Archives de catégorie : Appels

Appel : Empereurs romains de Bretagne

« Une province fertile en tyrans » Figures d’empereurs et d’usurpateurs romains dans l’île de Bretagne depuis le IIe siècle

journée d’étude, Boulogne-sur-Mer, le vendredi 9 février 2018.

Appel à communications pour le 15 juin 2017

Aux environs de 415, le chrétien Jérôme écrivait depuis sa retraite de Jérusalem que l’île de Bretagne, à l’autre extrémité du monde romain, était « une province fertile en tyrans » : « Britannia fertilis provincia tyrannorum » (Jérôme, Ep. 133). Un siècle plus tard environ, le moine Gildas reprenait cette formule (et l’attribuait à tort à Porphyre) dans son admonition Sur la chute de la Bretagne (Gildas, De Excidio Britanniae, § 4.4). De fait, depuis la fin du IIe siècle de l’ère chrétienne, plusieurs usurpations (plus ou moins durables et plus ou moins réussies) avaient eu leur origine au sein des légions cantonnées dans l’île : on relève ainsi les noms de Clodius Albinus (193-197), Carausius (286-293) et son meurtrier et successeur Allectus (293-296), Magnus Maximus (383-388), et enfin en rapide succession, Marcus (406-407), Gratien (407) et Constantin III (407-411). Dans un registre tout à fait différent – mais avec une réception étonnamment semblable dans les siècles ultérieurs – on notera que Constantin Ier (306-337), le fils de Constance Chlore proclamé empereur à York en 306, a lui aussi commencé sa carrière impériale dans l’île ; les usurpateurs de la fin du IVe et du début du Ve siècle n’ont pas manqué de se réclamer de son héritage. Continuer la lecture

Appel : recherches sur les Bretagnes médiévales

COLLOQUE

« Enjeux épistémologiques des recherches sur les Bretagnes médiévales en histoire, langue, et littérature »

Brest, université de Bretagne Occidentale, 12-14 décembre 2017

APPEL À COMMUNICATIONS pour le 30 juin 2017 :

Depuis une cinquantaine d’années, le champ d’étude des Bretagnes médiévales a suscité des approches et des questionnements à la fois divergents et renouvelés. Ces changements aboutissent aujourd’hui à une situation contrastée, où de nombreux domaines du savoir paraissent en chantier, pour ne pas dire comme un champ de bataille où il semble difficile de réconcilier les résultats apparemment opposés obtenus suivant des démarches différentes. Dans quelle mesure et de quelle manière la culture populaire et l’oralité ont-elles par exemple été traitées et intégrées à ce champ de recherche ? Comment s’est-on interrogé, peut-on encore s’interroger, avec quels présupposés et dans quelle perspective, sur les origines de la légende arthurienne ou des vies de saints ? La sociolinguistique peut-elle contribuer à renouveler l’approche des langues médiévales ? Dans le domaine de l’archéologie, comment les résultats des fouilles ont-ils été analysés et interprétés et quel usage en est il fait aujourd’hui ?

Ce sont là quelques questions qui nous poussent à rassembler les disciplines qui s’intéressent Continuer la lecture

Appel : Châteaux et spectacles

Appel à communications : « Châteaux et spectacles »

Colloque à Périgueux, 29, 30 septembre et 1er octobre 2017 : réponses attendues avant le 30 janvier 2017.

L’histoire des spectacles urbains à l’époque moderne est en plein renouvellement, croisant histoire et histoire littéraire, comme en atteste, depuis 2014-15, le séminaire d’histoire sociale des spectacles du Centre Roland Mousnier (Paris-Sorbonne). Dans le prolongement de celui-ci une journée d’études s’est tenue à Lyon en juin dernier envisageant les spectacles comme un laboratoire du gouvernement urbain. Que ce soit à Naples, à Londres ou dans d’autres villes européennes, il s’agit ici à la fois d’inscrire les spectacles dans une société, dans des pratiques politiques mais aussi dans un espace urbain ce qui conduit à croiser le regard des urbanistes comme à Paris étudiée dans la première modernité par Goulven Oiry.

L’émergence de la citoyenneté au XIXe siècle suppose de conforter l’adhésion, en multipliant les formes d’expression de l’approbation. Le spectacle participe de la cérémonie du pouvoir, comme l’explore un colloque, organisé en 1990, sur les usages politiques des fêtes aux XIXe et XXe siècles. Les châteaux, au cœur de la sociabilité aristocratique, peuvent tout aussi bien servir à appuyer la souveraineté qu’à susciter une contre-image, sous l’égide des légitimistes par exemple, le spectacle servant à construire un imaginaire politique de l’assentiment comme du ressentiment.

Le colloque Châteaux et spectacles propose de s’inscrire dans ces perspectives en passant de l’échelle de la ville à celle des châteaux au prisme de l’histoire, de l’archéologie, des études littéraires mais également de toutes les formes d’arts et de spectacles vivants pouvant être repérés dans le périmètre des demeures châtelaines et de leurs abords du Moyen-Âge à nos jours. En effet, d’année en année, les mises en scènes spectaculaires se multiplient dans les châteaux afin d’attirer les touristes vers ces lieux patrimoniaux

Voir l’appel :

http://crcv.hypotheses.org/5118

Appel : pouvoir royal en fantasy

Appel : « ‘Reges quondam regesque futuri’: Various Aspects of Royal Power in Medieval and Modern Fantasy Literature »

Medieval Fantasy Symposium, Unieście, Poland, 1-4 June 2017

pour le 14 février

Medieval kingship is a complex, multi-layered cultural construct. On the one hand, in its primary sense, it lays emphasis upon the numerous royal duties (moral, political, military etc.) which arise from the very fact of being a king. Hence, despite being a sovereign, he is, at the same time, a person who is, first of all, subject to the law of his realm, one who should use his power solely for the benefit of its inhabitants. Indeed, a “king is he that can hold his own, or else his title is in vain”, claims the elvish prince Maedhros in J.R.R. Tolkien’s Silmarillion. On the other hand, though, there are numerous examples of medieval rulers who often transgress their royal duties to satisfy their exuberant egos. They are the reges horrendi of the biblical Book of Wisdom, the rois maudits from the historical novels of Maurice Druon.

The conference will focus exclusively upon various aspects (cultural, religious, political, intellectual etc.) traditionally associated with kingship. The thematic scope will cover all sorts of texts of undisputedly medieval origin (poems, sagas, chronicles etc.) as well as post-medieval fantasy (including historical fantasy) works written by, amongst others, William Shakespeare, J.R.R. Tolkien, Maurice Druon, George R.R. Martin and Elżbieta Cherezińska. The main themes will include:

  1. king-making and images of kingship.
  2. ideology and sacrality of kingship.
  3. warrior-kings and their knights.
  4. royal bynames, their significance and meaning.
  5. noble kings and their accursed counterparts.
  6. symbolism of crowns, swords and other royal insignia.

Voir http://essenglish.org/cfp/conf1706/#medieval-fantasy

Appel : Politique et Moyen Âge

Appel à contribution

Perspectives médiévales n°39

« Politique et Moyen Âge aujourd’hui »

réponses attendues avant le 31 décembre 2016

« On est revenu au Moyen Âge[1] » ; « ces actes sont médiévaux, moyenâgeux, barbares » : douloureusement réactivées par les attentats récents, ces formules ont été largement utilisées par les médias ces derniers mois. Or, elles posent problème à maints égards, car tout en désignant le « Moyen Âge » comme « barbare » et « archaïque », elles associent des événements difficilement pensables et rejetés dans la sphère de l’altérité à une période qui appartient pourtant à une histoire et à un patrimoine hérités. De ce point de vue, le Moyen Âge semble servir d’écran pour dire un impensé qui est celui de la violence de notre propre société. À l’inverse, « revenir au Moyen Âge », entre séries et jeux de rôles, c’est parfois jouer ou rejouer celui-ci, le plus souvent pour l’encenser, dans une démarche où la nostalgie prend le pas sur la connaissance.

Le Moyen Âge : modèle ou repoussoir ? Au plan idéologique, ce sont parfois les mêmes discours qui utilisent le Moyen Âge comme référence pour désigner une altérité honnie, et qui par ailleurs l’invoquent pour justifier une identité (les « racines chrétiennes de l’Europe ») ou une unité culturelle (l’Occident chrétien), face à une Europe qui serait fragmentée, et dangereusement multi-culturelle.  Au plan économique, le Moyen Âge sert parfois aussi de paradigme à une pensée de l’autarcie, sur la base d’un modèle pré-industriel adossé sans précaution à l’omniprésence de l’ordre et du pouvoir. Le Moyen Âge apparaît donc comme le porte-étendard d’une protestation qui s’élève contre la crise actuelle du politique et du modèle européen.

Telle est l’ambiguïté de la manipulation des mots « Moyen Âge », « médiéval », « moyenâgeux » dans les discours actuels, manipulation qui est peut-être aussi instrumentalisation du passé. C’est une définition de la politique mais aussi du politique qui est en jeu, dans la détermination de cette notion par le passé médiéval et dans son articulation au présent.

Quelle peut être la position de la recherche, du monde académique mais aussi plus largement des intellectuels et des artistes vis-à-vis de ces représentations du Moyen Âge, de sa pensée politique et de son fonctionnement ? À partir d’un travail épistémologique sur les notions les plus fréquemment rattachées ou opposées au Moyen Age, et qui permettent sa mise en accusation ou son idéalisation,  ce numéro de Perspectives médiévales invite à s’interroger sur les usages politiques actuels du Moyen Âge. Le Moyen Âge peut-il être aujourd’hui autre chose qu’un fantasme, un prétexte pour justifier toutes sortes de discours, en dehors de toute connaissance réelle et profonde de cette période ? Peut-il encore servir de référence positive pour penser le présent ? La définition de l’homme mise au point et cultivée par les pensées et pratiques du Moyen Âge est-elle d’un quelconque secours pour éclairer un monde qui se réfère et se compare sans cesse à lui, au prix de nombreux malentendus, intentionnels ou non ?

 

Nous proposons ici quelques pistes de réflexion, non limitatives :

 

  • Face à l’image d’une période repliée sur elle-même et théocentrique, existe-t-il ou non un universalisme hérité du Moyen Âge, et qui se prolongerait jusqu’à nous, parallèlement à l’universalisme hérité de la Révolution française ? L’idée d’un progrès perpétuel hérité des Lumières, largement contestée et battue en brèche, peut-elle être refondée ou réélaborée à partir d’une pensée qui a été largement bannie par ces mêmes Lumières ?
  • Le Moyen Âge est-il porteur d’un humanisme ? Si oui, quel rôle a joué l’historiographie postérieure (renaissante, classique, romantique, moderne) pour occulter cet humanisme médiéval ?
  • Le Moyen Âge a-t-il été barbare – rejetant dans la violence, hors de sa langue et de son monde, ses ennemis ? Peut-il servir d’exemple ou d’épouvantail à ce qui aujourd’hui est parfois annoncé comme le début d’un naufrage de la civilisation ?
  • Comment s’expliquent les mises en fiction actuelles du Moyen Âge et la nostalgie sous-jacente qui les accompagnent ? Et la recherche elle-même, médiéviste ou médiévaliste, par effet de retour, ne contribue-t-elle pas à la création d’un Moyen Âge édulcoré et fantasmé, voire du renouveau d’un folklore médiéval ?

 

C’est donc à une réflexion sur les usages politiques contemporains du Moyen Âge et de leurs impensés qu’invite le prochain numéro de Perspectives médiévales.

Chercheurs, intellectuels, artistes et autres acteurs que la présence du Moyen Âge dans la société actuelle intéresse sont donc conviés à contribuer au numéro de 2018 de notre revue.

 

 

Les propositions d’article (avant-projet d’une page avec bibliographie) sont à adresser conjointement à Sébastien Douchet (sebastien.douchet@univ-amu.fr) et à Véronique Dominguez (veronique.dominguez@u-picardie.fr) avant le 31 décembre 2016.

 

Le calendrier est le suivant :

 

  • Jusqu’au 31 décembre 2016 : remise du projet.
  • 15 février 2016 : avis du comité scientifique de la revue.
  • 1er juillet 2017 : remise de l’article qui sera soumis au comité scientifique pour correction.
  • 1er décembre 2017 : remise de la version définitive de l’article.
  • 15 janvier 2018 : publication du numéro en ligne (peme.revues.org).

[1] Par exemple : « La Grèce est revenue au Moyen Age ! », article de Dominique Alberti, du 16 février 2012 dans Libération (http://www.liberation.fr/futurs/2012/02/16/la-grece-est-revenue-au-moyen-age_796547) ou bien « L’Europe d’aujourd’hui est revenue au Moyen Âge », article du 16 janvier 2016 paru dans sputniknws.com (https://fr.sputniknews.com/international/201601161020991076-europe-retour-moyen-age).

Appel : modernités gothiques

Gothic Modernisms -Call for Papers

29 & 30 June, 2017, Rijksmuseum, Amsterdam, NL

Organized by the Faculty of Arts and Humanities, Coventry University; the Amsterdam School for Heritage, Memory and Material Culture, in collaboration with the Rijksmuseum, Amsterdam; the Ateneum Art Museum / Finnish National Gallery, Helsinki, and Radboud University, Nijmegen

(Confirmed keynote speaker: Prof. Elizabeth Emery (Montclair State University, US)

gothique-meubles

The ‘Gothic’ has permeated visual and cultural ideas and practices of modernity. Yet the presence of a ‘Gothic Modernity’ or Gothic Modernisms challenges fundamental perceptions of how ‘modernism’ from the late nineteenth-century onwards has been historicized, created, produced and seen. The opposition of a ‘Gothic’ pre-modern past to a modern present, of age/decline or infancy to rebirth/progress, has since Jacob Burckhardt’s The Civilisation of the Renaissance in Italy (1860) presented such dualities as pivotal to narratives of Western modern art, construed as opposing and sublimating the ‘pre-modern’. From these perspectives, the very idea of a ‘Gothic’ becomes reified as a temporal abstraction – a trope, relegated to the ‘middle’, the ‘pre-’, ‘the ‘dark’, as the eminent French medievalist Jacques Le Goff has pointed out. This conference seeks to challenge such polarities, developing Le Goff’s idea of ‘un Gothique noir’ (an ‘unseen’ Gothic), of a modern(ist) Gothic spirit and sensibility, that is insufficiently studied, historicized or understood. The conference proposes, instead, a thorough-going engagement with the pre-modern and Gothic as a disruptive teleology and identity within late 19th- and 20th-century visual and cultural modernisms. Critically implicated in their ideologies and remaking of cultures, communities, sites and identities of art, this reshapes familiar constructs of Naturalism, Symbolism and Modernism. Further, seen from the perspectives of a ‘Gothic modernity’, this conference foregrounds underpinning arguments of history, religion, language, belief, inheritance and geo-political tussles, eclipsed or elided in canonical accounts of this period’s art. For Medieval gothic culture and aesthetics emerges as deeply entwined with modern art, art historiography, art literatures, collection-formation and museum design of the later nineteenth century to the mid-twentieth. From the Gothic revivals and appropriations of 19th-century Romantic artists, writers and historians, to the neo-medievalism of pre-Raphaelite art; from the Gothic alterities of the ‘fin de siècle’, to Expressionism and Surrealism, ‘Gothic’ as histories and recreation, as haunting and present reality, is everywhere manifest. The Gothic inspires founding historiographies of 20th-century art, museums, aesthetics, identities of culture and expressions of ‘nation-hood’, from the 1902 Bruges exhibition Les Primitifs Flamands to rival exhibitions Les Primitifs français (Paris 1904) and Meisterwerke Westdeutscher Malerei (Düsseldorf 1904); from John Duncan’s Anima Celtica (1895) to Wilhelm Worringer’s Formprobleme der Gotik (1911), to Johan Huizinga’s Waning of the Middle Ages (1919).

Gothic Modernisms will focus on the (global) legacies, histories and contested identities of Northern European Gothic/early-modern visual cultures in modernity and, in particular, on identities of modernism, including avant-gardes. It builds on two preceding, related conferences on ‘Primitive Renaissances’ (The National Gallery, London, 2014) and ‘Visions of the North’ (Compton Verney Museum, 2016), which have opened new scholarship on 19th- and early 20th-century responses to Northern Renaissance and early Germanic art. Gothic Modernisms will expand this field of enquiry and its temporal scope. It explores the pivotal, yet still understudied, reception, construction and invention of Northern Gothic art and reception in the period spanning the 1880s to the 1950s, extending interest in Latin and Germanic Gothic to the ‘Nordic’ world. We term these artistic and cultural reinventions ‘gothic modernisms’.

The conference thus aims to develop both a broad perspective in relation to gothic modernisms and a deepening of the issues—methodological, theoretical, aesthetic, archival—pertinent to this subject. In particular, we seek papers which pose fresh questions about the modern reception and practices of medieval art in institutions and museums, as well as in art, art historiographies, art writings and broader visual-cultural contexts.

Further: the conference aims to revisit and examine Gothic/early-modern reinventions and appropriations in later 19th- and early 20th-century modernisms from original, to date unexplored, perspectives. We seek to explore competing ‘Gothic’ identities (Francophone, Flemish, Anglo-Germanic, Nordic, Celtic, Latinate, Slavic, via histories, images and artefacts), crossing national and geo-cultural borders, as well as to shape new nationalisms. The objective is to interrogate multiple routes through which medievalisms were construed disruptively, nationally and transnationally, to reimagine new artistic and cultural identities. These include ideas of community, canonicity, avant-gardes, sites, cults, nature, the spectral, the popular/‘people’, alterity, and aesthetic and political hybridity. We therefore also invite papers that engage with identities of gothic modernity and modernisms which challenge fundamental constructs of periodicity and modernist ‘canons’, crossing cultural and aesthetic boundaries, including to non-Western frameworks.

 

Papers/panels are invited in (but not limited to) the following suggested areas:

  • Gothic Identities/Empires: Latin, Germanic, Teutonic, Nordic Gothics at the ‘tournant de siècle’
  • ‘Gothic’ cartographies and national revivals in 19th-/early 20th– century exhibitions, art, art writing
  • Challenging periodicity; histories, Gothic rewritings, cultural memories/monuments – towards a ‘Gothic present’; the Northern Gothic Modern ‘Genius’
  • Museal Gothics: Collecting/ Exhibiting/ Photographing/ Displaying Gothic modernities/ Renaissances
  • Gothic sites and modernity – pilgrimages, rituals of art
  • (Imagined) Gothic sites in expressionist, surrealist, or other avant-gardist film and photography
  • Rooted/Transnational-cosmopolitan Gothic modernisms/communities of art (late 19th and 20th centuries)
  • Nordic Gothic modernities
  • Cathedrals of art/culture: architectures, design, cities – Gothic Modern citadels/ spaces and avant-gardes
  • ‘Neo-Gothic’ Modernities in architecture/interiors
  • New ‘Dark Ages’ and Gothic alterities
  • The uncanny presence of the ‘gothic’ in avant-gardes
  • Gothic modernist spiritualisms: modernist artist/writer monastics: Zealots, Hedonists, Saints, Martyrs
  • Gothic Modern bodies in modernist art and visual cultures
  • Migrating-transitional objects/Gothic relics/taboo
  • Gothic ‘Others’ and the silences of history

 

Proposals of max. 300 words should be sent to both:

juliet.simpson@coventry.ac.uk and t.m.bauduin@uva.nl by 20 December 2016.

Please include the following details with your abstract:  name and surname; affiliation; contact e-mail address; and short biography, incl. a brief overview of most relevant publications. The organizers warmly welcome proposals from early-career researchers.

 

Proposals will be selected by peer-review. A publication based on the conference papers is envisaged.

Conference Organizing Committee:

Prof. Dr. Juliet Simpson, Coventry University, UK

Dr. Tessel M. Bauduin, University of Amsterdam, NL

Dr. Jenny Reynaerts, The Rijksmuseum, Amsterdam, NL

Dr. Jan Dirk Baetens, Radboud University, Nijmegen, NL

Prof. Dr. Anna-Maria von Bonsdorff, Ateneum Art Museum/Finnish National Gallery, Helsinki, FI

 

‘Gothic Modernisms’ forms the culminating event in a trilogy of conferences investigating the modern and modernist reception of Northern medieval and Renaissance masters in Europe, beginning with ‘Primitive Renaissances’ (National Gallery, London: 2014) and continuing with ‘Visions of the North’ (Compton Verney Museum, UK: 2016).

 

Appel : « Epopée et modernité »

epopeeBD

Revista Epicas, dossier thématique « Epopée et modernité »

Coordination du numéro: Florence Goyet (Université Grenoble-Alpes) et Saulo Neiva (Université Blaise-Pascal, Clermont II)

Avant le 30 juin 2016

Image : Alexandre, l’épopée, Chauvel, Le Galli, Java, éditions Glénat

Le dossier thématique du numéro 2 de Revista Épicas, revue du CIMEEP, réseau international et multidisciplinaire d’études épiques, sera consacré aux rapports entre l’épopée et la modernité. Une série de travaux récents ont contrarié l’affirmation classique, trop souvent reprise sans examen, que l’épopée serait un genre « défunt ». Ces travaux ont démontré la vitalité, la diversité et l’intérêt des productions épiques modernes et contemporaines.

Dans ce numéro, nous aimerions reprendre le problème d’un double point de vue : celui de la transformation de l’épique dès le début de l’époque moderne et celui de l’investissement des autres genres par l’épique.

Pour poursuivre ces travaux et contribuer à leur essor, nous proposons ainsi de nous poser deux types de questions:

  1. Transmission et transformation

Quelles perspectives théoriques pour rendre compte de la mue du genre ? A. Vasconcelos da Silva propose une théorie du discours épique, où ce dernier se caractérise par sa « nature hybride » Continuer la lecture

Appel : « Réception du Moyen-Âge allemand »

1008547-Richard_Wagner_la_Walkyrie

Appel à communications “La réception du Moyen Âge allemand dans la France d’aujourd’hui“

jusqu’au 30 juin, pour un colloque du 19 au 21 octobre 2016, Université de Limoges

Equipe d’accueil Espaces Humains et Interactions Culturelles (EHIC)

Problématique

Dès le Moyen Âge, les deux aires linguistiques de la Romania et de la Teutonia ont représenté le fondement essentiel à partir duquel s’est élaborée et répandue la première littérature savante de rang et de format européens. La culture germanique antérieure aux humanistes allemands et à Luther est toutefois longtemps restée en France très largement une terra incognita. Seules quelques œuvres originales de la fin du Moyen Âge ont connu une réception durable – immédiate pour la Nef des fous de Sebastian Brant et différée d’un siècle pour le roman en prose Fortunatus ou l’Histoire de Till Ulespiegle dont le nom est devenu antonomase. La grande littérature médiévale allemande en revanche a plus intéressé les philologues que le grand public en ce qu’elle n’apparaissait que comme un miroir de la culture française du XIIe siècle. Quant aux mythes, contes et légendes germaniques du haut Moyen Âge, ou à l’art des maîtres chanteurs du Moyen Âge tardif, les Français n’en eurent qu’une réception médiatisée par le romantisme allemand des frères Grimm et de Wagner ou, dans une moindre mesure, de Hoffmann et de Heine.

On constate à partir XIXe siècle, à la faveur du romantisme, une influence mutuelle des réceptions nationales du Moyen Âge, comme en témoigne par exemple la lecture de Jeanne d’Arc par Schiller et Görres – notamment en réaction contre la parodie voltairienne –  qui a influencé en retour la réception de l’héroïne dans la France de la deuxième moitié du XIXe siècle. Aujourd’hui, on assiste à une véritable interpénétration des réceptions multiformes du Moyen Âge à l’échelle planétaire grâce aux médias audiovisuels et numériques. Comme le rappelle Jacques Le Goff, la perception populaire – et parfois savante – du Moyen Âge a été et est encore bipolaire, tantôt magnifiante, tantôt méprisante[1]. Cette attitude vaut aussi pour le Moyen Âge germanique.  Continuer la lecture

Appel: « Getting medieval »

flammeMA« Jouer à la flamme bien moyenâgeuse » : médiévisme dans la culture populaire contemporaine

“Getting Medieval” : Medievalism in Contemporary Popular Culture

Cette journée d’étude aura lieu les 25 et 26 novembre 2016 à l’Institut National Universitaire Jean-François Champollion dans la ville épiscopale d’Albi dans le Tarn.  Les propositions de communications (250-500 mots, en anglais ou français) sont à envoyer accompagné d’un court CV à john.ford@univ-jfc.fr avant le 31 juillet 2016.

This conference, organized at the Jean-François Champollion National University Institute (“Champollion University”) in the historic episcopal city of Albi, France – site of the thirteenth-century Albigensian Crusades – will take place on 25-26 November 2016.  Please send proposals of 100-250 words for 20-minute papers (in English or French) to john.ford@univ-jfc.fr along with a brief CV before 31 July 2016 for full consideration.

PRESENTATION :

La culture populaire d’aujourd’hui est riche en allusions au Moyen Age, non seulement dans la littérature et les arts visuels – comme elle l’a toujours été dans les siècles passés (par exemple, les préraphaélites ou Connecticut Yankee dans la cour du roi Arthur de Twain, Idylles du roi de Tennyson, ou le Hobbit et le Seigneur des Anneaux de Tolkien, etc.) – mais aussi dans les romans graphiques et dans les bandes dessinées, sur le petit comme sur le grand écran, ainsi que sur les écrans d’ordinateur des amateurs de jeux vidéos, les parcs d’attractions, les festivals et les foires.

Mais combien de ces références dont le contexte est médiéval – présentées comme de nouvelles versions de vieux récits ou tout simplement utilisant de manière plus libre un cadre ou un thème médiéval – reflètent fidèlement le Moyen Age ? Et de quelle manière et dans quelle mesure ces références médiévales modifient-elle ou déforment-elle la réalité de cette époque ? A quel point cette époque est-elle romancée comme, par exemple, dans un Camelot idéalisé où «la pluie ne peut  tomber qu’après le coucher du soleil »? Dans quelle mesure est-elle, comme l’atteste l’expression « Jouer à la flamme bien moyenâgeuse » qui implique la menace d’une vengeance féroce, diabolisée, vilipendée? Dans quelle mesure et à quel point ces constructions, ces références, influencent-elles sur notre compréhension du Moyen Age? Est-il donc important d’être exact ? Enfin, dans quelle mesure ces modifications mettent-elles à jour les textes et les récits en leur permettant de rester en vie et en constante évolution ? Et pourquoi le Moyen Age est-il l’éternel sujet favori, exploité année après année, décennie après décennie, siècle après siècle? Continuer la lecture

Appel : « Combattre (comme) au Moyen Âge »

Combattre (comme) au Moyen Âge

Formes et expériences de la guerre médiévale

Colloque (Lille III, 26-27 janvier 2017)

Equipe Alithila, avec la participation de l’association « Modernités Médiévales »

Si les historiens ont beaucoup étudié les nombreuses batailles qui ont marqué la France au Moyen Âge, essentiellement par le biais des Chroniques (Chronique du Pseudo-Turpin, Grandes Chroniques de France, Chroniques de Froissart, Croniques et conquestes de Charlemaine…), ils ont moins souvent eu l’occasion de confronter leur approche à celle des littéraires – littéraires qui, quant à eux, s’intéressent majoritairement à l’idéologie et ne consacrent pas toujours de longs développements à l’aspect concret, proprement guerrier, des récits médiévaux ou d’inspiration médiévale. Il s’agira donc d’aborder de concert la façon dont sont traitées les batailles médiévales dans les textes historiques ou littéraires médiévaux, mais aussi légèrement ultérieurs ou plus récents, qu’ils soient issus du roman historique ou de ce courant contemporain de la fantasy Continuer la lecture

Appel : « Inventer la littérature médiévale »

Appel à communication pour un colloque

« Inventer la littérature médiévale (XVIe-XVIIe siècle) »

Université de Lausanne, 6-7 octobre 2016. Réponses attendues pour le 30/01/16.

«Littérature du Moyen Âge» est une catégorie relativement récente dans la longue histoire de l’étude des textes médiévaux. L’expression semble ne pas remonter en-deçà de la première moitié du XIXe siècle. En France, par exemple, Abel-François Villemain la retient comme titre de vingt-quatre leçons de son Cours de littérature française donné en Sorbonne (1829–1830) et Émile Lefranc comme sous-titre d’un tome de son Histoire élémentaire et critique de la littérature (1840). En 1852, Paulin Paris la revendique pour l’intitulé d’une chaire qu’il souhaiterait voir fonder au Collège de France et qu’il occupe dès 1853. Par «littérature», ces intellectuels comprennent des œuvres dotées d’une valeur «esthétique», expressions du «génie» ou de l’«esprit» national. Continuer la lecture

Appel : Amaltea n°8

Appel à contribution (articles) pour le nº 8 (2016) de la revue espagnole de mythocritique Amaltea (Université Complutense de Madrid) centré sur le mythe et l’opéra contemporain, pour le 1er février 2016.

image : « Orphée et Eurydice », Pina Bausch © Opéra de Paris

Dans le dialogue que tous les arts engagent avec la littérature, le dynamisme du mythe est patent. De nombreuses manifestations artistiques sont des retellings de mythes littéraires :elles les racontent différemment.Le nº 8 d’Amaltea, Revista de Mitocríticaabordera la question des mythes dans l’opéra contemporain.

Une brève étude d’Ariadne auf Naxos de Richard Strauss (1916) permettra d’orienter cette convocation.L’opéracommence par le second mythème du mythe d’Ariane : la jeune fille abandonnée par le roi qui a vaincu le Minotaure (le premier mythème est brièvement raconté par plusieurs personnages). La conversation entre Ariana et Zerbinette peut donner quelque espérance à la femme abandonnée ; la mort n’est peut-être pas la seule solution. Au bout du compte, Dionysos l’épousera : c’est le troisième mythème d’Ariane. Continuer la lecture

Appel : « Studies in Medievalism »

Studies in Medievalism, a peer-reviewed print and on-line publication, seeks 3,000-word essays on the application of ecotheory to medievalism and neomedievalism.  To what degree do ecocriticism and ecomaterialism inform these fields?  How are constructed environments deployed in response to the Middle Ages?  How, if at all, are these settings legitimized?  How are they applied to postmedieval circumstances and concerns?  How is human agency defined in relationship to them?  What, if anything, do they tell us about the larger scope of medievalism and neomedievalism, particularly the relationship between those fields?  Potential contributors are welcome to discuss particular examples of pertinent neo/medievalism, but they should do so in the course of directly addressing one or more of these questions.

Please send all submissions in English and Word to Karl Fugelso (kfugelso@towson.edu) by August 1, 2016.

For a style sheet, please visit the website http://www.medievalism.net/sim.html

Appel : « Hommes et femmes sauvages »

 

Hommes et femmes sauvages dans les arts et les lettres

Colloque international Rennes 2, 13 et 14 octobre 2016 (CELLAM EA 3206 et HCA EA 1279)

Réponses attendues pour le 1er janvier 2016

(image : Tapisserie 1480 ca.Vienne, Autriche.)

Les relations entre nature et culture, entre l’homme et l’animal, constituent un des grands champs qu’abordent actuellement les recherches en humanités. Après les journées d’études organisées à Toulouse[1] autour de la définition et de la caractérisation des traits de l’homme sauvage, dans une perspective à la fois diachronique et transdisciplinaire, le colloque de Rennes, les 13 et 14 octobre 2016, sera consacré à l’homme et à la femme sauvages, dans les arts et la littérature à travers les époques. Continuer la lecture

Appel: « Réception de Jean de Meun »

Appel à communication « La réception et l’influence de Jean de Meun en France du XVe au début du XVIIe siècle », pour un colloque à l’Université d’Orléans – fin octobre 2016

Réponses attendues pour le 01/01/2016

 

Dans la continuité du colloque « Jean de Meun et la culture médiévale » organisé à Orléans en mai 2014, le présent colloque voudrait rassembler les réflexions autour de la réception, de l’édition, du commentaire et plus généralement de l’influence, dans la littérature française des XVe et XVIe/début XVIIe siècles, du Roman de la Rose et plus largement de Jean de Meun, de l’œuvre comme de l’homme, ou de l’idée que l’on pouvait s’en faire. Continuer la lecture