Archives de catégorie : Parutions

Parution : Arthur à l’écran

Justine Breton, Le Roi qui fut et qui sera. Représentations du pouvoir arthurien sur petit et grand écrans, Classiques Garnier

En mettant en regard les sources médiévales de la légende du roi Arthur et ses adaptations audiovisuelles occidentales (cinéma, télévision), cet ouvrage interroge la conception mouvante des pouvoirs arthuriens – royal, chevaleresque, féminin et même populaire – de Geoffroy de Monmouth à Guy Ritchie.

Parution : Légende Arthurienne


Légende Arthurienne. Sources, dérivations et ruissellements, sous la direction de Georges Bertin, éditions de l’Oeil du Sphynx, 2019

Textes de Véronique Liard, Gilles Susong, Paul Verdier, Lauric Guillaud, Pierre Besses et Jean Paul Lelu portant sur cette « transversalité culturelle et symbolique reliant, par delà les deux rives de la Manche, dans un imaginaire commun », née au Moyen Âge ; sur « les récits arthuriens » comme « pratique culturelle métissée, préfiguration de ce melting pot que deviendra une Europe  n’ayant jamais cessé de se définir dans le croisement des influences les plus diverses ».

Parution : Châteaux royaux

Après le temps des rois. Les châteaux du Val de Loire et leurs visiteurs, sous la direction d’Aurore Montesi, Florence Fix et Pierre Wat, éditions Orizons, 2019.

Angers, Saumur, Chinon, Langeais, Loches, Plessis-lèz-Tours, le Clos-Lucé, Chenonceau, Amboise, Chaumont-sur-Loire, Blois, et bien sûr Chambord… les châteaux royaux en Val de Loire ont été des lieux de pouvoir avant de s’inscrire dans l’espace commun en tant que lieux publics. Symboles de la majesté des souverains durant deux siècles, ils sont ensuite délaissés pour Paris puis Versailles, menacés de destructions ou de dispersion, restructurés et réemployés. Ce vide fait rêver : leur architecture composite et stratifiée, rappelant les multiples constructions et rénovations qu’ils ont connues, mais aussi les divers emplois et fonctions qu’ils ont pu occuper, interroge l’historien de l’art comme le professionnel de la conservation et du patrimoine. Que présenter au visiteur soucieux d’apprendre, de comprendre ces demeures qui sont une condensation d’histoire de l’art et d’histoire politico-culturelle ?

Une dizaine de conservateurs et d’historiens de l’art, avec la coordination d’Aurore Montesi (doctorante en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; page personnelle ici), Florence Fix (Professeur en littératures comparées à l’Université de Rouen-Normandie) et Pierre Wat (Professeur d’histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de l’HiCSA), partagent ici leurs expériences et leur savoir afin d’interroger l’identité et le devenir du château « après le temps des rois », suite à la journée d’étude organisée à l’INHA en septembre 2015 ayant pour thématique la représentation des châteaux en Val de Loire du XIXe au XXIe siècle.

SOMMAIRE

Introduction

Aurore Montesi

Imaginer un château. Les romantiques et les châteaux de la Loire : préservation et créations théâtrales

Stéphane Arthur

Châteaux, palais et prisons : la vision symbolique du Cinq-Mars de Vigny

Lise Sabourin

Les châteaux de la Loire dans l’œuvre d’Alexandre Dumas : un exemple de paradigme romanesque

Sylvain Ledda

Un château fond de scène d’un parc : Le garde-chasse de Chambord (1821)

Florence Fix

Le Chambord de Flaubert

Éric Le Calvez

Le Soldat et la Sorcière d’Armand Salacrou, ou les deux défaites du « Roi de Chambord »

Yannick Hoffert

(Dés)enchantement et réinvention du patrimoine. Le château de Chambord dans Peau d’âne de Jacques Demy (1970)

Aurore Montesi

Visiter un château. Avant-propos

Luc Forlivesi

Le château de Chambord au XIXe siècle : étude critique des travaux voulus par le comte de Chambord (1830-1883)

Timothée Bartkowiac-Bouvet

L’évolution du statut et de la destination du château d’Amboise, de la fin du XVIIIsiècle à nos jours

Jean-Louis Sureau

Le château royal de Blois, entre culture et tourisme

Élisabeth Latrémolière

Le château de Saumur au XIXe siècle : genèse d’un monument historique

Claire Giraud-Labalte

Conclusion

Christian Amalvi

Bibliographie indicative

Les auteurs

Table des matières

Parution : Loisirs et imaginaires

Nouveau dossier thématique sur le carnet hypotheses.org Mundus Fabula : « Loisirs et imaginaires », coordonné par Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat : https://mf.hypotheses.org/948

« Les communications présentées lors d’un séminaire organisé à l’UPFR des Sports de Besançon en 2018, intitulé « Loisirs et imaginaire. La construction de mondes sociaux »,  ont conduit à partager des problématiques et à mener des débats autour de l’usage de l’imaginaire pour l’analyse du réel. Plus encore, en prenant pour cadre les loisirs, il s’agissait de comprendre comment la notion est utilisée selon les terrains respectifs de chacun et est rendue opérante grâce aux différentes méthodologies employées. »

Voir la présentation complète sur le carnet, et signalons en particulier les textes suivants :

Audrey Tuaillon Demésy, Sébastien Haissat, Introduction, Quels usages aujourd’hui de la notion d’imaginaire ?

Laurent Di Filippo, Approches anthropologiques de l’imaginaire pour l’étude des représentations nordiques

Noémie Budin, Quand l’imaginaire se fait le miroir de la société. L’exemple de la matière féerique

Sébastien Haissat, Les personnages de fiction dans les médias de masse. Expression d’un imaginaire social

Audrey Tuaillon Demésy, Punks, reconstituteurs et joueurs de quidditch : temps et imaginaire dans les loisirs alternatifs

Parution : Moyen Âge pour la jeunesse

Fictions médiévales pour la jeunesse, sous la direction d’Yvon Houssais, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2018

Le Moyen Âge continue à occuper une place importante dans l’édition pour la jeunesse, sous des formes variées, allant de la fantasy au roman historique proprement dit.  Quel est le rapport à l’Histoire entretenu par ces textes ? La première partie laisse la parole aux auteurs qui reviennent sur leur démarche et leur projet d’écriture. Par la suite, est analysée la question des rapports entre l’Histoire et la fiction, les traces de l’Histoire dans le texte, le compromis tenté par l’auteur entre l’imaginaire et l’historiquement vraisemblable. Enfin, une dernière partie traite des pratiques de lecture du roman historique en classe et de sa place dans les revues pédagogiques.

PREMIÈRE PARTIE : DE L’HISTOIRE À LA FICTION                                             

Histoire et récit dans le roman historique pour la jeunesse                                                  

Yvon Houssais

Continuer la lecture

Parution : Arthuriana pour enfants


Malory’s Magic Book. King Arthur and the Child, 1862-1980, 
Elly McCausland, Boydell and Bewer “Arthurian Series”, 2019


Arthur Drawing the Sword from the Stone, Walter Crane (Illustration)

An examination of the numerous adaptations of Malory’s Morte Darthur for children in the nineteenth and twentieth centuries.From the time when the writer J.T. Knowles first adapted Thomas Malory’s Morte Darthur for a juvenile audience in 1862, there has been a strong connection between children and the Arthurian legend. Between 1862 and 1980, numerous adaptations of the Morte were produced for a young audience in Britain and America. They participated in cultural dialogues relating to the medieval, literary heritage, masculine development, risk, adventure and mental health through their reworking of the narrative.
Covering texts by J.T. Knowles, Sidney Lanier, Howard Pyle, T.H. White, Roger Lancelyn Green, Alice Hadfield, John Steinbeck and Susan Cooper, among others, this volume explores how books for children frequently become books about children, and consequently books about the contiguity and separation of the adult and the child. Against the backdrop of Victorian medievalism, imperialism, the rise of child psychology and two world wars, the diverse ways in which Malory’s text has been altered with a child reader in mind reveals changing ideas regarding the relevance of King Arthur, and the complex relationship between authors and their imagined juvenile readers. It reveals the profoundly fantasised figures behind literary representations of childhood, and the ways in which Malory’s timeless tale, and the figure of King Arthur, have inspired and shaped these fantasies. 

Dr ELLY MCCAUSLAND is Senior Lecturer in British and American literature at the University of Oslo.

Table des matières

Introduction
‘Ever fresh and fascinating to the boy and girl of today’: the timeless child and the childish medieval in nineteenth-century Arthuriana
Risk and revenue: adventurous Arthurian masculinities in the work of Howard Pyle and Henry Gilbert
The ill-made adult and the mother’s curse: psychoanalysing the Arthurian child in T. H. White’s The Once and Future King
‘Monty Python was not that far away’: the instability of 1950s Arthuriana for children
‘For a little while a magician’: potent childish fantasies in John Steinbeck’s Acts of King Arthur and his Noble Knights
Conclusion: At the crossing-places
Bibliography

Parution : Modernité des troubadours

Modernité des troubadours, sous la dir. d’Elodie Burle-Errecade, Michèle Gally et Francesca Manzari, Presses Universitaires de Provence, 2018

En quel sens peut-on parler de « modernités des troubadours», ces poètes lyriques du premier Moyen Âge compositeurs de pièces écrites dans une langue superbe mais désormais difficile à comprendre ? Ils ne cessent pourtant de hanter la mémoire des poètes, des musiciens, des romanciers, par l’attrait de leur chant amoureux né en langue d’oc et qui marquera l’art d’aimer de l’Europe pour des siècles. Modernes donc ils le sont, par leur présence entêtée autant que par la perfection de leur art : fin’amor – amour parfaite, amour de la langue et de la musique. Cet ouvrage étudie ce que les troubadours occitans ont inspiré à des œuvres de différentes expressions artistiques,modernes et contemporaines. Elles trouvent parfois dans le plus ancien de quoi nourrir leur renouvellement. Le volume interroge aussi la correspondance entre le dire et le dit lorsque la forme canso est confrontée à l’épreuve de la transposition, de la réécriture, de la traduction dans une culture autre.Comment défaire le lien qui tient enveloppés les figures et les thèmes de la lyrique amoureuse avec leurs « mesures » en langue occitane ? Sans doute au prix d’une transcréation, gage de la fécondité de ce qui n’est qu’improprement tenu pour passé. 

Parution : Combattre (comme) au Moyen Âge

Combattre (comme) au Moyen Âge,  revue Bien Dire et Bien Aprandre, Université de Lille, Textes réunis par Anne Besson et Emmanuelle Poulain-Gautret, 2018

Chanter la guerre au Moyen Âge
Marie-Geneviève Grossel : Art de faire la guerre, art de chanter la guerre ? Le poème de Guillaume Anelier
Adelaïde Lambert : Des vieux romans aux Amadis. Rhétorique de l’exploit guerrier dans le manuscrit Gerard du Frattre et l’imprimé Gerard d’Euphrate
Sandrine Legrand : Les guerriers troyens : entre idéal antique et exemple contemporain (Le Roman de Troie de Benoît de Sainte Maure, v. 9681-9726)
Jérôme Devard : La dynamique de la faide dans la Geste des Lorrains à l’épreuve du droit de la guerre médiévale
Yamen Feki : Le combat singulier dans quelques chansons de geste, un motif épique en mutation
Hommes de guerre
Bertrand Schnerb : « Je vous jure en mon âme que c’est un piteux fait ». Les risques du métier d’homme de guerre à la fin du Moyen Âge
Anh Thy Nguyen : La pratique de la guerre et la guerre en pratique chez Jean de Haynin. Le récit des expéditions de Charles le Téméraire au pays de Liège (1465-1468)
François Lenhof : « La souveraine chose du monde pour les batailles sont les archiers » : le rôle tactique des hommes de trait à travers les sources littéraires (v. 1415-v. 1453)
Adrien Quéret-Podesta : L’image de la guerre dans les Banderia Prutenorum de Jan Długosz
Olivier Wicky : « L’âme sombre et le corps en guenilles » : les batailles de la croisade albigeoise
Nina Mueggler : Pavie imaginaire, Pavie chevaleresque : la défaite selon François Ier
Expérimenter les gestes et les règles
Marie-Jane Pindivic : Tenter de définir le safre dans l’armure du chevalier occidental au Moyen Âge
Pierre-Henry Bas : Introduction à l’expérimentation gestuelle du combat médiéval
Cyril Dermineur : Mettre en pratique l’escrime des glossateurs de Johannes Liechtenauer à l’aide de la Convention des Joueurs d’Épées
Adeline Dumont : Du cheval au destrier : dressage, matériel et utilisation en reconstitution militaire
Marianne Cailloux : Confrontations armées et affrontements combatifs en Jeu de Rôles Grandeur Nature : différentes approches de représentation et de régulation ludique
Comme à la guerre : représentations contemporaines
Justine Breton : « War and how to stop it » : l’ambivalence des combats dans The Once and Future King
Letitia Ding : Guerres et combats arthuriens pour la jeunesse dans le Roi Arthur de Jacques Roubaud
Tasnime Ayed : Esthétique du combat singulier dans Le Trône de Fer
Emmanuelle Poulain-Gautret : Ce qu’on dit et ce qu’on ne dit pas, de Guillaume à Cendres
Anne Besson : Fantasy et reconstitution.
Gaspard Delon : Combattre comme au cinéma. La bataille médiévale entre innovations et routines professionnelles.

Parution : La cathédrale gothique

The Idea of the Gothic Cathedral Interdisciplinary Perspectives on the Meanings of the Medieval Edifice in the Modern Period,  Stephanie A. Glaser, Brepols, 2018

Image : La Cathédrale de Reims par  Eugène Galien-Laloue (1854-1941)

Central to many medieval ritual traditions both sacred and secular, the Gothic cathedral holds a privileged place within the European cultural imagination and experience. Due to the burgeoning historical interest in the medieval past, in connection with the medieval revival in literature, visual arts, and architecture that began in the late seventeenth century and culminated in the nineteenth, the Gothic cathedral took centre stage in numerous ideological discourses. These discourses imposed contemporary political and aesthetic connotations upon the cathedral that were often far removed from its original meaning and ritual use.

This volume presents interdisciplinary perspectives on the resignification of the Gothic cathedral in the post-medieval period. Its contributors, literary scholars and historians of art and architecture, investigate the dynamics of national and cultural movements that turned Gothic cathedrals into symbols of the modern nation-state, highlight the political uses of the edifice in literature and the arts, and underscore the importance of subjectivity in literary and visual representations of Gothic architecture. Contributing to scholarship in historiography, cultural history, intermedial and interdisciplinary studies, as well as traditional disciplines, the volume resonates with wider perspectives, especially relating to the reuse of artefacts to serve particular ideological ends.

Table des matières :

Introduction: The Medieval Edifice in the Modern Period — STEPHANIE A. GLASER

Part I — The Cathedral and the Nation

The Moorish-Gothic Cathedral: Invention, Reality, or Weapon? — MATILDE MATEO
Acting Medieval, Thinking Modern, Feeling German — MICHAEL J. LEWIS
L’Histoire d’une cathédrale: Viollet-le-Duc’s Nationalist Pedagogy — ELIZABETH EMERY
The Gothic Cathedral and Historiographies of Space — KEVIN D. MURPHY

Part II — The Cathedral between Art and Politics

The Anarchist Cathedral — MAYLIS CURIE
L’Imaginaire de la cathédrale à l’épreuve de la Grande Guerre — JOËLLE PRUNGNAUD
Church, Nation, and ‘The Stones of France’ — RONALD R. BERNIER

Part III — The Cathedral in the Arts

Patterns of Behaviour Architectural Representation in the Romantic Period — KLAUS NIEHR
Frozen Music and Symphonies in Stone. Gothic Architecture and the Musical Analogy: Intersecting Trajectories in German and French Thought from the Eighteenth through the Nineteenth Centuries — STEPHANIE A. GLASER
Délires opiomanes et gothicomanes de Thomas De Quincey à Wilfred Sätty — JEAN-MICHEL LENIAUD
The Cathedral as Time Machine: Art, Architecture, and Religion — RICHARD UTZ

Select Bibliography
Index

Informations pratiques :

Stephanie A. Glaser (ed.), The Idea of the Gothic Cathedral Interdisciplinary Perspectives on the Meanings of the Medieval Edifice in the Modern Period, Turnhout, Brepols, 2018 (Ritus et Artes, 9). XVIII+375 p., 68 b/w ill., 156 x 234 mm. ISBN: 978-2-503-56813-3. Prix : 100 euros.

Parution : Transmissions cisterciennes

Les cisterciens et la transmission des textes (XIIe-XVIIIe siècles), dir. Thomas Falmagne, Dominique Stutzmann, Anne-Marie Turcan-Verkerk et Pierre Gandil, Brepols, 2018.

dIS-9782503553054-1

Les cisterciens sont moins connus pour avoir recherché et retravaillé les textes que pour leurs efforts de centralisation et d’unification dans l’architecture et les arts, la liturgie et la vie quotidienne, et pour leur utilisation active de l’écrit pragmatique – pour ne citer que ces quelques domaines. Et pourtant, leurs bibliothèques, parfois immenses, font mentir par leur richesse et les textes rarissimes ou inattendus qu’elles nous ont conservés l’idée d’un ordre peu consacré aux études. Où les cisterciens ont-ils trouvé ces textes ? Quels étaient leurs réseaux ? Avaient-ils des critères pour choisir les textes à copier et les modèles ? La recherche des textes était-elle dans ces abbayes réfléchie, concertée ? En somme, les cisterciens ont-ils été des transmetteurs par hasard, ou parce que leur intérêt pour les textes allait bien au-delà de ce que nous croyons habituellement ? Ce livre montre que la seconde réponse est certainement la plus juste.

Anne-Marie Turcan-Verkerk est titulaire de la chaire de Langue et littérature latines du Moyen Âge à l’École pratique des hautes études, et chercheur associé à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS), où elle dirige l’équipe de Codicologie, histoire des bibliothèques et héraldique. Elle est responsable de Biblissima, Observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance.

Dominique Stutzmann est chargé de recherche à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS), où il est responsable de l’équipe de Paléographie latine. Il dirige le projet ANR Oriflamms (Ontology Research, Image Feature, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts).

Thomas Falmagne est responsable du catalogue des manuscrits médiévaux conservés au Grand-Duché de Luxembourg, rédigé au Handschriftenzentrum de Francfort-sur-le Main. Il est membre du comité international de paléographie latine.

Pierre Gandil est directeur par intérim de la Médiathèque du Grand Troyes.

 

Parution : “La geste d’Aalis el Païs de merveilles”

May Plouzeau et Lewis Carroll : La geste d’Aalis el Païs de merveilles. Alice’s Adventures in Wonderland in Old French verse

May Plouzeau, Professeur honoraire de l’Université d’Aix-Marseille,vient d’éditer une chanson de geste inédite, datée du XIIIe s. : La geste d’Aalis el Païs de merveilles. Long de 5517 vers, il se présente sous la forme d’une chanson de geste en décasyllabes assonancés ; le contenu est celui d’une chanson d’aventures. C‘est la source de Lewis Carroll, qui en a donné une version en prose et modernisée : Alice in Wonderland. Mais d’autres grands auteurs s’en sont inspirés, rien moins que Shakespeare, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé, Tchekov et Goscinny. 

May Plouzeau en donne une édition précieuse assortie d’une introduction et d’un glossaire aussi savants qu’hilarants.

Voir des extraits sur le site de l’éditeur sur http://www.evertype.com/books/alice-fro.html

Parution : Chevaliers de Westeros

Carol Parrish JAMISON,  Chivalry in Westeros: The Knightly Code of Song of Ice and Fire, Jefferson (NC), McFarland, 2018.

George R. R. Martin’s A Song of Ice and Fire has sparked a renewed interest in things medieval. The pseudo-historical world of Westeros delights casual fans while offering a rich new perspective for medievalists and scholars. This study explores how Martin crafts a chivalric code that intersects with and illuminates well known medieval texts, including both romance and heroic epics. Through characters such as Brienne of Tarth, Sandor Clegane and Jaime Lannister, Martin variously challenges, upholds and deconstructs chivalry as depicted in the literature of the Middle Ages.

Parution : Moyen Age et fantasy

Nathanael BUSCH& Hans Rudolf VELTEN,  Die Literatur des Mittelalters im Fantasy-roman, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2018

Fantasyliteratur ist aus dem heutigen Buchladen nicht mehr wegzudenken. Von J. R. R. Tolkiens ‚Der Herr der Ringe‘ bis zu George R. R. Martins ‚Das Lied von Eis und Feuer‘ hat sie millionenfache Bucherfolge aufzuweisen. Es gibt keinen Zweifel daran, dass dieser Erfolg auch und gerade einer populären Inszenierung des Mittelalters geschuldet ist. Daraus ergibt sich die Aufgabe der Literaturwissenschaft und speziell der Mediävistik, jenseits jeglicher Gattungsvorbehalte und Epochengrenzen die produktive und kritische Auseinandersetzung mit den Texten der Fantasy zu suchen.

Das Interesse des Bandes gilt dem bisher weitgehend unbeachteten spezifisch literarischen Modus dieser populären Rezeptionsform. Gefragt wird nach Erzählstrukturen und Handlungsräumen, nach dem Figureninventar bzw. Archetypen, nach den literarischen Imaginationen und Phantasmata vom Mittelalter. Ziel ist es, diese Texte aus einer wissenschaftlich-mediävistischen Perspektive zu lesen und damit ihr Faszinationspotential zu erklären.

Parution : Jacques Roubaud médiéviste

Jacques Roubaud médiéviste.

Nathalie Koble et Mireille Séguy, éd.

Honoré Champion, collection “Mémoires du Moyen Âge”, 2018. 

Jacques Roubaud se présente souvent comme mathématicien (« retired ») et poète (« not retired, but tired »). Dans l’ensemble de l’oeuvre protéiforme de ce membre de l’Oulipo, qui embrasse en réalité tous les domaines de l’écriture littéraire et théorique, la littérature médiévale occupe une place essentielle, faisant de lui, au fil des années, un médiéviste « pratiquant ». Cette identité singulière s’exprime dans les liens qu’il tisse entre les textes médiévaux et ses propres textes, critiques et créatifs, mais aussi dans le rôle central qu’il accorde à la mémoire. Roubaud « invente » à la manière médiévale ; il trouve sa voix en révélant, en s’appropriant et en forgeant d’autres voix. À la faveur de cette mémoire érudite et inventive, les œuvres médiévales qui sont réinvesties dans ses textes donnent non seulement la preuve de leur force d’incitation et de leur vivante plasticité, mais elles sont également mises au jour autrement, dans leur richesse et leur singularité propres.

En ouvrant une collection intitulée « Mémoire du Moyen Âge », ce livre voudrait rendre hommage aux travaux d’un inlassable (re)créateur de formes et aux découvertes d’un chercheur majeur pour les études médiévales.