Archives de catégorie : Parutions

Parution : La cathédrale gothique

The Idea of the Gothic Cathedral Interdisciplinary Perspectives on the Meanings of the Medieval Edifice in the Modern Period,  Stephanie A. Glaser, Brepols, 2018

Image : La Cathédrale de Reims par  Eugène Galien-Laloue (1854-1941)

Central to many medieval ritual traditions both sacred and secular, the Gothic cathedral holds a privileged place within the European cultural imagination and experience. Due to the burgeoning historical interest in the medieval past, in connection with the medieval revival in literature, visual arts, and architecture that began in the late seventeenth century and culminated in the nineteenth, the Gothic cathedral took centre stage in numerous ideological discourses. These discourses imposed contemporary political and aesthetic connotations upon the cathedral that were often far removed from its original meaning and ritual use.

This volume presents interdisciplinary perspectives on the resignification of the Gothic cathedral in the post-medieval period. Its contributors, literary scholars and historians of art and architecture, investigate the dynamics of national and cultural movements that turned Gothic cathedrals into symbols of the modern nation-state, highlight the political uses of the edifice in literature and the arts, and underscore the importance of subjectivity in literary and visual representations of Gothic architecture. Contributing to scholarship in historiography, cultural history, intermedial and interdisciplinary studies, as well as traditional disciplines, the volume resonates with wider perspectives, especially relating to the reuse of artefacts to serve particular ideological ends.

Table des matières :

Introduction: The Medieval Edifice in the Modern Period — STEPHANIE A. GLASER

Part I — The Cathedral and the Nation

The Moorish-Gothic Cathedral: Invention, Reality, or Weapon? — MATILDE MATEO
Acting Medieval, Thinking Modern, Feeling German — MICHAEL J. LEWIS
L’Histoire d’une cathédrale: Viollet-le-Duc’s Nationalist Pedagogy — ELIZABETH EMERY
The Gothic Cathedral and Historiographies of Space — KEVIN D. MURPHY

Part II — The Cathedral between Art and Politics

The Anarchist Cathedral — MAYLIS CURIE
L’Imaginaire de la cathédrale à l’épreuve de la Grande Guerre — JOËLLE PRUNGNAUD
Church, Nation, and ‘The Stones of France’ — RONALD R. BERNIER

Part III — The Cathedral in the Arts

Patterns of Behaviour Architectural Representation in the Romantic Period — KLAUS NIEHR
Frozen Music and Symphonies in Stone. Gothic Architecture and the Musical Analogy: Intersecting Trajectories in German and French Thought from the Eighteenth through the Nineteenth Centuries — STEPHANIE A. GLASER
Délires opiomanes et gothicomanes de Thomas De Quincey à Wilfred Sätty — JEAN-MICHEL LENIAUD
The Cathedral as Time Machine: Art, Architecture, and Religion — RICHARD UTZ

Select Bibliography
Index

Informations pratiques :

Stephanie A. Glaser (ed.), The Idea of the Gothic Cathedral Interdisciplinary Perspectives on the Meanings of the Medieval Edifice in the Modern Period, Turnhout, Brepols, 2018 (Ritus et Artes, 9). XVIII+375 p., 68 b/w ill., 156 x 234 mm. ISBN: 978-2-503-56813-3. Prix : 100 euros.

Parution : Transmissions cisterciennes

Les cisterciens et la transmission des textes (XIIe-XVIIIe siècles), dir. Thomas Falmagne, Dominique Stutzmann, Anne-Marie Turcan-Verkerk et Pierre Gandil, Brepols, 2018.

dIS-9782503553054-1

Les cisterciens sont moins connus pour avoir recherché et retravaillé les textes que pour leurs efforts de centralisation et d’unification dans l’architecture et les arts, la liturgie et la vie quotidienne, et pour leur utilisation active de l’écrit pragmatique – pour ne citer que ces quelques domaines. Et pourtant, leurs bibliothèques, parfois immenses, font mentir par leur richesse et les textes rarissimes ou inattendus qu’elles nous ont conservés l’idée d’un ordre peu consacré aux études. Où les cisterciens ont-ils trouvé ces textes ? Quels étaient leurs réseaux ? Avaient-ils des critères pour choisir les textes à copier et les modèles ? La recherche des textes était-elle dans ces abbayes réfléchie, concertée ? En somme, les cisterciens ont-ils été des transmetteurs par hasard, ou parce que leur intérêt pour les textes allait bien au-delà de ce que nous croyons habituellement ? Ce livre montre que la seconde réponse est certainement la plus juste.

Anne-Marie Turcan-Verkerk est titulaire de la chaire de Langue et littérature latines du Moyen Âge à l’École pratique des hautes études, et chercheur associé à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS), où elle dirige l’équipe de Codicologie, histoire des bibliothèques et héraldique. Elle est responsable de Biblissima, Observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance.

Dominique Stutzmann est chargé de recherche à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS), où il est responsable de l’équipe de Paléographie latine. Il dirige le projet ANR Oriflamms (Ontology Research, Image Feature, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts).

Thomas Falmagne est responsable du catalogue des manuscrits médiévaux conservés au Grand-Duché de Luxembourg, rédigé au Handschriftenzentrum de Francfort-sur-le Main. Il est membre du comité international de paléographie latine.

Pierre Gandil est directeur par intérim de la Médiathèque du Grand Troyes.

 

Parution : « La geste d’Aalis el Païs de merveilles »

May Plouzeau et Lewis Carroll : La geste d’Aalis el Païs de merveilles. Alice’s Adventures in Wonderland in Old French verse

May Plouzeau, Professeur honoraire de l’Université d’Aix-Marseille,vient d’éditer une chanson de geste inédite, datée du XIIIe s. : La geste d’Aalis el Païs de merveilles. Long de 5517 vers, il se présente sous la forme d’une chanson de geste en décasyllabes assonancés ; le contenu est celui d’une chanson d’aventures. C‘est la source de Lewis Carroll, qui en a donné une version en prose et modernisée : Alice in Wonderland. Mais d’autres grands auteurs s’en sont inspirés, rien moins que Shakespeare, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé, Tchekov et Goscinny. 

May Plouzeau en donne une édition précieuse assortie d’une introduction et d’un glossaire aussi savants qu’hilarants.

Voir des extraits sur le site de l’éditeur sur http://www.evertype.com/books/alice-fro.html

Parution : Chevaliers de Westeros

Carol Parrish JAMISON,  Chivalry in Westeros: The Knightly Code of Song of Ice and Fire, Jefferson (NC), McFarland, 2018.

George R. R. Martin’s A Song of Ice and Fire has sparked a renewed interest in things medieval. The pseudo-historical world of Westeros delights casual fans while offering a rich new perspective for medievalists and scholars. This study explores how Martin crafts a chivalric code that intersects with and illuminates well known medieval texts, including both romance and heroic epics. Through characters such as Brienne of Tarth, Sandor Clegane and Jaime Lannister, Martin variously challenges, upholds and deconstructs chivalry as depicted in the literature of the Middle Ages.

Parution : Moyen Age et fantasy

Nathanael BUSCH& Hans Rudolf VELTEN,  Die Literatur des Mittelalters im Fantasy-roman, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2018

Fantasyliteratur ist aus dem heutigen Buchladen nicht mehr wegzudenken. Von J. R. R. Tolkiens ‚Der Herr der Ringe‘ bis zu George R. R. Martins ‚Das Lied von Eis und Feuer‘ hat sie millionenfache Bucherfolge aufzuweisen. Es gibt keinen Zweifel daran, dass dieser Erfolg auch und gerade einer populären Inszenierung des Mittelalters geschuldet ist. Daraus ergibt sich die Aufgabe der Literaturwissenschaft und speziell der Mediävistik, jenseits jeglicher Gattungsvorbehalte und Epochengrenzen die produktive und kritische Auseinandersetzung mit den Texten der Fantasy zu suchen.

Das Interesse des Bandes gilt dem bisher weitgehend unbeachteten spezifisch literarischen Modus dieser populären Rezeptionsform. Gefragt wird nach Erzählstrukturen und Handlungsräumen, nach dem Figureninventar bzw. Archetypen, nach den literarischen Imaginationen und Phantasmata vom Mittelalter. Ziel ist es, diese Texte aus einer wissenschaftlich-mediävistischen Perspektive zu lesen und damit ihr Faszinationspotential zu erklären.

Parution : Jacques Roubaud médiéviste

Jacques Roubaud médiéviste.

Nathalie Koble et Mireille Séguy, éd.

Honoré Champion, collection « Mémoires du Moyen Âge », 2018. 

Jacques Roubaud se présente souvent comme mathématicien (« retired ») et poète (« not retired, but tired »). Dans l’ensemble de l’oeuvre protéiforme de ce membre de l’Oulipo, qui embrasse en réalité tous les domaines de l’écriture littéraire et théorique, la littérature médiévale occupe une place essentielle, faisant de lui, au fil des années, un médiéviste « pratiquant ». Cette identité singulière s’exprime dans les liens qu’il tisse entre les textes médiévaux et ses propres textes, critiques et créatifs, mais aussi dans le rôle central qu’il accorde à la mémoire. Roubaud « invente » à la manière médiévale ; il trouve sa voix en révélant, en s’appropriant et en forgeant d’autres voix. À la faveur de cette mémoire érudite et inventive, les œuvres médiévales qui sont réinvesties dans ses textes donnent non seulement la preuve de leur force d’incitation et de leur vivante plasticité, mais elles sont également mises au jour autrement, dans leur richesse et leur singularité propres.

En ouvrant une collection intitulée « Mémoire du Moyen Âge », ce livre voudrait rendre hommage aux travaux d’un inlassable (re)créateur de formes et aux découvertes d’un chercheur majeur pour les études médiévales.

 

Parution : Raïssa Bloch-Gorlin

Une femme face à l’histoire – Itinéraire de Raïssa Bloch, Saint-Pétersbourg-Auschwitz, 1898-1943 (Agnès Graceffa)

Poète et médiéviste née dans une famille de la bourgeoisie juive de Saint-Pétersbourg, Raïssa Bloch embrasse en 1917 les idéaux intellectuels et artistiques de la Révolution russe. Membre de la Maison des Arts de Petrograd, elle est brièvement emprisonnée par le régime bolchevique puis envoyée en mission scientifique en Allemagne. Á Berlin, elle rejoint l’Institut des Monumenta Germaniae historica et publie son premier recueil poétique.

Avec le jeune Michel Gorlin, de onze ans son cadet, elle crée le Club des poètes russes auquel participent Vladimir Nabokov et Vladimir Korvin-Piotrovski. Mais la prise de pouvoir d’Hitler la pousse à un second exil, cette fois dans une France qui s’annonce accueillante – pour un temps au moins. Plus que jamais ensemble, Raïssa et Michel Gorlin s’intègrent rapidement à la vie scientifique et littéraire parisienne.

Avec la guerre, puis l’arrestation de Michel, les rafles, Raïssa doit fuir encore, disparaître. Avant les camps, Raïssa connaîtra le deuil, mais aussi l’entraide des réseaux de la Résistance française. Plusieurs fois son destin a failli changer de route. Cette histoire n’est pas un roman. C’est le parcours véridique d’une jeune femme face aux tumultes de l’histoire. Défense de trépasser ! lui avait intimé Michel depuis le camp d’internement de Drancy, prélude d’Auschwitz.

Ce récit est celui de la lutte pour la vie et pour l’art d’une jeune femme du XXe siècle.

Agnès Graceffa, docteur en histoire des Universités de Lille et d’Hambourg et collaboratrice scientifique à l’Université libre de Bruxelles, travaille à partir des écrits publics et privés des historiens médiévistes des XIX et XXe siècles. Elle est notamment l’auteure de Les Historiens et la question franque (Brepols 2009) et a dirigé l’ouvrage collectif Vivre de son Art. Histoire du statut de l’artiste XV- XXe siècles (Hermann 2012).

Parution : roman Bréchéliant

Bréchéliant, Roman d’Annick Le Scoëzec Masson, éditions Garamond

Bréchéliant nous conte une intrigue médiévale. La scène se passe dans un château archétypal, en lisière d’une forêt, seuil de l’inconnu, à une époque qui pourrait être le XIIe ou le XIIIe siècle. Dans cet univers traversé de passions muettes, où le lointain bruit du monde est amorti sous le souffle de la prière, l’apparition d’un mystérieux voyageur précipite le drame… Variation sur l’Amor de lonh de Jaufré Rudel, ce récit « breton » fait la part belle aux légendes liées à la mythique Brocéliande, ainsi qu’à la poésie courtoise.

 

Agrégée d’espagnol, docteur ès lettres, Annick Le Scoëzec Masson est l’auteur d’essais et de traductions littéraires, de poèmes et de romans. Dans Mélancolie au Sud (2004), elle évoque la ville de Rochefort et son enfance marquée par la mémoire familiale de l’Algérie où elle est née à l’époque française. La fresque Esplanade Avenue (2010) fait alterner les lieux (le Paris «fin de siècle», La Nouvelle-Orléans et l’insolite forêt de Brocéliande) et les temps (la période 1900 et la fin du XXe siècle). C’est à la « matière de Bretagne » qu’elle se consacre à nouveau dans Bréchéliant.

Parution : langues et imaginaires du Nord

Geographies of Knowledge and Imagination in 19th Century Philological Research on Northern Europe, éd. Joachim Grage and Thomas Mohnike, Cambridge Scholars Publishing, 2017, 230 p. 

Comparative philology was one of the most prolific fields of knowledge in the humanities during the 19th century. Based on the discovery of the Indo-European language family, it seemed to admit the reconstruction of a common history of European languages, and even mythologies, literatures, and people. However, it also represented a way to establish geographies of belonging and difference in the context of 19th century nation-building and identity politics. In spite of a widely acknowledged consensus about the principles and methods of comparative philology, the results depended on local conditions and practices. If Scandinavians were considered to be Germanic or not, for example, was up to identity politics that differed in Berlin, Strasbourg, Copenhagen and Paris.

The contributors here elaborate these dynamics through analyses of the changing and conflicting versions of imaginative geographies that the actors of comparative philology evoked by using Scandinavian literatures and cultures. They also show how these seemingly delocalized scientific models depended on ever-different local needs and practices. Through this, the book represents the first distinctly transnational dynamic geography and history of the philological knowledge of the North – not only as a history of a scientific discourse, but also as a result of doing and performing scientific work.

Grage and Mohnike have worked together on the project Building the North with Words: Geographies of Scientific Knowledge in European Philologies 1850–1950, funded by the Institutes for Advanced Studies of their home universities, since 2013.

Pour lire un extrait (introduction, ToC) : http://www.cambridgescholars.com/download/sample/63906

Parution : André Pézard

André Pézard, autobiographe, italianiste, romaniste et médiéviste (1893-1984) – Pour un profil intellectuel, sous la direction de Michèle Gally et Elsa Marguin-Hamon
Paris, Classiques Garnier, coll. Rencontres, 2017

Ce volume éclaire les multiples faces autant que l’unité d’une œuvre et d’un homme. Un écrivain, philologue et traducteur que ses archives, pour beaucoup inédites et aujourd’hui conservées aux Archives nationales, permettent de redécouvrir.
Table des matières Continuer la lecture

Parution : Mémoires des croisades

Megan Cassidy-Welch (ed.), Remembering the Crusades and Crusading, Abingdon, Routledge, 2017.

Remembering the Crusades and Crusading examines the diverse contexts in which crusading was memorialised and commemorated in the medieval world and beyond. The collection not only shows how the crusades were commemorated in the twelfth and thirteenth centuries, but also considers the longer-term remembrance of the crusades into the modern era.

This collection is divided into three sections, the first of which deals with the textual, material and visual sources used to remember. Each contributor introduces a particular body of source material and presents case studies using those sources in their own research. The second section contains four chapters examining specific communities active in commemorating the crusades, including religious communities, family groups and royal courts. Finally, the third section examines the cultural memory of crusading in the Byzantine, Iberian and Baltic regions beyond the early years, as well as the trajectory of crusading memory in the Muslim Middle East.

This book draws together and extends the current debates in the history of the crusades and the history of memory and in so doing offers a fresh synthesis of material in both fields. It will be essential reading for students of the crusades and memory.

 

Parution : Arthur, mythe contemporain

William Blanc, Le Roi Arthur, un mythe contemporain

Libertalia, 2016

D’Hollywood à Kaamelott en passant par les Monty Python

En ce début du XXIe siècle, le Roi Arthur n’a jamais été aussi présent sur les écrans. Cette figure médiévale apparaît de façon revisitée dans la fantasy (Le Seigneur des anneaux), la science-fiction (Star Wars), ou encore dans des séries comme Kaamelott. Son impact au sein de la culture populaire est au moins aussi important qu’au Moyen Âge.
Comment expliquer un pareil succès ? D’où vient le renouveau d’un tissu légendaire qui, après avoir suscité de nombreuses œuvres aux XIIe et XIIIe siècles (Chrétien de Troyes), est tombé dans un quasi-oubli du XVIe  au XVIIIe siècle ?
Le Roi Arthur, un mythe contemporain se propose de répondre à ces questions en explorant la légende du souverain de Camelot et ses représentations au cinéma, à la télévision, dans la bande dessinée, dans les romans, mais aussi dans le champ politique. Continuer la lecture

Parution : Le Moyen Âge en BD

Le Moyen Âge en bande dessinée

Tristan Martine (dir.)

Paris, Éd. Karthala, coll. « Esprit BD », 2016.

le-moyen-age-en-bande-dessinee

L’Antiquité possède Alix, la période moderne a L’Épervier et les Passagers du Vent, la période contemporaine se retrouve dans Maus ou chez Tardi. Le Moyen Âge serait-il le parent pauvre de la bande dessinée ? Il existe bien quelques œuvres marquantes, de Prince Vaillant aux Compagnons du Crépuscule, en passant par Vasco et Les Tours de Bois-Maury, mais elles ont moins imprégné l’imaginaire collectif et nos images mentales du Moyen Âge sont d’abord tirées de films, comme Le Nom de la rose par exemple.

Écrit par un collectif d’historiens, cet ouvrage explique en quoi la période médiévale a pu inspirer les auteurs du monde entier. Si la medieval fantasy est le genre qui est le plus en vogue actuellement (Thorgal), la bande dessinée historique reste très présente. Il s’agit alors de recontextualiser cette production : comment la bande dessinée a-t-elle instrumentalisé le Continuer la lecture