Archives de catégorie : ModMed – activités membres

Journée d’études: La faune et la flore

Dans le cadre du projet interdisciplinaire de recherche mené par Karin Ueltschi-Courchinoux, la journée d’études “La faune et la flore dans la Grande et la Petite Mythologie” aura lieu le jeudi 17 mars 2022. Face aux conditions sanitaires actuelles, l’événement se déroulera à la fois à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (BU Robert de Sorbon, Reims) et via Zoom.

Programme du 17 mars 2022

9h: Accueil

9h30: Des sirènes et des ondines – Laurence Helix, Université de Reims/CRIMEL

10h: Des licornes – Myriam White-Le-Goff, Université d’Artois

10h30: Discussion et pause

11h: Les sorts sans les plantes: magie rituelle dans le monde arthurien? – Anne Berthelot, Université du Connecticut

11h30: Mythologies de l’ours et carnaval – Dominique Pauvert, Université de Bordeaux

12h: Discussion et déjeuner

14h: Entre force et fragilité: le lion comme miroir des héros épiques dans l’Iliade et les Posthomériques – Aurore Noirault, Université de Lausanne

14h30: Ephémérité et dégénérescence: l’étude du Narcisse – Cécile Mauré, Université de Reims/CIRLEP

15h: Discussion et pause

15h15: Des loups-garous – Quentin Vincenot, Université de Rennes

15h45: Le bestiaire dans l’oeuvre médiévaliste de T.H. White – Justine Breton, Université de Reims/CEREP

16h15: Bilan et perspectives ou du rempotage de mandragores – Karin Ueltschi, Université de Reims/CRIMEL

16h45: Discussion

17h: Fin de journée

 

Inscription obligatoire: karin.ueltschi-courchinoux [at] univ-reims.fr 

Actualité: En défense des métiers de l’histoire

Suite à la table ronde organisée par la SHMESP le 13 novembre 2021, intitulée “Libertés académiques et médiation scientifique. Quelle place pour les chercheurs, entre débats historiques et débats de société?“, les historiens William Blanc et Christophe Naudin ont publié le texte de leur intervention.

Dans ce bilan s’appuyant sur leur expérience personnelle et sur la situation plus générale des acteurs de l’histoire aujourd’hui, les auteurs proposent également des pistes de solutions face aux défis que doivent désormais relever les historien.ne.s et enseignant.e.s, notamment médiévistes et médiévalistes. Extrait:

Notre cas, s’il constitue pour l’instant un hapax, s’inscrit dans un contexte plus large que nous avions déjà largement évoqué voilà presque dix ans avec notre collègue moderniste Aurore Chéry dans notre ouvrage Les Historiens de Garde paru en 2013.

Depuis le début de présidence de Nicolas Sarkozy en 2007, les disciplines scientifiques ayant trait au passé (histoire, mais aussi archéologie, histoire de l’art et littérature) sont en proie à une attaque sans précédent, constat que faisait déjà le CVUH lors de la publication du livre Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire (2008) co-dirigé par Laurence De Cock, Fanny Madeline, Nicolas Offenstadt et Sophie Wahnich. Cette attaque à notre avis prend deux formes :

La première est l’usage du passé à des fins politiques et mémorielles. Si celui-ci n’est pas l’apanage d’un groupe et que tous les courants idéologiques abusent de l’histoire, il est clair que l’extrême droite est de loin la plus active sur ce créneau afin de promouvoir une vision essentialiste et excluante de la nation en s’appuyant notamment sur une vision fantasmée du Moyen Âge. Nous assistons ici, ni plus ni moins, à un retour sur le devant de la scène des poncifs de « l’École capétienne » proche de l’Action française animés au début du XXe siècle par des figures comme Charles Maurras et Jacques Bainville, deux auteurs dont se réclame aujourd’hui ouvertement Éric Zemmour, candidat à l’élection présidentielle de 2022. Comme eux, celui-ci prend l’histoire universitaire et scolaire pour cible, évoquant dans l’introduction de son ouvrage Destin français (2018) « la grande machinerie universitaire historiographique [qui] euthanasie la France », accusant ainsi notre métier d’être le meurtrier d’une nation dont il prétend incarner la pureté. Une idée hélas largement reprise aux plus hautes sphères du pouvoir où l’on a affirmé l’existence d’une tendance « islamo-gauchiste » au sein de l’université, terme par ailleurs tiré de la rhétorique complotiste d’extrême-droite.

Comme les propagandistes de l’Action française, le discours d’Éric Zemmour s’inscrit aussi dans une économie privatisée. En proposant à un public angoissé par un futur synonyme de bouleversements écologiques et sociaux profonds, des images d’Épinal d’une France glorieuse, nombre d’entrepreneurs du mythe national réalisent de juteuses affaires et construisent de véritables empires commerciaux s’appuyant sur une vision erronée, mais rassurante, du passé. Les tenants de la logique libérale, même s’ils ne partagent pas toujours le fond de leur discours, ont souvent tendance à favoriser ce type d’entreprises qui génère de la croissance et du profit au détriment d’un service public de l’histoire, scolaire, muséal et universitaire, qui lui, se conçoit comme une forme d’accès à moindre coût des citoyen.ne.s au savoir sur une base égalitaire financée par les impôts.

Voilà entre autres pourquoi depuis une vingtaine d’années l’Éducation nationale, la Culture et l’Université font les frais de coupes massives de budget et d’une précarisation accrue de leurs personnels. Nous connaissons hélas bien l’équation. Trop occupé.e à chercher un poste puis à se plonger dans les affres du publish or perish, quel.le (post-)doctorant.e ou maitre.sse de conférence osera se lancer dans un combat public contre tel ou tel entrepreneur identitaire ? Le ferait-il qu’il risquerait d’être confronté à de rudes agressions. Si des attentats, comme celui dont a été victime Samuel Patty de la part d’un djihadiste, ne semblent pas pour l’instant être au programme de l’extrême droite en France, il n’en demeure pas moins que l’objectif est peu à peu de nous empêcher de prendre la parole dans le débat public. Cela passe par des méthodes qui ont déjà été employées avec succès dans d’autres pays européens où l’extrême-droite triomphe, comme la Pologne.”

Le texte complet est à retrouver sur le site de la SHMESP.

Parution: Fake Moyen Âge!

Laurent Gervereau, FAKE MOYEN ÂGE! ou comment le Moyen Âge est imaginé à travers les films, la bande dessinée, les jeux vidéo, la pop culture, Argentat-sur-Dordogne, Nuage Vert, 2022.

Dans le cadre d’une exposition sur le médiévalisme organisée à la médiathèque Xaintrie Val’Dordogne à partir du 5 février 2022, découvrez la publication de 26 articles synthétiques et destinés au grand public sur l’utilisation du Moyen Âge dans différentes sphères médiatiques et culturelles. Cet ouvrage est à paraître le 15 janvier 2022 avec, en prime, la contribution de plusieurs de nos membres.

 

Table des matières

Rêver hier, Laurent Gervereau 7

Préface, Jean-Claude Schmitt 15

 

La construction d’un imaginaire medieval

Un Moyen Âge « walterscotté », Patricia Victorin 22

La place du Moyen Âge dans l’espace public de l’époque romantique à nos jours (1820-2020), Christian Amalvi 56

Le château de Versailles, vitrine paradoxale des représentations du Moyen Âge, Christian Amalvi 89

Les sources médiévales de l’art modern et contemporain, Thomas Golsenne 97

Au cinéma, un Moyen Âge condamné à être « faux » ?, François Amy de la Bretèque 113

Le Moyen Âge dans la BD : un être culturel iconique et plastique, Alain Chante 140

Moyen Âge et séries télévisées, Justine Breton 160

Stronghold Legends : exemple d’un jeu vidéo entre Moyen Âge et humour, Raphaël Bourdot 172

Les fêtes médiévales, Florian Besson 185

Jeux vidéo et bardcore: les nouveaux usages du médiévalisme en musique ? Matthias Lakits 193

Une brève histoire des médiévistes : de l’époque classique à nos jours, Christian Amalvi 202

Moyen Âge et nationalisme, Richard Utz et Anne-Françoise Le Lostec 245

Le médiévalisme, Yohann Chanoir 262

 

Sujets de fascination

L’invention de Jeanne d’Arc par les Romantiques, Gerd Krumeich 272

Robin des Bois, objet de fascination du cinema, François Amy de la Bretèque 286

Un roi, une table, un plat, des chevaliers, des dames et des romans, Patricia Victorin 301

Le château fort et les idées reçues dès l’enfance, Marie Périn 321

Le castrum de Merle, un château pas comme les autres ?, Christian Remy 335

Ma sorcière mal-aimée ? Les sorcières dans la BD et le cinéma, Danièle Alexandre-Bidon et Yohann Chanoir 354

Ils se refilent la précieuse carcasse du goupil, Aurélie Barre 368

Les serfs, Yohann Chanoir 381

Imaginaire ou idéologique : la cathédrale, Danièle Alexandre-Bidon 391

Représentations de la forêt médiévale dans l’histoire et dans la littérature, Sylvie Bépoix, Hervé Richard et Hélène Gallé 405

Sales ? Non : propres ! Hygiène publique et hygiène privée, histoire d’un découplage Danièle Alexandre-Bidon 435

Manger médiéval ?, Denis Saillard 451

L’imaginaire des croisades, Florian Besson 465

Parution: Jeu vidéo et romanesque

Isabelle Hautbout et Sébastien Wit (dir.), Romanesques. Jeu vidéo et romanesque, Classiques Garnier, 2021.

Dans ce numéro de la revue semestrielle Romanesques, quelques articles sont consacrés à des jeux vidéo médiévalistes, parmi lesquels The Legend of Zelda : The Wind Waker, Dragon Age : Origins et The Witcher 3 : Wild Hunt.

 

 

 

Sommaire
Isabelle Hautbout et Sébastien Wit: Introduction / Introduction 

DU ROMANESQUE AU VIDÉOLUDIQUE : L’ADAPTATION EN QUESTION
Olivier Caïra: Le romanesque à l’épreuve de l’adaptation. Fidélité et écarts au roman dans Metro 2033 Redux (2014)
Martin Carayol: Quand l’échec d’un roman aboutit à une réussite vidéoludique. Le cas de Disco Elysium
Laura Goudet: Agentivité de l’horreur, creepypastas et jeu vidéo 

MÉTAMORPHOSES VIDÉOLUDIQUES DE L’ÉPIQUE
Justine Breton: The Witcher, du sang et du vin pour combler les manques narratifs Esteban Giner: Quels enjeux narratifs et discursifs pour le play design des légendes ? Le cas des mothertales
Antoine Morisset: Comprendre un jeu par sa musique. Une analyse narrative de la musique de The Legend of Zelda : The Wind Waker 
Anthony Bekirov et Thibaut Vaillancourt: Esquisse d’une généalogie du romanesque,
du point de vue du jeu vidéo 

DE QUELQUES GENRES ROMANESQUES DANS LE JEU VIDÉO
Simon Hagemann: Quelques stratégies d’appropriation de l’histoire par les jeux
vidéo narratifs. Dans la tradition du roman historique ? 
Alice Dionnet: Jeu vidéo et linéarité romanesque. La structure Aventure/mésaventures dans Dragon Age : Origins
Florent Perget: Bande dessinée et jeu vidéo. La narration séquentielle
au service de l’expérience ludique ?

LE JEU VIDÉO DANS LE ROMAN
Hélène Sellier: Des genres de romans vidéoludiques. Littérature casual, gamer et indé
Virginie Tellier: Jeu vidéo et expérimentation romanesque en littérature de jeunesse. L’exemple d’U4
Bruno Dupont: La quête, l’inventaire et la carte. Économie du jeu d’aventure
dans le roman gamer 
Yannick Maufroid: La représentation du jeu vidéo dans le roman contemporain
japonais. Les itérations vidéoludiques de la mort vues par la littérature 

Résumés/Abstracts 

 

Détails et commandes (y compris des articles individuels) sur le site de l’éditeur.

 

Appel: La fantasy au prisme des médias (Imaginales)

Le colloque des Imaginales 2022 se déroulera à Epinal, en parallèle du Festival des Imaginales, les 19 et 20 mai 2022. Il portera sur “La fantasy au prisme des médias. BD, jeux, cinéma, télévision, musique…: métamorphoses d’un genre et de ses usages“.

La fantasy se présente dès ses origines comme un genre multimédiatique, favorisant des formes de création et de réception qui empruntent aussi bien les voies de l’écrit que de l’image, du son ou de l’objet – William Morris, un des créateurs de la fantasy romanesque à la fin de sa fructueuse carrière, n’était-il pas, aussi et indissociablement, designer, créateur d’arts graphiques et décoratifs, peintre, éditeur, traducteur, poète… ? Tout au long de l’histoire du genre, les romanciers ont été aussi illustrateurs, comme J.R.R. Tolkien, Mervyn Peake ou plus récemment Melchior Ascaride par exemple, musiciens, comme Michael Moorcock ou Morgan of Glencoe, puis scénaristes pour le cinéma ou la télévision, de George Martin à Estelle Faye, ou encore et très souvent rôlistes, de Raymond Feist à Jean-Philippe Jaworski. Quand ce n’était pas l’auteur qui exerçait sur plusieurs médiums, ce sont certaines œuvres dont l’appréhension s’est faite en fonction de leurs avatars visuels, audiovisuels ou vidéo-ludiques – le Conan de Robert E. Howard prend ainsi forme dans les images de Frank Frazetta, avant que sa perception ne soit largement transformée, voire déformée, par le film de John Milius en 1982. Les textes d’Andrzej Sapkowski consacrés au Sorceleur, parus en Pologne au début des années 90, n’ont accédé à une très large reconnaissance qu’à l’occasion de leur adaptation en jeu vidéo à partir de 2007, avant que l’ensemble ne donne lieu à une série télévisée diffusée sur Netflix en 2019.

La dynamique de « world builiding », fondamentale à la fantasy, fournit une piste « interne » pour comprendre un tel déploiement multi ou trans-médiatique – tout un monde à explorer, cela nécessite d’y donner accès par tous les sens, de le faire voir et entendre, d’en développer la culture matérielle et d’en documenter l’existence dans des manuels de règles, afin d’y permettre l’immersion la plus complète. Les « univers partagés », créations collectives comme Thieves’ World de Robert L. Asprin, ou étendues, comme autour du Darkover de Marion Zimmer Bradley, font partie des expériences les plus caractéristiques de ce qui fait la spécificité de la fantasy, dans le mélange des supports médiatiques comme dans les passages entre création et réception qu’elle permet. En cela le genre entretient le plaisir de pratiques courantes de l’imaginaire enfantin, et ce n’est pas un hasard si une part des univers parmi les plus développés sont (au départ !) destinés au jeune public, de Yu-gi-oh à Harry Potter.

L’extension progressive du succès de la fantasy est également à prendre en compte comme piste « externe » expliquant la pérennité et l’ampleur toujours plus grande prises par ces mondes multimédiatiques. On constate aujourd’hui l’explosion du nombre de séries télévisées du genre sur les plateformes numériques, dans la lignée de premiers succès comme Game of Thrones, The Witcher ou Shadow and Bone – alors que la fantasy était jusqu’alors peu exploitée sous cette forme. Elle a toujours été en revanche extrêmement bien représentée, voire hégémonique, dans les différents médias ludiques dont le succès ne cesse de croître, augmentant du même coup sa visibilité : jeux de rôle, jeux vidéo, mais aussi jeux de société, de cartes, de plateaux, sont concernés.

Il s’agira, dans ce troisième colloque des Imaginales, d’observer la variété, la convergence et les spécificités des formes de la fantasy – la fantasy en images, animées ou non, la fantasy en musique, en spectacle, dans les différentes formes du jeu, dans les loisirs et les pratiques – en s’attachant particulièrement à leur histoire et à leurs évolutions :

  • quand, comment, pourquoi, la fantasy a-t-elle colonisé tel ou tel territoire médiatique ? Selon quelles affinités particulières ? Ainsi le recours à l’animation, au cinéma ou à la télévision, qui de Disney à Miyazaki a donné à l’adaptation de romans de fantasy certains de ses plus beaux fleurons, est-il rendu obsolète par l’avancée des effets spéciaux numériques intégrés sur prise réelle ? Le jeu de rôle « papier », ou le jeu de figurine, ont-ils été modifiés dans leurs ambitions ou leurs modalités pratiques par le développement du jeu vidéo sur le même créneau du medfan? Qu’apporte encore aux mondes de fantasy leur développement récent sous forme de séries télévisées ?
  • comment le multimédia (les processus d’adaptation mais aussi la co-présence de médias dans une même œuvre) ou le transmédia (déploiement de récits différents en fonction des supports) se complémentent-ils ou se concurrencent-ils dans les exemples des univers de fantasy ? Des exemples précis – l’adaptation d’un roman en bande dessinée par exemple – ou plus surplombants – le grand retour du roman illustré, des formats moins étudiés comme la comédie musicale de fantasy ou le concert de musique de film, par exemple, pourront être envisagés.
  • Les publics de la fantasy : sont-ils les mêmes dans ces différentes incarnations médiatiques ? Quel(s) public(s) pour quel support ?, et leur éventuelle différenciation peut-elle contribuer à expliquer un « maillage » toujours plus fin de l’écosystème culturel par le genre ? par quelles formes enfin s’exprime leur propre appropriation du genre, empruntant à son tour aux médias les plus variés, fanfictions, fanarts, filks, cosplay, réalisation de vidéos, de films, entretenant et diffusant encore l’emprise de la fantasy au travers des médias… ?

 

Les propositions de communications, d’une demi-page environ, sont à faire parvenir aux directeurs scientifiques, accompagnées d’une présentation biobibliographique, pour le 31 janvier 2022 au plus tard.

anne.besson [at] univ-artois.fr ; natvd [at] cegetel.net ; stephanie.nicot.imaginales [at] sfr.fr ; favard.florent [at] gmail.com

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne) et Florent Favard (Université de Lorraine)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est 

Comité scientifique : Victor Battagion, Mélanie Bourdaa, Claire Cornillon, Matthieu Letourneux, Sébastien Denis, Hélène Machinal, Nicolas Labarre, Sébastien François, David Peyron, Sébastien Genvo et Guillaume Baychelier.

Appel: Figures de brodeuses du Moyen Âge à nos jours

Appel à contributions pour un volume collectif sur le sujet “Figures de brodeuses du Moyen Âge à nos jours: entre soumission et résistance?“, à paraître aux Presses universitaires de Rennes et dirigé par Maria Chéry, Florence Lhote, Jacques Lucciardi et Patricia Victorin.

Date limite: 1e décembre 2021.

“Mais Bel-Gazou est muette quand elle coud. Muette longuement, et la bouche fermée, cachant –lames à petites dents de scie logées au coeur humide d’un fruit – les incisives larges, toutes neuves. Elle se tait, elle… – écrivons donc le mot qui me fait peur – elle pense”.
Colette, La Maison de Claudine

Ce portrait de la couseuse par Colette est-il comparable au portrait de la brodeuse ?
Sur la différence entre couture et broderie, Yvonne Verdier écrit : « c’est juste après leur
sortie de l’école, après leur première communion, que les filles sont « mises à leur trousseau » et, faire son trousseau, c’est essentiellement le marquer. A cet égard, on distingue bien le marquage de la broderie. La marque est exécutée d’un point unique, le « point de marque » qui sert à former les lettres et à dessiner les chiffres. Non confondu avec un point de broderie, mais singulier, spécifique, plus fondamental aussi car la marque est inscrite sur toutes les pièces du trousseau, des torchons aux chemises, que celles-ci soient par ailleurs brodées ou ornées, le point de marque « est peut-être le plus ancien des points de broderie » dit le catalogue Point de marque qui est distribué par le coton D.M.C. ». La broderie ajoute, surimpose, orne, alors que la couture assemble des morceaux épars, des fragments. Pour Daniel Fabre, la couture s’inscrit dans un processus d’« invisible initiation » des jeunes filles. Yvonne Verdier explique le rôle des couturières dans cette éducation. Selon elle, tricoter, broder des lettres pendant le travail au « champ-les-vaches » constitue « plus qu’une occupation, il s’agit d’une discipline, d’une formation : réduire l’esprit -ne pas lire- mais aussi, plier le corps ». « « L’ouvrage » est entrave », par opposition à la liberté des garçons qui courent (recherche des nids, jeux, occupation de l’espace). Cette réflexion conduit à envisager la complémentarité et l’opposition entre broderie et écriture (Lucie Desideri).
Cette activité, à la différence de celle du papier ou de la toile du peintre, possède un
envers et un endroit – et la broderie est une longue suite de passages de l’aiguille d’une face à l’autre. Or, ce passage de l’aiguille laisse pour trace une suite de noeuds formés par un seul fil, image de la vie. Certains de ces noeuds (points de broderie) sont porteurs d’un fort potentiel symbolique : par exemple, le point de croix, parfaitement congru à la structure rigide, orthogonale, de la trame du tissu, permet de broder librement toutes sortes de motifs qui protègeront de toutes influences néfastes. Quant au point arrière, il est comme une métonymie de la mémoire : retour vers le passé, projection dans le futur et ce, à chaque pas.
La broderie revient aujourd’hui au goût du jour. Nouvelle mode ? Temps dédié à soi,
délassant, pendant la durée du confinement ? Le temps de la broderie institue un nouveau rapport de soi à soi, de soi aux autres : on peut créer des groupes de broderies. La broderie conquiert une place de choix dans l’art contemporain (cf. le collectif artistique Fiber Art Fever, après avoir été un moyen d’expression des artistes féministes dans les années 50-60 aux USA notamment).
C’est à une invitation à penser ou repenser la figure de la brodeuse, ici, ailleurs,
autrefois, aujourd’hui que nous souhaiterions vous convier. La broderie est-elle une activité féminine par excellence ? Les représentations y rattachent souvent la femme en l’assignant ainsi à la sphère domestique. Cependant de quelle manière la broderie peut aussi être réinvestie, pensée de manière révolutionnaire, et devenir ainsi un instrument de libération ? Broder c’est aussi se plier, plier son corps à une discipline imposée
à la femme ou qu’elle s’impose elle-même. Broder son trousseau est une entrée en conjugalité considérée aussi rite de passage, toujours lié au Temps. Le trousseau de mariage doit comporter un certain nombre de broderies. Le nombre exact est
parfois codifié suivant les régions. Lié à la dot et au rite de passage que constitue le mariage, il témoigne du passage d’un état de femme à un autre (Nathalie Heinich) et peut en cela aussi être perçu sur le plan psychanalytique au travers des contes évoquant la figure de la brodeuse (Bruno Bettelheim).
La figure de la brodeuse renvoie à un rapport au temps complexe, suspendu, temps qui
file, temps que l’on retient, que l’on fixe, scelle (cèle) dans la broderie. La broderie masque les défauts, les déchirures, convertit, sublime le temps en beauté. Elle instruit un rapport à la parole, tendu entre le silence et la confidence, l’interdit et le dicible. On voit d’emblée à quelles analogies nous invite cette figure : l’écrivain n’est-t-il pas celui qui compose son texte de tous les blancs, toutes les ellipses par lesquelles se forme le motif (structures, intrigue…) ? L’aiguille qui perce, troue, perfore l’étoffe pour laisser se déployer la grâce discrète ou flamboyante des motifs éclaire l’ambivalence symbolique de cette figure (Zola, Le Rêve).
Exclues des fonctions hiérarchiques, les religieuses se réunissent en ateliers pour servir
l’Église et l’industrie. La maîtrise de la soie contribue à l’affirmation d’un ordre patriarcal et offre à la femme un métier autorisé et un moyen de survie. Ainsi, par ses travaux d’aiguille, Sainte Rose de Lima fit vivre ses parents, entre patience et passion pour le Christ. On pourra ainsi distinguer la broderie de loisir de celle qui fournit à l’ouvrière une source de revenus.
Quelles sont les représentations de la brodeuse dans les arts ? Quelles perspectives
(sociologiques, esthétiques, narratives, intertextuelles) conditionnent ces diverses
représentations ? Pourquoi mettre en scène cette figure ? Comment les mutations de cet art (y compris technologiques) déterminent-elles son statut ? Quel rapport à son propre corps implique-t-il ? Comment l’affecte-t-il ?
Il faudrait à cet égard penser la question de la broderie sur le tissu en lien avec une
autre forme broderie, corporelle, le tatouage. Ici cependant, pas de « traversée », pas de « changement » possible de l’habit ou du drap. En effet, contrairement au tissu, le corps n’a pas vraiment d’envers et d’endroit – à l’image de la « bouteille de Klein ». La mise en rapport de la broderie et du tatouage mérite toutefois d’être interrogée, particulièrement dans le contexte présent des engouements suscités par ces deux techniques. Par exemple, quels rapports entre ces deux activités aujourd’hui et celle pratiquées dans les « arts premiers » ?
Figure littéraire et picturale, devenue presque motif (voir les chansons de toile médiévales) la brodeuse dit quelque chose du spéculaire, de la mise en abyme…. à l’instar du personnage ovidien de Philomèle qui en brodant le récit du viol dont elle a été victime parvient à dénoncer son auteur qui lui a sectionné la langue. Dans cette optique la broderie révèle le mal, le donne à voir, est aussi l’emblème de la contestation de ces « Folles de la place de mai » qui brodent le nom de leurs disparus sur leur foulard. Broder c’est dire ce qui doit être tu mais c’est aussi orner, gloser à l’instar des conteurs ou des musiciens… On brode aussi en musique en fleurissant, en agrémentant une partition de variations pour faire montre de son talent. Le jazz comme art de la broderie musicale ? 


On envisagera notamment les axes d’étude suivants :
La brodeuse dans la littérature, la peinture, le cinéma, la sculpture
La brodeuse, une poétesse ?
La brodeuse, entre éducation et contrainte
La brodeuse et l’apprentissage de la liberté : rêver, fantasmer, en rajouter…
Le geste : la brodeuse et la tatoueuse
La brodeuse et le rapport au temps, à la méditation, à la création, à la prière et la mort
Le support : le tissu et la peau encore la brodeuse et la tatoueuse
Le motif et les formes
La brodeuse d’un point de vue ethnologique

Les propositions, de 300 mots, devront être accompagnées d’une courte notice biobibliographique. Elles doivent être transmises par courriel avant le 1er décembre 2021 aux quatre adresses suivantes :
maria.cherly [at] univ-ubs.fr
florence.lhote [at] univ-ubs.fr
jacques.lucciardi [at] ac-nice.fr
patricia.victorin [at] univ-ubs.fr


Le comité scientifique répondra pour le 20 décembre 2021.
Les contributions définitives sont à rendre pour le 30 juillet 2022. Les auteurs présenteront leur travail selon les normes des Presses Universitaires de Rennes: https://pureditions.fr/pur/doc/consignes_auteurs.pdf 

Parution: Les figures de Perceval

Georges Bertin (dir.), Les Figures de Perceval, CENA, Editions du Cosmogone, septembre 2021.

La figure de Perceval, le « nice » chevalier, s’impose en effet certes sur le plan d’une esthétique qui lui est propre et qui dépasse peut-être même les intentions de ses auteurs.

Elle peut être interrogée d’abord comme porteuse d’une mythologie inhérente en ses sources et aussi, en tant que telle, comme production littéraire voire philosophique, ou encore être utilisée et replacée dans les contextes culturels de ses productions.

Elle doit être aussi examinée telle qu’elle a été reçue et telle que nous la recevons car elle a affaire à l’humain en chacun de nous, et à notre humanité. Elle sollicite nos affects, nos représentations, nos imaginaires.

Contributeurs et contributrices: Jean-François BEAUCHÊNE, Georges BERTIN, Daniel BORDEAUX, Rémi BOYER, Justine BRETON, Gérard BYRON CLOUZARD, Sylvain FERRIEU, Catherine GUILLOU, Cécile LAGANE, Véronique LIARD, Gil Alonso MIER, Marco PROST, Jean-Claude ROMANENS, Émilie TANGUY-LOUBRIE, Olivier WICKY, Sabrina WISNIEWSKI.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Journées d’étude et séminaire: Médiévalisme(s)

Hélène Cordier et Martine Ostero organisent avec le CEMEP et l’Université de Lausanne un riche programme intitulé “Médiévalisme(s)“, qui s’étendra d’octobre 2021 à avril 2022. Vous y retrouverez quatre ateliers et un cours public (les jeudis de 18h à 19h, du 3 mars au 7 avril 2022), ainsi qu’une annonce d’école d’été à Lausanne.

À la fois source de fantasmes, réservoir de stéréotypes et puissant moteur créatif, le Moyen Âge et son imaginaire exercent un tel pouvoir de fascination qu’ils se voient déployés aujourd’hui au sein de nombreux domaines, activités et supports. Ce développement fécond attise l’intérêt à la fois des artistes, des passionnés, du grand public, mais aussi des chercheurs. De fait, le phénomène de réception du Moyen Âge et de sa culture est devenu un champ d’études à part entière. Le médiévalisme (ou modernités médiévales) vise à éclairer le Moyen Âge dans ses relations avec les époques qui le suivent et vice-versa. Les axes de réflexion entendent explorer les diverses pratiques
actuelles médiévalisantes ou touchant au médiévalisme : processus de réécritures et de créations artistiques, médiation culturelle, enseignement et approches pédagogiques de la discipline, pratiques ludiques comme les reconstitutions historiques ou les jeux de rôle constituent, sans s’y limiter, un terrain fertile d’exploration. De cette manière, le programme envisage divers pôles qui mettent en lumière la portée tant populaire qu’érudite du médiévalisme, tout en considérant les enjeux épistémologiques de ce champ de recherche.
Médiévalisme(s) propose d’examiner ces axes de réflexion au fil de 4 journées d’étude, de 6 cours publics et d’un séminaire de recherche. Les étudiant·e·s inscrit·e·s à la spécialisation de Master « Culture, civilisation et résurgences du
Moyen Âge » auront également la possibilité d’obtenir 4 crédits ECTS en participant à une école d’été qui aura lieu en août 2022 à Lausanne, co-organisée par l’Université de Lausanne et par l’Université de Grenoble-Alpes : « Moyen Âges d’en haut et d’en bas : perméabilités, interactions
et débats de la recherche académique et des cultures populaires ».
Une possibilité de stage est également prévue dans le cadre du projet de recherche « ARAROEM ». Les Archives Rhône-Alpes Romandie des objets éphémères médiévalisants sont un programme de recherche international qui propose la première étude des produits inspirés par le Moyen Âge créés, diffusés et consommés depuis 2000 dans la région transfrontalière du sillon
alpin. Certains enseignements, notamment les ateliers, sont pensés pour créer des synergies et des espaces communs de réflexion avec la spécialisation de Master « Pédagogie et médiation culturelle en
sciences humaines » et sont donc accessibles aux étudiant·e·s inscrit·e·s à ce programme.


Contacts : helene.cordier [at] unil.ch ; martine.ostorero [at] unil.ch ; et sur le site de l’université.

 

Atelier 1 – 29 octobre 2021: Reconfigurer: la petite fabrique du Moyen Âge aujourd’hui

Christophe Imperiali (Université de Neuchâtel), En quel temps notre Moyen-Âge nous entraîne-t-il ?
William Blanc (EHESS), Le médiévalisme à l’écran : comment se construisent les stéréotypes visuels associés au Moyen Âge ?
Jonathan Fruoco (Chercheur indépendant), Réimaginer la légende : Robin des Bois, du texte à l’écran
Clément Pélissier (Université Grenoble-Alpes), Tristes chevaliers, exceptionnels humains : les détournements merveilleux de Kaamelott
Etienne Anheim et Valérie Theis, (EHESS, ENS Paris), Représenter le Moyen Âge en bandes dessinées aujourd’hui

 

Atelier 2 – 26 novembre 2021: Pratiquer: le Moyen Âge interactif

Audrey Tuaillon Demésy (Université Franche-Comté), « On a le temps de vivre à son rythme ». Créations collectives et temporalités en reconstitution historique
Vincent Deluz (Université de Genève), Étude et pratique des arts martiaux médiévaux

Grégory Thonney (Université de Lausanne), Jeu de rôle médiévalisant : à quel Moyen Âge joue-t-on?
Hélène Cordier, Leticia Ding et Chloé Gumy (Université de Lausanne), Du trouvère au créateur de mèmes : actualiser les pratiques d’écriture médiévale sur internet

 

Atelier 3 – 4 mars 2022: Médier: un accès au Moyen Âge

Collectif « Actuel Moyen Âge », « Actuel Moyen Âge » : enjeux et limites d’une démarche de médiation
Estelle Doudet (Université de Lausanne), Jouer avec les possibles : Moyen Âge, théâtre et réalité virtuelle
Nathalie Roman (Université de Lausanne), Vie de princesses ? Dans les coulisses d’une exposition sur les femmes au Moyen Âge
Sabine Utz et Aude Souillac (MCAH), Boucle de ceinture et pince à épiler : expositions et médiation culturelle des collections cantonales médiévales

 

Atelier 4 – 8 avril 2022: Enseigner: les modernités médiévales en classe

Francesca Roversi Monaco (Université de Bologne), Moyen Âge, histoire médiévale et médiévalisme(s): sources et méthodologies
Filippo Fonio (Université Grenoble-Alpes), Enseigner la littérature médiévale à travers le médiévalisme : enjeux théoriques et pratiques
Rory Critten (Université de Lausanne), Female Impersonation Across Time : Modern Drag and the Medieval Woman’s Song
Barbara Wahlen (Université de Lausanne), Lire à rebours

 

Cours public – du 3 mars au 7 avril 2022 (jeudis de 18h à 19h)

3 mars : Anne Besson (Université d’Artois), Moyen Âge et Fantasy : liaisons dangereuses ?
10 mars : Karina Queijo (Université de Lausanne), Inventer le Moyen Âge vers 1900. Les premières restaurations de peintures murales médiévales dans le canton de Vaud
17 mars : Pierre-Alain Mariaux (Université de Neuchâtel), Des savoirs à partager, ou le Moyen Âge à portée de main. Le cas du patrimoine de Saint-Maurice d’Agaune
24 mars : Alain Corbellari (Université de Lausanne), Le Moyen Âge a-t-il inventé la BD ? La réponse des dessinateurs médiévalisants
31 mars : Juliette Vuille (Université de Lausanne), La femme guerrière germanique : une invention populaire contemporaine ? (En collaboration avec le Festival Histoire et Cité)
7 avril : Francesca Roversi Monaco (Université de Bologne), Damsel in distress? L’évolution des princesses médiévales de Blanche-Neige à Arya Stark 

Tous les détails concernant le cours public sont accessibles sur le site de l’université.

Colloque: La Fabrique de Noël

Manon Amandio, Hélène Dubail et Sébastien Wit organisent les 7-8 décembre 2021, à l’Université Paris Nanterre, le colloque “La Fabrique de Noël“. Si l’événement n’est pas purement dédié au médiévalisme, il inclura toutefois une intervention de Karin Ueltschi-Courchinoux sur les mythologies des enfances et de Noël, et un entretien entre Baillie Tolkien et Vincent Ferré au sujet des Lettres du Père Noël de J.R.R. Tolkien.

À chaque mois de décembre, quand bûches, dindes, sapins et guirlandes clignotantes envahissent nos existences, ce n’est pas seulement l’hyperconsumérisme qui triomphe, mais une fiction littéraire. S’il est possible de faire remonter la tradition des cadeaux de Noël aux paganismes de l’Antiquité, c’est en effet dans la littérature du début du XIXe siècle que se forment les scènes topiques dont se pare aujourd’hui toute histoire de Noël, du film au roman policier, en passant par les fameux épisodes spéciaux des séries télévisées.

Dans la mesure où la littérature, et plus généralement les objets culturels, ont participé à la diffusion d’un imaginaire de Noël en partie laïcisé, il s’agira lors de ce colloque de déconstruire cette fiction littéraire afin de révéler les mécanismes par lesquels elle flatte notre amour de la fable.

Le colloque se tiendra dans le bâtiment Weber, salle de séminaire n°2.

 

Programme

Mardi 7 décembre

8h30 – Accueil des participants

8h45h-9h00 : Introduction

9h00-10h15 – Conférence d’ouverture: Karin Ueltschi (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Quand tu descendras du ciel :  mythologies des enfances et de Noël »

10h15-10h30 – Pause

10h30-12h30 – Session 1 : Rites de Noël, entre fictions et pratiques

Valérie Cavallo (Université Paris 8), « Le syndrome de la petite fille aux allumettes »

Nadezhda Washington (Aix-Marseille Université), « Noël, rite de passage dans L’Oiseau bleu de Maeterlinck »

Amandine Lebarbier (Université Paris Nanterre), « Chants et musiques de Noël dans la littérature du XIXe siècle »

Pause

14h30-16h – Session 2 : Noël au service de la propagande

Valeria Di Meglio (Université Paris Nanterre), « Visages de Noël et du Père Noël dans le Portugal et l’Italie des années 60-70 : entre chanson engagée et chanson populaire »

Ana Basta (Université Lumière Lyon 2), « Le Père Noël et le compromis yougoslave »

16h-16h30 – Pause

16h30-17h30 – Le Père Noël, figure de réenchantement du monde ?

Entretien de Baillie Tolkien avec Vincent Ferré (Université Paris Est Créteil), à propos des Lettres du Père Noël de J.R.R. Tolkien (sous réserve)

Mercredi 8 décembre

9h15 – Accueil

9h30-11h30 – Session 3 : Noël, l’usine à rêves : mondialisation et appropriations

Anaïs Goudmand (Sorbonne-Université), « Noël en séries : étude de la diffusion et de la réception d’épisodes “spéciaux” »

Annelie Jarl Ireman (Université de Caen Normandie), « Le jultomte suédois et son évolution dans la littérature »

Virginie Tellier (CY Cergy Paris Université),« Casse-noisette : une fiction mondialisée ? »

11h30-11h45 – Pause

11h45-12h30 – Discussion générale conclusive

12h30 – Déjeuner

 

Organisation et contact : helene.dubail [at] gmail.com

Parution: Le château allégorique

Cristina Noacco et Christophe Imbert (dir.), Le château allégorique. Image mentale et paysage d’autorité de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. “Interférences”, 2021.

Le château représente un archétype de l’imaginaire collectif. Au-delà de son omniprésence dans le décor des contes de fées, de sa valeur symbolique dans l’espace médiéval et de son remploi littéraire, artistique et cinématographique, il contribue à la construction d’un paysage mental d’autorité, auquel la tradition occidentale se réfère, pour y adhérer ou pour le questionner.
La finalité scientifique de cet ouvrage consiste avant tout à le considérer comme la composante essentielle d’un réseau d’images qui a assuré la perception du paysage dans la tradition culturelle européenne.
Les études ici réunies visent également à interroger le mouvement qui dynamise cette image dans le paysage allégorique : la quête du château (soit une quête de la connaissance), l’arrivée au château (soit l’accomplissement d’un parcours initiatique), l’enfermement ou la destruction du château… Ce deuxième axe implique d’ailleurs l’existence d’une grammaire reliant entre eux les objets de la topique, complément nécessaire de leur interprétation : le chemin jusqu’au château, la montagne couronnée par le château, l’auberge de l’étape (la quête inachevée), face à la demeure éternelle et au sanctuaire du sens que figure le château.
Ce volume évalue enfin, par une approche diachronique et interdisciplinaire, l’apport des différentes réflexions sur le château à la tradition européenne de la pensée allégorique, tradition qui s’érige comme un château de Mémoire, sur lequel les hommes de culture ont aujourd’hui la tâche de veiller.

Cet ouvrage fait suite à des séminaires et à des journées d’étude tenus entre 2013 et 2015.

 

Table des matières

Préface – Anne-Marie Cocula-Vaillières

Introduction – Cristina Noacco et Christophe Imbert

Première partie: Palais et citadelles allégoriques dans le monde antique

“L’acropole de l’âme du jeune homme”, Note sur un passage de Platon (La République, 560 B) – André Bouvet

Citadelle de la raison et palais de la mémoire. Les liens de l’âme selon Platon et Saint Augustin – Christopher Lucken

Gloriosissimam ciuitatem Dei… Rhétorique du Salut et métaphores cosmiques dans La Cité de Dieu de Saint Augustin – Michel Banniard

Deuxième partie: Châteaux allégoriques au Moyen Âge et à la Renaissance

La tour et la clôture. Le château allégorique dans la littérature française des XIIe et XIIIe siècles – Cristina Noacco

Ostel, taverne, chastel? Les lieux représentatifs du pouvoir dans Le Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc – Carine Giovénal

Le symbole du labyrinthe dans les Demeures du Château intérieur de sainte Thérèse de Jésus – Isabel Hernando Morata

Architectures allégoriques. Les châteaux dans le Roland furieux – Chiara Cassiani

Troisième partie: Le renouvellement de l’imaginaire architectural allégorique à l’époque moderne

Châteaux et palais dans les récits de Béroalde de Verville: voir autrement – Véronique Adam

Du château allégorique au château gothique anglais. Constantes et mutations d’un imaginaire littéraire – Pierre Carboni

Le château dans les Songes d’un hermite de Louis-Sébastien Mercier (1770) ou la scène infernale de la passion du pouvoir – Hélène David

Le château: une métaphore révolutionnaire de Sade à Révéroni de Saint-Cyr – Luisa Messina

Quatrième partie: Forteresses illusoires: la quête inachevable à l’époque contemporaine

Le château allégorique d’Edgar Allan Poe. Images de l’introspection dans le paysage gothique – Manon Amandio

Les avatars de l’image du château en Allemagne. Du Château Durande (1837) d’Eichendorff au Château de Kafka (1926) – Yves Iehl

Les derniers châteaux du Symbolisme. Réduits du poète ou présences spectrales de la poésie au seuil menaçant du XXe siècle – Christophe Imbert

Une emblématique des châteaux chez Julien Gracq – Patrick Marot

Architecture allégorique et poésie moderne. Frénaud, château, quête et requête – Arnaud Despax

Le Château allégorique postmoderne d’Italo Calvino -Jean Nimis

It’s only a model“: le château déconstruit des Monty Python – Justine Breton

Conclusion – Cristina Noacco et Christophe Imbert

Bibliographie

Résumé des articles

Les auteurs

Journées d’étude: Fiction et nouveaux discours historiques

Les journées d’étude “Fiction et nouveaux discours historiques“, organisées par Laurence Cros (Université de Paris, LARCA) et Marie-Jeanne Rossignol (Université de Paris, LARCA), se dérouleront les 28 et 29 juin 2021 à l’Université de Paris (bâtiment Sophie Germain, 1 place Aurélie Nemours, 75013 Paris, salle 1021). L’événement sera en présentiel, mais il est possible d’y assister en visio, sur inscription via ce lien.

Lundi 28 juin 2021: L’Histoire dans d’autres types de fiction

9h30 Accueil et ouverture

Atelier 1 : Fiction policière

Animé par Emmanuelle Delanoë-Brun, Université de Paris

  • 9h45 Isabelle Boof Vermesse, Université de Lille : Los Angeles, années 50 : endiguement v. camouflage,
    une lecture croisée de James Ellroy et de Walter Mosley.
  • 10h Maria Pia de Paulis Dalembert, Université Sorbonne Nouvelle : Le « giallo-noir » italien (1990-2020) :
    renouveau littéraire et lecture critique de l’Histoire du XXe siècle
  • 10h15 Dominique Manotti, historienne, auteure de policiers historiques. Choisir d’écrire des romans noirs
    pour faire l’histoire de ma génération. Défense et illustration.
  • 10h30 Débat et pause

Atelier 2 : BD historique

Animé par Marjolaine Boutet, Université de Picardie

  • 11h30 Soazig Villerbu, Université de Limoges : Le Blueberry de Charlier et Giraud (1963-1986) : un western
    exemplaire ?
  • 11h45 Ladan Niayesh, Université de Paris. Les « Mangas Shakespeare » : King Lear, de Geoffrey de
    Monmouth au Dernier des Mohicans.
  • 12h Théo Touret-Dengreville, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Les super-héros et l’histoire :
    Captain America, une uchronie identitaire (1939-2018)
  • 12h15 Jul, agrégé d’histoire, auteur de Silex and the City, Dargaud ; 50 nuances de Grecs, Dargaud ; Lucky
    Luke, Lucky Comics Editions. Entretien avec un dessinateur-historien
  • 12h30 Débat
  • 13h-14h30 pause déjeuner

Atelier 3 : Le vampire et l’histoire

Animé par Laurence Cros, Université de Paris

  • 14h30 Marjolaine Boutet, Université de Picardie. Le vampire et l’imaginaire du XVIIIe siècle.
  • 14h45 Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris. Abraham Lincoln, chasseur de vampires, à la recherche
    d’un avenir meilleur : histoire fiction, et vérité
  • 15h Table ronde : Changer de paradigme historique par le choc du fantastique (Marjolaine Boutet,
    Université de Picardie ; Emmanuelle Delanoë-Brun, Université de Paris ; Allan Potosky, Université de Paris ;
    Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris).
  • 15h45 Débat et pause
  • Table ronde : Regard rétrospectif sur le phénomène Game of Thrones
    Animé par Marjolaine Boutet, Université de Picardie
  • 16h45 Maureen Attali, Université de Rennes 2 ; Florian Besson, Université Paris-Sorbonne ; Justine Breton,
    Université de Reims Champagne-Ardenne
  • 17h45 Débat

 

Mardi 29 juin 2021: Fiction historique et politique

Atelier 5 : Histoire et mémoire africaine américaine

Animé par Laurence Cros, Université de Paris

  • 9h30 Michel Imbert, Université de Paris. La représentation des esclaves insurgés (Amistad de Steven
    Spielberg, The Heroic Slave de Frederick Douglass et « Benito Cereno » d’Herman Melville)
  • 9h45 Table ronde : La fiction historique sur l’histoire africaine-américaine et le combat politique (Marie-
    Jeanne Rossignol, Université de Paris ; Michel Imbert, Université de Paris ; Claire Parfait, Université Paris
    13)
  • 10h45 Débat et pause

Atelier 6 : Féminisme et romance historique

Animé par Justine Breton, Université de Reims Champagne-Ardenne

  • 11h30 Alison Offe-Gorlier, Université Catholique de Lille – Liverpool Hope University. Anne Boleyn:
    Actrice de son histoire.
  • 11h45 Laurence Cros, Université de Paris. Angélique, héroïne populaire, héroïne féministe ?
  • 12h00 Débat
  • 12h30-14h pause déjeuner

Atelier 7 : Guerres et dictatures dans l’aire hispanophone

Animé par Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris

  • 14h00 Véronique Eleftériou-Perrin, Université de Paris. L’impossible transgression : Hollywood face à la
    Guerre civile espagnole (1936-1939).
  • 14h15 José García-Romeu, Université de Toulon. Violence politique, Histoire et fiction en Argentine (1976-
    2020)
  • 14h30 Sergio Letelier, auteur de Una Historia sin importancia (2019). Autobiographie, fiction et mémoire
    des dictatures au Chili et en Argentine.
  • 14h45 Débat et pause
    Atelier 8 L’hégémonie économique et culturelle anglo-américaine
    Animé par Laurence Cros
  • 15h45 Denise Sutton, City Tech-CUNY. Harlequin Mills & Boon’s International Expansion: Innovative
    Marketing to Romance Readers.
  • 16h Ludovic Tournès, Université de Genève. La diplomatie culturelle états-unienne : une perspective de
    long terme
  • 16h15 Débat

Toutes les informations sont sur le site du laboratoire LARCA.

Journée d’étude: La Faune et la flore dans la mythologie

La journée d’étude “La Faune et la Flore dans la Grande et la Petite Mythologie“, organisée par Karin Ueltschi-Courchinoux, se déroulera le 17 mars 2022 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, amphi Recherche).

PROGRAMME
9h: Accueil
9h30: Laurence Helix (Université de Reims/ CRIMEL), « Des sirènes et des ondines »
10h: Myriam White-Le Goff (Université de l’Artois), « Des licornes »
Discussion & Pause
11h: Anne Berthelot (Université du Connecticut), « Les sorts sans les plantes : magie rituelle dans le monde arthurien ? »
11h30: Dominique Pauvert (Université de Bordeaux), « Mythologies de l’ours et carnaval»
Discussion et Déjeuner
14h: Aurore Noirault (Université de Lausanne), « Entre force et fragilité : le lion comme miroir des héros épiques dans l’Iliade et les Posthomériques »
14h30: Cécile Mauré (Université de Reims/ CIRLEP) : « Ephémérité et dégénérescence : l’étude du Narcisse »
Discussion & Pause
15h15: Quentin Vincenot (Université de Rennes), « Des loups-garous ».
15h45: Justine Breton (Université de Reims/CEREP) : « Le bestiaire dans l’oeuvre médiévaliste de T.H. White »
16h15: Karin Ueltschi (Université de Reims/CRIMEL), bilan et perspectives ou du rempotage de mandragores
Discussion

Plus de détails sur le site du laboratoire CRIMEL.

Colloque: Femmes surnaturelles dans la fantasy

Le colloque international “Femmes surnaturelles dans la fantasy et les genres apparentés” se tiendra en ligne, depuis l’Université du Littoral Côte d’Opale, les 3 et 4 juin 2021. Il s’agit d’une manifestation organisée par Marc Rolland, avec la participation de Justine Breton et d’Anne Besson.

Pensez à vous inscrire pour obtenir le lien de connexion Zoom.

Inscription et informations: marc.rolland[at]univ-littoral.fr 

Programme

Jeudi 3 juin

13:00 – Ouverture du Symposium. Présentation de la thématique par Marc Rolland

13:45 – Patricia Gillies (University of Essex): « Zola’s Cosmopoeia : Nana’s Incarnation of Beauty and Death »

14 :15 – Discussion

14:30 – Véronique Liard (Université de Dijon): « Salomé dans le Livre Rouge de C.G. Jung. L’anima, une femme surnaturelle ? »

15:00 – Discussion

15:15 – David Haziza (Columbia University) : « Eva Frank, messie, déesse, sorcière »

15:45 – Discussion

16:00 – Marc Aramini : « The Maternal Threat of the Goddess : Destructive Conception and Redemptive Death in Gene Wolfe’s Fantasies. »

16:45 – Discussion

17:00 – Isabelle Fontaine (Université de Moncton, Nouveau-Brunswick) : « Daenerys Targaryen et la thématisation du fantomal »

 

Vendredi 4 juin

9:00 – Angélique Salaün (Université de Rouen) : « Guerrières et magiciennes : les évolutions de la fantasy française contemporaine (2017-2020)

9:30 – Discussion

9:45 – Virginie Picot (ULCO) : « Les figures féminines surnaturelles de Viviane et Morgane au XXsiècle. Les œuvres de Jacques Boulenger, Tolkien et Michel Rio »

10:15 – Discussion

11:00 – Joanna Pavlevski-Malingre (Université de Rennes 2) : « Réhabilitation de la fée, réhabilitation de la femme : Mélusine mère de lignages féminins »

11:30 – Discussion

 

13:00 – Justine Breton (Université de Reims) : « Quand surnaturel rime avec sexuel : femmes et magie dans The Witcher »

13:30 – Discussion

13 :45 – Xavier Escudero (ULCO) : Titre à préciser

14:15 – Discussion

14:30 – Jean-Christophe Martin (Lycée Antoine Bourdelle) : « La femme diabolique, fatale ou phallique dans l’œuvre d’Arturo Pérez Reverte »

15:00 – Isabelle Casta (Université d’Artois) : « Réenchantement sanglant ou fard féérique ‘ECCE ECHO’ ou ‘Comment je l’ai rencontrée’ »

15:30 – Discussion

15:45 – Marc Rolland (ULCO): « ‘My Last Duchess’ : portraits maléfiques et femmes fatales dans Hauntings de Vernon Lee »

16:15 – Discussion

17:00 – Clôture et résumé : Justine Breton

 

 

Parution: Licornes. Celles qui existent et celles qui n’existent pas

Jocelyn Benoist et Véronique Decaix (dir.), Licornes. Celles qui existent et celles qui n’existent pas, Paris, Vendémiaire, coll. “Retour au Moyen Âge”, 2021.

Aux origines d’un mythe contemporain
Personnage de jeu vidéo, motif de pyjama, créature de Harry Potter : la licorne, icône de la pop culture, est aujourd’hui partout. Mais si on l’associe volontiers au Moyen Âge tardif, et en particulier à la spectaculaire autant qu’énigmatique tenture La Dame à la licorne du musée de Cluny, sait-on que cet animal mythique trouve ses origines dans l’Antiquité grecque et l’Ancien Testament ? Qu’elle a oscillé dans la littérature médiévale entre les genres mâle et femelle ? Et qu’en tant qu’exemple canonique d’objet dont il faut déterminer ou non s’il existe – ou s’il est possible qu’il existe et ce que cela signifie –, elle a passionné les philosophes, de Duns Scot à Bertrand Russell en passant par Kant et Leibniz ?
Saisissant cette figure sans cesse réinventée dans toutes ses dimensions, un collectif de philosophes et de spécialistes d’histoire de l’art et de littérature lève le voile sur les mystères de cet animal-totem.
Sous la direction de Jocelyn Benoist, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Véronique Decaix, maîtresse de conférences en philosophie médiévale.
Avec la participation de Sophie Albert, Anne Besson, Béatrice de Chancel-Bardelot, Rémy Cordonnier, Félix Duportail, Maurizio Ferraris, Markus Gabriel, Wouter Goris, Virginie Greene, Jean-Baptiste Rauzy, Jens Rometsch, Nicholas Stang et Jean-René Valette.

Retrouvez toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Appel: Créatures fantastiques

Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy organisent les 18 et 19 février 2022 le colloque “Créer et incarner des créatures fantastiques“, dans le cadre du Festival Atrebatia à Arras.

La littérature contemporaine n’est pas avare de créations de mondes imaginaires. Popularisés grâce à J. R. R. Tolkien et le Seigneur des Anneaux, les mondes « secondaires » sont devenus des espaces et des temps que le lecteur explore à l’envi et dans lesquels il peut s’immerger. Que l’ancrage soit plutôt celui de la fantasy (Game of Thrones, Orcs, etc.) ou celui de la science-fiction (Altered Carbon, Dune, Black-out, etc.), l’univers fictionnel forme un lieu à parcourir, en suivant les aventures des protagonistes. Mais les « genres de l’imaginaire » (Besson, 2015) dépassent le cadre littéraire et se déclinent aussi selon d’autres formes de loisirs, notamment les jeux de rôle (Shadowrun, Donjons & Dragons, etc.), les jeux vidéo (The Last of Us, The Witcher) ou ceux de plateau (Net Runner, La Guerre de l’Anneau, etc.).

Au-delà, cette exploration ludique s’exporte en dehors du cadre purement fictionnel : la création et l’incarnation de personnages fantastiques devient un autre moyen de voyager au sein d’univers alternatifs. Ainsi, le monde imaginaire peut être « mis en vie » et devient sensible par le biais de pratiques corporelles puisque certaines activités ludiques consistent à fabriquer et expérimenter l’altérité fantastique.

Diverses formes de loisirs peuvent entrer dans cette catégorie. Le bodypainting, par exemple, est une forme d’art visant à métamorphoser le corps – grâce à une peinture corporelle – et à évoquer, entre autres, des créatures imaginaires (fées, naïades, etc.). Dans cette même logique, le cosplay est une manière de « jouer costumé » des personnages de fiction, issus aussi bien de romans, de comics ou de mangas que de jeux vidéo. Dans cette continuité, le jeu de rôle Grandeur nature (GN) est un autre moyen de créer des personnages imaginaires : scénarisées, ces rencontres de GN sont aussi des moments permettant de se métamorphoser en elfe, en troll ou en vampire. D’autres loisirs peuvent cibler plus spécifiquement certains peuples de fiction. Ainsi en est-il de la pratique du mermaiding qui consiste à fabriquer sa queue de sirène et à l’utiliser en immersion aquatique ou des zombies walks qui sont, quant à elles, des occasions de se déguiser en mort-vivant et d’adopter leur démarche si caractéristique. Enfin, les orcs forment aussi une catégorie à incarner à part entière (Blanc, 2018).

Certaines de ces activités sont plus ou moins exigeantes physiquement ou artistiquement, mais ce qui les caractérise avant tout est une forte dimension Do it yourself (Hein, 2012). En effet, la mise en vie de ces diverses créatures imaginaires induit nécessairement une phase de création personnelle. Dès lors, ces loisirs mettent l’accent sur la nécessité de faire soi-même, dans une démarche qui se veut participative. Par ailleurs, l’action collective (Willis, 1990) forme un élément central de ces activités, qui sont portées par des communautés d’acteurs et forment des sous-cultures dans le champ des loisirs (Hebdige, 2008). Un style de vie ‒ ou lifestyle (Wheaton, 2004) ‒ définit souvent ces pratiques qui réclament un fort investissement temporel, voire économique.

Loin de n’être qu’une forme de « réenchantement du monde » (Maffessoli, 2007), il s’agit plutôt ici d’appréhender ces formes ludiques comme des espaces d’expression de loisirs alternatifs (Tuaillon Demésy, 2017). Sans être en rupture avec des pratiques davantage mainstream, ces activités mettent l’accent sur l’imaginaire, le « bricolage » (Certeau, 1990) et tendent à se construire en parallèle – voire en opposition – des loisirs plus « traditionnels ». En effet, de nouvelles manières de faire, ainsi que des valeurs d’autonomie et d’indépendance, transparaissent dans ces pratiques, concourant à créer un « monde de sens » (Goffman, 1961) qui leur soit spécifique.

Plus spécifiquement, la question se pose donc de savoir comment l’imaginaire des mondes « secondaires » permet la création et l’incarnation de créatures fantastiques. Que traduisent ces activités ludiques de l’appropriation des mondes fictionnels ? Plus encore, en tant qu’ensemble de représentations symboliques, l’imaginaire est aussi bien un cadre de référence instituant qu’une dynamique favorisant le passage de la consommation à la création (Tuaillon Demésy et Haissat, 2019). Dès lors, comment l’imaginaire devient-il performatif, conduisant à la mise en vie de créatures fictives ? Les axes proposés pour ce colloque sont multiples : il peut s’agir de questionner l’imaginaire et ses impacts sur le monde des loisirs corporels, mais aussi de montrer en quoi la culture de la participation produit d’autres manières de faire et d’autres cadres ludiques. Les études de cas sont aussi les bienvenues en ce qu’elles permettent de mieux comprendre les modes de fonctionnement de ces loisirs alternatifs et les modalités de mises en vie de fictions.

Ces réflexions doivent être abordées selon un angle pluridisciplinaire. Les propositions de communication pourront ainsi relever du champ des sciences humaines et sociales (sociologie, ethnologie, histoire, sciences de l’information et de la communication, etc.) mais aussi du domaine de la littérature, des études visuelles ou cinématographiques, etc.

 

Bibliographie :

Besson A. (2015), Constellations. Des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris, CNRS Éd.

Blanc W. (2018), « Voir la vie en Vert. Une histoire des orques dans la fantasy et les jeux de rôle », Jeu de rôle magazine, n° 42, pp. 22-31.

Certeau, M. de. (1990), L’invention du quotidien, Paris, Gallimard.

Goffman E. (1961), Encounters: two Studies in the Sociology of Interaction, Harmondsworth, Penguin Books.

Hebdige D. (2008), Sous-culture, le sens du style, trad. fr., Paris, Zones (1re éd. : 1979).

Hein F. (2012), Do it yourself ! Autodétermination et culture punk, Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin.

Maffessoli M. (2007), Le réenchantement du monde. Une éthique pour notre temps, Paris, La Table ronde.

Tuaillon Demésy A. (2017), « Le quidditch moldu. De l’imaginaire à la réalité », Questions de communication, n° 31, pp. 393-413.

Tuaillon Demésy A. et Haissat S. (2019), « Quels usages aujourd’hui de la notion d’imaginaire ? », Carnet hypothèses.org Mundus Fabula, mars, en ligne : https://mf.hypotheses.org/933.

on B. (dir.) (2004), Understanding Lifestyle Sport: Consumption, Identity and Difference, Londres, Routledge.

Willis P. (1990), Common Culture. Symbolic Work at Play in the Everyday Cultures of the Young, Milton Keynes, Open University Press.

 

Modalités de soumission :

Les propositions de communication (environ 2 000 signes et 5 mots-clés) ainsi qu’une courte biographie seront à faire parvenir au format .odt ou .docx à audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr et anne.besson@univ-artois.fr pour le 30 septembre 2021 au plus tard.

 

Présentation du cadre des rencontres et du festival :

Ce colloque est piloté conjointement par l’ANR Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs) et le laboratoire Textes et Cultures (UR 4028) de l’Université d’Artois, en partenariat avec le festival Atrebatia – Escales imaginaires. Il se déroulera le 18 février à l’Université d’Artois et le 19 février dans le cadre du festival.

Festival des cultures de l’imaginaire, cousin nordiste d’événements tels que Les Imaginales d’Epinal, Atrebatia est organisé depuis 2015 et réunit chaque année plus de 150 créateurs et artistes autour de medium diversifiés (artisanat, spectacle vivant, performance, littérature, archéologie, arts plastiques, illustration, photographie, …). Ainsi présentés au public (20 000 visiteurs), ces supports articulés en cohérence autour de la thématique des légendes et de la fantasy créent un ensemble fortement apprécié de visiteurs à la fois éclairés (et souvent costumés), ainsi que de personnes plus locales découvrant cet univers spécifique. Le programme du festival s’organise traditionnellement autour d’un marché artisanal, d’une série de rencontres et de conférences, d’impromptus artistiques ou de spectacles à part entière ainsi que d’un large salon littéraire. Le beffroi d’Arras, patrimoine mondial de l’UNESCO, le pôle culturel Saint Vaast et l’hôtel de Guînes accueillent ces festivités dans un contexte patrimonial enchanteur, propice à la rencontre et à la découverte.

À présent organisé sous forme de biennale, le festival souhaite consolider son rayonnement et la qualité de ses propositions, notamment au travers d’une démarche scientifique accrue, terreau favorable de déploiement du colloque. 

 

Comité scientifique :

 Anne Besson (Université d’Artois), William Blanc (Chercheur indépendant), Justine Breton (Université de Reims), Noémie Budin (Université de Lorraine), Laurent Di Filippo (Université de Lorraine),Sébastien Haissat (Université de Franche-Comté) et Audrey Tuaillon Demésy (Université de Franche-Comté).

 

Comité d’organisation :

 Anne Besson (Université d’Artois), William Blanc (Chercheur indépendant), Romain Plichon (Responsable du festival Atrebetia) et Audrey Tuaillon Demésy (Université de Franche-Comté).

 

Calendrier prévisionnel :

30 septembre 2021 : réception des propositions

Courant octobre : évaluation des propositions par le comité scientifique

Courant novembre : réponse aux contributeurs

18-19 février 2022 : colloque en présentiel