Archives de l’auteur : Justine Breton

Prix de thèse 2024 : Hélène CORDIER

Après délibérations, l’équipe de Modernités médiévales est très heureuse d’annoncer que son Prix de thèse 2024 est décerné à Hélène CORDIER.

Hélène Cordier a soutenu sa thèse de littérature le 5 avril 2023 à l’Université de Lausanne, sur le sujet “La Table Ronde des enfants. Trajectoires transformatives du patrimoine littéraire arthurien médiéval dans les livres illustrés et les albums contemporains pour la jeunesse“.

Au croisement des études médiévales, médiévalistes et de la culture de jeunesse, la thèse d’Hélène Cordier se propose de déterminer les trajectoires transformatives du patrimoine littéraire arthurien médiéval à travers un corpus large de réécritures destinées en premier lieu aux très jeunes lecteurs. Les oeuvres du corpus, composé d’une soixantaine d’albums et de livres illustrés publiés entre les années 2000 et 2020, sont explorées d’un point de vue comparatiste : quelles évolutions sont opérées et des tendances sont-elles perceptibles ? De quelle manière concilier le double lectorat spécifique aux livres pour enfants à travers divers canaux (texte, image, matérialité) ? Comment se conjuguent les savoirs médiévistes (reprises des textes), les attentes médiévalistes du public contemporain (imaginaire consensuel) et les conceptions du Moyen Âge de l’instance de production (approche éditoriale et marketing) ? À travers ces questionnements, il s’agit de montrer l’écart entre, d’une part, l’unes des visées prioritaires de ce type de littérature mise en avant par les maisons d’édition, à savoir la transmission patrimoniale, et, d’autre part, l’instabilité de ce patrimoine. L’on verra que la réécriture joue avec (ou se joue de) cet argument de transmission, affirmant et profitant du pouvoir de variation d’un ensemble qui paraît figé.
Le travail s’articule autour de trois parties. La première pose un cadre théorique sur la réécriture médiévaliste pour la jeunesse afin d’en délimiter les contours et proposer une méthode d’analyse. La deuxième développe une approche formelle du corpus (péritexte, texte, image) dans une optique à la fois littéraire, multimédiale et marketing, où les enjeux de transformation sont une part intégrante de la reconfiguration. La troisième partie s’intéresse à la resignification des symboles et des aventures entourant les héros et héroïnes du monde arthurien à travers trois grandes étapes de vie qui possèdent des enjeux différents tant en littérature médiévale qu’en littérature de jeunesse : les enfances et les apprentissages ; l’âge adulte et les aventures ; la vieillesse et le déclin. Cette approche holistique documente les nuances apportées aux aventures des héros et héroïnes de la Table Ronde sous différents angles, interrogeant la prétendue fixité du patrimoine médiéval, la souplesse du mythe littéraire, les impératifs du secteur éditorial pour la jeunesse, mais aussi les représentations sociales et culturelles de l’enfance au moment de la publication.
La question du patrimoine au coeur de la problématique met en lumière les mécanismes de médiation qui favorisent la découverte des textes arthuriens par l’enfant, parfois par l’adulte. Par l’érudition et la finesse de certaines réécritures, on ne peut pourtant pas minimiser la redécouverte des récits médiévaux par le médiéviste lui-même. La réécriture, la diversification des canaux de communication ou encore les transformations révélatrices ou productrices de sens permettent en effet de repenser les textes arthuriens sous un jour nouveau. L’interprétation qui est faite par les auteurs modernes laisse également entrevoir les textes possibles inscrits en creux des sources anciennes. La « trahison » ou le manquement à la fidélité des sources, qui semblent des obstacles, s’avèrent en fait plus que nécessaires pour faire émerger les subtilités du texte médiéval, voire pour en révéler les potentialités.

Prenant appui sur des productions médiévalistes contemporaines issues de la culture populaire, cette thèse étudie et documente les mécanismes d’emprunt, de réinterprétation, de resignification et de réception opérés entre une réécriture et sa (ses) source(s) avec l’exemple particulier des textes arthuriens en littérature de jeunesse ; deux ensembles à première vue hétérogènes, mais qui partagent, en réalité, de multiples points communs, tant thématiques que modaux. Goût de l’aventure, fascination pour le merveilleux, répétitions structurelles, élaboration littéraire et artistique à plusieurs mains, lecture collective à voix haute : rapprocher la littérature médiévale et la littérature de jeunesse se révèle plus que pertinent puisque même si les deux corpus sont temporellement éloignés, ils assument une proximité évidente.

 

L’association Modernités médiévales accompagnera la diffusion de cette recherche dans le domaine du médiévalisme, sous la forme d’une aide à la publication d’un montant de 500 euros.

Toute l’équipe transmet ses félicitations à Hélène Cordier !

 

Journée d’études : Une “langue noëlle”. Lectures de Marc Graciano

La journée d’études “Une ‘langue noëlle’. Lectures de Marc Graciano“, organisée par Marie Vigy (Sorbonne nouvelle, Thalim) et Clara de Courson (Sorbonne nouvelle, Clesthia), aura lieu le 4 juin 2024 à la Sorbonne Nouvelle (Maison de la Recherche).

Inaugurée il y a dix ans tout juste par Liberté dans la montagne (Corti, 2013), la production littéraire de Marc Graciano compte treize titres à ce jour, dont quatre ont paru ces derniers mois. D’abord exclusivement attachée aux formes narratives, elle s’ouvre en cet automne à la poésie : Noirlac (Le Tripode, 2023) confirme le caractère expérimental d’une écriture qui n’a jamais cessé de renouveler ses terrains d’exploration. La reconnaissance critique dont Graciano a bénéficié dès ses premiers textes va croissant[1], y compris de la part de ses pairs[2] ; alors que le rythme soutenu des parutions récentes commence de tracer les contours d’une œuvre, il est temps que la recherche académique lui accorde l’attention qu’elle mérite.

            C’est sous l’angle de la langue que nous proposons d’engager ce travail. Celle de Graciano se reconnaît entre mille et ses inclinations stylistiques, d’une singulière cohérence depuis Liberté dans la montagne, la démarquent nettement des productions contemporaines : archaïsmes lexicaux et syntaxiques, relance ininterrompue de la phrase, labyrinthe de subordonnées, retravail des formes anciennes de la négation, préférence affichée pour le discours indirect plutôt que direct… 

Programme

9h : accueil des participant•es

9h15 : mot d’ouverture (Marie Vigy et Clara de Courson)

Situation romanesque de Graciano

 9h30-9h40 : lecture (1) par les comédien•nes du Théâtre des Opérations (dir. Aristeo Tordesillas)

9h40-10h : Yann Étienne (Aix-Marseille Université) : « Le roman d’après l’histoire : la remotivation du roman historique comme possibilité romanesque et scripturale chez Marc Graciano »

10h-10h20 : David Vrydaghs (Université de Namur) : « Souci de l’autre et singularité dans l’œuvre de Marc Graciano : une écriture sous tension »

10h20-10h40 : discussion

10h40-11h : pause

 Ancienne langue, langue noëlle

 11h-11h10 : lecture (2)

11h10-11h30 : Pierre Vermander (Sorbonne nouvelle) : « L’ancienne langue de Marc Graciano »

11h30-11h50 : Michèle Gally (Aix-Marseille Université) : « Marc Graciano, le Moyen Âge, “un monde minimaliste” ? »

11h50-12h15 : discussion

12h15-14h : déjeuner

Formes de l’empathie

 14h-14h10 : lecture (3)

14h10-14h30 : Aline Lebel (Université de Nanterre) : « Un monde “déshabité par l’esprit” ? L’expérience du mal dans l’œuvre de Marc Graciano : enjeux éthiques et poétiques »

14h30-14h50 : David Galand (Sorbonne Paris Nord) : « Aspects de la description animalière chez Marc Graciano »

14h50-15h10 : discussion

15h10-15h30 : pause

 Ensorcellements

15h30-15h40 : lecture (4)

15h40-16h : Pierre Fleury (Sorbonne Université) : « La phrase de Graciano : subordination et sensualité »

16h-16h20 : Violaine François (Université Paris-Est Créteil) : « L’espace sonore dans Noirlac »

16h20-16h40 : discussion

16h40-17h : pause

17h-18h : conversation avec Marc Graciano et Frédéric Martin (Éditions Le Tripode), animée par Marie Vigy et Clara de Courson

 

Informations pratiques : Maison de la Recherche de la Sorbonne nouvelle, Salle Athéna (4 rue des Irlandais, 75005 Paris) ; entrée libre dans la limite des places disponibles.

Contact : clara.de-courson [at] sorbonne-nouvelle.fr ; marie.vigy [at] sorbonne-nouvelle.fr.

 

Contrat post-doctoral : Projet Imaginarm (littérature médiévale)

Date limite d’envoi des candidatures : 19 juin 2024.

Le projet IMAGINARM vise à fournir une étude exhaustive de l’héraldique arthurienne depuis ses débuts au XIIIe siècle jusqu’au XVIIe siècle, d’après ses trois canaux de transmission (les textes où les armoiries sont décrites, les enluminures des manuscrits où les artistes ont peint des armoiries reconnaissables, les armoriaux qui mettent en scène les écus des chevaliers).

La/le chercheur/euse post-doctoral.e aura pour mission spécifique de contribuer à cette recherche en s’intéressant aux textes et manuscrits arthuriens qui font partie de ce qu’on appelle la Queste « post-vulgate » (en particulier la Queste de Paris, BnF, fr. 343 et d’Oxford, Rawlinson D 874, ainsi que la partie Queste dans la compilation arthurienne du BnF, fr. 112). Il/ elle contribuera à envisager les possibilités pour pérenniser les recherches en cours, y compris par la conception d’un projet européen ERC. 

La/le chercheur/euse pourra se voir confier les missions suivantes : 

–       Transcription de manuscrits

–       Analyse littéraire et philologique 

–       Analyse codicologique 

–       Analyse iconographique

–      Conception de projet 

Conditions de candidature 

–       Être titulaire d’un doctorat (littérature médiévale) 

–       Avoir des compétences dans certains des domaines concernés par le projet (littérature arthurienne, héraldique, iconographie, paléographie, codicologie, philologie, analyse littéraire)

–       Avoir une maîtrise du français moderne, écrit et oral, et si possible de l’anglais

Modalités de candidature

–       CV 

–       Lettre de motivation (2 pages max) expliquant brièvement le parcours, l’adéquation avec le poste, le cadre d’analyse envisagé

–       Envoi de la thèse de doctorat et d’une autre contribution scientifique au choix

–       Envoi des candidatures au responsable du projet avant le 19 juin 2024 minuit à l’adresse suivante : francesco.montorsi [at] univ-lyon2.fr 

Retrouvez tous les détails sur le site du CIHAM.

Appel à contributions : Londres et autres villes d’Angleterre au Moyen Âge et à la Renaissance dans les sources médiévales ou de l’époque Tudor et dans le roman historique

Le colloque “Londres et autres villes d’Angleterre au Moyen Âge et à la Renaissance dans les sources médiévales ou de l’époque Tudor et dans le roman historique“, organisé par l’équipe de recherche SEA du laboratoire LISAA, se déroulera à l’Université Gustave Eiffel (Champs-sur-Marne) les 28-29 avril 2025.

Date limite d’envoi des propositions : 30 juin 2024

« The kyndom of Bretayne was somtyme i-hight with eiȝte and twenty noble citees »
(John Trevisa [1387], William Caxton [1482])

L’équipe Savoirs et Espaces Anglophones (SEA) du laboratoire LISAA de l’Université Gustave Eiffel (Champs-sur-Marne) est engagée dans un vaste programme de recherche portant sur la ville. Elle propose un colloque sur les espaces urbains de l’Angleterre médiévale et de la Renaissance entre documents historiques/littéraires et réécritures romanesques via le roman historique.

Les conférences keynotes seront menées par : Jerome Degroot de l’Université de Manchester, spécialiste du roman historique ; Olivier Spina, (Université Lyon 2) qui a publié Une Ville en scènes. Pouvoirs et spectacles à Londres sous les Tudor (1525-1603) en 2013 et Mike Rodman Jones de l’Université de Nottingham spécialiste des poètes Tudor et de William Langland (XIVe siècle).

La liste suivante de mots clés indique les nombreuses thématiques possibles. Elle n’est pas exhaustive.

I. Les villes anglaises médiévales et de la Renaissance d’après les sources historiques / littéraires
a. Toponymie.
b. Topographie des villes. Rues, places, quartiers. (Descriptions topographiques de William of Worcester, de John Leland, etc.)
c. Cartographie des villes (Matthew Paris, « Copperplate map », « (Ralph) Agas » map, Ralph Treswell, John Norden, etc.)
d. Description physique. Architecture, édifices, remparts. Cathédrales, églises, monastères.
e. Inventaires de monuments / maisons historiques classés. Intérieurs, décorations.
f. Arts visuels. Enluminures, peintures (Anton van den Wyngaerde, etc.)
g. Découvertes archéologiques.
h. Hôpitaux.
i. Hygiène, environnement, nuisances sonores, olfactives, etc.
j. Centres et banlieues, ville/faubourgs, hinterland.
k. Vie économique. Corporations, métiers, marchands, ateliers. Marchés et foires.
l. Le peuple des villes, communautés, classes sociales, vie quotidienne.
m. L’immigration. Le vivre-ensemble. Langues et dialectes.
n. Les exclus. Juifs, pauvres et mendiants. Prisons.
o. Centres politiques. Institutions municipales. Autonomie politique, franchises et libertés. Lois urbaines. Cours de justice.
p. Entrées royales.
q. Chroniques urbaines. Fondations légendaires/mythiques, peuples/rois bâtisseurs (William Fitzstephen, London Chronicles [The Great Chronicle, Robert Fabyan], Lucian of Chester, Robert Ricart The Maire of Bristowe is Kalendar, etc.). Histoires de Londres (John of Stow, Survey of London). Le genre de l’Encomium urbis, ville idéale et ville idéalisée.
r. Ville et spiritualité.
s. La ville spectacle. Fêtes, processions, triomphes, entrées royales. Théâtre et performance. Métiers d’art.

II. Les villes anglaises médiévales et de la Renaissance d’après les romans historiques.
a. Les villes représentées et leurs temps historiques. Evénements sélectionnés, faits marquants. Toile de fond temporelle.
b. Les héros et personnages.
c. Peinture ethnographique, modes de vie.
d. Réalité et fiction.

i. Quête d’historicité. Réalisme. Le vraisemblable.
ii. Reconstitution, reconstruction. Création / recréation. Evocation, suggestion, connotation. Effets de réel. Toile de fond.
iii. Documentation, sources.
iv. Stratégies du faux. Apparences, illusion, trompe-l’oeil.
v. Idéologie. Valeurs didactiques.

e. Villes inventées ou indéfinies. Lieux fictionnels, lieux fictifs. Lieux stéréotypés. Le pittoresque, l’imaginaire.
f. Décors urbains, géographie littéraire. Stratégie de dépaysement.
g. Emotions. Le romanesque.
h. La réception des oeuvres, le pacte de lecture.
i. Romans historiques pour la jeunesse.
j. Adaptations historiques cinématographiques

 

Les propositions devront être envoyées à Marie-Françoise Alamichel (marie-francoise.alamichel [at] univ-eiffel.fr) avant le 30 juin 2024, un abstract complet ne sera nécessaire qu’en septembre / octobre.

Journée d’études : “Nouvelles pratiques de recherche et de création théâtrales à partir des corpus européens du Moyen Âge au XVIIIe s.”

La journée d’études “Nouvelles pratiques de recherche et de création théâtrales à partir des corpus européens du Moyen Âge au XVIIIe siècle : Voix artistiques et expérimentations académiques se déroulera à l’Université de Picardie Jules Verne le 7 mai 2024.

Cette journée d’études constitue le 3e volet du programme scientifique de recherche-création « Jouer les XVe et XVIe siècles », après les journées du 13 juin 2023 en Sorbonne (autour du Pathelin) et du 23 novembre 2023 à Grenoble (autour des langues anciennes en spectacle).

Porteurs scientifiques du programme :

  • Sorbonne – centre Roland Mousnier, UMR 8596 – référente : Marie Bouhaïk-Gironès, directrice de recherches, histoire des pratiques théâtrales
  • Université de Grenoble-Alpes, UMR LITT&ARTS 5316 – référent : Mathieu Ferrand, MCF en Lettres Classiques et Arts du spectacle
  • Université de Picardie Jules Verne, UR TrAme 4284 – référente : Véronique Dominguez-guillaume, PR en Langue et Littérature du Moyen Âge

Organisatrices de la journée du 7 mai :

Véronique Dominguez, Susanna Scavello, et Mathilde Contreras, avec le soutien de l’UR 4284 TrAme et de l’UFR des Lettres.

Lieu :

Université de Picardie Jules Verne, site de la Citadelle, salle F113 – 10 rue des Français Libres, 80080 AMIENS

 

La journée d’études amiénoise aimerait inverser la perspective entre discours, apanage des universitaires et pratiques, dévolues aux artistes.

« Voix artistiques » : la parole sera donnée aux praticiens de la scène, acteurs et metteurs en scène européens, qui ont une expérience des textes du théâtre médiéval (Hrotsvita, mystères) et qui travaillent à partir des corpus et figures médiévales (Dante). Quelle a été leur rencontre avec ces textes, de l’impression au jugement, avant et après leur mise en scène ? Quelle est la place de cette matière dans leur expérience professionnelle et esthétique, passée et à venir ? Comment proposer ces textes à des scènes contemporaines, en vue de leur création, pour une éventuelle entrée dans le répertoire ? Pour quels théâtres, et quels publics ?

« Pratiques universitaires » : les universitaires seront sollicité·es sur la pratique qu’ils ou elles ont pu avoir du théâtre ancien méconnu des scènes d’aujourd’hui, dans et en dehors de l’académie (cours et ateliers dans l’université ou dans des écoles de théâtre, collaboration directe avec des artistes). Quelles ont été les étapes de leur travail ? Quels sont les liens de cette pratique de la scène avec les pratiques académiques de ces textes, édition, traduction ou interprétation ? L’expérience de la scène et du jeu a-t-elle influencé l’approche académique, et selon quels critères ? Comment envisager cette approche, et pour quels corpus ?

L’objectif est bien entendu la rencontre entre voix artistiques et pratiques universitaires, et la journée fera la part belle aux échanges, autour d’un théâtre qu’on espère suggestif pour la scène d’aujourd’hui.

L’ensemble sera articulé à la restitution de pratiques et d’expérimentations contemporaines du théâtre médiéval, sous forme de lectures et d’ateliers de jeu.

PROGRAMME

9h45 – Accueil des participant·es

Propos introductif

10h00-10h15 — Véronique Dominguez (UPJV) : « Le potentiel dramatique des mystères médiévaux : (tout) contre leur histoire ? », en discussion avec Mathieu Ferrand (MCF, Université de Grenoble-Alpes, zoom).

Voix artistiques : création contemporaine et Moyen Âge I

10h15-10h45 – Marco Martinelli et Ermanna Montanari (Albe-Ravenna Teatro) : « Le Moyen Âge à l’épreuve de la “ mise-en-vie ” : deux exemples à partir de Rosvita et du “Chantier Dante”.

Synergies entre recherche et création dans et en dehors de l’académie I

10h45-11h15 – Marie Bouhaïk-Gironès (CNRS, Sorbonne Université) : « De l’histoire des pratiques spectaculaires au travail avec les acteurs et les metteurs en scène : la mise en vibration des savoirs ».

11h15-11h45 – Charlotte Bouteille (Paris Nanterre), « Retrouver la résonance. Adresser au présent le théâtre du passé ».

11h45-12h00- DISCUSSION

12h00-14h00 DEJEUNER

Synergies entre recherche et création dans et en dehors de l’académie II

14h00-14h30 – Susanna Scavello (UPJV/ArTeC-Paris Nanterre) : « L’expérimentation autour de sainte Barbe entre pédagogie, recherche et création ».

Voix artistiques : création contemporaine et Moyen Âge II

14h30 -15h00Jules Benveniste, comédien (Bougier TOTO) : « La rencontre avec le Mystère de sainte Barbe en cinq journées au sein du projet ArTeC de Susanna Scavello et nouvelles perspectives de créations ».  

15h00-15h15 – DISCUSSION

Propos conclusif

15h15-16h00

Lecture tirée du Mystère de sainte Barbe en cinq journées, extraits traduits par Susanna Scavello, avec Susanna Scavello, Jules Benveniste et Violetta Latte (Bougier TOTO).  

Ermanna Montanari présente un fragment à partir de la lecture-concert ‘Rosvita’ (2008).

Clôture de la journée : Susanna Scavello, Véronique Dominguez

Atelier : “Voix et corps rebelles. Rejouer les héroïnes médiévales aujourd’hui”

La restitution de l’atelier “Voix et corps rebelles : rejouer les héroïnes médiévales aujourd’hui” sera déroulera le vendredi 17 mai 2024 à 19h à l’Espace Reverdy de l’Université de Nanterre (bâtiment Ricoeur), 200 avenue de la République (RER A “Nanterre Université”).

Ce moment de rencontre avec le public sera l’occasion pour présenter une première étape de l’exploration de la recherche-création postdoctorale de Susanna Scavello actuellement en cours, “Femmes martyres en action : rejouer les héroïnes médiévales aujourd’hui, le cas de Barbe”. La recherche est soutenue par l’EUR ArTeC, et interroge les potentialités d’une rencontre entre le Mystère de sainte Barbe en cinq journées (XVe s.), une pièce célèbre à la fin du Moyen Âge, méconnue de la scène d’aujourd’hui, et les codes de la scène contemporaine, grâce à la collaboration avec l’ensemble artistique Bougier TOTO mené par  Jules Benveniste.

La restitution du travail sera à la fois un moment de réflexion pour la suite, car les réactions du public participeront également à ce volet participatif de la recherche lors d’un borde plateau avec les encadrant.es (Susanna Scavello et Jules Benveniste) et les participant.es, des étudiant.es du Master ArTeC, des Master Lettres et Théâtre de Nanterre, du Master Théâtre de Paris 8, une comédienne et un créateur son et lumière de Bougier TOTO (Django Burdeau, Milena Chiron, Tamara Darne, Morgan Guillot-Noël, Valentine Griffon, Gloria Henriques, Violetta Latte, Marine Rabier, Methuna Sarvananthan, Louise Simorre, Valérian Vacheron).  

La présence des chercheuses et chercheurs, étudiantes et étudiants, qui s’intéressent à la réception du Moyen Âge aujourd’hui sera la bienvenue.  

L’évènement est gratuit, inscription obligatoire ici.

Plus d’informations sont disponibles sur le site de l’événement.

Appel à communications : L’imaginaire dantesque contemporain en France et dans les pays francophones

Le colloque “L’imaginaire dantesque contemporain en France et dans les pays francophones“, organisé par Filippo Fonio, Sylvia Martin-Mercier et Chiara Zambelli, se déroulera à l’Université Grenoble Alpes les 12-13 décembre 2024.

Date limite d’envoi des propositions : 30 juin 2024.

Le projet ANR-PRC DHAF (Dante d’hier à aujourd’hui en France), l’UMR Litt&Arts et l’EA ILCEA4 de l’Université Grenoble Alpes organisent un colloque international sur la thématique de l’imaginaire dantesque en France et dans les pays francophones, avec une attention particulière portée à la présence de Dante dans la culture populaire et la société contemporaine. 

 Le colloque L’imaginaire dantesque contemporain en France et dans les pays francophones propose d’interroger la présence d’un imaginaire dantesque dans la langue, la culture et la société contemporaines, de la fin du XIXe siècle jusqu’aujourd’hui, en France ainsi que dans les pays francophones. Nous comptons réunir des experts de linguistique de corpus, d’arts visuels et d’arts graphiques, de littérature comparée, de théorie de l’imaginaire, de culture populaire, d’études en communication et médias contemporains. L’objectif est d’enquêter sur la présence et les caractéristiques d’un imaginaire dantesque spécifiquement francophone d’une part, et des perméabilités entre les différents imaginaires dantesques d’autre part. L’intérêt d’une telle comparaison est évident si l’on pense que la France est un pays où l’impact de la culture dantesque, très fort au XIXsiècle mais qui s’est ensuite quelque peu estompé au cours du XXe, a connu un nouvel essor récent autour du sept-centième anniversaire de la mort du poète, célébré en 2021. 

L’intérêt du colloque est de réunir des experts de plusieurs pays et disciplines, ainsi que des artistes et des professionnels de la culture, pour analyser les déclinaisons nationales du phénomène mais aussi faire émerger les synergies existantes en termes d’influence, de traductions, de marchandisation de la « marque Dante », de productions culturelles conçues pour être exportées, ou encore de phénomènes de cross-over culturels

Les communications pourront être présentées en français, italien ou anglais. Outre les communications sélectionnées par le comité scientifique en fonction des réponses au présent appel, nous avons le plaisir d’annoncer que le colloque prévoit la participation des conférenciers invités suivants :

Alain Corbellari, Université de Lausanne

Giuseppe Sangirardi, Université de Lorraine 

Nous vous invitons à envoyer un résumé de 350 à500 mots maximum, accompagné d’un titre provisoire, d’une bibliographie essentielle, de 5 mots-clés et d’une bio-bibliographie d’une page maximum aux adresses suivantes : filippo.fonio [at] univ-grenoble-alpes.frsylvie.martin-mercier [at] univ-grenoble-alpes.fr et chiara.zambelli [at] univ-grenoble-alpes.fr avant le 30 juin 2024.

Les participants seront informés de l’acceptation de leur proposition avant le 30 juillet 2024. La publication d’un volume en accès libre dans la collection « Interférences » des Presses Universitaires de Rennes est prévue à l’issue du colloque.

Comité scientifique

Francesco Ciabattoni (Georgetown University) Brandon Essary (Elon University) Carlo Alberto Girotto (Université de la Sorbonne Nouvelle) Stefano Lazzarin (Université Jean-Monnet Saint-Étienne) Giulia Puma (Université Côté d’Azur) Paolo Rigo (Università di Roma 3) Giuseppe Sangirardi (Université de Lorraine) Claudia Zudini (Université Rennes 2)

Comité d’organisation

Filippo Fonio (ISA-UMR Litt&Arts, Université Grenoble Alpes) Sylvie Martin-Mercier (ILCEA4, Université Grenoble Alpes) Chiara Zambelli (ISA-UMR Litt&Arts, LUHCIE, Université Grenoble Alpes)

Plus d’informations sur le site du projet Dante d’hier à aujourd’hui en France.

 

Colloque : Société Internationale Arthurienne

Le 27 congrès de la Société Internationale Arthurienne aura lieu à Aix-en-Provence du 12 au 18 juillet 2024. Un des axes thématiques porte sur la réception de la tradition arthurienne.

Une conférence plénière sera donnée par C. Ferlampin-Acher dans ce cadre, et sera intitulée “‘Nous manquons de philtre !’ Creuser la réception arthurienne : cinquante ans de romans français, de la mort de Wagner (1883) au Château d’Argol (1938)”.

Le programme est en ligne: https://iascongress2024.org/programme/

Jeudi 11 juillet 2024

Accueil à Aix-Marseille Université (14h-19h)

(enregistrement, remise du kit de bienvenue)

 

Vendredi 12 juillet 2024

Ouverture du congrès (9h30-10h30)

Discours de la Présidente de la SIA

Conférence plénière de Christine Ferlampin-Acher (11h00-12h30) « Nous manquons de philtre ! » Creuser la réception arthurienne : cinquante ans de romans français, de la mort de Wagner (1883) au Château d’Argol (1938)

Sessions parallèles :14h-15h30

Conférence plénière de Sif Rikharðsdottir (16h-17h30)

Arthurian Emotions: Circulation, Reception, Translation

Apéritif de bienvenue (début de soirée)

 


Samedi 13 juillet 2024

Table ronde

History, Legend, and Romance: Lancelot’s Kingdom in Malory’s Morte Darthur

(Stephen Atkinson et Sasha Contesse, 9h-10h30)


Sessions parallèles

9h-10h30 / 11h-12h30 / 14h-16h / 16h30-17h30

 

Dimanche 14 juillet 2024

Excursions : Calanques de Marseille / Marseille ville de culture / Arles de l’Antiquité à Van Gogh

Fête nationale


Lundi 15 juillet 2024

Assemblées générales des branches de la SIA (9h-10h30)

Sessions parallèles : 11h-12h30 / 14h-16h

Tables rondes

Lire l’ancien français à haute voix

(Danièle James-Raoul et Keith Busby, 11h-12h30 et 14h-15h30)


Conférence plénière de Joseph M. Sullivan (16h30-18h)

Retelling, Resuming, and Repeating the Ancient, the Medieval, and the Modern in Lucas and Spielberg’s Indiana Jones and the Last Crusade (1989)

 

Mardi 16 juillet 2024

Conférence plénière de Nathanael Busch (9h-10h30)

Eine kurze Geschichte des nachmittelalterlichen Artus


Sessions parallèles

11h-12h30 / 14h-16h / 16h30-18h30

Tables rondes

– Après l’édition. Comment étudier Le Cycle de Guiron le Courtois ? Session littéraire

(Inès Conti, Sophie Lecomte, Nicola Morato et Elena Stefanelli, 11h-12h30)

– Après l’édition. Comment étudier Le Cycle de Guiron le Courtois ? Session documentaire

(Fabrizio Cigni, Massimo Dal Bianco, Ilaria Molteni et Marco Veneziale, 14h00- 16h00)

– La prose arthurienne en contact

(Marie-Pascale Halary, Mariam Hazim-Terrasse, Emmy Issartial, Patrick Moran, Anne Salamon, 16h30- 18h30)


Réunion du Comité international de la SIA (16h30)

Réunion des bibliographes de la SIA (17h30)

Réunion des webmestres de la SIA (17h30)

 

Mercredi 17 juillet 2024

Assemblée générale de la SIA (10h30-12h30)

Sessions parallèles : 14h-16h / 16h30-18h

Tables rondes

– Arthur côté jardin

(Isabelle Arseneau, Francis Gingras et Mireille Séguy, 14h-15h30)

– Collections éditoriales de textes arthuriens

(Carlos Alvar, Rafaela Câmara Simões da Silva et Aurelio Vargas Díaz-Toldeo, 16h30-18h00)

 

Jeudi 18 juillet 2024

Conférence plénière de Raluca Radulescu (9h00-10h30)

Arthurian History and Fiction in Manuscripts


Sessions parallèles : 11h-12h30 / 14h-15h30

Tables rondes

– Discovering and researching new manuscript fragments: the Bristol and Cambridge Merlin

(Laura Chuhan Campbell, Irène Fabry-Tehranchy, Nathalie Koble et Leah Tether, 11h-12h30)

– The Scholarly Quest: What do you want to search for in Arthurian Studies?

(Nathanael Busch et Julika Moos, 14h-15h30)


Clôture du congrès (15h30-16h)

Dîner de gala (19h-minuit)

Détails sur le site du Congrès.

Appel à communications : Parler de foutre

Le séminaire “Parler de foutre : le sexe dans les textes médiévaux, étude poétique et réception (XIe-XXIe s.)“, organisé par le CELLAM et l’Université Rennes 2, qui se prolongera en 2024-2025 puis en 2025-2026, est ouvert aux interventions sur le médiévalisme.

Pour la session 2024-2025, les propositions sont attendues pour le 15 mai 2024.

Le Séminaire du CETM s’est longtemps attaché aux objets, entre realia et poétique. Dans la continuité de cette recherche, il s’est intéressé entre 2021 et 2024 à la manière dont les textes médiévaux disent la relation sexuelle comme acte engageant le corps. « Parler de foutre » (titre tronqué du fabliau La demoiselle qui ne pooit oïr parler de foutre) met l’accent sur la question du mot et de la chose. Comment dire ou ne pas dire ? Entre tabou, ellipse, métaphore, euphémisme ou litote, comment les divers genres littéraires médiévaux construisent-ils une poétique associée au corps, à l’acte sexuel ou la pratique sexuelle ? Quelle articulation entre dire, faire, voir et imaginer ? Il s’agira d’étudier le vocabulaire, les dispositifs métaphoriques ou narratifs, et leur place dans la senefiance des œuvres et leur caractérisation générique.

Nous nous proposons dorénavant d’examiner quelle a été la réception de ce traitement du sexe dans la littérature, du Moyen Âge à aujourd’hui, dans les pratiques de réécriture, d’édition, de traduction, d’adaptation ou de commentaire d’œuvres médiévales. Sans prétendre à l’exhaustivité, le séminaire se concentrera donc sur le sexe comme réalité corporelle, anatomie et acte, et sur les rapports entre sexe et langue, sexe et langage, mais aussi sur les enjeux de la réception, procédant par sélection, censure, ou reconstruction d’un Moyen Âge fantasmé. On pourra se demander en quoi l’univers médiéval fournir un espace fictionnel privilégié de libération des fantasmes sexuels.

Les travaux pourront prendre en compte une perspective intermédiale pour voir comment aujourd’hui se construit un imaginaire du sexe médiéval dans d’autres arts et médias que la littérature (BD, films, séries ou autres).

Dans une actualité où la question de ce qui peut se dire, s’entendre, s’enseigner se pose à partir de réactions provoquées par la présence de mots ou d’images, les manières de dire le sexe au Moyen Age et la réception postérieure des œuvres qui en proposent une représentation suscitent des interrogations qui peuvent éclairer en miroir le présent.

Le séminaire propose environ 5 séances par an le jeudi après-midi. Une publication de la première partie des travaux est en cours. Un autre volume consacré à la réception reprendra les conférences assorties d’une introduction et d’une conclusion enrichies par les discussions.

C. Ferlampin-Acher et F. Pomel (Université Rennes 2-Cellam)

 

Les propositions pour 2024-2025 sont à adresser pour le 15 mai 2024, et les propositions pour 2025-2026 sont à adresser pour le 1e janvier 2025, avec à chaque fois un titre provisoire, un bref résumé et une notice bio-bibliographique conjointement à : fabienne.pomel [at] univ-rennes2.fr  et christine.ferlampin-acher [at] univ-rennes2.fr.

Parution : Les grandes figures historiques et leurs fictions entre Orient et Occident

Samir Marzouki et Jouda Sellami (dir.), Les grandes figures historiques et leurs fictions entre Orient et Occident (Moyen Âge-XVIe siècle), Tunis, Déméter-ATTC, 2023.

Les onze contributions de ce volume analysent les modalités de l’inscription de grandes figures historiques ou historicisantes dans l’œuvre littéraire. Issus de la grande histoire du Moyen Âge et du XVIe siècle, ces hauts personnages, d’Orient et d’Occident, font l’objet de représentations diverses, largement tributaires des contextes sociopolitique, littéraire et idéologique qui les mettent en récit, du Moyen Âge à nos jours. La conception du personnage historique de haut rang, son évolution et son transfert d’une œuvre à une autre peuvent passer ainsi à travers les multiples prismes – fictionnel, panégyrique ou légendaire – de la représentation littéraire à la construction mythique.  

Table des matières

Introduction de Jouda SELLAMI 
« La grande figure historique : entre fictionnalisation et mythification » 
Zinelabidine BENAISSA 
« Saint Louis, Tunes et la male gent renoié »       
Samir MARZOUKI 
« Chanson de Roland ou Chanson de Charlemagne ? »   
Michèle GUÉRET-LAFERTÉ 
« Robert Guiscard, un héros épique ? »      
Laurence MATHEY-MAILLE
« Guillaume le Conquérant, entre histoire et légende »      
Jihène AMEUR 
« Shāh Ismā’īl 1er : le roi poète ou l’éloge de soi »      
Inès BEN ZAYED 
« Soliman le Magnifique ou la figure du monarque oriental dans le Cinquième tome des
Histoires tragiques de Belleforest »       
Carine ROUDIÈRE-SÉBASTIEN 
« Quatre auteurs en quête d’un personnage des guerres de religion : Roger de Sarrieu » 
Jouda SELLAMI 
« Représentations des étrangères illustres dans L’émir et les croisés de Alia Mabrouk »  
Tasnime AYED 
« L’héroïne médiévaliste historisante : Daenerys Targaryen comme nouvel archétype »   
Hajer LAHMAR 
« L’amour de loin de Amin Maalouf. L’histoire de Jaufré Rudel entre légende et fiction » 
Sabry NÉJI 
« Itinéraire archéologique du personnage du roi Arthur : entre l’Histoire et Kaamelott » 

Parution : Le mythe littéraire de Saladin

Jouda Sellami, Le mythe de Saladin. Origines et perpétuations du Moyen Âge au début du XIXe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2024.

Vainqueur des croisés à la bataille de Hattîn et conquérant de Jérusalem en 1187, Saladin suscite un mythe littéraire fécond. Cet ouvrage analyse les modalités et les enjeux des représentations du personnage dans la littérature française, du Moyen Âge jusqu’au début du XIXe siècle.

TABLE DES MATIÈRES
Liste des abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Introduction. Saladin : la figure historique, incarnation d’un mythe littéraire . . . .  11
Saladin : de l’histoire à la fiction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  13
La diversité des transpositions littéraires . . . . . . . . . . . . . . . .  15
Le mythe littéraire du héros . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  20
Pour une analyse de la composition et de l’évolution du mythe littéraire . . . . . . . . . . .  25

Première partie. L’ÉDIFICATION DU MYTHE LITTÉRAIRE AU MOYEN ÂGE
Introduction. De l’impossible reconstitution du mythe primitif . . . . . . . . . . . .  31
La structure du mythe complet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  35
Mythe héroïque et biographie littéraire . . . . . . . . . . . . . . . . .  35
Coalescence avec le mythe de Fortune . . . . . . . . . . . . . . . .  38
Coalescence avec le mythe d’Alexandre. . . . . . . . . . . . . . .  42
La conception d’un mythe fondateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  46
« Le pas de Saladin » ou le déclin héroïque . . . . . . . . . . . . . . .  50
Le péché d’hybris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  50
Saladin et Chavigny : parcours héroïques croisés . . . . . . . . .  53
Des duels défavorables au sultan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  57
Les piliers du mythe médiéval . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
Pré-histoire, naissances et généalogies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
Naissance du héros . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   64
Mythe de la naissance du héros-chevalier . . . . . . . . . . . . . . 68
Annonces épiques et connexions romanesques . . . . . . . . 70
Le cas de l’interpolation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Naissance et liens de parenté dans Saladin . . . . . . . . . . 75
Saladin chevalier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
L’Ordene de chevalerie : origines et déclinaisons . . . . . . . . . . . 81
Les étapes de l’adoubement : constantes et écarts . . . . . . . . 90
L’adoubement de Saladin : une aberration ? . . . . . . . . . . . . 93
La conversion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
La leçon des exempla . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
La conversion à l’épreuve de la prouesse chevaleresque . . .  103
Le déroulement de l’auto-baptême . . . . . . . . . . . . . . . . . .  106
La conversion : entre mythe et démythification . . . . . . . .  110
Les sous-mythèmes multiformes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  117
Saladin et les dames chrétiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  117
Saladin et le syndrome de Guillaume d’Orange. . . . . . . . 119
Les reines de France amoureuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  122
Amour et conversion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  126
Le voyage incognito et le déguisement . . . . . . . . . . . . . . . . .  130
Deux aventures programmées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  132
Une morale de l’hospitalité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  140
Anonymat et reconnaissances tardives . . . . . . . . . . . . . . .  146
Le statut de l’étranger. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  146
Reconnaissance tardive ou différée . . . . . . . . . . . . . . .  147
L’incorporation artificielle du personnage . . . . . . . . . .  148

Deuxième partie. LE MYTHE RÉINVESTI
Introduction. Du médiévisme au médiévalisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  155
La composante mythique dans les récits historicisants et historiques . . . . . . .. . . . . .  161
Citry de la Guette, lector in fabula, et les morales du Grand Siècle . . . . . . . . . . . . .. . .  161
Le manuscrit-source et le projet de Citry . . . . . . . . . . . . .  163
Les mythèmes-piliers remaniés et commentés . . . . . . . . . .  168
La généalogie mythico-romanesque maintenue . . . . . .  168
L’adoubement raconté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  171
La (non-)conversion moralisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  174
Ce que révèle le mythe de Saladin à l’âge classique . . . . . .  180
Saladin dans les récréations historiques du xviiie siècle . . . . .  184
Un genre, deux textes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  184
Deux traitements différents du mythe de Saladin . . . . . .  191
Entre histoire, fiction et mythe . . . . . . . . . . . . . . . . .  191
Ce qui reste de l’édifice mythique . . . . . . . . . . . . . . . .  196
Les enjeux de la mise en abyme : lecture affective ou lecture raisonnée . . . . . .  . . . .  201
La biographie et les résistances du mythe . . . . . . . . . . . . . . .  208
Un travail d’investigation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  209
Marin et Voltaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  214
Le mythe littéraire en question dans la biographie . . . . . .  220
Les transpositions dramatiques du mythe littéraire . . .  227
La parabole des trois anneaux : du mythe médiéval au théâtre des Lumières . . . .  .  227
L’inscription de la parabole dans l’oeuvre . . . . . . . . . . . . .  231
La réponse livrée par l’oeuvre littéraire . . . . . . . . . . . . . . .  236
L’expression de l’anticléricalisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  240
Le prisme mélodramatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  248
La reprise fantaisiste des motifs du mythe littéraire . . . . .  250
Intrigue pseudo-historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  250
Couleur locale et variation sur les motifs médiévaux. . .  253
Le rôle de Saladin dans le schéma mélodramatique . . . . . .  255
Conclusion générale. Essai d’interprétation d’un cheminement mythique . . . . . . . .  265
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  277
Index des noms propres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  305
Index des oeuvres citées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  309

 

Appel à communications : Les rencontres de la fiction historique : La France imaginaire

Le colloque “Les rencontres de la fiction historique“, organisé par Victor Faingnaert (HisTeMé, Université de Caen), Julien Lalu (Criham, Université de Poitiers) et Romain Vincent (Experice, Université Sorbonne Paris-Nord), consacrera sa première édition à “La France imaginaire“. L’événement se déroulera les 12-13 novembre 2024 au Campus Condorcet, à Aubervilliers.

Date limite d’envoi des propositions : 3 juin 2024.

En 2019, Laurence Cros et Marie-Jeanne Rossignol invitaient les historien·nes « à surmonter leur réticence, presque instinctive, vis-à-vis de la fiction et à aborder les produits culturels comme objets légitimes de recherches historiques ». Ce projet de recherche s’est traduit par plusieurs colloques et journées d’études pendant deux années ainsi que par la publication d’un numéro du Temps des médias en 2021 dédié à la « fiction historique anglo-américaine ». Les articles sélectionnés abordent des fictions historiques variées : les romans historiques de Walter Scott, les séries VikingsPeaky Blinders et Borgia, la comédie musicale Hamilton, les films fantastiques sur la guerre de Sécession et les jeux vidéo Assassin’s Creed.

Ce colloque cherche à prolonger ces recherches et ces espaces de rencontres afin d’étudier les fictions historiques, comprises comme un genre médiatique qui situe le récit fictionnel dans le cadre historique précis d’un passé proche ou lointain. Ainsi, l’usage de l’adjectif « historique » ne place pas ces fictions dans un régime scientifique, mais permet de les définir par l’importance du cadre temporel de leurs intrigues. L’objectif est d’étudier à travers ces productions ce qu’Éric Macé et Éric Maigret appellent des médiacultures, soit « une somme de médiation par lesquelles chaque société se configure elle-même à travers ses objets culturels, juridiques, techniques, artistiques ou médiatiques [tels que le cinéma, les jeux vidéo, la bande dessinée, et d’autres] et leurs formes d’appropriations ». Il s’agit donc d’analyser tout à la fois leur contenu, leur rôle dans la construction de représentations ainsi que les usages sociaux qui en sont faits. Notre initiative souhaite ainsi favoriser une rencontre interdisciplinaire en rassemblant des jeunes chercheurs et chercheuses de diverses disciplines, non exhaustivement : sciences de l’information et de la communication, sciences de l’éducation, histoire, littérature comparée, civilisation. Par ailleurs, ce colloque est un premier jalon essentiel vers une rencontre que nous souhaitons annualiser pour faire converger les réflexions pluridisciplinaires sur cette thématique de recherche.

De plus, la recherche académique étudie encore trop souvent les dispositifs médiatiques séparément.  Nous souhaitons donc créer un espace et un temps communs pour croiser les différentes formes de narrations audiovisuelles et littéraires (cinéma, jeux vidéo, télévision, bande dessinée, etc.) L’objectif est de dévoiler les spécificités de chaque objet culturel ou médium dans leur manière de représenter le passé, tout en identifiant les éventuels topoï (motifs récurrents) qui traversent l’ensemble de ces dispositifs. Un intérêt tout particulier doit se porter sur les caractéristiques des médiums étudiés : les contraintes qu’elles font peser sur la construction des récits ainsi que leur rôle dans les phénomènes d’attention ou de mise à distance des imaginaires. En parallèle, nous chercherons à déterminer si certains motifs et éléments récurrents se retrouvent à travers l’ensemble de ces dispositifs, mettant en lumière les thèmes ou les idées communes qui transcendent les frontières médiatiques. Cette démarche analytique nous permettra de mieux comprendre comment le passé est perçu, interprété et communiqué à travers différents supports médiatiques, offrant ainsi des perspectives nouvelles et enrichissantes sur les enjeux historiques et culturels qui nous entourent.

Pour étudier ces fictions historiques, nous nous distinguerons nettement d’une approche type fact-checking qui se contente de critiquer ces récits en les comparant à des travaux d’historiens ou à des sources historiques. Au lieu de cela, nous nous efforçons d’appréhender ces œuvres pour ce qu’elles sont intrinsèquement : des créations culturelles contemporaines portant sur des périodes du passé. Notre intention n’est pas de les évaluer sur leur “réalisme historique,”, mais plutôt de les aborder avec une optique plus holistique et plus globale pour saisir un ensemble de dynamiques sociales et culturelles. Nous aspirons à explorer les processus de production qui sous-tendent ces fictions, à dévoiler les inspirations et motivations des créateurs et créatrices, ainsi qu’à comprendre le contexte contemporain dans lequel ces récits émergent. Par exemple, pour les jeux vidéo, notre analyse se concentrera sur leur « mise en jeu », examinant comment le passé est rendu jouable. De manière similaire, dans le domaine cinématographique, il s’agit de comprendre comment les représentations du passé sont construites à travers des choix de narration, de mise en scène et de caractérisation, ainsi que les imaginaires qui les sous-tendent. En renonçant à la simple vérification des faits historiques, nous cherchons à explorer le fonctionnement de ces dispositifs médiatiques, tout en reflétant les préoccupations de l’époque contemporaine. Cette approche interdisciplinaire favorise une analyse plus complète et riche des interactions entre le passé et le temps présent, en somme des régimes d’historicité, au sein de ces récits, dévoilant comment le récit historique est façonné, adapté, et interprété à travers une variété de médiacultures.

On veillera également à ne pas reproduire une appréhension légitimiste de la culture et à ne pas traiter uniquement des grandes œuvres de la fiction historique, mais à s’intéresser aussi aux cultures populaires et aux produits marginalisés qui occupent souvent bien plus de place dans les consommations culturelles que les panthéons critiques.

Première édition : la France imaginaire

Pour une première édition, nous proposons d’axer le propos autour de la France. Cet espace géographique qui évolue dans le temps permet une vaste étude de fictions historiques présentant des périodes extrêmement contemporaines jusqu’à celles portant sur l’Antiquité, tant les fictions se déroulant dans des temps très anciens qui promeuvent une conception d’un « caractère national » français sont nombreuses.

En cela, derrière le terme « France », plusieurs acceptions sont permises. Tout d’abord, cette acception est diachronique : des provinces gauloises aux découpages administratifs contemporains. Puis, elle s’accompagne d’un regard géographique dépassant la seule représentation métropolitaine pour s’intéresser aussi à l’ensemble des composants de la France, de manière non exhaustive : conquêtes, empire colonial, DROM.

Les propositions pourront se situer dans un ou plusieurs des axes suivants :

Axe 1 : production

Le premier axe de ce colloque s’intéresse aux enjeux de la production culturelle, à l’espace de production comme un possible déterminant des représentations du passé ainsi qu’aux aspects politiques du sujet. Ici, l’objectif sera d’interroger à la fois l’impact réel ou supposé du contexte politique ou de l’espace de création sur les représentations du passé ainsi que les valeurs, les signifiants et les implications que portent ses représentations. En s’appuyant, par exemple, sur la notion « d’odeur culturelle » (Koichi Iwabuchi, 2013) permettant de mesurer dans quelle proportion un produit porte en lui une empreinte culturelle du pays d’origine, nous invitons la communauté scientifique à réfléchir aux « empreintes politiques » portées par les représentations du passé.

Les productions culturelles et artistiques sur le territoire français s’inscrivent dans un contexte de production qui peut influencer les représentations. Il s’agira pour une part de montrer si la vie politique française joue un rôle et influence la manière dont est représentée la France. Par exemple, est-ce que l’affirmation culturelle, voire nationaliste, et son choc avec d’autres espaces (allemand, britannique, nord-américain) au début du XXe siècle participent de l’émergence d’un panthéon de super-héros français comme Nyctalope en 1911 ou Fantax en 1946 ? De même, de quelle manière l’implication de la France dans le bloc occidental durant la Guerre froide influence sa représentation dans l’industrie cinématographique ? D’ailleurs, les thématiques abordées dans ces œuvres (film, série, BD, jeux vidéo) pourront faire l’objet d’une attention particulière. La politique de décentralisation à partir des années 1980 influence-t-elle la représentation de l’espace géographique français ? Les représentations restent-elles centrées sur la macrocéphalie parisienne ? Les débats sur l’identité nationale, renouvelée à partir de 2007 avec la campagne présidentielle puis la création d’un ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Codéveloppement, participent-ils d’une modification des représentations sur le passé de la France ?

Axe 2 : contenu

Le second axe de ce colloque s’intéresse aux représentations elles-mêmes ainsi qu’à une approche sociale de ces représentations. Chaque communauté humaine nécessite de replacer sa formation sociale dans un passé cohérent et un récit collectif, parfois même mythique, les fictions médiatiques contribuent pleinement de l’écriture de ces narrations contemporaines. Les régimes de représentation à l’intérieur d’une culture ne jouent pas un rôle purement réflexif et rétrospectif, mais réellement constitutif. Ils instituent le social plus qu’ils ne reflètent.

Dans une appréhension de la culture comme l’ensemble des opérations de traitement symbolique de la réalité, il s’agit de se concentrer sur les valeurs, les imaginaires, les systèmes de personnages, les évolutions des genres ou encore les conflits de représentation du passé. Quelles sont les périodes majoritairement représentées ? Quelles sont leurs spécificités ? Y a-t-il, au contraire, des périodes totalement absentes des fictions historiques portant sur la France ? Ces récits sont-ils majoritairement masculins ? Quels sont les personnages féminins présents ? Quelle est l’évolution de la répartition genrée des récits ? Quels sont les récits anachroniques permettant de faire des liens évidents avec le présent ? Dans le cadre de fictions portant sur les conflits mondiaux quels sont les registres mémoriels mis en avant ? S’agit-il de discours mémoriels spécifiquement français ou témoignent-ils d’une forme d’internationalisation de la mémoire ?

Ce sont autant de questions qui pourront être abordées pour étudier les contenus médiatiques. Par ailleurs, la proposition est faite de réunir l’étude de contenu sous le terme d’imaginaire social, permettant de promouvoir en histoire les fictions au même rang que tout autre type de source de sources légitimes. Dans cet axe, les propositions devront prendre en compte les spécificités des différents dispositifs fictionnels pour représenter espaces géographiques et évènements historiques.

Axe 3 : réception

Ce dernier axe propose d’explorer les réceptions et l’expérience faite de ces médias de divertissement par les publics. Il a été théorisé puis étudié, depuis bien longtemps, qu’en dépit des mises en scène et des contenus représentés, l’appropriation des fictions médiatiques par les publics peut fortement diverger des intentions de production. Cette analyse nous permettra de mieux saisir comment le public interprète et valorise ces récits historiques dans le contexte de leur consommation.

Il s’agit d’étudier la perception de ces œuvres. Sont-elles perçues comme des divertissements de loisir ou sont-elles investies de tout un ensemble de discours normatifs ? Servent-elles à l’apprentissage ? À la manipulation des masses ? Sont-elles scolarisées par les institutions et professionnels de l’éducation ?

De même, cet axe peut interroger l’appropriation des fictions historiques par la sphère politique. Accompagneraient-elles des poussées de violence ou au contraire sont-elles des objets cathartiques ? Deviennent-elles des symboles d’une mondialisation corruptrice ou bien de valorisation d’une identité nationale et locale ?

Les propositions pourront également se concentrer sur les typologies de publics : qui consomme quoi ? Quel est le public des spectacles du Puy du Fou, des fêtes médiévales ou des évènements de reconstitutions historiques ? Qu’en attendent-ils ? On pourra également s’intéresser à l’engagement des publics en analysant les commentaires, les critiques et les productions inspirées par ces œuvres ou encore à travers la création de contenu sur les réseaux sociaux.

 

Modalités

Toutes ces réflexions sont loin d’être exhaustives. Les propositions pourront embrasser plusieurs axes et des thématiques larges à travers un ensemble de productions, ou bien utiliser des études de cas spécifiques pour étudier des dynamiques précises. 

Nous insistons également sur l’ouverture de ce colloque aux jeunes recherches, du master jusqu’au doctorat, tant nous savons ces sujets extrêmement présents chez les étudiant·es en fin de cycle.

Les propositions de 3000 caractères environ devront comporter une question de recherche claire appuyée par une description de la méthodologie envisagée. Elles devront être accompagnées d’une bibliographie et d’une rapide notice biographique sont à envoyer aux trois organisateurs : victor.faingnaert [at] unicaen.fr ; jlalu0254 [at] orange.fr et vincent.histgeo [at] gmail.com

 

Calendrier

Date limite d’envoi des propositions : 3 juin 2024

Retour sur les propositions : mi-juillet

Date du colloque : 12 et 13 novembre 2024

La journée du 12 novembre se conclura par une rencontre avec des créateurs qui viendront présenter leur production en rapport avec la thématique du colloque : 

  • Cyril Tahmassebi, directeur artistique, Isaac Hasdenteufel, concept artist et Nicolas Ducart, lead game et level designer de l’équipe de création de Steelrising, jeu vidéo mettant en jeu la Révolution française, développé par le studio Spiders).  
  • Tom et Florent Allibert, respectivement directeur créatif et dialoguiste du studio Pierre Feuille Studio, qui ont réalisé Chronique des Silencieux, jeu vidéo se déroulant dans les années 70 à Bordeaux. Le joueur incarne un jeune détective devant enquêter sur le passé d’un homme ayant traversé les guerres mondiales.

Ces créateurs détailleront leur processus de création en exposant au public et aux chercheurs, les documents de création ainsi que les références qui ont présidé aux choix de production. La soirée se terminera par un échange avec le public.

 

Partenaires

Ce colloque est financé par le GIS Jeu et Sociétés, le Labex ICCA, le laboratoire Criham, le laboratoire Experice et le laboratoire HisTeMé.

 

Comité d’organisation

Victor Faingnaert, doctorant en histoire contemporaine, HisTeMé, Université de Caen.

Julien Lalu, docteur en histoire contemporaine, Criham, Université de Poitiers. 

Romain Vincent, doctorant en sciences de l’éducation, Experice, Université Sorbonne Paris-Nord.

 

Comité scientifique

Fabien Bièvre-Perrin, MCF en réception de l’Antiquité, HISCANT-MA, Université de Lorraine.

Guillaume Bourgeois, MCF en Histoire contemporaine, Criham, Université de Poitiers.

Marjolaine Boutet, PU en études anglophones, Pléiade, Université Sorbonne Paris Nord.

Camille Cléret, docteure en histoire contemporaine, consultante historique auprès du romancier Pierre Lemaitre.

Antoine Dauphragne, docteur en Sciences de l’éducation.

Laurent Di Filippo, MCF en sciences de l’information et de la communication, Crem, Université de Lorraine.

Jérôme Grévy, PU en histoire contemporaine, Criham, Université de Poitiers.

Audrey Tuaillon Demésy, PU en STAPS, C3S, Université de Franche-Comté.

 

Bibliographie indicative

Dominique Arsenault, Pierre-Marc Cote et Audrey Larochelle, « The Game FAVR: A Framework for the Analysis of Visual Representation in Video Games », Loading… The Journal of the Canadian Game Studies Association, vol. 9, n°14, 2015, pp. 88-123.

Loïc Artiaga, Rocky : la revanche rêvée des Blancs, Paris, les Prairies ordinaires, 2021.

William Blanc, Le roi Arthur, un mythe contemporain : de Chrétien de Troyes à Kaamelott en passant par les Monty Python, Montreuil, Libertalia, 2020.

Marjolaine Boutet, Laurence Cros et Marie-Jeanne Rossignol, « Fiction historique anglo-américaine : culture populaire au service de l’Histoire ou derniers feux d’une hégémonie culturelle ? », Le Temps des médias, n° 37-2, 2021, p. 6-20.

Marjolaine Boutet, Faire écran : les réécritures de la Seconde Guerre mondiale dans les séries télévisées au temps de la guerre froide, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2023.

Fabien Bièvre-Perrin. The Flaming Empero : Néron, icône subversive des années 1980 à aujourd’hui, Manuel De Souza (dir.), Autour de Néron., Mélanges en hommage à Yves Perrin, Ausonius éditions, 2023.

Justine Breton, Un Moyen Âge en clair-obscur, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2023.

Daniel Céfaï et Cédric Terzi, L’expérience des problèmes publics, Paris, Raison Pratiques, Éditions de l’EHESS, 2012. 

Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales, 44-6, 1989, p. 1505 – 1520.

Antoine Dauphragne, Du savoir historique au savoir ludique: La médiatisation de l’histoire dans les jeux de rôles, thèse sous la direction de Michel Manson, Paris, Université Paris 13, 2010.

Michel Espagne, « La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres, n°1, 2013.

Marc-André Ethier, David Lefrançois, Alexandre Joly-Lavoie, Mondes profanes. Enseignement, fictions et histoire, Laval, PUL, 2018.

Pierre-William Fregonese, De la stratégie culturelle française au XXIème siècle, Classiques Garnier, coll. Histoire culturelle, 2019.

Alex Gagnon, « Pour une histoire de l’imaginaire social : synthèse théorique autour d’un concept », Sociologie et sociétés, 51-1-2, 2019, p. 323-348.

Victor Faingnaert et Maggy Hary, « Masculinités en guerre : Downton Abbey et Peaky Blinders, deux visions des lendemains de la Grande Guerre », Le Temps des médias, 37-2, 2021, p. 90-109.

Marie-France Grinschpoun, L’analyse de discours. Donner du sens aux dires, Paris, Enrick Éditions, 2016.

Stuart Hall, Identités et cultures : politiques des Cultural Studies, trad. fr. Christophe Jacquet, éd. étab. par Maxime Cervulle, Paris, Éditions Amsterdam, 2017 [2008].

Iwabuchi Koichi, « Au-delà du « cool Japan », la globalisation culturelle… », Critique internationale, 38 (1), 2008, pp. 37-53

Iwabuchi Koichi, « Quelle est la part du « typiquement japonais » dans Pokémon ? », Tobin Joseph (dir.), La Grande aventure de Pikachu. Grandeur et décadence du phénomène Pokémon, Paris, Pix’n Love, 2013, pp. 85-120.

Julien Lalu, « Aux armes citoyens ! Une lecture politique d’un événement historique français ? Le cas Assassin’s creed Unity », Alternative Francophone, 2021, 2(8), pp. 43-64.

Julien Lalu et Romain Vincent, « Et si on jouait à l’histoire ? histoire de jouer? », Selim Krichane, Isaac Pante et Yannick Rochat (dirs.), Penser (avec) la culture vidéoludique. Discours, pratiques, pédagogie, Presses Universitaires de Liège, 2022, pp. 125-139

Éric Macé et Éric Maigret (dirs.), Penser les médiacultures : nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Lormont, Le Bord de l’eau, 2020 [2005].

Éric Maigret et Laurent Martin (dirs.), Les cultural Studies: au-delà des politiques des identités, Lormont, Le Bord de l’eau, 2020.

Frédéric Martel, Mainstream. Enquête sur cette culture qui plaît à tout le monde, Paris, Flammarion, 2010.

Olivier Mauco, Jeux vidéo, problèmes publics, régulations privées : Histoire socio-politique des dispositifs de contrôle des contenus, thèse sous la direction de Frédérique Matonti, Paris, Université Paris-1, 2012.

Stéphane Natkin, Jeux vidéo et médias du XXIe siècle. Quels modèles pour les nouveaux loisirs numériques ?, Paris, Vuilbert, 2010. 

Audrey Tuaillon Demésy, Christian Vivier et Jean-François Loudcher, « Introduction au « passé vivant » : au-delà de l’oxymore, les enjeux sous-jacents », Staps, n° 101-3, 2013, p. 9-16.

Audrey Tuaillon Demésy, « Le quidditch moldu : De l’imaginaire à la réalité », Questions de communication, 31, 2017, p. 393-413.

Pierre Sorlin, Sociologie du cinéma : ouverture pour l’histoire de demain, Paris, Aubier, 1977.

Romain Vincent, « Du jeu vidéo au document de travail : la scolarisation d’Assassin’s Creed », Le Temps des médias, n° 37-2, 2021, p. 183-199.

 

Parution : Medievalisms and Russia

Eugene Smelyansky, Medievalisms and Russia. The Contest for Imaginary Pasts, coll. Arc Medievalist, ARC Humanities Press, 2024.

This new monograph devoted to a detailed exploration of the ways in which the medieval past has been wielded to propagandic effect in Imperial, Soviet, and post-Soviet Russia.

From politicians’ speeches to popular culture, from Orthodox Christianity to neo-paganism, the medieval Russian past remains crucial in constructing national identity, mobilizing society during times of crisis, and providing alternative models of communal belonging. Frequent appeals to a medieval Slavic past, its heroes and myths, have provided—and continue to provide—a particularly powerful tool for animating imperialist and populist sentiments.

This study explores persuasive—and pervasive—recourse to tropes concerned with the Middle Ages in Imperial, Soviet, and post-Soviet Russia, seeking to explain why an often romanticized medieval past remains potent in Russian politics, society, and culture today.

 

Table des matières

Introduction

Chapter One: A Contested Inheritance: Medieval Rus and Russia’s Origin Myths

Chapter Two: Alexander Nevsky: The Once and Future Prince

Chapter Three: Byzantine Dreams: Russia as the “Third Rome”

Chapter Four: Medievalism as Allegory: The Middle Ages in Unofficial Culture

Conclusion

Select Bibliography

Index

 

Informations et commandes sur le site de l’éditeur.

Appel à communications : Réappropriations contemporaines des répertoires chantés du Moyen Âge

Le colloque “Réappropriations contemporaines des répertoires chantés du Moyen Âge” se déroulera les 26 et 27 septembre 2024 à l’Université catholique de l’Ouest à Angers.

Date limite d’envoi des propositions : 15 juin 2024.

 

Comité d’organisation :

Christelle Chaillou (CNRS/CESCM de Poitiers)

Oreste Floquet (Université de Rome-La Sapienza)

Anne-Zoé Rillon-Marne (Université Catholique de l’Ouest, Angers)


Comité scientifique :

Vladimir Agrigoroaei (CNRS/CESCM de Poitiers)

Gisèle Clément (Université de Montpellier)

Luca Gatti (Université de Rome-La Sapienza)

Nathalie Le Luel (Université Catholique de l’Ouest, Angers)

Delphine Pasques (Sorbonne Université)

Isabelle Ragnard (Sorbonne Université)

Jehanne Roul (Université Catholique de l’Ouest, Angers)

Federico Saviotti (Université de Pavie)

Vasco Zara (Université de Rouen)

Si la chanson du Moyen Âge n’a eu de cesse d’influencer la création musicale depuis la Renaissance, comme l’a montré notamment John Haines, les réappropriations des répertoires chantés à l’époque contemporaine sont encore un domaine assez peu exploré. Les études sur le médiévalisme ont trouvé leur place dans le milieu académique anglo-saxon depuis les années 70 et interrogent autant nos connaissances de la période médiévale qu’elles alimentent la réflexion sur notre monde contemporain et ses représentations. Elles sont également très présentes dans la recherche francophone depuis une vingtaine d’années. Toutefois, la dimension musicale reste assez peu explorée et rares sont les musicologues à avoir investi ce champ disciplinaire qui se situe aux confins de différentes pratiques culturelles, et touche en particulier le vaste domaine de l’interprétation musicale. L’étude du médiévalisme musical convoque ainsi tout autant les problématiques des études de la performance que celles de l’histoire des représentations ou des reconstructions des paysages sonores du passé émanant du développement des sound studies.

Ce colloque invite à la mise en commun de toutes approches visant à dresser un état des lieux de la notion de réappropriation, appliquée aux répertoires chantés, de ses premières attestations notées en Occident jusqu’au début du xve siècle. Il s’agira donc d’étudier différents contextes et pratiques contemporaines dans lesquelles la musique vocale médiévale prend place, en tant qu’objet premier ou simple référent.

Les communications pourront s’articuler selon l’un ou plusieurs des axes suivants :


  1. Les réappropriations des corpus chantés médiévaux dans la démarche artistique des musiciens contemporains, qu’ils soient professionnels ou amateurs, investis dans une recherche d’authenticité ou dans la recréation d’un imaginaire médiéval. Les objets d’études peuvent être constitués d’enregistrements, de captations, de retours d’expérience ou tout autre support faisant état d’une situation de performance et permettant de mesurer la distance entre la source et sa recréation pour un public contemporain.

  2. L’étude des représentations suscitées par les répertoires vocaux du Moyen Âge dans des productions culturelles contemporaines relevant de différents domaines artistiques (littérature, cinéma, jeux vidéo, bande dessinée) ou manifestations (spectacles, festivals). Les champs ouverts à la réflexion portent sur l’incarnation des acteurs des pratiques chantées, la mise en scène de leurs contextes et espaces d’interprétation comme sur les choix inhérents aux répertoires eux-mêmes.

  3. L’analyse des dispositifs de médiation portant sur les répertoires chantés médiévaux permettant d’observer comment se construit un meta-discours, avec ses représentations implicites et ses enjeux propres en fonction du public visé. Les supports à envisager sont divers, qu’ils soient à destination du grand public (sites internet, jaquettes de disques, émissions de télévision, articles de presse, programmes de concert, etc.) ou adaptés à des situations plus spécifiquement pédagogiques (manuels scolaires, supports pédagogiques, conférences, stages). Les perspectives d’études pourront alors interroger les champs de la sociologie de la culture, des sciences de l’information et de la communication ou de la linguistique.

Certaines communications pourront être publiées dans la revue en ligne Textus & Musica. Des possibilités de financement seront étudiées au cas par cas, pour les communicants ne bénéficiant pas de l’aide d’un laboratoire de recherche.

Les propositions sont à envoyer à l’adresse de la revue textusetmusica [at] ml.univ-poitiers.fr avant le 15 juin 2024.

Ecole d’été : Médiévalismes engagés / Engaged medievalisms

L’école d’été “Médiévalismes engagés / Engaged medievalisms“, co-organisée par l’Université de Lausanne et l’Université Grenoble Alpes, se déroulera du 24 au 27 juin 2024 à l’Université de Lausanne (Centre d’études médiévales et post-médiévales, Faculté des Lettres, UNIL, UGA).

Date limite d’inscription : 15 mai 2024.

Pour sa troisième édition, l’école d’été médiévaliste de l’Université de Lausanne propose d’étudier les remplois engagés et militants du Moyen Âge: récupérations politiques, manifestations culturelles, problématiques sociales. La figure de Jeanne d’Arc en est un exemple éloquent dans la mesure où, incarnant un symbole français, elle a pu aussi bien servir à l’extrême-droite que devenir l’égérie des mouvements LGBTQ+ en vertu de sa transgression de genre. À bien des égards, l’époque médiévale peut servir de référence idéale en raison de sa situation à la fois proche et éloignée de l’époque contemporaine, d’un double point de vue chronologique et culturel, qui la rend propice aux projections fantasmatiques et idéologiques. Notre école d’été sera l’occasion de réfléchir aux formes diverses que prennent ces recyclages du matériau médiéval et d’examiner leurs enjeux actuels. 

Ouverte à tou.te.s étudiant.e.s intéressé.e.s, notre école aura lieu du 24 au 28 juin 2024 sur le campus de l’UniL; la participation active aux cours permet d’acquérir 3 crédits ECTS. 

Plusieurs langues vivantes pourront être utilisées dans le cadre de nos activités ; les cours sont adaptés à des étudiant.e.s anglophones qui ont une maîtrise même passive du français.

 

For its third year, the summer school “Engaged Medievalisms” at the University of Lausanne will be looking at how the Middle Ages were used for political purposes, cultural manifestations and social issues. The figure of Joan of Arc is an eloquent example, as the embodiment of a French symbol, she could just as easily serve the extreme right as become the muse of LGBTQ+ movements by virtue of her gender transgression. In many respects, the medieval era can serve as an ideal reference point, as it is both chronologically and culturally close to and distant from the contemporary era, making it ideal for fantastical and ideological projections. Our summer school will provide an opportunity to reflect on the various forms taken by these recycling of medieval material, and to examine the issues at stake today. 

Open to all interested students, our school will take place from June 24 to 28, 2024 on the UniL campus; active participation in the courses will earn 3 ECTS credits. 

Several modern languages will be used in our activities; courses are adapted to English-speaking students with even a passive command of French.

Programme
 
Lundi 24 juin 2024
14h00-14h30 Inscription et café d’accueil
14h30-15h00 Introduction à l’école d’été : Leticia Ding (Université de Lausanne), Filippo Fonio (Université Grenoble Alpes), Agathe Sultan (Université de Lausanne)
15h00-16h00 Communication d’ouverture : Tommaso di Carpegna Falconieri (Università di Urbino), Médiéval et militant, penser la politique contemporaine à travers le Moyen Âge
16h15-17h00 Communication : Francesca Roversi Monaco (Università di
Bologna), Médiévalismes politiques au féminin entre stréréotypes et nouvelle conscience de genre
Apéritif d’ouverture
 
 

Mardi 25 juin 2024

9h45-10h00 Présentation des activités de la journée : Agathe Sultan, Filippo Fonio, Leticia Ding
10h00-10h45 Communication : Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne), Engagé malgré tout : Kaamelott et la médiévaliste woke
11h15-12h00 Communication : Audrey Tuaillon Demésy (Université de Franche Comté), La fabrique des loisirs alternatifs : du désordre à l’utopie
Dîner
14h00-15h30 Atelier : Aliénor Vauthey (UNIL), Dans l’atelier des démiurges : construire un monde imaginaire médiévalisant
15h45-17h15 Medieval Lab : Justine Breton, Audrey Tuaillon Demésy , Sujets
médiévalistes «illégitimes» à l’université
18h00-19h30 Promenade en ville: Hélène Cordier (UNIL), Du temps que les bestes batoilloient
Souper en ville

Mercredi 26 juin 2024

9h45-10h00 Présentation des activités de la journée : Agathe Sultan, Filippo Fonio, Leticia Ding 
10h00-10h45 Communication : Patrick Moran (University of British Columbia),
Vikings blonds et elfes noirs : le débat sur la race et la blanchité dans les représentations modernes du Moyen Âge
11h15-12h00 Communication : William Blanc (Historien), Le grand patronat : une nouvelle féodalité. Généalogie d’une image
Dîner
14h00-14h45 Communication : Marine Massenzio (Université Rennes 2), Arthur
sera reine, Morgane sera roi : divergence des modalités de discours quand le féministe s’empare de la légende arthurienne
15h15-16h15 Table ronde : Marine Massenzio et Jeanne Mousnier-Lompré
(UGA), Le médiévalisme, sexy ou sexiste ? Enjeux du genre dans nos représentations du Moyen Âge
Apéritif dînatoire
20h00 Projection et débat animé par William Blanc : Les Sept Samouraïs, Akira Kurosawa, 1954

Jeudi 27 juin 2024

9h45-10h00 Présentation des activités de la journée : Agathe Sultan, Filippo Fonio, Leticia Ding
10h00-10h45 Communication : Florian Besson (Université Paris Sorbonne),
Du Puy du Fou à Eric Zemmour, la fabrique d’un Moyen Âge d’extrême droite
11h15-12h00 Communication : Filippo Fonio (UGA), Remploi de Dante dans
les discours politico-littéraires et les discours identitaires
Dîner
14h00-15h30 Medieval Lab : Florian Besson, Une religion du Moyen Âge…
Cartographie des usages du schème «Moyen Âge» sur Twitter/X
15h30-16h00 Conclusion : Agathe Sultan, Filippo Fonio, Leticia Ding
Café de clôture

 

Informations complémentaires

Responsables : Leticia Ding, leticia.ding [at] unil.ch
Filippo Fonio, filippo.fonio [at] univ-grenoble-alpes.fr
Agathe Sultan, agathe.sultan [at] unil.ch


Quatre sortes d’activités scientifiques : Des communications scientifiques, des table-rondes, des ateliers interactifs et des medieval labs expérimentaux.
Deux sortes d’activités culturelles : Une promenade littéraire en ville, une projection ciné-débat.
Deux sites : Château de Dorigny 106 et Anthropole 1129

 

Détails et inscriptions sur le site de l’UNIL.