Archives de catégorie : ModMed – activités membres

Parution : Suites de Merlin

Nathalie Koble, Les Suites du Merlin en prose : des romans de lecteurs. Donner suite, Honoré Champion, coll. Essais sur le Moyen Âge, 2020.

 

Cet ouvrage étudie les procédés de « manuscriture » des ateliers romanesques, à partir du corpus des Suites du Merlin en prose : dernière branche rapportée au sein du Lancelot-Graal, la Suite dite « Vulgate » du Merlin contrecarre en effet toute tentative de clôture. Ces Suites sont placées sous la figure tutélaire de Merlin, le prophète « rassembleur de temps », personnage d’écrivain voué à disparaître. Leurs liens de parentés poétiques et textuels révèlent des usages romanesques – un art, médiéval, de donner suite et de multiplier les mondes dans la mémoire des lecteurs, au Moyen Âge et aujourd’hui. Toute la conclusion, mais aussi la partie théorique, font le lien avec le contemporain. Il est possible de lire ici la table des matières.

 

Parution : Séries télévisées et Moyen Âge

« Le Moyen Âge en séries » Médiévales, 78, , dir.  Alban Gautier et Laurent Vissières, Presses Universitaires de Vincennes, 2020.

Merlin, Chasseurs de dragons, Kaamelott, Game of Thrones Médiévales montre comment les séries réinventent par l’image et le son, un Moyen Âge immédiatement reconnu comme tel par les téléspectateurs.

Médiévales aborde la présence du Moyen Âge dans les séries télévisées à travers neuf panoramas thématiques ou études de cas. Les contributions se fondent sur l’étude de séries à visée historique qui ont parfois la prétention de restituer un Moyen Âge réel (Thierry la Fronde, Vikings, The Last Kingdom, Knightfall, Marco Polo, ʿUmar ibn al-Khaṭṭāb, The Bastard Executioner, etc.), de séries inspirées d’œuvres ou de motifs littéraires médiévaux (Merlin, Chasseurs de dragons, Kaamelott, etc.), mais aussi de séries de fantasy dont l’univers est perçu par leurs concepteurs et par le public comme moyenâgeux, ou du moins relié à une forme de Moyen Âge (Game of Thrones, Xena : Warrior Princess, etc.). Les auteurs montrent ainsi comment, par l’usage de signes et de thèmes récurrents (violence, dragons, châteaux, guerriers, cartes, etc.) les séries réinventent par l’image et le son un Moyen Âge immédiatement reconnu comme tel par les téléspectateurs.

Ce dossier est complété par un Point de vue consacré au « médiévalisme » (« Le médiévalisme a quarante ans, ou : ‘L’ouverture qu’il faudra bien pratiquer un jour' ») et par deux études consacrées à la prosopographie.

Coordinateur(s) du numéro : Alban Gautier | Laurent Vissière |
Auteur(s) : Enki Baptiste | Florian Besson | Hassan Bouali | Yohann Chanoir | Riccardo Facchini | Vincent Ferré | Simon Hasdenteufel | Lucie Herbreteau | Davide Iacono | Aude Mairey | Isabelle Mathieu | Maryvonne Miquel | Bernard Papin | Thierry Pécout | Pierre-Brice Stahl | Anne Tchounikine | Marie-Emmanuelle Torres.

Lire l’introduction

S’évader au Moyen Âge : entre appropriations contemporaines et imaginaires de l’histoire médiévale

Appel à communications pour un colloque, Autun, 7-8 octobre 2021

Coordonné par Audrey Tuaillon Demésy et Justine Breton,

en partenariat avec le Centre d’histoire vivante d’Autun

 

Qu’il s’agisse de rejouer des batailles de fantasy en GN, de dévorer des mets rôtis lors d’une fête médiévale dans une logique toute carnavalesque[1], de re-créer des gestes techniques en lien avec l’artisanat de l’époque ou de raconter des histoires de princesses et de chevaliers, le Moyen Âge reste dans l’imaginaire collectif associé à une notion de plaisir. Cette facette est l’opposée de celle qui associe également souvent la période médiévale aux qualificatifs « sale » et « obscur »[2]. En réponse à un Moyen Âge repoussant, il est aussi possible de « partir en vacances » au Moyen Âge comme l’on voyagerait dans un pays lointain, à la fois dépaysant et familier[3]. Le médiévalisme offre une porte d’entrée privilégiée dans cette période réinventée ou ressuscitée.

Dans la continuité de plusieurs colloques et publications[4] portant sur la thématique de la résurgence du Moyen Âge au XXIsiècle, nous souhaitons mettre l’accent sur les manières dont cette époque est utilisée pour proposer une rupture avec le quotidien. Se posent alors les questions suivantes : comment et pourquoi choisit-on de s’évader au Moyen Âge ? Comment et pourquoi cette période joue-t-elle particulièrement un rôle d’échappatoire face au quotidien ?

Afin de proposer des pistes de réflexion, deux axes majeurs sont envisagés. Le premier porte sur les fictions qui mettent en scène le Moyen Âge : en quoi celles-ci deviennent-elles des échappatoires ? Le second axe met l’accent sur la corporéité et questionne l’expérience corporelle comme outil d’évasion dans un autre temps.

  • Les fictions comme échappatoires

L’escapism, ou la tendance à rechercher dans la fiction une échappatoire trompeuse à la réalité, a souvent été considéré comme une dérive négative de la littérature et des domaines de l’imaginaire. L’on accuse – accusait ? – les jeunes lecteurs, principalement, de refuser de grandir en restant attachés à des univers enfantins, souvent considérés à tort comme simplistes et donc nocifs pour leur formation. Le cadre médiéval, par sa propension à mettre en scène des aventures merveilleuses, des combats épiques et des créatures fabuleuses, apparaît comme une cible de choix pour ces reproches, mais est-ce là le seul intérêt divertissant du Moyen Âge ? Le cinéma et la télévision ont rapidement subi les mêmes commentaires, étant opposés par leur nature a priori divertissante à d’autres pratiques – scolaires notamment –, quant à elles jugées plus pertinentes car plus utiles à éduquer la jeunesse. Dans ce cadre, s’évader dans le médiévalisme, littéraire ou audiovisuel, peut être vu comme une démarche d’évitement de la réalité, comme cherche par exemple à le faire la princesse Bean dans la série animée Désenchantée.

Pourtant, certains auteurs revendiquent au contraire le pouvoir philosophique et psychologique de cette échappatoire par la littérature médiévaliste (T.H. White, The Book of Merlyn), en montrant que l’évasion temporaire au Moyen Âge peut s’avérer bénéfique pour mieux prendre du recul sur les dilemmes du quotidien (Camelot 3000). Doit-on voir, accentuée depuis quelques décennies, une volonté de revaloriser cette échappatoire comme une conséquence positive de la littérature ? Ou doit-on plutôt comprendre que les pratiques narratives ont évolué, en intégrant un contenu pédagogique ou scientifique à un cadre divertissant, évitant de fait d’éventuels reproches d’escapism ? Des chercheurs, enseignants et spécialistes de la période médiévale peuvent d’ailleurs apprécier certaines productions médiévalistes, et y trouver un intérêt historique et pédagogique, sans s’arrêter aux choix anachroniques des créateurs (VikingsKaamelott). Comment articuler savoir scientifique et goût pour le divertissement ?

T. H. White, The book of Merlyn, Austin, University of Texas Press, 1977

Croc, Nightprowler, Paris, Asmodee/Siroz, 2006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’expérience ludique est un autre moyen de s’échapper du quotidien, durant un temps donné. Ainsi, les jeux de plateau prenant pour thème le Moyen Âge ou ses déclinaisons fantastiques sont légions (TroyesLes bâtisseursKingdomino, etc.), de même que les jeux vidéo, qu’il s’agisse de combattre comme au Moyen Âge (Medieval total war, par exemple) ou d’explorer un univers médiéval (plusieurs opus de la série Assassin’s Creed, The Witcher, ou encore Kingdom come deliverance). L’entrée dans un autre temps est aussi permise par la narration et la pratique du jeu de rôle. Nombreux sont ceux qui prennent pour cadre une période médiévale, plus ou moins proche de la réalité historique (le célèbre Donjons & Dragons, mais aussi RolemasterMiles ChristiNightprowler, etc.). Ainsi, le jeu est porteur de diverses représentations de l’époque médiévale et tend à produire un cadre, au sein duquel le Moyen Âge devient un décor. Comment celui-ci facilite-t-il l’immersion dans la pratique ludique ? Mais aussi, comment l’activité ludique revisite-t-elle le passé ?

Kingdom Come : Deliverance, Prague, Warhorse Studios, 2018

Frédéric Henry et Sabrina Miramon, Les bâtisseurs Moyen Âge, Quimper, Bombyx

 

 

 

 

 

 

 

  • La corporéité comme outil d’évasion dans un autre temps

Le second axe fait référence à un Moyen Âge expérimenté « par corps ». L’évasion est ici permise par des expériences sensorielles et corporelles. Il peut s’agir des pratiques d’histoire vivante[5], mettant en jeu des re-créations gestuelles, aussi bien du point du vue des artisanats et des modes de vie révolus (reconstitution historique) que du côté des savoir-faire techniques martiaux (par exemple, avec les Arts martiaux historiques européens). Comment ces pratiques d’histoire vivante produisent-elles de nouveaux espace-temps et permettent-elles un dépaysement ? Comment s’échappe-t-on au Moyen Âge, sans pour autant abandonner le monde contemporain ?

Reconstitutrices, photographie personnelle

Dans la continuité de ces pratiques de loisirs expérimentées corporellement, comment l’imaginaire permet-il une approche différente de l’histoire ? C’est le cas, par exemple, des fêtes médiévales (au sein desquelles une liberté de représentation du Moyen Âge est souvent présente), des reconstitutions de fiction (notamment des batailles de la Guerre de l’Anneau) et aussi des jeux de rôle grandeur nature. Entre « Fantasy et Histoire(s)[6] », la période médiévale apparaît comme un support permettant l’expression d’un engagement corporel associé à un passé réinventé.

Autres formes d’expérimentations par le corps, souvent oubliées dans les pratiques de mises en vie : le théâtre et la musique. En effet, le théâtre historique, qu’il soit sur scène ou dans la rue (sous forme de saynètes, par exemple), expose aussi des fragments rejoués de l’histoire médiévale. De la même manière, les re-créations de sons issus du passé (par le biais de la reproduction d’instruments, de festivals de musiques médiévales, etc.) permettent aux auditeurs d’approcher des perceptions d’un temps révolu. Comment ces spectacles deviennent-ils des supports à un voyage dans le passé ?

Eutrapelia, photographie : Béryl-Alexandra Brard

Le goût est également l’un des sens pouvant être mobilisé pour expérimenter le Moyen Âge. L’alimentation médiévale forme, en effet, un moyen d’entrée privilégié dans l’histoire. Qu’il s’agisse de reconstitutions de recettes historiques (pour lesquelles les ingrédients ne sont plus toujours disponibles) ou d’évocations de banquets, le repas médiéval semble faciliter la proximité avec le passé[7]. Le Moyen Âge devient ainsi parfois prétexte au tourisme, notamment dans les cités à fort patrimoine médiéval. Dans ce contexte, les escapades dans les « tavernes » ou « auberges » proposées aux visiteurs sont nombreuses. Au-delà, les lieux de convivialité tels les bars peuvent aussi prendre des noms à consonance médiévale et proposer un cadre qui fait écho à cette époque. Dès lors, comment la mise en scène d’un lieu produit-elle un sentiment de dépaysement ? Comment les diverses formes de représentations de l’alimentation médiévale permettent-elle de se projeter hors du temps quotidien ?

Ainsi, les expériences et expérimentations corporelles et sensorielles forment des portes d’entrées privilégiées vers le Moyen Âge, dans une logique somme toute très hédoniste. Promesses de reconstitutions à l’identique ou manières de réinventer la période médiévale, ces formes d’évasion questionnent aussi, en creux, les représentations du Moyen Âge telles que véhiculées dans nos sociétés contemporaines. Au-delà, les loisirs qui mobilisent l’histoire médiévale sont révélateurs des réappropriations faites de cette période et des imaginaires qui la sous-tendent. Il s’agira ainsi de s’interroger aussi bien sur les conditions d’expression d’un Moyen Âge favorisant l’immersion temporaire dans un passé pourtant révolu, que sur les différents modèles et formats proposés, permettant de « ressentir » le Moyen Âge.

Quel que soit l’angle d’approche choisi (fiction ou corporéité), la question n’est pas, ici, d’évaluer la « véracité » historique des diverses formes de recréations/reconstitutions existantes, ni d’interroger les enjeux de la patrimonialisation auxquels sont par exemple confrontés les musées, mais bien d’approfondir les raisons et les motifs de ces réappropriations fictives, corporelles et expérimentales de la période médiévale.

Ces réflexions doivent être abordées selon un angle pluridisciplinaire. Les propositions de communication pourront ainsi relever du champ des sciences humaines et sociales (sociologie, ethnologie, histoire, archéologie, sciences de l’information et de la communication, etc.) mais aussi du domaine de la littérature, des études visuelles et cinématographiques, etc.

Ce colloque est organisé en partenariat avec la ville d’Autun qui accueillera les intervenants, avec l’association Modernités Médiévales, et il fait partie de l’ANR Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs).

Comité scientifique :

  • Anne Besson (Université d’Artois)
  • Florian Besson (Actuel Moyen Âge)
  • Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne)
  • Estelle Doudet (Université de Lausanne)
  • Laurent Di Filippo (Université de Lorraine)
  • Audrey Tuaillon Demésy (Université de Franche-Comté)

Les propositions de communication (environ 2 000 signes et 5 mots-clés) ainsi qu’une courte biographie seront à faire parvenir conjointement à audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr et  justine.breton@univ-reims.fr pour le 30 mars 2021 au plus tard.

Évaluation des propositions par le comité scientifique : courant avril 2021

Réponse aux contributeurs : courant mai 2021

[1] William Blanc, « ‘Le gras, c’est la vie !’ Festins à la cour du roi Arthur », dans Florian Besson et Justine Breton, Kaamelott, un livre d’histoire, Paris, Vendémiaire, 2018, pp. 207-220.

[2] Sur la construction des représentations du Moyen Âge et la stigmatisation de cette période, voir Herrs Jacques, Le Moyen Âge, une imposture, Paris, Perrin, 2008.

[3] Alain Corbellari, Le Moyen Âge à travers les âges, Neuchâtel, Éditions Livreo-Alphil, 2019.

[4] Reenactment/Reconstitution. Refaire ou déjouer l’Histoire ?, colloque dirigé par Estelle Doudet et Martial Poirson, Cerisy, 22-29 septembre 2018 ; Vivre et faire vivre le Moyen Âge, colloque dirigé par Laure Barthet, Patrick Fraysse et Sylvie Sagnes, Carcassonne, 19-21 juin 2019.

[5] Audrey Tuaillon Demésy, La re-création du passé. Enjeux identitaires et mémoriels, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2013.

[6] Anne Besson (dir.), Fantasy et Histoire(s), Chambéry, ActuSF, 2019.

[7] Julie Deramond, « Revivre le Moyen-Age le temps d’un repas : le restaurant médiéval », communication proposée lors du colloque Vivre et faire vivre le Moyen Âge, Carcassonne, 19 juin 2019.

Le Moyen Âge de Game of Thrones

Justine Breton et Florian Besson, Une histoire de feu et de sang. Le Moyen Âge de Game of Thrones, Paris, PUF, 2020.

Introduction………………………………………………………….. 9
Game of Thrones : une histoire médiévale ?…………………. 16
Points de méthode…………………………………………………….. 20
Parallèles et perpendiculaires………………………………………. 25
Chapitre 1. « Accorder un regard
à toute la beauté du monde »
Représentations du monde 29
Un monde occidentalo-centré……………………………………… 29
Terrible Nord…………………………………………………………… 33
L’Orient exotique……………………………………………………… 37
L’Ouest, le Sud, terres inconnues………………………………… 41
Pratiques de l’espace………………………………………………….. 43
Chapitre 2. « Les dieux n’ont aucune pitié,
c’est pour cela qu’ils sont des dieux »
Magie et religion 51
Entre magie et religion………………………………………………. 52
La religion comme pilier du royaume………………………….. 55
Anciens et nouveaux dieux…………………………………………. 60

Le doute religieux……………………………………………………… 68
Des religions tournées vers la mort……………………………… 70
Chapitre 3.
« And now the rains weep o’er his halls »
Art et musique 75
Une ballade de glace et de feu…………………………………….. 76
Histoire et postérité musicale……………………………………… 78
L’impact musical sur toute la société…………………………… 82
Raconter en musique…………………………………………………. 86
Chanteurs et bardes…………………………………………………… 89
L’art comme marqueur social……………………………………… 91
Le monde entier est un théâtre……………………………………. 94
Immortaliser l’histoire dans la pierre……………………………. 96
Chapitre 4. « Si on meurt, on meurt.
Mais avant, on va vivre »
Le quotidien de Westeros 101
Boire et manger………………………………………………………… 102
Lire et écrire…………………………………………………………….. 108
La justice…………………………………………………………………. 114
Rire et pleurer………………………………………………………….. 122
Chapitre 5. « C’est le nom de la famille
qui demeure »
Famille et lignage 129
Famille, histoire et guerre…………………………………………… 130
Devises et blasons……………………………………………………… 131
La famille avant tout…………………………………………………. 140
Ascendance et postérité……………………………………………… 147

Chapitre 6. « Ces choses que tu me fais
avec ta langue… »
Amour et sexualité 153
Trop de sexe ?………………………………………………………….. 153
« Ta meilleure arme est entre tes cuisses » :
Sexe et politique……………………………………………………….. 160
Violences sexuelles et sexistes……………………………………… 165
Chapitre 7. « Tous les hommes doivent mourir,
mais nous ne sommes pas des hommes »
La place des femmes 177
Une image traditionnelle des rôles féminins………………….. 178
Le mariage comme outil politique……………………………….. 180
Complexifier les schémas traditionnels…………………………. 185
Clichés et misogynie………………………………………………….. 189
Jeux de reines…………………………………………………………… 194
Guerrières et chefs…………………………………………………….. 199
Dépasser les limites de genre………………………………………. 203
Chapitre 8. « Les pauvres ont toujours été
la proie des puissants, c’est là la base du pouvoir »
Exercer le pouvoir à Westeros 209
Gouverner le royaume……………………………………………….. 210
Le non-pouvoir du peuple………………………………………….. 219
Philosophies du pouvoir : Jon Snow,
Godefroy de Bouillon et Dark Vador…………………………… 227
Chapitre 9. « Quand on joue au jeu des trônes,
soit on gagne, soit on meurt »
Au coeur de la politique de Westeros 237
Tous des menteurs…………………………………………………….. 238
Lutter pour le pouvoir……………………………………………….. 244
Vengeance !………………………………………………………………. 249

L’intérêt du royaume…………………………………………………. 256
Chapitre 10. « Les moyens plus propres
ne font pas gagner la guerre »
Pratiques de la guerre à Westeros 261
Se battre (comme) au Moyen Âge……………………………….. 262
La bataille décisive ?………………………………………………….. 271
Au coeur du combat…………………………………………………… 276
De la violence de guerre à la guerre violente………………… 280
Chapitre 11. « Tu es un chevalier
des Sept Couronnes, désormais »
Chevaliers et héros 287
De l’épopée au roman de chevalerie…………………………….. 287
Être chevalier à Westeros…………………………………………… 290
Une image romancée…………………………………………………. 293
Déconstruire l’honneur chevaleresque………………………….. 295
Du Chevalier des fleurs au Limier……………………………….. 299
L’amour pour remplacer l’honneur ?……………………………. 301
La complexe notion d’héroïsme…………………………………… 304
L’union fait (parfois) la force……………………………………… 307
Chapitre 12. « La véritable histoire du monde
est une histoire de grandes conversations
dans d’élégantes demeures »
Histoire et historicité 311
Vagues et écumes………………………………………………………. 312
L’art de décrire des non-changements………………………….. 315
Un Moyen Âge figé…………………………………………………… 319
La place de l’histoire…………………………………………………. 321

« Voici que ma garde prend fin »
Éléments de conclusion 327
Les principaux personnages……………………………………. 339
Les principaux lieux……………………………………………….. 353
Chronologie des principaux événements……………….. 357
Bibliographie…………………………………………………………. 363

Parution : histoire de la réception du Moyen Âge

Alain Corbellari, Le Moyen Âge à travers les âges, Neuchâtel, Alphil, « Focus. Rayons littéraires », 2019.

Le Moyen Âge à travers les âges

Le premier vade-mecum pratique et maniable en français sur l’histoire de la réception du Moyen Âge, par Alain Corbellari, professeur à l’Université de Lausanne.

De Kaamelott à Game of Thrones, des jeux de rôles aux fêtes médiévales qui fleurissent dans les moindres bourgs du Vieux (et même du Nouveau) Monde, l’imaginaire médiéval est omniprésent dans l’Occident contemporain. Mais on se doute que cela n’a pas toujours été le cas. Oscillant sans cesse entre sa légende « rose » (les troubadours, l’amour courtois, le preux chevalier) et sa légende « noire » (les guerres féodales, la peste, les culs de basse-fosse), le Moyen Age a connu à travers le temps des éclipses et des renouveaux spectaculaires dont ce livre dresse le tableau, envisageant tout aussi bien la réception érudite que la réception profane d’une période qui s’est elle-même pensée en termes de « renaissances » successives. À se demander si cette appellation même de Moyen Âge n’est pas un fantôme après lequel on court toujours en vain.

Parution : essai sur l’Ancien Français

Nelly Labère, La langue ne rougit pas, Fano, Aras Edizioni, collection « Piccola Biblioteca di Studi Medievali e Rinascimentali », 3, 201, 2019.

Parler à langue déliée, sans langue de bois, de cette langue du Moyen Âge au prisme du contemporain : telle est la vocation de cette langue qui ne rougit pas. En faisant du récit scientifique une aventure personnelle, Nelly Labère propose une leçon d’étonnement qui permet d’aborder de manière disruptive les changements de paradigmes que connaissent la langue et le monde d’aujourd’hui. Infatigable et tout en rythmes, elle progresse entre lieux communs, chausse-trappes et figures de style pour restituer au sens sa force de pensée et d’action. Partageant son itinéraire de chercheuse qui revendique son plaisir d’enseigner, l’auteur mêle tour à tour anecdotes, réflexions, références historiques et célèbre avec décalage et clairvoyance le pouvoir des mots. Un livre engagé et passionné qui navigue entre l’essai et la confession pour le plus grand plaisir de son lecteur.

Parution : Arthur à l’écran

Justine Breton, Le Roi qui fut et qui sera. Représentations du pouvoir arthurien sur petit et grand écrans, Classiques Garnier

En mettant en regard les sources médiévales de la légende du roi Arthur et ses adaptations audiovisuelles occidentales (cinéma, télévision), cet ouvrage interroge la conception mouvante des pouvoirs arthuriens – royal, chevaleresque, féminin et même populaire – de Geoffroy de Monmouth à Guy Ritchie.

Parution : Légende Arthurienne


Légende Arthurienne. Sources, dérivations et ruissellements, sous la direction de Georges Bertin, éditions de l’Oeil du Sphynx, 2019

Textes de Véronique Liard, Gilles Susong, Paul Verdier, Lauric Guillaud, Pierre Besses et Jean Paul Lelu portant sur cette « transversalité culturelle et symbolique reliant, par delà les deux rives de la Manche, dans un imaginaire commun », née au Moyen Âge ; sur « les récits arthuriens » comme « pratique culturelle métissée, préfiguration de ce melting pot que deviendra une Europe  n’ayant jamais cessé de se définir dans le croisement des influences les plus diverses ».

Parution : Loisirs et imaginaires

Nouveau dossier thématique sur le carnet hypotheses.org Mundus Fabula : « Loisirs et imaginaires », coordonné par Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat : https://mf.hypotheses.org/948

« Les communications présentées lors d’un séminaire organisé à l’UPFR des Sports de Besançon en 2018, intitulé « Loisirs et imaginaire. La construction de mondes sociaux »,  ont conduit à partager des problématiques et à mener des débats autour de l’usage de l’imaginaire pour l’analyse du réel. Plus encore, en prenant pour cadre les loisirs, il s’agissait de comprendre comment la notion est utilisée selon les terrains respectifs de chacun et est rendue opérante grâce aux différentes méthodologies employées. »

Voir la présentation complète sur le carnet, et signalons en particulier les textes suivants :

Audrey Tuaillon Demésy, Sébastien Haissat, Introduction, Quels usages aujourd’hui de la notion d’imaginaire ?

Laurent Di Filippo, Approches anthropologiques de l’imaginaire pour l’étude des représentations nordiques

Noémie Budin, Quand l’imaginaire se fait le miroir de la société. L’exemple de la matière féerique

Sébastien Haissat, Les personnages de fiction dans les médias de masse. Expression d’un imaginaire social

Audrey Tuaillon Demésy, Punks, reconstituteurs et joueurs de quidditch : temps et imaginaire dans les loisirs alternatifs

Parution : Moyen Âge pour la jeunesse

Fictions médiévales pour la jeunesse, sous la direction d’Yvon Houssais, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2018

Le Moyen Âge continue à occuper une place importante dans l’édition pour la jeunesse, sous des formes variées, allant de la fantasy au roman historique proprement dit.  Quel est le rapport à l’Histoire entretenu par ces textes ? La première partie laisse la parole aux auteurs qui reviennent sur leur démarche et leur projet d’écriture. Par la suite, est analysée la question des rapports entre l’Histoire et la fiction, les traces de l’Histoire dans le texte, le compromis tenté par l’auteur entre l’imaginaire et l’historiquement vraisemblable. Enfin, une dernière partie traite des pratiques de lecture du roman historique en classe et de sa place dans les revues pédagogiques.

PREMIÈRE PARTIE : DE L’HISTOIRE À LA FICTION                                             

Histoire et récit dans le roman historique pour la jeunesse                                                  

Yvon Houssais

Continuer la lecture

Séminaire LAMOP « Médiévalisme »

Séminaire Le médiévalisme. Des usages contemporains du Moyen Âge, animé par l’historienne Aude Mairey (LAMOP)


« Depuis quelques décennies, le médiévalisme, que l’on peut définir à la suite de Louise d’Arcens comme « la réception, l’interprétation ou la recréation du Moyen Âge européen dans les cultures post-médiévales », est devenue une discipline à part entière, d’abord dans les pays anglophones puis dans l’ensemble de l’Europe occidentale (pour ne s’en tenir qu’à elle). Le champ est vaste : de Victor Hugo à J.R.R. Tolkien, de la recréation d’une architecture néo-gothique aux jeux vidéo populaires, de l’anneau de Jeanne d’Arc à la reconstitution de batailles médiévales, les usages contemporains du Moyen Âge sont nombreux – littéraires, cinématographiques, ludiques, mais aussi politique… Pourtant, alors que nos collègues littéraires ont été les premiers à s’emparer de ce champ au sein du monde universitaire, cela n’a pas été le cas (ou à peine) pour les historiens. Ce séminaire se propose donc d’envisager, en complémentarité avec les autres disciplines, tant l’histoire du médiévalisme que la diversité de ses usages actuels.
Les séances sont ouvertes à tous et se tiendront le vendredi de 14h à 16h en salle Perroy, à la Sorbonne.

Programme 2018-2019 (2nd semestre) :
18 janvier 2019 – Introduction – Histoire du médiévalisme, 1, Aude Mairey
1er février 2019 – Introduction – Histoire du médiévalisme, 2, Aude Mairey
22 février 2019 – Médiévalisme et politique, intervenant : Joseph Morsel (Université Paris 1)
22 mars 2019 – Médiévalisme et cinéma, intervenant : William Blanc (médiéviste indépendant)
5 avril 2019 – Médiévalisme et littérature, intervenant : Vincent Ferré (Université de Paris Est-
Créteil)
19 avril 2019 – Les usages ludiques du passé : Le médiévalisme dans les jeux contemporains,
intervenant : Laurent Di Filippo (DynamE, Université de Strasbourg/CREM, Université de
Lorraine)


Attention : si vous n’êtes pas inscrit dans une des universités de la Sorbonne ou à la
Bibliothèque, il faut impérativement le signaler à cette adresse : aude.mairey@univ-paris1.fr, car
pour des raisons de sécurité, le recteur de Paris exige une liste des invités pour chaque
manifestation ayant lieu à la Sorbonne.

Conférences : mythes médiévaux

LES MYTHES MÉDIEVAUX REVISITÉS AU XXème SIÈCLE
Trois rencontres des Amis du Musée de Cluny avec William Blanc
Mardi 5 février, jeudi 21 février, mardi 19 mars 2019 à 18h

Le Bloc, espace de Coworking, 10 bis, rue du Sommerard Paris 5ème

Jamais le Moyen Âge n’a autant été présent dans le paysage culturel. Romans, films, bandes dessinées, jeux, publicités, la fascination pour l’époque médiévale prend des tours et des détours parfois déroutants, souvent originaux, mais toujours fascinants. Pour en savoir plus, la Société des Amis du musée de Cluny, avec la complicité de William Blanc, vous propose ce cycle de conférences pour découvrir en trois temps le Moyen Âge dans la culture populaire d’aujourd’hui. 

Mardi 5 février – 18h : Le mythe arthurien, du cinéma à la BD

Jeudi 21 février – 18h : Games of thrones, une histoire de la Fantasy

Mardi 19 mars- 18h : Robin des bois en Amérique

Intervenant : Historien et passionné du Moyen Âge et de ses représentations dans les arts populaires (BD, cinéma, jeux, séries télévisées, arts graphiques), William Blanc participe depuis 2012 à l’aventure de la revue Histoire et Images médiévales. Il est aussi coauteur ou auteur de plusieurs livres : « Le Roi Arthur. Un mythe contemporain » (Libertalia, 2016), « Charles Martel et la bataille de Poitiers, de l’Histoire au mythe identitaire» (Libertalia, 2015, avec Christophe Naudin). Outre plusieurs articles dans des revues scientifiques, il organise également le podcast Fréquence médiévale.

Accès gratuit dans la limite des places disponibles.

Réservation indispensable au plus tard 8 jours avant chaque conférence auprès de : amis.musee.cluny@outlook.fr

auprès de : amis.musee.cluny@outlook.fr