Archives de catégorie : ModMed – activités membres

Conférences : L’invention du Moyen Âge

La bibliothèque de l’Arsenal (Paris, BnF) organise un cycle de trois conférences sur  L’invention du Moyen Âge : du marquis de Paulmy à Game of Thrones du 18 décembre 2023 au 5 février 2024.


Le médiévalisme est un phénomène omniprésent dans la culture occidentale contemporaine, en particulier dans le genre de la fantasy qui est devenu un objet de consommation de masse. Mais le médiévalisme a une histoire que les conférenciers, spécialistes des représentations littéraires du Moyen âge, se proposent de raconter à la bibliothèque de l’Arsenal qui a été un des creusets de la formation de ce Moyen Âge imaginaire, en trois temps, de la fin du XVIIIe siècle à ses multiples déclinaisons actuelles.  
*lundi 18 décembre à 18h30 : “Le Moyen Âge des Lumières. Le marquis de Paulmy entre érudition et littérature” par Fanny Maillet (université de Zurich).
*lundi 15 janvier à 18h30 : “L’invention du Moyen Âge par les écrivains romantiques” par Isabelle Durand (université de Bretagne Sud).
*lundi 5 février à 18h30 : “Le Moyen Âge fait des vagues (XVIe-XIXe siècle)” par Vincent Ferré (université Paris 3 Sorbonne Nouvelle).


Chaque conférence sera accompagnée d’une présentation (sous vitrine) de manuscrits et d’imprimés tirés des collections.

Plus d’informations sur le site de la BnF.

Colloque : Dérives guerrières au Moyen Âge et au XVIe siècle

Le colloque international “Dérives guerrières au Moyen Âge et au XVIe siècle“, organisé par le laboratoire de recherche “Analyse Textuelle, Traduction, Communication”, se déroulera les 1e et 2 décembre 2023 à la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de l’Université de la Manouba à Tunis. La troisième séance sera spécifiquement consacrée à une perspective médiévaliste.

Programme

Le vendredi 1er décembre 2023

Salle Ahmed Brahim

9h00 : Introduction 

• M. Moncef Taieb (Université de la Manouba, Doyen de la FLAHM) : Mot d’accueil. 

• Mme Lamia Ben Abid (Université de la Manouba, Directrice de l’École Doctorale) : Présentation de l’École Doctorale.

• Mme Farah Zaïem (Université de la Manouba, Directrice de l’ATTC) : Présentation des activités du laboratoire. 

• Mme Jouda Sellami (Université de la Manouba, coordinatrice du colloque) : Introduction. 

1ère séance : Dérives guerrières au Moyen Âge

Modérateur : M. Jean-Paul Deremble

9h30-9h50 : M. Samir Marzouki (Université de la Manouba), « La bataille de Roncevaux : de l’événement historique aux dérives épiques du récit de guerre dans la Chanson de Roland »

9h50-10h10 : Mme Hela Ouardi (Université de la Manouba), « Violence et jouissance en islam : les femmes comme butin » 

Discussion 

Pause-café

2ème séance : Dérives en contexte de reconquista et de croisade

Modérateur : M. Samir Marzouki 

10h40-11h00 : M. Jean-Paul Deremble (Université de Lille), « L’art de mettre en images les croisades : une sublimatio de la violence ? Le vitrail de Charlemagne de la cathédrale de Chartres »

11h00-11h20 : Mme Jouda Sellami (Université de la Manouba), « L’écriture du massacre au temps des croisades : lectures croisées »

11h20-11h40 : Mme Hajer Lahmar (Université de la Manouba), « La poétique de la guerre dans l’œuvre de Bertran de Born »

Discussion

12h00-13h30 : Pause déjeuner

3ème séance : Représentations médiévalistes

Modératrice : Mme Hela Ouardi

13h30-13h50 : Mme Tasnime Ayed (Université de Monastir), « Les enjeux génériques des dérives guerrières dans la fantasy médiévaliste »

13h50-14h10 : M. Mohamed Anis Abrougui (Université de Gafsa), « Le Moyen Âge entre 1991 et 1995 ou étude du Moyen Âge dans Orages en terre de France de Michel Pagel »

14h10-14h30 : M. Sabry Néji (Université de la Manouba), « Arthur ou la guerre empêchée. Déviations de la mise en scène guerrière dans Kaamelott d’Alexandre Astier »

Discussion

Pause-café

4ème séance : Ripostes intellectuelles aux violences guerrières 

Modératrice : Mme Jouda Sellami

15h00-15h20 : Mme Ghada Néchi (Université Tunis El Manar), « Visages et usages du fait belliqueux dans les Discours de Ronsard »

15h20-15h40 : Mme Khaoula Hamed (Université de Jendouba), « François de Sales, l’homme de lettres et d’action : le Prince-Evêque de Genève à la reconquête de son diocèse au cœur des conflits de la Réforme et de la Contre-Réforme »

Discussion.

Le samedi 2 décembre 2023  

Centre Léopold Sedar Senghor

5ème séance : Perceptions de la guerre au XVIe siècle 

Modératrice : Mme Farah Zaïem

9h00-9h20 : M. Olivier Guerrier (Université Toulouse-Jean Jaurès), « Bellum/bellus : l’esthétisation de la guerre dans quelques textes français de la Renaissance » 

9h20-9h40 : Mme Ahlem Ghayaza (Université de la Manouba), « Guerre et paix dans la pensée du XVIe siècle : Érasme, More, Rabelais »

9h40-10h00 : Mme Agnès Rees (Université Toulouse-Jean Jaurès), « Rhétorique guerrière et “dérives” poétiques : les sonnets de Jodelle “Contre les ministres de la nouvelle opinion” (1574) »

10h00-10h20 : M. Luc Sautin (Université Toulouse-Jean Jaurès), « Figures ottomanes dans les Essais de Montaigne »

Discussion

Pause-café

6ème séance : Autour des guerres de religion

Modérateur : M. Olivier Guerrier

10h50-11h10 : Mme Inès Zahra (Université Paris X-Nanterre), « La mise en récit de la Saint-Barthélemy par les protestants français dans les années 1570, entre propagande et devoir de mémoire »

11h10-11h30 : M. Diokel Sarr (Université Gaston Berger Saint-Louis – Sénégal), « Disséquer le corps humain, transmuer l’avenante nature en cachot infernal : pour une sénéquéenne expression de la cruauté dans Les Tragiques (1616) d’Agrippa d’Aubigné »

11h30-11h50 : Mme Inès Ben Zayed (Université de Monastir), « Les guerres de religion dans les histoires tragiques du XVIe siècle, entre vérité historique et déviations romanesques »

11h50-12h10 : Mme Carine Roudière-Sébastien (Université Toulouse-Jean Jaurès), « L’abbé Poupard et le pasteur Malfuson, lecteurs de Léry. Regards croisés sur le siège de Sancerre (1573) à l’orée du XIXe siècle » (par visioconférence) 

Discussion

Synthèse du colloque par M. Samir Marzouki 

Clôture.

Compte rendu d’exposition : Sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval

L’exposition « Sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval – Peintures et dessins de John Howe » est présentée au Fonds pour la Culture Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau depuis le 25 juin 2023 et se prolongera jusqu’au 28 janvier 2024. L’équipe de Modernités médiévales a eu la chance de découvrir cette plongée médiévaliste.

L’objectif de l’exposition, accessible au grand public et à un public familial, est d’explorer en parallèle l’univers visuel de John Howe et ses sources d’inspiration picturales, littéraires et mythiques, en accordant un important volet à son travail sur l’œuvre de J.R.R. Tolkien. Le Fonds pour la Culture Hélène et Édouard Leclerc ne dispose pas de fonds artistique propre : les œuvres exposées sont toutes l’objet de prêts, issus en grande partie de la collection privée de John Howe lui-même, mais aussi de quelques musées français. L’artiste a ainsi été consulté et s’est même investi dans cette exposition, se prêtant au jeu d’interviews vidéo pour compléter les – assez rares – textes explicatifs du parcours.

Si John Howe illustre – et écrit – des livres pour enfants et divers univers de fantasy, il a surtout illustré des textes et des produits dérivés de Tolkien (calendriers…), avant de se faire connaître du grand public par son rôle de directeur artistique sur les adaptations cinématographiques de Peter Jackson – Le Seigneur des Anneaux (2001-2003) et Le Hobbit (2012-2014) – aux côtés notamment d’Alan Lee. Depuis, il participe également à la série de Prime Studios Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de pouvoir, pour laquelle il a créé des milliers de « concept arts » et de dessins numériques. Certains sont d’ailleurs, pour la toute première fois, présentés au public lors de cette exposition, dans la salle qui boucle le parcours. L’exposition de Landerneau accorde ainsi une importante place à aux créations tolkieniennes de John Howe – même si d’autres dessins y trouvent également leur place, parmi lesquels des illustrations conçues pour les œuvres de George R.R. Martin ou Robin Hobb. La fantasy et le médiévalisme sont à l’honneur dans tout le parcours, depuis les présentations biographiques de J.R.R. Tolkien et de John Howe, jusqu’aux prolongements les plus contemporains.

De fait, une grande partie de l’inspiration graphique de Howe émane plus du médiévalisme que du médiéval à proprement parler : si l’artiste est bouleversé par sa vision de la cathédrale de Strasbourg, découverte durant ses études en France, son rapport aux sources médiévales est plutôt indirect, permis par l’intermédiaire des récits transmis et illustrés tardivement. L’exposition puise à son tour dans ces textes légendaires, surtout évoqués pour leur réception : Beowulf, La Légende des Nibelugen, l’Edda poétique, mais aussi quelques romans de Chrétien de Troyes sont mentionnés tout au long du parcours, apportant quelques touches de contexte littéraire médiéval.

Mais c’est surtout la réception médiévaliste qui joue un rôle décisif dans le développement de l’imaginaire de John Howe, témoins les (re)créations du XIXe et XXe siècles valorisées dans cette exposition. Le Kalevala, qui contribue à transmettre des récits mythologiques finnois, apparaît ainsi comme une source d’inspiration supplémentaire de l’artiste, de même que certaines œuvres de William Morris – dont quelques-unes ont été prêtées dans le cadre de l’exposition et sont présentées en regard des dessins de John Howe. Si l’influence des motifs de Morris paraît essentielle, l’exposition propose toutefois des présentations plus ténues sur l’ensemble du mouvement Arts & Crafts, et surtout sur l’impact des préraphaélites : leur influence sur les dessins de Howe est mentionnée mais peu montrée, et constitue un point plus léger du parcours. Il n’empêche que les décors naturels de John Howe sont bien mis en valeur, par des accrochages espacés, des agrandissements immenses de dessins numériques, et quelques panneaux rétroéclairés qui exploitent au mieux les jeux de lumière des créations de Howe.

Le médiévalisme, sous plusieurs de ses facettes, a ainsi une place de choix dans l’exposition, montrant la façon dont Howe utilise autant qu’il développe ces motifs. La salle consacrée au thème « Forger les légendes », qui présente quelques pièces d’équipement médiéval, dont une armure face aux dessins de l’artiste, apporte d’ailleurs des informations très intéressantes : lorsqu’il est engagé par Peter Jackson pour développer l’esthétique des adaptations du Seigneur des Anneaux, John Howe est alors reconstituteur depuis quelques années. Cherchant à concevoir des armes à la fois fidèles aux descriptions de Tolkien et à l’ambiance souhaitée dans les films, mais aussi efficaces et cohérentes du point de vue de la pratique martiale, l’artiste profite de son expérience personnelle de reconstituteur pour enrichir ses dessins et les rendre plus pertinents. Il manie lui-même les armes, certes pas de façon experte ni à des fins de reproduction historique, mais afin d’en concevoir la réalité physique et matérielle, et ainsi permettre de créer des visuels intéressants pour les films, ainsi que des objets véritablement maniables pour les acteurs.

Par sa disposition et sa grande place accordée aux visuels plutôt qu’aux textes explicatifs, l’exposition se veut immersive : l’agrandissement de certains dessins permet ponctuellement de donner l’impression d’entrer dans des paysages médiévalistes, des forêts hantées de créatures merveilleuses à la demeure tout en rondeurs de Bilbo. Une mention toute particulière doit être faite pour la salle « Dragons et créatures », qui complète les dessins par une sculpture de John Howe lui-même – l’une des rares qu’il a conçues –, et pour la salle « Dessiner les cités et les châteaux », qui met en lumière les élégantes conceptions architecturales de l’artiste. S’il se plaît à concevoir de nombreux visuels faits de courbes – des serpents de mers aux feuillages de pierre des décors de cathédrale –, il excelle aussi dans les formes rectilignes et géométriques, qui prennent corps dans des dessins de maisons à pan de bois et des colombages d’inspiration médiévale.

Enfin, le catalogue de l’exposition apporte des compléments ponctuels, courts mais très accessibles, sur le travail de John Howe, l’influence de Tolkien ou encore le médiévalisme, notamment dans le chapitre « Des légendes médiévales à la fantasy : une histoire sans fin ». La partie « L’imaginaire médiéval », surtout richement illustrée, reprend une belle part des quelques 250 peintures, dessins et créations numériques de John Howe présentées dans cette exposition. Le catalogue est accessible dans la boutique à l’issue de la visite, aux côtés d’une belle librairie médiévaliste.

L’exposition est à découvrir à Landerneau, au Fonds Hélène et Édouard Leclerc avant le 28 janvier 2024.

Colloque : Le Moyen Âge fait-il vendre ?

Le colloque “Le Moyen Âge fait-il vendre ?“, organisé par Anne Besson, Isabelle Olivier et Myriam White-Le Goff, avec l’appui de Modernités médiévales et du laboratoire “Textes et cultures” de l’Université d’Artois, se déroulera les 18 et 19 janvier 2024 à Arras. Il sera l’occasion de tenir l’Assemblée générale 2024 de notre association Modernités médiévales.

Programme

Jeudi 18 janvier

9h15. Accueil

9h30. Mot d’introduction

Terroirs et territoires : le Moyen Âge du tourisme

Présidence de séance : Patricia Victorin

9h45. Thomas Ledru : « La valorisation économique du patrimoine monastique médiéval : l’exemple des Hauts-de-France »

10h15. Patrick Fraysse : « Les boutiques cathares des sites patrimoniaux de l’Aude »

10h45. pause

11h00. Ismérie Triquet : « Rouen, une ville médiévale ? De l’épopée Johannique aux revendications identitaires »

11h30-12h30. Le Moyen âge de la culture matérielle : présentation du projet Araroem, Estelle Doudet, Filippo Fonio et Evelyne van de Mühl

12h30 : repas

Au pays des merveilles : la cible enfantine

Présidence de séance : Isabelle Olivier

13h30. Lucie Herbreteau : « Dessine-moi un dragon : une créature imaginaire pour raconter le Moyen Âge ? »

14h. Maud Perez-Simon : « Le bestiaire comme produit dérivé »

14h30 : pause

14h45. Hélène Cordier : « “Et si on mettait une épée sur la couverture ?” Quelques réflexions autour du marketing éditorial médiévaliste »

15h15. Gauthier Gruber : « Produire du Moyen Âge pour élèves » 

15h45. pause

16h-17h. Table ronde avec William Blanc, Nathanael Dos Reis et Romain Plichon, animée par Anne Besson : « Médiation culturelle et Moyen Âge »

17h15-18h30 : Assemblée générale de l’association Modernités médiévales (format hybride – lien à venir)

19h30 : visite de l’Arras médiévale

 

Vendredi 19 janvier

Accueil : 9h30

Medieval Madness : Le Moyen Âge entre jeu et industrie

Présidence de séance : Anne Besson

9h45. Florian Besson et Pauline Ducret : « Vendre un jeu par l’Histoire : l’Antiquité et le Moyen Âge dans le marketing ludique »

10h15. Lionel Germain : « Le médiévalisme et l’essor commercial du jeu vidéo »

10h45 : pause

11h. Justine Breton : « S’évader du Moyen Âge : louer une expérience narrative dans les escape games médiévalistes »

11h30. William Blanc : « Les parcs d’attractions de la firme Disney. Le médiévalisme comme mythe entreprenarial »

12h.

12h. Patricia Victorin : « La mode médiévale dans la haute couture : entre nostalgie et futurisme »

12h30 : repas

Produits d’appel et marques littéraires médiévalistes

Présidence de séance : Myriam White-Le Goff

13h45. Danièle Alexandre-Bidon et Yohann Chanoir : « Ces lieux où soufflerait encore l’esprit du Moyen Âge… Le médiévalisme dans le marketing territorial »

14h15. Virginie Roche-Tiengo : « Le Moyen Âge de Peter Tremayne fait-il vendre ? De l’attractivité du Moyen Âge irlandais dans sa dimension marchande et topographique »

14h45. Filippo Fonio, « Dante: une marque transnationale ? » 

15h15 : pause

Présidence de séance : Justine Breton

15h45. Marine Massenzio de Haro : « Arthur et la Guerre du Graal: égéries médiévales de Fate/ »

16h15. Jonathan Fruoco : « L’archétype médiéval et le pouvoir commercial : Robin des Bois »

16h45. Elodie Pinel : « Femmes à vendre : quand le roman médiéval devient féministe »

17h30 : clôture du colloque

 

Colloque : Quelle épopée !

Les 40e Assises de la traduction littéraire, sur le thème “Quelle épopée !“, se dérouleront à Arles du 10 au 12 novembre 2023.

Au commencement du patrimoine écrit était Gilgamesh : la guerre, puis le voyage. L’Iliade et L’Odyssée, déjà. Sources inépuisables de récits oralement transmis et remodelés, infiniment revisités par la littérature, ces deux motifs constituent la trame et la chaîne de l’épopée, qui sera la toile de fond de ces 40es Assises de la traduction.
De l’anglais ou de l’espagnol, de l’estonien ou du turc, du tamoul ou même du sindarin, les Assises traduiront sans relâche les récits fondateurs de l’humanité du 10 au 12 novembre, à Arles, où se partage chaque année pendant trois jours une aventure intellectuelle et sensible ouverte à tous.

[pré programme en date du 22/09/2023]

VENDREDI 10 NOVEMBRE – CHAPELLE DU MÉJAN

15H00 – 15H15 • Ouverture des Assises 
✳︎
15H15 – 16H15 • Conférence inaugurale. Pourquoi traduire un truc comme l’Iliade ? par Pierre Judet de la Combe
✳︎
16H30 – 17H • Remise de prix. Grand Prix de Traduction de la Ville d’Arles
✳︎
17H – 17H45 • Concert Calendal, Frédéric Mistral / Henri Maquet, par Henri Maquet, Emmanuelle Aymes, Elsa Bonal, Audrey Peinado et Rachel Rouviere
✳︎
18H – 19H30 • Table ronde. Horcynus Orca, un Moby Dick moderne, avec Moshe Kahn, Stephen Sartarelli et Antonio Werli, animée par Élodie Karaki ; interprète : Valentine Leÿs
✳︎
POP ARLES
20H • Soirée des Assises. Soirée des 40 ans d’ATLAS
Bal électro-folk avec Le Mange Bal, suivi d’un DJ set par Rubin Steiner


SAMEDI 11 NOVEMBRE – MATIN

SALON DU CITL
9H00 – 10H15 • Lectures caféinées. Épique épique et colégram, animé par Margot Nguyen Béraud 
✳︎
GRAND AMPHITHÉÂTRE – ESPACE VAN GOGH
9H00 – 10H15 • Rencontre professionnelle. Archipelagos : un nouveau dispositif européen pour les traducteurs par Jörn Cambreleng, avec Laura Brignon
✳︎
ESPACE VAN GOGH
10H30 – 12H30 •  Ateliers
Ateliers de traduction et d’écriture allemand avec Stéphanie Lux ✳︎ espagnol (Chili) avec Stéphanie Decante ✳︎ hébreu ancien avec Gilles Rozier ✳︎ italien avec Antonio Werli ✳︎ tamoul avec Jean-Luc Chevillard ✳︎ turc avec Xavier Luffin
Atelier d’écriture avec Antoine Boute

✳︎
PARADE
10H30 – 12H30 • Atelier d’initiation à la traduction littéraire. Traducteur d’un jour : Dragon Ball, animé par Anthony Prezman

✳︎

APRÈS-MIDI

CHAPELLE DU MÉJAN
14H30 – 15H45 Entretien. Quelle épopée ?, par Florence Goyet et Roberte Hamayon ; animé par Salomé Kiner
✳︎
16H – 17H15 Conférence [titre à venir], par Emanuele Arioli et Arnaud Bikard ; animé par Salomé Kiner
✳︎
17H30 – 19H • Lecture. Un Mahabharata polyphonique : Le Cantique des Lionnes, par Karthika Naïr et Dominique Vitalyos
✳︎
THÉÂTRE D’ARLES
14H30 – 15H45 • Observatoire de la traduction – An 05. Qu’attend-on de la traduction, qu’attend-on de la littérature ?, avec Hervé Le Tellier et François Ottmann – modéré par Isis von Plato
✳︎
16H – 17H15 • Dialogue en musique. “Affamés hystériques nus”. Traduire Howl, d’Allen Ginsberg, par Nicolas Richard et Rubin Steiner
✳︎
17H30 – 19H Entretien. Kenda Mũiyũru, une épopée dont la langue est l’héroïne (Les Neuf parfaites, de Ngũgĩ wa Thiong’o), avec Guillaume Cingal et Laurent Vannini

✳︎
SOIR – CINÉMAS LE MÉJAN
20H30 Ciné-rencontre
Le chevalier au dragon, le roman disparu de la table ronde, un film de Marie Thiry, avec Emanuele Arioli. Projection suivie d’une rencontre avec Emanuele Arioli

 

DIMANCHE 12 NOVEMBRE

MATIN

CHAPELLE DU MÉJAN
9H00 – 10H15 Table ronde professionnelle. Quand le marché du livre s’emballe
animé par Sophie Aslanides (ATLF), avec Hélène Ling, Julie Sibony et Dominique Tourte (FEDEI)
✳︎
ESPACE VAN GOGH
10H30 – 12H30 Ateliers de traduction
Ateliers de traduction et d’écriture anglais avec Cécile Deniard ✳︎ anglais avec Laurent Vannini ✳︎ arabe avec Marcella Rubino ✳︎ chinois avec Gwennaël Gaffric ✳︎ estonien avec Antoine Chalvin ✳︎ portugais (São Tomé) avec Emanuele Arioli ✳︎ yiddish ancien avec Arnaud Bikard
✳︎
GRAND AMPHITHÉÂTRE – ESPACE VAN GOGH
Petites conférences dominicales
 10H30 – 11H30 Les Lusiades, un classique européen, par Aude Plagnard
11H30 – 12H30 Histoire efflorescente du poème épique italien, par Michel Orcel

✳︎

APRÈS-MIDI

MUSÉE DÉPARTEMENTAL ARLES ANTIQUE
14H – 14H45 Petite conférence (à partir de six ans). Pourquoi Achille court-il si vite ?, par Pierre Judet de la Combe
✳︎
CHAPELLE DU MÉJAN
14H15 – 14H45 Le temps des musiciens. Batalha de Oliveiros com Ferrabraz, une épopée chantée, par Raísa França Bastos et Augusto de Alencar
✳︎
15H – 16H30 Table ronde. Traduire Tolkien traducteur : des langues réelles aux langues imaginaires, avec Damien Bador et Vincent Ferré ; animée par Salomé Kiner
✳︎
16H30 – 16H45 Clôture et annonce du thème des prochaines Assises, par Margot Nguyen Béraud

INFORMATIONS PRATIQUES
Billetterie en ligne : billetweb.fr/assises-2023
Renseignements : 04 90 52 05 50 · atlas [at] atlas-citl.org

Retrouvez tous les détails sur le site des Assises.

Parution : Créer et incarner des créatures fantastiques

Audrey Tuaillon Demésy et Anne Besson (dir.), “Créer et incarner des créatures fantastiques”, dossier en ligne Mundus Fabula, août 2023.

Le dossier thématique “Créer et incarner des créatures fantastiques” de Mundus Fabula fait suite à un colloque éponyme, organisé sur deux journées à un an d’intervalle, en 2022 et 2023, par Audrey Tuaillon Demésy et Anne Besson, en visioconférences et à Arras. Ces rencontres étaient conjointement portées par le programme ANR Aiôn et le laboratoire Textes et Cultures.

L’enjeu était initialement de comprendre comment l’incarnation de créatures fantastiques favorise l’appropriation de mondes fictionnels et les façons dont l’imaginaire peut devenir performatif. Sept textes (de disciplines variées : littérature, histoire, anthropologie, histoire de l’art) composent ainsi ce dossier qui vise à interroger diverses formes de fabrication et/ou de mises en vie de créatures issues d’imaginaires de science-fiction, de dystopies ou de fantasy, des orcs aux androïdes.

Le dossier est intégralement disponible en ligne, sur le site de la revue Mundus Fabula.

Sommaire

Parution : Agrégation anglais 2024, Sir Gawain and the Green Knight et The Green Knight

Sandra Gorgievski et Martine Yvernault (dir.), Agrégation anglais, Sir Gawain and the Green Knight et The Green Knight, Paris, Ellipses, 2023.

L’agrégation 2024-2025 d’anglais compte à son programme l’étude conjointe du romance médiéval Sir Gawain and the Green Knight (c. 1400), sa traduction par Simon Armitage, ainsi que le film de David Lowery The Green Knight (2021), accordant ainsi une place importante au médiévalisme audiovisuel.

L’ouvrage dirigé par Sandra Gorgievski et Martine Yvernault regroupe 14 articles, accompagnés d’une introduction, consacrés à l’oeuvre médiévale et à ses adaptations ou transpositions contemporaines.

 

Table des matières

Introduction – Sandra Gorgievski et Martine Yvernault

Perfection et imperfection dans Sir Gawain and the Green Knight – Colette Stévanovitch

Aspects magiques, racines celtiques dans Sire Gauvain et le Chevalier vert – Céline Savatier-Lahondès

Gawain’s Identity in Sir Gawain and the Green Knight – Daniel R. Pike

Sire Gauvain et la catégorisation des vices – Olivier Simonin

“Make we mery” at “this hyghe fest”. The Feasting Episodes in Sir Gawain and the Green Knight – Agnès Blandeau

Le chasseur et sa proie : jeux et enjeux dans Sir Gawain and the Green Knight – Martine Yvernault

Sir Gawain and the Green Knight, the Ladies and the Critics – Morgan Dickson

Gawain’s Strange Landscapes – Gillian Rudd

Loveless in a Cold Climate – Claire Vial

David Lowery’s The Green Knight: A Film Director in Conversation with a Middle English Poem – Kevin J. Harty

Bande-son, paysages sonores et effets de sens: la partition de The Green KnightSandra Gorgievski

From “Not Ready Yet” to “Ready Now?” Narrative Confusion and Gawain’s Characterization in David Lowery’s The Green Knight – Richard Burt

« Remember, it is only a game ». Jeu et illusion dans The Green Knight – Justine Breton

« Coaxing Gawain and his poem back into the Pennines » : Quelques processus de nordisation – Claire Hélie

Les auteurs

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution : Médiévalisme en séries

Justine Breton et Florian Besson (dir.), Médiévalisme en séries, dossier thématique Mundus Fabula, en ligne, juillet 2023.

Dans la lignée du dynamisme actuel du médiévalisme en France et à l’étranger, et pour mieux comprendre l’intérêt croissant du public pour des programmes audiovisuels qui puisent toujours plus dans des images souvent détournées de la période médiévale, Florian Besson (Actuel Moyen Âge) et Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne, CRIMEL et Modernités médiévales) ont organisé sur l’année 2022-2023 un séminaire  en ligne consacré à la représentation du Moyen Âge dans les séries, intitulé « Médiévalisme en séries ».

Ce séminaire était divisé en trois sessions thématiques, portant sur une ou plusieurs séries ultracontemporaines – la plupart diffusées pour la première fois en 2022 –, mettant chaque fois en scène un Moyen Âge de fantasy. La première session était consacrée aux imaginaires historiques dans House of the Dragon, la deuxième aux postérités de J.R.R. Tolkien dans la série Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de pouvoir, et la troisième élargissait les perspectives d’étude en interrogeant les différentes visions du Moyen Âge proposées par d’autres séries récentes. En accord avec les normes et attentes de la revue Mundus Fabula, une partie des travaux menés lors de ce séminaire, à l’exception des tables rondes où primaient le dialogue et la spontanéité des échanges, a fait l’objet d’une expertise et apparaît ici sous une forme plus complète.

Le dossier est intégralement disponible sur le site de Mundus Fabula.

 

Sommaire

Partie 1 : Tour d’horizon des séries médiévalistes

Introduction – Florian Besson et Justine Breton

Les châteaux médiévaux dans les séries télévisées : entre imaginaire hérité et historicité progressive – Yohann Chanoir

 

Partie 2 : House of the Dragon

Entre Âge d’or et décadence : la tragédie de la Maison du Dragon. Les motifs antiquisants dans House of the Dragon – Aurélie Paci

« The crown and the realm ». Pensée politique et gouvernement d’un royaume médiévaliste dans House of the Dragon – Florian Besson

Corporalités médiévalistes : corps, vêtements, armements, le Moyen Âge à l’épreuve de la modernité – Soline et Nicolas Anthore-Baptiste

 

Partie 3 : Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de Pouvoir

Du texte à l’écran : The Rings of Power, métamorphose d’une fiction – Laura Marin-Gomez

Les Anneaux de Pouvoir : images d’une décadence antique – William Blanc

Parution : S’évader au Moyen Âge

Audrey Tuaillon Demésy et Justine Breton (dir.), S’évader au Moyen Âge. Entre appropriations contemporaines et imaginaires de l’histoire, Autun, VIII éditions, 2022.

Cet ouvrage reprend les actes du colloque “S’évader au Moyen Âge“, qui s’était déroulé à Autun en octobre 2021 en partenariat avec Modernités médiévales.

Qu’il s’agisse de rejouer des batailles de fantasy en GN, de dévorer des mets rôtis lors d’une fête médiévale dans une logique toute carnavalesque, de re-créer des gestes techniques en lien avec l’artisanat de l’époque ou de raconter des histoires de princesses et de chevaliers, le Moyen Âge reste associé dans l’imaginaire collectif à une notion de plaisir. Cette facette semble à l’opposé de celle qui associe également la période médiévale aux qualificatifs « sale » et « obscur ». En réponse à un Moyen Âge repoussant, il est en effet possible de « partir en vacances » au Moyen Âge comme l’on voyagerait dans un pays lointain, à la fois dépaysant et familier. Le médiévalisme offre justement une porte d’entrée privilégiée dans cette période réinventée ou ressuscitée.

Dans la continuité de plusieurs colloques et publications portant sur la thématique de la résurgence du Moyen Âge au XXIe siècle, cette étude propose de mettre l’accent sur les manières dont cette époque est utilisée pour proposer une rupture avec le quotidien. Se posent alors les questions suivantes : comment et pourquoi choisit-on de s’évader au Moyen Âge ? Comment et pourquoi cette période joue-t-elle particulièrement un rôle d’échappatoire face au quotidien ?

Grâce à une présentation générale et dix chapitres issus de domaines variés – littérature, histoire, sciences sociales, sciences de l’information et de la communication, linguistique… – et croisant les méthodes et les sujets d’étude, cet ouvrage analyse les nombreuses façons dont le Moyen Âge est aujourd’hui vécu et réinventé pour enclencher l’évasion, pensée et/ou corporelle, dans un autre temps.

Table des matières

INTRODUCTION : S’ÉVADER AU MOYEN ÂGE : DU CHEMIN DE TRAVERSE À UNE LIBERTÉ CONDITIONNELLE ? Justine Breton et Audrey Tuaillon Demésy

PARTIE 1. BRICOLER LE MOYEN ÂGE
CHAPITRE 1. BAUDOLINO OU L’ÉCHAPPÉE MÉDIÉVALISTE D’UMBERTO ECO. Jonathan Fruoco
CHAPITRE 2. MÉDIATIONS LUDIQUES ET RÉCEPTIONS MÉDIÉVALISTES : COMMENT S’ÉVADER AU XIIIe SIÈCLE AU MUSÉE DES BASTIDES DE MONFLANQUIN ? Patrick Fraysse et Muriel Molinier
CHAPITRE 3. LES LANGUES ET CULTURES CELTIQUES À L’OEUVRE DANS THE WITCHER. Manon F. Metzger

PARTIE 2. LE MOYEN ÂGE VÉCU
CHAPITRE 4. LE MOYEN ÂGE RÊVÉ DE NIKOLAJ EVREINOV : UN OUTIL POUR PENSER
L’ÉVASION MÉDIÉVALISTE ? Louise Putov
CHAPITRE 5. LA RÉCRÉATION VIDÉOLUDIQUE AU SERVICE DU MÉDIÉVALISME : LE CAS DE THE WITCHER 3 : WILD HUNT. Clémence Huguet
CHAPITRE 6. DES USAGES DU MÉDIÉVALISME EN FORÊT DE BROCÉLIANDE : TOPOGRAPHIE ARTHURIENNE ET PRATIQUES PSYCHOCORPORELLES. Mélie Fraysse et Odile Parsis-Barubé
CHAPITRE 7. LA RECONSTITUTION DU COMBAT DU MOYEN ÂGE, ENTRE SPECTACLE, SPORT ET ART MARTIAL. Olivier Dupuis

PARTIE 3. S’ÉVADER AILLEURS : LE TEMPS ET L’ESPACE COMME OUTILS POLITIQUES
CHAPITRE 8. LE MOYEN ÂGE DE MYRATH, ONIRISME ET RÉAPPROPRIATION CULTURELLE
DANS LA MUSIQUE METAL TUNISIENNE. Tasnime Ayed
CHAPITRE 9. DU DÉSIR DE DÉCORUM CASTRAL AU SONGE DE DOMINATION FÉODALE : L’ÉCHAPPATOIRE MÉDIÉVALE DANS VA DIRE AU LAC DE PATIENTER DE JEAN-LOUIS BORY. Léo-Paul Blaise
CHAPITRE 10. LA GRANDE ÉVASION ? MOYEN ÂGE ET POLITIQUE DANS LES BANDES
DESSINÉES MÉDIÉVALISTES DE L’ANNÉE 2020. Yoan Boudes et Nicolas Garnier

BIOGRAPHIES DES AUTEURS

 

Appel à communications : La fantasy, un genre à l’état sauvage ?

La journée d’études “La fantasy, un genre à l’état sauvage ?“, organisé par Pierre Audran, Anne Besson, Olivier Clerc, Charlotte Duranton, Romain Guillaud-Bataille, Marie Kergoat, Pascale Laplante-Dubé, Raphaëlle Raynaud, et le laboratoire Textes et Cultures, aura lieu à l’Université d’Artois à Arras le 14 mars 2024.

Date limite d’envoi des propositions : 16 octobre 2023.

Établie dès ses origines dans des mondes secondaires d’inspiration médiévale et antique en réaction à l’industrialisation de l’Angleterre et à la domestication de la « wilderness » nord-américaine, la fantasy inscrit régulièrement tout ou partie de ses intrigues dans de grands espaces incultes, parfois inexplorés : forêts, montagnes, déserts ou océans. Pour son lectorat ou son public actuel, souvent jeune, urbain et ne connaissant la nature que sous des formes aseptisées et domestiquées, cet environnement sauvage fascinant – sa luxuriance végétale, sa mégafaune mêlant merveille et péril – constitue un premier dépaysement. Il contribue, avant même l’apparition du surnaturel magique qui n’en est parfois que le prolongement, à installer un imaginaire de l’ailleurs source d’aventures et d’enchantement.

       L’état « sauvage » de ces mondes merveilleux semble ainsi auréolé d’une connotation positive, faisant référence à l’indomptabilité et l’absolue liberté des vivants qui le peuplent et ont échappé à l’influence de l’être humain. L’adjectif peut toutefois se doter d’un sens plus négatif lorsqu’il s’applique à ce dernier. Le sens de « sauvage », tel que réactivé par les discours politiques, insiste sur le caractère brutal ou incontrôlable de l’individu qui ne respecte pas les normes et les règles d’une société humaine. Synonyme de primitif ou de barbare, le « sauvage » désigne alors aussi celui qui, aux marges de la civilisation, n’est plus totalement humain.

À partir de ces constats, peut-on envisager la fantasy comme un genre littéraire foncièrement prétechnologique, voire anti-technologique et qui, par son aspiration au sauvage, repense la séparation occidentale entre Nature et Culture ? Appartient-il à son essence de promouvoir une certaine modération dans l’exploitation des ressources naturelles, ou plus radicalement encore de valoriser un autre rapport à la nature qui consisterait à ne plus la percevoir comme une simple ressource – jusqu’à reconnaître les non-humains comme des sujets de droit ? Comment le tressage d’autres liens avec les règnes animal et végétal y est-il représenté ? Y observe-t-on une réduction des frontières spécistes, notamment dans le bestiaire du genre ? Remet-elle à l’honneur la nature sauvage comme contrepoids à l’artificialisation, à rebours des logiques étatiques modernes liant indissolublement l’idée de progrès au couple innovation technologique-croissance économique ? Quelle place la fantasy accorde-t-elle aux sociétés dites barbares ou primitives (ces sociétés autres, non seulement non industrielles mais non occidentales, non colonisées), représentées à la fois dans leur proximité avec la nature et leur système politique dépourvu d’État ? Dans quelle mesure le personnage peut-il vouloir s’extraire du monde humain voire s’ensauvager – c’est-à-dire à la fois s’écarter de la civilisation, mais aussi lui opposer une certaine férocité ? La richesse et l’hybridité des œuvres, notamment via la rencontre de la fantasy avec ses genres voisins – et a priori plus favorables à la technologie – de la science-fiction ou du roman d’espionnage, sont-elles susceptibles de contrecarrer une tendance actuelle à la polarisation des débats environnementaux ?

Dans le prolongement du séminaire doctoral tenu en 2023, « Fantasy et écologie : évolution d’un genre et de ses valeurs », cette journée d’étude qui se tiendra le 14 mars 2024 souhaite accueillir des réflexions portant sur des œuvres littéraires et médiatiques (illustrations, films, séries, jeux…) autour des questions suivantes :

* la dimension axiologique des œuvres de fantasy, en perspective synchronique ou diachronique, dans le vis-à-vis des grands courants de l’écologie ou des courants de pensée ayant une composante écologique ;

* la convocation des références à la fantasy dans le débat écologique ;

* les motifs animaux et végétaux dans les œuvres ;

* l’évolution des tropes du sauvage et/ou du barbare et du rôle qu’occupent ces types de personnages dans la diégèse ;

* l’articulation entre nature et technologie dans les mondes secondaires ; le rapport à la science induit par cette articulation ;

* la recherche-création autour de l’idée de sauvagerie en fantasy.

 

Les réponses (400 à 500 mots, 2000 à 2500 caractères), attendues pour le 16 octobre 2023, sont à envoyer à l’adresse fantasy.ecologie [at] outlook.fr.

 

 

Bibliographie

Abrams Chris, Evergreen Ash: Ecology and Catastrophe in Old Norse Myth and Literature, Charlottesville, University of Virginia Press, 2019.

Besson Anne, Les pouvoirs de l’enchantement. Usages politiques de la fantasy et de la science-fiction, Vendémiaire, Paris, 2021.

Blanc William, Winter is Coming. Une brève histoire politique de la fantasy, Paris, Libertalia, 2018.

Bougon Marie-Lucie, Charlotte Duranton et Laura Muller-Thomas, Revue Fantasy Art and Studies n°9, Amazing Beasts / Animaux fabuleux, décembre 2020.

Di Carpegna Falconieri Tommaso, Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge, Presses de la Sorbonne, 2015.

Dickerson Matthew, Evans Jonathan, Ents, Elves, and Eriador: The Environmental Vision of J.R.R. Tolkien, Lexington, University of Kentucky Press, 2006.

Di Paolo Mark, Fire and Snow: Climate Fiction from the Inklings to Game of Thrones, State University of New York Press, 2018.

Le Guin Ursula K., Le Langage de la nuit. Essais sur la science-fiction et la fantasy, Aux Forges de Vulcain, Paris, coll. « Essais », 2016.

Prince Nathalie et Sébastien Thiltges (dir.), Eco-graphie, écologie et littératures de jeunesse, Presses universitaires de Rennes, 2018.

Ulstein Gry, « Hobbits, Ents, and Dæmons: Ecocritical Thought Embodied in the Fantastic », Fafnir, Nordic Journal of Science Fiction and Fantasy Research, vol. 2, 2009.

 

 

Appel à contributions : Moyen Âge et féminismes

Pour son prochain numéro (n° 45), la revue en ligne Perspectives médiévales aborde le sujet de “Moyen Âge et féminismes“, sous la direction de Véronique Dominguez et Sébastien Douchet.

Date limite d’envoi des propositions : 15 septembre 2023.

Étudier la culture médiévale permet de défier les théories du genre entièrement enracinées dans la philosophie et la société modernes. Un nombre important d’aspects propres au Moyen Âge, par leur émergence, ont déstabilisé jusqu’aux notions postmodernes d’articulation entre le sexe et le genre. […] Dans les quinze dernières années les médiévistes ont fait avancer le féminisme […] au même titre que les théoriciens contemporains. (M. Caviness)(1)

Après l’article fondamental de Madeline Caviness, quel bilan peut-on tirer de ces liens féconds entre Moyen Âge et féminismes ? Dans son sillage, le prochain numéro de Perspectives médiévales invite à déplacer le regard, afin de saisir à nouveaux frais les apports réciproques entre médiévistique et féminismes, dans une réflexion épistémologique et historique sur le Moyen Âge autant que sur le temps présent.

Quelles rencontres du Moyen Âge ou du médiéval ont pu avoir lieu entre les mouvements et les théories féministes, du Moyen Âge à aujourd’hui ? Quels usages les théories et mouvements féministes successifs font-ils du Moyen Âge et de ses formes, réelles, supposées, ou fabriquées ? Aux côtés des études anglo-saxonnes, et notamment de l’apport scientifique américain (women’s studiesgender studiesqueer studiesempowermentsituated knowledge, études intersectionnelles, etc.), émerge-t-il une forme de réflexion et de pensée féministe européenne ? Dans ce cadre scientifique, comment appréhender l’opposition entre féminisme culturaliste et universaliste ?

On s’interrogera sur les mouvements et sur les théories féministes en elles-mêmes, et sur la part qu’elles font au Moyen Âge. Il s’agira tout autant de mettre au jour l’apport épistémologique et historiographique de la médiévistique sur ces mouvements et théories que de montrer l’incidence du Moyen Âge sur leur définition ou leur évolution.

Au plan historique, de quelles représentations du médiéval ou du Moyen Âge le féminisme a-t-il pu se nourrir (par exemple en termes de pouvoir, d’économie, de culture, de pratiques sociales) ? Quelle place le Moyen Âge tient-il dans l’histoire de la pensée pro-féminine, dans les discours académiques comme dans les discours “grand public” ? 

Au plan théorique, le Moyen Âge a-t-il connu ou généré des moments, mouvements, ou écoles de pensée qu’on pourrait qualifier de féministes ? Et quelle est la place du Moyen Âge dans la construction des savoirs et des discours féministes ou anti-féministes ? À l’inverse, et par effet de retour, comment les études médiévales ont-elles pu être enrichies par la pensée des féminismes contemporains ?

Au plan pragmatique, l’expérience contemporaine de la féminité ou du féminisme peut-elle être accompagnée ou éclairée par ces approches historiques ou ces paramètres théoriques venus du Moyen Âge ou de ses représentations ? 

Cet appel à contribution, de vocation pluridisciplinaire, s’adresse aux spécialistes de littérature, de philosophie, d’histoire, d’histoire de l’art, etc., qu’ils soient médiévistes ou spécialistes des périodes ultérieures. L’étude portera sur des objets médiévaux (textes, images, etc.) aussi bien que sur les représentations du Moyen Âge des périodes ultérieures, qu’elles soient imaginaires ou fondées.

Sans exclure les études de cas, les propositions théoriques et transversales seront privilégiées. Un regard particulier pourra être posé sur les théories et pratiques académiques de la médiévistique, et sur la place que peut y jouer une approche féministe : une « philologie sororale » peut-elle être envisagée (2) ?

L’ambition du numéro est d’engager une saisie des féminismes contemporains éclairée par la plongée dans le Moyen Âge et ses représentations. Entre d’autres termes, en quoi le Moyen Age est-il un objet d’investigation aussi bien pour la pensée féministe que par la pensée féministe ? 

Les propositions d’articles (500 mots max.) seront adressées conjointement à Véronique Dominguez et Sébastien Douchet pour le 15 septembre 2023 (veronique.dominguez [at] u-picardie.fr ; sebastien.douchet [at] univ-amu.fr). Elles seront soumises au comité scientifique de la revue (évaluation en double aveugle) pour une réponse aux auteurs le 15 octobre, et un retour des articles sous leur forme définitive le 15 janvier 2024.

Retrouvez toutes les informations sur le site de la revue.

Notes:

(1)

 Madeline Caviness, « Féminisme, gender studies et études médiévales », Diogène 225-1, 2009, p. 47-48 et 50, version originale en anglais dans Diogenes 57, 2010 : « Studying medieval culture has the power to challenge the theories of gender that were rooted entirely in modern philosophy and society. A number of aspects of the middle ages have emerged that destabilize even postmodern notions of sex/gender arrangements […] in the past fifteen years, medievalists have carried the banners of expanding feminism […] as well as have contemporary theorists ».

(2) Claire Paulian, « L’araignée dans le texte. Essais de philologie sororale dans la réception ovidienne », dans Fabula-LhT, n° 26, « Situer la théorie : pensées de la littérature et savoirs situés (féminismes, postcolonialismes) », dir. Marie-Jeanne Zenetti, Flavia Bujor, Marion Coste, Claire Paulian, Heta Rundgren et Aurore Turbiau, octobre 2021, URL : http://www.fabula.org/lht/26/paulian.html. DOI : 10.58282/lht.2759.

Parution : The Witcher, un monde de légendes

Justine Breton, The Witcher, un monde de légendes, Bragelonne, 2023.

« Comment se termine la légende de Geralt et de Ciri ? Mais tout le monde le sait, voyons ! »

Cette réflexion, issue d’un personnage secondaire du septième tome de The Witcher, résume l’ensemble des enjeux soulevés dans la saga : l’histoire du sorceleur Geralt, de sa fille adoptive Cirilla et, dans une moindre mesure, d’autres protagonistes comme la magicienne Yennefer et le barde Jaskier, a tout de la légende. Toujours en construction aujourd’hui, elle est développée par étapes successives depuis 1986, d’abord et avant tout sous la plume de l’auteur.

Et l’aventure transmédiatique The Witcher est loin d’être terminée.

Cette étude se propose aussi d’examiner la façon dont The Witcher construit sa propre légende : comment la notion de légende devient-elle à la fois source, matériau et résultat dans cette œuvre transmédiatique et polyphonique ?

Par sa composition par accumulation de variantes, et par sa narration mêlant histoire et merveilleux dans une approche toujours épique, la saga The Witcher accède elle-même au statut de légende contemporaine. Elle propose un récit légendaire en construction, tissé d’emprunts à des mythes variés et développé à travers un faisceau transmédiatique, formant un vaste ensemble de récits glorifiant les exploits de héros – en d’autres termes, une légende.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution : 21st Century Medievalisms

Karl Christian Alvestad (dir.), 21st Century Medievalisms. Between the Global and Individual, Trivent Publishing, 2023.

21ST CENTURY MEDIEVALISMS. BETWEEN THE GLOBAL AND INDIVIDUAL is an edited volume consisting of 14 chapters by scholars interested in contemporary medievalisms across the world. It is a timely contribution to the growing scholarship on medievalisms offering chapters that consider both the individual experiences of medievalisms, as well as those of societies and cultures at large. The chapters of the book are grouped into three parts, the first explores stereotypes and myths in medievalisms; the second examines medievalisms that speak to particular communities and audiences; and the third studies how medievalisms are impacted by or stimulate conversations of politics and gender. These chapters all reflect a growing interest in medievalisms, and the appreciation of how they are present, materialise and evolve in different contexts and offers insights into medievalisms in politics, popular culture, social activism and more. Throughout the book, examples and case studies demonstrate how medievalisms in the modern age are at times individual experiences, at other times global phenomena and sometimes are in between. Therefore these medievalisms can speak to different audiences at the same time, showcasing how the Middle Ages and their memory continue to be a pertinent topic of study within the wider field of medieval studies.

Table des matières

INTRODUCTION by Karl Christian Alvestad

CHAPTER 1. Medievalist Comic Book Characters and Their Feminist Readers. Elizabeth Allyn Woock

CHAPTER 2. Are Pigs Pink? Cinematic Perceptions of the Medieval Past. Francis Mickus

CHAPTER 3. Re-imagining Historical Fighting: Knights in Medievalism. Jürg Gassmann

CHAPTER 4. Dark Medieval Times: Violence and Darkness in Black-Metal Medievalism. Dario Capelli

CHAPTER 5. Crusading as Damnation, Killing for Salvation Crusading Ideology and Ludonarrative Dissonance in Dante’s Inferno. Juan Manuel Rubio Arévalo

CHAPTER 6. French Cultural Exception: When King Arthur Does Not Cross the Borders. Justine Breton

CHAPTER 7. The Witcher: Visions of a Shifting Europe. Meg Feller

CHAPTER 8. Medieval Love Through Centuries from Far East to Far West in Romanesque, by Tonino Benacquista. Leticia Ding, Philippe Frieden, Stefania Maffei Boillat

CHAPTER 9. Medievalism, Philosophers, and Medievalists in the Twenty-First Century in Peru: From the Forgotten Image to New Perspectives. Jean Christian Egoavil

CHAPTER 10. The Use of Political Neomedievalism in Spain. Álvaro Garrote Pascual

CHAPTER 11. The Black Veil of Freedom: Widows Beyond Westeros. Dawn A. Seymour Klos 

CHAPTER 12. The Frozen Middle Ages: Elsa as a Contemporary Joan of Arc? Andrea Maraschi

CHAPTER 13. Beyond the Bounds of Camelot and Hogwarts: The Medieval Quest Becomes Political Activism Through Harry Potter. Monica J. Stenzel, Josephine C. Stenzel

CHAPTER 14. Memories of the Medieval in the Age of White Supremacy. Leland Renato Grigoli

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Appel à communications : Voyages en Bretagne, voyages en Orient

Le colloque international “Voyages en Bretagne, voyages en Orient. L’un e(s)t l’autre ou la Bretagne substitut de l’Orient ?“, organisé par Patricia Victorin, se déroulera les 14 et 15 mars 2024 à l’Université Bretagne-Sud à Lorient.

Date limite d’envoi des propositions : 30 juin 2023.

On sait combien la passion du voyage anime les écrivains du XIXe siècle : Chateaubriand, Stendhal, Nerval, Flaubert, tous voyagent en Orient et rendent compte de leurs impressions… Le voyage est d’ailleurs un remède à la mode pour soigner des maladies. Les médecins le recommandent. Il faut découvrir les terres anciennes et mémorables, revenir sur les traces du passé. On voyage en Espagne, dont Hugo écrivait que « c’est encore l’Orient », au XIXe siècle à l’instar de Chateaubriand, Mérimée, Gautier, Stendhal, Dumas, Victor Hugo, George Sand [1] en quête de pittoresque et d’ « authenticité » empreinte de nostalgie.

Un seul Romantique n’a pas fait le voyage en Orient : Hugo. Comme le souligne Michel Butor, il remplace le voyage en Orient par le voyage en Allemagne. « L’Allemagne est l’Inde de l’Occident », écrit Hugo dans son livre sur le Rhin.

Et tous les écrivains voyagent en Bretagne. La Bretagne [2] fascine, par un exotisme spatial (ses paysages tourmentés, ses traces du passé médiéval) et temporel (le poids du passé légendaire et druidique). Au fond, la Bretagne incarne peut-être mieux qu’un autre lieu cette fascination pour le passé médiéval qui s’enrichit des légendes bretonnes et l’archaïsme remplace avantageusement l’exotisme.

Si l’Espagne figure une sorte de condensé ou de mise en abyme de l’Orient, que symbolise la Bretagne ? Un réservoir de trésors médiévaux, un conservatoire médiéval ? Peut-être mais pas uniquement. Mon hypothèse en forme de paradoxe peut se poser ainsi : Le voyage en Bretagne est-il un substitut et/ou miroir du voyage en Orient ? Bretagne et Orient fonctionnent-ils comme un matériau exotique ? Quel exotisme en ce cas ? Que vient-on chercher en Bretagne et en Orient ? Les écrivains y cherchent-ils des vestiges des temps anciens ?

Il s’agira de proposer une approche  sémiologique, historique et anthropologique de l’exotisme en distinguant couleur locale, pittoresque, exotisme et en revenant aux analyses que propose Pierre Halen. Ce dernier souligne que « le regard peut aussi se faire altérifiant en dehors de tout rapport à la géographie et au lointain. Le regard porté sur la paysannerie, sur le monde ouvrier ou sur l’aristocratie par la littérature bourgeoise du XIXe siècle peut apparaître ainsi comme un regard exotisant, aux yeux duquel seule la différence est relevante et, aussitôt, est supposée désigner l’être même de l’objet regardé. (…)

L’exotisme apparaît ainsi moins comme un « rêve de lointain » que comme un rêve de mise à distance » [3]. 

1- Regards croisés sur l’Orient et la Bretagne : entre exotisme[4] et stéréotype[5] : étude en diachronie

François Pouillon[6] , dans son ouvrage Anthropologie des petites choses[7], cite ce mot de Jacques Berque : 

« Le terme d’exotisme paraît injurieux même aux élèves de première année de notre Ecole de Langues orientales. Je le regrette pour vous jeunes gens, si vous mettez au rebut l’aventure et la couleur du monde. (…) Moi, je reste pour toute une part de ma vie un « exote » (…). C’est parce que les êtres et les lieux m’en ont donné la chance et que je ne l’ai pas refusée. »

On tentera de retracer l’histoire de l’exotisme depuis le Moyen Âge au XIXe siècle et d’envisager la fabrique de la Bretagne et de l’Orient, en lien avec l’exotisme. Pour ce faire on envisagera les mythes d’origine de la Bretagne depuis le Moyen Âge jusqu’au XIXe siècle et l’apparition de la celtomnie.

Sans entrer dans l’historique des mythes d’origine de la Bretagne, depuis les origines troyennes (voir le Roman de Brut) aux Gaulois venus d’Orient [8], contentons-nous de rappeler ici que Bertrand d’Argentré (1519-1590) s’était employé à montrer dans son Histoire de Bretagne que seuls les Bretons pouvaient légitimement revendiquer une ascendance gauloise. Cette construction historiographique gauloise se développe encore au XVIIIe s sur fond de rivalité entre Boulainvilliers et l’abbé Du Bos concernant les origines de la nation française. Du cistercien Dom Pezron à Simon Pelloutier la doxa selon laquelle les Celtes-Gaulois sont issus d’Orient s’implante durablement au XVIIIe s. Auguste Brizeux compose une épopée des Bretons en XII chants et situe leur origine à Byzance. La celtomanie n’a plus qu’à s’emparer du patrimoine breton et proposer des explications plus ou moins fantasques. On opère des rapprochements entre le Carnac du Morbihan et le Karnac d’Egypte. La celtomanie devient un substitut de l’égyptologie [9].

Ainsi on voit fleurir des thèses diverses : on rapproche tantôt les Bretons des Egyptiens, des Phéniciens, des Ibères ou Ligures. A cet égard, les mégalithes de Carnac deviennent le haut lieu de  projections fantasmatiques : Ce sont les équivalents « informes » des pyramides d’Egypte, de lointains cousins bretons des splendeurs égyptiennes. Victor Hugo compare volontiers Carnac à Thèbes : « Il n’est pas prouvé que ce ne soit point la puissante navigation carthaginoise qui ait déposé sur la grève armoricaine cet autre hiéroglyphe monumental, Karnak, livre colossal et éternel dont les siècles ont perdu le sens et dont chaque lettre est un obélisque de granit. Comme Thèbes, la Bretagne a son palais de Karnak [10]. »  

Flaubert pour sa part ironise sur les prétendus rapprochements à opérer entre les deux Karnac :

« On a été ensuite chercher les Grecs, les Égyptiens et les Cochinchinois. Il y a un Karnak en Egypte, s’est-on dit, il y en a un en Basse-Bretagne, nous n’entendons ni le cophte, ni le breton. Or il est probable que le Carnac d’ici descend du Karnak de là-bas, cela est sûr, car là-bas, ce sont des sphinx alignés, ici ce sont des blocs, des deux côtés de la pierre. D’où il résulte que les Égyptiens (peuple qui ne voyageait pas) seront venus sur ces côtes (dont ils ignoraient l’existence), y auront fondé une colonie (car ils n’en fondaient nulle part) et qu’ils y auront laissé ces statues brutes (eux qui en faisaient de si belles), témoignage positif de leur passage (dont personne ne parle) [11]. »

2- Bretagne et Orient :  rêves de lointain ou de proximité ?

On voyage beaucoup en Bretagne aux XVIIIe et XIXe siècles que l’on songe aux Antiquités de Bretagne de Fréminville, Notes d’un voyage dans l’ouest de la France de Mérimée en 1835, en compagnie d’un guide breton ou bien encore aux voyages pittoresques et romantiques du baron Taylor et de Nodier [12].  Pour preuve du succès de ces Voyages du baron Taylor et de Nodier consacrés à la Bretagne en 1843, il suffit de regarder le nombre et le lustre des souscripteurs : on compte parmi eux des membres de la famille royale française, empereurs de Russie et d’Autriche, rois et reines de Prusse, d’Angleterre et d’Espagne sans oublier le sultan ottoman, précise Sophie Cassagne-Brouquet [13].

Il conviendra d’accorder une place importante au rôle joué par les antiquaires[14] dans cette découverte du patrimoine breton avant qu’ils ne soient détrônés par des philologues et historiens.

A propos de la Bretagne, après une description de la Joyeuse Garde, haut-lieu de l’arthurianisme, on trouve sous la plume du baron Taylor et de Nodier cette remarque qui tisse en un même fantasme  Bretagne et Orient :

Quand le vent aura emporté la dernière parcelle de ces pierres, devenues poussière, le château de Joyeuse Grade restera encore entier dans la mémoire du peuple, dans l’esprit de toutes les nations sensibles au récit de cette poésie délicieuse de la chevalerie qui a peut-être devancé celle de l’Orient au Moyen Âge, et qui, dans tous les cas, en est la soeur ; noble muse, alliée au Niebelungen et à Antar, aux traditions germaines et aux épopées arabes.

Il faudra interroger l’exotisme du regard, comparer les guides touristiques sur la Bretagne, sur les orients…

Analyser les récits de voyage (réel ou imaginaire) d’écrivains qui sont allés aussi bien en Bretagne qu’en Orient. Points de convergence au niveau du lexique, des motifs et topoï…et divergences. On s’intéressera au rôle du costume local et du travestissement du voyageur[15].

Enfin, à la suite de Sarga Moussa qui a travaillé sur « la médiation picturale dans les récits de voyage de Théophile Gautier [16]», on s’intéressa à la manière dont les écrivains convoquent peintres et tableaux pour décrire paysages et individus.

Quels glissements s’opèrent de l’élitisme littéraire vers sa vulgarisation ?

3- La Bretagne et l’Orient des peintres

Si les relations entre Bretagne et Japon en peinture sont largement analysées, il n’en va pas de même de la Bretagne avec le Proche ou Moyen-Orient.

Ici il s’agira d’une part d’appréhender la matière bretonne médiévale et ce qui relève du matériau arthurien dans la peinture préraphaélite et de comparer avec la peinture orientaliste. On verra que certains motifs, poncifs sont récurrents d’un mouvement à l’autre. D’autre part, on envisagera aussi comment portraits de Bretonnes et d’Orientales peuvent se répondre, idem pour les paysages maritimes et  les déserts notamment. Des conférences sur Maurice Denis, Charles Zacharie Landelle, Joseph Félix Bouchor, peintres de la Bretagne et de l’Orient, seraient les bienvenues. Enfin, il faudrait mener des recherches conjointes sur la peinture nazaréenne, la peinture orientaliste et le préraphaélisme [17]. On réinterrogera la notion de pittoresque breton et oriental [18].



Propositions de contribution accompagnées d’un titre et d’un bref résumé pour le 30 juin 2023 à adresser à : patricia.victorin [at] univ-ubs.fr

NOTES
 
[1] Cf. Bartolomé Bennassar, Lucile Bennassar, Le voyage en Espagne : anthologie des voyageurs français et francophones du XVIe au XIXe s., Paris, Laffont, 1998. Cf. Nikol Dziub, Voyages en Andalousie au XIXe siècle, Genève, Droz, 2018.

[2] La Bretagne fait partie de « ces lieux où souffle le Moyen Âge » selon Christian Amalvi, « avec  la Normandie, le Rhin, la Lorraine, et Strasbourg » (Le goût du Moyen Âge, 1996, p. 154). 
[3] Pierre Halen, « Pour en finir avec une phraséologie encombrante : la question de l’Autre et de l’exotisme dans l’approche critique des littératures coloniales et post-coloniales », dans Durand Jean-François, Regards sur les littératures coloniales, tome 1, Paris, Montréal, 1999, p. 21-39. Voir encore Segalen :  « L’Exotisme dans le Temps. En arrière : l’histoire. Fuite du présent méprisable et mesquin. Les ailleurs et les autrefois. », Essai sur l’Exotisme, éd. cit., p. 41.

[4] Cf. Victor Segalen : « Exotisme. Mot compromis et gonflé, abusé, prêt d’éclater, de crever, de se vider de tout. », p. 73.

[5] C. Bertho, « L’invention de la Bretagne. Genèse sociale d’un stéréotype », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 35, novembre 1980, p. 45-62. Cf J.-Y. Guiomar, Le bretonisme. Les historiens bretons au XIXe siècle, Mayenne, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1987.
[6] François Pouillon, Exotisme et intelligibilité. Itinéraires d’Orient, Presses universitaires de Bordeaux, 2017.
[7] Anthropologie des petites choses, p. 77.
[8] cf Joseph Rio Joseph Rio, « Entre Orient et Occident : le mythe des origines dans les textes bretons », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 115-2, 2008, 21-36 ; Dominique Frère, « Les origines phéniciennes de la Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 115-2, 2008, 37-65.
[9] Je remercie Odile Parsis-Barubé de cette suggestion.
[10] Victor Hugo, Littérature et philosophie mêlées, tome II, 1834, p. 113.
[11] Gustave Flaubert, « Des pierres de Carnac et de l’archéologie celtique », L’Artiste, 1857 (pages 19-20 de la réédition : Lettres au conseil municipal de Rouen. Des pierres de Carnac et de l’archéologie celtique, Montpellier, 2002).
[12] Parsis-Barubé, Odile. « 2. En marge de Taylor et Nodier. Les petits voyages pittoresques et la réinvention romantique de la province », Philippe Antoine éd., La France en albums. (XIXe-XXIe siècles), Hermann, 2017, pp. 31-43.
[13] Sophie Cassagne-Brouquet, “La redécouverte du patrimoine médiéval breton”, Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 107-4, 2000. p. 93-101.
[14] Odile Parsis-Barubé, La Province antiquaire. L’invention de l’histoire locale en France (1800-1870), Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2011.
[15] Voir Mercedes Volait, « Scènes de genre, choses vues ou attrait du travestissement. Les Européens dans la peinture orientaliste », in L’orientalisme après la Querelle, Paris, Karthala, 2016, p. 37-49
[16] Sarga Moussa, « La médiation picturale dans les récits de voyage de Théophile Gautier  », 2013.
[17] Je remercie Christian Amalvi de cette suggestion qui me paraît très fructueuse.
[18] Parsis-Barubé, Odile. « « Digne d’être peint » : l’invention d’un pittoresque nordique dans les récits de voyage de l’époque romantique », Revue du Nord, vol. 360-361, no 2-3, 2005, p. 529-543.

 

Retrouvez tous les détails sur le site de l’Université Bretagne-Sud.

Parution : Le Moyen Âge au prisme de la traduction et de la réécriture contemporaines (Palimpsestes)

La revue Palimpsestes consacre son numéro 36, dirigé par Isabelle Guénin et Jessica Stephens, au sujet du “Moyen Âge au prisme de la traduction et de la réécriture contemporaines”. Les articles sont intégralement disponibles en ligne, sur le site de la revue Palimpsestes.

Depuis 1999, date à laquelle paraît la traduction de Beowulf par Seamus  Heaney, un dialogue foisonnant s’établit entre traducteurs et poètes contemporains français, anglais et irlandais et les grands textes médiévaux issus du canon européen. Ce nouveau volume de la revue PALIMPSESTES, spécialisée en traductologie, explore les divers modes de ce transfert linguistique et culturel qui met en regard deux époques que de nombreux siècles séparent : traductions, réécritures, adaptations. Il interroge également les motivations de cet engouement : retour aux « sources » de notre littérature contemporaine, fascination pour une période mal connue que les traducteurs et poètes tentent de déchiffrer, ou terrain d’exploration suffisamment vierge et anonyme pour se prêter tout type de réappropriation et d’expérimentation de l’expression artistique personnelle. Ce volume donne la parole à des chercheurs d’horizons divers tout comme à des traducteurs et des philologues. Des références moins connues y côtoient d’autres, plus célèbres : Sir  Gawain, Tolkien, Rutebeuf, Chaucer, le Conte  du  Graal. En conclusion, ce numéro, qui mêle analyses textuelles détaillées, mises en perspective, outils critiques et témoignages, saura intéresser un large lectorat : étudiants, universitaires issus de divers champs disciplinaires (traductologie, études médiévales, linguistique, sociologie, philosophie…) et plus généralement tous ceux que les mots, leur histoire et leur traduction passionnent.