Archives de catégorie : Actualités

Exposition: Le monde de Clovis

Exposition ludique “Le monde de Clovis: l’exposition dont vous êtes le héros“, Musée d’Archéologie nationale, du 22 octobre au 22 mai 2023. En parallèle de l’exposition, de nombreux événements sont programmés: ateliers jeune public, visites guidées, concert, déambulation de géant…

 
 

Le musée d’Archéologie nationale souhaite, à l’automne 2022, proposer une version adaptée de l’exposition présentée en 2021 au musée royal de Mariemont (Belgique), pour laquelle il a d’ailleurs concédé le prêt exceptionnel du mobilier de la tombe de la reine Arégonde. Pour ce faire, le contenu scientifique restant globalement le même, le MAN a conçu un mode de visite nouveau et radicalement différent de celui de l’exposition de Mariemont, s’inspirant de la démarche des jeux de rôles et des livres « dont vous êtes le héros ».

Le visiteur est ainsi invité à s’identifier à l’un des quatre personnages que nous avons créés (Geneviève, la commerçante, Médard, le guerrier, Andarchius, le fermier, Bathilde, la tisserande), puis à construire lui-même son parcours, sa « carrière », au fil des salles et des âges de la vie. Pour ce faire, des choix lui seront proposés à chaque étape du parcours ; il sera incité, afin d’opter pour l’une ou l’autre action proposée, à chercher des informations auprès des objets, dans les vitrines, dans les cartels. Son but est de gagner, à travers ses choix, le plus de points de richesse et de prestige possible ; ces points conditionnent au fur et à mesure certains de ses choix, et permettent à la fin de mesurer sa réussite sociale dans le monde mérovingien.

COMMISSARIAT GÉNÉRAL

  • Rose-Marie Mousseaux, conservatrice en chef du patrimoine, directrice du musée d’Archéologie nationale et du Domaine national de Saint-Germain-en-Laye
  • Daniel Roger, conservateur général du patrimoine, adjoint à la directrice, responsable du pôle scientifique du musée d’Archéologie nationale

COMMISSARIAT SCIENTIFIQUE

  • Fanny Hamonic, conservatrice du patrimoine, chargée des collections du premier Moyen Âge du musée d’Archéologie nationale
  • Bruno Dumézil, professeur d’histoire médiévale à Sorbonne Université

Informations pratiques

Exposition ouverte de 10h à 17h (fermé le mardi) – Samedi 22 octobre, ouverture de 10h à 14h. Ouverture exceptionnelle jusqu’à 20h: Mercredis 2 novembre 2022 – 1e février et 3 mai 2023.

Droit d’entrée : 6 €

 

Détails et programme sur le site du Musée d’Archéologie nationale.

Exposition: William Morris, l’art dans tout

Exposition “William Morris (1834-1896): l’Art dans tout“, à La Piscine, Roubaix, du 8 octobre 2022 au 8 janvier 2023. Un programme riche (visites guidées, conférences, etc.) est prévu en parallèle de l’exposition.

Après l’exposition Une conversation anglaise : le Groupe de Bloomsbury, présentée du 21 novembre 2009 au 28 février 2010 et qui avait rencontré un large public, La Piscine propose de continuer son exploration des liens étroits qui unissent artistes, artisans, intellectuels en Grande-Bretagne en mettant en lumière l’univers de William Morris et son apport fondamental dans la reconnaissance des arts appliqués.

L’exposition présente près d’une centaine d’œuvres – peinture, dessins, mobiliers et textiles – provenant de collections publiques anglaises, notamment la Tate Britain et le Victoria and Albert Museum mais aussi de collections publiques françaises et particulièrement de l’important fonds conservé au musée d’Orsay.

Jamais présenté en France, l’œuvre du visionnaire William Morris a fortement marqué son époque en théorisant une utopie sociale, politique, écologique et artistique et en posant les bases de ce qu’on nommera plus tard les Arts & Crafts, qui défendent l’art dans tout et pour tous en réaction à l’industrialisation des savoir-faire artisanaux.

Designer textile, écrivain, poète, peintre, dessinateur, architecte, fabricant, militant socialiste, écologiste et incroyable théoricien, William Morris a développé un œuvre complexe et a milité pour qu’on considère d’une nouvelle manière l’art et l’artisanat, mais aussi les artistes et les artisans de l’Angleterre victorienne de la fin du XIXe siècle, marquée par l’apparition d’une société industrielle. Il est célèbre à la fois pour ses œuvres littéraires, son engagement politique socialiste, son travail d’édition et ses créations dans le domaine des arts décoratifs.

En réaction à la révolution industrielle qui a marqué l’époque victorienne, William Morris affirme l’importance de toutes les formes d’art – peinture, architecture, graphisme, artisanat, littérature… Il œuvre ainsi à redonner des qualités esthétiques aux objets, même les plus usuels, en produisant, par le travail manuel, de la beauté à l’usage de toutes les couches de la société et en valorisant les savoir- faire les plus rares pour aller contre le prosaïsme du monde industriel. Ses recherches formelles et historiques sur la culture Celte et le Moyen-Age nourrissent son inspiration et celles de ses amis artistes dont beaucoup appartiennent au mouvement des préraphaélites – Dante Gabriel Rossetti, Edward Burne-Jones, William Holman Hunt, John Everett Millais…- qui se crée autour de lui.

La nouvelle organisation éthique de l’art, théorisée par Ruskin et mise en place par William Morris, ajoute à son œuvre une dimension sociale et écologique, qui est aujourd’hui parfaitement d’actualité : expérience d’ateliers collectifs, retour à la campagne dans des colonies d’artisans, entreprises dont les profits sont reversés aux ouvriers, attention portée aux conditions de fabrication des objets manufacturés et le désir de prendre en compte la dignité de ceux qui les fabriquent, conviction que la « beauté » contribue à donner un sens à l’existence.

Avec cette exposition, La Piscine propose aux visiteurs de plonger dans l’univers de William Morris. Tapisseries, tentures, mobiliers, peintures, dessins seront présentés dans une scénographie volontairement immersive imaginée par Cédric Guerlus.

Commissariat Sylvette Botella-Gaudichon

Scénographie : Cédric Guerlus – Going Design

Catalogue édité à l’occasion de l’exposition

 

Cette exposition a reçu le soutien exceptionnel du Musée d’Orsay.

Cette exposition a reçu le soutien de la Direction régionale des Affaires Culturelles, de la Région Hauts-de-France et de la Métropole Européenne de Lille. Elle bénéficie d’un mécénat exceptionnel du CIC Nord Ouest, fidèle partenaire du musée La Piscine. La scénographie est réalisée grâce au généreux concours des peintures Tollens.

 

Légende :  William Morris (dessinateur), Jeffrey &Cie (fabricant), The Pimpernel, Vers 1876, Papier continu à pâte mécanique, fond vert brossé à la main, impression à la planche de bois en 6 couleurs., 70 x 56.6 cm, Paris, Musée des Arts Décoratifs. © Les Arts Décoratifs / Jean Tholance

 

AUTOUR DE L’EXPOSITION

LES ADULTES

Conférences

Conversation brodée autour de William Morris

 

LES JEUNES PUBLICS

En individuel

Les Ateliers du mercredi : Du 7 Septembre au 14 décembre 2022 de 13h45 à 17h

  • L’art dans tout – 4 à 6 ans et 7 à 12 ans
  • Un terreau fertile – 7 à 13 ans

Ateliers des vacances : Du 20 au 23 décembre 2022 de 14h à 17h

  • Ma petite fabrique – 4 à 6 ans et 7 à 12 ans

En groupe

WEEK-END FAMILIAL

Samedi 19 et dimanche 20 novembre 2022 – de 14h à 17h30

Actualité: En défense des métiers de l’histoire

Suite à la table ronde organisée par la SHMESP le 13 novembre 2021, intitulée “Libertés académiques et médiation scientifique. Quelle place pour les chercheurs, entre débats historiques et débats de société?“, les historiens William Blanc et Christophe Naudin ont publié le texte de leur intervention.

Dans ce bilan s’appuyant sur leur expérience personnelle et sur la situation plus générale des acteurs de l’histoire aujourd’hui, les auteurs proposent également des pistes de solutions face aux défis que doivent désormais relever les historien.ne.s et enseignant.e.s, notamment médiévistes et médiévalistes. Extrait:

Notre cas, s’il constitue pour l’instant un hapax, s’inscrit dans un contexte plus large que nous avions déjà largement évoqué voilà presque dix ans avec notre collègue moderniste Aurore Chéry dans notre ouvrage Les Historiens de Garde paru en 2013.

Depuis le début de présidence de Nicolas Sarkozy en 2007, les disciplines scientifiques ayant trait au passé (histoire, mais aussi archéologie, histoire de l’art et littérature) sont en proie à une attaque sans précédent, constat que faisait déjà le CVUH lors de la publication du livre Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire (2008) co-dirigé par Laurence De Cock, Fanny Madeline, Nicolas Offenstadt et Sophie Wahnich. Cette attaque à notre avis prend deux formes :

La première est l’usage du passé à des fins politiques et mémorielles. Si celui-ci n’est pas l’apanage d’un groupe et que tous les courants idéologiques abusent de l’histoire, il est clair que l’extrême droite est de loin la plus active sur ce créneau afin de promouvoir une vision essentialiste et excluante de la nation en s’appuyant notamment sur une vision fantasmée du Moyen Âge. Nous assistons ici, ni plus ni moins, à un retour sur le devant de la scène des poncifs de « l’École capétienne » proche de l’Action française animés au début du XXe siècle par des figures comme Charles Maurras et Jacques Bainville, deux auteurs dont se réclame aujourd’hui ouvertement Éric Zemmour, candidat à l’élection présidentielle de 2022. Comme eux, celui-ci prend l’histoire universitaire et scolaire pour cible, évoquant dans l’introduction de son ouvrage Destin français (2018) « la grande machinerie universitaire historiographique [qui] euthanasie la France », accusant ainsi notre métier d’être le meurtrier d’une nation dont il prétend incarner la pureté. Une idée hélas largement reprise aux plus hautes sphères du pouvoir où l’on a affirmé l’existence d’une tendance « islamo-gauchiste » au sein de l’université, terme par ailleurs tiré de la rhétorique complotiste d’extrême-droite.

Comme les propagandistes de l’Action française, le discours d’Éric Zemmour s’inscrit aussi dans une économie privatisée. En proposant à un public angoissé par un futur synonyme de bouleversements écologiques et sociaux profonds, des images d’Épinal d’une France glorieuse, nombre d’entrepreneurs du mythe national réalisent de juteuses affaires et construisent de véritables empires commerciaux s’appuyant sur une vision erronée, mais rassurante, du passé. Les tenants de la logique libérale, même s’ils ne partagent pas toujours le fond de leur discours, ont souvent tendance à favoriser ce type d’entreprises qui génère de la croissance et du profit au détriment d’un service public de l’histoire, scolaire, muséal et universitaire, qui lui, se conçoit comme une forme d’accès à moindre coût des citoyen.ne.s au savoir sur une base égalitaire financée par les impôts.

Voilà entre autres pourquoi depuis une vingtaine d’années l’Éducation nationale, la Culture et l’Université font les frais de coupes massives de budget et d’une précarisation accrue de leurs personnels. Nous connaissons hélas bien l’équation. Trop occupé.e à chercher un poste puis à se plonger dans les affres du publish or perish, quel.le (post-)doctorant.e ou maitre.sse de conférence osera se lancer dans un combat public contre tel ou tel entrepreneur identitaire ? Le ferait-il qu’il risquerait d’être confronté à de rudes agressions. Si des attentats, comme celui dont a été victime Samuel Patty de la part d’un djihadiste, ne semblent pas pour l’instant être au programme de l’extrême droite en France, il n’en demeure pas moins que l’objectif est peu à peu de nous empêcher de prendre la parole dans le débat public. Cela passe par des méthodes qui ont déjà été employées avec succès dans d’autres pays européens où l’extrême-droite triomphe, comme la Pologne.”

Le texte complet est à retrouver sur le site de la SHMESP.

Exposition: Êtres et paraître

L’exposition “Êtres et paraître : La mode au Moyen Âge” se déroulera du 19 juin au 7 novembre 2021 au Musée du Château de Mayenne.

Une partie de cette exposition a été créée et présentée en 2016 par la Tour Jean Sans Peur (Paris). Elle est agrémentée d’objets archéologiques issus de nos collections et de collections d’autres musées. Certains sont exceptionnellement sortis des réserves du château de Mayenne ! Si les panneaux de la Tour Jean Sans Peur évoquent les vêtements comme élément majeur de la représentation médiévale, les objets archéologiques exposés permettent d’étoffer le propos avec des accessoires liés à la mode (couture, bijoux, objets de toilette…).

 


Au fil du parcours, de nombreux dispositifs de médiation sont à disposition des familles pour découvrir l’exposition de manière interactive et participative.

Rendez-vous très bientôt au Musée du Château de Mayenne!

Exposition: Les Puys d’Amiens

Les Puys d’Amiens, chefs d’oeuvre de la cathédrale Notre-Dame“, exposition au Musée de Picardie (Amiens), du 3 juillet 2021 au 10 octobre 2021.

Le Musée de Picardie consacre une exposition à la confrérie Notre-Dame du Puy, hébergée dans cette église pendant près de trois siècles. Parmi les activités de la confrérie, la commande artistique tenait une place de choix. Chaque année, un grand tableau était commandé à un peintre en vue d’être accroché dans la cathédrale. Des dizaines d’œuvres suspendues aux piliers de l’église, seule une vingtaine a subsisté jusqu’à nos jours, dont l’essentiel est conservé au Musée de Picardie. Autours de ces vestiges de la gloire de la confrérie, de nombreux prêts permettront de retracer l’histoire de cette société pieuse qui fut au centre de la vie culturelle, religieuse et artistique de la capitale picarde sous l’Ancien Régime.

Une exposition réalisée avec le concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France.

Plein tarif: 7 €

Tarif réduit: 4 €

Toutes les informations sont sur le site de l’exposition.

 

Colloque: Fantasy et féminismes

Du  11 au 14 mai 2021, le colloque international “Fantasy et féminismes: Aux intersections du/des genres“, proposé par le CRILCQ (Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises) se déroulera en ligne, en accès libre.

Il est organisé par Marion Gingras-Gagné (CRILCQ, IREF, UQAM), Pascale Laplante-Dubé (CRILCQ, IREF, Textes et Cultures, UQAM, Université D’Artois) et Marie-Lucie Bougon (Textes et Cultures, Université D’Artois).

 

Ce colloque a pour objectif de réunir des chercheuses et des chercheurs de multiples disciplines et universités afin d’interroger les intersections possibles entre la fantasy et les théories féministes et queer, d’en élargir les possibilités critiques et d’en questionner les a priori. Que peuvent apporter les approches féministes et les études queer aux perspectives développées pour étudier la fantasy en tant que genre, mais aussi les phénomènes faniques, militants et commerciaux qui l’entourent? Comment peut-on aborder les productions de fantasy en évitant de reconduire une perspective binaire, et en s’intéressant plutôt aux dynamiques de genres sexués et aux marges?

Le programme est accessible en ligne et sur la page Facebook de l’événement.

Les inscriptions sont ouvertes et gratuites.

 

 

Exposition : William Morris

“The Ideal Book”: William Morris and the Kelmscott Press, 2021

A l’occasion des 130 ans de la fondation de Kelmscott Press par William Morris, la William Morris Society organise une exposition virtuelle (en anglais) sur son site.

Tous les détails et l’accès à l’exposition sur le site de la William Morris Society.

Colloque en ligne : médiévistes et médiévalistes

Colloque organisé en ligne du 29 mars au 2 avril, « Le(s) médiéviste(s) face aux médiévalismes : rejet, accompagnement ou appropriation ? » (CESCM, Poitiers), sous la forme d’une série d’introductions, de conférences, de communications et de tables-rondes, cinq jours d’affilée en fin d’après-midi.

A noter que l’assemblée générale de notre association aura lieu en marge du colloque le mercredi 31 mars à 15h, sur Zoom : elle sera ouverte à toute personne intéressée, membre ou non de « Modernités médiévales ».

Inscriptions https://medievalisme.sciencesconf.org/

 

Soutenance : Joanna Pavlevski-Malingre

Joanna Pavlevski-Malingre soutiendra le 6 décembre 2017 à l’université de Rennes 2 une thèse intitulée « Melusigne, Merlusine, Melusina : Fortunes politiques d’une figure mythique du Moyen Âge au XXIe siècle » devant un jury composé d’Emmanuel Bouju (Rennes 2), Edoardo Costadura (Université Friedrich Schiller de Jena), Vincent Ferré (Université Paris Est-Créteil), Michèle Gally (Université Aix-Marseille), Laurence Harf-Lancner (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) et Christine Ferlampin-Acher (Rennes 2, Directrice de thèse)

Résumé

« Il peut sembler étonnant de consacrer une étude d’ampleur aux fortunes politiques d’une fée médiévale, d’une part parce qu’il est habituel de distinguer merveilleux et politique – alors que le recours au merveilleux est courant pour légitimer un pouvoir ou pour fonder une communauté politique -, et d’autre part parce que la branche maîtresse de la lignée des Lusignan, dont Mélusine est l’ancêtre mythique, est éteinte depuis 1308. Pourtant, étonnamment, Mélusine, merveille suscitant des interprétations et représentations contrastées, entre dans des dynamiques politiques multiples. Dès le Moyen Âge, elle incarne des fortunes diverses, l’essor et le déclin de la lignée des Lusignan, qu’elle justifie.

Instrumentalisée à des fins de domination, de légitimation et pour célébrer une mémoire lignagère dans les romans médiévaux de Jean d’Arras (1393) et Coudrette (c.1401), Mélusine s’impose au fil des siècles comme la Merlusine, la mère des Lusignan, mais aussi d’autres lignées aristocratiques, par le biais de textes littéraires, paralittéraires et d’armoiries. Parallèlement, dès le Moyen Âge, mais de façon accrue depuis le XXe siècle, cette figure lignagère est défigurée, ses enjeux sont déplacés, et Mélusine peut ainsi informer des questionnements identitaires divers, relatifs à une classe sociale ou à un individu, à la Nation ou à l’affirmation d’idées féministes. »

Image : la Mélusine qui a inspiré le logo Starbucks

Appel : Médiévalisme et discrimination

La revue Studies in Medievalism prépare un XXVIIIe volume sur la discrimination.

Though scholars have addressed many examples of medievalist discrimination, much work remains to be done on the treatment of systematically underrepresented and/or disenfranchised communities in postmedieval responses to the Middle Ages.

Moreover, the recent, highly public exchange between Rachel Fulton Brown and Dorothy Kim suggests we, as scholars of medievalism, need to examine discrimination among our own ranks.  What biases are suggested by our choice of topics, our approaches to them, and the fora in which we discuss them?  How are those conversations shaped by publishers, universities, and other institutions that represent the Establishment?  If we wish to expose, subvert, or avoid such prejudices, how can we best do so?

Studies in Medievalism, a peer-reviewed print and on-line publication, is seeking 3,000-word (including notes) essays on these and related questions about medievalism and about the scholarship on it, as well as 6,000 to 12,000-word (including notes) articles on any postmedieval responses to the Middle Ages.  Please send all submissions in English and Word to Karl Fugelso (kfugelso@towson.edu) by August 1, 2018.  For a style sheet, please visit the website http://www.medievalism.net/sim.html.

Image : Djimon Hounsou dans le film King Arthur: Legend of the Sword de Guy Ritchie, 2017

 

Exposition : Néo-gothique en Alsace

 

Néogothique !, Fascination et réinterprétation du Moyen Âge en Alsace, 1880-1930.

BNU, Strasbourg, 16 septembre 2017-28 janvier 2018

De la fin du 19e siècle au début des années 1930, un courant médiévaliste parcourt l’Europe. C’est la fièvre néogothique. En Alsace, comme ailleurs, ce goût médiéval s’incarne dans les grands monuments, les musées, les chansons et les airs d’opéra et jusqu’aux collections de figurines et de timbres. L’exposition Néogothique ! met en lumière la manière dont, à Strasbourg et dans toute l’Alsace, le Moyen Âge a inspiré artistes et savants, architectes, peintres ou fondateurs de l’Institut d’histoire médiévale de l’université.  Néogothique ! est une invitation à revisiter et mieux comprendre ce style typique d’une époque, mais aussi toutes les controverses qu’il a pu susciter, autour de la rénovation du château du Haut-Koenigsbourg par exemple.

Cette exposition est organisée par la Bibliothèque nationale et universitaire, à Strasbourg à partir du 16 septembre et jusqu’au 28 janvier. Le commissariat associe Jérôme Schweitzer, conservateur des collections alsatiques de la Bibliothèque, Georges Bischoff Professeur à l’Université de Strasbourg et Florian Siffer, officiant aux Musées de la Ville.

Lundi-samedi : 10h-19h

Dimanche : 14h-19h

Lien vers le dossier de presse

http://www.bnu.fr/sites/default/files/DP-Neogothique-VF_0.pdf

Exposition : Livres italiens

“Libri italiani / Lecteurs français”

Exposition à la Bibliothèqe Mazarine

Du 30 juin 2017 au 29 septembre 2017

Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
23 quai de Conti, 75006 PARIS

En Italie, au cours du premier Âge moderne (1450-1630), la production d’ouvrages en langue vulgaire – toscan essentiellement – concurrence irrémédiablement le latin, et trouve son premier lectorat auprès des lettrés et des élites de la Péninsule. Plusieurs éléments favorisent alors une curiosité croissante des Français pour la langue et la culture italiennes : les campagnes militaires vers Naples ou Milan de Charles VIII à François Ier ; le développement de l’Humanisme et de la Renaissance à partir des modèles transalpins ; le voyage d’Italie des étudiants ; l’accueil par la monarchie française d’alliés, ou bien de proscrits italiens ; les alliances avec les Médicis, les Este ou les Gonzague, maisons princières entourées d’hommes de plume, de savants et d’artistes.

Le livre est l’instrument décisif de ces échanges, d’autant que la fin du XVe et le XVIe siècle constituent une période d’expansion pour l’édition italienne. Traductions, circulation des exemplaires et traces d’appropriation des livres italiens par les lecteurs français en témoignent. La linguistique et la littérature, l’histoire et la religion sont privilégiées. Mais rapidement se fait jour un intérêt pour des répertoires plus spécialisés où les auteurs italiens font autorité, et où l’illustration ajoute à la séduction : mathématiques appliquées aux affaires, ingénierie civile et militaire, fêtes, entretien du corps et divertissement de l’esprit…

Toute bibliothèque française possède bientôt sa part d’ouvrages italiens, de François Ier au plus modeste homme de loi, en passant par Ronsard, l’astrologue du roi Antoine Crespin, l’érudit Peiresc, le savant Mersenne, ou encore les grands serviteurs de l’État au premier rang desquels Mazarin. À travers marques de possession et traces d’usage, les fonds de la Bibliothèque Mazarine éclairent de manière exemplaire ce rayonnement, et ce premier mouvement de pénétration de la pensée, des arts et de la langue italienne en France.

Exposition conçue dans le cadre du projet ANR-EDITEF
(L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité),
porté par le Centre d’études supérieures de la Renaissance

Commissariat : Amélie Ferrigno,
avec la collaboration de Christophe Vellet

Festival “Bobines et parchemins”

La 5e édition du festival “Bobines & Parchemins” mettra à l’honneur “Le Roi Arthur au cinéma” les 19-21 mai :

– vendredi 19 mai. 20h. Perceval de Gallois (1978) d’Éric Rohmer.
Projection au cinéma Le Desperado, 23 rue des écoles, Paris 5e suivie d’un débat avec Antoine de Baecque (historien) et Yohann Chanoir (historien).
– samedi 20 mai. 20h. Excalibur (1980) de John Boorman. Projection au cinéma Le Desperado, 23 rue des écoles, Paris 5e suivie d’un débat avec Justine Breton (docteure en littérature) et Alban Gautier (historien).
– dimanche 21 mai. 15h. Balade. Les légendes médiévales à Paris. Arthur, Les Quatre Fils Aymon, le dragon de saint Marcel. Avec William Blanc (historien) et Julie Pilorget (historienne). Rendez-vous sur le parvis de l’église Saint-Gervais, 13 Rue des Barres, Paris 4e.
– dimanche 21 mai. 20h. Knightriders (1981) de Georges A. Romero. Projection au cinéma Le Desperado, 23 rue des écoles, Paris 5e suivie d’un débat avec William Blanc (historien) et Julien Sévéon (critique de cinéma).
Entrée des projections : 5 euros. Gratuit pour celles et ceux qui viendront en costume médiéval. / Balade gratuite.
Voir la page http://www.bobinesetparchemins.com/le-roi-arthur-au-cinema-5e-edition-du-festival-bobines-et-parchemins/