Archives de catégorie : Appels

Appel : Game of Thrones

Résultat de recherche d'images pour "game of thrones"

Colloque des Imaginales 2020

« Game of Thrones, nouveau modèle pour la fantasy ? »

14-15 mai 2020

à Epinal dans le cadre du Festival des Imaginales

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Un an après la diffusion des derniers épisodes de Game of Thrones (David Benioff et D.B. Weiss, HBO, 2011-2019), ce colloque se veut l’occasion d’un premier bilan collectif sur ce que le succès médiatique et la réussite esthétique de la série télévisée mais aussi du cycle romanesque inachevé de George Martin dont elle est l’adaptation, A Song of Ice and Fire (Le Trône de fer), ont pu apporter à la manière dont la fantasy est perçue – dans quelle mesure le phénomène GoT a-t-il transformé la façon dont la fantasy se crée, se diffuse et se vit ?

L’œuvre de Martin s’est en effet imposée, aux côtés de celles de Tolkien et de J.K. Rowling, comme nouveau « monument » de la fantasy, au sommet de son panthéon : connue d’un très large public, suscitant des appropriations nombreuses et variées, du champ de la publicité à celui de la politique, son influence la constitue en modèle de ce que peut être, aujourd’hui, la culture populaire – son impact, mais aussi ses limites.

Voici quelques pistes qu’on propose en particulier à l’exploration :

– un nouveau modèle pour le genre et ses sous-genres : Game of Thrones/ Le Trône de Fer a proposé des réorientations fortes par rapport aux modèles antérieurs du genre – la fantasy depuis lors se fait plus sombre, plus historique, plus « adulte ». Si elle n’était pas une nouveauté au milieu des années 90 quand Martin publie son premier volume (La Compagnie Noire de Glen Cook débute en 1984), la dark fantasy, volontairement sanglante et amorale, est arrivée sur le devant de la scène avec GoT ; les expressions de « gritty fantasy » ou de « grimdark » ont été proposées pour repérer ce courant, illustré par exemple par les œuvres de Mark Lawrence, Joe Abercrombie ou en France par les dernières productions de Lionel Davoust et Pierre Pevel. Autre apport de Martin au genre, l’accent mis sur les sources historiques et sur une volonté de vraisemblance « boueuse » a également une très belle et rapide postérité, au point de constituer aujourd’hui l’élément le plus étudié à son sujet[1].

– un nouveau modèle pour une fantasy multi ou transmédiatique : première série télévisée de fantasy médiévale-fantastique à dépasser un public de « niche », GoT a braqué sur le genre les projecteurs de l’actualité médiatique. La diffusion des saisons successives a été accompagnée chaque fois par des campagnes de promotion transmedia remarquées, jeux de plateau et jeux vidéo développant pour leur part toute une gamme d’accès ludiques à l’univers de Westeros. Depuis, les adaptations en séries télévisées de grands succès de la fantasy anglophones n’ont cessé de se multiplier – Les Chroniques de Shannara d’après Terry Brooks (2016-2017), The Magicians d’après Lev Grossman (2015-en cours), American Gods d’après Neil Gaiman (2018-en cours), Good Omens (Gaiman et Pratchett, 2019), A la croisée des mondes (Pullman, 2019)… – et les annonces de projets sont tout aussi nombreuses, à commencer par la série qu’Amazon compte consacrer à l’œuvre de Tolkien. Quels peuvent être les atouts de la fantasy pour de tels déploiements médiatiques ? Comment le modèle du worldbuilding en particulier, popularisé par GoT, trouve-t-il à se diffuser largement dans l’écosystème culturel ?

– un nouveau modèle de public actif : la constitution de communautés de fans actifs autour du cycle littéraire et de la série télévisée peut manifestement être identifiée comme une des évolutions décisives ayant permis leur succès spectaculaire. Produit des réseaux sociaux et des communications numériques, la participation des publics est désormais recherchée, scrutée, crainte parfois. Certains fans se consacrent à la fiction, d’autres à collecter et partager les données d’une érudition dont ils sont les meilleurs gardiens – Martin lui-même le reconnait en co-signant avec Elio M. García Jr. et Linda Antonsson, du site Westeros.org, son World of Ice and Fire ; en France, La Garde de Nuit voit son expertise reconnue par une collection d’ouvrages chez Pygmalion, l’éditeur des traductions de Martin. Certains s’emparent des messages qu’ils lisent dans l’œuvre pour les transposer dans une actualité politique – le slogan « Winter is coming » a ainsi pu être largement détourné pour alerter sur le changement climatique[2].

– un modèle à prendre en exemple ? Les controverses ont également accompagné le succès de GoT, qu’il s’agisse de la question de la représentation des rôles genrés ou des populations racisées, ou lors de la dernière saison, des options scénaristiques choisies, violemment rejetées par une part du public. La fin semble doublement impossible pour cet ensemble – fin piégée pour une série télévisée aux évolutions inacceptables pour certains, fin toujours repoussée pour le cycle littéraire, dont les volumes annoncés par Martin connaissent sans cesse de nouveaux délais tandis que les projets annexes (Fire and Blood actuellement) semblent davantage inspirer l’auteur… Une œuvre à succès, ainsi adorée sur le long terme, est-elle condamnée à mal finir ou à ne pas finir ? Que peut nous apprendre le cas de GoT sur cette difficulté spécifique à la sérialité, et peut-être plus encore aux univers tentaculaires de la fantasy ?

Les propositions de communications, d’une demi-page environ, sont à faire parvenir aux directeurs scientifiques, accompagnées d’une présentation biobibliographique, pour le 31 janvier 2020 au plus tard.

anne.besson@univ-artois.fr ; natvd@cegetel.net ; chelebourg@gmail.com ; sn@imaginales.com


[1] Voir en français les articles de William Blanc et Yann Boudier dans Game of Thrones, série noire, Mathieu Potte-Bonneville (dir.), Paris, Les Prairies ordinaires, 2015, de Justine Breton dans Fantasy et Histoire(s), Chambéry, ActuSF, 2019,et l’ouvrage de Stéphane Rolet Le Trône de fer ou le pouvoir dans le sang, Tours, PUFR, 2014, auquel s’ajoutent les numéros spéciaux de revues et magazines comme Historia (hors-série, printemps 2019). La production anglophone est importante, avec notamment Shiloh Carroll, Medievalism in A Song of Ice and Fire and Game of Thrones, Cambridge, D.S. Brewer, 2018 ; Carolyne Larrington, Winter is Coming: The Medieval World of Game of Thrones, Londres, I.B.Tauris, 2016 ; Brian A. Pavlac (dir.), Game of Thrones vs. History: Written in Blood, Malden, Wiley Blackwell, 2017.

[2] Voir l’ouvrage de William Blanc, Winter is coming, une brève histoire politique de la fantasy, Libertalia, 2019.

Appel : ‘Race, Racism and Medieval England’

L’Angleterre médiévale, les « races » et le racisme.


La revue Études Médiévales Anglaises (EMA) vous invite à soumettre un article pour son
numéro 96 consacré aux notions de race et racisme. Les articles, en anglais ou en français, sont àenvoyer à Elise Louviot avant le 30 novembre 2019 (informations ci-dessous). Nous
recommandons aux auteurs intéressés de faire parvenir un titre et une brève description du contenu de leur article dès que possible.


Les représentations de l’Angleterre médiévale (et du Moyen Âge européen plus généralement)
dans la culture populaire ont tendance à promouvoir une vision simpliste des questions raciales. Le Moyen Âge est typiquement représenté soit comme uniformément blanc soit comme une période de conflit entre un monde chrétien blanc et un monde musulman arabe. De telles représentations  sont extrêmement problématiques, non seulement parce qu’elles déforment la vérité (et c’est déjà en soi un problème sérieux), mais aussi parce qu’elles ont un impact sur le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui et sur ce qui s’y passe : les mythes sur la « race anglo-saxonne », sur les croisades ou sur la chevalerie, pour ne prendre que quelques exemples, ont ainsi pu être utilisés et continuent à être utilisés pour promouvoir les intérêts de groupes racistes et/ou nationalistes des deux côtés de l’Atlantique.
Les travaux de recherche consacrés à l’Angleterre médiévale n’ont pas toujours joué un rôle
parfaitement innocent. Parfois, des médiévistes ont pu utiliser leurs travaux pour défendre des
conceptions racistes et/ou nationalistes de l’Angleterre médiévale. Plus souvent encore, ils se sont simplement concentrés sur les faits et gestes d’hommes blancs, laissant dans l’obscurité l’existence et la contribution de toutes autres personnes. Ces dernières années, cependant, des travaux de plus en plus nombreux ont commencé à aborder la question et à fournir une vision plus précise et plus nuancée du Moyen Âge sur ce point.
Ces travaux ont démontré la présence physique et, plus encore, l’importance culturelle (aussi
bien dans la littérature, que les sciences ou l’iconographie) en Angleterre médiévale de personnes qui ne seraient pas considérées comme « blanches » aujourd’hui. Surtout, ils ont montré que ce qu’on appelle la race est une construction culturelle, par conséquent susceptible de prendre des significations différentes selon les époques. Ainsi, si la conception « scientifique » de la race qui nous est la plus familière n’était pas encore dominante au Moyen Âge, le concept de race lui-même, en tant que « tendance… à séparer les êtres humains en fonction de différences choisies de manière sélective et constituées en critères absolus et fondamentaux afin de distribuer les rôles et le pouvoir différentiellement selon les groupes humains » (Heng 2018, « tendency… to demarcate human beings through differences among humans that are selectively identified as absolute and fundamental, so as to distribute positions and powers differentially to human groups ») était bel et bien opérant en Angleterre au Moyen Âge et avait un impact sur différents groupes, notamment les Juifs et les Irlandais.
Pour ce numéro d’Études Médiévales Anglaises, nous recherchons des articles sur tout sujet lié
aux notions de race et de racisme dans le contexte de l’Angleterre médiévale et les oeuvres médiévalistes. On pourra notamment traiter des questions suivantes :
– la présence et le rôle de personnes racisées dans la société et la culture ;
– les pratiques et les représentations racistes ;
– comment le concept de race était compris à l’époque ;
– les représentations racistes de l’Angleterre médiévale dans la culture populaire et la recherche 
– comment les questions de race et de racisme peuvent être abordées en classe ou dans le cadre d’expositions consacrées à l’Angleterre médiévale.

Les articles, en anglais ou en français, seront à envoyer avant mars 2020 à Elise
Louviot elise.louviot@univ-reims.fr. Ils donneront lieu à une évaluation en double aveugle. La
feuille de style est disponible sur le site de l’AMAES :

https://amaes.jimdo.com/publications-de-lamaes/notre-journal-ema/soumettre-un-article/

Bibliographie indicative
Cette sélection s’appuie pour une grande part sur la bibliographie compilée par les membres de
Medievalists of Color ; une bibliographie plus complète est disponible sur leur site internet
https://medievalistsofcolor.com
Akbari, Suzanne C. Idols in the East: European Representations of Islam and the Orient, 1100-
1450 (Cornell University Press, 2009).
Bartlett, Robert. “Medieval and Modern Concepts of Race and Ethnicity.” Journal of Medieval and
Early Modern Studies 31 (2001), 39-55.
Beckett, Katherine Scarfe. Anglo-Saxon Perceptions of the Islamic World. Cambridge Studies in
Anglo-Saxon England 33 (Cambridge University Press, 2003).
Cohen, Jeffrey J. “Race.” A Handbook of Middle English Studies, ed. Marion Turner (Chichester:
Wiley Blackwell, 2013), 109-122.
Eliav-Feldon, Miriam, Benjamin Isaac, and Joseph Ziegler, eds. The Origins of Racism in the West
(Cambridge University Press, 2009).
Goldberg, David. “The Development of the Idea of Race: Classical Paradigms and Medieval
Elaborations.” International Journal of the Classical Tradition 5 (1999), 561–70.
Green, Monica H. “The Diversity of Human Kind,” in A Cultural History of the Human Body in
the Middle Ages (Oxford: Berg, 2010), 173-90 (notes, 268-71).
Hahn, Thomas. “The Difference the Middle Ages Makes: Color and Race Before the Modern
World.” Journal of Medieval and Early Modern Studies 31, no. 1 (2001), 1–37.
Harris, Stephen J. Race and Ethnicity in Anglo-Saxon Literature (Routledge, 2004).
Heng, Geraldine. The Invention of Race in the European Middle Ages (Cambridge University Press,
2018).
Jordan, William C. “Why ‘Race’?” Journal of Medieval and Early Modern Studies 31, 1 (2001),
165-173.
Lavezzo, Kathy. The Accommodated Jew: English Antisemitism from Bede to Milton (Cornell
University Press, 2016).
Mittman, Asa S. 2015, “Are the Monstrous ‘Races’ Races?” Special Issue: “Making Race Matter
in the Middle Ages” ed. Cord Whitaker. postmedieval 6:1 (2015), 36-51.
Public Medievalist, special series on Race, Racism and The Middle Ages (2017-2018),
https://www.publicmedievalist.com/race-racism-middle-ages-toc/
Ramey, Lynn T., Black Legacies: Race and the European Middle Ages (University Press of Florida,
2014).
Weeda, Claire. “Characteristics of Bodies and Ethnicity c. 900-1200”, Medieval Worlds 5 (2017),
95-112.
Young, Helen. “Time and Place: Medievalism and Making Race.” Special Issue: Medievalism
Now, The Year’s Work in Medievalism 28 (2013), 2-6.

Appel : « S’évader au Moyen Âge »

Colloque « S’évader au Moyen Âge : entre appropriations contemporaines et imaginaires de l’histoire médiévale »

Autun, avril 2020 (dates précises à venir)

Coordonné par Audrey Tuaillon Demésy et Justine Breton

Réponses attendues pour le 30 novembre 2019

Qu’il s’agisse de rejouer des batailles de fantasy en GN, de dévorer des mets rôtis lors d’une fête médiévale dans une logique toute carnavalesque, de re-créer des gestes techniques en lien avec l’artisanat de l’époque ou de raconter des histoires de princesses et de chevaliers, le Moyen Âge reste dans l’imaginaire collectif associé à une notion de plaisir. Cette facette est l’opposée de celle qui associe également souvent la période médiévale aux qualificatifs « sale » et « obscur ». En réponse à un Moyen Âge repoussant, il est aussi possible de « partir en vacances » au Moyen Âge comme l’on voyagerait dans un pays lointain, à la fois dépaysant et familier. Le médiévalisme offre une porte d’entrée privilégiée dans cette période réinventée ou ressuscitée.

Dans la continuité de plusieurs colloques et publications portant sur la thématique de la
résurgence du Moyen Âge au XXIe siècle, nous souhaitons mettre l’accent sur les manières
dont cette époque est utilisée pour proposer une rupture avec le quotidien. Se posent alors les
questions suivantes : comment et pourquoi choisit-on de s’évader au Moyen Âge ?
Comment et pourquoi cette période joue-t-elle particulièrement un rôle d’échappatoire
face au quotidien ?
Afin de proposer des pistes de réflexion, deux axes majeurs sont envisagés. Le premier porte
sur les fictions qui mettent en scène le Moyen Âge : en quoi celles-ci deviennent-elles des
échappatoires ? Le second axe met l’accent sur la corporéité et questionne l’expérience
corporelle comme outil d’évasion dans un autre temps.


1) Les fictions comme échappatoires
L’escapism, ou la tendance à rechercher dans la fiction une échappatoire trompeuse à la
réalité, a souvent été considéré comme une dérive négative de la littérature et des domaines de
l’imaginaire. L’on accuse – accusait ? – les jeunes lecteurs, principalement, de refuser de
grandir en restant attachés à des univers enfantins, souvent considérés à tort comme simplistes
et donc nocifs pour leur formation. Le cadre médiéval, par sa propension à mettre en scène
des aventures merveilleuses, des combats épiques et des créatures fabuleuses, apparaît comme
une cible de choix pour ces reproches, mais est-ce là le seul intérêt divertissant du
Moyen Âge ? Le cinéma et la télévision ont rapidement subi les mêmes commentaires, étant
opposés par leur nature a priori divertissante à d’autres pratiques – scolaires notamment –,
quant à elles jugées plus pertinentes car plus utiles à éduquer la jeunesse. Dans ce cadre,
s’évader dans le médiévalisme, littéraire ou audiovisuel, peut être vu comme une démarche
d’évitement de la réalité, comme cherche par exemple à le faire la princesse Bean dans la
série animée Désenchantée.
Pourtant, certains auteurs revendiquent au contraire le pouvoir philosophique et
psychologique de cette échappatoire par la littérature médiévaliste (T.H. White, The Book of
Merlyn), en montrant que l’évasion temporaire au Moyen Âge peut s’avérer bénéfique pour
mieux prendre du recul sur les dilemmes du quotidien (Camelot 3000). Doit-on voir,
accentuée depuis quelques décennies, une volonté de revaloriser cette échappatoire comme
une conséquence positive de la littérature ? Ou doit-on plutôt comprendre que les pratiques
narratives ont évolué, en intégrant un contenu pédagogique ou scientifique à un cadre
divertissant, évitant de fait d’éventuels reproches d’escapism ? Des chercheurs, enseignants et
spécialistes de la période médiévale peuvent d’ailleurs apprécier certaines productions
médiévalistes, et y trouver un intérêt historique et pédagogique, sans s’arrêter aux choix
anachroniques des créateurs (Vikings, Kaamelott). Comment articuler savoir scientifique et
goût pour le divertissement ?

L’expérience ludique est un autre moyen de s’échapper du quotidien, durant un temps donné.
Ainsi, les jeux de plateau prenant pour thème le Moyen Âge ou ses déclinaisons fantastiques
sont légions (Troyes, Les bâtisseurs, Kingdomino, etc.), de même que les jeux vidéo, qu’il
s’agisse de combattre comme au Moyen Âge (Medieval total war, par exemple) ou d’explorer
un univers médiéval (plusieurs opus de la série Assassin’s Creed, The Witcher, ou encore
Kingdom come deliverance). L’entrée dans un autre temps est aussi permise par la narration et
la pratique du jeu de rôle. Nombreux sont ceux qui prennent pour cadre une période
médiévale, plus ou moins proche de la réalité historique (le célèbre Donjons & Dragons, mais
aussi Rolemaster, Miles Christi, Nightprowler, etc.). Ainsi, le jeu est porteur de diverses
représentations de l’époque médiévale et tend à produire un cadre, au sein duquel le Moyen
Âge devient un décor. Comment celui-ci facilite-t-il l’immersion dans la pratique ludique ?
Mais aussi, comment l’activité ludique revisite-t-elle le passé ?

2) La corporéité comme outil d’évasion dans un autre temps.
Le second axe fait référence à un Moyen Âge expérimenté « par corps ». L’évasion est ici
permise par des expériences sensorielles et corporelles. Il peut s’agir des pratiques d’histoire
vivante5, mettant en jeu des re-créations gestuelles, aussi bien du point du vue des artisanats et des modes de vie révolus (reconstitution historique) que du côté des savoir-faire techniques
martiaux (par exemple, avec les Arts martiaux historiques européens). Comment ces pratiques
d’histoire vivante produisent-elles de nouveaux espace-temps et permettent-elles un
dépaysement ? Comment s’échappe-t-on au Moyen Âge, sans pour autant abandonner le
monde contemporain ?
Dans la continuité de ces pratiques de loisirs expérimentées corporellement, comment
l’imaginaire permet-il une approche différente de l’histoire ? C’est le cas, par exemple, des
fêtes médiévales (au sein desquelles une liberté de représentation du Moyen Âge est souvent
présente), des reconstitutions de fiction (notamment des batailles de la Guerre de l’Anneau) et
aussi des jeux de rôle grandeur nature. Entre « Fantasy et Histoire(s)6 », la période médiévale
apparaît comme un support permettant l’expression d’un engagement corporel associé à un
passé réinventé.
Autres formes d’expérimentations par le corps, souvent oubliées dans les pratiques de mises
en vie : le théâtre et la musique. En effet, le théâtre historique, qu’il soit sur scène ou dans la
rue (sous forme de saynètes, par exemple), expose aussi des fragments rejoués de l’histoire
médiévale. De la même manière, les re-créations de sons issus du passé (par le biais de la
reproduction d’instruments, de festivals de musiques médiévales, etc.) permettent aux
auditeurs d’approcher des perceptions d’un temps révolu. Comment ces spectacles
deviennent-ils des supports à un voyage dans le passé ?

Le goût est également l’un des sens pouvant être mobilisé pour expérimenter le Moyen Âge. L’alimentation médiévale forme, en effet, un moyen d’entrée privilégié dans l’histoire. Qu’il
s’agisse de reconstitutions de recettes historiques (pour lesquelles les ingrédients ne sont plus
toujours disponibles) ou d’évocations de banquets, le repas médiéval semble faciliter la
proximité avec le passé7. Le Moyen Âge devient ainsi parfois prétexte au tourisme,
notamment dans les cités à fort patrimoine médiéval. Dans ce contexte, les escapades dans les
« tavernes » ou « auberges » proposées aux visiteurs sont nombreuses. Au-delà, les lieux de
convivialité tels les bars peuvent aussi prendre des noms à consonance médiévale et proposer
un cadre qui fait écho à cette époque. Dès lors, comment la mise en scène d’un lieu produitelle
un sentiment de dépaysement ? Comment les diverses formes de représentations de
l’alimentation médiévale permettent-elle de se projeter hors du temps quotidien ?
Ainsi, les expériences et expérimentations corporelles et sensorielles forment des portes
d’entrées privilégiées vers le Moyen Âge, dans une logique somme toute très hédoniste.
Promesses de reconstitutions à l’identique ou manières de réinventer la période médiévale, ces
formes d’évasion questionnent aussi, en creux, les représentations du Moyen Âge telles que
véhiculées dans nos sociétés contemporaines. Au-delà, les loisirs qui mobilisent l’histoire
médiévale sont révélateurs des réappropriations faites de cette période et des imaginaires qui
la sous-tendent. Il s’agira ainsi de s’interroger aussi bien sur les conditions d’expression d’un
Moyen Âge favorisant l’immersion temporaire dans un passé pourtant révolu, que sur les
différents modèles et formats proposés, permettant de « ressentir » le Moyen Âge.
Quel que soit l’angle d’approche choisi (fiction ou corporéité), la question n’est pas, ici,
d’évaluer la « véracité » historique des diverses formes de recréations/reconstitutions
existantes, ni d’interroger les enjeux de la patrimonialisation auxquels sont par exemple
confrontés les musées, mais bien d’approfondir les raisons et les motifs de ces
réappropriations fictives, corporelles et expérimentales de la période médiévale.

Ces réflexions doivent être abordées selon un angle pluridisciplinaire. Les propositions de
communication pourront ainsi relever du champ des sciences humaines et sociales
(sociologie, ethnologie, histoire, archéologie, sciences de l’information et de la
communication, etc.) mais aussi du domaine de la littérature, des études visuelles et
cinématographiques, etc.
Ce colloque est organisé en partenariat avec la ville d’Autun qui accueillera les intervenants,
avec l’association Modernités Médiévales, et il fait partie de l’ANR Aiôn (Socioanthropologie
de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs).

Comité scientifique :
Anne Besson (Université d’Artois)
Florian Besson (Actuel Moyen Âge)
Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Estelle Doudet (Université de Lausanne)
Laurent Di Filippo (Université de Lorraine)
Audrey Tuaillon Demésy (Université de Franche-Comté)
Les propositions de communication (environ 2 000 signes et 5 mots-clés) ainsi qu’une courte
biographie seront à faire parvenir conjointement à audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr et
à bretonjustine@outlook.fr pour le 30 novembre 2019 au plus tard.
Évaluation des propositions par le comité scientifique : courant décembre 2019
Réponse aux contributeurs : début janvier 2020

Partenaire de ce colloque, notre association propose cette fois encore un soutien financier à des doctorant.e.s qui en feront la demande – plus de détails en nous contactant.

Appel : Reines de scène et d’écran

« Reines à la scène et à l’écran, de la fin du XIXe au XXIe siècle : (ré)écriture, mise en scène, remédialisation (cinéma, série) », appel pour un colloque interdisciplinaire organisé à Rouen les 15-16 octobre 2019.

Date limite : 1er mai 2019.

Les titres et résumés de propositions sont à envoyer conjointement à Ariane Ferry et Sophie Mentzel avant le 1er mai 2019 :
ariane.ferry@univ-rouen.fr  et   mentzelsophie@gmail.com

Ce colloque interdisciplinaire et diachronique, inscrit dans le projet La force des femmes, hier et aujourd’hui, viendra conclure un programme de recherche sur la figure de la reine et ses évolutions dans les arts de la scène et de l’écran, l’un des axes du Cérédi, et interroge les représentations de l’exercice du pouvoir par les femmes.

Les deux premières journées d’étude (Reines de théâtre de la première modernité en Europe, 12 juin 2018 ; Reines de théâtre de la fin du XVIIIe au XIXe siècle, 19 novembre 2018) ont permis de faire émerger un certain nombre d’actrices de l’histoire européenne devenues de grandes figures de la scène en France, Espagne, Allemagne et Angleterre.

Le cycle s’achèvera avec un colloque intitulé Reines à la scène et à l’écran, de la fin du XIXe au XXIe siècle : (ré)écriture, mise en scène, remédialisation (cinéma, série)qui aura lieu les 15 et 16 octobre 2019 à l’Université de Rouen Normandie. On y abordera les reconfigurations successives de ces actrices de l’histoire et les émergences de nouvelles figures royales dans une perspective intermédiale (théâtre, cinéma et séries). Une partie du colloque sera consacrée aux écritures scéniques de la fin du XIXe siècle (Sardou, Jarry, etc.) à la période contemporaine (Howard Barker, Normand Chaurette, Victor Haïm), en passant par Montherlant, ainsi qu’aux mises en scène de « classiques avec reines » (Vilar, Ostermeier). Une autre sera consacrée aux productions audiovisuelles depuis les débuts du cinéma et à leur traitement des personnages de reines, historiques ou imaginaires – très présents ces derniers temps sur les petits (The CrownReignMarie-Thérèse d’AutricheGame of Thrones) et grand écrans (Les Adieux à la reineMarie-AntoinetteThe FavouriteMary Queen of Scots) : on y examinera le recyclage des figures déjà largement préconstruites par le théâtre et la fabrique de figures composites dans des genres et des formes cinématographiques variées de Visconti à Walt Disney, de Ernst Marischka (Sissi) à Sacha Guitry, Patrice Chéreau, Stephen Frears, Benoit Jacquot, Yórgos Lánthimos, etc.

Il s’agira enfin d’interroger l’engouement durable pour les figures royales féminines dans les productions théâtrales, cinématographiques et sérielles d’un point de vue narratif, esthétique, sociologique et idéologique.

Présentation générale du projet et des axes de recherche de Reines en scènes

De la sinistre Cléopâtre de Rodogune de Corneille aux troubles personnages de Shakespeare (Gertrude ou Lady Macbeth), de la pathétique Marie Stuart de Schiller à la versatile Marie Tudor de Hugo, de la bluette des Sissi de Ernst Marischka aux images sanglantes et aux complots de La Reine Margot de Chéreau ou de Game of Thrones, la représentation de la reine sur la scène et à l’écran semble osciller entre les feux contradictoires de la simplicité et de l’usurpation qui, tous deux, la privent de la nécessaire transcendance monarchique : humaine trop humaine, la souveraine qui accède au pouvoir est mise en scène comme un personnage hybride, pris entre les attendus d’une fonction glorieuse et la réalité de ses pulsions mortifères… ou domestiques. Si elle incarne le pouvoir, elle semble fragilisée de l’intérieur par ses passions, ses pulsions, ses rêves ou ses remords. En cela, n’est-elle pas un vecteur privilégié de la fable théâtrale et cinématographique ? Comment son ambivalence est-elle mise en scène et fait-elle spectacle ?

Un tel questionnement s’inscrit dans les axes de recherche du Cérédi :

  • Il s’intéresse aux arts de la scène et de l’écran, en explorant tout à la fois le domaine de la représentation théâtrale et, à partir du XXe siècle, ceux du cinéma et des séries. Entre Lady Macbeth et Cersei Lannister de Game of Thrones quels invariants de la royauté au féminin retrouve-t-on ? Quels changements note-t-on ?
  • Il se rapporte également à la réception créatrice des œuvres et à leur transformation à travers les attendus de la représentation de la reine et leur évolution : la figure de la reine ne s’actualise pas de la même façon au XVIIe siècle et au XXIe siècle, dans un genre ou un autre, une culture ou une autre. Dans quelle mesure les réalités sociales et politiques du siècle interviennent-elles dans les reconfigurations de cette figure du pouvoir, par ailleurs soumises aux évolutions de l’imaginaire collectif ? Les spectateurs sont-ils plus favorables aux reines aux époques où elles règnent (époque élisabéthaine, époque contemporaine) ou, paradoxalement, la force de l’imaginaire isole-t-elle le fantasme du pouvoir féminin de sa réalité sociétale pour produire des personnages déconnectés des réalités politiques ou des sources historiques ?

Inscrit dans le programme de recherche sur La Force des femmes, hier et aujourd’hui, qui vise, entre autres, à interroger les présupposés idéologiques accompagnant la mise en scène passée et contemporaine du pouvoir au féminin, ce cycle de journées d’études examinera les spécificités de la représentation des figures de reine en France et en Europe, du XVIe au XXIe siècle.

Divers axes de réflexion sont proposés :

  • Comment et pourquoi la reine est-elle un instrument majeur du spectaculaire ?
  • Quel(s) traitement(s) lui réserve-t-on sur les scènes ou sur les écrans ?
  • Sa mise en scène évolue-t-elle avec la place des femmes dans la société, ou demeure-t-elle une éternelle variation sur les motifs de la victime et/ou de l’usurpatrice ?
  • Quelles sont les figures marquantes de reines, que l’on retrouve sur les scènes et les écrans d’Europe (Marie Stuart, Elisabeth I et II, Marie-Antoinette…) et quel est leur statut dans l’imaginaire collectif ?
  • Enfin, comment définir « l’emploi » de reine dans la hiérarchie théâtrale et quels « monstres sacrés » façonne-t-il au théâtre et au cinéma ?

Quelques problématiques aussi :

  • La reine est-elle une femme comme une autre ? Et, dans ce cas, comment peut-elle incarner le pouvoir ?
  • Quel est l’écart entre les attendus de la représentation d’un roi et d’une reine ?
  • La reine serait-elle une métaphore des faiblesses du pouvoir ?
  • Quelles différences entre les reines de la scène française, où s’applique la loi salique, et celles de la scène anglaise ?
  • Comment expliquer que l’emploi de roi disparaisse de la grille française des emplois au XIXsiècle tandis que celui de reine demeure ?
  • Comment les personnages de reines forgent-elles les monstres sacrés de la scène et les vedettes du cinéma et du petit écran ?

Les journées d’étude et le colloque seront suivis de la publication d’un volume collectif intitulé Reines en scènes.

Appel : Fantasy Arthurienne


Appel à articles / Call for Papers
pour la revue en ligne Fantasy Art and Studies n°7
La Fantasy du roi Arthur / King Arthur’s Fantasy

Les articles sont à envoyer à l’adresse fantasyartandstudies@outlook.com pour le 22 juin 2019.


(English version below)
Développées depuis le IXe siècle en Europe, les légendes du roi Arthur, du sorcier Merlin et des chevaliers de la Table ronde continuent de s’épanouir aujourd’hui dans le monde entier, notamment à travers des réécritures et des adaptations de Fantasy. Qu’il s’agisse du roman pédagogique The Sword in the Stone (1938) de T.H. White, de l’étonnante version anime de King Arthur (1979-1980), de la réécriture féministe de Marion Zimmer Bradley dans Les Dames du Lac (1983), ou du Cycle initiatique de Merlin (2003-2018), centré sur une lecture celte et proposé en bande dessinée par Jean-Luc Istin et Eric Lambert, la Fantasy puise très régulièrement dans les différentes facettes des légendes arthuriennes pour en interroger la pérennité et la pertinence aujourd’hui. Le grand nombre de personnages et de créatures mythologiques, ainsi que le caractère universel des thèmes abordés – comme l’amitié, la trahison, le pouvoir –, permettent aux légendes arthuriennes d’être adaptées à tous les contextes historiques et géographiques, ainsi qu’à toutes les atmosphères, de la fantasy historique de la Saga du roi Arthur de Bernard Cornwell (1995-1997) à la light fantasy de Sacré Graal ! des Monty Python (1975) et de Shrek le Troisième (2007). L’ajout de personnages originaux dans l’environnement royal, comme la jeune Ana dans L’Apprentie de Merlin de Fabien Clavel (2010-2013), permet de déplacer l’action tout en restant fidèle à un cadre familier – qui plaît tant aux lecteurs.
Qu’apporte le roi Arthur aux oeuvres de Fantasy ? L’intérêt des légendes tirées du Moyen Âge réside-t-il dans leur universalité, ou au contraire dans ce qu’elles ont de surprenant pour le lecteur contemporain ? Comment les thèmes épiques et magiques, si chers à la Fantasy, sont-ils articulés pour satisfaire le lectorat des XIXe, XXe et XXIe siècles ? Quel est le rôle des réécritures modifiant la perspective, et apportant par exemple le point de vue des méchants traditionnels, comme Mordred et Morgane ?

Continuer la lecture

Appel : « Le Moyen Age mort-vivant »

Enluminure contemporaine de Brigitte Marchand-Lapointe

Appel à contributions – Revue TrOPICS, n° 7 (2020) : « Le Moyen Age mort-vivant »
Sous la direction d’Anne-Cécile Le Ribeuz–Koenig et de Marc Arino. Réponses attendues pour le 15 janvier 2019 (délai étendu)

TrOPICS est une revue électronique pluridisciplinaire en libre accès (http://tropics.univ-reunion.fr/accueil/) et à comité de lecture, dirigée par l’Equipe d’Accueil DIRE (Déplacements, Identités, Regards, Ecritures) de l’Université de la Réunion (http://dire.univ-reunion.fr/), dont le fondateur est G. Armand (http://dire.univ-reunion.fr/equipe/guilhem-armand-mcf-9e-section/). Elle propose un numéro thématique par an comprenant des articles, rubriques « Documents » et Varia, en Lettres et Sciences Humaines (arts et littérature, langues et civilisations étrangères, didactique des langues, linguistique, études culturelles, anthropologie et sociologie).

La revue lance un appel à contribution pour son 7ème numéro à paraître courant 2020 et consacré au thème suivant : « Le Moyen Age mort-vivant »


« Les médias ne meurent jamais ; ils peuvent être abandonnés, devenir obsolètes, mais ils ne meurent pas […]. D’autre part, de façon plus positive, les « médias zombies » rendent possibles la réutilisation et le remixage, et permettent de repenser les médias anciens pour produire de nouveaux assemblages, idées, dispositifs et usages. […] Le médias sont partout, de la nature aux animaux, des rues aux écrans, aux sons et à l’électronique ; dans tout ce qui apporte des perceptions, des sensations, des souvenirs »,
(Pour une archéologie des virus. Entretien avec Jussi Parikka, Tracés 21, 2011-2, p. 242-243.)

Quand on s’intéresse à la littérature de la fin du Moyen Age, la réflexion de Jussi Parikka fait immédiatement écho à celle que l’on rencontre dans les textes médiévaux. Se percevant comme de « vieux fils », les écrivains des XIVe et XVe siècles qui puisent leurs matières auprès de l’autorité des anciens, qui cultivent les lettres vernaculaires dans la tradition, depuis deux siècles déjà, s’interrogent sur le renouvellement de leur art. Les écrits de cette période mettent donc en scène la mémoire du Moyen Age par lui-même, et tirent leur créativité des formes et matières anciennes recombinées.

Continuer la lecture

Appel : Mythologie nordique et fantasy

APPEL: LA MYTHOLOGIE NORDIQUE DANS LA FANTASY (REVUE FANTASY ART AND STUDIES)

Depuis la période romantique, la mythologie nordique s’est révélée une grande source d’inspiration pour les auteurs de fiction, en particulier en Fantasy. Sans conteste, nombreux sont les récits de Fantasy incluant des Vikings – ou des guerriers d’inspiration viking –, des elfes, des nains, des géants, des prophétesses. Si certains sont largement basés sur les mythes tels que nous les connaissons à travers les sources médiévales, d’autres réinterprètent et réarrangent le matériau original au point de créer des histoires complètement différentes qui ne conservent que les noms scandinaves.

J. R. R. Tolkien doit certainement être reconnu comme à l’origine de la permanence des motifs nordiques en Fantasy. En effet, le Hobbit et le Seigneur des Anneaux incluent tous deux des noms et des personnages inspirés de la mythologie nordique : ainsi l’attirail de Gandalf rappelle Odin l’Errant (Odin Ganglari), et les noms des Nains sont tirés d’une liste de l’Edda poétique. Cependant Tolkien n’est pas le premier auteur de Fantasy à se tourner vers la mythologie nordique. De 1869 à 1875, William Morris traduit plusieurs sagas, parmi lesquelles la Völsunga saga, dont il propose en 1877 une réécriture sous le titre The Story of Sigurd the Volsung and the Fall of the Niblungs. Ses romances The House of the Wolfings (1889) et The Roots of the Mountains (1890), visiblement influencés par l’univers des anciens Germains et des anciens Scandinaves, préfigurent les œuvres de Tolkien. Quelques décennies plus tard, entre 1928 et 1938, le créateur de Conan le Cimmérien, Robert E. Howard, écrit sur les Vikings dans Weird Tales et invente le pirate Cormac Mac Art qui est en relation avec des hommes du Nord.

La Fantasy des XXe et XXIe siècles poursuit cette réinterprétation du matériau nordique. Si Douglas Adams relate la rencontre entre son détective Dirk Gently et les dieux Odin et Thor de manière humoristique dans Beau comme un aéroport (1988), dans American Gods (2001), Neil Gaiman présente à ses lecteurs une galerie de dieux issus de différentes cultures qui doivent faire face aux nouvelles divinités du monde moderne. Parmi eux, Odin est le principal agent dans une guerre contre les nouveaux dieux. Dans Runemarks (2007), un roman pour la jeunesse de Joanne M. Harris, l’apocalypse a déjà eu lieu et les dieux ont perdu leurs pouvoirs.

Ce vaste corpus s’adresse aux lecteurs de tout âge et n’a pas cessé de s’étendre de plus en plus au cours des années, à travers d’autres médias. En 1979, la BD humoristique danoise Valhalla relate les aventures de Thor et Loki, tandis que le récent manga de Hajime Isayama, L’Attaque des Titans, fait référence à Ymir et aux géants. Les adaptations cinématographiques du comics de Marvel Mighty Thortransportent le dieu du tonnerre dans les États-Unis d’aujourd’hui et transforment la mythologie nordique en un univers de Science FantasyA contrarioLe 13e guerrier (1999, basé sur le roman de Michael Crichton, Le Royaume de Rothgar, 1976) raconte l’histoire d’Ahmad Ibn Fadlan qui voyage dans le Nord pour combattre des monstres aux côtés des Vikings. Les jeux vidéo trouvent également leur inspiration dans la mythologie nordique : la franchise Final Fantasy (Square Enix, 1987-) reprend des noms de dieux et de lieux ; Odin Sphere (2007) fait d’Odin un général.

Pour son 6ème numéro, Fantasy Art and Studies vous invite à explorer les usages de la mythologie nordique en Fantasy, que ce soit en littérature, au cinéma, à la télévision, dans la bande dessinée ou les jeux vidéo.

Vous pouvez interroger (mais non exclusivement) :

– la manière dont ces réinterprétations apportent un nouvel éclairage sur les sources médiévales

– dans quelle mesure les représentations de la mythologie nordique en Fantasy perpétuent les conceptions romantiques du XIXe siècle

– dans quelle mesure les réécritures de mythes nordiques influencent les œuvres de Fantasy récentes

– l’évolution de ces représentations en Fantasy.

Vos articles (6 pages max., soit environ 30 000 signes) en anglais ou en français sont à envoyer en format .doc, Times New Roman corps 12, interligne simple, au plus tard le 5 janvier 2019 à fantasyartandstudies@outlook.com

Image: Arthur Rackham

Appel : Moyen Âge et culture pop

Appel pour le 1er octobre :

« Researching, Teaching and Learning the Middle Ages through Popular Culture : Medievalism and all that » 

Colloque organisé à Florence les 17-18 janvier 2019 par l’université Elon & l’université Grenoble Alpes

“At least since the beginning of the Nineteenth century, the “dream of the Middle Ages” (Umberto Eco) has captivated Western culture in many ways. Throughout the Nineteenth and Twentieth centuries, literary medievalism has known a growing popularity, and new media and forms of entertainment have been progressively involved in various forms of recollection – whether celebrating or deprecating, or simply reinterpreting – of the Middle Ages. For example: the popular novel and genre narrative; radio and television; but also political discourse and different forms of nationalist discourse.

These various appropriations have brought about a complex array of medieval revivals that are often influenced by technological developments and interactive media. Thus, nowadays we find de facto teaching, learning, and representation of the Middle Ages in: videogames; Facebook groups; “Twitter literature”; television series; advertisements; fan fiction spin-offs and crossovers; metal music; board games and so on.”

L’appel liste quelques questions :

“What place and role do these new medieval mass cultural products have in the medieval canon?

“How can these productions help scholars, teachers, and students to understand and contextualize the Middle Ages in our modern world?

“How can they be leveraged to popularize, teach, and learn about the medieval period?

“Is this contemporary kind of medievalism (sometimes referred to as “neomedievalism”) different from historical revivals in other periods?”

 

Langues de travail : anglais et italien

 

Suite de l’appel sur le site https://lpcm.hypotheses.org/11320 ou directement ici : https://goo.gl/3aRWui

Appel : Représentations animales

REPRÉSENTATIONS ANIMALES DANS LES MONDES IMAGINAIRES: VERS UN EFFACEMENT DES FRONTIÈRES SPÉCISTES ?

Colloque interdisciplinaire jeunes chercheurs

Université d’Artois, Arras, « Textes et Cultures » (E.A. 4028)

Organisé par Marie Lucie Bougon (Artois), Charlotte Duranton (Ethodog – Research in Canine Ethology), Laura Muller-Thoma (Artois) et coordonné par Anne Besson (Artois)

14-15 Novembre 2019
Date du rendu des communications : le 1er octobre 2018

On connaît le développement critique des animal studies depuis une dizaine d’années[1], tandis que la question animale s’impose toujours davantage aux consciences et dans les représentations. Au cœur de l’actualité de la recherche nationale et internationale, les relations que nous entretenons avec les autres espèces se sont vues particulièrement étudiées avec l’avènement de l’éthologie, science du comportement des animaux, et sont aussi à l’interface de la psychologie et de l’anthropologie.

Si l’on sait l’importance des « présences animales » dans les littératures et cultures d’enfance et de jeunesse[2]le colloque « Représentations animales dans les mondes imaginaires : vers un effacement des frontières spécistes ? » invite pour sa part à une réflexion spécifique sur ce que les fictions de l’imaginaire reflètent elles aussi, pour leurs lecteurs, quant à ces évolutions dans la conception des rapports entre l’animal et l’humain. L’on voit en effet s’exercer en fantasy une tension particulièrement fructueuse entre la mise en scène d’invariants mythiques ou anthropologiques (de l’animal psychopompe à l’animal-totem en passant par le monstre hybride) et une grande sensibilité aux préoccupations sociétales, caractéristique du pôle commercial de la production culturelle.

On partira donc du fait que les animaux domestiques, sauvages ou fictifs sont omniprésents dans les littératures de l’imaginaire : on les retrouve aussi bien en fantasy d’inspiration Continuer la lecture

Appel : MaMo 2018

Colloque international
« The Middle Ages in the Modern World »
Rome, 21-24 novembre 2018

Appel à contributions

The Middle Ages in the Modern World est un colloque biennal portant sur les manières dont le Moyen Âge a été perçu, imaginé, évoqué, revécu, utilisé, instrumentalisé et réinventé dans le monde moderne et contemporain.
En 2018, pour la première fois, MAMO se tiendra hors de Grande-Bretagne.
Accueilli par la John Cabot University et l’École française de Rome, le premier MAMO continental se déroulera dans le centre historique de Rome, du mercredi 21 au samedi 24 novembre 2018. Le dimanche 25 sera une journée particulière, facultative, consacrée à la visite de sites médiévaux et médiévalistes dans et autour de Rome.
Nous accueillons les propositions de communications d’une durée de 20 mn, portant sur le médiévalisme dans toutes les parties du monde. Peuvent également être proposées des sessions formées de trois communications de 20 mn chacune. Les propositions et les Continuer la lecture

Appel : Réception de Tolkien

Appel pour la 15e conférence de la Deutsche Tolkien Gesellschaft

Du 5 au 7 octobre à Aix la Chapelle

 « 80 YEARS OF TOLKIEN CRITICISM AND RECEPTION »

 

2017 saw the 80th anniversary of the publication of The Hobbit. It was this book that introduced Tolkien the author to a wider public and brought him popular critical acclaim. As a consequence, he received several prizes, such as the 1938 New York Herald Tribune award for the best children’s book. It is thus arguably the publication of The Hobbit and the first critical reactions to it some eight decades ago that constitute the starting point for the scholarly and critical reception of Tolkien and his literary work. The 15th Tolkien Seminar would like to use this anniversary as an opportunity to discuss the influence of Tolkien’s work, the different readings and interpretations it received, and to try a provisional assessment of the critical status of his published works. The seminar inscribes itself into the tradition of the aesthetics of reception. It focuses on the different points of view (and their socio-cultural backgrounds) from which Tolkien’s work has been approached, and analyses the function of the individual reader in the process of constructing the private and public ‘meanings’ of a work. The subject of the seminar is thus the stratification of Tolkien’s audience according to nationality, class, gender, profession etc. and the effect this had on the reception of Tolkien’s work. Possible topics for papers would be thus the reception of Tolkien’s work by  literary critics ; literary scholars ; philologists/linguists ; historians ; natural scientists ; different nationalities ;  different social classes ;  different gender groups ; etc.

A discussion of any of these approaches would profit from taking into account the historical perspective that looks at the development of how the view on Tolkien’s work has changed (within the group) over time. The 15th Seminar of the German Tolkien Society is supported by Walking Tree Publishers and takes place at the Department of English at the RWTH Aachen from 5 to 7 October 2018. Potential participants are kindly invited to send a brief abstract (no longer than one page) together with a short biographical sketch (five to ten lines) no later than 30 May 2018 to Thomas Fornet-Ponse: hither-shore@tolkiengesellschaft.de

 

Suite de l’appel et annonce d’un soutien financier destiné aux doctorants et étudiants : https://www.tolkiengesellschaft.de/26677/tolkien-seminar-2018-call-for-papers-en-conference-scholarship/

 

Appel : Fantasy et Histoire(s)

Fantasy et Histoire(s)

22-23 mai 2018

à Epinal dans le cadre du Festival des Imaginales

 

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Appel à communication

La fantasy, ou « l’histoire-fiction » ? On peut être tenté de la qualifier ainsi, en un clin d’œil au genre voisin de la « science-fiction », tant l’Histoire, ou peut-être les Histoires, constituent la grande affaire de ce genre du merveilleux contemporain, grandi sous l’ombre tutélaire de Tolkien pour atteindre sa pleine croissance ces dernières décennies – comme la Science, les sciences, étaient l’enjeu central pour la SF, en y suscitant les mêmes paradoxes féconds : comment une science, fût-elle humaine (trop humaine), peut-elle produire de la fiction ? Comment les histoires s’emparent-elles de l’Histoire, et à quel prix ? La question des rapports entre documentation et imagination, érudition et création, qui se pose également au roman historique par exemple (on s’intéressera à la frontière mouvante entre ces genres) le fait de façon originale pour des univers de fantasy qui trouvent leur ancrage caractéristique dans un passé revu et corrigé par la présence du surnaturel. Le cadre néo ou pseudo-médiéval qui s’impose au cœur du genre, dans la fantasy « épique » dite encore « medieval fantastic » (medfan), est particulièrement représentatif de cette histoire revisitée, mais l’important développement des uchronies ou de sous-genres comme la « fantasy historique » ou la « fantasy néo-victorienne » amène à généraliser le constat, et à se pencher de façon systématique sur lesréinvestissements de l’Histoire en fantasy comme sur la fantasy dans son lien à l’histoire et à son histoire.

Ce premier colloque universitaire organisé dans le cadre du Festival des Imaginales fait suite à différents travaux consacrés au Moyen Âge de la fantasy (notamment dans le cadre de l’association « Modernités médiévales »[1]), à l’Histoire dans le jeu de rôle[2]), ou encore aux imaginaires de périodes, Antiquité et Renaissance, lors des deux colloques organisés autour de Sandra Provini et Mélanie Bost-Fievet[3]. On privilégiera cette fois les synthèses et l’approche théorique, qui peuvent toutefois s’appuyer sur des exemples monographiques. Les questions suivantes seront notamment abordées :

– l’histoire de la fantasy : quelles sont les origines du genre et comment réécrit-il sa propre histoire, en la faisant remonter aux mythes et légendes ?

– le rapport entretenu à l’Histoire à l’intérieur du monde fictionnel : comment l’épaisseur temporelle qui donne sa consistance au monde se traduit-elle en historiographie de ce monde ? Ecriture des mémoires, de la chronique, dispositifs narratifs rendant compte des strates chronologiques successives.

– quelles histoires ? périodes privilégiées et variations/évolutions des regards posés sur celles-ci. Quelles conceptions de l’Histoire ?

– rapport entre roman historique et fantasy, uchronies et fantasy historique

– le domaine des jeux, entre véracité et plaisir ludique ; jeux de rôle Grandeur Nature et reconstitutions historiques.

Les propositions de communications, d’une demi-page environ, sont à faire parvenir aux directeurs scientifiques, accompagnées d’une présentation biobibliographique, pour le 28 février 2018 au plus tard.

anne.besson@univ-artois.fr ; natvd@cegetel.net ; chelebourg@gmail.com ; sn@imaginales.com

 

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Comité scientifique :

Georges Bertin (directeur de recherches en sciences sociales, CNAM Pays-de-la-Loire)

Vincent Ferré (Pr Littérature comparée, U. Paris-Est Créteil)

Lauric Guillaud (Pr émérite, Littérature anglaise, U. Angers)

Jean-Clément Martin (Pr émérite, Histoire contemporaine, U. Paris I-Panthéon-Sorbonne)

Denis Mellier (Pr, Littérature comparée, U. Poitiers)

Sandra Provini (McF, Littératures de l’Antiquité et de la Renaissance, U. Rouen)

Eric Vial (Pr, Histoire contemporaine, U. Cergy-Pontoise)

Myriam White-Le Goff (McF HDR, Littérature et langue médiévale, U. Artois)

 

[1] Par exemple Le Moyen Âge en jeu, sous la direction de Séverine Abiker, Anne Besson et Florence Plet-Nicolas, Eidôlon n°86, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2009, et Fantasmagories du Moyen Âge, sous la direction de Valérie Naudet et Elodie Burle, Publications de l’Université de Provence, Senefiance n°56, 2010. Mais aussi le colloque « Kaamelott, la (re)lecture de l’histoire », organisé par Justine Breton et Florian Besson, Paris-Sorbonne, 24-25 mars 2017.

[2]  En particulier dans Jeu est un autreYellow Submarine no134, Lyon, Les Moutons électriques, 2009 et dans la thèse d’Antoine Dauphragne, Du savoir historique au savoir ludique. La médiatisation de l’histoire dans les jeux de rôle, soutenue le 3 décembre 2010 à l’Université Paris 13.

[3] « L’Antiquité gréco-­latine aux sources de l’imaginaire contemporain », 
7­-9 juin 2012colloque organisé par Mélanie Bost-­Fievet (EPHE), Perrine Galand (EPHE),
David K. Nouvel et Sandra Provini (Université de Rouen) ; « Renaissance imaginaire : la réception de la Renaissance dans la culture contemporaine », Mélanie Bost-­Fievet (EPHE), Perrine Galand (EPHE), Louise Katz (EPHE) et Sandra Provini (Université de Rouen).

 

Appel : Châteaux et justice

Châteaux et justice (Xe-XXIe siècles) 

Périgueux 28, 29 et 30 septembre 2018

D’emblée, le pouvoir de justice du seigneur peut donner lieu à une approche simpliste voire caricaturale ; le château incarnant physiquement ce pouvoir et symbolisant, à souhait, le « méchant seigneur ». Qu’en est-il véritablement du Moyen Âge au XIXe siècle ?

Ce thème a fait l’objet de nombreuses recherches depuis plus d’un siècle, surtout de la part des juristes[1]. Des historiens ont abordé cette question dans des études plus vastes sur les paysans et/ou les seigneurs dans une province particulière[2]. À partir des années 1990, l’étude de la justice seigneuriale a fait l’objet de travaux spécifiques, individuels ou collectifs qui ont permis de réexaminer une institution longtemps décriée. Au début des années 2000, Benoît Garnot et Antoine Follain ont contribué à une réhabilitation raisonnée et argumentée permettant de mieux comprendre ce que la justice seigneuriale représente, du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, pour le seigneur et le monde rural et urbain[3].

Les Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord[4] proposent, lors de leur colloque 2018, de faire le point, voire d’ouvrir de nouveaux axes de recherche en insistant sur la dimension européenne et/ou comparative : des études sur l’Angleterre, les Espagnes, les Allemagnes seront les bienvenues.

Les pistes qui suivent constituent des propositions non exclusives de questionnement :

1 : Les origines de la justice seigneuriale : une concession du souverain ou une usurpation des seigneurs ? Quelle est la situation durant le Moyen Âge où se développe une « théorie du pouvoir » qui donne au roi la tâche de conserver la paix et la justice. Les juridictions royales les Continuer la lecture

Appel : Jeanne d’Arc en littérature

Appel à communication pour un colloque international

L’image de Jeanne d’Arc dans les littératures européennes des XIXe et XXesiècles : de la sainte nationale à la figure européenne

Université de Lorraine, site de Nancy.

16-17 octobre 2018.

Colloque organisé par les laboratoires de recherche CERCLE (EA 4372) et ECRITURES (EA 3943) de l’Université de Lorraine, en partenariat avec Le Porche (Association des Amis de Jeanne d’Arc et de Charles Péguy) et le Centre Jeanne d’Arc-Charles Péguyde l’Université d’État de Saint-Pétersbourg

Responsables scientifiques : Lioudmila Chvedova & Jean-Michel Wittmann.

 

Argumentaire :

Figure historique et sainte canonisée par l’Église catholique, mais aussi personnage littéraire, Jeanne d’Arc présente la particularité d’avoir fasciné les écrivains européens autant que les écrivains français. L’intérêt pour cette héroïne française a en effet largement dépassé les frontières nationales. L’anthologie de textes poétiques Jeanne d’Arc, la voix des poètes. De Christine de Pizan à Léonard Cohen (textes réunis par Yves Avril et Romain Vaissermann, Orléans, Paradigme, 2008) composée de plus d’une centaine de poèmes consacrés à Jeanne d’Arc, du XVe au XXIe siècle, témoigne bien du rayonnement de cette figure dans plusieurs pays, Continuer la lecture

Appel : Médiévalisme et discrimination

La revue Studies in Medievalism prépare un XXVIIIe volume sur la discrimination.

Though scholars have addressed many examples of medievalist discrimination, much work remains to be done on the treatment of systematically underrepresented and/or disenfranchised communities in postmedieval responses to the Middle Ages.

Moreover, the recent, highly public exchange between Rachel Fulton Brown and Dorothy Kim suggests we, as scholars of medievalism, need to examine discrimination among our own ranks.  What biases are suggested by our choice of topics, our approaches to them, and the fora in which we discuss them?  How are those conversations shaped by publishers, universities, and other institutions that represent the Establishment?  If we wish to expose, subvert, or avoid such prejudices, how can we best do so?

Studies in Medievalism, a peer-reviewed print and on-line publication, is seeking 3,000-word (including notes) essays on these and related questions about medievalism and about the scholarship on it, as well as 6,000 to 12,000-word (including notes) articles on any postmedieval responses to the Middle Ages.  Please send all submissions in English and Word to Karl Fugelso (kfugelso@towson.edu) by August 1, 2018.  For a style sheet, please visit the website http://www.medievalism.net/sim.html.

Image : Djimon Hounsou dans le film King Arthur: Legend of the Sword de Guy Ritchie, 2017