Ages have long influenced the national landscape of the United States through the medieval sites that permeate its self-announced republican landscapes and cities. Today, American-built medievalisms continue to shape the nation’s communities, collapsing the binaries between past and present, medieval and modern, European and American.
The volume’s chapters visit the nation’s many medieval-inspired spaces, from Sherwood Forest in Texas to California’s San Andreas Fault. Stops are made in New York City’s churches, Boston’s gardens, Philadelphia’s Bryn Athyn Cathedral, Orlando’s Magic Kingdom, Appalachian highways, Minnesota’s Viking Villages, New Orleans’s Mardi Gras, and the Las Vegas Strip. As the editors and their fellow essayists take the reader on this cross-country trip across the United States, they ponder the cultural work done by the nation’s medievalized spaces.

Tous les détails et les commandes sont accessibles sur le site de l’éditeur.

Parution: Le château allégorique

Cristina Noacco et Christophe Imbert (dir.), Le château allégorique. Image mentale et paysage d’autorité de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. “Interférences”, 2021.

Le château représente un archétype de l’imaginaire collectif. Au-delà de son omniprésence dans le décor des contes de fées, de sa valeur symbolique dans l’espace médiéval et de son remploi littéraire, artistique et cinématographique, il contribue à la construction d’un paysage mental d’autorité, auquel la tradition occidentale se réfère, pour y adhérer ou pour le questionner.
La finalité scientifique de cet ouvrage consiste avant tout à le considérer comme la composante essentielle d’un réseau d’images qui a assuré la perception du paysage dans la tradition culturelle européenne.
Les études ici réunies visent également à interroger le mouvement qui dynamise cette image dans le paysage allégorique : la quête du château (soit une quête de la connaissance), l’arrivée au château (soit l’accomplissement d’un parcours initiatique), l’enfermement ou la destruction du château… Ce deuxième axe implique d’ailleurs l’existence d’une grammaire reliant entre eux les objets de la topique, complément nécessaire de leur interprétation : le chemin jusqu’au château, la montagne couronnée par le château, l’auberge de l’étape (la quête inachevée), face à la demeure éternelle et au sanctuaire du sens que figure le château.
Ce volume évalue enfin, par une approche diachronique et interdisciplinaire, l’apport des différentes réflexions sur le château à la tradition européenne de la pensée allégorique, tradition qui s’érige comme un château de Mémoire, sur lequel les hommes de culture ont aujourd’hui la tâche de veiller.

Cet ouvrage fait suite à des séminaires et à des journées d’étude tenus entre 2013 et 2015.

 

Table des matières

Préface – Anne-Marie Cocula-Vaillières

Introduction – Cristina Noacco et Christophe Imbert

Première partie: Palais et citadelles allégoriques dans le monde antique

“L’acropole de l’âme du jeune homme”, Note sur un passage de Platon (La République, 560 B) – André Bouvet

Citadelle de la raison et palais de la mémoire. Les liens de l’âme selon Platon et Saint Augustin – Christopher Lucken

Gloriosissimam ciuitatem Dei… Rhétorique du Salut et métaphores cosmiques dans La Cité de Dieu de Saint Augustin – Michel Banniard

Deuxième partie: Châteaux allégoriques au Moyen Âge et à la Renaissance

La tour et la clôture. Le château allégorique dans la littérature française des XIIe et XIIIe siècles – Cristina Noacco

Ostel, taverne, chastel? Les lieux représentatifs du pouvoir dans Le Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc – Carine Giovénal

Le symbole du labyrinthe dans les Demeures du Château intérieur de sainte Thérèse de Jésus – Isabel Hernando Morata

Architectures allégoriques. Les châteaux dans le Roland furieux – Chiara Cassiani

Troisième partie: Le renouvellement de l’imaginaire architectural allégorique à l’époque moderne

Châteaux et palais dans les récits de Béroalde de Verville: voir autrement – Véronique Adam

Du château allégorique au château gothique anglais. Constantes et mutations d’un imaginaire littéraire – Pierre Carboni

Le château dans les Songes d’un hermite de Louis-Sébastien Mercier (1770) ou la scène infernale de la passion du pouvoir – Hélène David

Le château: une métaphore révolutionnaire de Sade à Révéroni de Saint-Cyr – Luisa Messina

Quatrième partie: Forteresses illusoires: la quête inachevable à l’époque contemporaine

Le château allégorique d’Edgar Allan Poe. Images de l’introspection dans le paysage gothique – Manon Amandio

Les avatars de l’image du château en Allemagne. Du Château Durande (1837) d’Eichendorff au Château de Kafka (1926) – Yves Iehl

Les derniers châteaux du Symbolisme. Réduits du poète ou présences spectrales de la poésie au seuil menaçant du XXe siècle – Christophe Imbert

Une emblématique des châteaux chez Julien Gracq – Patrick Marot

Architecture allégorique et poésie moderne. Frénaud, château, quête et requête – Arnaud Despax

Le Château allégorique postmoderne d’Italo Calvino -Jean Nimis

It’s only a model“: le château déconstruit des Monty Python – Justine Breton

Conclusion – Cristina Noacco et Christophe Imbert

Bibliographie

Résumé des articles

Les auteurs

Parution: Dossier Merlin

La revue La Grande Oreille consacre un dossier à “Merlin“, sous la direction de Karin Ueltschi-Courchinoux, Anne Berthelot et Laurence Hélix.

Merlin, enchanteur, magicien et prophète a présidé à la naissance d’un monde qui nous fascine toujours : celui d’Arthur et des chevaliers de la Table ronde. Mais qu’a encore à nous apprendre ce personnage tout à la fois romanesque, historique et légendaire ? Et quelles traces a-t-il laissées, lui, cet éternel conteur et maître de la parole, qui nous invite à prendre conscience du monde fragile qui nous entoure ?

Le sommaire est disponible ici.

Tous les détails et la possibilité de commande sont sur le site de la revue.

Parution: Le genre en littérature

Marie-Françoise Berthu-Courtivon et Fabienne Pomel (dir.), Le genre en littérature. Les reconfigurations masculin/féminin du Moyen Âge à l’extrême contemporain, Presses universitaires de Rennes, 2021.

Cet ouvrage étudie le brouillage des normes et des stéréotypes de genre dans les textes littéraires, du Moyen Âge au XXIe siècle. Ce concept de genre, qui a profondément transformé l’approche des sciences sociales et humaines, restait encore peu exploité dans les études littéraires. Qu’ils soient de l’ordre du jeu, qu’ils relèvent d’une résistance politique ou de perturbations esthétiques, les phénomènes d’hybridation et de réversibilité des codes viennent défier les performances traditionnelles de genre. Si le travestissement reste pendant des siècles l’outil principal du brouillage, la modernité sonde les voies d’un au-delà multiple du genre, allant d’une érotique subversive à des interpénétrations existentielles et identitaires de fond, particulièrement sensibles dans les littératures contemporaines d’expression française de par le monde.

Tous les détails et la possibilité de commande sont sur le site de l’éditeur.

Parution: Traductions et translations entre Moyen Âge et Modernité

Claudio Galderisi, La rumeur des distances traverses. Transferts culturels, traductions et translations entre Moyen Âge et Modernité, Brepols, 2021.

Les vingt-cinq chapitres de cet ouvrage offrent une vue d’ensemble de la pratique de la translation, de la traduction et des transferts culturels, de leur portée quantitative et typologique, de leurs enjeux épistémologiques et historiques, de leurs impasses, de leurs silences, de leurs faux-semblants et de leurs faux-amis, mais également de leur charge vivifiante, du profit que les lettrés et les indocti peuvent en retirer.

Cet ouvrage ne s’interroge pas seulement sur l’utilitas, le plaisir, les buts éthiques, politiques et moraux de la traduction. La traduction n’est que l’un des vecteurs de la translatio studii, qui alimente à travers la circulation culturelle et universitaire, le choc des mythologies, la confrontation de la pensée sauvage et de la pensée cléricale, tous les transferts qui s’opèrent du passé vers le présent, de l’Est vers l’Ouest, et parfois de l’Ouest vers l’Est. Ce livre propose alors des études d’autres modalités de transfert culturel, d’autres types de mutations qui dessinent des fractales culturelles dans l’espace-temps qui sépare et réunit l’Antiquité et le monde médiéval, l’Orient et l’Occident, les mondes médiévaux et les mondes modernes. L’observation de ces transferts culturels nous offre une image vivante et vivifiante de la civilisation médiévale et nous oriente dans les chemins et parfois les impasses qu’elle a empruntés au Moyen Âge, et au-delà jusqu’à nous.

Claudio Galderisi, professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM), a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe -XVe s.) (Brepols, 2011) et a codirigé une dizaine de volumes sur la traduction et les transferts culturels.

Table des matières

Avant-propos : perspectives et prospectives

Partie I : L’invention du Moyen Âge
Le Moyen Âge des pertes, des gains et une capitalisation majeure
Une civilisation juchée sur les épaules des lettres

Partie II. 1 : Des géants sur les épaules des nains…
Le translateur : Pont et planche du nouveau monde
La langue d’oïl (et la langue d’oc) au miroir des traductions
Le silence des siècles et la traduction empêchée
La traduction manipulée

Partie II. 2 : Mythologie antique et horizons chrétiens : trois exemples de concurrence culturelle
Alcide, le héros oublié de la translatio studii
Alexandre : Bâtisseur et ‘fossoyeur’ d’Alexandrie
Paris au Moyen Âge entre mythisation et représentation littéraire in absentia

Partie III : Les lettres françaises à l’école des traducteurs
Des translateurs-nains aux créateurs de la prose savante
Liste des traducteurs des XIVe et XVe
Des nains devenus des maîtres à penser: Les traductions des miroirs des princes
L’âge de la traduction : Moyen Âge vs Renaissance

Partie IV : Les deux sœurs de la Romania : France et Italie
La France et l’Italie : Faux-amis et vrais transferts culturels au Moyen Âge
Un cas emblématique du bilinguisme roman : Brunetto Latini entre création, compilation et… autotraduction
Une auctoritas problématique : Bonaventure de Demena et l’autotraduction

Partie V. 1 : L’héritage de la translatio studii : de la francophonie au médiévalisme
Du même au même ? La vieille langue était une langue jeune
Lingua Gallica ad Europam

Partie V. 2 : Quatre modalités de la mutation littéraire 
La fée envolée vers la Modernité
Entre réécriture et traduction : Stendhal et les Chroniques italiennes
L’anachronisme sublimé ou La Pisanelle de D’Annunzio
Réécritures vivifiantes : Le Jongleur de Notre-Dame
Le médiévalisme en trompe-l’œil

Conclusion : Pour une nouvelle translatio studii

Apostille anachronique

Index des auteurs
Index des titres
Index des manuscrits

 

Tous les détails sont accessibles sur le site de l’éditeur.

Parution: La Défense de Guenièvre

William Morris, La Défense de Guenièvre [1857], trad. Philippe Mortimer, présentation William Blanc, Montreuil, Libertalia, coll. “La petite littéraire”, 2021.

Edition bilingue et première traduction française du poème pionnier de Morris.

 

« Lancelot est entré ; ses lèvres j’ai goûtées,
C’est pure vérité, en ce printemps mutin…
Je ne puis vous décrire tant de félicité. »

 

 

 

En 1857, dans l’Angleterre victorienne patriarcale, William Morris, jeune poète de 23 ans, s’empare de la légende arthurienne. Au lieu de célébrer les exploits des chevaliers, l’auteur donne pour la première fois la parole à la reine Guenièvre. Reprenant l’un des épisodes les plus célèbres du mythe du Camelot durant lequel la souveraine est accusée d’adultère avec Lancelot, il place Guenièvre au centre de son récit et lui laisse le champ libre pour qu’elle présente seule sa défense devant un parterre de juges : tous des chevaliers, tous des hommes. La reine développe ses arguments et défend son amour. À travers elle, William Morris critique les mœurs de son temps, à une époque où les femmes n’ont pas la parole dans l’espace public, tout en célébrant la passion des amants, la sexualité féminine et l’union libre. Ce texte essentiel, particulièrement original dans toute la production arthurienne du XIXe siècle, est pour la première fois traduit en français et publié en édition bilingue.

Retrouvez tous les détails sur le site de l’éditeur.

Parution: Les manuscrits de Christine de Pizan

Sarah Decale, Diamant obscur. Interpréter les manuscrits de Christine de Pizan, Genève, Droz, Publications romanes et françaises 271, 2021.

Les manuscrits des oeuvres de Christine de Pizan (1365 ?-1430 ?) produits sous le contrôle de l’auteur prouvent que, dès le Moyen Age, la présentation des copies est fondamentale pour interpréter et classer les textes littéraires. Quelle pensée et quelles pratiques de la création ces copies révèlent-elles ? Quelle relation la mise en livre des manuscrits entretient-elle avec les genres littéraires ? Cette relation change-t-elle d’un ouvrage, d’un sujet, d’une campagne de diffusion à l’autre ? Que reste-t-il de cette esthétique dans les copies réalisées après la mort de l’auteur ou hors de son contrôle ? En réponse à ces questions importantes et exigeantes, cette étude propose une synthèse à la fois codicologique et littéraire de l’oeuvre de Christine de Pizan, et tout particulièrement de ses dits, ses livres en prose et sa Mutacion de fortune.
Elle conjoint les outils de la codicologie, de la philologie, de l’histoire et de la théorie littéraires, de la narratologie, de la stylistique et de la philosophie. Y sont analysés les témoins médiévaux mais aussi diverses éditions, ouvrages d’éducation et créations littéraires qui ont revisité l’oeuvre du XVIe au XXIe siècle. L’objectif est double : reconstruire les techniques créatives d’un écrivain-éditeur tout en retraçant leurs réceptions possibles et modéliser une théorie de la mise en livre applicable à d’autres corpus manuscrits.

Toutes les informations sont disponibles sur le site de l’éditeur.

Parution: Licornes. Celles qui existent et celles qui n’existent pas

Jocelyn Benoist et Véronique Decaix (dir.), Licornes. Celles qui existent et celles qui n’existent pas, Paris, Vendémiaire, coll. “Retour au Moyen Âge”, 2021.

Aux origines d’un mythe contemporain
Personnage de jeu vidéo, motif de pyjama, créature de Harry Potter : la licorne, icône de la pop culture, est aujourd’hui partout. Mais si on l’associe volontiers au Moyen Âge tardif, et en particulier à la spectaculaire autant qu’énigmatique tenture La Dame à la licorne du musée de Cluny, sait-on que cet animal mythique trouve ses origines dans l’Antiquité grecque et l’Ancien Testament ? Qu’elle a oscillé dans la littérature médiévale entre les genres mâle et femelle ? Et qu’en tant qu’exemple canonique d’objet dont il faut déterminer ou non s’il existe – ou s’il est possible qu’il existe et ce que cela signifie –, elle a passionné les philosophes, de Duns Scot à Bertrand Russell en passant par Kant et Leibniz ?
Saisissant cette figure sans cesse réinventée dans toutes ses dimensions, un collectif de philosophes et de spécialistes d’histoire de l’art et de littérature lève le voile sur les mystères de cet animal-totem.
Sous la direction de Jocelyn Benoist, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Véronique Decaix, maîtresse de conférences en philosophie médiévale.
Avec la participation de Sophie Albert, Anne Besson, Béatrice de Chancel-Bardelot, Rémy Cordonnier, Félix Duportail, Maurizio Ferraris, Markus Gabriel, Wouter Goris, Virginie Greene, Jean-Baptiste Rauzy, Jens Rometsch, Nicholas Stang et Jean-René Valette.

Retrouvez toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Parution: La force de l’épée

Martin Aurell, Excalibur, Durendal, Joyeuse. La force de l’épée, Paris, Presses universitaires de France, 2021.

Excalibur, Durendal ou Joyeuse, ces noms évoquent spontanément un riche imaginaire médiéval. Attri – buer un nom propre à l’épée est une invention du Moyen Âge, significative de la personnalité de cet arte – fact exceptionnel, nullement inanimé. En symbiose avec son porteur, qui n’hésite pas à lui parler comme à une compagne, elle ne donne pas seulement la mort, elle vit, dégage de la lumière, est dotée d’une voix. Invincible, elle peut aussi se briser entre les mains d’un félon ou d’un couard. Un forgeron aux pouvoirs mythiques en est le créateur. Seul le chevalier aristocratique la reçoit au cours de l’adoubement… ou des mains d’une fée. Symbole du pouvoir du roi et de ses auxiliaires de la noblesse, elle est au cœur de la théorie des deux glaives, une profonde réflexion politique séparant le religieux du séculier dans la gouvernance de la société. Martin Aurell éclaire l’histoire de cet objet fascinant à la fois destiné à l’usage de la force, porteur de nombreux pou – voirs et paré de l’attrait du merveilleux.

Tous les détails sont accessibles sur le site de l’éditeur.