Archives de catégorie : ModMed – activités membres

Journées d’étude: Fiction et nouveaux discours historiques

Les journées d’étude « Fiction et nouveaux discours historiques« , organisées par Laurence Cros (Université de Paris, LARCA) et Marie-Jeanne Rossignol (Université de Paris, LARCA), se dérouleront les 28 et 29 juin 2021 à l’Université de Paris (bâtiment Sophie Germain, 1 place Aurélie Nemours, 75013 Paris, salle 1021). L’événement sera en présentiel, mais il est possible d’y assister en visio, sur inscription via ce lien.

Lundi 28 juin 2021: L’Histoire dans d’autres types de fiction

9h30 Accueil et ouverture

Atelier 1 : Fiction policière

Animé par Emmanuelle Delanoë-Brun, Université de Paris

  • 9h45 Isabelle Boof Vermesse, Université de Lille : Los Angeles, années 50 : endiguement v. camouflage,
    une lecture croisée de James Ellroy et de Walter Mosley.
  • 10h Maria Pia de Paulis Dalembert, Université Sorbonne Nouvelle : Le « giallo-noir » italien (1990-2020) :
    renouveau littéraire et lecture critique de l’Histoire du XXe siècle
  • 10h15 Dominique Manotti, historienne, auteure de policiers historiques. Choisir d’écrire des romans noirs
    pour faire l’histoire de ma génération. Défense et illustration.
  • 10h30 Débat et pause

Atelier 2 : BD historique

Animé par Marjolaine Boutet, Université de Picardie

  • 11h30 Soazig Villerbu, Université de Limoges : Le Blueberry de Charlier et Giraud (1963-1986) : un western
    exemplaire ?
  • 11h45 Ladan Niayesh, Université de Paris. Les « Mangas Shakespeare » : King Lear, de Geoffrey de
    Monmouth au Dernier des Mohicans.
  • 12h Théo Touret-Dengreville, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Les super-héros et l’histoire :
    Captain America, une uchronie identitaire (1939-2018)
  • 12h15 Jul, agrégé d’histoire, auteur de Silex and the City, Dargaud ; 50 nuances de Grecs, Dargaud ; Lucky
    Luke, Lucky Comics Editions. Entretien avec un dessinateur-historien
  • 12h30 Débat
  • 13h-14h30 pause déjeuner

Atelier 3 : Le vampire et l’histoire

Animé par Laurence Cros, Université de Paris

  • 14h30 Marjolaine Boutet, Université de Picardie. Le vampire et l’imaginaire du XVIIIe siècle.
  • 14h45 Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris. Abraham Lincoln, chasseur de vampires, à la recherche
    d’un avenir meilleur : histoire fiction, et vérité
  • 15h Table ronde : Changer de paradigme historique par le choc du fantastique (Marjolaine Boutet,
    Université de Picardie ; Emmanuelle Delanoë-Brun, Université de Paris ; Allan Potosky, Université de Paris ;
    Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris).
  • 15h45 Débat et pause
  • Table ronde : Regard rétrospectif sur le phénomène Game of Thrones
    Animé par Marjolaine Boutet, Université de Picardie
  • 16h45 Maureen Attali, Université de Rennes 2 ; Florian Besson, Université Paris-Sorbonne ; Justine Breton,
    Université de Reims Champagne-Ardenne
  • 17h45 Débat

 

Mardi 29 juin 2021: Fiction historique et politique

Atelier 5 : Histoire et mémoire africaine américaine

Animé par Laurence Cros, Université de Paris

  • 9h30 Michel Imbert, Université de Paris. La représentation des esclaves insurgés (Amistad de Steven
    Spielberg, The Heroic Slave de Frederick Douglass et « Benito Cereno » d’Herman Melville)
  • 9h45 Table ronde : La fiction historique sur l’histoire africaine-américaine et le combat politique (Marie-
    Jeanne Rossignol, Université de Paris ; Michel Imbert, Université de Paris ; Claire Parfait, Université Paris
    13)
  • 10h45 Débat et pause

Atelier 6 : Féminisme et romance historique

Animé par Justine Breton, Université de Reims Champagne-Ardenne

  • 11h30 Alison Offe-Gorlier, Université Catholique de Lille – Liverpool Hope University. Anne Boleyn:
    Actrice de son histoire.
  • 11h45 Laurence Cros, Université de Paris. Angélique, héroïne populaire, héroïne féministe ?
  • 12h00 Débat
  • 12h30-14h pause déjeuner

Atelier 7 : Guerres et dictatures dans l’aire hispanophone

Animé par Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris

  • 14h00 Véronique Eleftériou-Perrin, Université de Paris. L’impossible transgression : Hollywood face à la
    Guerre civile espagnole (1936-1939).
  • 14h15 José García-Romeu, Université de Toulon. Violence politique, Histoire et fiction en Argentine (1976-
    2020)
  • 14h30 Sergio Letelier, auteur de Una Historia sin importancia (2019). Autobiographie, fiction et mémoire
    des dictatures au Chili et en Argentine.
  • 14h45 Débat et pause
    Atelier 8 L’hégémonie économique et culturelle anglo-américaine
    Animé par Laurence Cros
  • 15h45 Denise Sutton, City Tech-CUNY. Harlequin Mills & Boon’s International Expansion: Innovative
    Marketing to Romance Readers.
  • 16h Ludovic Tournès, Université de Genève. La diplomatie culturelle états-unienne : une perspective de
    long terme
  • 16h15 Débat

Toutes les informations sont sur le site du laboratoire LARCA.

Journée d’étude: La Faune et la flore dans la mythologie

La journée d’étude « La Faune et la Flore dans la Grande et la Petite Mythologie« , organisée par Karin Ueltschi-Courchinoux, se déroulera le 17 mars 2022 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, amphi Recherche).

PROGRAMME
9h: Accueil
9h30: Laurence Helix (Université de Reims/ CRIMEL), « Des sirènes et des ondines »
10h: Myriam White-Le Goff (Université de l’Artois), « Des licornes »
Discussion & Pause
11h: Anne Berthelot (Université du Connecticut), « Les sorts sans les plantes : magie rituelle dans le monde arthurien ? »
11h30: Dominique Pauvert (Université de Bordeaux), « Mythologies de l’ours et carnaval»
Discussion et Déjeuner
14h: Aurore Noirault (Université de Lausanne), « Entre force et fragilité : le lion comme miroir des héros épiques dans l’Iliade et les Posthomériques »
14h30: Cécile Mauré (Université de Reims/ CIRLEP) : « Ephémérité et dégénérescence : l’étude du Narcisse »
Discussion & Pause
15h15: Quentin Vincenot (Université de Rennes), « Des loups-garous ».
15h45: Justine Breton (Université de Reims/CEREP) : « Le bestiaire dans l’oeuvre médiévaliste de T.H. White »
16h15: Karin Ueltschi (Université de Reims/CRIMEL), bilan et perspectives ou du rempotage de mandragores
Discussion

Plus de détails sur le site du laboratoire CRIMEL.

Colloque: Femmes surnaturelles dans la fantasy

Le colloque international « Femmes surnaturelles dans la fantasy et les genres apparentés » se tiendra en ligne, depuis l’Université du Littoral Côte d’Opale, les 3 et 4 juin 2021. Il s’agit d’une manifestation organisée par Marc Rolland, avec la participation de Justine Breton et d’Anne Besson.

Pensez à vous inscrire pour obtenir le lien de connexion Zoom.

Inscription et informations: marc.rolland[at]univ-littoral.fr 

Programme

Jeudi 3 juin

13:00 – Ouverture du Symposium. Présentation de la thématique par Marc Rolland

13:45 – Patricia Gillies (University of Essex): « Zola’s Cosmopoeia : Nana’s Incarnation of Beauty and Death »

14 :15 – Discussion

14:30 – Véronique Liard (Université de Dijon): « Salomé dans le Livre Rouge de C.G. Jung. L’anima, une femme surnaturelle ? »

15:00 – Discussion

15:15 – David Haziza (Columbia University) : « Eva Frank, messie, déesse, sorcière »

15:45 – Discussion

16:00 – Marc Aramini : « The Maternal Threat of the Goddess : Destructive Conception and Redemptive Death in Gene Wolfe’s Fantasies. »

16:45 – Discussion

17:00 – Isabelle Fontaine (Université de Moncton, Nouveau-Brunswick) : « Daenerys Targaryen et la thématisation du fantomal »

 

Vendredi 4 juin

9:00 – Angélique Salaün (Université de Rouen) : « Guerrières et magiciennes : les évolutions de la fantasy française contemporaine (2017-2020)

9:30 – Discussion

9:45 – Virginie Picot (ULCO) : « Les figures féminines surnaturelles de Viviane et Morgane au XXsiècle. Les œuvres de Jacques Boulenger, Tolkien et Michel Rio »

10:15 – Discussion

11:00 – Joanna Pavlevski-Malingre (Université de Rennes 2) : « Réhabilitation de la fée, réhabilitation de la femme : Mélusine mère de lignages féminins »

11:30 – Discussion

 

13:00 – Justine Breton (Université de Reims) : « Quand surnaturel rime avec sexuel : femmes et magie dans The Witcher »

13:30 – Discussion

13 :45 – Xavier Escudero (ULCO) : Titre à préciser

14:15 – Discussion

14:30 – Jean-Christophe Martin (Lycée Antoine Bourdelle) : « La femme diabolique, fatale ou phallique dans l’œuvre d’Arturo Pérez Reverte »

15:00 – Isabelle Casta (Université d’Artois) : « Réenchantement sanglant ou fard féérique ‘ECCE ECHO’ ou ‘Comment je l’ai rencontrée’ »

15:30 – Discussion

15:45 – Marc Rolland (ULCO): « ‘My Last Duchess’ : portraits maléfiques et femmes fatales dans Hauntings de Vernon Lee »

16:15 – Discussion

17:00 – Clôture et résumé : Justine Breton

 

 

Parution: Licornes. Celles qui existent et celles qui n’existent pas

Jocelyn Benoist et Véronique Decaix (dir.), Licornes. Celles qui existent et celles qui n’existent pas, Paris, Vendémiaire, coll. « Retour au Moyen Âge », 2021.

Aux origines d’un mythe contemporain
Personnage de jeu vidéo, motif de pyjama, créature de Harry Potter : la licorne, icône de la pop culture, est aujourd’hui partout. Mais si on l’associe volontiers au Moyen Âge tardif, et en particulier à la spectaculaire autant qu’énigmatique tenture La Dame à la licorne du musée de Cluny, sait-on que cet animal mythique trouve ses origines dans l’Antiquité grecque et l’Ancien Testament ? Qu’elle a oscillé dans la littérature médiévale entre les genres mâle et femelle ? Et qu’en tant qu’exemple canonique d’objet dont il faut déterminer ou non s’il existe – ou s’il est possible qu’il existe et ce que cela signifie –, elle a passionné les philosophes, de Duns Scot à Bertrand Russell en passant par Kant et Leibniz ?
Saisissant cette figure sans cesse réinventée dans toutes ses dimensions, un collectif de philosophes et de spécialistes d’histoire de l’art et de littérature lève le voile sur les mystères de cet animal-totem.
Sous la direction de Jocelyn Benoist, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Véronique Decaix, maîtresse de conférences en philosophie médiévale.
Avec la participation de Sophie Albert, Anne Besson, Béatrice de Chancel-Bardelot, Rémy Cordonnier, Félix Duportail, Maurizio Ferraris, Markus Gabriel, Wouter Goris, Virginie Greene, Jean-Baptiste Rauzy, Jens Rometsch, Nicholas Stang et Jean-René Valette.

Retrouvez toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Appel: Créatures fantastiques

Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy organisent les 18 et 19 février 2022 le colloque « Créer et incarner des créatures fantastiques« , dans le cadre du Festival Atrebatia à Arras.

La littérature contemporaine n’est pas avare de créations de mondes imaginaires. Popularisés grâce à J. R. R. Tolkien et le Seigneur des Anneaux, les mondes « secondaires » sont devenus des espaces et des temps que le lecteur explore à l’envi et dans lesquels il peut s’immerger. Que l’ancrage soit plutôt celui de la fantasy (Game of Thrones, Orcs, etc.) ou celui de la science-fiction (Altered Carbon, Dune, Black-out, etc.), l’univers fictionnel forme un lieu à parcourir, en suivant les aventures des protagonistes. Mais les « genres de l’imaginaire » (Besson, 2015) dépassent le cadre littéraire et se déclinent aussi selon d’autres formes de loisirs, notamment les jeux de rôle (Shadowrun, Donjons & Dragons, etc.), les jeux vidéo (The Last of Us, The Witcher) ou ceux de plateau (Net Runner, La Guerre de l’Anneau, etc.).

Au-delà, cette exploration ludique s’exporte en dehors du cadre purement fictionnel : la création et l’incarnation de personnages fantastiques devient un autre moyen de voyager au sein d’univers alternatifs. Ainsi, le monde imaginaire peut être « mis en vie » et devient sensible par le biais de pratiques corporelles puisque certaines activités ludiques consistent à fabriquer et expérimenter l’altérité fantastique.

Diverses formes de loisirs peuvent entrer dans cette catégorie. Le bodypainting, par exemple, est une forme d’art visant à métamorphoser le corps – grâce à une peinture corporelle – et à évoquer, entre autres, des créatures imaginaires (fées, naïades, etc.). Dans cette même logique, le cosplay est une manière de « jouer costumé » des personnages de fiction, issus aussi bien de romans, de comics ou de mangas que de jeux vidéo. Dans cette continuité, le jeu de rôle Grandeur nature (GN) est un autre moyen de créer des personnages imaginaires : scénarisées, ces rencontres de GN sont aussi des moments permettant de se métamorphoser en elfe, en troll ou en vampire. D’autres loisirs peuvent cibler plus spécifiquement certains peuples de fiction. Ainsi en est-il de la pratique du mermaiding qui consiste à fabriquer sa queue de sirène et à l’utiliser en immersion aquatique ou des zombies walks qui sont, quant à elles, des occasions de se déguiser en mort-vivant et d’adopter leur démarche si caractéristique. Enfin, les orcs forment aussi une catégorie à incarner à part entière (Blanc, 2018).

Certaines de ces activités sont plus ou moins exigeantes physiquement ou artistiquement, mais ce qui les caractérise avant tout est une forte dimension Do it yourself (Hein, 2012). En effet, la mise en vie de ces diverses créatures imaginaires induit nécessairement une phase de création personnelle. Dès lors, ces loisirs mettent l’accent sur la nécessité de faire soi-même, dans une démarche qui se veut participative. Par ailleurs, l’action collective (Willis, 1990) forme un élément central de ces activités, qui sont portées par des communautés d’acteurs et forment des sous-cultures dans le champ des loisirs (Hebdige, 2008). Un style de vie ‒ ou lifestyle (Wheaton, 2004) ‒ définit souvent ces pratiques qui réclament un fort investissement temporel, voire économique.

Loin de n’être qu’une forme de « réenchantement du monde » (Maffessoli, 2007), il s’agit plutôt ici d’appréhender ces formes ludiques comme des espaces d’expression de loisirs alternatifs (Tuaillon Demésy, 2017). Sans être en rupture avec des pratiques davantage mainstream, ces activités mettent l’accent sur l’imaginaire, le « bricolage » (Certeau, 1990) et tendent à se construire en parallèle – voire en opposition – des loisirs plus « traditionnels ». En effet, de nouvelles manières de faire, ainsi que des valeurs d’autonomie et d’indépendance, transparaissent dans ces pratiques, concourant à créer un « monde de sens » (Goffman, 1961) qui leur soit spécifique.

Plus spécifiquement, la question se pose donc de savoir comment l’imaginaire des mondes « secondaires » permet la création et l’incarnation de créatures fantastiques. Que traduisent ces activités ludiques de l’appropriation des mondes fictionnels ? Plus encore, en tant qu’ensemble de représentations symboliques, l’imaginaire est aussi bien un cadre de référence instituant qu’une dynamique favorisant le passage de la consommation à la création (Tuaillon Demésy et Haissat, 2019). Dès lors, comment l’imaginaire devient-il performatif, conduisant à la mise en vie de créatures fictives ? Les axes proposés pour ce colloque sont multiples : il peut s’agir de questionner l’imaginaire et ses impacts sur le monde des loisirs corporels, mais aussi de montrer en quoi la culture de la participation produit d’autres manières de faire et d’autres cadres ludiques. Les études de cas sont aussi les bienvenues en ce qu’elles permettent de mieux comprendre les modes de fonctionnement de ces loisirs alternatifs et les modalités de mises en vie de fictions.

Ces réflexions doivent être abordées selon un angle pluridisciplinaire. Les propositions de communication pourront ainsi relever du champ des sciences humaines et sociales (sociologie, ethnologie, histoire, sciences de l’information et de la communication, etc.) mais aussi du domaine de la littérature, des études visuelles ou cinématographiques, etc.

 

Bibliographie :

Besson A. (2015), Constellations. Des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris, CNRS Éd.

Blanc W. (2018), « Voir la vie en Vert. Une histoire des orques dans la fantasy et les jeux de rôle », Jeu de rôle magazine, n° 42, pp. 22-31.

Certeau, M. de. (1990), L’invention du quotidien, Paris, Gallimard.

Goffman E. (1961), Encounters: two Studies in the Sociology of Interaction, Harmondsworth, Penguin Books.

Hebdige D. (2008), Sous-culture, le sens du style, trad. fr., Paris, Zones (1re éd. : 1979).

Hein F. (2012), Do it yourself ! Autodétermination et culture punk, Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin.

Maffessoli M. (2007), Le réenchantement du monde. Une éthique pour notre temps, Paris, La Table ronde.

Tuaillon Demésy A. (2017), « Le quidditch moldu. De l’imaginaire à la réalité », Questions de communication, n° 31, pp. 393-413.

Tuaillon Demésy A. et Haissat S. (2019), « Quels usages aujourd’hui de la notion d’imaginaire ? », Carnet hypothèses.org Mundus Fabula, mars, en ligne : https://mf.hypotheses.org/933.

on B. (dir.) (2004), Understanding Lifestyle Sport: Consumption, Identity and Difference, Londres, Routledge.

Willis P. (1990), Common Culture. Symbolic Work at Play in the Everyday Cultures of the Young, Milton Keynes, Open University Press.

 

Modalités de soumission :

Les propositions de communication (environ 2 000 signes et 5 mots-clés) ainsi qu’une courte biographie seront à faire parvenir au format .odt ou .docx à audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr et anne.besson@univ-artois.fr pour le 30 septembre 2021 au plus tard.

 

Présentation du cadre des rencontres et du festival :

Ce colloque est piloté conjointement par l’ANR Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs) et le laboratoire Textes et Cultures (UR 4028) de l’Université d’Artois, en partenariat avec le festival Atrebatia – Escales imaginaires. Il se déroulera le 18 février à l’Université d’Artois et le 19 février dans le cadre du festival.

Festival des cultures de l’imaginaire, cousin nordiste d’événements tels que Les Imaginales d’Epinal, Atrebatia est organisé depuis 2015 et réunit chaque année plus de 150 créateurs et artistes autour de medium diversifiés (artisanat, spectacle vivant, performance, littérature, archéologie, arts plastiques, illustration, photographie, …). Ainsi présentés au public (20 000 visiteurs), ces supports articulés en cohérence autour de la thématique des légendes et de la fantasy créent un ensemble fortement apprécié de visiteurs à la fois éclairés (et souvent costumés), ainsi que de personnes plus locales découvrant cet univers spécifique. Le programme du festival s’organise traditionnellement autour d’un marché artisanal, d’une série de rencontres et de conférences, d’impromptus artistiques ou de spectacles à part entière ainsi que d’un large salon littéraire. Le beffroi d’Arras, patrimoine mondial de l’UNESCO, le pôle culturel Saint Vaast et l’hôtel de Guînes accueillent ces festivités dans un contexte patrimonial enchanteur, propice à la rencontre et à la découverte.

À présent organisé sous forme de biennale, le festival souhaite consolider son rayonnement et la qualité de ses propositions, notamment au travers d’une démarche scientifique accrue, terreau favorable de déploiement du colloque. 

 

Comité scientifique :

 Anne Besson (Université d’Artois), William Blanc (Chercheur indépendant), Justine Breton (Université de Reims), Noémie Budin (Université de Lorraine), Laurent Di Filippo (Université de Lorraine),Sébastien Haissat (Université de Franche-Comté) et Audrey Tuaillon Demésy (Université de Franche-Comté).

 

Comité d’organisation :

 Anne Besson (Université d’Artois), William Blanc (Chercheur indépendant), Romain Plichon (Responsable du festival Atrebetia) et Audrey Tuaillon Demésy (Université de Franche-Comté).

 

Calendrier prévisionnel :

30 septembre 2021 : réception des propositions

Courant octobre : évaluation des propositions par le comité scientifique

Courant novembre : réponse aux contributeurs

18-19 février 2022 : colloque en présentiel

Colloque: Fantasy et féminismes

Du  11 au 14 mai 2021, le colloque international « Fantasy et féminismes: Aux intersections du/des genres« , proposé par le CRILCQ (Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises) se déroulera en ligne, en accès libre.

Il est organisé par Marion Gingras-Gagné (CRILCQ, IREF, UQAM), Pascale Laplante-Dubé (CRILCQ, IREF, Textes et Cultures, UQAM, Université D’Artois) et Marie-Lucie Bougon (Textes et Cultures, Université D’Artois).

 

Ce colloque a pour objectif de réunir des chercheuses et des chercheurs de multiples disciplines et universités afin d’interroger les intersections possibles entre la fantasy et les théories féministes et queer, d’en élargir les possibilités critiques et d’en questionner les a priori. Que peuvent apporter les approches féministes et les études queer aux perspectives développées pour étudier la fantasy en tant que genre, mais aussi les phénomènes faniques, militants et commerciaux qui l’entourent? Comment peut-on aborder les productions de fantasy en évitant de reconduire une perspective binaire, et en s’intéressant plutôt aux dynamiques de genres sexués et aux marges?

Le programme est accessible en ligne et sur la page Facebook de l’événement.

Les inscriptions sont ouvertes et gratuites.

 

 

Parution : Justine Breton, Monty Python: Sacré Graal!

Justine Breton, Monty Python: Sacré Graal!, Paris, Vendémiaire, coll. « Contrechamp »,2021.

Décryptage du film culte de Terry Jones et Terry Gilliam
Est-ce l’hirondelle africaine ou européenne qui peut le mieux supporter le poids d’une noix de coco ? Comment démasquer une sorcière à l’aide d’un canard ? Arthur parviendra-t-il à convaincre ses sujets qu’il est bien roi, même s’ils n’ont pas voté pour lui ? Un jardinet suffira-t-il à apaiser la colère des chevaliers qui disent Ni ? Comment venir à bout du lapin blanc, terrifiant gardien de la grotte de Caerbannog ?
Répliques cultes, scènes mythiques : dès sa sortie sur les écrans en 1975, Monty Python: Sacré Graal !, réalisé par Terry Gilliam et Terry Jones, connaît un succès mondial, jamais démenti depuis.
Du rejet initial par les grandes maisons de production aux premières projections catastrophiques, en passant par un tournage cauchemardesque, Justine Breton revient sur les coulisses de la création de ce chef-d’oeuvre, et décortique l’art de la comédie à la manière des Monty Python.

Parution : Fantasy et Enfance

Marie-Lucie Bougon, Justine Breton et Amelha Timoner (dir.), Fantasy et Enfance, Cahiers Robinson n°49, 2021

En littérature comme au cinéma, la fantasy accorde une place de choix aux enfants, qu’il s’agisse de les mettre en scène au Pays des Merveilles, dans un univers parallèle ou tout autre école de sorcellerie, ou de montrer comment l’on grandit quand le monde est peuplé de dragons. Les personnages d’enfants, garçons et filles d’apparence ordinaire mais recelant d’impressionnants pouvoirs, apparaissent comme des héros privilégiés, vivant de grandes aventures magiques, mais où il est fréquemment question de transition vers l’adolescence ou l’âge adulte : l’enfance en fantasy ne serait-elle qu’un point de départ qu’il faut quitter ? Quels sont les thèmes spécifiques liés au monde de l’enfance, quand celui-ci est empreint de magie ? D’ailleurs, peut-on considérer qu’il existe une fantasy pour la jeunesse distincte de la fantasy pour adulte ? Si l’enfance en fantasy est aussi variée que dans la réalité, peut-on véritablement définir ce qu’implique de grandir en fantasy ? À travers des études de grands classiques du genre, de corpus thématiques internationaux ou de la question de la réception de ces œuvres en bibliothèque, ce numéro des Cahiers Robinson étudie la place de l’enfance en fantasy.

Tous les détails sur le site de l’éditeur.

Table des matières

Avant propos

Hélène CORDIER
De la mélancolie à la négation : surpasser l’enfance dans deux romans de Justine Niogret

Isabelle OLIVIER
La rêveuse et le maladroit : deux (faux) anti-héros dans le cycle de Harry Potter

Pascale LAPLANTE-DUBE
Comment devenir l’alliée d’une dragonne, ou la politisation du merveilleux en fairy tale fantasy pour la jeunesse

Abigail FINE
Terrier de lapin et porte vers l’« autre monde » : girlhoods subversives dans Coraline et Alice au pays des merveilles

Caroline DUVEZIN-CAUBET
Bonnes manières et mauvaises filles : les finishing schools dans la fantasy néo-victorienne contemporaine

Amelha TIMONER
Quête d’autorité(s) dans À la croisée des mondes de Philip Pullman

Justine BRETON
Pour une fantasy pédagogique : la magie au service de l’apprentissage chez T.H. White

Françoise LECOCQ
Le mythe du phénix dans la fantasy pour la jeunesse

Yannick BELLENGER-MORVAN
L’Histoire sans fin, de Michael Ende à Wolfgang Petersen : une œuvre sans auteur ?

Fanny GEUZAINE
Initiation au conte et à l’intertextualité dans Instructions de Neil Gaiman et Charles Vess

Marie-Lucie BOUGON
Le cycle alavirien de Pierre Bottero : un Harry Potter « à la française » ?

Caroline DUMONT
Réception de la littérature fantastique et fantasy en bibliothèque : enquête auprès d’un public captif

VARIA
Patrick TOURCHON & Leniiv ROMAN
Le foreshadowing chez Georges Bayard

Alain CHIRON
Un Robinson du retour à la terre sous l’Occupation

Notes de lecture

Parution : La Dame à la Licorne et le Beau Chevalier

La Dame à la Licorne et le Beau Chevalier

Roman, trad. de Nathalie Koble, Editions Phébus, 2021

Rédigé sur commande vers 1350 à l’occasion d’une promesse de mariage, ce roman chevaleresque destiné à une princesse est un témoin ambitieux de la littérature de la fin du Moyen Age.

Nourri d’un idéal courtois mis en danger par la guerre, les rivalités politiques et les épidémies, le livre ne se contente pas de raconter une histoire d’amour, modelée sur tant d’autres : la poésie, la musique, la danse et la qualité des images y célèbrent une culture complète des sens, bien avant le très célèbre cycle de six tapisseries de La Dame à la Licorne, auquel il a sans doute servi d’inspiration. Il avance, autour de la figure rêvée de la licorne, devenue féminine, une image renouvelée de la féminité, en récit, en poésie et en images. Pour une jeune femme, ce livre-coffret se présentait autant comme un manuel de conduite éthique et érotique, que comme une promesse de divertissements secrets, pour égayer les heures passées dans les chambres aux tentures multicolores – non loin des rumeurs, et momentanément à l’abri des catastrophes du monde. Seule, ou avec un amant parfait, et pour le meilleur face au pire.

Tous les détails sur le site de l’éditeur.

Parution : Elsa Guyot, Moyen Âge dans les musées

Rejouer l’histoire. Le Moyen Âge dans les musées du Québec

Elsa Guyot, Montréal, Editions Leméac, coll. « Domaine Histoire », 2021

Aussi inattendu que cela puisse paraître, le Moyen Âge est partout au Québec. Comment cette période européenne, longue de mille ans, si éloignée du Québec dans le temps et dans l’espace, a-t-elle pu jouer un rôle dans son histoire culturelle ? En quoi ce qui est dit et montré dans l’enceinte des musées sur le Moyen Âge peut-il nous renseigner sur l’histoire de la province et de ses grandes institutions muséales ? En retraçant les moments clés dans la réception du Moyen Âge au Québec, l’auteure nous fait voyager du temps des cathédrales néo-gothiques à l’implantation des premiers centres d’études médiévales du pays, en passant par les Médiévales de Québec et le Duché de Bicolline. L’originalité de son propos est de donner une large place aux expositions muséales qui ont mis en scène l’art du Moyen Âge tout au long du XXe siècle. 

Tous les détails sur le site de l’éditeur.

Parution : Alain Corbellari, Moyen Âge et critique littéraire

Moyen Âge et critique littéraire

Alain Corbellari

Presses Universitaires de Vincennes, coll. « Libre cours », 2021

A. Corbellari, Moyen Âge et critique littéraire

DESCRIPTION :

Les histoires de la critique littéraire ne manquent pas, mais l’originalité du présent volume est de montrer que les médiévistes ont pris une part prépondérante et souvent insoupçonnée dans l’élaboration de ses modèles.

Basé sur l’expérience de l’auteur, qui travaille sur ces questions et les enseigne depuis trente ans, l’ouvrage propose une histoire de la critique littéraire vue du point de vue du médiévisme : on n’y trouvera donc pas toutes les écoles critiques, mais la plupart ont quand même pu y trouver place, soit que les médiévistes — au sens large du terme — les aient inventées ou infléchies de manière décisive, soit que la littérature ou l’art du Moyen Âge aient offert à des méthodes qui a priori ne les sollicitaient pas, des exemples susceptibles d’en éclairer et d’en consolider les principes.

SOMMAIRE :

Avant-propos

Chapitre I –  La philologie science-pilote

Les origines antiques de la philologie
Le renouveau humaniste
Science allemande et philologie romane
La naissance de l’histoire littéraire
Vers une nouvelle philologie

Chapitre II – Un formalisme à la médiévale

L’origine des contes
Chansons de geste et oralité
Le problème des troubadours
La « poétique médiévale » de Paul Zumthor
Des rhétoriqueurs à l’Oulipo
Du roman en prose à la transtextualité

Chapitre III – De Rome à Tintagel

Grandeur et misère de l’allégorie
Aux sources de l’affectivité médiévale
La redécouverte du médio-latin
L’empire des topoï
La revanche des celtisants : à l’origine des cultural studies ?
Un Moyen Âge pan-mythique

Chapitre IV – Le Moyen Âge si loin si proche

Nouvelle histoire et anthropologie historique
Marxisme et littérature médiévale
Bakhtine et la culture populaire
Denis de Rougemont et l’Occident
Du côté de l’anthropologie structurale
À la croisée des savoirs
Les aventures de la réception 

Chapitre V – Pour une herméneutique du soupçon

Le « surplus » médiéval
Lectures psychanalytiques
Une déconstruction à la médiévale
L’invention du féminisme
Désir mimétique et homosexualité
Un post-colonialisme avant la colonisation ?
Un Moyen Âge plus proche de la nature ?

Conclusion

Index des noms de personnes

Index notionnel

*

Un extrait de l’ouvrage est disponible sur le site de l’éditeur…

Colloque : « Enfance et Histoire »

Moyen - Age - Histoire pour Enfants

Enfance et histoire, cultures et pratiques enfantines du passé

Colloque organisé par Emmanuelle Fantin et Julien Tassel (laboratoire Gripic). Il aura lieu les 8 et 9 avril 2021, ouvert sans inscription préalable. Lien de connexion: https://us02web.zoom.us/j/3657422876

8 avril 2021

9h00 Mot d’accueil Emmanuelle Fantin et Julien Tassel – Sorbonne Université

Joëlle le Marec (Sorbonne Université) : En guise d’introduction : retour sur enquête, l’enfant au carrefour des processus de transmission institutionnelle.

9h30 – 10h30 Anne BESSON – Université d’Artois :  Retenir l’enfance.

10h30 – 12h00 SESSION I — MÉDIÉVALITÉS : ENTRE HISTOIRE ET FICTIONS

Laurence CORROY et Bénédicte MILLAND-BOVE (Université́ Sorbonne Nouvelle) Imaginaires et représentations du Moyen Âge dans le Journal des Enfants et le Journal des Demoiselles sous Louis Philippe.

Agathe NICOLAS (Sorbonne Université) : Le débat sur le fait historique comme prétexte à la production d’un savoir sur la fiction : le cas du forum d’échanges « la gazette du sorcier » (Harry Potter).

13h30 – 15h30 SESSION 2 : DIRE LES VIOLENCES DE L’HISTOIRE

Perrine BOUTIN (Université Sorbonne Nouvelle) : Entre pédagogie et subversion, comment parler de la Seconde Guerre mondiale aujourd’hui à des enfants à la télévision ? Étude d’un cas : Les Grandes grandes vacances.

Juliette MASSART (Université Paris 13) : « Lire la Shoah : entre horreur et happy ending » : les représentations de la Shoah dans la littérature de jeunesse des années 1980 à nos jours.

Christiane CONNAN-PINTADO (INSPE de Bordeaux Aquitaine) : Imaginaires et représentations de l’esclavage à l’usage des jeunes lecteurs. Contraintes, modalités, enjeux.

Anna ZADORA (Université de Strasbourg) : Construction d’une identité nationale biélorusse au prisme de l’éducation historique.

16h-18h TABLE RONDE — LES PROFESSIONNELS DES MÉDIATIONS ENFANTINES : ARTS, ÉDITION, MUSÉOLOGIE

Vincent LODEWICK dit DUGOMIER — auteur de BD, Les enfants de la résistance.

Albin QUERU et Chloé NICOLAS — maison d’édition, Quelle histoire ?

Isabelle DORÉ-RIVÉ — directrice du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon.

Richard UNGLIK — photographe, auteur de livres et de l’exposition « La Fabrique de l’Histoire en Playmobils » au musée de l’armée Invalides.

9 avril 2021

10h45 – 12h45

9h30 – 10h30 Conference Julie PASQUER-JEANNE – UCO-Bretagne Sud : Faire l’expérience du passé par la fiction : la trivialité du monument dans la culture enfantine.

10h45 – 12h45 SESSION 3 — LITTÉRATURE JEUNESSE ET HISTOIRE

Pierre-Eric FAGEOL et Frédéric GARAN (Université de la Réunion) : Patrimonialisation du passé et construction identitaire dans la bande-dessinée pour enfant dans l’océan indien.
Sylvie MARTIN-MERCIER (Université Grenoble Alpes) : Petites filles et résistance dans la littérature de jeunesse italienne contemporaine.

Noureddine FADILY (Faculté des lettres et des sciences humaines Ben M’Sik, Casablanca.) : Quelle(s) construction(s) des ailleurs temporels et des altérites à travers le thème de la Deuxième Guerre mondiale ? Exemple de l’album Otto, autobiographie d’un ours en peluche de Tomi Ungerer.

14h30-15h40 SESSION 4 — LES MÉDIATIONS HISTORIQUES DES OBJETS DU QUOTIDIEN, DES JEUX ET DES JOUETS

Fabien LACOUTURE (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Jouer l’Histoire. La place des jeux de société historiques dans les pratiques enfantines du passé.

Thierry TRUEL (INSPE de Bordeaux) Collectionner la vignette historique aux XIXe et XXe siècles: quand l’histoire devient aussi un produit de consommation courante…

Adeline WERRY (Université Catholique de Louvain) : Les plaques de verre de lanterne magique : outils pour une narration« attractive » du passé.

CONCLUSION : Sophie Corbillé, Sorbonne Université

Colloque en ligne : médiévistes et médiévalistes

Colloque organisé en ligne du 29 mars au 2 avril, « Le(s) médiéviste(s) face aux médiévalismes : rejet, accompagnement ou appropriation ? » (CESCM, Poitiers), sous la forme d’une série d’introductions, de conférences, de communications et de tables-rondes, cinq jours d’affilée en fin d’après-midi.

A noter que l’assemblée générale de notre association aura lieu en marge du colloque le mercredi 31 mars à 15h, sur Zoom : elle sera ouverte à toute personne intéressée, membre ou non de « Modernités médiévales ».

Inscriptions https://medievalisme.sciencesconf.org/

 

Parution : Mémoire littéraire du Moyen Age

Mireille Séguy, Trois gouttes de sang sur la neige. Sur notre mémoire littéraire : Chrétien de Troyes, Giono, Bonnefoy, Quignard, Roubaud (H. Champion, coll. « Mémoires du Moyen Âge », n° 3, 2020)

Cet essai met en regard un texte médiéval – la scène des gouttes de sang sur la neige du Conte du graal de Chrétien de Troyes – et ses reprises par quatre auteurs majeurs du XXe et du XXIe siècle qui l’ont étroitement associé à leur conception de la langue et de l’activité littéraire (Giono, Quignard, Bonnefoy, Roubaud). Ce faisant, il voudrait élucider les raisons pour lesquelles le Moyen Âge fait aujourd’hui retour avec tant d’insistance et ce que cette résurgence dit de notre contemporain au travers du passé qu’il se donne. C’est ainsi aux ressorts de notre mémoire littéraire que ce livre s’intéresse et à la manière dont elle anime nos existences singulières et collectives.

Lire la table des matières

Parution : Suites de Merlin

Nathalie Koble, Les Suites du Merlin en prose : des romans de lecteurs. Donner suite, Honoré Champion, coll. Essais sur le Moyen Âge, 2020.

 

Cet ouvrage étudie les procédés de « manuscriture » des ateliers romanesques, à partir du corpus des Suites du Merlin en prose : dernière branche rapportée au sein du Lancelot-Graal, la Suite dite « Vulgate » du Merlin contrecarre en effet toute tentative de clôture. Ces Suites sont placées sous la figure tutélaire de Merlin, le prophète « rassembleur de temps », personnage d’écrivain voué à disparaître. Leurs liens de parentés poétiques et textuels révèlent des usages romanesques – un art, médiéval, de donner suite et de multiplier les mondes dans la mémoire des lecteurs, au Moyen Âge et aujourd’hui. Toute la conclusion, mais aussi la partie théorique, font le lien avec le contemporain. Il est possible de lire ici la table des matières.