Archives de catégorie : Appels

Appel : Moyen Âge et culture pop

Appel pour le 1er octobre :

« Researching, Teaching and Learning the Middle Ages through Popular Culture : Medievalism and all that » 

Colloque organisé à Florence les 17-18 janvier 2019 par l’université Elon & l’université Grenoble Alpes

“At least since the beginning of the Nineteenth century, the “dream of the Middle Ages” (Umberto Eco) has captivated Western culture in many ways. Throughout the Nineteenth and Twentieth centuries, literary medievalism has known a growing popularity, and new media and forms of entertainment have been progressively involved in various forms of recollection – whether celebrating or deprecating, or simply reinterpreting – of the Middle Ages. For example: the popular novel and genre narrative; radio and television; but also political discourse and different forms of nationalist discourse.

These various appropriations have brought about a complex array of medieval revivals that are often influenced by technological developments and interactive media. Thus, nowadays we find de facto teaching, learning, and representation of the Middle Ages in: videogames; Facebook groups; “Twitter literature”; television series; advertisements; fan fiction spin-offs and crossovers; metal music; board games and so on.”

L’appel liste quelques questions :

“What place and role do these new medieval mass cultural products have in the medieval canon?

“How can these productions help scholars, teachers, and students to understand and contextualize the Middle Ages in our modern world?

“How can they be leveraged to popularize, teach, and learn about the medieval period?

“Is this contemporary kind of medievalism (sometimes referred to as “neomedievalism”) different from historical revivals in other periods?”

 

Langues de travail : anglais et italien

 

Suite de l’appel sur le site https://lpcm.hypotheses.org/11320 ou directement ici : https://goo.gl/3aRWui

Appel : Représentations animales

REPRÉSENTATIONS ANIMALES DANS LES MONDES IMAGINAIRES: VERS UN EFFACEMENT DES FRONTIÈRES SPÉCISTES ?

Colloque interdisciplinaire jeunes chercheurs

Université d’Artois, Arras, « Textes et Cultures » (E.A. 4028)

Organisé par Marie Lucie Bougon (Artois), Charlotte Duranton (Ethodog – Research in Canine Ethology), Laura Muller-Thoma (Artois) et coordonné par Anne Besson (Artois)

14-15 Novembre 2019
Date du rendu des communications : le 1er octobre 2018

On connaît le développement critique des animal studies depuis une dizaine d’années[1], tandis que la question animale s’impose toujours davantage aux consciences et dans les représentations. Au cœur de l’actualité de la recherche nationale et internationale, les relations que nous entretenons avec les autres espèces se sont vues particulièrement étudiées avec l’avènement de l’éthologie, science du comportement des animaux, et sont aussi à l’interface de la psychologie et de l’anthropologie.

Si l’on sait l’importance des « présences animales » dans les littératures et cultures d’enfance et de jeunesse[2]le colloque « Représentations animales dans les mondes imaginaires : vers un effacement des frontières spécistes ? » invite pour sa part à une réflexion spécifique sur ce que les fictions de l’imaginaire reflètent elles aussi, pour leurs lecteurs, quant à ces évolutions dans la conception des rapports entre l’animal et l’humain. L’on voit en effet s’exercer en fantasy une tension particulièrement fructueuse entre la mise en scène d’invariants mythiques ou anthropologiques (de l’animal psychopompe à l’animal-totem en passant par le monstre hybride) et une grande sensibilité aux préoccupations sociétales, caractéristique du pôle commercial de la production culturelle.

On partira donc du fait que les animaux domestiques, sauvages ou fictifs sont omniprésents dans les littératures de l’imaginaire : on les retrouve aussi bien en fantasy d’inspiration Continuer la lecture

Appel : MaMo 2018

Colloque international
« The Middle Ages in the Modern World »
Rome, 21-24 novembre 2018

Appel à contributions

The Middle Ages in the Modern World est un colloque biennal portant sur les manières dont le Moyen Âge a été perçu, imaginé, évoqué, revécu, utilisé, instrumentalisé et réinventé dans le monde moderne et contemporain.
En 2018, pour la première fois, MAMO se tiendra hors de Grande-Bretagne.
Accueilli par la John Cabot University et l’École française de Rome, le premier MAMO continental se déroulera dans le centre historique de Rome, du mercredi 21 au samedi 24 novembre 2018. Le dimanche 25 sera une journée particulière, facultative, consacrée à la visite de sites médiévaux et médiévalistes dans et autour de Rome.
Nous accueillons les propositions de communications d’une durée de 20 mn, portant sur le médiévalisme dans toutes les parties du monde. Peuvent également être proposées des sessions formées de trois communications de 20 mn chacune. Les propositions et les Continuer la lecture

Appel : Réception de Tolkien

Appel pour la 15e conférence de la Deutsche Tolkien Gesellschaft

Du 5 au 7 octobre à Aix la Chapelle

 « 80 YEARS OF TOLKIEN CRITICISM AND RECEPTION »

 

2017 saw the 80th anniversary of the publication of The Hobbit. It was this book that introduced Tolkien the author to a wider public and brought him popular critical acclaim. As a consequence, he received several prizes, such as the 1938 New York Herald Tribune award for the best children’s book. It is thus arguably the publication of The Hobbit and the first critical reactions to it some eight decades ago that constitute the starting point for the scholarly and critical reception of Tolkien and his literary work. The 15th Tolkien Seminar would like to use this anniversary as an opportunity to discuss the influence of Tolkien’s work, the different readings and interpretations it received, and to try a provisional assessment of the critical status of his published works. The seminar inscribes itself into the tradition of the aesthetics of reception. It focuses on the different points of view (and their socio-cultural backgrounds) from which Tolkien’s work has been approached, and analyses the function of the individual reader in the process of constructing the private and public ‘meanings’ of a work. The subject of the seminar is thus the stratification of Tolkien’s audience according to nationality, class, gender, profession etc. and the effect this had on the reception of Tolkien’s work. Possible topics for papers would be thus the reception of Tolkien’s work by  literary critics ; literary scholars ; philologists/linguists ; historians ; natural scientists ; different nationalities ;  different social classes ;  different gender groups ; etc.

A discussion of any of these approaches would profit from taking into account the historical perspective that looks at the development of how the view on Tolkien’s work has changed (within the group) over time. The 15th Seminar of the German Tolkien Society is supported by Walking Tree Publishers and takes place at the Department of English at the RWTH Aachen from 5 to 7 October 2018. Potential participants are kindly invited to send a brief abstract (no longer than one page) together with a short biographical sketch (five to ten lines) no later than 30 May 2018 to Thomas Fornet-Ponse: hither-shore@tolkiengesellschaft.de

 

Suite de l’appel et annonce d’un soutien financier destiné aux doctorants et étudiants : https://www.tolkiengesellschaft.de/26677/tolkien-seminar-2018-call-for-papers-en-conference-scholarship/

 

Appel : Fantasy et Histoire(s)

Fantasy et Histoire(s)

22-23 mai 2018

à Epinal dans le cadre du Festival des Imaginales

 

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Appel à communication

La fantasy, ou « l’histoire-fiction » ? On peut être tenté de la qualifier ainsi, en un clin d’œil au genre voisin de la « science-fiction », tant l’Histoire, ou peut-être les Histoires, constituent la grande affaire de ce genre du merveilleux contemporain, grandi sous l’ombre tutélaire de Tolkien pour atteindre sa pleine croissance ces dernières décennies – comme la Science, les sciences, étaient l’enjeu central pour la SF, en y suscitant les mêmes paradoxes féconds : comment une science, fût-elle humaine (trop humaine), peut-elle produire de la fiction ? Comment les histoires s’emparent-elles de l’Histoire, et à quel prix ? La question des rapports entre documentation et imagination, érudition et création, qui se pose également au roman historique par exemple (on s’intéressera à la frontière mouvante entre ces genres) le fait de façon originale pour des univers de fantasy qui trouvent leur ancrage caractéristique dans un passé revu et corrigé par la présence du surnaturel. Le cadre néo ou pseudo-médiéval qui s’impose au cœur du genre, dans la fantasy « épique » dite encore « medieval fantastic » (medfan), est particulièrement représentatif de cette histoire revisitée, mais l’important développement des uchronies ou de sous-genres comme la « fantasy historique » ou la « fantasy néo-victorienne » amène à généraliser le constat, et à se pencher de façon systématique sur lesréinvestissements de l’Histoire en fantasy comme sur la fantasy dans son lien à l’histoire et à son histoire.

Ce premier colloque universitaire organisé dans le cadre du Festival des Imaginales fait suite à différents travaux consacrés au Moyen Âge de la fantasy (notamment dans le cadre de l’association « Modernités médiévales »[1]), à l’Histoire dans le jeu de rôle[2]), ou encore aux imaginaires de périodes, Antiquité et Renaissance, lors des deux colloques organisés autour de Sandra Provini et Mélanie Bost-Fievet[3]. On privilégiera cette fois les synthèses et l’approche théorique, qui peuvent toutefois s’appuyer sur des exemples monographiques. Les questions suivantes seront notamment abordées :

– l’histoire de la fantasy : quelles sont les origines du genre et comment réécrit-il sa propre histoire, en la faisant remonter aux mythes et légendes ?

– le rapport entretenu à l’Histoire à l’intérieur du monde fictionnel : comment l’épaisseur temporelle qui donne sa consistance au monde se traduit-elle en historiographie de ce monde ? Ecriture des mémoires, de la chronique, dispositifs narratifs rendant compte des strates chronologiques successives.

– quelles histoires ? périodes privilégiées et variations/évolutions des regards posés sur celles-ci. Quelles conceptions de l’Histoire ?

– rapport entre roman historique et fantasy, uchronies et fantasy historique

– le domaine des jeux, entre véracité et plaisir ludique ; jeux de rôle Grandeur Nature et reconstitutions historiques.

Les propositions de communications, d’une demi-page environ, sont à faire parvenir aux directeurs scientifiques, accompagnées d’une présentation biobibliographique, pour le 28 février 2018 au plus tard.

anne.besson@univ-artois.fr ; natvd@cegetel.net ; chelebourg@gmail.com ; sn@imaginales.com

 

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Comité scientifique :

Georges Bertin (directeur de recherches en sciences sociales, CNAM Pays-de-la-Loire)

Vincent Ferré (Pr Littérature comparée, U. Paris-Est Créteil)

Lauric Guillaud (Pr émérite, Littérature anglaise, U. Angers)

Jean-Clément Martin (Pr émérite, Histoire contemporaine, U. Paris I-Panthéon-Sorbonne)

Denis Mellier (Pr, Littérature comparée, U. Poitiers)

Sandra Provini (McF, Littératures de l’Antiquité et de la Renaissance, U. Rouen)

Eric Vial (Pr, Histoire contemporaine, U. Cergy-Pontoise)

Myriam White-Le Goff (McF HDR, Littérature et langue médiévale, U. Artois)

 

[1] Par exemple Le Moyen Âge en jeu, sous la direction de Séverine Abiker, Anne Besson et Florence Plet-Nicolas, Eidôlon n°86, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2009, et Fantasmagories du Moyen Âge, sous la direction de Valérie Naudet et Elodie Burle, Publications de l’Université de Provence, Senefiance n°56, 2010. Mais aussi le colloque « Kaamelott, la (re)lecture de l’histoire », organisé par Justine Breton et Florian Besson, Paris-Sorbonne, 24-25 mars 2017.

[2]  En particulier dans Jeu est un autreYellow Submarine no134, Lyon, Les Moutons électriques, 2009 et dans la thèse d’Antoine Dauphragne, Du savoir historique au savoir ludique. La médiatisation de l’histoire dans les jeux de rôle, soutenue le 3 décembre 2010 à l’Université Paris 13.

[3] « L’Antiquité gréco-­latine aux sources de l’imaginaire contemporain », 
7­-9 juin 2012colloque organisé par Mélanie Bost-­Fievet (EPHE), Perrine Galand (EPHE),
David K. Nouvel et Sandra Provini (Université de Rouen) ; « Renaissance imaginaire : la réception de la Renaissance dans la culture contemporaine », Mélanie Bost-­Fievet (EPHE), Perrine Galand (EPHE), Louise Katz (EPHE) et Sandra Provini (Université de Rouen).

 

Appel : Châteaux et justice

Châteaux et justice (Xe-XXIe siècles) 

Périgueux 28, 29 et 30 septembre 2018

D’emblée, le pouvoir de justice du seigneur peut donner lieu à une approche simpliste voire caricaturale ; le château incarnant physiquement ce pouvoir et symbolisant, à souhait, le « méchant seigneur ». Qu’en est-il véritablement du Moyen Âge au XIXe siècle ?

Ce thème a fait l’objet de nombreuses recherches depuis plus d’un siècle, surtout de la part des juristes[1]. Des historiens ont abordé cette question dans des études plus vastes sur les paysans et/ou les seigneurs dans une province particulière[2]. À partir des années 1990, l’étude de la justice seigneuriale a fait l’objet de travaux spécifiques, individuels ou collectifs qui ont permis de réexaminer une institution longtemps décriée. Au début des années 2000, Benoît Garnot et Antoine Follain ont contribué à une réhabilitation raisonnée et argumentée permettant de mieux comprendre ce que la justice seigneuriale représente, du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, pour le seigneur et le monde rural et urbain[3].

Les Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord[4] proposent, lors de leur colloque 2018, de faire le point, voire d’ouvrir de nouveaux axes de recherche en insistant sur la dimension européenne et/ou comparative : des études sur l’Angleterre, les Espagnes, les Allemagnes seront les bienvenues.

Les pistes qui suivent constituent des propositions non exclusives de questionnement :

1 : Les origines de la justice seigneuriale : une concession du souverain ou une usurpation des seigneurs ? Quelle est la situation durant le Moyen Âge où se développe une « théorie du pouvoir » qui donne au roi la tâche de conserver la paix et la justice. Les juridictions royales les Continuer la lecture

Appel : Jeanne d’Arc en littérature

Appel à communication pour un colloque international

L’image de Jeanne d’Arc dans les littératures européennes des XIXe et XXesiècles : de la sainte nationale à la figure européenne

Université de Lorraine, site de Nancy.

16-17 octobre 2018.

Colloque organisé par les laboratoires de recherche CERCLE (EA 4372) et ECRITURES (EA 3943) de l’Université de Lorraine, en partenariat avec Le Porche (Association des Amis de Jeanne d’Arc et de Charles Péguy) et le Centre Jeanne d’Arc-Charles Péguyde l’Université d’État de Saint-Pétersbourg

Responsables scientifiques : Lioudmila Chvedova & Jean-Michel Wittmann.

 

Argumentaire :

Figure historique et sainte canonisée par l’Église catholique, mais aussi personnage littéraire, Jeanne d’Arc présente la particularité d’avoir fasciné les écrivains européens autant que les écrivains français. L’intérêt pour cette héroïne française a en effet largement dépassé les frontières nationales. L’anthologie de textes poétiques Jeanne d’Arc, la voix des poètes. De Christine de Pizan à Léonard Cohen (textes réunis par Yves Avril et Romain Vaissermann, Orléans, Paradigme, 2008) composée de plus d’une centaine de poèmes consacrés à Jeanne d’Arc, du XVe au XXIe siècle, témoigne bien du rayonnement de cette figure dans plusieurs pays, Continuer la lecture

Appel : Médiévalisme et discrimination

La revue Studies in Medievalism prépare un XXVIIIe volume sur la discrimination.

Though scholars have addressed many examples of medievalist discrimination, much work remains to be done on the treatment of systematically underrepresented and/or disenfranchised communities in postmedieval responses to the Middle Ages.

Moreover, the recent, highly public exchange between Rachel Fulton Brown and Dorothy Kim suggests we, as scholars of medievalism, need to examine discrimination among our own ranks.  What biases are suggested by our choice of topics, our approaches to them, and the fora in which we discuss them?  How are those conversations shaped by publishers, universities, and other institutions that represent the Establishment?  If we wish to expose, subvert, or avoid such prejudices, how can we best do so?

Studies in Medievalism, a peer-reviewed print and on-line publication, is seeking 3,000-word (including notes) essays on these and related questions about medievalism and about the scholarship on it, as well as 6,000 to 12,000-word (including notes) articles on any postmedieval responses to the Middle Ages.  Please send all submissions in English and Word to Karl Fugelso (kfugelso@towson.edu) by August 1, 2018.  For a style sheet, please visit the website http://www.medievalism.net/sim.html.

Image : Djimon Hounsou dans le film King Arthur: Legend of the Sword de Guy Ritchie, 2017

 

Appel : Transgressions épiques

 

Le VIIIe Congrès international du Réseau Euro-Africain de Recherches sur les Épopées (REARE) se tiendra à Rouen les 27 et 28 septembre 2018, autour de « La transgression dans l’épopée », avec une prise en compte des siècles postérieurs au Moyen Age. L’appel évoque en effet  « Les investigations des comparatistes au XXe et XXIe siècles en diverses zones de civilisation (Scandinavie, Inde, Japon, Sibérie, Mongolie, Tibet, Afrique, etc.) [qui] ont mis au jour un peu partout dans le monde un corpus reconnu comme épique par une analogie plus ou moins étroite au modèle originel dont les récits sont également riches en transgressions de toutes sortes. Citons par exemple, dans le domaine africain, le refus de Silâmaka de porter des vêtements d’homme libre si son esclave Poullori n’en porte pas lui aussi ou, dans Soundjata, le sort du griot du héros, livré à Soumaoro. »

Les propositions sont à envoyer avant le 8 janvier 2018 à l’adresse suivante : reare@univ-rouen.fr

Voir l’annonce complète :

http://www.fabula.org/actualites/la-transgression-dans-l-epopeeviiie-congres-international-du-reseau-euro-africain-de-recherches-sur_81465.php

Appel : « Figures de Perceval »

« Figures de Perceval, du Conte du Graal au XXIe siècle »

colloque organisé par María Pilar Suárez (Universidad Autónoma de Madrid) &  Michèle Gally (Université Aix-Marseille), Madrid, 1er -3 mars 2018.

Le personnage de Perceval dans Le Conte du Graal se révèle une sorte de carrefour polyphonique où viennent se rejoindre, voire même se repousser, des voix, des points de vue dont l´interaction détermine les prises de décision du héros dans une action plus verbale que physique. Façonné à partir de discours émanant de cultures différentes, le devenir du personnage est en rapport avec des images riches de sens –dont le graal, la lance, le roi pêcheur et mutilé, la terre gaste-, qui évoquent différentes étapes de son processus de construction, de ce qui deviendra sa quête. Des motifs et des actions qui, de même que Perceval lui-même, ont été repris dans bon nombre de textes postérieurs si bien qu´ils ont fini par s´intégrer au cours des siècles et des langues dans l´imaginaire culturel occidental. La  complexité  suggestive  du  personnage,    ainsi  que    la  condition  d´œuvre   inachevée du Conte du Graal ont été, en effet, à la base d´une abondante production littéraire (ainsi que  picturale,  cinématographique,  théâtrale…).  En  particulier  les  essais   d´écriture d´un dénouement au récit de Chrétien ont produit des reformulations du projet discursif initial, et par conséquent du personnage. Cette démarche, qui  s’inscrit   partiellement dans ce que Richard de Saint-Gelais appelle « transfictionnalité », n´a pas manqué de conditionner les interprétations postérieures dont celui-ci a fait l´objet. Dans la ligne ouverte par des études qui portent plus généralement sur la postérité et les transformations de la matière arthurienne, en raison de l´intérêt que Perceval    a  toujours  suscité,  des    œuvres    que  ce  personnage  et  les  images  qui  lui sont apparentées ont inspirées, nous proposons d´ouvrir un espace de réflexion sur les différents visages que le personnage a adoptés, sur ses modulations, sans perdre pour autant de vue sa première configuration créée par le maître champenois.

Des axes possibles de notre travail seraient :

  • Le personnage de Perceval, sa caractérisation, sa fonction dans le/s texte/s fondateurs et ses éventuelles modulations jusqu´aux XXe et XXIe siècles.
  • Les images symboliques qui lui sont apparentées – l´image complexe façonnée par le graal et la lance, le château disparu, le roi, la terre gaste,  …- et leurs éventuelles reprises dans des textes et d´autres productions culturelles du XXe siècle.
  •  Des procès, des dynamiques qui définissent le personnage de Perceval, nommément la quête, et des actualisations possibles dans des manifestations littéraires ou cinématographiques, même associées à d´autres objets, à d´autres situations.
  •  Nous pourrions également tenir compte de leurs reprises a sensu contrario :  la  quête  ratée  ou  interdite…

 

  • Certaines de ces considérations nous permettraient d´identifier les points d´inflexion qui déterminent les possibles mutations du personnage. Les variantes à partir desquelles ont eu lieu ses différentes recréations au sein du mythe du graal, dans la culture contemporaine mais aussi les siècles humanistes, classiques… -Nos champs de recherche sont le roman, la poésie, le théâtre, le cinéma, ainsi que d´autres médias. -Notre réflexion est susceptible de s´engager dans une perspective interculturelle, voire transversale, qui permettrait d´envisager ces récréations dans les différentes langues européennes : espagnol, anglais, allemand…  selon  des parcours possibles, qui n´excluent pas d´autres possibilités d´approche. -Des approches littéraires,  cinématographiques,  médiatiques…    Des  perspectives   thématiques, comparatistes, linguistiques, historiques, seront les bienvenues : elles contribueront à faire un peu plus de lumière sur une image évocatrice et dynamique, populaire mais en quelque sorte méconnue. À rapprocher les origines et les modulations de notre imaginaire culturel, à nous rendre sensibles aux fondements anthropologiques et discursifs de certaines des constructions – types, motifs, scénarios-, qui aménagent notre univers contemporain.

    Propositions de communication : •Les  propositions  de  communication  -titre  et  projet  d’une  dizaine  de  lignes  avec   le  nom  et  l’établissement  de  l’intervenant- sont à envoyer avant le 31 octobre 2017 –date butoir-, à  l’adresse  suivante : reecrituresperceval@uam.es
    •Les Langues du Colloque sont le Français et l´Espagnol.

Appel : Empereurs romains de Bretagne

« Une province fertile en tyrans » Figures d’empereurs et d’usurpateurs romains dans l’île de Bretagne depuis le IIe siècle

journée d’étude, Boulogne-sur-Mer, le vendredi 9 février 2018.

Appel à communications pour le 15 juin 2017

Aux environs de 415, le chrétien Jérôme écrivait depuis sa retraite de Jérusalem que l’île de Bretagne, à l’autre extrémité du monde romain, était « une province fertile en tyrans » : « Britannia fertilis provincia tyrannorum » (Jérôme, Ep. 133). Un siècle plus tard environ, le moine Gildas reprenait cette formule (et l’attribuait à tort à Porphyre) dans son admonition Sur la chute de la Bretagne (Gildas, De Excidio Britanniae, § 4.4). De fait, depuis la fin du IIe siècle de l’ère chrétienne, plusieurs usurpations (plus ou moins durables et plus ou moins réussies) avaient eu leur origine au sein des légions cantonnées dans l’île : on relève ainsi les noms de Clodius Albinus (193-197), Carausius (286-293) et son meurtrier et successeur Allectus (293-296), Magnus Maximus (383-388), et enfin en rapide succession, Marcus (406-407), Gratien (407) et Constantin III (407-411). Dans un registre tout à fait différent – mais avec une réception étonnamment semblable dans les siècles ultérieurs – on notera que Constantin Ier (306-337), le fils de Constance Chlore proclamé empereur à York en 306, a lui aussi commencé sa carrière impériale dans l’île ; les usurpateurs de la fin du IVe et du début du Ve siècle n’ont pas manqué de se réclamer de son héritage. Continuer la lecture

Appel : recherches sur les Bretagnes médiévales

COLLOQUE

« Enjeux épistémologiques des recherches sur les Bretagnes médiévales en histoire, langue, et littérature »

Brest, université de Bretagne Occidentale, 12-14 décembre 2017

APPEL À COMMUNICATIONS pour le 30 juin 2017 :

Depuis une cinquantaine d’années, le champ d’étude des Bretagnes médiévales a suscité des approches et des questionnements à la fois divergents et renouvelés. Ces changements aboutissent aujourd’hui à une situation contrastée, où de nombreux domaines du savoir paraissent en chantier, pour ne pas dire comme un champ de bataille où il semble difficile de réconcilier les résultats apparemment opposés obtenus suivant des démarches différentes. Dans quelle mesure et de quelle manière la culture populaire et l’oralité ont-elles par exemple été traitées et intégrées à ce champ de recherche ? Comment s’est-on interrogé, peut-on encore s’interroger, avec quels présupposés et dans quelle perspective, sur les origines de la légende arthurienne ou des vies de saints ? La sociolinguistique peut-elle contribuer à renouveler l’approche des langues médiévales ? Dans le domaine de l’archéologie, comment les résultats des fouilles ont-ils été analysés et interprétés et quel usage en est il fait aujourd’hui ?

Ce sont là quelques questions qui nous poussent à rassembler les disciplines qui s’intéressent Continuer la lecture

Appel : Châteaux et spectacles

Appel à communications : « Châteaux et spectacles »

Colloque à Périgueux, 29, 30 septembre et 1er octobre 2017 : réponses attendues avant le 30 janvier 2017.

L’histoire des spectacles urbains à l’époque moderne est en plein renouvellement, croisant histoire et histoire littéraire, comme en atteste, depuis 2014-15, le séminaire d’histoire sociale des spectacles du Centre Roland Mousnier (Paris-Sorbonne). Dans le prolongement de celui-ci une journée d’études s’est tenue à Lyon en juin dernier envisageant les spectacles comme un laboratoire du gouvernement urbain. Que ce soit à Naples, à Londres ou dans d’autres villes européennes, il s’agit ici à la fois d’inscrire les spectacles dans une société, dans des pratiques politiques mais aussi dans un espace urbain ce qui conduit à croiser le regard des urbanistes comme à Paris étudiée dans la première modernité par Goulven Oiry.

L’émergence de la citoyenneté au XIXe siècle suppose de conforter l’adhésion, en multipliant les formes d’expression de l’approbation. Le spectacle participe de la cérémonie du pouvoir, comme l’explore un colloque, organisé en 1990, sur les usages politiques des fêtes aux XIXe et XXe siècles. Les châteaux, au cœur de la sociabilité aristocratique, peuvent tout aussi bien servir à appuyer la souveraineté qu’à susciter une contre-image, sous l’égide des légitimistes par exemple, le spectacle servant à construire un imaginaire politique de l’assentiment comme du ressentiment.

Le colloque Châteaux et spectacles propose de s’inscrire dans ces perspectives en passant de l’échelle de la ville à celle des châteaux au prisme de l’histoire, de l’archéologie, des études littéraires mais également de toutes les formes d’arts et de spectacles vivants pouvant être repérés dans le périmètre des demeures châtelaines et de leurs abords du Moyen-Âge à nos jours. En effet, d’année en année, les mises en scènes spectaculaires se multiplient dans les châteaux afin d’attirer les touristes vers ces lieux patrimoniaux

Voir l’appel :

http://crcv.hypotheses.org/5118

Appel : pouvoir royal en fantasy

Appel : « ‘Reges quondam regesque futuri’: Various Aspects of Royal Power in Medieval and Modern Fantasy Literature »

Medieval Fantasy Symposium, Unieście, Poland, 1-4 June 2017

pour le 14 février

Medieval kingship is a complex, multi-layered cultural construct. On the one hand, in its primary sense, it lays emphasis upon the numerous royal duties (moral, political, military etc.) which arise from the very fact of being a king. Hence, despite being a sovereign, he is, at the same time, a person who is, first of all, subject to the law of his realm, one who should use his power solely for the benefit of its inhabitants. Indeed, a “king is he that can hold his own, or else his title is in vain”, claims the elvish prince Maedhros in J.R.R. Tolkien’s Silmarillion. On the other hand, though, there are numerous examples of medieval rulers who often transgress their royal duties to satisfy their exuberant egos. They are the reges horrendi of the biblical Book of Wisdom, the rois maudits from the historical novels of Maurice Druon.

The conference will focus exclusively upon various aspects (cultural, religious, political, intellectual etc.) traditionally associated with kingship. The thematic scope will cover all sorts of texts of undisputedly medieval origin (poems, sagas, chronicles etc.) as well as post-medieval fantasy (including historical fantasy) works written by, amongst others, William Shakespeare, J.R.R. Tolkien, Maurice Druon, George R.R. Martin and Elżbieta Cherezińska. The main themes will include:

  1. king-making and images of kingship.
  2. ideology and sacrality of kingship.
  3. warrior-kings and their knights.
  4. royal bynames, their significance and meaning.
  5. noble kings and their accursed counterparts.
  6. symbolism of crowns, swords and other royal insignia.

Voir http://essenglish.org/cfp/conf1706/#medieval-fantasy

Appel : Politique et Moyen Âge

Appel à contribution

Perspectives médiévales n°39

« Politique et Moyen Âge aujourd’hui »

réponses attendues avant le 31 décembre 2016

« On est revenu au Moyen Âge[1] » ; « ces actes sont médiévaux, moyenâgeux, barbares » : douloureusement réactivées par les attentats récents, ces formules ont été largement utilisées par les médias ces derniers mois. Or, elles posent problème à maints égards, car tout en désignant le « Moyen Âge » comme « barbare » et « archaïque », elles associent des événements difficilement pensables et rejetés dans la sphère de l’altérité à une période qui appartient pourtant à une histoire et à un patrimoine hérités. De ce point de vue, le Moyen Âge semble servir d’écran pour dire un impensé qui est celui de la violence de notre propre société. À l’inverse, « revenir au Moyen Âge », entre séries et jeux de rôles, c’est parfois jouer ou rejouer celui-ci, le plus souvent pour l’encenser, dans une démarche où la nostalgie prend le pas sur la connaissance.

Le Moyen Âge : modèle ou repoussoir ? Au plan idéologique, ce sont parfois les mêmes discours qui utilisent le Moyen Âge comme référence pour désigner une altérité honnie, et qui par ailleurs l’invoquent pour justifier une identité (les « racines chrétiennes de l’Europe ») ou une unité culturelle (l’Occident chrétien), face à une Europe qui serait fragmentée, et dangereusement multi-culturelle.  Au plan économique, le Moyen Âge sert parfois aussi de paradigme à une pensée de l’autarcie, sur la base d’un modèle pré-industriel adossé sans précaution à l’omniprésence de l’ordre et du pouvoir. Le Moyen Âge apparaît donc comme le porte-étendard d’une protestation qui s’élève contre la crise actuelle du politique et du modèle européen.

Telle est l’ambiguïté de la manipulation des mots « Moyen Âge », « médiéval », « moyenâgeux » dans les discours actuels, manipulation qui est peut-être aussi instrumentalisation du passé. C’est une définition de la politique mais aussi du politique qui est en jeu, dans la détermination de cette notion par le passé médiéval et dans son articulation au présent.

Quelle peut être la position de la recherche, du monde académique mais aussi plus largement des intellectuels et des artistes vis-à-vis de ces représentations du Moyen Âge, de sa pensée politique et de son fonctionnement ? À partir d’un travail épistémologique sur les notions les plus fréquemment rattachées ou opposées au Moyen Age, et qui permettent sa mise en accusation ou son idéalisation,  ce numéro de Perspectives médiévales invite à s’interroger sur les usages politiques actuels du Moyen Âge. Le Moyen Âge peut-il être aujourd’hui autre chose qu’un fantasme, un prétexte pour justifier toutes sortes de discours, en dehors de toute connaissance réelle et profonde de cette période ? Peut-il encore servir de référence positive pour penser le présent ? La définition de l’homme mise au point et cultivée par les pensées et pratiques du Moyen Âge est-elle d’un quelconque secours pour éclairer un monde qui se réfère et se compare sans cesse à lui, au prix de nombreux malentendus, intentionnels ou non ?

 

Nous proposons ici quelques pistes de réflexion, non limitatives :

 

  • Face à l’image d’une période repliée sur elle-même et théocentrique, existe-t-il ou non un universalisme hérité du Moyen Âge, et qui se prolongerait jusqu’à nous, parallèlement à l’universalisme hérité de la Révolution française ? L’idée d’un progrès perpétuel hérité des Lumières, largement contestée et battue en brèche, peut-elle être refondée ou réélaborée à partir d’une pensée qui a été largement bannie par ces mêmes Lumières ?
  • Le Moyen Âge est-il porteur d’un humanisme ? Si oui, quel rôle a joué l’historiographie postérieure (renaissante, classique, romantique, moderne) pour occulter cet humanisme médiéval ?
  • Le Moyen Âge a-t-il été barbare – rejetant dans la violence, hors de sa langue et de son monde, ses ennemis ? Peut-il servir d’exemple ou d’épouvantail à ce qui aujourd’hui est parfois annoncé comme le début d’un naufrage de la civilisation ?
  • Comment s’expliquent les mises en fiction actuelles du Moyen Âge et la nostalgie sous-jacente qui les accompagnent ? Et la recherche elle-même, médiéviste ou médiévaliste, par effet de retour, ne contribue-t-elle pas à la création d’un Moyen Âge édulcoré et fantasmé, voire du renouveau d’un folklore médiéval ?

 

C’est donc à une réflexion sur les usages politiques contemporains du Moyen Âge et de leurs impensés qu’invite le prochain numéro de Perspectives médiévales.

Chercheurs, intellectuels, artistes et autres acteurs que la présence du Moyen Âge dans la société actuelle intéresse sont donc conviés à contribuer au numéro de 2018 de notre revue.

 

 

Les propositions d’article (avant-projet d’une page avec bibliographie) sont à adresser conjointement à Sébastien Douchet (sebastien.douchet@univ-amu.fr) et à Véronique Dominguez (veronique.dominguez@u-picardie.fr) avant le 31 décembre 2016.

 

Le calendrier est le suivant :

 

  • Jusqu’au 31 décembre 2016 : remise du projet.
  • 15 février 2016 : avis du comité scientifique de la revue.
  • 1er juillet 2017 : remise de l’article qui sera soumis au comité scientifique pour correction.
  • 1er décembre 2017 : remise de la version définitive de l’article.
  • 15 janvier 2018 : publication du numéro en ligne (peme.revues.org).

[1] Par exemple : « La Grèce est revenue au Moyen Age ! », article de Dominique Alberti, du 16 février 2012 dans Libération (http://www.liberation.fr/futurs/2012/02/16/la-grece-est-revenue-au-moyen-age_796547) ou bien « L’Europe d’aujourd’hui est revenue au Moyen Âge », article du 16 janvier 2016 paru dans sputniknws.com (https://fr.sputniknews.com/international/201601161020991076-europe-retour-moyen-age).