Archives de l’auteur : Justine BRETON

Colloque: S’évader au Moyen Âge

Les 7-8 octobre 2021 se tiendra à Autun le colloque pluridisciplinaire « S’évader au Moyen Âge: entre appropriations contemporaines et imaginaires de l’histoire médiévale », organisé par nos membres Audrey Tuaillon Demésy et Justine Breton.

Ce colloque est organisé dans le cadre de l’ANR Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs) en partenariat avec le centre d’Histoire vivante d’Autun (qui accueillera les intervenants) et avec l’association Modernités Médiévales, et sous le patronage de la commission nationale française pour l’UNESCO.

Programme:

Jeudi 7 octobre 2021

9h30: Accueil des participants

10h00 : Mots de bienvenue et introduction du colloque – Renaud Baujot-Julien, Justine Breton et Audrey Tuaillon

Session 1 – Représenter le Moyen Âge

10h30 : Médiations ludiques et réceptions médiévalistes : comment s’évader au XIIIe siècle au musée des bastides de Monflanquin ? – Patrick Fraysse (PU, Université de Toulouse) et Muriel Molinier (post-doctorante, Université de Toulouse)

11h : Échappatoires linguistique et mystique à travers l’appropriation celtique : signe et sénéfiance des langues et motifs celtiques dans The Witcher – Manon Metzger (Doctorante, Université d’Ulster)

11h30 : Questions/discussions

12h : Pause déjeuner

Session 2 – Investir l’imaginaire médiéval à travers la littérature

13h30 : Du désir de décorum castral au fantasme de domination féodale : l’échappatoire médiévale dans la chantefable Va dire au lac de patienter de Jean-Louis Bory – Léo-Paul Blaise (Doctorant, ENS de Lyon)

14h : Baudolino ou l’échappée médiévaliste d’Umberto Eco – Jonathan Fruoco (Docteur, chercheur indépendant)

14h30 : Questions/discussions

14h45 : Pause

Session 3 – Une évasion dans le domaine du sensible : expériences corporelles et sensorielles du Moyen Âge

15h : Un médiévalisme des usages : topologie arthurienne et pratique psychocorporelles en forêt de Brocéliande – Mélie Fraysse (MCF, Université de Toulouse) et Odile Parsis-Barubé (MCF-HDR, Université de Lille)

15h30 : La récréation vidéoludique au service du médiévalisme : le cas de The Witcher 3 Wild Hunt – Clémence Huguet (Masterante, Université Paris-Sorbonne)

16h : Le Moyen Âge rêvé de Nikolaj Evreinov : un outil pour penser l’attrait contemporain pour les fictions d’inspiration médiévale – Louise Putov (Doctorante, Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle)

16h30 : Questions et discussions

17h00 : Pause de fin de journée, temps libre

18h30 : Apéritif ludique et temps de convivialité

Découverte de pratiques sportives associées au Moyen Âge. La reconstitution du combat au Moyen Âge : entre spectacle, sport et art martial – Olivier Dupuis (président de la Fédération française d’Arts martiaux historiques européens). Présentation des Arts martiaux historiques européens avec l’association De Taille et d’Estoc.

Découvertes culinaires : dégustations de mets et boissons

 

Vendredi 8 octobre 2021:

9h15 : Accueil des participants

Session 4 – Un dépaysement médiatique

9h30 : La grande évasion ? Moyen Âge et politique dans les bandes dessinées médiévalisantes de l’année 2020 – Yoan Boudes (Doctorant, Université Paris-Sorbonne) et Nicolas Garnier (Docteur, Université Paris-Sorbonne)

10h00 : Le Moyen Âge de Myrath, onirisme et réappropriation culturelle dans la musique metal tunisienne – Tasnime Ayed (Docteure, Université d’Artois et de la Manouba)

10h30 : Frère Cadfael et le plaisir du dépaysement – Francis Mickus (Doctorant, Paris I)

11h00 : Questions/discussions

11h30 : Conclusion du colloque – Justine Breton et Audrey Tuaillon Demésy

12h : Déjeuner et fin du colloque

 

Parution: Maurice Denis et le Moyen Âge

Andreea Apostu, Réminiscences médiévales dans l’oeuvre de Maurice Denis, Classiques Garnier, coll. « Histoire culturelle », 2021.

Profondément influencé par le Moyen Âge, Maurice Denis a rêvé de récupérer l’essentiel de son art décoratif et de sa spiritualité. Ce livre retrace la manière dont le peintre a choisi de resémantiser les éléments médiévaux sacrés et profanes, afin de les adapter à la sensibilité et aux aspirations de son temps.

 

Tous les détails sont sur le site de l’éditeur.

Parution: Pratiques des indulgences du Moyen Âge à l’époque contemporaine

Esther Dehoux, Caroline Galland et Catherine Vincent (dir.), Des usages de la grâce. Pratiques des indulgences du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Presses du Septentrion, 2021.

La commémoration de l’affichage des 95 thèses par Luther en 1517 a de nouveau mis en avant la question des indulgences, reprise ici de manière apaisée et novatrice, par la pratique et dans le long terme, des fonds documentaires médiévaux aux réseaux sociaux.
La trentaine d’études réunies n’entre pas dans la polémique mais entend mettre en valeur des témoignages concrets d’appropriation des « pardons » qui en disent aussi long que les textes doctrinaux et font apparaître la circulation entre le prescrit et le vécu. Le choix du long terme permet de saisir les inflexions d’un marqueur identitaire de l’Église latine qui a traversé les siècles.
Trois questions sous-tendent les analyses. Qui peut octroyer et prêcher les indulgences : les évêques ou seul, le pape, lors des Jubilés ? Comment les gagner : l’argent y suffit-il ; qu’en est-il des actes de piété et des dispositions intérieures ? Comment s’en servir ; quelles causes spirituelles ou politiques justifient leur distribution ?

Retrouvez le sommaire détaillé et les possibilités de commande sur le site de l’éditeur.

Séminaire: Grandes et petites mythologies

Le séminaire « Grandes et petites mythologies« , organisé par Karin Ueltschi-Courchinoux, se déroulera le premier jeudi du mois de septembre 2021 à avril 2022, de 17h à 19h, à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (BU Robert de Sorbon, Campus Croix-Rouge).

Les séances pourront également être suivies par Zoom: le lien sera publié quelques jours avant chaque session sur le site du CRIMEL.

 

Programme

Jeudi 7 OCTOBRE  2021   –  Bertrand Sergent, CNRS : «Les correspondances mythiques entre Bretagne et Caucase, au sujet de géants ».

Jeudi 2 DECEMBRE 2021 – Alain Trouvé, Université de Reims : « Le mythe de Pygmalion, d’hier à aujourd’hui ».

Jeudi 3 FEVRIER 2022 – Valérie Wampfler, Université de Reims : « Autour des Saturnales ».

Jeudi 3 MARS 2022 – Anna Loba, Univ. Adam Mickiewicz, Pologne : « Peau d’Âne ».

Jeudi 17 MARS 2022 – Journée d’Etude : la Faune et la Flore (programme à venir)

Jeudi 7 AVRIL 2022 –Miren Lacassagne, Université de Bordeaux : « La roue de Fortune et le rouet ».

 

Tous les détails sont accessibles sur le site du CRIMEL.

Journée d’études: Les fées après le Moyen Âge

Joanna Pavlevski-Malingre, Christine Ferlampin-Acher et Fabienne Pomel organisent le 29 octobre 2021 une première journée d’études « Morgane, Mélusine, Viviane: les fées après le Moyen Âge. Réception, hybridations et réappropriations de trois figures féériques médiévales« , qui se déroulera à l’Université de Rennes 2.

Programme
10h-10h15: Accueil (Salle de recherche de l’UFR ALC)
10h15-11h: Laurence Harf-Lancner – Encore Morgane et Mélusine : deux figures euphémisées de la mort ?
11h-11h45: Sébastien Douchet – Mélusine, des armoriaux à Marivaux : la mue médiévaliste de la femme-serpent à l’époque moderne
11h45-12h30: Fanny Maillet – La réception érudite des fées au XVIIIe siècle
pause repas
13h30-14h15: Elise D’Inca – Les fées dans la poésie du XIXe siècle : La Dame du lac de Walter Scott (1826), Mélusine, de Jean Lorrain (1850) et El Desdichado de Nerval (1854)
14h15-15h: Florie Maurin – Vivyan et Ewilan en Avalon : l’hybridité des fées-princesses chez Pierre Bottero, du texte à l’image
Pause
15h15-16h: Bernard Ribémont – Mélusine, Morgane et Viviane dans les adaptations de Claudine Glot
16h-16h45: Marta Milazzo – Mélusine et les autres dans le vingtième siècle italien
16h45-17h15: discussion finale

 

Une seconde journée d’étude sur le sujet aura lieu à l’automne 2022.

Parution: The United States of Medievalism

Tison Pugh et Susan Aronstein (dir.), The United States of Medievalism, University of Toronto Press, 2021.

The United States of Medievalism contemplates the desires, dreams, and contradictions inherent in experiencing the Middle Ages in a nation that is so temporally, spatially, and at times politically removed from them. The European Middle Ages have long influenced the national landscape of the United States through the medieval sites that permeate its self-announced republican landscapes and cities. Today, American-built medievalisms continue to shape the nation’s communities, collapsing the binaries between past and present, medieval and modern, European and American.
The volume’s chapters visit the nation’s many medieval-inspired spaces, from Sherwood Forest in Texas to California’s San Andreas Fault. Stops are made in New York City’s churches, Boston’s gardens, Philadelphia’s Bryn Athyn Cathedral, Orlando’s Magic Kingdom, Appalachian highways, Minnesota’s Viking Villages, New Orleans’s Mardi Gras, and the Las Vegas Strip. As the editors and their fellow essayists take the reader on this cross-country trip across the United States, they ponder the cultural work done by the nation’s medievalized spaces.

Tous les détails et les commandes sont accessibles sur le site de l’éditeur.

Séminaire: « Fantasy et imaginaire »

Le 4e volet du séminaire « Fantasy et imaginaire« , organisé par Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat, se tiendra à l’Université de Besançon le vendredi 24 septembre 2021.

Ancrés dans le champs littéraire, les écrits fantasystes contribuent à produire des imaginaires collectifs. « Surnaturel naturalisé »1, la fantasy induit, en premier lieu, un effort d’imagination de la part des auteurs, comme des récepteurs. Ces narrations s’appuient sur des mondes « primaires »2 et, plus encore, sur les façons dont les acteurs sociaux perçoivent la réalité sociale et la transforment (ou la réinventent).
L’imaginaire mobilisé dans la fantasy repose ainsi sur des processus de création et d’appropriation : le genre fantasyste devient un prétexte favorisant une dynamique de l’imaginaire à travers la production de « mondes » fictionnels. D’autre part, lorsque ces mondes ainsi narrés entrent dans la culture populaire (par exemple les fictions pensées par J. R. R. Tolkien, les mythes remis au goût du jour, etc.), les oeuvres de fantasy deviennent des supports structurants permettant de comprendre des pratiques culturelles (succès de films, pratiques ludiques ou sportives, etc.).
Afin d’interroger la dialectique du concept d’imaginaire qui oscille entre cadre structurant et dynamique créatrice3, l’analyse des usages de la fantasy dans le champ des loisirs (ludiques, sportifs, culturels, musicaux, etc.) semble se révéler pertinente. À travers des exemples de terrain et/ou de corpus, l’objectif de cet atelier-séminaire est de participer à la production d’une définition de l’imaginaire pour l’analyse de pratiques sociales prenant place dans le champ des loisirs.

Programme

9h : Accueil
9h30 : Introduction : les loisirs, entre imaginaire et fantasy – Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat, Université de Franche-Comté

Session 1 : communications
9h45 : S’escrimer au sabre laser : quand un imaginaire de la pop- culture s’incarne dans la réalité martiale – Marie Kergoat, Université Rennes II, Laboratoire des imaginaires.
10h15 : Les fictions dans l’univers musical metal – Le cas du Hellfest Open Air Festival – Corentin Charbonnier, Université de Tours
10h45 : Des modes de reconstitution d’un univers fictionnel : le cas de la Terre du Milieu de Tolkien – Laura Martin-Gomez, Université d’Artois, Laboratoire Textes et Cultures
11h15 : L’imaginaire du Moyen Âge européen dans la fantasy japonaise – Sébastien Wit, Université Picardie Jules Verne
11h45 : Échanges et discussions
12h : pause déjeuner


Session 2 : table ronde
Fantasy, fiction, recréation et imaginaire
14h-16h : échanges, réflexions et débats – Corentin Charbonnier, Valérie Cruzin, Laurent Di Filippo, Sébastien Haissat, Marie Kergoat, Laura Martin-Gomez, Orlane Messey, Audrey Tuaillon Demésy, Sébastien Wit.
16h : conclusions de la journée

Détails: UFR STAPS, bâtiment 3, salle 1301, Besançon, Université de Franche-Comté – Laboratoire C3S (EA 4660) – Axe 2 « MIC », ANR Aiôn.

Comité scientifique de cette édition
Anne Besson, Pr. en littérature générale et comparée, U. d’Artois
Justine Breton, MCF en littérature française, U. de Reims Champagne-Ardenne
Noémie Budin, Dr. en littérature française, Aiôn
Laurent Di Filippo, MCF en Sciences de l’information et de la communication, U. de Lorraine
Sébastien Haissat, MCF en STAPS, U. de Franche-Comté
Audrey Tuaillon Demésy, MCF en STAPS, U. de Franche-Comté

Tous les détails sont sur le site de l’ANR Aiôn.

Appel: The Green Knight

Dans le cadre du 57e International Congress on Medieval Studies organisé en ligne du 9 au 14 mai 2022, une table ronde sera consacrée au film de David Lowery The Green Knight, mobilisant les catégories et concepts étudiés dans le volume collectif dirigé par Elizabeth Emery et Richard Utz, Medievalism: Key Critical Terms (2014).

Les propositions sont attendues pour le 15 septembre 2021.

This roundtable seeks participants to identify and discuss an element of Lowery’s long-anticipated film, staring Dev Patel. In short presentations (10 minutes), panelists are invited to consider an element of the film in light of a focal keyword inspired by Medievalism: Key Critical Terms (E. Emery, R. Utz, eds., 2014), including: archive, authenticity, authority, Christianity, co-disciplinarity, continuity, feast, gender, genealogy, gesture, gothic, heresy, humor, lingua, love, memory, middle, modernity, monument, myth, play, power, presentism, primitive, purity, race, reenactment, resonance, simulacrum, spectacle, transfer, trauma, and troubadour. 

Submissions of 250-300 WORDS should be made via the Confex Online System no later than Wednesday 15 September 2021. This session is listed under “Session Selection: Roundtables.”

Queries about the session can be sent to Valerie Johnson (vjohnso6 [at] montevallo.edu) and/or Renée Ward (rward [at] lincoln.ac.uk).

Appel: Contes de fées et fantasy

La revue Fantasy Art and Studies, dirigée par Viviane Bergue, lance un nouvel appel à contributions pour son 12e numéro, consacré aux liens entre les contes de fées et la fantasy.

La date limite d’envoi des propositions (abstracts) est le 25 octobre 2021. Les articles complets seront attendus pour le 5 mars 2022.

En 1947, Tolkien publie « Du conte de fées » (« On Fairy Stories »), un essai consacré aux contes de fées issu de sa conférence Andrew Lang de 1939, depuis devenu la base de la théorisation du genre de la Fantasy moderne. Cet essai a en effet popularisé dans la critique spécialisée les termes de monde secondaire, subcréation et subcréateur.

Pourtant le texte de Tolkien, souvent présenté comme étant davantage une réflexion sur la propre conception littéraire de l’auteur et son œuvre de Fantasy, est bien censé porter sur les contes de fées et en proposer une définition et une présentation des caractéristiques principales, à l’instar de l’eucatastrophe, concept forgé par Tolkien pour désigner la fin heureuse des contes et qu’on peut mettre en perspective avec l’éthique naïve de ces récits, telle qu’examinée par André Jolles dans son ouvrage Formes simples (1930).

S’il pourrait par conséquent sembler remarquable que l’essai de Tolkien soit devenu la base de la théorisation de la Fantasy, ceci n’étonne guère les chercheurs qui étudient ce genre de l’imaginaire, tant la Fantasy emprunte régulièrement au personnel merveilleux du conte de fées et à sa structure. On n’oubliera pas du reste que Tolkien lui-même considérait le Seigneur des Anneaux comme un conte pour adultes et que son œuvre n’est pas exempte d’éléments, de motifs, provenant des contes. De plus, la réécriture de contes de fées est récurrente au sein de la Fantasy au point d’être devenue un passage obligé du genre pour les auteurs, volontiers encouragé par les éditeurs. On peut citer à ce propos la série d’anthologies dirigées par Terri Windling et Ellen Datlow, Snow White, Red Blood, dont le premier volume est dédié à Angela Carter, elle-même connue pour ses réécritures de contes. On citera également les romans de la collection The Fairy Tale Series, également dirigée par Terri Windling et qui rassemble, entre autres, White as Snow de Tanith Lee (réécriture de Blanche-Neige) et Briar Rose de Jane Yolen, basé sur la Belle au Bois dormant.

L’appétence des auteurs de Fantasy pour les contes de fées et leur univers semble même devenue une tendance particulièrement vivace ces dernières années avec la publication de nombreuses œuvres s’en inspirant telles que The Winternight Trilogy de Katherine Arden, les romans Déracinée (Uprooted) et La Fileuse d’argent (Spinning Silver) de Naomi Novik, et, plus récemment, For the Wolf de Hannah Whitten ou encore A Spindle Splintered d’Alix E. Harrow. La prépondérance dans ce registre d’œuvres signées par des femmes et ayant pour protagoniste principal une femme invite au passage à s’interroger sur la potentielle dimension féministe de ces récits souvent désignés sous le terme de Fairy-tale Fantasy, et n’est pas sans donner du crédit à l’affirmation de Terri Windling selon laquelle la Fantasy se diviserait en deux grandes catégories, une Fantasy épique masculine et une Fantasy de contes de fées, plus domestique et féminine (Terri Windling, « De Tolkien et du conte de fées », dans Karen Haber dir., Méditations sur la Terre du Milieu, traduction de Mélanie Fazi, Paris, Bragelonne, 2003 [2001], p.230), même si l’on peut observer que les auteurs masculins ne sont pas en reste. À titre d’exemple, on citera la nouvelle « Snow, Glass, Apples » de Neil Gaiman et The Sleeper and the Spindle du même.

Par ailleurs, on a pu voir au cinéma la Fantasy investir le conte de Blanche-Neige sous le prisme épique de la High Fantasy avec la franchise Blanche-Neige et le Chasseur, exemple des multiples réappropriations des contes par le genre.

Pour son 12e numéro, la revue Fantasy Art and Studies invite donc les chercheurs à proposer des articles sur les rapports entre Fantasy et contes de fées. Les sujets abordés pourront notamment inclure :

  • la place du conte de fées dans le développement et la théorisation de la Fantasy,
  • les réécritures de contes de fées en Fantasy,
  • Fairy-tale Fantasy et écriture féminine et/ou féministe.

Merci d’envoyer vos propositions d’articles en anglais ou en français (abstracts500 mots max.) au format .doc ou .docx à fantasyartandstudies [at] outlook.com au plus tard le 25 octobre 2021.

Envoi des articles complets : 5 mars 2022.

Consignes de mise en forme : fantasyartandstudies.files.wordpress.com/2020/05/consignes-de-mise-en-forme.pdf

Tous les détails sont sur le site de Fantasy Art and Studies.

 

Appel: A boire et à manger

Le Laboratoire des Imaginaires (Rennes 2) organise une journée d’études jeunes chercheurs sur l’appétissant sujet « A boire et à manger: la gastronomie dans les cultres de l’imaginaire« . La journée se déroulera le 28 octobre 2021 à la Maison des Scienes de l’Homme de Bretagne (Rennes), et pourra également être suivie en ligne.

Les propositions sont attendues pour le 25 septembre 2021.

If more of us valued food and cheer and song above hoarded gold, it would be a merrier world”, J.R.R. Tolkien, The Hobbit

Cette citation de Tolkien donne une bonne idée de la place de la nourriture dans la fiction : marginale, rarement au cœur de la narration, mais omniprésente. Manger et boire sont une part de notre quotidien, une part difficile à ignorer lorsque l’on s’efforce de construire un univers, ou d’élaborer une histoire cohérente. Ce traitement peut différer en fonction du média : ainsi la littérature ne donnera pas la même place aux thématiques culinaires que le jeu vidéo ou encore le cinéma.

C’est la diversité de ces traitements, le sens qu’ils peuvent porter, et les représentations autour de la gastronomie dans l’imaginaire, que nous souhaitons explorer durant cette journée d’étude.

AXES

Les problématiques soulevées par le sujet de l’alimentation dans l’imaginaire apparaissent dès qu’il est question de sa production. L’agriculture et l’élevage sont autant de thématiques relevant de l’écologie d’un environnement fictif dont il faut comprendre et définir la logique. La prospective donne parfois à voir des systèmes agronomiques novateurs, répondant aux besoins d’une humanité avancée ou déchue. Dans le genre du post-apo comme en science-fiction, il s’agit donc d’une question de survie (on pense notamment à la saga The Expanse, dans laquelle seules les cultures de champignons permettent de survivre dans les environnements spatiaux hostiles), et le sujet de la famine devient souvent central dans ce genre de fiction. Se pose dès lors la question du rationnement, qu’on retrouve également dans le genre de la dystopie et le sous-genre de la SF militaire.

On constate souvent que les médias de l’imaginaire ne laissent qu’une place limitée à l’agriculture, et on trouve au cœur des questions d’approvisionnement la chasse et la cueillette. Dans les RPG (sous-genre vidéoludique laissant une place prépondérante à l’incarnation d’un personnage) ce phénomène est un cas d’école. Qu’il s’agisse du jeu états-unien Skyrim – dans lequel le·a personnage-joueur·euse récupère des mets au sein des habitations et champs d’autrui et dépèce les animaux chassés pour en tirer chair, peaux, crocs et griffes – ou de la licence japonaise Pokémon – qui propose de récolter baies et fleurs – cette pratique semble inhérente au sous-genre. Par ailleurs, quand on considère la chasse, les rôles s’inversent parfois, et les cultures de l’imaginaire regorgent de monstres et entités (ogres, morts-vivants, prédateurs aliens, robots malveillants, animaux légendaires, plantes voraces et autres êtres civilisés) qui font des protagonistes leurs proies, si ce n’est leur bétail

Quelles que soient les méthodes de récolte et de traque, l’étape qui suit est celle, prosaïque, de la préparation. Les genres de l’imaginaire proposent autant d’approches de la cuisine qu’ils présentent de chasseur·se·s-cueilleur·se·s. En SF, la question est souvent réglée par l’usage d’une machine : le réplicateur de Star Trek, les micro-ondes du Cinquième Élément ou de Retour vers le futur (machines qui phagocytent désormais notre réalité notamment au détour de l’impression 3D). La question du goût et de l’expérience culinaire est par conséquent associée au cas de la nourriture transformée, si ce n’est ultra-transformée. On pense évidemment aux rations militaires, où encore au gruau de Matrix. Tolkien propose par ailleurs sa propre version de la ration nutritive avec le lembas qui, s’il n’est pas sans goût, s’avère lassant pour les papilles. Ce cas précis permet entre autres d’aborder la notion de l’humour et de la parodie culinaires. Le lembas est ainsi repris dans Les Annales du Disque-Monde à travers le pain des nains : aussi roboratif que la préparation elfique, il semble cela dit impropre à la consommation du fait de sa dureté, comme si les nains ne savaient faire autre chose que forger. Les dragées surprises de Bertie-Crochue (Harry Potter) relèvent tout autant de la plaisanterie d’écriture que de l’établissement de la fiction. Bien souvent, on retrouve une place importante de la nourriture dans les œuvres qui souhaitent parodier le genre de la fantasy ou de la science-fiction (en bande dessinée on peut citer Traquemage, et Les Aventuriers du Survivaure pour le podcast), lui conférant une place notable dans le récit.

À l’inverse, on trouve des fictions qui accordent aux cuisinier·ère·s un rôle prépondérant : métier fréquent des RPG (comme World of Warcraft ou The Legend of Zelda), il l’est également en jeu de rôle papier où il est garant de la bonne humeur et de la santé de ses camarades. Il en va de même dans le roman l’Espace d’un an, où le vaisseau bénéficie de Docteur Chef, un·e alien cuistot, en lieu et place des réplicateurs évoqués plus haut. La cuisine n’est donc pas absente de l’imaginaire et a même tendance à dépasser les frontières des genres. En effet, on peut trouver des livres de cuisine qui proposent de reproduire recettes et plats de mondes fictionnels à partir d’ingrédients bien réels. On citera bien entendu les ouvrages du Gastronogeek, mais aussi ceux dédiés à des univers précis comme ceux de Star Wars et des films de Miyazaki.

Selon les récits, la nourriture sera consomméedégustée ou engloutie une fois préparée. Outre le sentiment de satiété, manger est le plus souvent synonyme de récupération : la barre de vie de The Witcher 3 se renouvelle grâce à la nourriture ingérée ; il symbolise aussi l’“étape”, celle que l’on s’octroie dans les récits de voyage de fantasy pour ensuite mieux poursuivre la quête – haltes que l’on retrouve dans les Dark Souls, notamment. Le terme “se restaurer” prend alors tout son sens. Cela amène parfois à des dérives : dans l’Assassin Royal, le protagoniste consomme de manière intensive des infusions d’écorce elfique, mais également des pâtisseries à base de graines de carris, deux substances hautement énergisantes mais addictives et aliénantes.

L’acte de manger en tant que tel paraît déjà chargé de signification. La nourriture a un pouvoir transformateur, voire sacré. Dans The Legend of Zelda : Breath of the Wild, les plats consommés permettent de modifier les caractéristiques de Link : Volt protège des dommages électriques, Inifus du feu, Silencio améliore la furtivité, etc. Elle est aussi souvent vectrice de sortilèges : on pensera aux fruits du démon de One Piece, aux loukoums de Narnia ou aux buffets du Voyage de Chihiro qui changent les goinfres en cochons. Ce dernier cas met en avant la dimension sacrée de la nourriture et le jugement porté sur sa consommation en excès. Les représentations du péché de gourmandise étant encore très présentes dans la culture populaire, on pourrait se poser la question de la perception grossophobe de telles images.

Si la nourriture peut être délicieuse et l’appétit signe d’un caractère jovial (comme c’est le cas chez les protagonistes des mangas nekketsu), le·a mangeur·se peut très vite revêtir une dimension monstrueuse. Le cannibalisme constitue à cet égard un véritable topos. Symptomatique de dérives sociales, d’une société qui s’effondre, il révèle l’être humain comme un monstre : qu’il s’agisse d’un cas pragmatique – comme en fiction post-apocalyptique – ou allégorique – comme dans le polar où le cannibale revêt une fonction plus symbolique et perturbante encore, à l’image du gastronome Hannibal Lecter de Dragon Rouge.

À cette question de la gastronomie vient en outre s’associer celle du dressage et du service. On peut à cet effet évoquer les buffets imaginaires de Hook, qui mettent en exergue le décalage merveilleux entre le monde de la fiction et le monde réel. Parfois, le service est placé sous le signe du grotesque et de l’excès, voire de l’horreur (dans le film Scooby-Doo, la nourriture fait des affamés son repas dans l’attraction du manoir hanté). La nourriture peut également être gâtéeempoisonnéepourrie… ou la mise en scène de celle-ci peut être pensée pour inspirer le dégoût. Au cinéma, le genre du thriller et de l’horreur fait alors appel à l’effet Koulechov afin d’orienter le ressenti du spectateur, en faisant par exemple se suivre l’insert d’un plat avec un plan sur un cadavre en putréfaction.

En sus de cela, le dressage de l’alimentation et de la boisson l’accompagnant revêt une dimension sociale. Un repas partagé à table n’aura pas le même sens et la même finalité que celui consommé de manière solitaire. Le lieu où la nourriture est cuisinée et/ou servie s’avère tout aussi important que la nourriture elle-même, et le motif de la taberge (mot-valise associant les mots “taverne” et “auberge”) du jeu de rôle en est une manifestation. La frontière entre lieu et nourriture ira parfois jusqu’à disparaître, car, si on se souvient des jeux vidéo comme Rayman, qui font évoluer le protagoniste dans des mondes entiers constitués de nourriture, les codes de l’imaginaire et de leurs médias sont employés pour représenter un univers a priori absurde.

On pensera enfin à la dimension de l’érotisme gastronome, où l’acte de sustentation et de préparation se parent d’une nouvelle satisfaction des sens, et aux plaisirs gustatif et scopohile qui s’y mêlent. Au-delà des pratiques et jeux culinaires dans un cadre charnel, la figure du vampire et sa sensualité vorace, qui dévore la nudité et le fluide vital de ses victimes, apparaît comme le parangon du fin gourmet, buvant pour mieux se sustenter. 

Que les festivités commencent !

 

ORGANISATION

La journée d’étude, organisée dans le cadre du Mois de l’Imaginaire, aura lieu le jeudi 28 octobre 2021, à la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne, à proximité du campus Villejean de l’Université Rennes 2 et/ou, selon les circonstances sanitaires, via une interface de vidéoconférence en ligne.

Organisée par l’association du Laboratoire des Imaginaires, elle est destinée en priorité aux jeunes chercheur·euse·s, doctorant·e·s, masterant·e·s, ou étudiant·e·s en licence, qui souhaitent consacrer une part de leurs recherches aux cultures de l’imaginaire.

MODALITÉS DE CONTRIBUTION

Il est conseillé de consulter la définition des cultures de l’imaginaire proposée par l’association afin de vous assurer de la cohérence de votre proposition vis-à-vis de l’appel. Vous pourrez la trouver à l’adresse suivante : https://lelaboratoiredesimaginaires.wordpress.com/about/

Les propositions sont attendues pour le samedi 25 septembre 2021. Ces dernières devront comporter deux documents : une proposition anonyme incluant un titre et un résumé de votre communication de 1500 caractères (espaces compris), ainsi qu’un autre document de présentation comprenant votre nom, prénom, et votre bio-bibliographie. Afin de faciliter le traitement des propositions, merci de suivre le modèle d’intitulé suivant : NomPrenom_Titre-de-la-communication_Proposition pour le premier document et NomPrenom_Titre-de-la-communication_Bio pour votre biobibliographie.

Ces propositions doivent être envoyées à l’adresse du Laboratoire des Imaginaires : laboratoiredesimaginaires [at] gmail.com

La réponse du comité de direction sera donnée le 1er octobre

 

Tous les détails sont accessibles sur le site de Fabula.

 

Appel: Imaginaire contemporain de la cathédrale

Myriam White-Le Goff et Brigitte Poitrenaud-Lamesi organisent deux colloques sur le motif de l' »Imaginaire contemporain de la cathédrale« . Le premier se déroulera à l’Université d’Artois les 12 et 13 mai 2022, et le second à l’Université de Caen à l’automne 2022 (date à préciser).

Les propositions sont attendues pour le 5 octobre 2021.

Le retentissement médiatique de l’incendie de Notre-Dame de Paris a révélé le poids imaginaire voire affectif de la cathédrale dans notre monde contemporain, par-delà la nature et la signification initiale de l’édifice. Cet événement a souligné combien la cathédrale appartient à l’histoire culturelle, au sens le plus large. L’incendie a réveillé la terreur médiévale du feu dévastateur et ravivé une crainte toujours latente : la cathédrale est vulnérable, elle n’est pas éternelle. Il a suscité des réactions violentes et contrastées : tour à tour l’édifice a été qualifié de « Tas de pierre, ruine, coeur du catholicisme français, haut lieu de la spiritualité chrétienne, monument des Parisiens, patrimoine artistique mondial, joyaux du gothique français, sanctuaire mémoriel, conservatoire de savoir-faire artisanaux mais encore nasse à touristes, machine à cash, dispositif de défiscalisation, faire-valoir des mécènes milliardaires, image de l’incurie… ». Des discours émus, apitoyés, blasés ou outrés en passant par les silences de la sidération ou de l’indifférence affichée… jusqu’au « J’m’en balek » d’une responsable syndicale.


ENJEUX MÉMORIELS Le brasier a surtout convoqué Victor Hugo et Notre-Dame de Paris comme texte canonique de la mémoire littéraire de l’édifice. Si le roman d’Hugo a enflammé l’esprit des commentateurs ce jour-là, la référence à Viollet-Le-Duc a fait resurgir un Moyen Âge repensé par le XIXe siècle et par les Romantiques comme un tout cohérent dont la mémoire indirecte est tout aussi précieuse et significative que le souvenir de l’édifice originel. L’imaginaire moderne de la cathédrale a fait l’objet de travaux récents (Georges Roque dir., 2012) pour savoir : « comment l’imaginaire de la cathédrale s’est transformé à la fin du XIXe siècle et comment en il en est venu à rejoindre les aspirations de la modernité en art ? ». (Travaux du Centre de recherches sur les arts et le langage, CNRS-EHESS, 2006). Les travaux de Joëlle Prungnaud et de Stephanie Glaser expriment le retentissement de cet imaginaire. La question se pose de savoir si les tournants majeurs et les ruptures qui caractérisent la période allant de la seconde partie du XXe siècle au début du XXIe imposent de nouveaux enjeux épistémologiques.


ENJEUX SOCIAUX CULTURELS L’événement a ouvert un débat sociétal sur les enjeux de la future reconstruction du monument et suscité des interrogations nouvelles sur la cathédrale de Paris et plus généralement sur les cathédrales. Il invite à penser/repenser la place de la cathédrale dans l’espace urbain citadin, national et international, la nature même du lieu et les enjeux de sa représentation. L’étymologie est une première source de réflexion. En italien
on parle de chiesa cattedrale (église cathédrale), l’adjectif pointe alors essentiellement la fonction : la chaire étant le lieu d’expression d’une autorité. Le débat questionne aussi le statut du « visiteur » : pèlerin, fidèle, touriste, curieux, amateur, spécialiste et même spectateur – quand la cathédrale devient un lieu de spectacles et d’expositions. La question du consumérisme
et de la rentabilité confronte le chercheur à celle du rapport entre sacré et profane. Gilles Clément dans son Manifeste du Tiers paysage appelle à préserver les lieux sacrés comme « lieux d’errements de l’esprit ».


ENJEUX ESTHÉTIQUES ET ÉTHIQUES La combustion lente mais inexorable de la
« forêt » partie en fumée a frappé les esprits : « la forêt » étant le surnom donné à la charpente vieille de huit siècles, « enchevêtrement de poutres en bois de chêne, chacune taillée dans un arbre différent ». En outre les spectateurs, directs ou indirects, ont assisté dans le monde entier à l’effondrement de la « flèche » élément symbolique de l’édifice et au sauvetage du « coq, dit paratonnerre spirituel ». Flammes, fumée, bois, forêt, flèche, coq : c’est un imaginaire végétal, animal, sauvage et élémentaire qui a ainsi été convoqué. (Bertrand de Feydeau, vice-président de la Fondation du patrimoine rappelle que cette « forêt » était faite « d’arbres qui constituaient
ce qu’on appelle la forêt primaire » aujourd’hui disparue). À l’heure où la forêt primaire amazonienne est en flammes, la disparition de la forêt cathédrale prend un sens particulier et fait naître un imaginaire radicalement nouveau : il convoque le temps long de la croissance de l’arbre et celui de l’ouvrage d’art médiéval, le geste lent, répétitif et inspiré de l’artisan ; il convoque l’imaginaire du feu et de la selva intimement lié à l’histoire des cathédrales, il convie
une mémoire fantastique plus ancienne que la cathédrale elle-même mais en rapport étroit avec la forme spécifique des cathédrales.


Le projet se propose de confronter la cathédrale, au sens large, à la « postmodernité » et à son « actualité », dans les pays de cultures romanes (sans s’interdire des points de comparaison extérieurs). Il s’agit d’étudier les multiples variations, reprises, recréations voire les détournements dont elle fait l’objet pour interroger son statut, sa fonction, réelle et symbolique, à partir de la seconde moitié du XXe siècle jusqu’à nos jours, afin de cerner, comprendre, restituer les enjeux culturels contemporains liés aux imaginaires de la cathédrale selon une approche croisée. On cherchera par là à analyser le ou les « imaginaire(s) contemporain(s) de la cathédrale ».


Les travaux se déroulent en deux moments, lors de deux colloques :


Le premier colloque se tiendra à l’université d’Artois (Arras), les 12 et 13 mai 2022.
Ce premier volet s’intéressera aux « Contextes et Approches ».
Il proposera un état des recherches concernant la cathédrale, en particulier entre le XIXe siècle et le XXe, en mettant notamment en avant ses enjeux mémoriels suivant les contextes géographiques, sociologiques ou religieux où elle se place. La cathédrale à la fois fait mémoire et est un motif de la modernité. On s’interrogera sur l’évolution de sa place, de son statut et de sa fonction aujourd’hui, par rapport au passé.


Le second colloque se tiendra à l’université de Caen, entre octobre et décembre 2022.
Ce second volet s’intéressera aux « Conceptions et Images ».
On y examinera les questions d’esthétique, à propos des représentations ou des images de la cathédrale au fil du temps, y compris dans leurs dimensions symboliques ou spirituelles.
Le projet s’inscrit conjointement dans les travaux des centres de recherches « Textes et Cultures » (« Translittéraires ») d’Arras du LASLAR (« Actualité de l’Ancien ») de Caen.

Dans cette mesure, nous encourageons une approche fortement pluridisciplinaire et interdisciplinaire, en attendant des propositions dans des champs disciplinaires diversifiés : littérature, arts plastiques et visuels, arts du spectacle en particulier cinéma, architecture, sociologie, histoire culturelle, histoire des arts, esthétique…


Les rencontres feront l’objet d’une publication (Actes des colloques).
Les langues acceptées sont le français, le portugais, l’espagnol et l’italien.


Envoyez vos propositions de 1000 caractères au maximum, avant le 5 octobre 2021, à Brigitte Poitrenaud-Lamesi, brigitte.poitrenaud-lamesi [at] unicaen.fr et Myriam White-Le Goff, myriam.whitelegoff [at] univ-artois.fr

Parution: Le château allégorique

Cristina Noacco et Christophe Imbert (dir.), Le château allégorique. Image mentale et paysage d’autorité de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2021.

Le château représente un archétype de l’imaginaire collectif. Au-delà de son omniprésence dans le décor des contes de fées, de sa valeur symbolique dans l’espace médiéval et de son remploi littéraire, artistique et cinématographique, il contribue à la construction d’un paysage mental d’autorité, auquel la tradition occidentale se réfère, pour y adhérer ou pour le questionner.
La finalité scientifique de cet ouvrage consiste avant tout à le considérer comme la composante essentielle d’un réseau d’images qui a assuré la perception du paysage dans la tradition culturelle européenne.
Les études ici réunies visent également à interroger le mouvement qui dynamise cette image dans le paysage allégorique : la quête du château (soit une quête de la connaissance), l’arrivée au château (soit l’accomplissement d’un parcours initiatique), l’enfermement ou la destruction du château… Ce deuxième axe implique d’ailleurs l’existence d’une grammaire reliant entre eux les objets de la topique, complément nécessaire de leur interprétation : le chemin jusqu’au château, la montagne couronnée par le château, l’auberge de l’étape (la quête inachevée), face à la demeure éternelle et au sanctuaire du sens que figure le château.
Ce volume évalue enfin, par une approche diachronique et interdisciplinaire, l’apport des différentes réflexions sur le château à la tradition européenne de la pensée allégorique, tradition qui s’érige comme un château de Mémoire, sur lequel les hommes de culture ont aujourd’hui la tâche de veiller.

Cet ouvrage fait suite à des séminaires et à des journées d’étude tenus entre 2013 et 2015.

 

Table des matières

Préface – Anne-Marie Cocula-Vaillières

Introduction – Cristina Noacco et Christophe Imbert

Première partie: Palais et citadelles allégoriques dans le monde antique

« L’acropole de l’âme du jeune homme », Note sur un passage de Platon (La République, 560 B) – André Bouvet

Citadelle de la raison et palais de la mémoire. Les liens de l’âme selon Platon et Saint Augustin – Christopher Lucken

Gloriosissimam ciuitatem Dei… Rhétorique du Salut et métaphores cosmiques dans La Cité de Dieu de Saint Augustin – Michel Banniard

Deuxième partie: Châteaux allégoriques au Moyen Âge et à la Renaissance

La tour et la clôture. Le château allégorique dans la littérature française des XIIe et XIIIe siècles – Cristina Noacco

Ostel, taverne, chastel? Les lieux représentatifs du pouvoir dans Le Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc – Carine Giovénal

Le symbole du labyrinthe dans les Demeures du Château intérieur de sainte Thérèse de Jésus – Isabel Hernando Morata

Architectures allégoriques. Les châteaux dans le Roland furieux – Chiara Cassiani

Troisième partie: Le renouvellement de l’imaginaire architectural allégorique à l’époque moderne

Châteaux et palais dans les récits de Béroalde de Verville: voir autrement – Véronique Adam

Du château allégorique au château gothique anglais. Constantes et mutations d’un imaginaire littéraire – Pierre Carboni

Le château dans les Songes d’un hermite de Louis-Sébastien Mercier (1770) ou la scène infernale de la passion du pouvoir – Hélène David

Le château: une métaphore révolutionnaire de Sade à Révéroni de Saint-Cyr – Luisa Messina

Quatrième partie: Forteresses illusoires: la quête inachevable à l’époque contemporaine

Le château allégorique d’Edgar Allan Poe. Images de l’introspection dans le paysage gothique – Manon Amandio

Les avatars de l’image du château en Allemagne. Du Château Durande (1837) d’Eichendorff au Château de Kafka (1926) – Yves Iehl

Les derniers châteaux du Symbolisme. Réduits du poète ou présences spectrales de la poésie au seuil menaçant du XXe siècle – Christophe Imbert

Une emblématique des châteaux chez Julien Gracq – Patrick Marot

Architecture allégorique et poésie moderne. Frénaud, château, quête et requête – Arnaud Despax

Le Château allégorique postmoderne d’Italo Calvino -Jean Nimis

« It’s only a model« : le château déconstruit des Monty Python – Justine Breton

Conclusion – Cristina Noacco et Christophe Imbert

Bibliographie

Résumé des articles

Les auteurs

Colloque: Il medievalismo fra noi

La 7e édition du colloque « Il medievalismo fra noi » se déroulera à Urbino, sur le thème du Moyen Âge vert, « Medievo Verde« , du 9 au 11 septembre 2021.

Perché il medioevo incanta? Quali sono i rapporti tra quel millennio lontano e le sue attuali reinterpretazioni? A questi e ai non pochi altri interrogativi risponderanno gli interventi dei molti studiosi italiani e internazionali ospiti del convegno internazionale Medioevo verde, che si terrà tra Urbino e Gradara dal 9 all’11 settembre 2021.

Programme

9 septembre 2021: 15h30. Palazzo Ducale, Sala del Giardino d’inverno.

Indirizzi di saluto

Luigi Gallo, Direttore della Galleria nazionale e del Polo museale delle Marche.

Giorgio Calcagnini, Rettore dell’Università di Urbino.

Maria Elisa Micheli, Direttore del Dipartimento di Studi Umanistici dell’Università di Urbino.

Presiede Francesca Roversi Monaco (Università di Bologna).

Tommaso di Carpegna Falconieri (Università di Urbino), Introduzione all’incontro.

Franco Cardini (Istituto Storico Italiano per il Medio Evo), Infinite sfumature del Verde medievale: dalla Selva oscura alla Divina foresta spessa e viva.

Hélène Cordier (Université de Lausanne), Tra patrimonio ed ecologia: il medioevo verde dei bambini.

Salvatore Ritrovato (Università di Urbino), Da Madre Natura a « Monna Monnezza ». La scelta creaturale del Cantico di San Francesco.

10 septembre 2021: 10h. Palazzo Ducale, Sala del Giardino d’inverno.

Presiede Umberto Longo (Sapienza Università di Roma).

Massimo Montanari (Università di Bologna), Medioevo da mangiare. Questioni di marketing.

Daniele Sacco (Università di Urbino), La persistenza della memoria: un mugnaio intraprendente, una valle bruna, una città “profondata”.

Tommaso Duranti (Università di Bologna), La peste fra noi. Il medioevo della malattia tra arretratezza e ritorno alla natura.

10 septembre 2021: 15h30. Palazzo Albani, Aula c1.

Presiede Geraldine Leardi (Galleria Borghese).

Andrea Maraschi (Università di Bologna), Mito e medievalismi del Ragnarøkr in tempi di cambiamenti climatici.

Roberta Capelli (Università di Trento), «When grass starts green»: dall’hortus conclusus dei trovatori ai campi verdi della visione poundiana.

Antonio Musarra (Sapienza Università di Roma), «Per seguir virtute e canoscenza». Le Colonne d’Ercole: anatomia d’un mito.

11 septembre 2021: 10h. Palazzo Albani, Aula c1.

Presiede Roberta Capelli (Università di Trento).

Marina Montesano (Università di Messina), Culti di fertilità e revival. Alcuni esempi.

Antonio Rocca (Accademia di Belle Arti Lorenzo da Viterbo), Il Sacro bosco di Bomarzo tra la Selva oscura e la Foresta delle corrispondenze.

Francesca Roversi Monaco (Università di Bologna), Umberto Longo (Sapienza Università di Roma), Conclusioni.

11 septembre 2021: 17h. Gradara, Teatro comunale.

Presiede Tommaso di Carpegna Falconieri (Università di Urbino).

Indirizzi di saluto

Filippo Gasperi, sindaco di Gradara.

Riccardo Facchini e Davide Iacono (Medievalismo. Centro Studi Ricerche presso l’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo) presentano Medioevo al cinema, numero monografico di «bianco e nero rivista quadrimestrale del Centro Sperimentale di Cinematografia», 600 (2021).

Caterina Fioravanti (Festival del Medioevo) presenta in anteprima nazionale la VII edizione del Festival del Medioevo di Gubbio, Il tempo di Dante.

Tous les détails sur le site de l’Université d’Urbino.

Sébastien Patacq

Sébastien Patacq est doctorant en anthropologie sociale, et professeur d’histoire-géographie en disponibilité.

Membre de l’EHESS, il travaille particulièrement sur l’orientalisme, les régimes d’historicité, le rapport au passé. Il étudie notamment l’Andalousie, la péninsule ibérique et, de façon générale, la Méditerranée.

Appel: Vie, mort et destin du château (1792-1871)

La journée d’étude « De pierre et de larmes: vie, mort et destin du château de 1792 à 1871« , organisée par Guillaume Cousin (Textes et Cultures, Université d’Artois) et Florence Fix (CEREdI, Université de Rouen-Normandie), se déroulera à Rouen le 4 février 2022.

Date limite: 15 septembre 2021.

Symboles de l’Ancien Régime, décriés et parfois détruits ou dispersés dans la période postrévolutionnaire, nombre de châteaux du territoire français passent de mains en mains, d’un usage privé à une intégration dans le patrimoine national, de l’aristocratique au public, ce dernier n’étant pas toujours muséal. De la mise sous séquestre des biens des émigrés en 1792, qui entraîne parfois leur vente ou leur démolition, à l’incendie des Tuileries lors de la Commune de Paris en 1871, il s’agit d’interroger les représentations des châteaux français en art et en littérature à l’aune de leur réutilisation, rénovation, destruction, dispersion.

En effet, les réfections, l’entretien des châteaux sont des enjeux importants de la réflexion comme de l’imaginaire qui les entoure au xixe siècle : gouffre financier, ruine coûteuse parfois nimbée de mélancolie, caprice inutile, énormité splendide ou énormité dispendieuse, le château fait rêver, penser mais aussi calculer.

On s’intéressera ainsi aux réemplois, usages et réaffectations des châteaux :

– comme lieux d’exil et d’emprisonnement (Abd El-Kader à Amboise), parfois condamnation d’hommes de pouvoir qui auraient pu prétendre à la propriété de tels lieux ; ces usages géopolitiques et leur réemploi fictionnel nourriront une réflexion sur les valeurs liées au château. 

– comme lieux symboliques d’une société en (re)construction : usages révolutionnaires et postrévolutionnaires des habitats nobiliaires par l’État ; représentations de la possession et du logis redistribuant des rôles entre aristocratie/bourgeoisie, maîtres/paysans ; le « parvenu », capitaine d’industrie, grand financier ou commerçant, demi-mondaine fortunée faisant l’acquisition d’un château est une réalité que l’on pourra articuler avec des mises en scène fictionnelles (Isidore Lechat dans Les affaires sont les affaires est le propriétaire du trop vaste château de Vauperdu par exemple.)

– comme lieux symboliques d’une identité fondée sur l’Histoire : départ ou retour d’émigration, perpétuation ou fin de l’ancrage local d’une maison aristocratique ; la mélancolie qu’un Balzac ou un Vigny attache au château connaît des variantes dans le roman populaire (Paul Féval) et l’on pourra être sensible également aux représentations liées à une région (l’imaginaire du château breton n’est pas le même que celui du château tourangeau).

– comme lieux d’une conversion à l’usage collectif : caserne, école, mairie etc. ;

– comme lieux à détruire, recomposer : lotissements, ventes des matériaux et des biens, redistribution des terres : la déploration par Hugo des agissements de la « bande noire » peut être croisée avec des représentations très enthousiastes de la destruction comme aube d’un jour nouveau.

Les communications croisant l’histoire de l’art et de l’architecture et la littérature, ainsi que l’étude de la presse et du discours politique sont particulièrement bienvenues. De même, l’articulation de textes fictionnels et non-fictionnels retiendra notre intérêt.

Les propositions de communications accompagnées d’une brève bio-bibliographie sont à adresser pour le 15 septembre 2021 à jechateauxrouen [at] gmail [dot] com

La journée d’étude qui se tiendra à l’Université de Rouen-Normandie le 4 février 2022 sera suivie d’une publication en ligne.