Archives de l’auteur : Justine BRETON

Appel à communications: L’imaginaire du passé : Quêtes et conquêtes

En 2023, Modernités médiévales soutient le colloque organisé par le LaPRIL sur le sujet “L’imaginaire du passé: Quêtes et conquêtes. Parcourir l’espace antique et médiéval dans les fictions modernes (arts de l’écrit, arts de l’écran, spectacles et jeux)“. Il se déroulera les 30 et 31 mars 2023 à l’Université Bordeaux Montaigne/Pessac.

Date limite d’envoi des propositions: 15 septembre 2022.

Gil Bartholeyns considère le Moyen Âge comme l’altérité historique paradigmatique de la culture européenne, « le ‘ça’ historique de l’Occident ». Avant « la fabrique du Moyen âge au XIXe siècle[1] » et jusqu’à nos jours, l’Antiquité, elle aussi, fonctionne comme une période radicalement autre qui exerce une forme de fascination non seulement sur les écrivains, les artistes, mais aussi sur nombre de contemporains. L’Antiquité et le Moyen Âge irriguent la littérature, les arts et les média contemporains, tant dans des œuvres « néo-classiques » que dans des productions d’avant-garde ou des média récents, qui témoignent d’un véritable engouement pour ces périodes révolues. Cette fascination peut aller jusqu’au « romanisme », jusqu’à la « médiévalgie », pour reprendre un concept forgé par Joseph Morsel[2], et exprimer la nostalgie d’une époque révolue pensée comme un âge d’or.

Il s’agira d’interroger la « reconstruction » d’époques révolues, la construction d’une Antiquité et d’un Moyen Âge imaginaires, souvent idéalisés, parfois diabolisés, d’analyser les enjeux esthétiques et idéologiques de cette réappropriation, essentiellement aux XIX, XX et XXIe siècles, et de l’envisager sous l’angle de l’intermédialité et de la transmédialité : nous souhaitons aborder non seulement les créations littéraires et artistiques (littérature, musique, cinéma, bande dessinée) mais aussi des pratiques ancrées dans l’espace social comme les jeux, les spectacles, les fêtes ou les reconstitutions, les publicités, qui, elles aussi, à leur manière proposent leur réécriture et leur réception du passé. Cette interrogation portera précisément sur l’espace vu comme déplacement, mais aussi comme quête et conquête.

L’espace est étroitement associé aux notions de voyage, d’« appel de l’aventure », de quête et de conquête, qui sont des mythèmes récurrents des mythes fondateurs de la pensée occidentale. La quête y apparaît toujours comme un rite de passage pour le héros, qui prend la forme d’un « rite de séparation » avec ses proches et les lieux qui l’ont vu naître. Les mythes antiques expriment une forte polarisation des rôles entre masculin et féminin. Pensons à Ulysse et Pénélope : d’un côté, la figure virile aventureuse, de l’autre, la figure féminine sédentaire qui trouve le sens de son identité dans l’attente et l’espace clos de la demeure. « Aux hommes on réserve l’aventure, la mobilité, le monde infini ; aux femmes, l’intérieur et le monde fini »[3]. Lucie Azéma constate avec justesse dans son ouvrage que « la polarisation des rôles entre masculin et féminin s’étend à la sphère du voyage. Mais cette question de l’accès des femmes au voyage et à l’aventure demeure, de façon surprenante, un champ sous-exploré des études féministes »[4] que ce colloque pourra combler.

L’espace est donc soit un espace clos dont on ne sort pas (celui de la maison, celui de la Cité, du mont Palatin, du fief, du bourg ou du couvent, jusqu’à la cellule d’une recluse), soit un foyer d’origine duquel on va s’extraire pour parcourir le monde : la Grèce investit le Bassin Méditerranéen, Rome étend son empire aussi loin que possible ; pèlerins, étudiants et marchands sillonnent de part en part l’Europe médiévale, que l’on quitte pour suivre les routes des Croisades ou celles de la soie. 

L’espace se parcourt ou se prend : la quête implique le déplacement, la conquête exige la prise de possession. Mais l’espace parcouru n’est-il pas acquis ? Le terrain conquis, n’est-il pas voué à être perdu ? 

Ce colloque souhaite explorer cette dimension dynamique de l’espace antico-médiévaliste dans notre imaginaire contemporain. On peut se demander si l’espace n’est pas d’autant mieux investi par la fiction que le paramètre temporel se perd dans la nuit des temps. Les deux périodes sont-elles similaires dans notre imaginaire ? Par quoi se distinguent-elles ?

On pourra, par exemple, s’interroger sur :

  • L’espace parcouru : 

– la représentation de l’itinéraire (par exemple par le discours, par des cartes, des trajectoires…) ;

– les moyens matériels du trajet (route, moyens de transports, …) ;

– la modification du voyageur (fatigue, vieillissement, initiation, maturation, …) ;

– la balance entre le motif de la quête, la motivation du quêteur d’une part, et les risques du voyage d’autre part.

  • L’espace conquis : 

– la prise de possession, la perte d’une contrée ;

– la modification de cet espace : occupation, dévastation, administration ; 

– la modification en retour du conquérant par les lieux.

  • La polarisation des rôles entre masculin et féminin :

L’aventure et, par conséquent, l’espace, sont traditionnellement considérés comme un domaine masculin dont les femmes sont en grande partie exclues dans les périodes antiques et médiévales. « Les femmes étant historiquement des êtres captifs, le voyage est l’un des moyens les plus symboliques pour qu’elles s’affranchissent de leur condition : voyager est toujours pour la femme un acte fondateur ; c’est dire “Je vais où je veux, je ne suis qu’à moi” », remarque Lucie Azéma[5].

  • Le paradoxe, pour l’exploration intime, d’éprouver l’espace étranger à soi dans une démarche, un parcours d’émancipation, de connaissance, de quête et de conquête de soi.

Dans tous les cas, 

– on sera attentif au rôle narratif de la quête et de la conquête : stagnation méditative, inflexion imperceptible ou violente du récit, impulsion ou clôture…

– aux toponymes ‒ et en particulier aux lieux baptisés par les personnages ; à la rencontre entre les noms de lieux avérés et ceux qui sont inventés ;

– aux lieux imaginaires « d’époque » revisités (par exemple, Avalon dans les productions de fantasy) ; et aux « nouveaux » lieux antico-médiévalistes (la Terre du Milieu de Tolkien) ;

– aux moyens modernes de représentation, en particulier dans les arts visuels (par exemple, la descente aux Enfers dans la mise en page virtuose de la BD Télémaque, de Toussaint-Ruiz, ou au contraire, la non-représentation des montures des chevaliers dans Sacré Graal des Monty Python). On sera attentifs aux enseignements des jeux (sur plateau, vidéo ou GN), qui sont typiquement fondés sur la quête et la conquête dès leurs origines : est-ce qu’une inspiration antico-médévaliste a pu d’emblée infléchir leurs représentations, leurs techniques scénaristiques, leur effet immersif, quelle que soit ‒ peut-être ‒ l’époque où ils situent leur action ? 

– à la manière dont l’espace est investi par les héros ou les héroïnes. Continue-t-on de réserver aux hommes l’espace, la mobilité, le monde infini, et aux femmes, l’intérieur et le monde fini dans les créations contemporaines ? Permet-on un accès aux femmes à l’espace, à son exploration et à sa conquête ou cet accès reste-t-il difficile ? Il semble que non : Lara Croft parcourt tous les continents pour reconstituer Excalibur (Tomb raider: Legend[6]). Gwynned, adolescente héritière de la même épée, sillonne l’Angleterre et va même jusqu’à Rome (Le Chant d’Excalibur[7]). Mais ces héroïnes ne sont-elles que des figures d’exception ? Parvient-on à déconstruire la connotation misogyne de l’appellation aventurière ? Ainsi, la tenue de la guerrière de charme laisse généralement sans protection ses organes vitaux, là où le guerrier est soigneusement cuirassé. 

– à la récupération des thèmes anciens dans des problématiques contemporaines, qui transmettent un héritage tout en faussant leur sens : pour la question du genre, leur réappropriation poursuit-elle une fabrique de la masculinité ? sur le plan politique, la référence aux terres « ancestrales » réussit-elle ici et maintenant la superposition d’un ailleurs et autrefois ?

On abordera ces questions :

– en littérature, tous genres confondus ; 

– dans les manuels scolaires (XX-XXIe s.) ; dans la littérature pour la jeunesse ;

– dans la BD, dans la chanson, dans les arts de l’écran ; dans tous les arts en général ;

– dans les jeux (jeux de société, jeux de rôles sur plateau/grandeur nature, escape games, jeux video) ;

– dans les spectacles, reconstitutions, publicités…

Bibliographie indicative

Lucie Azéma, Les Femmes aussi sont du voyage. L’Émancipation par le départ, Flammarion, 2021.

Pierre Jourde, Géographies imaginaires. De quelques inventeurs de mondes au XXe siècle (Gracq, Borges, Michaux, Tolkien), Paris, José Corti, 1991.

Paul Zumthor, La Mesure du monde,Paris, Seuil, « Poétique », 1993.

Fake Moyen Âge! ou comment le Moyen Âge est imaginé à travers les films, la bande dessinée, les jeux vidéo, la pop culture, Laurent Gervereau (dir.), Argentat-sur-Dordogne, Nuage Vert, 2022.

Webographie :

Antiquipop. L’Antiquité dans la culture populaire contemporaine https://antiquipop.hypotheses.org/

Modernités médiévales https://modmed.hypotheses.org/ 

Organisation :

Veuillez adresser vos propositions à 

Géraldine Puccini: geraldine.puccini [at] u-bordeaux-montaigne.fr 

Florence Plet: florence.plet [at] u-bordeaux-montaigne.fr 

en copie toutes deux, avant le 15 septembre 2022.

Date et lieu du colloque :

Université Bordeaux Montaigne / Pessac, les jeudi 30 et vendredi 31 mars 2023 


 [1] S. Bernard-Griffiths, P. Glaudes et B. Vibert (dir.), La Fabrique du Moyen Âge au XIXe siècle, Paris, Champion, 2006.

[2] Joseph Morsel (avec la collaboration de Christine Ducourtieux), L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat… LAMOP – Paris 1, 2007 http://lamop.univ-paris1.fr/W3/JosephMorsel/Sportdecombat.pdf

[3] Lucie Azéma, Les femmes aussi sont du voyage. L’émancipation par le départ, Flammarion, 2021.

[4] Ibid., p. 12.

[5] Lucie Azéma, Les Femmes aussi sont du voyage. L’Émancipation par le départ, Flammarion, 2021.

[6]  Crystal Dynamics, Eidos Interactive,2006.

[7] Arleston & Hübsch, Toulon, Soleil, 6 tomes, 1998-2010.

Raphaëlle Cassar

Professeur certifiée d’anglais – certification complémentaire Cinéma-Audiovisuel.
Collège Do Mistrau 26790 Suze la Rousse

Elle enseigne notamment la légende arthurienne dans ses cours d’anglais, ainsi que lors de nombreux projets pluridisciplinaires.


Son sujet de maîtrise portait sur “The Image of Women in Malory’s Morte Darthur“, Université Paris IV-Sorbonne, sous la direction de M. Leo Carruthers et soutenu en septembre 1999 (mention très bien au mémoire).


Contribution sur le site d’anglais de l’académie de Grenoble : “le Collège fait son cinéma

Domaines d’intérêt : la légende arthurienne, particulièrement les adaptations cinématographiques et télévisées, les réécritures modernes, l’évolution des personnages féminins.

William Blanc

William Blanc est historien. Après ses études de médiévistique à l’université Paris 1 puis à l’EHESS, ses recherches portent aujourd’hui principalement sur les représentations contemporaines du Moyen âge, que ce soit dans les usages politiques et sociaux ou bien dans la culture populaire (BD, cinéma, jeux, séries télévisées, arts graphiques). Il travaille également dans la vulgarisation historique à travers plusieurs ouvrages, mais aussi des publications et des médias audiovisuels. Il participe ainsi au site Retronews mais aussi à l’écriture de scripts pour le YouTubeur Nota Bene. Il a donné des TD à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

Pour plus d’information, voir sa page sur le site Academia.

 

Principales publications :

Livres :

– En collaboration avec Christophe Naudin, Charles Martel et la bataille de Poitiers. De l’histoire au mythe identitaire, Paris, Libertalia, 2015, (préface de Philippe Joutard). Édition de poche avec postface inédite, Montreuil, Libertalia, 2022.

Le Roi Arthur, un mythe contemporain. D’Hollywood à Kaamelott en passant par les Monty Python, Paris, Libertalia, 2016 (préface de Jean-Clément Martin). Édition de poche avec postface inédite, Montreuil, Libertalia, 2020.

Super-héros : une histoire politique, Paris, Libertalia, 2018 (Préface de Xavier Fournier). Édition de poche avec postface inédite, Montreuil, Libertalia, 2021.

Winter is coming : une brève histoire politique de la fantasy, Montreuil, Libertalia, 2019.

 

Chapitres d’ouvrages :

–  « Game of Thrones. Au-delà du réel. » dans Mathieu Potte-Bonneville (dir.), Game of Thrones, série noire, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2015, p. 57-71.

– Introduction : « Arts et culture de masse », entrées : « Barbarian (jeu vidéo) », « Chute de l’Empire Romain, La (film) », « Conan le barbare », « Game of Thrones », « Gladiator (film) », « Péplum », « Prince Valiant », « Star Trek », « World of Warcraft », dans Bruno Dumézil (dir.), Les Barbares, Paris, PUF, 2016, respectivement p. 112-116, 270-271, 398-399, 464-468, 598-599, 642-643, 1030- 1033, 1070-1072, 1232-1233, 1387-1388.

– « “Le gras c’est la vie !” Festins à la cour du roi Arthur » dans Florian Besson (dir.), Justine Breton (dir.), Kaamelott. Un livre d’histoire, Paris, Vendémiaire, 2018, p. 207-220.

– Entrées : « Bande dessinée », « Cinéma », « Comics », « Cosplay », « Guerre », « Illustration », « Modernité », « Monstre », « Nain », « Politique », «Tourisme», dans Anne Besson (dir.), Dictionnaire de la fantasy, Paris, Vendémiaire, 2018, respectivement p. 31-34, 60-67, 67-73, 77-78, 162-165, 183- 189, 252-254, 254-258, 283-289, 320-325, 385-387.

– « Progressisme ou barbarie ? Les orques dans l’histoire des univers de fantasy », dans Anne Besson (dir.), Fantasy & Histoire(s), Actes du colloque des Imaginales 2018, ActuSF, Chambéry, p. 297-316.

– « Danse avec les loups-garous : généalogie du barbare et de la Frontière dans Game of Thrones », dans Anne Besson (dir.), Game of Thrones, Actes du colloque des Imaginales 2020,  ActuSF, Chambéry, p. 193-213.

 

Préface :

– « Défendre Guenièvre : la plaidoirie de William Morris », dans William Morris, Philippe Mortimer (trad.), La défense de Guenièvre, Montreuil, Libertalia, 2021, p. 7-34.

Jonathan Fruoco (Université Grenoble Alpes)

Jonathan Fruoco, FRHistS, est historien spécialiste de littérature médiévale. Son travail de recherche porte sur l’évolution culturelle et linguistique de l’Angleterre médiévale, avec un intérêt particulier pour la polyphonie de l’œuvre de Geoffrey Chaucer et ses liens avec la poésie courtoise française et italienne. 

Agrégé d’anglais et titulaire d’un doctorat en langues, littératures et sciences humaines, il est Fellow de la Royal Historical Society, membre associé de l’ILCEA4 (Université Grenoble Alpes) et professeur agrégé dans le secondaire.

Il travaille actuellement, avec le soutien officiel de la New Chaucer Society, à l’édition et traduction de l’œuvre complète de Chaucer, à paraître en cinq volumes aux éditions Classiques Garnier.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur son site.

 

Dernières publications :

Livres :

Le Livre de la Duchesse et autres textes. Tome 1. Paris : Classiques Garnier, 2021.

Polyphony and the Modern. Abingdon-on-Thames : Routledge, 2021.

Chaucer’s Polyphony: The Modern in Medieval Poetry. Kalamazoo-Berlin : MIP, De Gruyter, 2020.

Les faits et gestes de Robin des Bois : poèmes, ballades et saynètes. Grenoble : UGA Editions, 2017.

Avec Laimé, Arnaud, Rando Martin, Andréa (éds.). Imaginaire sériel. Grenoble : UGA Editions, 2017.

 

Chapitres d’ouvrages :

Auteur de onze entrées dans The Chaucer Encyclopedia. Ed. par Richard Newhauser, Vincent Gillespie, Jessica Rosenfield et Katie Walter. Hoboken : Wiley-Blackwell, 2023 (à paraître).

« Robin des Bois et Merlin, l’héroïsme en forêt ». La forêt, un Moyen Âge enchanté ? Catalogue d’exposition du Musée de Saint-Antoine-l’Abbaye. Gand : Snoeck éditions, 2021, p. 116-121.

« Emergence des vernaculaires et traductions du sacré dans l’Europe médiévale : le cas de conscience de l’Église ». “Translatioand the History of Ideas, Languages, Politics. Volume 1. Ed. Anna Kukułka-Wojtasik. Bern : Peter Lang, 2019, p. 169-177.

« Myth Contact in Medieval England: The Birth of a Transnational Arthurian Mythology ». Pérégrinations et métamorphoses : Échanges linguistiques et littéraires entre la Grande-Bretagne et la France depuis le Moyen Âge. Ed. Diane Nicolas. La Roche-sur-Yon : Presses Universitaires de l’ICES, 2019, p. 67-79.

« Chaucer as a Sociolinguist: Understanding the Role of Language in Chaucer’s Internationalism ». Geoffrey Chaucer. Ed. James M. Dean. Ipswich, Massachusetts : Salem Press, 2017, p. 216-230.

 

Articles:

« A Tale of Two Competing Pandemic Experiences. » New Chaucer Studies: Pedagogy and Profession 2.2, 2021, p. 65-67,  https://escholarship.org/uc/ncs_pedagogyandprofession.

« Geoffrey Chaucer in Battle: The Trauma of War » Medieval Warfare 11│3. Rotterdam : Karwansaray, 2021, p. 36-39.

« Geoffrey Chaucer et le dédale de Renommée. » Questes 42. Paris : Presses Universitaires de la Sorbonne, 2020, p. 21-33.

« Si l’or doit rouiller, que deviendra le fer ? Chaucer et les représentations du Pardonneur dans les Contes de Canterbury. » Mélanges de Science Religieuses 76/4. Lille : FLSH de l’Université Catholique de Lille, 2019, p. 5-18.

« Adapting Don Quixote: Terry Gilliam’s Picaresque Journey in the Film Industry. » CultureCom – La Revue, Dir. Zineb Serghini, FLSH de l’Université Catholique de Lille, n°2, 2019. [En ligne], 04 Juillet 2019, http://culturecom-larevue.com/n2-adapting-don-quixote-terry-gilliams-picaresque-journey-in-the-film-industry-jonathan-fruoco/.

« Geoffrey Chaucer, The Merchant’s Tale et la dialectique de l’élévation. » IRIS, Dir, Fleur Vigneron, Université Grenoble Alpes, n°39, 2019.

Colloque: Les mythes au XXIe siècle

Le colloque “Les mythes au XXIe siècle” se tiendra à Besançon (UFR STAPS) les 12 et 13 mai 2022. Elle est pilotée conjointement par Laurent Di Filippo (CREM, Université de Lorraine) et Audrey Tuaillon Demésy (C3S, Université de Franche-Comté).

Jeudi 12 mai
13h30 : accueil
14h00 : Introduction du colloque – Laurent Di Filippo, Université de Lorraine, et Audrey Tuaillon Demésy, Université de Franche-Comté


Session 1 : Mythes, pouvoirs et questions socio-politiques
Modérateur Sébastien Haissat
14h15 : « Développement de la mémoire patriotique et du mythe du petit-patriote en Russie et en Biélorussie à travers les jeux Opération Bagration et World of Tanks » – Vitaly Buduchev, Université de Lorraine
15h00 : « Réinterpréter les mythes antiques grâce à la voix des oubliées » – Cassandre Martigny, Sorbonne Université
15h45 : pause
Modérateur Laurent Sébastien Fournier
16h00 : « Renversement de la morale patriarcale par la réécriture mythologique contemporaine » – Emmanuelle Lescouet, Université de Montréal
16h45 : « Récit de vie en Haïti et mythologie » – Ethson Otilien, Université Laval
17h30 : fin de journée

Vendredi 13 mai

Session 2
Modérateur Alban Gautier
9h30 : « Les Moires de Velen et le syncrétisme mythologique en fantasy » – Marie Kergoat, Université de Rennes
10h15 : « #ChatNoir : persistance et métamorphose des mythes, superstitions et croyances à l’heure du web participatif » – Magali Bigey et Justine Simon, Université de Franche-Comté
11h : Pause


Session 3 : Fondation des mythes contemporains
Modératrice Audrey Tuaillon Demésy
11h15 : « Mythes fondateurs et mythes des fondateurs d’un monde numérique et de son éthos. Approche herméneutique des représentations cinématographiques de Mark Zuckerberg et Steve Jobs sur des scénarios d’Aaron Sorkin » – Camille Roelens, Université de Lausanne
12h00 : « Les AOP et leurs mythes fondateurs, comment les produits sous signe de qualité s’ancrent et utilisent l’imaginaire. Le cas des AOP fromagères du Massif Jurassien. » – Raphaël Salvi, Université de Franche-Comté
12h45 : pause déjeuner


Session 4 : Les mythes vécus
Modérateur Laurent Di Filippo
14h00 : « Fragments de mythologies », session de contes – Matthieu Epp
14h30 : « Le sens du mythe dans les nouveaux événements festifs urbains » – Laurent Sébastien Fournier, Université Côte d’Azur


Session 5 : Mythes et mise en scène de soi
Modératrice Clémentine Hougue
15h15 : « Figures du double, spécularité et lieux de passage : représentations persistantes du miroir dans le cinéma contemporain » – Clémence Mesnier, Université de Lorraine
16h00 : « Le passage aux enfers, motif d’une expérience immersive de la psychose dans Hellblade, Senua’s Sacrifice » – Aurore Noury, EHESS Paris
16h45 : Conclusion
17h : fin du colloque

Tous les détails sur le site du projet AION.

Manon Berthier (Université Paris-Est Créteil)

Manon Berthier est doctorante en littérature comparée à l’Université Paris-Est Créteil (LIS, EUR FRAPP). Elle est membre du collectif Les Jaseuses et du Laboratoire des Imaginaires.

Thèse : « Pour une lecture politique queer de la fantasy francophone et anglophone contemporaine », sous la direction de Vincent Ferré, en cours depuis 2020.

Domaines de recherche : théorie littéraire (poétique des genres et des formes), études féministes et queer, théories de la lecture et de la réception.

Carnet Hypothèses : Lectures politiques de la fantasy.

 

Principales publications en lien avec le médiévalisme :

À paraître (2023). « Morgane, fées et sorcières arthuriennes en Avalon », Brouillon pour une encyclopédie féministe des mythes, dir. Les Jaseuses, Paris, Éditions iXe.

À paraître (2022). « Masculinité », Dictionnaire du médiévalisme, dir. Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré, Paris, Vendémiaire.

  1. « Retour à Avalon : les affinités littéraires de la Déesse », Itinéraires. Littérature, textes, cultures, numéro 2021-1 | 2022 « Écoféminismes : récits, pratiques militantes, savoirs situés » dir. Magali Nachtergael et Claire Paulian.
  2. « Effondrement ou ensevelissement : les modalités d’une logique conservatrice dans The Mists of Avalon », Caliban. French Journal of English Studies, numéro 63 « Dynamiques de l’effondrement dans le fantastique, la fantasy et la SF » dir. Cyril Camus et Florent Hebert, p. 95-115.

 

Autres publications :

2022. Écrire à l’encre violette. Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours, co-dir. avec Aurore Turbiau, Margot Lachkar, Camille Islert et Alexandre Antolin, Paris, Éditions du Cavalier bleu.

2021. « Dynamiques de la marginalité : l’héroïsme féminin dans l’espace narratif lesbien », Actes du colloque Espaces Imaginés, Rennes, Laboratoire des Imaginaires, p.277-296.

Parution: Les historiographies des mondes normands, XVIIe-XXIe s.

Pierre Baudin et Edoardo D’Angelo (dir.), Les historiographies des mondes normands, XVIIe-XXIe siècle. Construction, influence, évolution, coll. “Symposia”, Caen, Presses universitaires de Caen, 2022.

L’ouvrage examine les modèles historiographiques élaborés pour l’étude des mondes normands médiévaux, c’est-à-dire les grilles d’interprétation du passé qui orientent durablement notre lecture et notre compréhension des faits historiques dans chacun des pays ou régions concernés par l’expansion des Normands. Il aborde les constructions historiographiques élaborées depuis le XVIIe siècle, en voyant la place des «Normands» dans le «roman national» de différents pays et leur influence sur notre connaissance de l’histoire des mondes normands. Le livre porte ainsi sur la construction de l’histoire des Normands, ainsi que sur les mythes et représentations qu’elle a suscités en ouvrant des comparaisons entre les pays concernés par l’expansion des Normands. L’historiographie juridique du XVIIIe siècle et l’œuvre, les méthodes de travail, les points de vue ou l’influence de quelques-uns des historiens qui ont marqué l’histoire des mondes normands depuis le XIXe siècle sont ainsi reconsidérés. L’ouvrage traite des différentes manières d’écrire l’histoire des Normands, en Normandie, en Angleterre, en Italie méridionale, en Norvège, de manière globale ou en partant de sources, d’objets, de figures, d’épisodes particuliers (la conquête de l’Angleterre, le recouvrement de la Normandie par Philippe Auguste, les croisades, la rencontre de Sigurðr Jórsalafari avec Roger II de Sicile). La transmission de l’histoire des Normands par le biais du cinéma ou de la bande dessinée est également abordée, ainsi que les interrogations relatives à la construction de l’Etat, aux discussions concernant les recherches toponymiques ou les études génétiques. L’ouvrage permet de relever les influences diverses des nationalismes ou des régionalismes, leur remise en question, les différents niveaux de lecture possibles, l’affirmation de questions récentes (diaspora, identités, transferts culturels, perspectives européennes).

 

Sommaire

Pierre BAUDUIN et Edoardo D’ANGELO, « Avant-propos »

Pierre BAUDUIN, « Introduction»

La construction de l’histoire des Normands

Gilduin DAVY, « Le passé recomposé des juristes normands : la naissance de la Normandie dans l’historiographie juridique des XVIIe et XVIIIe siècles »

Véronique GAZEAU, « 911-1911. La Normandie dans l’histoire : trois historiens au début du XXe siècle, Charles Homer Haskins, Gabriel Monod, Henri Prentout »

Agnès GRACEFFA, « Les Normands, des déprédateurs salutaires : l’analyse de Ferdinand Lot »

Fabien PAQUET, « Les deux visages du roi. Les historiens de la Normandie et Philippe Auguste (XIXe-XXIe siècles) »

Francesco D’ANGELO, « I Normanni visti dalla Norvegia. L’incontro tra Sigurðr Jórsalafari e Ruggero II nella storiografia norvegese moderna »

Mythes, représentations et historiographie

Damien JEANNE, « Puissance narrative et science historique. La représentation des Normands dans L’Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands d’Augustin Thierry (1825-1846) »

Judith GREEN, « Writing the Normans into English History »

Danièle ALEXANDRE-BIDON, et Yohann CHANOIR, « « Le joug brutal des Normands ». La construction d’un roman national dans la bande dessinée et le cinéma »

Errico CUOZZO, « I Normanni nella storiografia napoletana dell’800 e del ‘900 »

Ortensio ZECCHINO, « I Normanni e la mitologia dello ‘Stato di potenza’ nella storiografia otto-novecentesca »

Historiographies comparées

Lesley ABRAMS, « The Study of Scandinavian Settlement in the Viking Age: Historiographical Perspectives on the Application of Place-Names in England and Normandy»

Richard JONES, « The Viking diaspora: historical genetics and the perpetuation of national historiographical traditions »

Rosanna ALAGGIO, « Evelyn Jamison e la storia dei Normanni del Sdel Mezzogiorno normanno»

Luigi RUSSO, « La storiografia sulla crociata degli inizi dell’età moderna. Il «problema» dei Normanni del Mezzogiorno »

Edoardo D’ANGELO (Università SOB Napoli, CESN) : « Conclusioni »

 

Détails sur le site du Comptoir des presses d’universités.

Bénédicte Milland-Bove (Univ. Sorbonne Nouvelle)

Bénédicte Milland-Bove est maîtresse de conférences en littérature médiévale à l’université de la Sorbonne Nouvelle et appartient au CERAM (Centre d’études et de recherches sur le Moyen Âge et l’Antiquité). Depuis sa thèse sur La Demoiselle arthurienne (Champion, 2003), ses recherches portent essentiellement sur la poétique et la stylistique du roman aux XIIe et XIIIe siècles ; ainsi que sur la réception du Moyen Âge au XIXe siècle dans la littérature de jeunesse. Elle est membre du groupe EnJe (Enfance et Jeunesse, dir. Aliyah Morgenstern et Marie Sorel), projet pluridisciplinaire dédié aux Sciences de l’Enfance et de la Jeunesse à l’université de la Sorbonne Nouvelle.

Publications en lien avec la réception du Moyen Âge et / ou la littérature de jeunesse :

– avec Sarah Mombert : « Chevaliers et paladins. Le héros de l’aventure des récits arthuriens aux romans de cape et d’épée », Poétiques du roman d’aventures, Nantes, 2004 (collection “Horizons comparatistes”), p. 45-67.

– « De Paulin à Paula… Les aventures de maître Renart de Paulin Paris », De la pensée de l’Histoire au jeu littéraire. Études médiévales en l’honneur de Dominique Boutet, dir. Sébastien Douchet, Marie-Pascale Halary, Sylvie Lefèvre, Patrick Moran et Jean-René Valette, Champion, 2019, p. 707-716.

La littérature de jeunesse par ses textes, textes réunis avec Marie Sorel, Presses de la Sorbonne Nouvelle, « Les Fondamentaux », 2020.

– avec Aliyah Morgenstern et Marie Sorel : « Vers une culture commune autour de la littérature de jeunesse à la Sorbonne Nouvelle », pour le numéro à paraître en septembre 2022 des Cahiers Robinson, « La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université »

– avec Laurence Corroy, « Le Moyen Âge dans le Journal des enfants et le Journal des demoiselles » (présentation au colloque Enfance et histoire, avril 2021, dir. E. Fantin et J. Tassel, volume soumis aux Presses de la Sorbonne)

– avec Barbara Wahlen, Hélène Cordier (Université de Lausanne) et Laetitia Tabard (Université du Mans) : Le Moyen Âge des enfants. Modèles, mythes, résurgences dans la littérature pour la jeunesse (volume collectif en préparation, pour la collection « Mémoire du Moyen Âge », chez Champion).

 

CV institutionnel

Parution: Don Quichotte à Versailles

Marine RoussillonDon Quichotte à Versailles. L’imaginaire médiéval du Grand Siècle, Paris, Champ Vallon, 2022.

On n’a pas attendu Tolkien ou les romantiques pour inventer un Moyen Âge de fantaisie. À la cour de Louis XIV, les nobles jouent aux chevaliers et combattent des géants. Dans les romans, à l’opéra, dans les contes, on croise Clovis et Charlemagne, des fées et des troubadours. Le passé médiéval est un enjeu de pouvoir : il prouve l’ancienneté d’une famille, légitime les prétentions d’une couronne. C’est aussi un objet de plaisirs : plaisirs coupables de lecteurs (et surtout de lectrices) décrits comme de nouveaux Don Quichotte, fêtes royales, divertissements de l’opéra… En imaginant son passé médiéval, le XVIIe siècle définit les plaisirs acceptables et ceux qui ne le sont pas, débat des pouvoirs de la fiction et instaure une coupure durable entre l’esthétique et le politique.

 

Tous les détails sur le site de l’éditeur.

Hélène Cordier (Université de Lausanne)

©Félix Imhof

Hélène Cordier est assistante diplômée en littérature médiévale française à l’Université de Lausanne, ainsi que coordinatrice du Centre d’études médiévales et post-médiévales de Lausanne (CEMEP). Sous la direction de Barbara Wahlen (MER, Université de Lausanne) et d’Anne Besson (Prof., Université d’Artois), elle rédige sa thèse de doctorat sur les réécritures contemporaines des textes arthuriens à destination des enfants, en touchant de près aux questions de l’adaptation et de la réception.

Plus d’informations sur sa page académique.

Sébastien Douchet (Aix-Marseille Université)

Sébastien Douchet est maître de conférences HDR en langue et littérature médiévales à Aix-Marseille Université, et membre du CIELAM.

Spécialités :

Roman médiéval – littérature arthurienne – genre de la continuation – représentation de l’espace – lieux et paysages dans la littérature médiévale – représentation du corps dans la littérature médiévale – iconographie médiévale (enluminures, mosaïques) – Chrétien de Troyes – Wauchier de Denain – Manessier – Gerbert de Montreuil- thème de la création du monde (iconographie et littérature hexamérales) – réception des textes médiévaux aux XVIe et  XVIIe siècles – littérature et études matérielles – histoire culturelle et histoire littéraire en diachronie (Moyen Âge-XVIIe siècle). 

Groupe et activités : CUER MA

Titre de la thèseLogiques du continu et du discontinu. Espace, corps et écriture romanesque dans les Continuations du Conte du Graal (1190-1240), 2004, Paris IV, dir. D. Boutet.

 
Habilitation : HDR soutenue le 10 novembre 2018 à l’université Paris Sorbonne, sous le titre : « La littérature du Moyen Âge et son espace. Réflexions sur l’écriture et la réception des textes médiévaux du XIIIe au XVIIe siècle ».
 
Détails et contact via le site du CIELAM.
 

Parution: Le Puy du Faux

Florian Besson, Pauline Ducret, Guillaume Lancereau et Mathilde Larrère, Le Puy du Faux. Enquête sur un parc qui déforme l’histoire, Editions Les Arènes, 2022.

Le Puy du Fou séduit chaque année deux millions de personnes. Prenant ce succès au sérieux, quatre historiens et historiennes se sont immergés dans le parc, ont assisté à tous les spectacles et frissonné avec le public. Ils livrent ici une enquête minutieuse et pleine d’humour où apparaît, derrière les effets spéciaux et les décors somptueux, un univers rempli d’erreurs et de simplifications, le tout au service d’une propagande diffuse qu’il s’agit de repérer si on veut la combattre.

Toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Colloque: Amazones et femmes sauvages

Florie Maurin, Elise d’Inca et le CELIS organisent, les 7 et 8 avril 2022 à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand, le colloque “Amazones et femmes sauvages: quelles évolutions de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain?“.

Jeudi 7 avril 2022
Après-midi

13h30 : accueil des participants et participantes

13h45 : ouverture du colloque par Bénédicte Mathios, directrice du CELIS

Présidente de séance : Florie Maurin

14h00 : Seyedeh Fatemeh Hosseini Mighan (Université Clermont Auvergne)
« Les femmes guerrières dans le Shâhnâmeh de Ferdowsi »

14h30 : Viktoriia Kokonova (Aix-Marseille Université)
« L’Indienne dans les récits viatiques français du XVIIe : une nouvelle “ femme sauvage ” ? »

15h00 : Temps d’échange et pause

15h30 : Elise d’Inca (Université Clermont Auvergne)
« Camille, Penthésilée et autres amazones dans les romans antiques du XIIe siècle »

16h00 : Maline Kotetzki (Université de Kiel)
« Une mère démoniaque – une matriarche démonisée ? Lespîa dans le Wigamur »

16h30 : Temps d’échange

*

Vendredi 8 avril 2022
Matin

Présidente de séance : Elise d’Inca

9h30 : Pauline Durin (Université Clermont Auvergne)
« La représentation animale des femmes rebelles dans le théâtre anglais de la première modernité »

10h00 : Rose Borel (Université Bordeaux-Montaigne)
« Les visages de l’altérité féminine dans True at First Light d’Ernest Hemingway »

10h30 : Temps d’échange et pause

11h00 : Patrick Teichmann (Université de Mayence)
« “ L’amazone de la Chouannerie ” : l’androgynie et la décadence dans Le Chevalier des Touches de Jules Barbey d’Aurevilly »

11h30 : Jelena Zečević (Université Autonome de Barcelone)
« Les Guérillères vs Titane : de la collectivité à l’individualité » 

12h00 : Temps d’échange et pause déjeuner

Après-midi

Présidente de séance : Florie Maurin

14h00 : Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre)
« La fille sauvage est-elle une figure subversive de l’album jeunesse ? »

14h30 : Angélique Salaun (Université Rouen Normandie)
« La sauvageonne en fantasy : figure essentialiste ou modèle écoféministe ? »

15h00 : Clémence Huguet (Université Paris Sorbonne)
« Les femmes sauvages dans l’univers du Sorceleur : détour par la forêt de Brokilone »

15h30 : Temps d’échange et conclusion du colloque

 

Adresse: Maison des Sciences de l’Homme, 4 rue Ledru, 63000 Clermont-Ferrand.

Affiche du colloque.

Toutes les informations sur le site du CELIS.

 

Appel à contributions: Ecole et fantasy

Le prochain numéro de la revue Fantasy Art and Studies, dirigé par Justine Breton, sera consacré au thème “School fantasy / Ecole et fantasy“.

Date limite d’envoi des propositions: 30 mars 2022.

Date limite d’envoi des articles complets: 1e juillet 2022.

(English version below)

Du célèbre château de Poudlard au lycée de Sunnydale, en passant par l’académie de magie d’Aretuza, la Fantasy prend régulièrement pour cadre des écoles, en particulier lorsqu’il s’agit de s’adresser à de jeunes lecteurs et spectateurs. Cet espace familier, potentiellement rassurant, peut alors dissimuler nombre de mystères, depuis des passages secrets dissimulés par magie jusqu’à des enseignants-vampires, suscitant tantôt inquiétude, tantôt émerveillement.

Si la dimension éducative est parfois représentée par des relations individualisées entre maître et élève, comme dans The Sword in the Stone ou Mistress Masham’s Repose de T. H. White, les œuvres de Fantasy semblent le plus souvent privilégier des relations collectives d’enseignement, proposant ainsi des cadres narratifs plus proches de la réalité quotidienne des lecteurs. C’est bien entendu le cas des différents tomes de la saga Harry Potter de J. K. Rowling et, de même, des aventures d’Amandine Malabul, sorcière maladroite de Jill Murphy, immense source d’inspiration de J. K. Rowling. La présence d’un groupe-classe augmente alors les possibilités de rebondissements surnaturels, apportant encore plus de dynamisme à l’intrigue. Outre ces séries à succès où les protagonistes quittent peu voire pas l’espace scolaire, il serait possible de multiplier à l’envi les titres d’œuvres de Fantasy se déroulant dans une école, ou prenant pour sujet principal des questions éducatives : Le Sorcier de TerremerThe MagiciansL’École du Bien et du MalUmbrella AcademyMortilègeThe Shadow of What Was LostNovice DragoneerA Deadly Education

Pourquoi les écoles fascinent-elles tant la Fantasy ? S’agit-il simplement de profiter d’une proximité avec le cadre quotidien des jeunes lecteurs et lectrices ? Ou la Fantasy voit-elle dans ces espaces éducatifs un potentiel merveilleux permettant de réenchanter le monde ? Le numéro 13 de la revue bilingue Fantasy Art and Studies propose d’étudier ce lien étroit qui unit la Fantasy et l’école. Cette réflexion sur la représentation de l’école en Fantasy pourra d’ailleurs être étendue aux autres espaces éducatifs (collège, lycée, université, etc.), qui sont régulièrement mis en scène dans les littératures de l’imaginaire.

Ce numéro de Fantasy Art and Studies sera également l’occasion de s’interroger sur la place des œuvres de Fantasy dans le cadre scolaire : si l’enseignement en France, surtout dans le premier degré, laisse a priori toute sa place aux récits de Fantasy, ceux-ci semblent encore rarement abordés directement, en tant que représentants d’un genre transmédiatique à part. Alors que les contes et des œuvres empreintes de merveilleux comme celles de Roald Dahl et d’Antoine de Saint-Exupéry trouvent facilement leur place dans les salles de classe du premier et du second degrés, la Fantasy en tant que genre reste encore peu enseignée dans les écoles françaises – à l’exception peut-être de l’immense succès scolaire que constitue toujours Harry Potter à l’école des sorciers. Ce paradoxe, entre une production de Fantasy pléthorique sur le thème de l’école d’une part, et d’autre part une présence limitée de la Fantasy à l’école, pourra ainsi être étudié. Par ailleurs, qu’en est-il de la place de la Fantasy dans les écoles étrangères ? La Fantasy trouve-t-elle davantage une place éducative ailleurs, et si oui de quelle façon ?

Les propositions d’articles pourront, sans s’y limiter, aborder les thèmes suivants :

·      la représentation du contexte scolaire dans les œuvres de Fantasy et son évolution ;

·      les thématiques, personnages et enjeux spécifiques à la Fantasy prenant pour cadre l’école ;

·      les types de personnages des récits de Fantasy scolaire ;

·      la dimension éducative de ces récits de Fantasy ;

·      la différence de représentation du cadre scolaire dans des œuvres de Fantasy issues de différentes cultures ;

·      la place de la Fantasy à l’école et son évolution ;

·      etc.

Les propositions d’articles en français ou en anglais, d’environ 2.000 signes, seront accompagnées d’une brève présentation bio-bibliographique, et devront être envoyées au format .doc ou .docx au plus tard le 30 mars 2022 à l’adresse suivante : fantasyartandstudies [at] outlook.com

Après acceptation par le comité de lecture de la revue, les articles complets, d’une longueur de 30.000 signes maximum (espaces et notes comprises), en français ou en anglais, seront attendus pour le 1er juillet 2022. Ils seront rédigés au format .doc, Times New Roman corps 12, interligne simple.

Merci de consulter les consignes détaillées de mise en forme avant tout envoi : https://fantasyartandstudies.files.wordpress.com/2020/05/consignes-de-mise-en-forme.pdf


Bibliographie indicative

Besson Anne (dir.), Dictionnaire de la fantasy, Paris, Vendémiaire, 2018.

Bougon Marie-Lucie, Breton Justine et Timoner Amelha (dir.), Fantasy et enfance, Cahiers Robinson n°49, 2021.

Cani Isabelle, Harry Potter ou l’anti-Peter Pan : Pour en finir avec la magie de l’enfance, Paris, Fayard,2007.

Klingberg Göte, The Fantastic Tale for Children: A Genre Study from the Viewpoint of Literary and Educational Research, Gothenburg, Gothenburg School of Education, 1970.

Lochhead Marion, The Renaissance of Wonder in Children’s Literature, Édimbourg, Canongate, 1977.


***


From the famous castle of Hogwarts to Sunnydale high school and the magical academy of Aretuza, Fantasy stories are frequently set in school settings, especially when they are addressed to young readers and viewers. These familiar and possibly reassuring surroundings can hide important mysteries, including secret and magical passages or vampire-teachers, thus creating either worry or wonder.

Even if the teaching relationship can be restricted to one-on-one situations between teacher and student, like in T. H. White’s The Sword in the Stone and Mistress Masham’s Repose, most Fantasy stories seem to favour group situations when it comes to education. These can thus appear closer to the reader’s own reality – with a magical twist –, as is the case in the Harry Potter saga written by J. K. Rowling, and in one of its inspirations, Jill Murphy’s The Worst Witch. The presence of several students usually allows for numerous plot developments, giving the story a more dynamic pace. Beside these successful series in which the characters barely leave the school grounds, one could list ad infinitum Fantasy stories taking place in a school, or in which education is the main theme: A Wizard of EarthseaThe MagiciansThe School for Good and EvilUmbrella AcademySpellwrightThe Shadow of What Was LostNovice DragoneerA Deadly Education, etc.

Why is the Fantasy genre fascinated by schools? Is it merely a way to reckon on the proximity of the young reader’s daily life? Or does Fantasy see in school settings a way to reenchant the world, one lesson at a time? The 13th issue of the bilingual journal Fantasy Art and Studies plans on studying this close link between Fantasy and school. It will also take into consideration other teaching spaces, including preschool, middle school, high school, university, etc.

This issue will also look for studies of the way Fantasy stories are taught in school, and the potential discrepancies in their integration in curricula between different countries.

Paper proposals could focus on, without being limited to:

·      the representation of school settings in Fantasy stories and its evolution;

·      themes, characters and issues directly associated with school Fantasy;

·      the educational purpose of Fantasy stories;

·      the representation of schools in Fantasy stories from different cultures and countries;

·      the way Fantasy is taught in school and its evolution;

·      etc.

Paper proposals of approximately 2.000 signs, written in English or French, will be accompanied by a short biobibliography and sent in .doc or .docx format by 30 March 2022, to fantasyartandstudies [at] outlook.com

The complete papers will not exceed 30.000 signs (space and endnotes included). They will be written in English or French, and sent in .doc format, Times New Roman 12pts, single-line spacing, by July 1st 2022.

Please read our submission guidelines before forwarding your paper: https://fantasyartandstudies.files.wordpress.com/2020/05/submission-guidelinesen.pdf


Informative bibliography

Besson Anne (dir.), Dictionnaire de la fantasy, Paris, Vendémiaire, 2018.

Bougon Marie-Lucie, Breton Justine et Timoner Amelha (dir.), Fantasy et enfance, Cahiers Robinson n°49, 2021.

Cani Isabelle, Harry Potter ou l’anti-Peter Pan : Pour en finir avec la magie de l’enfance, Paris, Fayard, 2007.

Klingberg Göte, The Fantastic Tale for Children: A Genre Study from the Viewpoint of Literary and Educational Research, Gothenburg, Gothenburg School of Education, 1970.

Lochhead Marion, The Renaissance of Wonder in Children’s Literature, Edinburgh, Canongate, 1977.

Appel à communications: C’était mieux avant? (Fest’Ain d’Histoire)

Le troisième colloque “Fest’Ain d’Histoire” aura lieu au château de Chazey-sur-Ain (01) les 8-9 octobre 2022.

« C’était mieux avant ! », « Tout se perd ! », « Où va le monde ? »… sont des formules que l’on entend de manière répétée, telle une rengaine tantôt prononcée par une vieille dame s’adressant à son petit-fils, tantôt déclamée par un politicien conservateur s’opposant aux changements proposés par ses adversaires politiques. Cette pensée, qui se veut parfois philosophie, semble à un moment ou à un autre avoir été entendue ou prononcée par tout le monde, quelle que soit son époque ou sa société. Elle semble par là apparaître comme le témoignage du regard que l’on porte sur le passage du temps, qu’il soit personnel ou sociétal, entre idéalisation du passé et crainte d’un avenir incertain. Ainsi, au premier siècle avant notre ère Horace écrivait déjà dans son Art poétique (v. 173-174) : « Mille incommodités assiègent le vieillard… Quinteux, râleur, vantant le temps passé, quand il était gosse, toujours à censurer les jeunes…», montrant que de tous temps, des personnes âgées se sont réclamées d’une époque meilleure que leurs descendants.

C’est cette idée du rapport au temps qui s’écoule et du regard subjectif que l’on pose sur les époques passées, présentes et futures, en les comparant, en les hiérarchisant à l’aune de notre propre vécu, que nous souhaitons nous questionner dans la troisième édition du colloque de Fest’Ain d’Histoire.

Il ne s’agira pas ici de répondre à la question « C’était mieux avant ? », ni d’entrer dans un quelconque débat politique ou philosophique. Il faudra plutôt réfléchir à ce que notre rapport à l’Histoire, qu’elle soit personnelle ou universelle, révèle de notre société.

Pour ce faire, pourront être interrogés les œuvres, les matériaux ou encore les mises en scènes d’éléments historiques fictifs ou réels selon deux axes majeurs, celui de la nostalgie des époques passées et celui d’une dynamique d’évolutions et de progrès. Toutes deux ne sont pas contradictoires, mais elles témoignent d’un rapport complexe à l’Histoire.

  1. Nostalgie des époques passées

On ne compte plus aujourd’hui le nombre d’œuvres, littéraires, cinématographiques ou ludiques, et projets culturels s’inspirant ou se situant dans un contexte historique réaliste ou fictif. Dans une majorité d’entre eux, l’Histoire sert avant tout de toile de fond pour des récits dans lesquels l’aventure et l’action sont soulignées par des costumes et des décors qui se veulent plus spectaculaires qu’histo-compatibles. Dans les œuvres se réclamant davantage de la fiction, comme celles appartenant au genre de la fantasy, la mise en place d’un décor passéiste semble davantage apparaître comme un moyen de faciliter l’immersion fictionnelle du public, fonctionnant à la manière du il était une fois des contes de fées. Dans tous les cas, quelle que soit l’époque dans laquelle s’inscrit le récit, il s’agit souvent d’une version idéalisée de celle-ci : les rues sont rarement couvertes de boue ou de crottins de cheval, la mortalité infantile et les maladies sont peu mises en scène, la nourriture y est généralement abondante et diversifiée, etc. Ces représentations servent avant tout les diégèses et n’ont pas pour objectif de montrer une vision réaliste de l’Histoire. Elles donnent néanmoins au public une image faussée des époques passées et peuvent parfois nourrir un sentiment de nostalgie à l’égard de celles-ci.

On vivait mieux avant parce qu’on était plus proches de la nature, parce que la société était plus soudée autour de valeurs communes, parce qu’on avait plus de respect pour ses voisins… sont autant d’idées qui découlent des œuvres historiques. Beaucoup développent également la pensée d’un âge d’or disparu vers lequel il serait bon de tendre à nouveau, qu’il s’agisse d’une époque passée idéalisée par le roman national ou d’une ère fictive ayant précédé le règne des êtres humains sur la Terre. A cet idéal, est souvent associée une dynamique de retour aux sources qui va de pair avec les mouvements ésotériques et écologiques actuels prônant parfois des modes de vie comme avant.

Il semble alors possible de s’interroger sur ce sentiment nostalgique vis-à-vis des époques passées. L’impression que l’on vivait mieux avant témoigne-t-elle du mal-être de notre société qui a du mal à se situer dans une Histoire qui manque de réalisme ? La mise en scène de périodes historiques idéalisées et le besoin de retrouver via l’imaginaire un passé merveilleux marquent-ils un besoin de s’évader du réel dont l’époque présente est décevante et dont l’avenir plus qu’incertain est effrayant ?

Et si dans les œuvres, l’Histoire est avant tout un médium de fiction, elle semble tout de même influencer la représentation que l’on a aujourd’hui de notre société. Cette dernière se construit et se développe en effet à partir d’une Histoire commune de laquelle ont émergé des valeurs et des sentiments nationaux. Alors, quelle identité culturelle est aujourd’hui mise en avant dans nos représentations historiques ? Quel est l’impact de la mondialisation sur notre perception de l’Histoire et sur notre identité sociale ?

Enfin, la nostalgie est un lieu commun de l’imaginaire, notamment développé dans les arts plastiques et la littérature. Depuis le paradis perdu d’Eve et Adam, l’idée d’un âge d’or appartenant au passé est constante et les artistes se plaisent à mettre des images et des mots sur le sentiment nostalgique qui découle de cette pensée. Qu’il s’agisse de rechercher un temps perdu ou de vivre à rebours, le temps qui passe et disparaît est un motif tantôt romantique, tantôt fantastique que l’on se plaît à décliner sous toutes ses formes. Qu’il soit individuel ou universel, le temps passé semble parfois davantage compter que le temps à venir. Il est alors possible de se questionner sur l’esthétisme propre à l’écriture et la mise en scène du passé. Il faudrait également s’intéresser aux biais cognitifs qui nourrissent ce sentiment et aux mécanismes psychologiques, neurologiques ou sociaux à l’origine de ce phénomène.

2. Évolutions et progrès

En réponse au sentiment nostalgique lié aux époques passées, la mise en scène de l’Histoire peut aussi mettre en avant les évolutions opérées au fil des siècles. Si la nostalgie peut parfois faire regretter certains modes de vie et de penser anciens, l’archéologie et les représentations réalistes des époques passées sont autant de rappels des progrès qui ont été faits, qu’il s’agisse de la science, de la médecine, des droits, etc.

La mise en scène de l’Histoire peut d’abord avoir un but scientifique objectif, à savoir comprendre ces évolutions techniques et sociales par les recherches et les expérimentations. Mais la subjectivité peut parfois prendre le dessus et chercher à hiérarchiser les époques pour servir une idée politique en mettant en avant certaines personnalités, certains événements, certains points de vue au détriment des autres. Les erreurs d’interprétation peuvent également fausser la représentation d’une époque ou d’un peuple et avoir des effets sur la construction d’une identité sociale ou entraîner des débats idéologiques et philosophiques.

En outre, l’évolution scientifique peut être un moyen d’améliorer et de redéfinir notre vision de l’Histoire en donnant par exemple des réponses aux énigmes du passé ou en corrigeant des faits que l’on croyait avérés. Qu’il s’agisse de la survie ou non d’Anastasia Nikolaïevna Romanova de Russie, de la véritable utilité des ailes sur les casques gaulois ou de l’emplacement d’Alésia, le progrès joue un rôle non négligeable sur la lecture que nous faisons (ou avons envie de faire) de l’Histoire.

Le progrès est parfois aussi au centre même des diégèses. Nous pensons notamment aux œuvres d’anticipation et de science-fiction qui le mettent en scène tantôt de manière positive, tantôt de manière négative. Certaines servent ainsi le sentiment nostalgique dont il était question plus haut en donnant une image décevante de l’avenir et en montrant les effets néfastes du progrès à travers des fictions apocalyptiques et post-apocalyptiques. D’autres, au contraire, montrent les évolutions positives des sociétés en mettant en avant les moments clés de l’Histoire comme le développement des nouvelles technologies, la fin des guerres ou l’évolution des droits de certains individus.

Autrement dit, la représentation de l’Histoire est rarement neutre. Qu’il s’agisse de juger les époques passées, leurs peuples et leurs mœurs, de les hiérarchiser les unes par rapport aux autres ou de mettre en avant certains faits ou individus plus que d’autres, l’Histoire semble souvent en dire davantage sur l’époque et la société qui la lisent et l’interprètent que sur les périodes questionnées elles-mêmes. On peut alors se demander ce qui nous pousse sans cesse à nous comparer aux autres sociétés et aux autres époques. Qu’est-ce que notre intérêt pour l’Histoire, ou pour une certaine représentation de celle-ci dit de nous ? Comment cela s’illustre-t-il dans notre quotidien et dans notre vocabulaire ? Pensons par exemple à l’emploi répété du terme moyenâgeux. La volonté de mettre en avant nos progrès et évolutions témoigne-t-elle d’un besoin de se rassurer en nous estimant supérieurs aux barbares du passé ?  L’humanité est-elle capable de se détacher d’une vision ethnocentrée de l’Histoire ?

Ce colloque est organisé dans le cadre de Fest’Ain d’Histoire, festival historique multi-époque qui se tiendra au Château de Chazey-sur-Ain (01) les 08 et 09 octobre 2022, ainsi que dans le cadre de l’ANR Aiôn (CE27-19-0008-01). Il est ouvert à tous les passionnés d’Histoire, qu’ils soient chercheurs, journalistes, auteurs, youtubeurs, etc. Le comité de lecture sera constitué d’individus répondant à ces mêmes critères variés et privilégiera les propositions qui s’inscriront dans une démarche de vulgarisation scientifique à destination du grand public.

Nous vous prions, par ailleurs, de noter que nous ne serons en mesure de défrayer les participants du colloque. Seuls les repas seront offerts.

 Les propositions de communication de 500 mots maximum accompagnées d’une courte notice bibliographique sont à envoyer à fadh.colloque [at] gmail.com avant le 16 mai 2022.

Tous les détails sur le site du colloque.