Archives de catégorie : ModMed – activités membres

Appel à contributions : Power and Society in the Discworld

Edited volume on Power and Society in Terry Pratchett’s Discworld series

We invite proposals for an edited collection of essays on issues of power and society in the fantasy world created by Terry Pratchett in his Discworld series. The book proposal will be submitted to Bloomsbury Academic’s new series “Perspectives on Fantasy”.

Deadline: May 31st, 2023.

 

In his Discworld series, Terry Pratchett depicted a comprehensive – and hilarious – view of an organised society set in a fantasy world, where groups and individuals are moved by various and often conflicting powers, including supernatural forces. Following a few brilliant papers highlighting specific social and political implications of Pratchett’s worlds[1], we intend to propose in this edited collection a wide-ranging approach to the way the Discworld is built alongside social powers, and the way power and society interact with fantasy.

Proposals could tackle topics such as: social movements (for golems or goblins, etc.) and their reception within the Discworld; interactions between society and magical powers (witches, Unseen University, etc.); economic policies; races and their interactions; official forces (Patrician Vetinari, nobility, the Watch, the guilds, etc.); unofficial forces, including groups and individuals (Lady Sybil, Moist von Lipwig, Granny Weatherwax, religious groups, etc.); superpowers and supernatural forces (Death, Time, etc.), their personification and their interactions with society; passive resistance; tyranny vs. democracy; peace vs. war; civilization; fantasy countries; etc. We encourage proposals about individual and collective forms of power, as well as proposals about the social organisation of this fantasy world.

We welcome submissions from various fields, including but not limited to literature, philosophy, economics, history, geography, social studies, gender studies, critical race studies and psychology.

Proposals from 300 to 400 words, with a short author bio, should be sent to Dr Justine Breton, justine.breton [at] univ-reims.fr, by Wednesday May 31st, 2023. Notification of acceptance will be sent by July 1st, 2023. Potential enquiries can be sent to the same address.

[1] See for example Anne Hiebert Alton and William C. Spruiell (eds.), Discworld and the Disciplines: Critical Approaches to the Terry Pratchett works, Jefferson: McFarland & Co., 2014; Marion Rana (ed.), Terry Pratchett’s Narrative Worlds: From Giant Turtles to Small Gods, Cham: Palgrave Macmillan, 2018; and, more recently, Kristin Noone and Emily Lavin Leverett (eds.), Terry Pratchett’s ethical worlds: Essays on Identity and Narrative in Discworld and Beyond, Jefferson, McFarland & Co., 2020.

Cycle de conférences : Vox : Le Moyen Âge nous parle !

«  Vox : le Moyen Âge nous parle !  » est un projet de mise en valeur de l’histoire et du patrimoine médiéval dans le département de la Vienne pendant toute l’année 2023. 

Un projet sur l’année 2023

En 2023, la Vienne se met à l’heure médiévale ! En effet, le Conseil Départemental souhaite mettre à l’honneur le riche patrimoine médiéval conservé dans la Vienne, dont l’histoire s’inscrit bien souvent dans une histoire nationale.

L’année 2023 est riche en actualité et coïncide notamment avec le 40e anniversaire du classement au titre du patrimoine mondial de l’Unesco des fresques de l’abbaye de Saint-Savin qu’André Malraux avait qualifié de «  Sixtine de l’époque romane  ». Par ailleurs, les fouilles archéologiques en cours dans le Palais d’Aliénor d’Aquitaine à Poitiers ou encore l’ouverture du Château de Monts-sur-Guesnes, nous incitent à questionner cette riche histoire médiévale poitevine. Enfin, le 54e congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (SHMESP) qui se tiendra à Poitiers en mai 2023 coïncide avec le 70e anniversaire du Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation médiévale (CESCM) dont la création à Poitiers en 1953 a été déterminée par la qualité et la densité du patrimoine médiéval de la ville et de la région.

Le Département inscrit son action dans ce contexte et s’efforce de fédérer les initiatives déjà existantes sur le territoire. 

Parmi les nombreuses activités organisées, découvrez :

*Les conférences, du 30 mars au 5 décembre 2023.

*Les expositions : “L’ourse, le cygne et le crocodile, les animaux dans l’entourage du Prince au Palais”, “Eternel Moyen Âge : Révisez vos préjugés !”, “Jeanne d’Arc : l’appropriation poitevine du’n mythe (1872-1929)” et “La Guerre de Cent ans, de la principauté d’Aquitaine au royaume de France, un siècle de luttes franco-anglaises”.

*Les fêtes médiévales

*Les visites de nombreux lieux dans la Vienne

Retrouvez le programme complet sur le site dédié.

 

 

Parution : Une brève histoire politique de la fantasy, 2e édition

William Blanc, Une brève histoire politique de la fantasy, édition actualisée et augmentée, Paris, Libertalia, 2023.

« Les dragons et les Hobbits ont toujours été des animaux politiques. Voyager avec eux, c’est prendre des détours pour mieux parler de l’indicible, c’est s’aventurer sur des chemins de traverse vers d’autres futurs. »

Grande fresque épique de fantasy inspirée des romans de G. R. R. Martin, Game of Thrones est l’une des séries les plus célèbres au monde. Cette fascination pour un univers médiéval, dont les protagonistes craignent la venue d’un long hiver apocalyptique, fait écho aux angoisses contemporaines concernant le dérèglement climatique causé par l’activité humaine.

G.R.R. Martin n’a pas été le premier auteur à utiliser la fantasy pour parler des dérives du monde moderne et d’écologie. À bien y regarder, le genre du merveilleux contemporain développé à la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne a constamment servi d’outil pour critiquer la société industrielle.

De William Morris à J.R.R. Tolkien en passant par Ursula Le Guin, Robert E.Howard ou Hayao Miyazaki, ce petit ouvrage invite à questionner la généalogie politique de la fantasy.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution : Arthur transmédial

Emanuele Arioli et Brigitte Friant-Kessler, Arthur transmédial. La légende du roi Arthur entre cinéma, séries, arts graphiques, musique et jeux, éditions Hermann, 2023.

La légende du roi Arthur et des Chevaliers de la Table Ronde a connu un renouveau grâce à la culture de masse, devenant résolument « transmédiale ». Aujourd’hui, elle circule aussi bien dans le cinéma et les séries télévisées que dans la bande dessinée, la musique et même l’univers des jeux. C’est à travers ces domaines que ce livre aborde les productions liées à la légende du roi Arthur pour interroger les mécanismes de transposition à d’autres médias, et les manières dont ces vieilles histoires dialoguent avec le monde contemporain. Il suit le destin transmédial de certains héros arthuriens – comme Arthur, Merlin, Guenièvre, la fée Morgane et la Dame du Lac – ainsi que des éléments et des thèmes emblématiques du mythe, tels que le Graal et l’épée Excalibur, ou les guerres livrées par le roi conquérant, le merveilleux breton, les figures féminines des fées et des reines. Légende malléable par excellence, elle a été réinvestie – à chaque époque, dans chaque contexte et dans chaque média – de sens sans cesse renouvelés.

Avec les contributions de : Emanuele Arioli, Anne Berthelot, William Blanc, Justine Breton, Hélène ­Cordier, Maxime Danesin, Pierre Degott, Pierre-Alexis Delhaye, Christine ­Ferlampin-Acher, Brigitte Friant-Kessler, Sandra Gorgievski, Nadège Le Lan, ­Anne-Lise ­Marin-Lamellet, Isabelle Olivier, Jean-François Poisson-Gueffier, Emmy Ribet, Vincent Vivès.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

 

Journée d’études : Imaginaire arthurien d’hier et d’aujourd’hui

La journée d’études “Imaginaire arthurien d’hier et d’aujourd’hui”, organisée par Vincent Brejard et Adeline Duperray, se déroulera le mardi 14 mars 2023 à Aix-en-Provence, salle de colloque 1, Pôle multimédia, Maison de la Recherche.

Matinée : pérennités littéraires de l’imaginaire arthurien

8 h 30 Accueil

9 h 00 Le mot d’introduction des organisateurs

9 h 15 Michèle GALLY : « Le royaume arthurien ou l’échec des utopies »

10 h pause

10 h 15 Elodie BURLE : « Arturus next : d’un Arthur à l’autre »

11 h 00 Francesca MANZARI : “J.R.R. Tolkien et la légende arthurienne : des questions d’amour”

12 h pause déjeuner

Après-midi : les jeux de l’imaginaire arthurien

14 h 00 : Bernard JEANNOT-GUERIN : « La vivacité des clichés ou l’imaginaire arthurien en mouvements dans la comédie musicale française »

14 h 45 : Laurent-Sébastien FOURNIER : « Le tournoi, entre imaginaire littéraire et réalité ethnographique »

15 h 30 : Pause

15 h 45 : Audrey TUAILLON DEMESY : « De l’écrit au vécu : l’usage des légendes arthuriennes en reconstitution historique. »

 

Contact organisateurs : Adeline Duperra (adeline.duperray [at] univ-amu.fr) et Vincent Brejard (vincent.brejard [at] univ-amu.fr).

Parution : Dantastique ! Images et imaginaires dantesques

Filippo Fonio, Véronique Dominguez-Guillaume et Sébastien Douchet (dir.), “Dantastiques ! Images et imaginaires dantesques“, Perspectives médiévales n°44, 2023.

Pourquoi étudier le Moyen Âge aujourd’hui ? Si la question continue à tarauder la recherche en médiévistique[1], la présence du Moyen Âge dans nos sociétés semble aller de soi, à une époque où le médiévalisme a le vent en poupe. En 2019, un précédent numéro de Perspectives Médiévales était consacré à sa présence dans les discours politiques contemporains, attestant la forte valeur axiologique et rhétorique des représentations qui y sont attachées[2]. La culture populaire, ses discours et ses représentations n’échappent pas à cette tendance : la commémoration des 700 ans de la mort de Dante, figure tutélaire pour la langue et la culture italiennes, a été l’occasion d’un important revival historique et commercial sur lequel se penche ce nouveau numéro de la revue. Les formes et les enjeux de la présence de Dante dans le monde et la culture d’aujourd’hui y sont envisagés dans des domaines variés, de l’histoire à la littérature mais aussi dans la culture scolaire, la publicité, ou la bande-dessinée.

Entre culture officielle et contre-culture, sérieux et parodie, idolâtrie et distance critique, les réécritures de la Divine comédie invitent à une réflexion élargie sur l’épistémologie de la réception contemporaine du Moyen Âge et sur le rôle que celle-ci joue dans notre compréhension du temps présent.

[1] Voir Chris Jones, Conor Kostick, Klaus Oschema, « Why Should we Care about the Middle Ages? Putting the Case for the Relevance of Studying Medieval Europe », Making the Medieval Relevant. How Medieval Studies Contribute to Improving our Understanding of the Present, éd. Chris Jones, Conor Kostick, Klaus Oschema, Berlin/Boston, De Gruyter, 2020, p. 1-29.
[2] Voir Moyen âge et politique aujourd’hui (Perspectives Médiévales 40).

Sommaire

Études & travaux

Introduction

Brandon Essary, Filippo Fonio et Sylvie Martin-Mercier Dantastique ! [Texte intégral] Images et imaginaires dantesques dans la culture populaire, entre « rêve médiéval » et société de consommation

 

Dantologie savante, dantologie populaire aux XXe et XXIesiècles

Bérénice Palaric Dante : un guide spirituel pour l’Europe moderne. Quelques remarques sur les lectures dantesques d’Ernst Troeltsch à l’occasion du jubilé allemand de la mort du poète en 1921 [Texte intégral]

Simone Marsi Attualizzare Dante : prospettive di ricerca nei manuali di letteratura per la scuola italiana [Texte intégral]

Marzia Caporale Popular Culture as Pedagogy : Teaching “Il Canto di Ulisse” from Dante to Jovanotti in the American College Classroom [Texte intégral]

Giulio Genovese La Commedia in giallo : tre esempi di riscritture dantesche [Texte intégral]

Dario Galassini “Celebrating 700 anni di Dante” : a new branding [Texte intégral disponible en février 2025]

 

Dante en bulles

Paolo Rigo Un Inferno un po’ dickensiano. Dante e « Catene » di Rat-Man [Texte intégral]

Roberta Manetti L’evoluzione delle parodie dantesche disneyane e delle riedizioni dell’Inferno di Topolino : uno specchio dei tempi [Texte intégral]

Sylvie Martin-Mercier Poésie dans les bulles : la Divine Comédie de la terza rima aux fumetti [Texte intégral]

Valentina Rover e Sovra(bbon)Dante : riscritture e rimediazioni della Commedia nel settimo centenario della morte di Dante [Texte intégral] SurabonDant(e) : réécritures et remédiations de la Commedia de Dante à l’occasion du 700e anniversaire de sa mortSuperabunDant(e) : rewritings and remediations of Dante’s Commedia on the seventh centenary of his death

 

Revisiter Dante

Frédéric Rantières et Aurélie Zygel « De l’Enfer au Paradis » : Frédéric Rantières et Aurélie Zygel, mise en scène [Texte intégral] Un double entretien

Feudalesimo e Libertà La Divina Commedia di Feudalesimo e Libertà [Texte intégral]

 

État de la recherche

Ouvrages collectifs

Anne Berthelot Le Prophecies de Merlin fra romanzo arturiano e tradizione profetica, ed. Niccolò Gensini [Texte intégral] Bologna, Bononia University Press, 2020

Andrea Giraudo Innovazione linguistica e storia della tradizioneCasi di studio romanzi medievali, a cura di Stefano Resconi, et alii [Texte intégral] Milano-Udine, Mimesis Edizioni, 2020

 

Essais

Richard Trachsler Irène Fabry-Tehranchi et Catherine Nicolas, L’Iconographie du Lancelot-Graal [Texte intégral] Turnhout, Brepols, 2021

 

Éditions & traductions

Francesco MontorsiLe livre de Florimont, éd. et trad. Agata Sobczyk et Herman Braet [Texte intégral] Leuven / Paris / Briston, Peeters, 2021

 

Veille bibliographique

Catherine Nicolas et Francesco MontorsiVeille bibliographique 2022 [Texte intégral]

 

Thèses soutenues

Nicole Bergk Pinto Nicole Bergk Pinto, Étude et édition critique du Tournoiement Antecrist : dit allégorique attribué à Huon de Mery [Texte intégral] Thèse de doctorat préparée sous la direction de MM. les professeurs Craig Baker et Frédéric Duval, soutenue le 24 avril 2019, Université libre de Bruxelles

Raphaëlle Décloître Raphaëlle Décloître, Le récit allégorique de la fin du Moyen Âge : poétique d’un effacement inévité [Texte intégral] Thèse de doctorat préparée sous la direction d’Isabelle Arseneau et d’Estelle Doudet, en cotutelle entre l’Université McGill (Montréal) et l’Université Grenoble Alpes, soutenue le 28 octobre 2022

Laura Endress Laura Endress, Les trajectoires textuelles de l’Hercule médiéval : de la mythographie à l’historiographie et au-delà. Avec édition critique partielle du livre IX de l’Ovide moralisé [Texte intégral] Thèse de doctorat préparée en co-tutelle sous la direction de Messieurs les professeurs Richard Trachsler (Universität Zürich) et Frédéric Duval (École nationale des chartes), soutenue le 6 juin 2020

Nicolas Garnier Nicolas Garnier, Dynamiques du récit comique bref : le Roman de Renart et les fabliaux [Texte intégral] Thèse de doctorat préparée sous la direction de M. le professeur Dominique Boutet, soutenue le 30 novembre 2015 à Sorbonne Université.

 

Le numéro est entièrement accessible en ligne sur le site de la revue.

Assemblée générale 2023

L’Assemblée générale 2023 de l’association Modernités médiévales se déroulera à l’occasion du colloque “L’imaginaire du passé : Quêtes et conquêtes” à l’Université Bordeaux-Montaigne, le jeudi 30 mars à 17h30. La réunion sera également accessible à distance, par le lien de connexion ci-dessous :

https://u-bordeaux-montaigne-fr.zoom.us/j/81749220631 

Les membres et sympathisants de Modernités médiévales sont invités à nous rejoindre à cette occasion, afin de continuer à construire ensemble de nombreux projets médiévalistes.

Colloque : L’imaginaire du passé : Quêtes et conquêtes

Le colloque international et interdisciplinaire “L’imaginaire du passé : Quêtes et conquêtes. Parcourir l’espace antique et médiéval dans les fictions modernes (arts de l’écrit, arts de l’écran, spectacles et jeux” est organisé par Florence Plet et Géraldine Puccini, avec le soutien de l’IUF et de Modernités médiévales, dans le cadre du séminaire “L’imaginaire du passé”. Il se déroulera les 30 et 31 mars 2023 à l’Université Bordeaux Montaigne, à la Maison des Sciences de l’homme (salle 2, 1e étage).

En marge du colloque, plusieurs manifestations auront lieu : 

23 mars : projection et conférence Unipop au cinéma Jean Eustache : « Retour vers le futur ou projection vers le passé ? : le roi Arthur au cinéma »

28 mars : banquet antique organisé par l’Association des Lettres classiques

Programme du colloque

  • JEUDI 30 MARS 2023

MATIN

9h30 – Accueil des participant.e.s ;introduction scientifique

Lire, dire, réécrire les temps anciens

10h – Vérane Partensky (Université de Bordeaux Montaigne),L’antiquité grecque à l’épreuve du Nord

10h25 – Patricia Victorin (Université Bretagne-Sud), Tristan le Voyageur de Marchangy : un voyage exotique en Médiévalie 

10h50 – Fabienne Marié-Liger (Université Bordeaux Montaigne), Pénélope ou la quête du langage comme espace de liberté

11h15 – Rémy Poignault (Université Clermont Auvergne), L’imaginaire de l’espace antique entre ouverture et clôture chez Marguerite Yourcenar

11h40 – Discussion / Déjeuner 

APRÈS-MIDI. Autrices contemporaines en terres moyennâgeuses

14h – Michèle Gally (Université d’Aix-Marseille), La clôture comme liberté paradoxale. Vision réaliste ou fantasme des femmes médiévales ?

14h25 – Agnès Lhermitte (Université Bordeaux Montaigne), Stratégies de conquête féminine dans l’espace médiéval romanesque de Carole Martinez (Du domaine des murmures et La terre qui penche)

14h50 – Najate Nerci (Université Hassan II, Maroc), Errance et quête de soi au féminin dans Un cœur cousu de Carole Martinez

15h15 – Discussion / pause

Identité/légitimité à (con)quérir

15h45 – Caitlin Midgley (Université de la Colombie-Britannique, Vancouver), Une aventurière hors-normes dans Chien du heaume et Mordre le bouclier de Justine Niogret 

16h10 – Nadège Le Lan (Université du Littoral Côte d’Opale), Quête, requête, conquête de soi(e) : être une femme dans les réécritures arthuriennes de Boris Vian

16h35 – Discussion 

17h30 – Assemblée générale de l’association Modernités médiévales

  • VENDREDI 31 MARS 2023

MATIN. L’espace de l’écran

9h – Marc Gauchée (INRAE/Université Bordeaux Montaigne),Les Amazones hors leurs murs dans les fictions cinématographiques et télévisées jusqu’aux années 1980 

9h25 – Mercedes Montoro Araque (Université de Grenade),Rome ou Alexandrie ? Espaces éco-fictionnels de quête et conquête au féminin

9h50 – Mélanie Bost-Fievet (CéRéDI – Université de Rouen), Enfers ludiques et vidéoludiques : des lignes aux fractales

10h15 – Discussion et pause

De case en case, survol de la BD

10h45 – Julie Gallego (UPPA), Médée, un oiseau voyageur épris de liberté

11h10 – Florence Plet (Université de Bordeaux Montaigne), La Quête de l’oiseau du temps

11h35 – Anna DENIS (Université Paris Est-Créteil), Quête de soi, conquête d’espace : les personnages féminins à l’assaut de la bande dessinée médiévaliste francophone 

12h – Discussion  / clôture du colloque

 

Plus d’informations sur le site de l’Université de Bordeaux-Montaigne.

Appel à communications : Médiévalismes et Orientalismes dans les ouvrages de vulgarisation

La journée d’études “Médiévalismes et Orientalismes dans les ouvrages de vulgarisation : érudition et pédagogie dans les textes et les images au XIXe siècle“,organisée par Patricia Victorin, se déroulera le 10 octobre 2023 à l’Université de Bretagne Sud.

Date limite d’envoi des propositions : 15 mars 2023.

L’Orient et le Moyen Âge constituent pour l’Europe du XIX e siècle un réservoir de merveilles encore enfouies, à redécouvrir, à restaurer, alliant goût du collectionneur qui confine parfois au bric-à-brac kitsch et recherches érudites et philologiques. Le goût pour les études orientales va de pair avec celui pour les études médiévales qui se développent en parallèle. Au même titre que ce Moyen Âge lointain, cet autrefois, image d’une altérité désormais inaccessible, l’Orient, autre miroir tendu à l’Occident, serait capable de réveiller « ce siècle d’eau sucrée[i]», selon la formule de Flaubert. Il incarne cet espace libre pour l’imagination, cet ailleurs disponible à parcourir, gros de toutes les projections à venir, une terra incognita, entre profusion et désert. Le Moyen Âge n’est pas en reste, lui qui offre aussi « un espace de dépaysement culturel quasiment infini ouvert sur le grand large de l’imaginaire…. », écrit Christian Amalvi.

Si l’on peut établir une comparaison entre Moyen Âge et Orient, cela tient certes aux objets mêmes, à leur part d’altérité et d’exotisme, mais pas uniquement, cela tient aussi aux discours, aux recherches, aux fictions sur ces « objets ». « L’orientalisme s’affirme ainsi comme un retour aux sources, aux origines, comme le cheminement d’une renaissance, d’une quête de soi-même à travers l’image antinomique et mythique de l’Autre », écrit justement David Vinson. Cette phrase vaudrait aussi pour le Moyen Âge appréhendé au XIX e siècle. L’Orient (les Orients) au même titre que le Moyen Âge pluriel sont des constructions qui se fabriquent[ii] et doivent peut-être se comprendre, s’interpréter l’une par rapport à l’autre. Les deux constructions imaginaires et érudites témoignent d’une nostalgie profonde de ce XIX e siècle occidental qui rompt avec la curiosité du XVIII e siècle. Outre le fait qu’orientalisme et médiév(al)isme désignent tous deux une érudition et une spécialité savante mais aussi un goût et une fiction littéraire, l’autre point commun entre ces deux disciplines serait l’appétence pour l’exotisme, le voyage dans le temps et l’espace, le goût pour le pittoresque mais aussi le désir de découverte, de conquête et d’appropriation et de conservation patrimoniale.

Nous souhaiterions interroger les représentations conjointes du Moyen Âge et de l’Orient au XIX e siècle[iii] dans les foyers à travers les ouvrages de vulgarisation comme le Magasin Pittoresque d’Edouard Charton[iv], le Musée des Familles, fondé par Emile de Girardin qui avait pour ambition d’en faire un « Louvre populaire » (publié de 1833 à 1900), ou le magazine hebdomadaire L’Illustration (publié de 1843 à 1944) ou bien encore le Journal des Demoiselles afin de voir comment se constituent des clichés orientalisants et moyenâgeux et/ou médiévalisants, comment ils se fabriquent et évoluent au cours du siècle.

Ainsi par exemple le Musée des Familles fait découvrir « Histoire et mœurs de l’Orient : Gazzi-Hassan-Pacha »« les mœurs de l’Orient » à travers « les Bayadères de Perse et leurs chants » ou « Les barbiers turcs et leurs boutiques »[v] , ces rubriques voisinant avec « Le Renard, roman du treizième siècle[vi] » sans oublier le « Voyage dans l’Inde. Monuments[vii] », tant du point de vue des textes que des illustrations d’ouvrages.

À titre indicatif, le numéro du 1er janvier 1833 du Musée des Familles fait alterner ou entrelace Moyen Âge et Orient dans une esthétique de la variété ; il contient un article sur la « religion des Indous » (p. 321-325), un récit adapté des Chroniques de saint Denis « les trois advisions de Childeric » ( p. 330-331), « Curiosités historiques » consacrées aux Fous au Moyen Âge (p. 342-345), Afrique pittoresque : Alger (p. 347-349), curiosités et monuments historiques sur l’Hôtel de Cluny p. 349-350), Une adaptation de Robert le Diable….

Dans son article consacré au Moyen Âge dans le Magasin Pittoresque d’Edouard Charton qui entend « servir la cause de l’instruction et de l’éducation », Chantal Kerrand a souligné la place essentielle qu’occupe le Moyen Âge. Avec son encyclopédie illustrée, Charton fait appel à des spécialistes pour rédiger des articles et des peintres célèbres pour illustrer richement ses numéros. L’illustration se veut outil pédagogique et « source d’évasion », une manière de faire découvrir le patrimoine médiéval et l’Orient. Rappelons que les années 1830-40 correspondent à la nomination d’inspecteur des Monuments historiques, d’abord Ludovic Vitet puis Prosper Mérimée et la création de la première chaire d’archéologie médiévale qu’occupe Jules Quicherat (1847). A cet égard, le Magasin Pittoresque joue un rôle de premier plan dans la sensibilisation à la sauvegarde du patrimoine et la vulgarisation des savoirs. Chantal Kerrand note que si l’on assiste à un très fort engouement pour le Moyen Âge, cet engouement va s’estompant au cours des décennies. « Entre 1833, année de création du journal, et 1890, date à laquelle Édouard Charton décède, (…) le nombre d’articles sur le « médiéval » accuse une baisse de 75% ». Toutefois cette évolution n’est pas continue car elle observe deux pics davantage tournés vers le MA : 1865-66 et 1871-72 à relier au réveil des nationalités[viii]. La redécouverte du Moyen Age irait de pair avec la hausse des « aspirations nationales ». Dans ce travail passionnant, Chantal Kerrand montre encore que la musique est le parent pauvre par rapport à la littérature et l’architecture qui occupent l’essentiel des feuillets.

Si l’on compare avec ce qui se joue pour la place de l’Orient, il apparaît que : « Dans le Magasin pittoresque, de 1833, date de sa création, à 1870, date de la chute du Second Empire, le nombre des articles portant sur le Maroc, l’Algérie, l’Égypte, la Grèce, la Turquie, la Syrie, le Liban, Israël, l’Irak et l’Iran (pour s’en tenir à la terminologie actuelle) varie d’une année à l’autre de 15 à 45 : c’est dire que 10 % des articles du recueil traitent de l’Orient, avec des pointes de 16 % et de 18 % lors de la seconde guerre de Syrie (1838-1840), et de 18 % à 15 % lors de la guerre de Crimée (1853-1856). » souligne pour sa part Marie-Laure Aurenche.

« Dans le Magasin dit pittoresque, c’est-à-dire illustré, l’évocation de l’Orient se fait par les images autant que par les textes. », explique-t-elle encore. De grands peintres participent à l’aventure parmi lesquels Delacroix, et elle ajoute :

« Après 1870, la peinture orientaliste n’est plus guère de saison : les rédacteurs se préoccuperont de sensibiliser les lecteurs à l’avènement de la République ! Mais la littérature des voyages dans les contrées lointaines et en particulier en Orient, a occupé jusqu’à 1860 dans le Magasin pittoresque une place de plus en plus grande au point d’entraîner, comme on le verra, la création du Tour du monde. »

Il s’agira de proposer des études soit des Orients, ou du Moyen Âge pluriel dans une série de plusieurs numéros ou un seul ouvrage afin de dégager des tendances pour voir ce qui se joue en termes de représentativité, d’actualité ou d’histoire, d’usages esthétiques et idéologiques[ix]. Qui en sont les collaborateurs ? Quelle place est donnée à la littérature, la musique, la peinture, l’architecture ? Comment s’effectue la translatio de la peinture vers la gravure, de l’érudition vers la vulgarisation ? Quel rapport le texte entretient-il avec l’image ? Autant de questions qui ne sont pas fermées et qui ne sont que des suggestions.

Les propositions de contribution sont attendues pour le 15 mars 2023.

Elles comporteront une proposition incluant un titre et un résumé de votre communication de 1500 caractères (espaces compris), et un document de présentation comprenant votre nom, prénom, et votre bio-bibliographie.

Ces propositions doivent être envoyées à Patricia Victorin à l’adresse suivante : patricia.victorin [at] univ-ubs.fr

Une réponse sera donnée avant le 15 avril.

La journée d’étude se tiendra le mardi 10 octobre 2023 à l’Université Bretagne Sud et les contributions retenues seront publiées dans la revue électronique Motifs du laboratoire HCTI.

 

[i] [i] «Versons de l’eau-de-vie sur ce siècle d’eau sucrée. Noyons le bourgeois dans un grog à 11 mille degrés et que la gueule lui en brûle, qu’il en rugisse de douleur !» (à E. Feydeau, 19 juin 1861).

[ii] Simone Bernard-Griffiths, Pierre Glaudes, Bertrand Vibert (éd.), La Fabrique du Moyen Âge au XIXe siècle. Représentations du Moyen Âge dans la culture et la littérature françaises du XIXe siècle, Paris, Champion, « Romantisme et Modernités » n° 94, 2006.

[iii] Voir l’important ouvrage de Daniel Lançon (dir.), L’Orient des revues (XIX e et XX e siècles), Grenoble, UGA editions, ELLUG, 2017.

[iv] Cf. Marie-Laure Aurenche, « Du Magasin pittoresque au Tour du Monde : l’orientalisme d’Edouard Charton ( 1833-1870), in Daniel Lançon (dir.), L’Orient des revues (XIX e et XX e siècles), Grenoble, UGA, 2017, p. 53-71. Voir aussi Voir Marie-Laure Aurenche, « La presse de vulgarisation ou la médiatisation des savoirs » in La Civilisation du journal, Daniel Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty (dir.), Paris, Nouveau monde éditions, 2011, p. 383-416. Marie-Laure Aurenche, Édouard Charton et l’invention du Magasin pittoresque (1833-1870), Paris, Champion, 2002 ; Marie-Laure Aurenche, « L’Égypte contemporaine dans le Magasin pittoresque (1833-1870) : les silences d’Édouard Charton, saint-simonien républicain », in Études saintsimoniennes, Philippe Régnier (dir.), Presses universitaires de Lyon, 2002, p. 271-303 et « Découvrir l’Égypte sans quitter Paris : l’itinéraire du Magasin pittoresque à deux sous (1833-1870) », Romantisme, n° 120, 2003-2, p. 47-55.

Chantal Kerrand, « Le Magasin pittoresque. Le Moyen Âge vu au travers de ce périodique illustré du XIX e s (1833-1890), Miscel.lània, I, 1, 1993, p. 281-294.

[v] Musée des Familles, 1849, volume 7, p. 206-210.

[vi] Ibid. p. 163-167.

[vii] Ibid. p. 25-27.

[viii] Cf. Philippe Gourdin, « Les mérovingiens vus par le XIX e siècle : l’exemple de Viollet le Duc », Archéologie aujourd’hui, Moyen Âge, 2.

[ix] Voir Bacot, Jean-Pierre. « Le rôle des magazines illustres dans la construction du nationalisme au XIXe siecle et au début du XXe siècle », Réseaux, vol. 107, no. 3, 2001, pp. 265-293.

Voir  Lise Andriès, « Vulgarisation scientifique et naissance de la culture générale », La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle (1800-1914) Ouvrage collectif publié sous la direction de Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant, Paris, Nouveau Monde Editions, 2011, pp.1467-1475.

Parution: Un Moyen Âge en clair-obscur

Justine BretonUn Moyen Âge en clair-obscur. Le médiévalisme dans les séries télévisées, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. Sérial, 2023.

De Thierry la fronde à The Witcher, en passant par Vikings et Kaamelott, les séries télévisées consacrées au Moyen Âge nous font tour à tour rêver et trembler, mais peignent ensemble le portrait d’une époque médiévale fascinante.
Alors que les grosses productions récentes rivalisent de plus en plus avec le cinéma, mettant en scène des fresques épiques et des aventures spectaculaires, les séries conservent toujours sur le grand écran l’avantage de la durée et de la proximité. Par leur diffusion étendue, elles se révèlent être le moyen privilégié pour présenter des héros complexes impliqués dans des intrigues foisonnantes, qu’il s’agisse d’adapter de grandes sagas de fantasy ou des épisodes tirés de l’histoire européenne.
Malgré leur diversité apparente, toutes ces séries puisent dans un même imaginaire : celui de nobles chevaliers faisant parler le fer dans un monde à la fois merveilleux et violent. Les séries contribuent ainsi à rendre le Moyen Âge familier, mais aussi à entretenir l’image négative des « Âges sombres », largement remise en question par la recherche historique.
En s’appuyant sur des dizaines de séries diffusées depuis les années 1950 jusqu’à aujourd’hui, ce livre décrypte l’image que les séries retiennent et entretiennent de la période médiévale. Il montre comment l’usage et l’évolution de ces programmes contribuent à peindre un Moyen Âge en clair-obscur, beaucoup plus nuancé qu’on ne le croit souvent.

Table des matières

Introduction

Chapitre 1 : Un difficile ancrage dans le temps et l’espace

            1.1.Revendications historiques : un réalisme bien daté

Quand ? – Un cadre toujours plus précis – Où ? – Se repérer sur une carte – Une quête de « véracité historique »

            1.2.Revendications anachroniques : l’autre rythme de l’histoire

L’art du décalage historique – Le flou de la légende – Apporter du rythme à l’histoire

Focus : Des Moyen Âges pour tous les goûts

            1.3.Entrer dans l’histoire par la petite porte

L’intimité contemporaine, la saleté en plus – Des héros du quotidien – Une structure immobile mais infinie

            1.4.Un fort ancrage littéraire

Une source d’inspiration constante – Être ou ne pas être – Série de roman et série télévisée – Mettre l’histoire en récit

Focus : Quand une série ne suffit pas

            1.5.Lé médiévalisme sériel hors du Moyen Âge

                       Dénigrer les amateurs de médiévalisme – Retour vers le futur

Chapitre 2 : Portraits médiévaux

            2.1.Une noblesse très masculine

Le gouvernement des rois – Une définition mouvante de la chevalerie – Le héros de ces dames

            2.2.Le clergé : méchants évêques et gentils moines

Trois grandes religions monothéistes – L’Église comme garde-fou – Le rôle bénéfique des moines et des prêtres – Un joli décor de cathédrale

            2.3.Célébrer la différence

Un caractère hors norme – Des héros venus d’ailleurs – Vivre à l’écart de la société – Les artistes, ces éternels marginaux

Focus : Un Moyen Âge pas vraiment haut en couleur

2.4.Un monde de voyageurs

Partir au-devant de l’aventure – Explorer le monde – Le choc des cultures – La tour de Babel

            2.5.Le tissu social comme toile de fond

On ne travaille pas au Moyen Âge – Une société en mouvement – La difficulté de renouveler les générations – Des victimes à sauver

Chapitre 3 : Complexifier les récits

            3.1.Chevalier solitaire et aventures interchangeables

Un divertissement fixe – Des gentils et des méchants

            3.2.Pour une plus grande complexité narrative et sociale

Vers le feuilleton – Des preux chevaliers aux héros rebelles

            3.3.Des récits diffractés

Des intrigues toujours plus riches – Multiplier les protagonistes – Mais conserver un guerrier comme héros

Focus : Des vivants et des morts

            3.4.Historique, épique, magique : peu économique !

Une base de spectaculaire guerrier – L’art (visuel) des combats

Chapitre 4 : Les Âges sombres

            4.1.Qu’il ne fait pas bon vivre au Moyen Âge

« La nuit est sombre et pleine de terreur » – L’ignorance des médiévaux – Misère et saleté – Intolérance et injustice

Focus : Le feu aux poudres

            4.2.Le spectacle de la guerre

Un monde guerrier avant tout – Faire de la mort un nouveau divertissement – Le « réalisme » de la violence médiévale

Focus : Rire du Moyen Âge

             4.3.Genre et sexualité : des rôles bien définis ?

Le temps des clichés – Demoiselles en détresse – Violences sexistes et sexuelles – Évolution et nuances – Un monde guerrier avant tout (bis)

Chapitre 5 : Il était une fois le Moyen Âge

            5.1.Réécrire les contes

Détourner les anciens schémas – L’importance de raconter des histoires

Focus : Fantasy et Moyen Âge

5.2.Le Moyen Âge pour petits et grands

Faire disparaître les adultes – Féminiser les récits – Un Moyen Âge tout en douceur – Enseigner par les séries médiévalistes

            5.3.Un médiévalisme postmoderne

Le postmoderne appliqué au médiévalisme sériel – Le Moyen Âge comme contrepoint humoristique

Conclusion

Chronologie des séries médiévalistes

Bibliographie

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Séminaire: Fantasy et écologie

Séminaire doctoral « Fantasy et écologie : évolution d’un genre et de ses valeurs », organisé par Anne Besson (Littérature comparée) et Olivier Clerc (Droit), à l’Université d’Artois, avec les doctorant.e.s d’Anne Besson.

4 séances de 2h30, par Zoom, les mardis en fin d’après-midi (17h-19h30). Lien ci-dessous.

 

24 janvier : Séance d’introduction, org. Anne Besson

Anne Besson « La fantasy, genre à message ? L’exemple du rapport à l’environnement »

Pierre Audran « La fantasy, un genre littéraire arboré – penser l’arbre, penser à partir de l’arbre »

 

14 mars : Fantasy et nature sauvage, org. Marie Kergoat

Olivier Clerc : « Quand “la nature reprend ses droits” : la personnification de la nature dans la fantasy et en droit »

Raphaëlle Raynaud : “Sauvagerie et ensauvagement des héros de fantasy” (titre provisoire)

 

11 avril : Fantasy et antispécisme, org. Elise Ternoy

Charlotte Duranton : « Chiens hybrides et métamorphes en fantasy : vers un dépassement des frontières spécistes ? »

Pascale Laplante-Dubé : « Femmes et dragon.nes en fantasy : le pouvoir au croisement des espèces »

 

23 mai : Fantasy et décroissance, org. Raphaëlle Raynaud

Romain Guillaud-Bataille « Fantasy et écologie : la Nature contre l’État »

Elise Ternoy « Technologie et écologie dans le cycle Artemis Fowl » 

 

Participer à la réunion Zoom

https://univ-artois-fr.zoom.us/j/93421235694?pwd=a0kzUDY0cTM3TEViR3VWK1J0UUQxZz09 

ID de réunion : 934 2123 5694

Code secret : 561603

 

Colloque: Créer et incarner des créatures fantastiques 2/2

Le colloque “Créer et incarner des créatures fantastiques” est organisé conjointement par l’ANR Aiôn et le laboratoire Textes et Cultures (UR 4028) de l’Université d’Artois, en partenariat avec le festival Atrebatia – Escales imaginaires. Il est mené par Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy.

Après une première journée organisée en visioconférence le 18 février 2022, la deuxième et dernière partie du colloque se déroulera à Arras le samedi 18 février 2023, à l’occasion du Festival Atrebatia, dans la salle du beffroi.

 

Programme: Samedi 18 février 2023, Festival Atrebatia, salle du beffroi

 10h00 : Accueil

10h15 : Introduction, Romain Plichon, Président du Festival

Session 2 : Créatures et communautés de pratiquesPrésidence : Audrey Tuaillon-Demesy

10h30 : « Incarner le Metal. La mise en scène des groupes lors du festival Hellfest », Corentin Charbonnier, Université de Tours

11h : « Qui sont ces zombies qui arpentent la France ? Le cas Zomb’in The Dark, la course d’orientation », Paul Chiozzotto, Argémie, Lyon

11h30 : « “On est des orcs !” Incarner un monstre de fantasy dans la Russie contemporaine. », William Blanc, Université Paris 3

12h : Discussions

12h30 : Pause déjeuner

Session 3 : Expérimenter l’altérité fantastiquePrésidence : Anne Besson

14h : « Se costumer pour réenchanter le quotidien : les magical girls Sailor Moon et Sakura, des rôles plus que des personnages », Aurélien Rossanino, Université Aix-Marseille

14h30 : « It’s not for nerds at all !: le cosplay médiévaliste dans les séries US », Justine Breton, Université de Reims

15h : Discussions

15h30 : Pause

16h-17h : Table ronde avec La Compagnie du Dragon Vert, association de reconstitution de la Terre du Milieu, animée par Laura Martin-Gomez, Université d’Artois

17h : Conclusion, Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

17h30 : Fin du colloque

 

Parution: Le passé est un événement

Laurent Olivier et Mireille Séguy (dir.), Le passé est un événement. Correspondances de l’archéologie et de la littérature, coll. Anamnèses, Médiéval/Contemporain, Editions Macula, 2022.

Pour quelles raisons s’intéresser à des époques révolues, et dans quel but ? Quel sens le passé peut-il prendre pour le présent à partir duquel nous le percevons ? Passé et présent sont-ils séparables l’un de l’autre et occupent-ils vraiment une place fixe dans le temps ?
      À partir de ces questions, qui ont affaire avec la temporalité de la mémoire, deux approches différentes du passé lointain entrent en dialogue : celle d’un archéologue et celle d’une spécialiste de littérature médiévale. Tous deux s’ouvrent aux surprises des correspondances inattendues, et apparaît soudain, sous nos yeux, la manière même dont le passé se manifeste : en faisant événement dans le monde où nous vivons.

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

 

Séminaire: Guerre et médiévalisme

Le séminaire “Guerre et médiévalisme” organisé par Aude Mairey abordera pour l’année 2023 diverses facettes de la guerre médiévale et de ses représentations et usages contemporains. Il aura lieu les vendredis de 14h à 16h, salle Perroy à la Sorbonne, et sera accessible en visio.

27 janvier 2023 – Aude Mairey, « Introduction ».

10 février 2023 – Benoît Bouzigues (Université de Montréal), « Les animaux dans les guerres des univers de Tolkien et Lewis ».

10 mars 2023 – Alban Gautier et Victor Barabino (Université de Caen), « De Saxo Grammaticus à Robert Eggers : figures d’Amleth le guerrier ».

17 mars 2023 – Florian Besson (agrégé et docteur en histoire), « Dieu le veut ! De la science-fiction à l’extrême-droite, retour sur les croisades imaginaires ».

31 mars 2023 – Enki Baptiste (Université Lumière Lyon 2 (CIHAM-UMR 5648) et Institut français d’islamologie), « Le médiévalisme de l’État islamique, ou le fantasme de la guerre des origines ».

14 avril 2023 – Bruno Dumézil (Sorbonne Université – Ecole polytechnique), « Conan et autres barbares : constantes et métamorphoses de l’altérité ».

 

Détails et inscriptions sur le site d’Aude Mairey.

Parution: Grandes et petites mythologies 2

Karin Ueltschi et Flore Verdon (dir.), Grandes et petites mythologies 2: Mythe et conte, faune et flore, Reims, EPURE, 2022.

Voici le second tome des travaux consacrés aux rencontres entre grande et petite mythologie, entre l’univers de l’Olympe et celui des foyers, entre mythe et conte, et à leurs échanges permanents, à leur plasticité, à leur porosité. Quel que soit le sujet traité, il s’agit en effet de mettre en évidence les ponts qui existent entre les deux canaux « savant » et « populaire », ce qui renouvelle l’approche de thématiques parfois déjà amplement traitées. Mieux, au fil des travaux proposés depuis le début de nos investigations (cf. K. Ueltschi, F. Verdon (dir.), Grandes et Petites mythologies 1. Monts et abîmes : des dieux et des hommes, Reims, EPURE, 2020), ce couple des grandes et petites mythologies ne cesse de s’enrichir de variantes problématiques supplémentaires, et de nouvelles créatures emblématiques, à l’instar de Rübezahl qui s’appelle Krakonoš en Tchéquie, et Liczyrzepa en Pologne. S’il semble émerger tout droit du XVIe siècle qui a donné un acte de naissance écrit à tant de figures – pensons à Faust, à Till Eulenspiegel, à Guillaume Tell –, il est en réalité beaucoup plus vieux. Il incarne non seulement la persistance tenace de l’imaginaire mythique, mais aussi son infinie aptitude à la métamorphose, à l’adaptation, et même à la « récupération ». Profondément enraciné dans le terroir et d’anciennes strates linguistiques, foncièrement ambivalent avec sa barbe rousse et son bâton, ses gènes remontent à l’origine même de l’humanité, à son enfance, à sa mémoire première.

De nouvelles dialectiques ont pu être dégagées, mettant sans cesse en évidence la troublante parenté de nos héritages et leur ancrage toujours perceptible notamment par le biais du calendrier. Des rapports à première vue improbables sont mis en évidence, celui entre chocolat et ambroisie ou entre art et science par exemple. Se pose également la question centrale du passage du silence à la parole ; la parole, si on la suppose d’abord antérieure à l’écrit, peut à l’inverse également constituer l’appropriation de l’écrit par l’oral ; c’est donc une passerelle fondamentale entre la grande et la petite mythologie, transcendant le clivage entre la littérature savante et le conte populaire pour que subsiste le mythe. Par ailleurs, des figures sans nom – quel est celui de la statue de Pygmalion ? – se retrouvent sous des identités enfin cernées, Venus, Galatée. C’est d’ailleurs là un sujet majeur en mythologie comparée : comment sortir de la namelessness, si on nous accorde cet anglicisme, comment transformer une figure mythique en personnage littéraire ?

De nouveaux éclairages viennent constamment consolider et multiplier des scénarios pourtant si intimement familiers : simul vetus et novella, simul senex et puella, pourrions-nous dire avec Alain de Lille : d’Apulée à la Fontaine, de Merlin à Ambroise Paré, la vitalité des motifs réside sans aucun doute dans leur capacité à nouer, via l’analogie et l’inépuisable magie de la coincidentia oppositorum, des syncrétismes ; ainsi, la seule évocation du nom d’Iphigénie proclame son immortalité féconde sur les scènes et dans les livres, et interroge infiniment les notions de sacrifice ou d’héroïsme.

Dans l’univers que nous avons choisi d’explorer, le discours universitaire doit se confronter sans cesse à la voix du conteur et du poète, souvent véhicules plus efficaces de transmission d’une mémoire : un Tolkien ou un T.H. White en savent quelque chose ! Et rien ne saurait remplacer l’investigation sur le terrain pour cueillir encore et encore les traditions orales en vue de les explorer et les inscrire dans la mémoire savante : la mythologie reste fondamentalement vivante.

Sommaire

Introduction 
PARTIE I : PLASTICITÉ ET VARIANCES 
Sophie Conte, “Le sacrifice d’Iphigénie aura-t-il lieu ? Réécriture du mythe à l’époque contemporaine” 
Alain Trouvé, “Le mythe de Pygmalion, d’hier à aujourd’hui”
Miren Lacassagne, “Fortune, la roue et le meunier”
Françoise Gevrey, “La mythologie dans le conte parodique ou licencieux” 
Anna Loba, “Peau d’Âne et ses sœurs”
Thomas Nicklas, “Rübezahl, esprit polyvalent. L’étonnante faculté d’adaptation d’une figure de la petite mythologie d’Europe centrale” 

PARTIE II : MYTHOLOGIES ANIMALES, MYTHOLOGIES VÉGÉTALES

Aurore Noirault, “Entre force et fragilité : le lion comme miroir des héros épiques dans l’Iliade et les Posthomériques” 
Cécile Mauré, “Éphémérité et dégénérescence : l’étude du Narcisse” 
Laurence Hélix, “Des Sirènes et des Ondines”
Myriam White-Le Goff, “La licorne, polyvalence et persistance” 
Anne Berthelot, “Les sorts sans les plantes : magie rituelle dans le monde arthurien ?”
Justine Breton, “Bestiaire populaire et bestiaire savant : la faune dans l’œuvre médiévaliste de T.H. White”
Épilogue 
Anne Marchand, “Traditions et mythes vivants : l’exemple de la fougère” 
Karin Ueltschi, “Du rempotage de mandragores”
Présentation des auteurs et résumés

 

Détails et commandes: ici