Archives de catégorie : Colloques

Colloque : « Enfance et Histoire »

Moyen - Age - Histoire pour Enfants

Enfance et histoire, cultures et pratiques enfantines du passé

Colloque organisé par Emmanuelle Fantin et Julien Tassel (laboratoire Gripic). Il aura lieu les 8 et 9 avril 2021, ouvert sans inscription préalable. Lien de connexion: https://us02web.zoom.us/j/3657422876

8 avril 2021

9h00 Mot d’accueil Emmanuelle Fantin et Julien Tassel – Sorbonne Université

Joëlle le Marec (Sorbonne Université) : En guise d’introduction : retour sur enquête, l’enfant au carrefour des processus de transmission institutionnelle.

9h30 – 10h30 Anne BESSON – Université d’Artois :  Retenir l’enfance.

10h30 – 12h00 SESSION I — MÉDIÉVALITÉS : ENTRE HISTOIRE ET FICTIONS

Laurence CORROY et Bénédicte MILLAND-BOVE (Université́ Sorbonne Nouvelle) Imaginaires et représentations du Moyen Âge dans le Journal des Enfants et le Journal des Demoiselles sous Louis Philippe.

Agathe NICOLAS (Sorbonne Université) : Le débat sur le fait historique comme prétexte à la production d’un savoir sur la fiction : le cas du forum d’échanges « la gazette du sorcier » (Harry Potter).

13h30 – 15h30 SESSION 2 : DIRE LES VIOLENCES DE L’HISTOIRE

Perrine BOUTIN (Université Sorbonne Nouvelle) : Entre pédagogie et subversion, comment parler de la Seconde Guerre mondiale aujourd’hui à des enfants à la télévision ? Étude d’un cas : Les Grandes grandes vacances.

Juliette MASSART (Université Paris 13) : « Lire la Shoah : entre horreur et happy ending » : les représentations de la Shoah dans la littérature de jeunesse des années 1980 à nos jours.

Christiane CONNAN-PINTADO (INSPE de Bordeaux Aquitaine) : Imaginaires et représentations de l’esclavage à l’usage des jeunes lecteurs. Contraintes, modalités, enjeux.

Anna ZADORA (Université de Strasbourg) : Construction d’une identité nationale biélorusse au prisme de l’éducation historique.

16h-18h TABLE RONDE — LES PROFESSIONNELS DES MÉDIATIONS ENFANTINES : ARTS, ÉDITION, MUSÉOLOGIE

Vincent LODEWICK dit DUGOMIER — auteur de BD, Les enfants de la résistance.

Albin QUERU et Chloé NICOLAS — maison d’édition, Quelle histoire ?

Isabelle DORÉ-RIVÉ — directrice du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon.

Richard UNGLIK — photographe, auteur de livres et de l’exposition « La Fabrique de l’Histoire en Playmobils » au musée de l’armée Invalides.

9 avril 2021

10h45 – 12h45

9h30 – 10h30 Conference Julie PASQUER-JEANNE – UCO-Bretagne Sud : Faire l’expérience du passé par la fiction : la trivialité du monument dans la culture enfantine.

10h45 – 12h45 SESSION 3 — LITTÉRATURE JEUNESSE ET HISTOIRE

Pierre-Eric FAGEOL et Frédéric GARAN (Université de la Réunion) : Patrimonialisation du passé et construction identitaire dans la bande-dessinée pour enfant dans l’océan indien.
Sylvie MARTIN-MERCIER (Université Grenoble Alpes) : Petites filles et résistance dans la littérature de jeunesse italienne contemporaine.

Noureddine FADILY (Faculté des lettres et des sciences humaines Ben M’Sik, Casablanca.) : Quelle(s) construction(s) des ailleurs temporels et des altérites à travers le thème de la Deuxième Guerre mondiale ? Exemple de l’album Otto, autobiographie d’un ours en peluche de Tomi Ungerer.

14h30-15h40 SESSION 4 — LES MÉDIATIONS HISTORIQUES DES OBJETS DU QUOTIDIEN, DES JEUX ET DES JOUETS

Fabien LACOUTURE (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Jouer l’Histoire. La place des jeux de société historiques dans les pratiques enfantines du passé.

Thierry TRUEL (INSPE de Bordeaux) Collectionner la vignette historique aux XIXe et XXe siècles: quand l’histoire devient aussi un produit de consommation courante…

Adeline WERRY (Université Catholique de Louvain) : Les plaques de verre de lanterne magique : outils pour une narration« attractive » du passé.

CONCLUSION : Sophie Corbillé, Sorbonne Université

Colloque en ligne : médiévistes et médiévalistes

Colloque organisé en ligne du 29 mars au 2 avril, « Le(s) médiéviste(s) face aux médiévalismes : rejet, accompagnement ou appropriation ? » (CESCM, Poitiers), sous la forme d’une série d’introductions, de conférences, de communications et de tables-rondes, cinq jours d’affilée en fin d’après-midi.

A noter que l’assemblée générale de notre association aura lieu en marge du colloque le mercredi 31 mars à 15h, sur Zoom : elle sera ouverte à toute personne intéressée, membre ou non de « Modernités médiévales ».

Inscriptions https://medievalisme.sciencesconf.org/

 

S’évader au Moyen Âge : entre appropriations contemporaines et imaginaires de l’histoire médiévale

Appel à communications pour un colloque, Autun, 7-8 octobre 2021

Coordonné par Audrey Tuaillon Demésy et Justine Breton,

en partenariat avec le Centre d’histoire vivante d’Autun

 

Qu’il s’agisse de rejouer des batailles de fantasy en GN, de dévorer des mets rôtis lors d’une fête médiévale dans une logique toute carnavalesque[1], de re-créer des gestes techniques en lien avec l’artisanat de l’époque ou de raconter des histoires de princesses et de chevaliers, le Moyen Âge reste dans l’imaginaire collectif associé à une notion de plaisir. Cette facette est l’opposée de celle qui associe également souvent la période médiévale aux qualificatifs « sale » et « obscur »[2]. En réponse à un Moyen Âge repoussant, il est aussi possible de « partir en vacances » au Moyen Âge comme l’on voyagerait dans un pays lointain, à la fois dépaysant et familier[3]. Le médiévalisme offre une porte d’entrée privilégiée dans cette période réinventée ou ressuscitée.

Dans la continuité de plusieurs colloques et publications[4] portant sur la thématique de la résurgence du Moyen Âge au XXIsiècle, nous souhaitons mettre l’accent sur les manières dont cette époque est utilisée pour proposer une rupture avec le quotidien. Se posent alors les questions suivantes : comment et pourquoi choisit-on de s’évader au Moyen Âge ? Comment et pourquoi cette période joue-t-elle particulièrement un rôle d’échappatoire face au quotidien ?

Afin de proposer des pistes de réflexion, deux axes majeurs sont envisagés. Le premier porte sur les fictions qui mettent en scène le Moyen Âge : en quoi celles-ci deviennent-elles des échappatoires ? Le second axe met l’accent sur la corporéité et questionne l’expérience corporelle comme outil d’évasion dans un autre temps.

  • Les fictions comme échappatoires

L’escapism, ou la tendance à rechercher dans la fiction une échappatoire trompeuse à la réalité, a souvent été considéré comme une dérive négative de la littérature et des domaines de l’imaginaire. L’on accuse – accusait ? – les jeunes lecteurs, principalement, de refuser de grandir en restant attachés à des univers enfantins, souvent considérés à tort comme simplistes et donc nocifs pour leur formation. Le cadre médiéval, par sa propension à mettre en scène des aventures merveilleuses, des combats épiques et des créatures fabuleuses, apparaît comme une cible de choix pour ces reproches, mais est-ce là le seul intérêt divertissant du Moyen Âge ? Le cinéma et la télévision ont rapidement subi les mêmes commentaires, étant opposés par leur nature a priori divertissante à d’autres pratiques – scolaires notamment –, quant à elles jugées plus pertinentes car plus utiles à éduquer la jeunesse. Dans ce cadre, s’évader dans le médiévalisme, littéraire ou audiovisuel, peut être vu comme une démarche d’évitement de la réalité, comme cherche par exemple à le faire la princesse Bean dans la série animée Désenchantée.

Pourtant, certains auteurs revendiquent au contraire le pouvoir philosophique et psychologique de cette échappatoire par la littérature médiévaliste (T.H. White, The Book of Merlyn), en montrant que l’évasion temporaire au Moyen Âge peut s’avérer bénéfique pour mieux prendre du recul sur les dilemmes du quotidien (Camelot 3000). Doit-on voir, accentuée depuis quelques décennies, une volonté de revaloriser cette échappatoire comme une conséquence positive de la littérature ? Ou doit-on plutôt comprendre que les pratiques narratives ont évolué, en intégrant un contenu pédagogique ou scientifique à un cadre divertissant, évitant de fait d’éventuels reproches d’escapism ? Des chercheurs, enseignants et spécialistes de la période médiévale peuvent d’ailleurs apprécier certaines productions médiévalistes, et y trouver un intérêt historique et pédagogique, sans s’arrêter aux choix anachroniques des créateurs (VikingsKaamelott). Comment articuler savoir scientifique et goût pour le divertissement ?

T. H. White, The book of Merlyn, Austin, University of Texas Press, 1977

Croc, Nightprowler, Paris, Asmodee/Siroz, 2006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’expérience ludique est un autre moyen de s’échapper du quotidien, durant un temps donné. Ainsi, les jeux de plateau prenant pour thème le Moyen Âge ou ses déclinaisons fantastiques sont légions (TroyesLes bâtisseursKingdomino, etc.), de même que les jeux vidéo, qu’il s’agisse de combattre comme au Moyen Âge (Medieval total war, par exemple) ou d’explorer un univers médiéval (plusieurs opus de la série Assassin’s Creed, The Witcher, ou encore Kingdom come deliverance). L’entrée dans un autre temps est aussi permise par la narration et la pratique du jeu de rôle. Nombreux sont ceux qui prennent pour cadre une période médiévale, plus ou moins proche de la réalité historique (le célèbre Donjons & Dragons, mais aussi RolemasterMiles ChristiNightprowler, etc.). Ainsi, le jeu est porteur de diverses représentations de l’époque médiévale et tend à produire un cadre, au sein duquel le Moyen Âge devient un décor. Comment celui-ci facilite-t-il l’immersion dans la pratique ludique ? Mais aussi, comment l’activité ludique revisite-t-elle le passé ?

Kingdom Come : Deliverance, Prague, Warhorse Studios, 2018

Frédéric Henry et Sabrina Miramon, Les bâtisseurs Moyen Âge, Quimper, Bombyx

 

 

 

 

 

 

 

  • La corporéité comme outil d’évasion dans un autre temps

Le second axe fait référence à un Moyen Âge expérimenté « par corps ». L’évasion est ici permise par des expériences sensorielles et corporelles. Il peut s’agir des pratiques d’histoire vivante[5], mettant en jeu des re-créations gestuelles, aussi bien du point du vue des artisanats et des modes de vie révolus (reconstitution historique) que du côté des savoir-faire techniques martiaux (par exemple, avec les Arts martiaux historiques européens). Comment ces pratiques d’histoire vivante produisent-elles de nouveaux espace-temps et permettent-elles un dépaysement ? Comment s’échappe-t-on au Moyen Âge, sans pour autant abandonner le monde contemporain ?

Reconstitutrices, photographie personnelle

Dans la continuité de ces pratiques de loisirs expérimentées corporellement, comment l’imaginaire permet-il une approche différente de l’histoire ? C’est le cas, par exemple, des fêtes médiévales (au sein desquelles une liberté de représentation du Moyen Âge est souvent présente), des reconstitutions de fiction (notamment des batailles de la Guerre de l’Anneau) et aussi des jeux de rôle grandeur nature. Entre « Fantasy et Histoire(s)[6] », la période médiévale apparaît comme un support permettant l’expression d’un engagement corporel associé à un passé réinventé.

Autres formes d’expérimentations par le corps, souvent oubliées dans les pratiques de mises en vie : le théâtre et la musique. En effet, le théâtre historique, qu’il soit sur scène ou dans la rue (sous forme de saynètes, par exemple), expose aussi des fragments rejoués de l’histoire médiévale. De la même manière, les re-créations de sons issus du passé (par le biais de la reproduction d’instruments, de festivals de musiques médiévales, etc.) permettent aux auditeurs d’approcher des perceptions d’un temps révolu. Comment ces spectacles deviennent-ils des supports à un voyage dans le passé ?

Eutrapelia, photographie : Béryl-Alexandra Brard

Le goût est également l’un des sens pouvant être mobilisé pour expérimenter le Moyen Âge. L’alimentation médiévale forme, en effet, un moyen d’entrée privilégié dans l’histoire. Qu’il s’agisse de reconstitutions de recettes historiques (pour lesquelles les ingrédients ne sont plus toujours disponibles) ou d’évocations de banquets, le repas médiéval semble faciliter la proximité avec le passé[7]. Le Moyen Âge devient ainsi parfois prétexte au tourisme, notamment dans les cités à fort patrimoine médiéval. Dans ce contexte, les escapades dans les « tavernes » ou « auberges » proposées aux visiteurs sont nombreuses. Au-delà, les lieux de convivialité tels les bars peuvent aussi prendre des noms à consonance médiévale et proposer un cadre qui fait écho à cette époque. Dès lors, comment la mise en scène d’un lieu produit-elle un sentiment de dépaysement ? Comment les diverses formes de représentations de l’alimentation médiévale permettent-elle de se projeter hors du temps quotidien ?

Ainsi, les expériences et expérimentations corporelles et sensorielles forment des portes d’entrées privilégiées vers le Moyen Âge, dans une logique somme toute très hédoniste. Promesses de reconstitutions à l’identique ou manières de réinventer la période médiévale, ces formes d’évasion questionnent aussi, en creux, les représentations du Moyen Âge telles que véhiculées dans nos sociétés contemporaines. Au-delà, les loisirs qui mobilisent l’histoire médiévale sont révélateurs des réappropriations faites de cette période et des imaginaires qui la sous-tendent. Il s’agira ainsi de s’interroger aussi bien sur les conditions d’expression d’un Moyen Âge favorisant l’immersion temporaire dans un passé pourtant révolu, que sur les différents modèles et formats proposés, permettant de « ressentir » le Moyen Âge.

Quel que soit l’angle d’approche choisi (fiction ou corporéité), la question n’est pas, ici, d’évaluer la « véracité » historique des diverses formes de recréations/reconstitutions existantes, ni d’interroger les enjeux de la patrimonialisation auxquels sont par exemple confrontés les musées, mais bien d’approfondir les raisons et les motifs de ces réappropriations fictives, corporelles et expérimentales de la période médiévale.

Ces réflexions doivent être abordées selon un angle pluridisciplinaire. Les propositions de communication pourront ainsi relever du champ des sciences humaines et sociales (sociologie, ethnologie, histoire, archéologie, sciences de l’information et de la communication, etc.) mais aussi du domaine de la littérature, des études visuelles et cinématographiques, etc.

Ce colloque est organisé en partenariat avec la ville d’Autun qui accueillera les intervenants, avec l’association Modernités Médiévales, et il fait partie de l’ANR Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs).

Comité scientifique :

  • Anne Besson (Université d’Artois)
  • Florian Besson (Actuel Moyen Âge)
  • Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne)
  • Estelle Doudet (Université de Lausanne)
  • Laurent Di Filippo (Université de Lorraine)
  • Audrey Tuaillon Demésy (Université de Franche-Comté)

Les propositions de communication (environ 2 000 signes et 5 mots-clés) ainsi qu’une courte biographie seront à faire parvenir conjointement à audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr et  justine.breton@univ-reims.fr pour le 30 mars 2021 au plus tard.

Évaluation des propositions par le comité scientifique : courant avril 2021

Réponse aux contributeurs : courant mai 2021

[1] William Blanc, « ‘Le gras, c’est la vie !’ Festins à la cour du roi Arthur », dans Florian Besson et Justine Breton, Kaamelott, un livre d’histoire, Paris, Vendémiaire, 2018, pp. 207-220.

[2] Sur la construction des représentations du Moyen Âge et la stigmatisation de cette période, voir Herrs Jacques, Le Moyen Âge, une imposture, Paris, Perrin, 2008.

[3] Alain Corbellari, Le Moyen Âge à travers les âges, Neuchâtel, Éditions Livreo-Alphil, 2019.

[4] Reenactment/Reconstitution. Refaire ou déjouer l’Histoire ?, colloque dirigé par Estelle Doudet et Martial Poirson, Cerisy, 22-29 septembre 2018 ; Vivre et faire vivre le Moyen Âge, colloque dirigé par Laure Barthet, Patrick Fraysse et Sylvie Sagnes, Carcassonne, 19-21 juin 2019.

[5] Audrey Tuaillon Demésy, La re-création du passé. Enjeux identitaires et mémoriels, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2013.

[6] Anne Besson (dir.), Fantasy et Histoire(s), Chambéry, ActuSF, 2019.

[7] Julie Deramond, « Revivre le Moyen-Age le temps d’un repas : le restaurant médiéval », communication proposée lors du colloque Vivre et faire vivre le Moyen Âge, Carcassonne, 19 juin 2019.

Colloque : Médiévistes et médiévalismes

Colloque « Les médiévistes face aux médiévalismes : rejet, accompagnement ou appropriation ? »  Poitiers, 1-3 avril 2021

Organisation : Martin Aurell, Justine Breton, Florian Besson et Lucie Malbos

Programme prévisionnel


Les journées se décomposeront en matinées (format colloque « traditionnel » proposant des approches-bilan autour de trois grands axes) et après-midis plus « grand-public » (avec tables-rondes intégrant les participations du public et des temps « annexes » : présentation de posters d’étudiants, démonstration de reconstitution par un groupe).


JEUDI 1ER AVRIL


• Matinée (env. 9h-12h30) : accueil à partir 8h30
➢ Mot d’accueil et de remerciement (Martin Aurell en tant que directeur du CESCM)
➢ Introduction (Lucie Malbos, univ. Poitiers)
➢ Session 1 : « Le médiévalisme : quelques terrains d’étude » (président : Alban Gautier)
– Anne Besson (univ. Artois) : « Fantasy médiévale et médiévistique : une relation à sens unique ? »
– Isabelle Olivier (univ. Artois) : « Le Moyen Âge et la littérature de jeunesse font-ils bon ménage ? Des tensions (fécondes ?) entre didactisme et divertissement »
– Tristan Martine (univ. Angers) : « Des bulles médiévales en cases : les enjeux du médiévalisme en bande dessinée »
– Justine Breton (univ. Reims-Champagne-Ardenne) / Florian Besson (univ. Aix-Marseille) : « Comment analyser une oeuvre médiévaliste : de Kaamelott à Game of Thrones »
• Début d’après-midi (env. 14h-15h) :
Conférence de Tommaso di Carpegna Falconieri (univ. Urbino Carlo Bo) : « Médiévistique et médiévalisme : un château aux destins croisés » (conférence introduite par Martin Aurell)


• Après-midi (env. 15h15-17h45) :
Présentation du dernier numéro de Médiévales par Alban Gautier

Table-ronde 1 : « Comment rendre présent le Moyen Âge aujourd’hui ? Expériences et réflexions » (modérateur : Florian Besson)
– Fabien Paquet (univ. Caen)
– Fanny Cohen-Moreaux (créatrice du podcast Passion Médiévistes)
– Isabelle Catteddu (INRAP)
– Fanny Madeline (univ. Paris I)
– Tobias Boestad (??) pour Actuel Moyen Âge [sous réserves]
• Début de soirée (18h-19h) :
Présentation des posters des étudiants (doctorat et Master 2)
« Le Moyen Âge à travers les siècles et les supports »
+ Cocktail de bienvenue

VENDREDI 2 AVRIL


• Matinée (env. 9h-12h) :
Session 2 : « Le médiévalisme : représentations » (présidente : Anne Besson)
– Nathalie Koble (ENS Ulm) : « Le Moyen Âge dans la littérature contemporaine (théâtre et poésie) »
– Vincent Ferré (univ. Paris Est-Créteil) : « La disparition, ou : Zumthor et Workman en Amérique »
– Alain Corbellari (univ. Lausanne) : « L’éternel retour du Moyen Âge. Pour une histoire longue du médiévalisme »
– Clément et Louis de Vasselot (univ. Poitiers et chercheur indépendant) : « La fascination pour le Moyen Âge occidental dans l’animation japonaise »


• Après-midi (env. 13h30-15h30) :
Table-ronde 2 : « Le médiéviste face aux non-médiévistes : tensions et attentions » (modératrice : Justine Breton)
— Alban Gautier (univ. Caen)
— Paul Sturtevant (Smithsonian Institution)
— Florian Besson (univ. Aix-Marseille)
— Cécile Voyer (univ. Poitiers)
— Chloé Maillet (École Supérieure d’Art et Design, Angers)

Après-midi (env. 16h-18h) :
Table-ronde 3 : « L’archéologie expérimentale : rechercher, reproduire, réinterpréter » (modérateur : Nicolas Prouteau)
— Thierry Gregor (univ. Poitiers)
— Gilles Martinez (Docteur de Montpellier 3, Instructeur de combat historique)
— Christelle Chaillou (CNRS)
— Mylène Pardoen (CNRS)


SAMEDI 3 AVRIL


• Matinée (env. 9h-12h) :
Session 3 : « Le médiévalisme : méthodes de travail » (président : Martin Aurell)
– Marion Bertholet (Aix-Marseille) : « Le Moyen Âge italien des Lumières à Sismondi : un anti-médiévalisme ? »
– Joanna Pavleski-Malingre (univ. Rennes 2) : « Étudier les fortunes politiques de Mélusine du Moyen Âge à nos jours : intérêts et enjeux d’un médiévalisme au long cours »
– Georges Bertin (CNAM des Pays de La Loire) : « Actualité du médiévalisme, territoires et réseaux, recherche action et observation participante »
– Romain Vincent (univ. Paris 13) : « Du ludique au pédagogique : comment le Moyen Âge est-il mis en jeu vidéo ? »


• Après-midi (13h30-16h) :
« La reconstitution historique ou Histoire vivante : expériences et médiation »
➢ 13H30-14H30 : Démonstration de reconstitution par le groupe des Ours d’Alfadir (Poitiers)
➢ 14H45-15H45 : débat sur le travail des reconstitueurs en présence du groupe et d’Audrey Tuaillon Demésy (univ. Franche-Comté) et Martin Bostal (univ. Caen)
• Fin d’après-midi (v. 16h-16h30) :
Conclusions (Martin Aurell, univ. Poitiers)

Colloque : Moyen Âge à l’ère numérique

Colloque – The Medieval Literary Canon in the Digital Age

17-18 September 2018

Campus Book Tower, Ghent University

poster-mcda-768x1087

 

Voir le programme : http://www.mcda.ugent.be/wp-content/uploads/2018/02/mcda-programme-2.pdf

An often repeated promise of the digital humanities, in the wake of the “computational turn”, is that the wide availability and accessibility of historical texts enables scholars to breach the restrictions of a literary canon. Such a potential for literary computing, which was in 1992 first set forward as a “new” philology by its godfather Roberto Busa SJ, prominently returns in the works of computing literary theorists such as John Burrows, Jerome McGann and Franco Moretti. Their assertions that quantification entails a “widening of the canon” and eventually the advance of a “new philology”, easily invoke medievalists’ inquisitiveness. How, exactly, can the digital humanities provide such insights for the Middle Ages?

Firstly, one can question if the Middle Ages have not irrevocably lost a privileged position in the modern-day literary canon altogether. The Middle Ages seemingly take up a background position in Moretti’s methodology as an anomalous precedent to the type of literary (re)production that is typical to a literary market in the age of the printing press. This type of text is printed on a scale determined by supply and demand, a condition which appropriates it for digitization today. Even within medieval scholarship, much of the digital scholarship still seems to hinge on well-conserved and therefore well-known theological and literary authorities, whose texts have been reproduced continuously in subsequent editions and translations.

Secondly, over the last decades, medieval studies have become very sensitive to the materiality of textual transmission in the Middle Ages. This is reflected in the New Philology, coined as such by Stephen G. Nichols, which gained momentum in the 1990s. This New Philology, noticeably influenced by post-structuralist theory from the 1960s, drew explicit attention to the conviction that one cannot separate medieval texts from their manuscript context and to reader response. It postulated that analyzing and understanding the various physical appearances of medieval written texts is an essential hermeneutic criterion, and argued that gaining an overview of all stages allowed them to be chained together into a reception history. At first glance, such a “praise of the variant” appears antithetical with the virtual, normative and reductive character of a digital environment, where only little attention has gone out to readers. Yet, both Franco Moretti as Stephen G. Nichols explicitly present their “new” philology – the digital and material respectively – as a cure to a similar ailment: both their “manifestos” symbolically overthrow Ernst Robert Curtius’ iconic Europäische Literatur und Lateinisches Mittelalter. The means by which they aspire to change Curtius’ “old” philology, however, are very different.

As voices increasingly proclaim the emancipation of the digital humanities from their merely supportive role, and as the tools for digital medieval studies proliferate (e.g. digital scholarly editing, computational stylistics, digital palaeography, digital stemmatology, …), this conference seeks out a confrontation between the two “new” philologies and their respective approaches towards a canon that has been formed under an “old” philology. It welcomes research that both problematizes the specialized character of medieval literary production, and yet demonstrates the potential for computational criticism to “breach” or “widen” the medieval canon through digital tools. At the same time, the conference aims to tackle the following questions:

– How has the digital era changed our reading of medieval literature?
– How, exactly, can we understand computational approaches to the Middle Ages as radically transforming our disciplines?
– Are digital approaches bound to remain auxiliary in nature?
– Does it make sense to speak in terms of “new” and “old”, “digital” and “traditional”, “distant” and “close” readings? If so, where should one locate the differences? If not, where should one locate the overlaps?
– To what extent is the New Philology’s advocacy for an object-oriented approach respected or disregarded in computational criticism?
– How can theoretical concepts such as Franco Moretti’s “distant reading” question the medieval canon and the underlying principles or instances that have calibrated it towards an evaluative instrument (Gr. κανών, a “measuring rod”)?
– Which are the governing powers that underpin medieval canon formation, and are these in any way institutionalized (schools, markets, authorities, …)? How are they best described and/or best captured?

Informations pratiques :

The conference will be held in the Jozef Plateau Conference Room of the Plateau-Rozier building (Campus Book Tower, Ghent University). The venue is located in the city centre, within walking distance of public transportation (Jozef Plateaustraat 22, 9000 Ghent).

Enter the building through the main entrance, go left in front of the central staircase on the ground floor, the room is at the end of the hallway. The building is accessible for people with disabilities (treshold ramps).

You can register by sending an email to jedgusse.degussem@ugent.be. Registration closes on Monday, September 3rd.

There is a € 40,00 registration fee for both days, including coffee breaks and lunches. Conference speakers and members of the Henri Pirenne Institute for Medieval Studies are exempt from this fee.

This conference is organized by the Henri Pirenne Institute for Medieval Studies (HPIMS) of Ghent University in collaboration with the research group RELICS (Ghent University) and the University of Antwerp (Department of Literature). It is supported by the Scientific Research Network Digital Humanities Flanders (DHu.f), funded by Research Foundation – Flanders (FWO).

Source : The Henri Pirenne Medieval Institute

Colloque : « Fantasy et Histoire(s) »

Colloque des Imaginales : « Fantasy et Histoire(s) »

Epinal, Parc du Cours, dans le Magic Mirror « Salon perdu »

22-23 mai 2018

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Programme :

Mardi 22 mai

9h : Accueil

9h15 : mot de bienvenue

Séance 1 : Pensées de l’histoire en fantasy

9h30 Viviane Bergue, « Primhistoire, temporalité cyclique et chronologie linéaire : le temps de la Fantasy »

10h Maureen Attali, « La fantasy comme nouveau mythe : la question du statut et de l’exploitation de la littérature en histoire à partir de l’exemple du roman Lavinia d’Ursula K. Le Guin »

10h30 : pause

Séance 2 : Des univers inscrits dans le temps Continuer la lecture

Colloque : « Fantasy et Histoire(s) »

Colloque des Imaginales : « Fantasy et Histoire(s) »

Epinal, Parc du Cours, dans le Magic Mirror « Salon perdu »

22-23 mai 2018

 

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Programme

Mardi 22 mai

9h : Accueil

9h15 : mot de bienvenue

Séance 1 : Pensées de l’histoire en fantasy

9h30 Viviane Bergue, « Primhistoire, temporalité cyclique et chronologie linéaire : le temps de la Fantasy »

10h Maureen Attali, « La fantasy comme nouveau mythe : la question du statut et de l’exploitation de la littérature en histoire à partir de l’exemple du roman Lavinia d’Ursula K. Le Guin »

10h30 : pause

Séance 2 : Des univers inscrits dans le temps

11h Isabelle Pantin, « L’histoire au miroir de la légende dans l’œuvre de Tolkien »

11h30 Florian Besson, « Fusils et boîtes de conserve, ou comment sortir des Moyen Âge imaginaires »

12h30-14h : pause déjeuner

Séance 3 : La fantasy, revanche des oubliés de l’histoire ?

14h William Blanc, « Voir le passé en vert : histoire et géographie des Orcs dans la fantasy »

14h30 Caroline Duvezin-Caubet, « The Empire Writes Back : uchronie et steampunk postcolonial dans la fantasy néo-victorienne contemporaine »

15h Justine Breton, « “When you look at me, do you see a hero ?” : Game of Thrones ou la fantasy des évincés de l’histoire »

15h30 : Pause

Séance 4 : Fantasy, enfance de l’Histoire ?

16h Silène Edgar, « L’Histoire dans l’histoire : chasse aux sorcières, contestation sociale et anti-fascisme dans Harry Potter »

16h30 Noémie Budin, « Les Fées historiques, entre Histoire et fiction »

 

Mercredi 23 mai

[9h-10h : enregistrement de l’émission « Des livres et vous »]

10h : Accueil

Séance 5 : Histoire et imaginaire en jeu

10h30 Olivier Caïra, « Fantasy au cinéma : jusqu’où peut aller la promesse d’historicité ? »

11h Laurent Di Filippo, « La mise en scène ludique de l’Histoire : l’époque viking comme cadre de jeu pour Advanced Dungeons and Dragons »

11h30 Audrey Tuaillon-Demesy, « L’expérience ludique de l’histoire. L’exemple des combats en reconstitution historique »

12h-14h : pause déjeuner

Séance 6 : Histoire de la fantasy :

14h Marc Rolland, « E.R. Eddison et son inscription dans l’Histoire »

14h30 Ewa Drab, « La (re)création de l’histoire dans la littérature fantasy d’expression polonaise »

15h pause

Séance 7 : Fantasy entre histoire et légende

15h30 Joanna Pavlevski-Malingre, « Une fée dans l’Histoire, Mélusine à la croisée des genres : chroniques historiques légendaires, roman historique merveilleux, fantasy historique »

16h Laura Muller-Thoma et Marie-Lucie Bougon, « Le pouvoir des mots : les personnages de conteurs et de bardes, ou comment la parole façonne la réalité »

 

16h30-18h : Table ronde animée par Stéphanie Nicot, « Histoire et fantasy chez les romanciers français aujourd’hui ». Avec :

Fabien Cerutti

Jean-Laurent Del Socorro

Estelle Faye

Jean-Philippe Jaworski

Johan Heliot

18h : clôture du colloque par Vincent Monadé, président du CNL, en présence de Robin Hobb

 

 

Colloque : littérature arthurienne tardive

Colloque de clôture du projet LATE (Littérature arthurienne tardive en Europe)

« La littérature arthurienne tardive en Europe (1270-1530) : approches comparatives »

Rennes 2, 1-2 février 2018

(CELLAM EA 3206 Rennes 2, Institut Universitaire de France)

Organisé par le CELLAM, Rennes 2, avec le soutien de l’Institut Universitaire de France

Bâtiment B, salle recherche

Contacts : Nelly Bregrault: nelly.bregeault@univ-rennes2.fr

Christine Ferlampin-Acher: christine.ferlampin-acher@univ-rennes2.fr

 

Jeudi 1er février 2018

8h30: accueil des participants

8h45: Ouverture : Christine Ferlampin-Acher (université Rennes 2) : bilan de LATE

9h (translationes 1 ) : Anne Berthelot (université du Connecticut): Des Romans de Merlin tardifs en français et anglais : approche comparatiste ( Roman des fils du roi Constant,  Prophesies de Merlin, Of Arthour and of MerlinMerlin d’Harry Lovelich et le Prose Merlin)

9h45 (translationes 2) : Christine Ferlampin-Acher (université de Rennes): Arthur de Bretagne, entre France, Angleterre et Islande, réévaluation d’un succès ?

10h30 : pause

11h (milieux 1) : Florient Coste (École Française de Rome) : La matière arthurienne, entre histoire, épopée et morale (Gênes-Pise, 1284-1298)

11h45 (milieux 2) : Annarita Palumu (université de Cagliari) : La récuperation de la légende arthurienne du Graal au début du XVIe siècle. La Demanda del Sancto Grial, entre remaniement et propagande messianique, prolongements, réécritures et réinventions (françaises,  portugaise, espagnoles)

12h30- 14h30 : repas

14h30 (littérature tchèque 1) : Martin Šorm (Université Charles de Prague): Highlighting fragile masculinity in the Czech medieval Tandariáš, Czech medieval adaptation of Der Pleier’s Tandareis und Flordibel

15h15 (littérature tchèque 2) : Matouš Jaluška (Czech Academy of Sciences) : Like Lord, Like Service. Nexus of place, love and domination in Old Czech Tristram and its neighbours

16h (littérature tchèque 3) : Matouš Turek (université Rennes 2/ université Charles de Prague) : Quelles « matières » en vieux tchèque ?

16h 45 : Pause

17h (chevaliers au cygne, au dragon 1) : Cora Dietl (université de Giessen): The Swan Knight‘s Way into Late European Arthurian Literature

17h45 (chevaliers au cygne, au dragon 2) : Emanuele Arioli (Paris IV/ Collège de France, ENS Pise) : Le chantier enseveli de Ségurant ou le Chevalier au Dragon

 

Vendredi 2 février 2018

9h : accueil des participants

9h15 (le roi Arthur1):  Raluca Radulescu (université de Bangor) : Arthur and the Brutchronicles: the hero who never changes?

10h (le roi Arthur 2) : Barbara Wahlen (université de Lausanne) et Géraldine Toniutti(université de Lausanne): la figure d’Arthur dans les romans en vers tardifs allemands et français

10h45 : pause

11h (des femmes – et des hommes 1) : Ceridwen Lloyd-Morgan (Public Library Of Wales ; université de Bangor): L’enlèvement de Guenièvre dans la littérature galloise et française

11h 45 (des femmes – et des hommes 2 ) : Hélène Tétrel (université de Bretagne Occidentale) et Ásdis Magnusdottir (Université d’Islande): La tradition du manteau d’épreuve dans la littérature islandaise et les littératures européennes

12h30 : repas

14h (arts de vivre… 1): Rosa Helena Chinchilla (université du Connecticut) : Novels of Chivalry, Courtly Feasts in Castile, England, Portugal and the Low Countries, 1370-1516.

14h45 (arts de vivre… 2): Dienstbier Jan (université Charles de Prague): Arthurian murals in central Europe

15h30 (arts de vivre… 3): Le Deschault de Monredon Térence (unversité autonome de Barcelone) : Le niais Perceval : un curieux modèle pour les chevaliers alpins de la fin du XIIIe siècle. Le cycle peint de la grande salle du Châtel de Theys (Isère)

16h15: conclusions : discussion autour des approches comparatistes de la matière arthurienne tardive.

Appel : Châteaux et justice

Châteaux et justice (Xe-XXIe siècles) 

Périgueux 28, 29 et 30 septembre 2018

D’emblée, le pouvoir de justice du seigneur peut donner lieu à une approche simpliste voire caricaturale ; le château incarnant physiquement ce pouvoir et symbolisant, à souhait, le « méchant seigneur ». Qu’en est-il véritablement du Moyen Âge au XIXe siècle ?

Ce thème a fait l’objet de nombreuses recherches depuis plus d’un siècle, surtout de la part des juristes[1]. Des historiens ont abordé cette question dans des études plus vastes sur les paysans et/ou les seigneurs dans une province particulière[2]. À partir des années 1990, l’étude de la justice seigneuriale a fait l’objet de travaux spécifiques, individuels ou collectifs qui ont permis de réexaminer une institution longtemps décriée. Au début des années 2000, Benoît Garnot et Antoine Follain ont contribué à une réhabilitation raisonnée et argumentée permettant de mieux comprendre ce que la justice seigneuriale représente, du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, pour le seigneur et le monde rural et urbain[3].

Les Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord[4] proposent, lors de leur colloque 2018, de faire le point, voire d’ouvrir de nouveaux axes de recherche en insistant sur la dimension européenne et/ou comparative : des études sur l’Angleterre, les Espagnes, les Allemagnes seront les bienvenues.

Les pistes qui suivent constituent des propositions non exclusives de questionnement :

1 : Les origines de la justice seigneuriale : une concession du souverain ou une usurpation des seigneurs ? Quelle est la situation durant le Moyen Âge où se développe une « théorie du pouvoir » qui donne au roi la tâche de conserver la paix et la justice. Les juridictions royales les Continuer la lecture

Journée : Polyphonies

Polyphonies, art, territoires: Médiévisme et modernité

9 février 2018, Université Grenoble Alpes

Keynote speaker: Prof. Paul Strohm

Contact : jonathan.fruoco@gmail.com

 

Geoffrey Chaucer, grand traducteur, rhétoricien et poète courtois, fut longtemps considéré par la critique comme le père de la poésie anglaise. Or, un tel positionnement a non seulement tendance à occulter tout un pan de l’histoire de la littérature anglo-saxonne, mais également à mettre de côté les spécificités mêmes du style de Chaucer. Il a été démontré que sa contribution à l’histoire de la littérature est bien plus importante qu’on ne le pensait. Car en décidant d’écrire en moyen-anglais à une époque où l’hégémonie du latin et du vieux-français était incontestée (en particulier à la cour d’Edouard III et de Richard II), Chaucer s’inscrivit dans un mouvement intellectuel visant à rendre aux vernaculaires européens le prestige nécessaire à une véritable production culturelle ayant permit l’émergence du genre romanesque. Ainsi, en assimilant successivement les caractéristiques de la poésie de Chrétien de Troyes, Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Chaucer redonna à la poésie anglaise ses lettres de noblesse. Mais ce ne fut qu’après sa découverte de la Divina Commedia qu’il prit conscience du potentiel de la littérature : Dante lui permit, en effet, de libérer son art dialogique et d’ainsi donner à sa poésie une dimension polyphonique de premier ordre. De fait, si Chaucer ne peut être considéré comme le père de la poésie anglaise, il est en revanche le père de la prose anglaise et l’un des précurseurs de ce que Mikhaïl Bakhtine nomme le roman polyphonique. Continuer la lecture

Colloque : « Et ça, on jette ? »

« Et ça, on jette? »

Penser/peser le Moyen Âge entre le XVe et le XVIe siècle

Pensare/pesare il Medioevo tra Quattro e Seicento

Université de Turin, 9-10 juin

Vendredi 9 juin – Venerdì 9 giugno

Università degli Studi di Torino
Palazzo del Rettorato, Sala A. Graf

 

14.15-14.30: Salutations et introduction – Saluti e introduzione

Paola Cifarelli

14.30-16.00: Ancrer l’avenir dans le passé proche – Ancorare il futuro al passato prossimo

Dario Cecchetti

Diebus autem Bernardi nostri cepit in Galliis stilus coli et resurgere. Medioevo e Rinascita nella lettura dei primi umanisti francesi.

Vittorio Marchis

Scritture figurate in Guido da Vigevano: capire gli ingenia.

Alexandra Pénot

Le rayonnement politique et littéraire de la France médiévale dans le Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, Ryme et Romans (1581) de Claude Fauchet.

16.00-16.15: Discussion – discussione

16.15-16.45: Pause – pausa

16.45-18.15:

La circulation des savoirs techniques et scientifiques entre continuité et transformation – La circolazione dei saperi tecnico-scientifici tra permanenze e trasformazioni

Joëlle Ducos

L’héritage médiéval dans les premiers imprimés d’astronomie : typologie et recueil.

Danielle Jacquart

La survivance des œuvres médicales médiévales dans les éditions imprimées jusqu’au XVIIe siècle.

Alessandro Vitale-Brovarone

Fare i conti col passato, fare i conti col futuro.

18.15-18.30: Discussion – discussione

20.00: Dîner – cena

Samedi 10 juin – Sabato 10 giugno

Università degli Studi di Torino
Palazzo Nuovo, Sala lauree

 

9.00-10.00: Schémas historiographiques à l’épreuve des faits : éditeurs et lecteurs aux XVIe et XVIIe siècles – Schemi storiografici alla prova dei fatti: editori e lettori tra Cinque e Seicento

Francesco Montorsi

Pour en finir avec le Moyen Âge : remarques sur l’abandon éditorial des textes médiévaux au XVIe siècle.

Maria Colombo-Timelli

Jean Bonfons, passeur de textes.

10.00-10.15: Discussion – discussione

10.15-10.45: Pause – pausa

10.45-11.45: Les frontières incertaines des genres dramatiques – Le frontiere incerte dei generi drammatici

Jelle Koopmans

La farce rétrospective : revoir la farce au XVIe siècle.

Xavier Leroux

Deum tolles ex oculis, ou la fin des mystères.

11.45-12.00: Discussion – discussione

12.00-12.30: Conclusions – Conclusioni

Giovanni Matteo Roccati

 

 

 

 

 

 

 

Colloque « Past on Stage »

Colloque « The Past is Back on Stage – Medieval and Early Modern England on the Contemporary Stage »

Du vendredi 19 mai 2017 au samedi 20 mai 2017

Salle des colloques 1 Site Saint-Charles
University Paul-Valéry Montpellier 3, France
Colloque organisé par Marianne Drugeon (marianne.drugeon@univ-montp3.fr) avec le soutien du RADAC (Recherches sur les Arts Dramatiques Anglophones)

9.15 Introductory talks: Christine Reynier (Director of EMMA, Université Paul-Valéry Montpellier 3, France) and Marianne Drugeon (Université Paul-Valéry Montpellier 3, France)

9.30 Keynote lecture

Chair Graham Saunders (University of Birmingham, UK)

David Edgar (Playwright, UK), Plenary Speaker, Re-forming the Reformation: by Bolt, Brenton, Poulton and me. Continuer la lecture

Journée « Restauration et remploi »

Le mercredi 24 mai 2017 à l’École nationale des chartes (65, rue de Richelieu, Paris 2e, salle Léopold-Delisle), 9h30-18h

« Restauration et remploi »

Journée d’étude des doctorants du centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes) en collaboration avec l’École pratique des hautes études

Présentation

Arnold Esch a proposé en 1998, dans un article consacré au reimpiego, de distinguer dans les objets archéologiques l’Überleben, la simple survie matérielle d’un objet, d’une ruine, et la Nachleben, véritable vie après la vie « par transformation continuée »[1] des vestiges du passé. Ces notions sont probablement importables – moyennant quelques adaptations – dans l’ensemble des disciplines historiques qui s’intéressent aux enjeux et aux formes de la mémoire : que ce soit l’histoire (politique, des idées, etc.), l’histoire de l’art et l’archéologie, ou la philologie et la littérature.

Dans la vie et la survie des objets, des documents, des idées, des œuvres du passé, on peut distinguer deux types d’intervention humaine. D’une part, l’homme a tenté, à plusieurs moments de son histoire, de retrouver et sauver les traces du passé qui subsistaient, que ce soit par des « fouilles archéologiques » ou par l’exploration d’archives, de manuscrits, de bibliothèques. Au sein de ces manœuvres de « sauvetage » des vestiges du passé, les opérations de restauration constituent un moment important et délicat, tant d’un point de vue technique que d’un point de vue déontologique. Il n’en reste pas moins que la restauration a participé, dans la majeure partie des cas, à la survie, l’Überleben des objets du passé. D’autre part, nombreuses sont les traces (matérielles ou textuelles) du passé qui ont trouvé une nouvelle vie (une Nachleben) au cours de leur voyage à travers le temps, notamment grâce à la pratique du remploi. Bon nombre d’édifices anciens ont pu servir de « carrière de pierres » aux époques ultérieures. Il ne manque pas dans les écrits historiographiques d’exemples d’intégration de matière plus ancienne (servant quelques fois à la réécriture de l’histoire). Enfin, on ne connaît pas de littérature qui ne soit faite de remplois (qu’il s’agisse de citations, de plagiats, de réécritures, etc.).

Au cours de cette journée d’étude, nous aimerions réunir des doctorants de domaines différents (archéologues, historiens de l’art, historiens, philologues, littéraires) autour d’une réflexion concernant ces deux pratiques, restauration et remploi, et les produits qu’elles ont pu engendrer jusqu’à nos jours.

Définir les pratiques

Dans la perspective d’ouvrir une discussion méthodologique, nous aimerions poser la question des définitions de ces deux pratiques et des débats qu’elles impliquent. Qu’est-ce que la « restauration » ? Quels sont les enjeux de sa définition ? Quels peuvent en être aujourd’hui les principes ? Doit-on tout restaurer ? Qu’est-ce que le remploi ? Quelle est la valeur symbolique de ce geste ?

Il pourrait être utile de poser également la question de la proximité de ces pratiques qui participent toutes deux d’un regain d’existence offert aux objets auxquels elles s’appliquent : dans quelle mesure remploi et restauration sont-ils liés ? Une restauration est-elle un remploi ? Et, inversement, le remploi pourrait-il être compris comme une « restauration partielle » de l’œuvre ?

Définir les « produits »

Un autre obstacle méthodologique est celui de la définition et du statut des objets issus de ces pratiques. Le résultat de chacun de ces processus est un objet qui présente une certaine complexité. Un vestige du passé soumis à un travail de restauration subit une modification. Quant à la matière (concrète ou textuelle) remployée, elle s’insère dans un nouveau contexte, elle évolue. Comment ces produits ont-ils été perçus dans le passé ? Comment les analyse-t-on aujourd’hui ?

Cerner les enjeux de ces pratiques hier et aujourd’hui

Enfin, nous aimerions proposer une ouverture dans la réflexion sur ces objets, touchant plus particulièrement à l’interprétation des gestes de restauration et de remploi. À quelles fins a-t-on restauré dans le passé ? À quels desseins restaure-t-on aujourd’hui ? Quels ont pu être les enjeux du remploi jadis? Ont-ils servi une idéologie ? Ont-ils répondu à un besoin d’actualisation, de mise à jour ? Ou ont-ils simplement satisfait au nouveau goût contemporain ? Et aujourd’hui ?

 

[1] Esch Arnold, « Reimpiego dell’Antico nel Medioevo : la prospettiva dell’archeologo, la prospettiva dello storico », dans Ideologie e pratiche nel reimpiego nell’alto Medioevo. Atti della Settimana di studio del Centro italiano di studi sull’altt Medioevo (Spoleto, 16-21 aprile 1998), Spolète, coll. « Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto Medioevo », 46 (1999), 2 vol., t. I., p. 77-78.

Colloque : « Getting medieval »

« Jouer à la flamme bien moyenâgeuse : médiévisme dans la culture populaire contemporaine » / « Getting medieval : medievalism in popular culture »

25-26 novembre 2016, Université d’Albi

flammeMA

Vendredi 25 novembre 2016 – Bâtiment Multimédia / Auditorium 2

  • 8h30 Accueil des Participants/Welcome
    Ouverture de la Journée d’Etudes/Conference Opening

9h15-10h45 The Roots in a Nutshell : Origins and Impetus for Interest in Adapting Medieval Themes to Modern Works

Modératrice : Cynthia Boyer, INU Champollion.

  • 9h15 « Le ‘tuf profond jusqu’où plongent nos racines biologiques et mentales’ : Les raisons du succès de la fiction moyenâgeuse pour la jeunesse (XX-XXI) » – Régine Atzenhoffer (Université de Strasbourg, France).
  • 9h45 « The Interweaving of Archetypal Elements Inspired by Medieval Literature and Culture, in the Harry Potter series » – Eglantine Pillet (University of St. Andrews, Scotland/ Université Paris IV-Sorbonne, France).
  • 10h15 « La tour et l’aventure: matière arthurienne, romanesque et décor médiéval en Stephen King, Roberto Recchioni et Hermann » – Andrea Tondi (Università degli Studi di Siena [University of Siena], Italy).

10h45-11h00: Pause Café/Coffee Break

11h00-12h30 Worlds without Ends: Recasting the Recounts for Modern Adaptation

Modérateur : John Ford, INU Champollion

  • 11h00 « The World Within and the World Without: The Exceptional and the Familiar in Cadfael » – Francis Mickus (Université Paris IV-Sorbonne, France).
  • 11h30 « Fact or Fiction: Recasting Medieval Animal Trials for a Modern Audience » – Lesley MacGregor (University of Oxford, England).
  • 12h00 « ‘Internet Crusaders’: Political Medievalism, Conservatism, and the Social Media – Ricardo Facchini (Independent Scholar olim Archivio Centrale dello Stato [State Archives of Rome], Italy

12h30-14h00: Pause Déjeuner/Lunch Break – Restaurant Universitaire, INU-Champollion

14h00-15h30 Voicing the Unspeakable: ‘Pure Anglo-Saxon’ Attitudes from the 19th to 21st Century

Modératrice: Nathalie Rivère de Carles, Université de Toulouse II-Jean-Jaurès.

  • 14h00 « Nineteenth-century Anglo-Saxonism in the American South and Modern Rhetoric of Race » – Edward Christie (Georgia State University, Atlanta, USA).
  • 14h30 « Anglo-Saxon and ‘Pure English’ in the Nineteenth and Twenty-first Centuries » – Chris Jones (University of St. Andrews, Scotland).
  • 15h00 « Beowulf for some New Audiences: The Unspeakable versus the Unsayable » – Nicholas Perkins (University of Oxford, England).

15h30-16h00: Pause Café/Coffee Break

16h00-17h30 Up Against the Wall: Specific Cases of Detailed Adaptations

Modératrice: Lesley Lawton, Université de Toulouse II Jean-Jaurès.

  • 16h00 « ‘Take it or make it mine’: Lavinia Greenlaw’s Response to Chaucer’s Troilus and Criseyde » – Dominika Ruszkziewicz (Akademia Ignatianum w Krakowie [Jesuit University « Ignatianum » in Krakow], Poland).
  • 16h30 « Fantasies of Otherness, (Per)Versions of the Wall » – Claire Vial (Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle, France).
  • 17h00 « G.R.R.Martin’s A Game of Thrones as a Quasi-Historical Novel Inspired by the West European Middle Ages » – Andrzej Wicher (Uniwersytet Łódzki [University of Łódź], Poland).

19h00-21h00: Dîner/Dinner (Restaurant : La Part des Anges)


Samedi 26 novembre 2016 – Bâtiment Multimédia / Auditorium 2

  • 8h30 Accueil des Participants/Welcome
    Ouverture de la Journée d’Etudes/Conference Opening

    9h00-10h30 Pious Pagans, Heavenly Heathens and Constant Christians: Recreating the Godless and God-Fearin

    Modérateur : Emeline Jouve, INU Champollion.

  • 9h00 « ‘Imagine All the People…’: Fictional Reconstructions of an Early 6th-Century Golden Age, with or without God » – Suzanne Bray (Université Catholique de Lille, France).
  • 9h30 « Medieval Passion, Modern Lens: Mel Gibson’s Passion of the Christ and Dornford-May’s Son of Man » – Garrett Epp (University of Alberta, Edmonton, Canada).

10h00-10h30: Pause Café/Coffee Break

10h30-11h00 Making Moves in Movies and Television with the Sound of Music and Politics

Modératrice : Séverine Abiker, INU Champollion.

  • 10h30 « Pop-Political: Middle Ages in the Eastern European Cinemas (1938-2008) » – Adelina Angusheva-Tihanov (University of Manchester, England).
  • 11h00: « L’épisode de ‘La Quinte juste’ de Kaamelott, entre réalité historique et mystification musicologique » – Anne-Zoé Rillon-Marne (Université Catholique l’Ouest [Angers] / Université Paris IV-Sorbonne, France).

11h30-13h30: Conclusion suivie Pause Déjeuner/Lunch Break with Concluding Remarks

13h30-15h00: Visite guidée de la Cité Episcopale d’Albi: Cathédrale et Palais de la Berbie /Guided Tour of the Episcopal City of Albi: the Cathedral St Cécile and the Bishops’ Palace.

Colloque : La Ballade

Colloque « La ballade : métamorphoses d’un genre du Moyen Âge à nos jours »

organisé par Mireille Demaules et Brigitte Buffard-Moret

30 novembre-2 décembre 2016

Université d’Artois (Arras).

ballade-pendus

Programme

Mercredi 30 novembre après-midi

14h : accueil des participants  par Olivier Chovaux, 1er vice-président de l’Université d’Artois

14h15 : Ouverture du colloque par Anne-Gaëlle Weber, directrice de l’unité de recherche « Textes et Cultures »

14h15-14h30 : Brigitte Buffard-Moret et Mireille Demaules

Président de séance : François Raviez (Université d’Artois)

14h30-15h : Sylvie Lefèvre (Université de Paris-Sorbonne, Paris IV) : Le couple « chançons et balades » : de retours en détours

15h-15h30 : Yolanda Plumley (University of Exeter) : The 14th century ballade at the princely court: Guillaume de Machaut and his contemporaries

Discussion et pause 15h30-16h

16h-16h30 : Mireille Demaules (Université d’Artois) : À propos des ballades oniriques d’Eustache Deschamps

16h30-17h : Cédric Pérolini (Université d’Avignon) : Brassens, le baladin Moyenâgeux

Jeudi 01 Décembre 2016

Matin

Présidente de séance : Sylvie Lefèvre (Université de Paris-Sorbonne Paris IV)

 

9h30-10h : Clotilde Dauphant (Université de Paris-Sorbonne, Paris IV) : La marque du poète dans la ballade de la fin du Moyen Âge : l’exemple de Jean Froissart, face au Méliador et au Trésor amoureux

 

10h-10h30 : Jean-Claude Mühlethaler (Université de Lausanne) : Forme du sens et sens de la forme: variations sur la ballade dans La Chasse et le Depart d’Amour publié par Antoine Vérard en 1509

Discussion et Pause 10h30-11h

11h-11h30 : Nadia Cernogora (Université de Paris Ouest-Nanterre La Défense) : La ballade dans les arts poétiques de la Renaissance : du rejet de La Pléiade aux résurgences de la fin du siècle 

11h30-12h : Carine Luccioni-Sauvage (Université de Paris-Sorbonne, Paris IV) : Survivance de la ballade au premier xviie siècle. L’exemple de Jacques Loys (1585-1611)

Discussion et pause déjeuner

Après-midi

Président de séance : Jean-Claude Mühlethaler (Université de Lausanne)

14h-14h30 : Claudine Nédelec (Université d’Artois) : Le devenir paradoxal du genre de la ballade au xviie siècle

14h30-15h : Gaëlle Loisel (Université Clermont Auvergne, Université Blaise Pascal) : Le renouveau du genre de la ballade à l’époque romantique : théories et pratiques

Discussion et pause 15h-15h30

15h30-16h : Évelyne Jacquelin (Université d’Artois) : Renaissance de la ballade et émergence du fantastique allemand à la fin du xviiie siècle

16h-16h30 : Aleksandra Wojda (Université de Lorraine) : Poétique de la ballade musico-littéraire à l’époque romantique : les ballades de Carl Loewe sur les paroles de Goethe et de Schiller

 

Visite du centre historique d’Arras et dîner convivial

 

Vendredi 02 Décembre 2016

 

Matin

 

Présidente de séance : Brigitte Buffard-Moret (Université d’Artois)

 

9h30-10h : Pierre Loubier (Université de Poitiers) : Ballade et Élégie, de Charles-Hubert Millevoye à Alphonse Le Flaguais

 

10h-10h30 : François Raviez (Université d’Artois) : Fantômes et fantasmes : Victor Hugo en ses Ballades

Discussion et pause 10h30-11h

11h-11h30 : Bertrand Degott (Université de Franche-Comté) : La ballade satirique entre vers et prose

11h30-12h : Michèle Gally (Université d’Aix-Marseille) : Faire renaître la ballade ancienne dans une ‘fille vivante qui lui ressemble’. Banville admirateur de Villon

Discussion et Pause Déjeuner

Après-midi

Président de séance : Jan Goes (Université d’Artois, directeur de l’unité de recherche « Grammatica »)

14h-14h30 : Francesca Manzari (Université d’Aix-Marseille) : Des ballades dans les Cantos

14h30-15h : Olivier Szerwiniack (Université de Picardie Jules Verne) : Métamorphoses de la ballade du Roi des aulnes de Goethe à Michel Tournier

Discussion et conclusions 15h-15h30