Archives de catégorie : ModMed – activités membres

Parution : La cathédrale gothique

The Idea of the Gothic Cathedral Interdisciplinary Perspectives on the Meanings of the Medieval Edifice in the Modern Period,  Stephanie A. Glaser, Brepols, 2018

Image : La Cathédrale de Reims par  Eugène Galien-Laloue (1854-1941)

Central to many medieval ritual traditions both sacred and secular, the Gothic cathedral holds a privileged place within the European cultural imagination and experience. Due to the burgeoning historical interest in the medieval past, in connection with the medieval revival in literature, visual arts, and architecture that began in the late seventeenth century and culminated in the nineteenth, the Gothic cathedral took centre stage in numerous ideological discourses. These discourses imposed contemporary political and aesthetic connotations upon the cathedral that were often far removed from its original meaning and ritual use.

This volume presents interdisciplinary perspectives on the resignification of the Gothic cathedral in the post-medieval period. Its contributors, literary scholars and historians of art and architecture, investigate the dynamics of national and cultural movements that turned Gothic cathedrals into symbols of the modern nation-state, highlight the political uses of the edifice in literature and the arts, and underscore the importance of subjectivity in literary and visual representations of Gothic architecture. Contributing to scholarship in historiography, cultural history, intermedial and interdisciplinary studies, as well as traditional disciplines, the volume resonates with wider perspectives, especially relating to the reuse of artefacts to serve particular ideological ends.

Table des matières :

Introduction: The Medieval Edifice in the Modern Period — STEPHANIE A. GLASER

Part I — The Cathedral and the Nation

The Moorish-Gothic Cathedral: Invention, Reality, or Weapon? — MATILDE MATEO
Acting Medieval, Thinking Modern, Feeling German — MICHAEL J. LEWIS
L’Histoire d’une cathédrale: Viollet-le-Duc’s Nationalist Pedagogy — ELIZABETH EMERY
The Gothic Cathedral and Historiographies of Space — KEVIN D. MURPHY

Part II — The Cathedral between Art and Politics

The Anarchist Cathedral — MAYLIS CURIE
L’Imaginaire de la cathédrale à l’épreuve de la Grande Guerre — JOËLLE PRUNGNAUD
Church, Nation, and ‘The Stones of France’ — RONALD R. BERNIER

Part III — The Cathedral in the Arts

Patterns of Behaviour Architectural Representation in the Romantic Period — KLAUS NIEHR
Frozen Music and Symphonies in Stone. Gothic Architecture and the Musical Analogy: Intersecting Trajectories in German and French Thought from the Eighteenth through the Nineteenth Centuries — STEPHANIE A. GLASER
Délires opiomanes et gothicomanes de Thomas De Quincey à Wilfred Sätty — JEAN-MICHEL LENIAUD
The Cathedral as Time Machine: Art, Architecture, and Religion — RICHARD UTZ

Select Bibliography
Index

Informations pratiques :

Stephanie A. Glaser (ed.), The Idea of the Gothic Cathedral Interdisciplinary Perspectives on the Meanings of the Medieval Edifice in the Modern Period, Turnhout, Brepols, 2018 (Ritus et Artes, 9). XVIII+375 p., 68 b/w ill., 156 x 234 mm. ISBN: 978-2-503-56813-3. Prix : 100 euros.

Appel : Représentations animales

REPRÉSENTATIONS ANIMALES DANS LES MONDES IMAGINAIRES: VERS UN EFFACEMENT DES FRONTIÈRES SPÉCISTES ?

Colloque interdisciplinaire jeunes chercheurs

Université d’Artois, Arras, « Textes et Cultures » (E.A. 4028)

Organisé par Marie Lucie Bougon (Artois), Charlotte Duranton (Ethodog – Research in Canine Ethology), Laura Muller-Thoma (Artois) et coordonné par Anne Besson (Artois)

14-15 Novembre 2019
Date du rendu des communications : le 1er octobre 2018

On connaît le développement critique des animal studies depuis une dizaine d’années[1], tandis que la question animale s’impose toujours davantage aux consciences et dans les représentations. Au cœur de l’actualité de la recherche nationale et internationale, les relations que nous entretenons avec les autres espèces se sont vues particulièrement étudiées avec l’avènement de l’éthologie, science du comportement des animaux, et sont aussi à l’interface de la psychologie et de l’anthropologie.

Si l’on sait l’importance des « présences animales » dans les littératures et cultures d’enfance et de jeunesse[2]le colloque « Représentations animales dans les mondes imaginaires : vers un effacement des frontières spécistes ? » invite pour sa part à une réflexion spécifique sur ce que les fictions de l’imaginaire reflètent elles aussi, pour leurs lecteurs, quant à ces évolutions dans la conception des rapports entre l’animal et l’humain. L’on voit en effet s’exercer en fantasy une tension particulièrement fructueuse entre la mise en scène d’invariants mythiques ou anthropologiques (de l’animal psychopompe à l’animal-totem en passant par le monstre hybride) et une grande sensibilité aux préoccupations sociétales, caractéristique du pôle commercial de la production culturelle.

On partira donc du fait que les animaux domestiques, sauvages ou fictifs sont omniprésents dans les littératures de l’imaginaire : on les retrouve aussi bien en fantasy d’inspiration Continuer la lecture

Colloque : « Fantasy et Histoire(s) »

Colloque des Imaginales : « Fantasy et Histoire(s) »

Epinal, Parc du Cours, dans le Magic Mirror « Salon perdu »

22-23 mai 2018

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Programme :

Mardi 22 mai

9h : Accueil

9h15 : mot de bienvenue

Séance 1 : Pensées de l’histoire en fantasy

9h30 Viviane Bergue, « Primhistoire, temporalité cyclique et chronologie linéaire : le temps de la Fantasy »

10h Maureen Attali, « La fantasy comme nouveau mythe : la question du statut et de l’exploitation de la littérature en histoire à partir de l’exemple du roman Lavinia d’Ursula K. Le Guin »

10h30 : pause

Séance 2 : Des univers inscrits dans le temps Continuer la lecture

Colloque : « Fantasy et Histoire(s) »

Colloque des Imaginales : « Fantasy et Histoire(s) »

Epinal, Parc du Cours, dans le Magic Mirror « Salon perdu »

22-23 mai 2018

 

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Programme

Mardi 22 mai

9h : Accueil

9h15 : mot de bienvenue

Séance 1 : Pensées de l’histoire en fantasy

9h30 Viviane Bergue, « Primhistoire, temporalité cyclique et chronologie linéaire : le temps de la Fantasy »

10h Maureen Attali, « La fantasy comme nouveau mythe : la question du statut et de l’exploitation de la littérature en histoire à partir de l’exemple du roman Lavinia d’Ursula K. Le Guin »

10h30 : pause

Séance 2 : Des univers inscrits dans le temps

11h Isabelle Pantin, « L’histoire au miroir de la légende dans l’œuvre de Tolkien »

11h30 Florian Besson, « Fusils et boîtes de conserve, ou comment sortir des Moyen Âge imaginaires »

12h30-14h : pause déjeuner

Séance 3 : La fantasy, revanche des oubliés de l’histoire ?

14h William Blanc, « Voir le passé en vert : histoire et géographie des Orcs dans la fantasy »

14h30 Caroline Duvezin-Caubet, « The Empire Writes Back : uchronie et steampunk postcolonial dans la fantasy néo-victorienne contemporaine »

15h Justine Breton, « “When you look at me, do you see a hero ?” : Game of Thrones ou la fantasy des évincés de l’histoire »

15h30 : Pause

Séance 4 : Fantasy, enfance de l’Histoire ?

16h Silène Edgar, « L’Histoire dans l’histoire : chasse aux sorcières, contestation sociale et anti-fascisme dans Harry Potter »

16h30 Noémie Budin, « Les Fées historiques, entre Histoire et fiction »

 

Mercredi 23 mai

[9h-10h : enregistrement de l’émission « Des livres et vous »]

10h : Accueil

Séance 5 : Histoire et imaginaire en jeu

10h30 Olivier Caïra, « Fantasy au cinéma : jusqu’où peut aller la promesse d’historicité ? »

11h Laurent Di Filippo, « La mise en scène ludique de l’Histoire : l’époque viking comme cadre de jeu pour Advanced Dungeons and Dragons »

11h30 Audrey Tuaillon-Demesy, « L’expérience ludique de l’histoire. L’exemple des combats en reconstitution historique »

12h-14h : pause déjeuner

Séance 6 : Histoire de la fantasy :

14h Marc Rolland, « E.R. Eddison et son inscription dans l’Histoire »

14h30 Ewa Drab, « La (re)création de l’histoire dans la littérature fantasy d’expression polonaise »

15h pause

Séance 7 : Fantasy entre histoire et légende

15h30 Joanna Pavlevski-Malingre, « Une fée dans l’Histoire, Mélusine à la croisée des genres : chroniques historiques légendaires, roman historique merveilleux, fantasy historique »

16h Laura Muller-Thoma et Marie-Lucie Bougon, « Le pouvoir des mots : les personnages de conteurs et de bardes, ou comment la parole façonne la réalité »

 

16h30-18h : Table ronde animée par Stéphanie Nicot, « Histoire et fantasy chez les romanciers français aujourd’hui ». Avec :

Fabien Cerutti

Jean-Laurent Del Socorro

Estelle Faye

Jean-Philippe Jaworski

Johan Heliot

18h : clôture du colloque par Vincent Monadé, président du CNL, en présence de Robin Hobb

 

 

Appel : Réception de Tolkien

Appel pour la 15e conférence de la Deutsche Tolkien Gesellschaft

Du 5 au 7 octobre à Aix la Chapelle

 « 80 YEARS OF TOLKIEN CRITICISM AND RECEPTION »

 

2017 saw the 80th anniversary of the publication of The Hobbit. It was this book that introduced Tolkien the author to a wider public and brought him popular critical acclaim. As a consequence, he received several prizes, such as the 1938 New York Herald Tribune award for the best children’s book. It is thus arguably the publication of The Hobbit and the first critical reactions to it some eight decades ago that constitute the starting point for the scholarly and critical reception of Tolkien and his literary work. The 15th Tolkien Seminar would like to use this anniversary as an opportunity to discuss the influence of Tolkien’s work, the different readings and interpretations it received, and to try a provisional assessment of the critical status of his published works. The seminar inscribes itself into the tradition of the aesthetics of reception. It focuses on the different points of view (and their socio-cultural backgrounds) from which Tolkien’s work has been approached, and analyses the function of the individual reader in the process of constructing the private and public ‘meanings’ of a work. The subject of the seminar is thus the stratification of Tolkien’s audience according to nationality, class, gender, profession etc. and the effect this had on the reception of Tolkien’s work. Possible topics for papers would be thus the reception of Tolkien’s work by  literary critics ; literary scholars ; philologists/linguists ; historians ; natural scientists ; different nationalities ;  different social classes ;  different gender groups ; etc.

A discussion of any of these approaches would profit from taking into account the historical perspective that looks at the development of how the view on Tolkien’s work has changed (within the group) over time. The 15th Seminar of the German Tolkien Society is supported by Walking Tree Publishers and takes place at the Department of English at the RWTH Aachen from 5 to 7 October 2018. Potential participants are kindly invited to send a brief abstract (no longer than one page) together with a short biographical sketch (five to ten lines) no later than 30 May 2018 to Thomas Fornet-Ponse: hither-shore@tolkiengesellschaft.de

 

Suite de l’appel et annonce d’un soutien financier destiné aux doctorants et étudiants : https://www.tolkiengesellschaft.de/26677/tolkien-seminar-2018-call-for-papers-en-conference-scholarship/

 

Parution : Raïssa Bloch-Gorlin

Une femme face à l’histoire – Itinéraire de Raïssa Bloch, Saint-Pétersbourg-Auschwitz, 1898-1943 (Agnès Graceffa)

Poète et médiéviste née dans une famille de la bourgeoisie juive de Saint-Pétersbourg, Raïssa Bloch embrasse en 1917 les idéaux intellectuels et artistiques de la Révolution russe. Membre de la Maison des Arts de Petrograd, elle est brièvement emprisonnée par le régime bolchevique puis envoyée en mission scientifique en Allemagne. Á Berlin, elle rejoint l’Institut des Monumenta Germaniae historica et publie son premier recueil poétique.

Avec le jeune Michel Gorlin, de onze ans son cadet, elle crée le Club des poètes russes auquel participent Vladimir Nabokov et Vladimir Korvin-Piotrovski. Mais la prise de pouvoir d’Hitler la pousse à un second exil, cette fois dans une France qui s’annonce accueillante – pour un temps au moins. Plus que jamais ensemble, Raïssa et Michel Gorlin s’intègrent rapidement à la vie scientifique et littéraire parisienne.

Avec la guerre, puis l’arrestation de Michel, les rafles, Raïssa doit fuir encore, disparaître. Avant les camps, Raïssa connaîtra le deuil, mais aussi l’entraide des réseaux de la Résistance française. Plusieurs fois son destin a failli changer de route. Cette histoire n’est pas un roman. C’est le parcours véridique d’une jeune femme face aux tumultes de l’histoire. Défense de trépasser ! lui avait intimé Michel depuis le camp d’internement de Drancy, prélude d’Auschwitz.

Ce récit est celui de la lutte pour la vie et pour l’art d’une jeune femme du XXe siècle.

Agnès Graceffa, docteur en histoire des Universités de Lille et d’Hambourg et collaboratrice scientifique à l’Université libre de Bruxelles, travaille à partir des écrits publics et privés des historiens médiévistes des XIX et XXe siècles. Elle est notamment l’auteure de Les Historiens et la question franque (Brepols 2009) et a dirigé l’ouvrage collectif Vivre de son Art. Histoire du statut de l’artiste XV- XXe siècles (Hermann 2012).

Parution : roman Bréchéliant

Bréchéliant, Roman d’Annick Le Scoëzec Masson, éditions Garamond

Bréchéliant nous conte une intrigue médiévale. La scène se passe dans un château archétypal, en lisière d’une forêt, seuil de l’inconnu, à une époque qui pourrait être le XIIe ou le XIIIe siècle. Dans cet univers traversé de passions muettes, où le lointain bruit du monde est amorti sous le souffle de la prière, l’apparition d’un mystérieux voyageur précipite le drame… Variation sur l’Amor de lonh de Jaufré Rudel, ce récit « breton » fait la part belle aux légendes liées à la mythique Brocéliande, ainsi qu’à la poésie courtoise.

 

Agrégée d’espagnol, docteur ès lettres, Annick Le Scoëzec Masson est l’auteur d’essais et de traductions littéraires, de poèmes et de romans. Dans Mélancolie au Sud (2004), elle évoque la ville de Rochefort et son enfance marquée par la mémoire familiale de l’Algérie où elle est née à l’époque française. La fresque Esplanade Avenue (2010) fait alterner les lieux (le Paris «fin de siècle», La Nouvelle-Orléans et l’insolite forêt de Brocéliande) et les temps (la période 1900 et la fin du XXe siècle). C’est à la « matière de Bretagne » qu’elle se consacre à nouveau dans Bréchéliant.

Soutenance : Joanna Pavlevski-Malingre

Joanna Pavlevski-Malingre soutiendra le 6 décembre 2017 à l’université de Rennes 2 une thèse intitulée « Melusigne, Merlusine, Melusina : Fortunes politiques d’une figure mythique du Moyen Âge au XXIe siècle » devant un jury composé d’Emmanuel Bouju (Rennes 2), Edoardo Costadura (Université Friedrich Schiller de Jena), Vincent Ferré (Université Paris Est-Créteil), Michèle Gally (Université Aix-Marseille), Laurence Harf-Lancner (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) et Christine Ferlampin-Acher (Rennes 2, Directrice de thèse)

Résumé

« Il peut sembler étonnant de consacrer une étude d’ampleur aux fortunes politiques d’une fée médiévale, d’une part parce qu’il est habituel de distinguer merveilleux et politique – alors que le recours au merveilleux est courant pour légitimer un pouvoir ou pour fonder une communauté politique -, et d’autre part parce que la branche maîtresse de la lignée des Lusignan, dont Mélusine est l’ancêtre mythique, est éteinte depuis 1308. Pourtant, étonnamment, Mélusine, merveille suscitant des interprétations et représentations contrastées, entre dans des dynamiques politiques multiples. Dès le Moyen Âge, elle incarne des fortunes diverses, l’essor et le déclin de la lignée des Lusignan, qu’elle justifie.

Instrumentalisée à des fins de domination, de légitimation et pour célébrer une mémoire lignagère dans les romans médiévaux de Jean d’Arras (1393) et Coudrette (c.1401), Mélusine s’impose au fil des siècles comme la Merlusine, la mère des Lusignan, mais aussi d’autres lignées aristocratiques, par le biais de textes littéraires, paralittéraires et d’armoiries. Parallèlement, dès le Moyen Âge, mais de façon accrue depuis le XXe siècle, cette figure lignagère est défigurée, ses enjeux sont déplacés, et Mélusine peut ainsi informer des questionnements identitaires divers, relatifs à une classe sociale ou à un individu, à la Nation ou à l’affirmation d’idées féministes. »

Image : la Mélusine qui a inspiré le logo Starbucks

Parution : André Pézard

André Pézard, autobiographe, italianiste, romaniste et médiéviste (1893-1984) – Pour un profil intellectuel, sous la direction de Michèle Gally et Elsa Marguin-Hamon
Paris, Classiques Garnier, coll. Rencontres, 2017

Ce volume éclaire les multiples faces autant que l’unité d’une œuvre et d’un homme. Un écrivain, philologue et traducteur que ses archives, pour beaucoup inédites et aujourd’hui conservées aux Archives nationales, permettent de redécouvrir.
Table des matières Continuer la lecture

Appel : Transgressions épiques

 

Le VIIIe Congrès international du Réseau Euro-Africain de Recherches sur les Épopées (REARE) se tiendra à Rouen les 27 et 28 septembre 2018, autour de « La transgression dans l’épopée », avec une prise en compte des siècles postérieurs au Moyen Age. L’appel évoque en effet  « Les investigations des comparatistes au XXe et XXIe siècles en diverses zones de civilisation (Scandinavie, Inde, Japon, Sibérie, Mongolie, Tibet, Afrique, etc.) [qui] ont mis au jour un peu partout dans le monde un corpus reconnu comme épique par une analogie plus ou moins étroite au modèle originel dont les récits sont également riches en transgressions de toutes sortes. Citons par exemple, dans le domaine africain, le refus de Silâmaka de porter des vêtements d’homme libre si son esclave Poullori n’en porte pas lui aussi ou, dans Soundjata, le sort du griot du héros, livré à Soumaoro. »

Les propositions sont à envoyer avant le 8 janvier 2018 à l’adresse suivante : reare@univ-rouen.fr

Voir l’annonce complète :

http://www.fabula.org/actualites/la-transgression-dans-l-epopeeviiie-congres-international-du-reseau-euro-africain-de-recherches-sur_81465.php

Appel : « Figures de Perceval »

« Figures de Perceval, du Conte du Graal au XXIe siècle »

colloque organisé par María Pilar Suárez (Universidad Autónoma de Madrid) &  Michèle Gally (Université Aix-Marseille), Madrid, 1er -3 mars 2018.

Le personnage de Perceval dans Le Conte du Graal se révèle une sorte de carrefour polyphonique où viennent se rejoindre, voire même se repousser, des voix, des points de vue dont l´interaction détermine les prises de décision du héros dans une action plus verbale que physique. Façonné à partir de discours émanant de cultures différentes, le devenir du personnage est en rapport avec des images riches de sens –dont le graal, la lance, le roi pêcheur et mutilé, la terre gaste-, qui évoquent différentes étapes de son processus de construction, de ce qui deviendra sa quête. Des motifs et des actions qui, de même que Perceval lui-même, ont été repris dans bon nombre de textes postérieurs si bien qu´ils ont fini par s´intégrer au cours des siècles et des langues dans l´imaginaire culturel occidental. La  complexité  suggestive  du  personnage,    ainsi  que    la  condition  d´œuvre   inachevée du Conte du Graal ont été, en effet, à la base d´une abondante production littéraire (ainsi que  picturale,  cinématographique,  théâtrale…).  En  particulier  les  essais   d´écriture d´un dénouement au récit de Chrétien ont produit des reformulations du projet discursif initial, et par conséquent du personnage. Cette démarche, qui  s’inscrit   partiellement dans ce que Richard de Saint-Gelais appelle « transfictionnalité », n´a pas manqué de conditionner les interprétations postérieures dont celui-ci a fait l´objet. Dans la ligne ouverte par des études qui portent plus généralement sur la postérité et les transformations de la matière arthurienne, en raison de l´intérêt que Perceval    a  toujours  suscité,  des    œuvres    que  ce  personnage  et  les  images  qui  lui sont apparentées ont inspirées, nous proposons d´ouvrir un espace de réflexion sur les différents visages que le personnage a adoptés, sur ses modulations, sans perdre pour autant de vue sa première configuration créée par le maître champenois.

Des axes possibles de notre travail seraient :

  • Le personnage de Perceval, sa caractérisation, sa fonction dans le/s texte/s fondateurs et ses éventuelles modulations jusqu´aux XXe et XXIe siècles.
  • Les images symboliques qui lui sont apparentées – l´image complexe façonnée par le graal et la lance, le château disparu, le roi, la terre gaste,  …- et leurs éventuelles reprises dans des textes et d´autres productions culturelles du XXe siècle.
  •  Des procès, des dynamiques qui définissent le personnage de Perceval, nommément la quête, et des actualisations possibles dans des manifestations littéraires ou cinématographiques, même associées à d´autres objets, à d´autres situations.
  •  Nous pourrions également tenir compte de leurs reprises a sensu contrario :  la  quête  ratée  ou  interdite…

 

  • Certaines de ces considérations nous permettraient d´identifier les points d´inflexion qui déterminent les possibles mutations du personnage. Les variantes à partir desquelles ont eu lieu ses différentes recréations au sein du mythe du graal, dans la culture contemporaine mais aussi les siècles humanistes, classiques… -Nos champs de recherche sont le roman, la poésie, le théâtre, le cinéma, ainsi que d´autres médias. -Notre réflexion est susceptible de s´engager dans une perspective interculturelle, voire transversale, qui permettrait d´envisager ces récréations dans les différentes langues européennes : espagnol, anglais, allemand…  selon  des parcours possibles, qui n´excluent pas d´autres possibilités d´approche. -Des approches littéraires,  cinématographiques,  médiatiques…    Des  perspectives   thématiques, comparatistes, linguistiques, historiques, seront les bienvenues : elles contribueront à faire un peu plus de lumière sur une image évocatrice et dynamique, populaire mais en quelque sorte méconnue. À rapprocher les origines et les modulations de notre imaginaire culturel, à nous rendre sensibles aux fondements anthropologiques et discursifs de certaines des constructions – types, motifs, scénarios-, qui aménagent notre univers contemporain.

    Propositions de communication : •Les  propositions  de  communication  -titre  et  projet  d’une  dizaine  de  lignes  avec   le  nom  et  l’établissement  de  l’intervenant- sont à envoyer avant le 31 octobre 2017 –date butoir-, à  l’adresse  suivante : reecrituresperceval@uam.es
    •Les Langues du Colloque sont le Français et l´Espagnol.

Festival « Bobines et parchemins »

La 5e édition du festival « Bobines & Parchemins » mettra à l’honneur « Le Roi Arthur au cinéma » les 19-21 mai :

– vendredi 19 mai. 20h. Perceval de Gallois (1978) d’Éric Rohmer.
Projection au cinéma Le Desperado, 23 rue des écoles, Paris 5e suivie d’un débat avec Antoine de Baecque (historien) et Yohann Chanoir (historien).
– samedi 20 mai. 20h. Excalibur (1980) de John Boorman. Projection au cinéma Le Desperado, 23 rue des écoles, Paris 5e suivie d’un débat avec Justine Breton (docteure en littérature) et Alban Gautier (historien).
– dimanche 21 mai. 15h. Balade. Les légendes médiévales à Paris. Arthur, Les Quatre Fils Aymon, le dragon de saint Marcel. Avec William Blanc (historien) et Julie Pilorget (historienne). Rendez-vous sur le parvis de l’église Saint-Gervais, 13 Rue des Barres, Paris 4e.
– dimanche 21 mai. 20h. Knightriders (1981) de Georges A. Romero. Projection au cinéma Le Desperado, 23 rue des écoles, Paris 5e suivie d’un débat avec William Blanc (historien) et Julien Sévéon (critique de cinéma).
Entrée des projections : 5 euros. Gratuit pour celles et ceux qui viendront en costume médiéval. / Balade gratuite.
Voir la page http://www.bobinesetparchemins.com/le-roi-arthur-au-cinema-5e-edition-du-festival-bobines-et-parchemins/

Conférences « Imagin' »

BU Artois, Bibliothèque Universitaire de l’Université d’Artois, Arras

« Imagin’, les écritures de l’imaginaire »

Rencontres animées par Anne  Besson

Mercredi 3 mai, 14h : Fabien Clavel, « Et tout le reste est réécriture : la fantasy comme palimpseste »

Mardi 9 mai, 14h : Caroline Duvézin, « Dragons à vapeur »

Justine Breton : « La légende arthurienne sur petits et grand écrans »