Archives de l’auteur : Justine BRETON

Parution: Medievalism in Finland and Russia

Reima Välimäki (dir.), Medievalism in Finland and Russia. Twentieth- and Twenty-First Century Aspects, Bloomsbury, 2022.

Since the end of the Cold War, the Middle Ages has returned to debates about history, culture, and politics in Northern and Eastern Europe. This volume explores political medievalism in two language areas that are crucial to understanding global medievalism but are, due to language barriers, often inaccessible to the majority of Western scholars and students.

The importance of Russian medievalism has been acknowledged, but little analysed until now. Medievalism in Finland and Russia offers a selection of chapters by Russian, Finnish and American scholars covering historiography, presidential speeches, participatory online discussions and the neo-pagan revival in Russia. Finland is currently even more poorly understood than Russia in the discussions about global medievalism. It is usually mentioned only as of the birthplace of the Soldiers of Odin. The street patrol is, however, a marginal phenomenon in Finnish medievalism as this volume demonstrates. Instead of merely adopting the medievalist interpretation of the international alt-right, even the right-wing populists in Finland refer more to the nationalistic medievalist tradition, where crusades do not mark a Western Christian victory over the Muslim East, but a Swedish occupation of Finnish lands. In addition to presenting particular cases of medievalism, the chapters here on Finland challenge and diversify today’s prevailing interpretation of shared online medievalism of European and American right-wing populists.

This book reveals that while medievalisms in Finland and Russia share many features with the contemporary Anglo-American medievalist imaginations, they also display many original characteristics due to particular political situations and indigenous medievalist traditions. They have their own meta-medievalisms, cumulative core ideas and interpretations about the medieval past that are thoroughly examined here in English for the very first time.

 

Table des matières

List of Illustrations
Preface
1. Introduction: Historical Authority in Political Medievalism. Andrew B. R Elliott (University of Lincoln, UK)
2. Middle Ages on the Map of the Memory of Russian Society. Evgenii Rostovtsev (Saint Petersburg State University, Russia)
3. References to Medieval History in the Speeches and Addresses of the President of Russia, 2000-2019. Kati Parppei (University of Eastern Finland, Finland)
4. Circulation of Pseudo-Information: Medievalist Internet Discussions in Contemporary Russia. Mila Oiva (University of Turku, Finland)
5. Pseudo-Medievalist Histories and Contemporary Russian Identity Construction. Evan Wallace (University of Central Florida, USA)
6. Memorials dedicated to the Middle Ages in Finland. Sirpa Aalto & Timo Ylimaunu (University of Oulu, Finland)
7. The Missing Finnish Runestones. Kendra Wilson (University of Turku, Finland)
8. Icelandic Sagas and the Viking Age in Finnish Pseudohistory. Harri Hihnala (University of Turku, Finland)
9. Masculine Online Medievalism in 21st-century Finland. Heta Aali (University of Turku, Finland)
10. Particularizing the Universal: Medievalist Constructions of Cultural and Religious Difference in the Crusader Kings IIJere Kyyrö (University of Turku, Finland)
Index

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Conférence: Inventer la France à Conques, de Viollet-le-Duc à Prosper Mérimée et à Charlemagne

Le 18 novembre 2022 à 18h au CESCM (salle Crozet), dans le cadre des journées d’études Conques en Rouergue : constructions mémorielles, Ivan Foletti donnera une conférence publique intitulée “Inventer la France à Conques: de Viollet-le-Duc à Prosper Mérimée et à Charlemagne“.

Lorsqu’au début du XIXe siècle, les intellectuels français redécouvrent le Moyen Âge chrétien, Conques attire leur attention. L’un des plus célèbres est sans doute Prosper Mérimée (1803-1870), écrivain et inspecteur général des monuments historiques. En raison de l’état de conservation déplorable de l’abbatiale et de l’intérêt pour le monument que Mérimée est parvenu à susciter au sein des milieux parisiens, une longue campagne de restaurations est alors lancée. Les importantes restaurations réalisées à Conques jusqu’à la fin du XIXe siècle doivent être appréhendées à la lumière de ce que l’on appelle « la fabrique de l’art national » et en considérant l’image du Moyen Âge propre au XIXsiècle. À ce titre, Jean-Camille Formigé (1845-1926), l’architecte qui a œuvré à Conques, s’inscrit parfaitement dans la vision du Moyen Âge défendue par Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879).

L’abbatiale de Conques est un monument iconique qui, au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, a servi à la fois à la construction de la notion d’art roman et à sa définition. Or les recherches récentes menées sur l’abbatiale et ses ornements tendent à montrer qu’au moment de son édification, au XIe siècle, ses commanditaires avaient eu pour ambition de se référer au passé carolingien. Pour ce faire, la communauté monastique a  élaboré une solution originale en convoquant des formes architecturales typiques du IXsiècle, ou encore en remaniant le trésor de l’abbaye ; le monument participant d’une réécriture de son histoire.

Programme complet

Vendredi 18 novembre 2022

Poitiers, CESCM / Salle Crozet

10h – Mot de bienvenue, Cécile VOYER (CESCM, Poitiers)

Introduction, Ivan FOLETTI (Masarykova univerzita, Brno)

Modération : Émilie Kurdziel (CESCM, Poitiers)

 10h30 – Les sources écrites de Conques dans leur environnement régional, Sébastien FRAY (Université Jean-Monnet-Saint-Étienne)

11h230 – Pause

11h40 – Conques : une étape sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle ? Adeline RUCQUOI (École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris)

12h30 – Pause

Modération : Philippe Cordez

14h – Conques, église de pèlerinage. De la construction historiographique au chantier médiéval (XIXe-XIe siècle), Éric SPARHUBERT (Université de Limoges)

14h50 – Amasser l’or à Conques : la « nouvelle » Sainte Foy et son trousseau, Ivan FOLETTI (Masarykova univerzita, Brno)

15h40 – Conques et ses émaux : entre Silos, Limoges et « Byzance », Adrien PALLADINO (Masarykova univerzita, Brno)

18h – Conférence publique “Inventer la France à Conques: de Viollet-le-Duc à Prosper Mérimée et à Charlemagne”, par Ivan FOLETTO (Masarykova univerzita, Brno)

Lundi 21 novembre 2022

Paris, Centre allemand d’histoire de l’art – DFK Paris Salle Julius Meier-Graefe

14h30 – Mot de bienvenue, Philippe CORDEZ (DFK Paris)

Introduction, Ivan FOLETTI (Masarykova univerzita, Brno)

Modération : Cécile Voyer (CESCM, Poitiers)

15h – Conques et l’idée de Byzance, Adrien PALLADINO (Masarykova univerzita, Brno)

15h45 – Conques au XIXe siècle, Ivan FOLETTI (Masarykova univerzita, Brno)

16h30 – Conques moderne et postmoderne, Philippe CORDEZ (DFK Paris)

17h15 – Apéritif

Voir le PDF du programme ICI

Ces journées d’études se déroulent dans le cadre du projet Conques dans le monde global, soutenu par le Conseil euro- péen de la recherche (Actions Marie Skłodowska-Curie : Research and Innovation Staff Exchange, 2021-2024).

This project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under the Marie Skłodowska-Curie grant agreement No 101007770.

Concept et organisation :

  • Philippe Cordez (DFK Paris)
  • Ivan Foletti (Masarykova univerzita, Brno)
  • Éric Sparhubert (Université de Limoges)
  • Cécile Voyer (CESCM)

Contact : pcordez [at] dfk-paris.org  / cecile.voyer [at] univ-poitiers.fr

Deutsches Forum für Kunstgeschichte Centre allemand d’histoire de l’art Paris –Hôtel Lully – 45, rue des Petits Champs F-75001 Paris

Appel à textes: Trésors du Moyen Âge

Effervescences Médiévales, plateforme collaborative et interdisciplinaire sur le Moyen Âge pour les chercheurs médiévistes, vous invite à participer à son quatrième appel à publications. Les articles seront publiés sur notre site puis, à l’issue de la date butoir, compilés sous la forme d’une revue numérique en libre accès.

Pour son quatrième appel à publications, l’équipe d’Effervescences Médiévales vous invite à soumettre un article sur le thème suivant : « Trésors du Moyen Âge. Collections et collectionneurs du IXe siècle à nos jours ». Votre contribution pourra traiter des sujets suivants :

Pour le Moyen Âge
– Les collections dans les inventaires royaux, princiers, ducaux,…
– Les collections d’objets sacrés dans les trésors des églises.
– Les collections fabuleuses ou étranges dans les récits littéraires.
– Portraits de collectionneurs.
– Portraits philosophiques de collectionneurs (quête du beau, quête du savoir, vices ou vertus, …).
– Collections des riches ou/et collections des pauvres. 
– Usages des collections (secrètes et cachées, pour s’instruire, pour se valoriser, pour montrer et éblouir, pour étudier, pour enseigner, pour imiter,…).
– Collectionner dans le temps (constance, absence, frénésie,…).
– Transmettre sa collection (augmentation, éparpillement, dislocation des objets précieux,…).

De la Renaissance à nos jours
– Illustres et célèbres collections du Moyen Âge.
– Les objets du Moyen Âge convoités (reliquaires, manuscrits,…).
– Les collections médiévales dans les musées. 
– Les collections médiévales privées.
– Portraits de collectionneurs.
– Portraits philosophiques de collectionneurs (goût pour le Moyen Âge, quête du beau, quête du savoir des anciens, vice ou vertu,…).
– Le marché de l’art.

Votre contribution pourra également traiter de thèmes adjacents en lien avec notre thématique de recherche. Dans une démarche interdisciplinaire, toutes les contributions de spécialistes sont attendues. Cet appel à contribution n’est pas limité aux médiévistes. 


Les articles seront publiés au fur et à mesure de leur soumission sur notre site. Votre contribution est à envoyer à l’adresse suivante effervescencesmedievales [at] gmail.com jusqu’au 28 février 2023 inclus, accompagnée d’une courte biographie.

Votre article, avec un minimum de 10.000 signes et limité à 20.000 signes (notes incluses), répondra aux normes rédactionnelles présentées sur le site d’Effervescences Médiévales.

Appel à textes: Passés politisés

Pour son prochain numéro, la revue en ligne Frontière.s lance un appel à textes sur le sujet “Passés politisés. Usages politiques du passé antique et médiéval au XXIe siècle“, coordonné par Florian Besson, Pauline Ducret et Fabien Bièvre-Perrin.

Date limite d’envoi des propositions (facultatives): 20 janvier 2023.

Date limite d’envoi des articles: 20 juin 2023.

Rien de nouveau sous le soleil : au XXIe siècle, l’histoire continue d’alimenter les réflexions politiques, nourrissant aussi bien le roman national que les récits contestataires, les discours conservateurs aussi bien que progressistes, les arguments d’un camp comme ceux de son opposant… Les faits historiques et le patrimoine s’imposent comme des arguments d’autorité considérés comme objectifs par certains, pour établir des limites ou créer des ponts, fédérer un groupe ou l’opposer à d’autres. Qu’ils se nomment « Reconquête » ou « Renaissance », dans un jeu d’opposition censé refléter l’échi­quier politique, les partis politiques ne s’y trompent pas lorsqu’ils choisissent un nom de baptême.

Pour ce neuvième numéro de Frontière·s, nous invitons les auteur·rice·s à s’intéresser aux usages récents du passé antique et médiéval dans l’élaboration des idéologies et des pratiques poli­tiques contemporaines. Tous les acteurs et actrices de cette construc­tion peuvent être pris en compte, que leur rôle soit conscient ou inconscient, directement politique ou non : politicien·ne·s, membres de la société civile, journalistes, artistes, institutions (étatiques, culturelles, sportives…), etc. Ces acteurs et actrices s’inspirent d’imaginaires collectifs, qu’ils nourrissent en retour, au sein desquels l’Antiquité et le Moyen Âge jouent des rôles dont la diversité et les contradictions peuvent également être analysées.

Les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’interroger sur les usages poli­tiques récents du passé antique et médiéval, depuis le début du xxie siècle jusqu’à l’actualité la plus immédiate. Tous les domaines pourront être abordés, ainsi que tous les médias : les campagnes politiques (affiches, discours, propagande électorale, usages des réseaux sociaux), les discours internationalistes, nationalistes ou séparatistes (par exemple, le choc des civilisations illustré par la bataille des Thermopyles ou un roman national puisant dans des fantasmes historiques ses motifs ou ses combats), la propagande terroriste (comme Daesh à Palmyre, l’invasion du Capitole par les partisans de D. Trump ou les attentats de Christchurch), les réflexions sur la société et ses valeurs (écologie, usages par des minorités, conservatisme, féminisme, afrocentrisme, etc.). Les articles écrits à plusieurs mains, notamment dans des perspectives qui croiseraient les périodes et/ou les disciplines, seront favorablement accueillis.

Calendrier

20 janvier 2023 : proposition facultative de résumés

20 juin 2023 : date limite de soumission des articles complets

Décembre 2023 : parution du numéro

 

Modalités de soumission

Les auteur·rice·s adresseront leur contribution par e-mail à frontiere-s [at] msh‑lse.fr en précisant leur statut et leur organisme de rattachement. Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1 200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Les auteur·rice·s qui le souhaitent peuvent soumettre dans un pre­mier temps un résumé accompagné de références bibliographiques 5 mois avant la date limite de soumission

Modalités de soumission détaillées sur le site de la revue.

Parution: Teaching the Middle Ages through Modern Games

Robert Houghton (dir.), Teaching the Middle Ages through Modern Games. Using, Modding and Creating Games for Education and Impact, “Video Games and Humanities” vol.11, De Gruyter, 2022.

Games can act as invaluable tools for the teaching of the Middle Ages. The learning potential of physical and digital games is increasingly undeniable at every level of historical study. These games can provide a foundation of information through their stories and worlds. They can foster understanding of complex systems through their mechanics and rules. Their very nature requires the player to learn to progress.

The educational power of games is particularly potent within the study of the Middle Ages. These games act as the first or most substantial introduction to the period for many students and can strongly influence their understanding of the era. Within the classroom, they can be deployed to introduce new and alien themes to students typically unfamiliar with the subject matter swiftly and effectively. They can foster an interest in and understanding of the medieval world through various innovative means and hence act as a key educational tool.

This volume presents a series of essays addressing the practical use of games of all varieties as teaching tools within Medieval Studies and related fields. In doing so it provides examples of the use of games at pre-university, undergraduate, and postgraduate levels of study, and considers the application of commercial games, development of bespoke historical games, use of game design as a learning process, and use of games outside the classroom. As such, the book is a flexible and diverse pedagogical resource and its methods may be readily adapted to the teaching of different medieval themes or other periods of history.

Table des matières

Acknowledgements
Introduction: Teaching the Middle Ages through Modern Games, Robert Houghton

PART I: THE EDUCATIONAL IMPACT OF GAMES

 Learning About the Past Through Digital Play: History Students and Video Games, Eve Stirling and Jamie Wood

PART II: TEACHING THROUGH COMMERCIAL GAMES

 Historicising Assassin’s Creed (2007): Crusader Medievalism, Historiography, and Digital Games for the Classroom, Mike Horswell
Declaiming Dragons: Empathy Learning and The Elder Scrolls in Teaching Medieval Rhetorical Schemes, David DeVine
“What if you are a Medieval Monarch?”: A Crusader Kings III Experience to Learn Medieval History, Ahmet Erdem Tozoğlu and Mehmet Şükrü Kuran

PART III: CREATING EDUCATIONAL GAMES

 A Video Game for Byzantine History – Akritas: Playing at the Byzantine Borders, Klio Stamou, Anna Sotiropoulou, Phivos Mylonas and Yorghos Voutos
Collaborative Constructions: Designing High School History Curriculum with the Lost & Found Game Series, Owen Gottlieb and Shawn Clybor
The Renaissance Marriage Game: A Simulation Game for Large Classes, Courtnay Konshuh and Frank Klaassen

PART IV: USER MODIFICATION AS LEARNING PRACTICE

Alchemy and Archives, Swords, Spells, and Castles: Medieval-modding Skyrim, Erik Champion, Terhi Nurmikko-Fuller and Katrina Grant
Playing the Investiture Contest: Modding as Historical Debate in the Undergraduate and Postgraduate Classroom, Robert Houghton
Game Development in a Senior Seminar, Frank Klaassen

PART V: GAMES BEYOND THE CLASSROOM

The Soundscapes of the York Mystery Plays: Playing with Medieval Sonic Histories, Mariana López, Marques Hardin and Wenqi Wan
Beyond Education and Impact: Games as Research Tools and Outputs, Robert Houghton
List of Contributors
Index

Informations et commandes sur le site de l’éditeur.

Appel jeunes chercheurs: Entre science et magie, les savoirs dans les cultures de l’imaginaire

Le Laboratoire des Imaginaires organise, du 1e au 3 mars 2023, un colloque destiné en priorité aux jeunes chercheurs et chercheuses, sur le sujet “Entre science et magie: les savoirs dans les cultures de l’imaginaire“. Il se déroulera à la Maison des Sciences et de l’Homme en Bretagne à Rennes, et sera accessible en visio-conférence.

Date limite d’envoi des propositions: 13 janvier 2023.

Lorsque l’on pense à la science-fiction et à la fantasy, on en vient souvent à les opposer à travers deux de leurs éléments matriciels : la science et la magie. Pour autant, ces deux concepts, si évocateurs dans le cadre de cette comparaison, semblent irrémédiablement liés en ce qu’ils transfigurent un élément-clef de ces deux genres : le savoir. 

Tout comme la fantasy et la science-fiction ne sont pas si étrangères l’une envers l’autre, voire se mêlent de manière presque alchimique au sein d’oeuvres de science-fantasy, la science et la magie ne seraient qu’une même chose : une somme rationnelle de connaissances qu’il est possible de saisir et d’appréhender par l’observation, la méthode et l’expérience. Dès lors, on saisit bien que la distinction entre science et magie tient plus de la notion de perspective, et naît plutôt de l’opposition que l’on fait entre certains de leurs usages. Selon les trilogies de Star Wars et la découverte du concept de midichloriens, selon qu’on suive ou non des personnages de Jedis, on considérera la Force comme une magie mystérieuse, ou une dynamique physique qui sous-tend la galaxie. Dans la série des Elder Scrolls, les phénomènes magiques créés par les Aedra et Daedra sont ceux qui façonnent le monde, sa physique et ses limites : en comprendre le fonctionnement revient à développer une science. Au sein du double triptyque de La Tour de Garde (Claire Duvivier, Guillaume Chamanadjian), la Maison de la Recluse traque les jeunes enfants capables de modeler la glaise et la pierre avec leurs propres mains, une magie férocement gardée au service de l’ingénierie urbaine et du savoir architectural. Les écrivain·e·s elleux-mêmes notent cette miscibilité, tel Arthur C. Clarke : “Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie”. Quant aux praticien·ne·s de la science ou de la magie mis·es en scène dans ces différents univers fictionnels, iels vivent le plus souvent leur art comme une expérience rationnelle, et d’autant plus d’apprentissage – nombre de ces fictions restent des coming of age stories.

Magie et science se révèlent ainsi être deux faisceaux du savoir, qui, selon la perspective choisie, conservent quelques traits communs : le savoir s’apprend, bien entendu, mais il peut être nécessaire de pratiquer, de s’entraîner pour l’obtenir (Avatar le dernier maître d’air), le tout en étant le plus souvent guidé par une ou des figures tutélaires (Harry Potter). On y trouve pourtant quelques différences dans l’appréhension du savoir : la science se caractérise plus volontiers par la volonté de compréhension et la méthode, quand la magie se trouve souvent définie par un désir de maîtrise. Mais cette distinction n’occulte pas la porosité entre les pratiques liées à l’un et à l’autre, le désir de gloire venant par exemple souvent motiver ces pratiques (des “savants fous” aux Mangemorts (Harry Potter)).


En retraçant les liens entre science et magie, ce sont ces différentes acceptions du savoir selon les cultures de l’imaginaire qu’on se propose d’explorer dans le cadre de ce colloque, afin de considérer quelles définitions et représentations en sont proposées au public. Il s’agirait aussi d’explorer la manière dont ces mêmes sciences et magies dépassent la frontière fictionnelle, en amenant ce savoir à s’infuser et à se transmettre dans les cadres de la réception et de la création.


Axe 1 : Les savoirs dans l’imaginaire 

Les savoirs faisant partie intégrante des univers fictionnels eux-mêmes, il semble d’abord pertinent de s’intéresser aux spécificités de leur représentation. Ils peuvent s’incarner dans des objets et phénomènes de différentes natures : formules à décrypter, livres antiques, schémas mystérieux, alchimies occultes, objets au fonctionnement obscur mais aux pouvoirs considérables, tous enchantent le monde en y apportant un sens supplémentaire, et donnent à la parole savante une valeur performative, un effet concret sur le monde qui l’entoure et qu’elle permet de mieux cerner. Le mot, transfiguré par la puissance du magicien, se transforme en acte, le plus terrible étant souvent l’annihilation (“Avada Kedavra !”). La réalité elle-même peut être présentée dans toute sa mobilité : la série des Elder Scrolls met ainsi en scène le fait que la vérité change selon le nombre de croyants qui y adhèrent. Et que dire des créateur·rice·s de jeux de rôles qui usent de tableurs Excel et de fonctions mathématiques pour créer des systèmes de magie praticables en jeu ? Le pouvoir conféré au savoir dans les cultures de l’imaginaire peut également le colorer d’une certaine qualité morale : selon l’intention de la personne qui possède et manipule le savoir, on le qualifiera plus aisément de magie blanche ou de magie noire, de science œuvrant pour l’intérêt général ou le capital.

Les acteur·rice·s qui pratiquent science ou magie ont elleux aussi des identités spécifiques, d’autant plus avec les archétypes du jeu de rôle. Savant·e comme sorcier·ère, associé·e·s à l’univers de l’érudition, ont l’ossature maigrelette du nerd (celui d’un Seth Brundle (La Mouche) ou d’un Merlin l’enchanteur (Disney)), et vont par là même s’opposer aux archétypes guerriers – quoique des archétypes de guerrier·ère·s-mages existent, à l’image des sorceleurs de The Witcher, éduqués dès leur enfance à la pratique du combat et à la compulsation assidue d’ouvrages théoriques. 

Au cœur des cultures de l’imaginaire, on assiste aussi à la transmission organisée du savoir entre les personnages, à travers des institutions et des modes d’érudition. Les plus jeunes vont fréquenter des écoles, donnant vie à des œuvres de school fantasy diverses, tandis que les plus grand·e·s iront dans des académies, collèges ou universités permettant le déploiement d’univers plus mûrs dans ces lieux de savoir. Au sein de ces cadres académiques, des esthétiques se développent en lien étroit avec ces imaginaires. Celles de la dark/light academia en sont de bons exemples : elles reflètent des imaginaires d’érudition pointus qui émergent souvent dans les corpus de science-fiction ou de fantasy.

Par ailleurs, le savoir est toujours le produit de groupes sociaux regroupés dans ce que nous pourrions comparer aux universités de notre monde. Elles donnent asile aux savant·e·s et à leurs expériences, de l’Unseen Academy du Discworld (Terry Pratchett) à Montverre et sa conception de l’art total dans The Betrayals (Bridget Collins). Les métiers du savoir sont alors représentés plus ou moins fidèlement, des bibliothécaires méticuleux·ses (die Stadt der Traumen Bücher, Walter Moers) aux scientifiques rigoureux·ses (Le problème à trois corps, Liu Cixin) ; des académies autonomes, enseignant par elles-mêmes, sont quant à elle nourries de la main de leur fondateur·rice·s (Scholomance, Naomie Novik). 

Science comme magie, d’ailleurs, se déclinent sur tout un ensemble de champs calqués sur ceux de notre Monde Primaire (dynamiques du world-building (Wolf, 2012)). La sociolinguistique s’incarne au travers de la magie et des potions d’éloquence (Dofus) ou du dialogue avec des aliens (Arrival). L’histoire s’applique aux mondes futurs par la lecture du passé (la psychohistoire d’Asimov (Fondation), et se voit même consacrer un sous-genre : la linguistic fiction). L’archivistique et l’archéologie donnent corps aux Chroniques du pays des mères (Élizabeth Vonarbug). La biologie s’articule notamment entre l’accumulation de connaissances sur les créatures magiques (cours dédié dans Harry Potter) ou la présence littérale de xénobiologistes (Alien). L’anthropologie est explorée par Ursula Le Guin (La Main gauche de la nuit) et centrale dans le jeu vidéo Outer Wilds. La médecine se décline autour des Mestres de Game of Thrones, des médecin·e·s à bord des vaisseaux spatiaux (L’incivilité des fantômes, Rivers Solomon) ou son détournement par la figure du·de la guérisseur·se (les mages blancs de Final Fantasy) etc.



Axe 2 : Les savoirs et l’imaginaire

Au XIXsiècle, un changement de paradigme s’opère au profit de la science et au détriment des croyances. Les auteur·ice·s conçoivent alors des fictions où science et magie se mêlent, que ce soit pour critiquer les dérives technologiques  (Frankenstein) ou pour nourrir un éloge du Progrès (Jules Verne). À terme, suite au triomphe positiviste, la fiction devient un refuge  : les mondes imaginaires sont autant d’hétérotopies où les frontières entre science et magie ne sont pas closes. En ce sens, le médiévalisme apparaît précisément sous la plume d’intellectuel·le·s, à la fois ingénieur·e·s et poète·esse·s (William Morris). Toutefois, au début du siècle précédent, les sciences humaines et sociales ont construit leur scientificité en imitant les sciences STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques), rejetant notamment la question de la fiction. Il faut attendre le linguistic turn dans les années 1950, pour que les littératures comparées et l’histoire culturelle remettent en avant l’intérêt universitaire pour l’étude des cultures de l’imaginaire.

Cela est rendu possible grâce aux publics érudits (Bréan, 2012), parfois passionné·e·s ou chercheur·se·s, souvent les deux, qui multiplient les recherches sur ces mondes imaginaires. Ils s’appuient sur des œuvres de SFFF parfois écrites par des auteur·rice·s de formation universitaire (Tolkien, C.S Lewis, Asimov, Herbert, Le Guin…).  Aujourd’hui, en plus des manifestations populaires (festivals et diverses conventions), les cultures de l’imaginaire donnent lieu à des colloques universitaires (Stella Incognita, Modernités Médiévales…), des expositions nationales (BnF, Bodleian Library) et des publications scientifiques dans des revues internationales (Fantasy Art and Studies, Otrante…). Ce mouvement de reconnaissance académique ne se fait pourtant pas sans lutte : les premier·ère·s promoteur·rice·s des cultures de l’imaginaire n’appartenaient que très peu aux sphères universitaires, et encore aujourd’hui, selon les pays, les institutions et les disciplines, les communautés de fans doivent insister pour avoir le droit d’étudier leurs oeuvres et d’en faire une carrière.

La collaboration entre imaginaire et méthode scientifique ouvre pourtant de nouvelles possibilités au savoir. Des géographes étudient la spatialisation et la cartographie d’univers imaginaires comme celui d’Harry Potter (Montabone, 2009), tandis que des historiens s’essaient à l’uchronie pour explorer les possibles du passé et interroger leur propre discipline (Deluermoz & Singravélou, 2016). Les moteurs à distorsion présents dans Star Trek sont tout autant des créations fictionnelles que de véritables objets de recherche, puisqu’ils ont été éclairés par la métrique d’Alcubierre et sont encore étudiés aujourd’hui par divers chercheurs ou centres pilotés par la NASA. L’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Inria) et le MIT travaillent actuellement à créer l’interface tactile visible dans Minority Report (Spielberg, 2002). Quant au hoverboard, il reste une licorne, relevant tout autant de la réalité que du rêve – les tentatives de recréation de l’objet, notamment par Hendo, s’étant révélées décevantes.


Axe 3 : Les savoirs par l’imaginaire


Car l’imaginaire est aussi créateur de savoir. En enchantant le monde, en transformant le point de vue adopté sur un objet, il stimule la curiosité du lectorat, et le pousse à aller au-delà de la fiction. Les scientifiques fans de Star Trek en témoignent déjà ; mais combien ont construit leurs identités et orienté leurs choix professionnels grâce à un livre, un jeu, une série ou film qui aura été fondateur pour elleux ? 

Mais l’imaginaire lui-même peut être médiateur de savoir-faire. L’une des caractéristiques de la culture geek (Peyron, 2013) se trouve dans l’implication des publics, qui manipulent, reproduisent et prolongent les objets fictionnels qui leur plaisent : ainsi, au travers des objets dérivés, cosplays et autres DIY, les fans acquièrent des savoir-faire. D’aucuns se lancent ainsi dans la mise en musique des poèmes elfiques de Tolkien, soit pour les diffuser gratuitement (Adèle McAllister sur YouTube), soit dans le cadre de financements institutionnels (Martin Romberg et l’Orchestre Philarmonique de Nice). La diffusion des univers fictionnels sur tous les supports suppose également des publics qu’ils soient capables de s’adapter à toutes les modalités de lecture. 

Des enfants élevées dans la langue guerrière des Klingons aux équipes de Quidditch qui ont désormais leur fédération en France, en passant par des rituels magiques inspirés des cultures de l’imaginaire, comme peuvent le faire certain·es pratiquant·es de la Magie du Chaos, nous nous intéresserons aussi à ces situations ou circonstances durant lesquelles les savoirs de l’imaginaire deviennent des pratiques bien concrètes. Il s’agit aussi de considérer le moment où les cultures de l’imaginaire deviennent des méthodes d’entraide, de soutien ou de thérapie. Comment les narrations et les émancipations produites par les récits de SFFF deviennent-elles des mondes, des structures narratives et surtout des fictions qui agissent sur la neuroplasticité ? L’utilisation des cultures de l’imaginaire se retrouve dans des pratiques de gestion des traumatismes et des émotions, qu’elles soient amatrices, comme les communautés de shifters apparues durant les derniers confinements qui fusionnent méditation et fandom ; ou théorisées par des systèmes de thérapie, comme l’ICV ou Lifepan Integration, qui mettent la visualisation au coeur de leur processus.

Enfin, on peut également citer la recherche par la spéculation portée par Isabelle Stengers, Émilie Hache, Bruno Latour ou Donna Haraway avec ses concepts de cyborg  ou SF, qui vont chercher dans les processus d’écriture science-fictionnelles des spéculations, ou gestes spéculatifs,  impossibles à poser sous forme d’hypothèse mais nécessaires pour propulser d’autres pratiques de recherche, montrant que les savoirs de l’imaginaire sont aussi autant des manières de faire des mondes (Goodman, 1977) que des pratiques qui permettent de faire-prise (Stengers, 2009) avec un monde bien réel.



Modalités de contribution

Cet appel à communication se veut transdisciplinaire : toute proposition est bienvenue, des sciences humaines aux sciences sociales et aux sciences STIM, tant qu’elle se montre cohérente avec la démarche proposée ci-dessus. Les propositions en recherche-création sont acceptées sous réserve qu’elles soient de la même durée qu’une communication “standard” (environ 25 minutes). Il est nécessaire pour cela de présenter l’objet de création, ou artefact, et d’en expliciter la démarche scientifique ainsi que la méthodologie de recherche.

Il est conseillé de consulter la définition des cultures de l’imaginaire proposée par l’association afin de vous assurer de la cohérence de votre proposition vis-à-vis de l’appel. Vous pourrez la trouver via ce lien.

Le colloque aura lieu du 1 au 3 mars 2023 à la Maison des Sciences et de l’Homme en Bretagne. Les propositions de contribution sont attendues pour le 13 janvier 2023. Ces dernières devront comporter deux documents : une proposition anonyme incluant un titre et un résumé de votre communication de 1500 caractères (espaces compris), ainsi qu’un autre document de présentation comprenant votre nom, prénom, et votre bio-bibliographie. Ce document devra préciser votre parcours universitaire et votre statut actuel. Afin de faciliter le traitement des propositions, merci de suivre le modèle d’intitulé suivant : NomPrenom_Titre-de-la-communication_Proposition pour le premier document et NomPrenom_Titre-de-la-communication_Bio pour votre biobibliographie.

Ces propositions doivent être envoyées à l’adresse du Laboratoire des Imaginaires : laboratoiredesimaginaires [at] gmail.com.

La réponse du comité de direction sera donnée le 23 janvier 2023.


Comité d’organisation
Marie Kergoat
Julie Kolovou
Emmanuelle Lescouët
Aurore Noury
Hugo Orain


Comité scientifique
Crys Aslanian
Anne Besson
Marie Kergoat
Julie Kolovou
Emmanuelle Lescouët
Laura Martin-Gomez
Aurore Noury
Hugo Orain

Bibliographie sélective :

BAYARD Pierre, Aurais-je été résistant ou bourreau ?, Paris, Minuit, coll. « Paradoxes », 2013.

BESSON Anne, Les Pouvoirs de l’enchantement : usages politiques de la fantasy et de la science-fiction, Paris, Vendémiaire, 2021.

BESSON Anne, Manfrin Frédéric (dir.), « WorldBuilding. Création de mondes et imaginaires contemporains », Revue de la Bibliothèque nationale de France, n°59, 2019.

BRÉAN Simon, « Les érudits de la science-fiction en France, une tradition critique endogène », ReS Futurae [En ligne], n°1, octobre 2012, URL : http://journals.openedition.org/resf/131 [consulté le 21 septembre 2022].

CAHILL Martin, “The role of magic in fantasy literature : exposing reality through fantasy”, Honors Thesis, Université d’Albany, New York, 2012, URL : https://scholarsarchive.library.albany.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1007&context=honorscollege_eng [consulté le 21 septembre 2022].

DELUERMOZ Quentin et SINGRAVÉLOU Pierre, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Paris, Éditions du Seuil, 2016. 

GINZBURG Carlo, Les Batailles nocturnes : sorcellerie et rituels agraires, XVI-XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1984.

GREEN Mitchell, “Narrative fiction as a source of knowledge”, dans Narration as argument, OLMOS Paula Olmos (dir.), New York, Springer International Publishing, 2017, p. 47-63.

HACHE Émilie, “The Futures Men don’t see”, dans Gestes spéculatifs. Actes du colloque de Cerisy, DEBAISE Didier et STENGERS Isabelle (dir.), Dijon, Les Presses du Réel, 2015.

HARAWAY Donna, Manifeste Cyborg et autres essais : science, fiction, féminisme, Exils, 2008.

MURRAY Janet H., Hamlet on the Holodeck. The future of narrative in Cyberculture, Cambridge (MA), The MIT Press, 2017.

PEYRON David, Culture Geek, Limoges, FYP éditions, 2013.

PARKER RENGA Ian et LEWIS Mark A., “Wisdom, Mystery, and Dangerous Knowledge: Exploring Depictions of the Archetypal Sage in Young Adult Literature”, Study and Scrutiny Research on Young Adult Literature, n°3, Mai 2018, URL : https://www.researchgate.net/publication/325551393_Wisdom_Mystery_and_Dangerous_Knowledge_Exploring_Depictions_of_the_Archetypal_Sage_in_Young_Adult_Literature [consulté le 21 septembre 2022].

WOLF Mark J. P., Building Imaginary Worlds: The Theory and History of Subcreation, New-York, Routledge, 2013.

Parution: Vikings!

Laurent Di Filippo (dir.), Vikings!, Paris, Les Moutons électriques, 2022.

Vikings ! explore cette thématique passionnante sous la plume de dix spécialistes. Les auteurs révèlent la réalité historique des Vikings, des mythes nordiques et des sagas islandaises avant d’analyser comment les industries culturelles et créatives contemporaines se sont emparées des récits en vieux norrois.

Des dieux aux monstres, sans oublier le quotidien des peuples du Nord, les runes, les neuf mondes, la musique et le fameux Ragnarök, la fin des temps, y sont étudiés à travers de nombreux exemples. Rejoignez les divinités Thor, Loki, Odin et Freyja mais aussi des figures majeures comme Ragnarr Loðbrók, des créatures mythiques comme les géants et le serpent de Midgard, Jörmungand, dans leurs multiples formes et itérations qui vous emporteront de la Scandinavie aux confins de l’espace.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: Fantasy et imaginaire (Mundus Fabula)

Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat (dir.), “Fantasy et imaginaire”, Mundus Fabula, Dossier thématique, 2022.

Après trois éditions des ateliers-séminaires Loisirs et imaginaires, publiés sous forme de dossiers sur Mundus Fabula, le quatrième temps de réflexion autour de cette thématique globale a porté sur “Fantasy et imaginaire”. Inscrits dans le cadre de l’ANR Aiôn, ces rencontres se tiennent au laboratoire C3S. Elles permettent d’inviter des collègues à présenter leurs travaux puis à échanger collectivement, à l’aide d’une table ronde. 

Fantasy et imaginaire sont deux termes intimement liés, notamment en études littéraires. L’enjeu de l’atelier-séminaire 2021 était de faire dialoguer ces deux notions à l’aide de terrains de recherche aussi bien issus de la littérature que des sciences sociales. Plus spécifiquement, l’accent a été mis sur l’usage fait des fictions dans le champ des loisirs. Les imaginaires ainsi (re)produits au cours des temps ludiques et/ou festifs ont pu être étudiés par chacun des intervenants, dans des pratiques aussi diverses que les re-créations (d’univers fictionnels), la scénographie dans un festival metal ou les jeux vidéo. Avant leur publication, les textes ont tous fait l’objet d’une double expertise.

Sommaire

– Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat, Introduction : Fantasy et imaginaire. Mobiliser l’imaginaire pour expérimenter la fiction

– Sébastien Wit, L’imaginaire du Moyen Âge européen dans la fantasy japonaise

– Laura Martin-Gomez, Des modes de reconstitution d’un univers fictionnel : le cas de la Terre du Milieu de J. R. R. Tolkien

– Marie Kergoat, S’escrimer au sabre laser : une arme fictionnelle peut-elle devenir une réalité martiale ? 

– Corentin Charbonnier, Les fictions dans l’univers metal : de la musique à la scénographie du Hellfest

Exposition: Le monde de Clovis

Exposition ludique “Le monde de Clovis: l’exposition dont vous êtes le héros“, Musée d’Archéologie nationale, du 22 octobre au 22 mai 2023. En parallèle de l’exposition, de nombreux événements sont programmés: ateliers jeune public, visites guidées, concert, déambulation de géant…

 
 

Le musée d’Archéologie nationale souhaite, à l’automne 2022, proposer une version adaptée de l’exposition présentée en 2021 au musée royal de Mariemont (Belgique), pour laquelle il a d’ailleurs concédé le prêt exceptionnel du mobilier de la tombe de la reine Arégonde. Pour ce faire, le contenu scientifique restant globalement le même, le MAN a conçu un mode de visite nouveau et radicalement différent de celui de l’exposition de Mariemont, s’inspirant de la démarche des jeux de rôles et des livres « dont vous êtes le héros ».

Le visiteur est ainsi invité à s’identifier à l’un des quatre personnages que nous avons créés (Geneviève, la commerçante, Médard, le guerrier, Andarchius, le fermier, Bathilde, la tisserande), puis à construire lui-même son parcours, sa « carrière », au fil des salles et des âges de la vie. Pour ce faire, des choix lui seront proposés à chaque étape du parcours ; il sera incité, afin d’opter pour l’une ou l’autre action proposée, à chercher des informations auprès des objets, dans les vitrines, dans les cartels. Son but est de gagner, à travers ses choix, le plus de points de richesse et de prestige possible ; ces points conditionnent au fur et à mesure certains de ses choix, et permettent à la fin de mesurer sa réussite sociale dans le monde mérovingien.

COMMISSARIAT GÉNÉRAL

  • Rose-Marie Mousseaux, conservatrice en chef du patrimoine, directrice du musée d’Archéologie nationale et du Domaine national de Saint-Germain-en-Laye
  • Daniel Roger, conservateur général du patrimoine, adjoint à la directrice, responsable du pôle scientifique du musée d’Archéologie nationale

COMMISSARIAT SCIENTIFIQUE

  • Fanny Hamonic, conservatrice du patrimoine, chargée des collections du premier Moyen Âge du musée d’Archéologie nationale
  • Bruno Dumézil, professeur d’histoire médiévale à Sorbonne Université

Informations pratiques

Exposition ouverte de 10h à 17h (fermé le mardi) – Samedi 22 octobre, ouverture de 10h à 14h. Ouverture exceptionnelle jusqu’à 20h: Mercredis 2 novembre 2022 – 1e février et 3 mai 2023.

Droit d’entrée : 6 €

 

Détails et programme sur le site du Musée d’Archéologie nationale.

Parution: Robin Hood, legend and reality

David Crook, Robin Hood: Legend and Reality, Boydell & Brewer, 2022.

For over a century and a half scholars have debated whether or not the legend of Robin Hood was based on an actual outlaw and, if so, when and where he lived. One view is that he was not a legend as such but a myth: an idea, rather than a person who could possibly be identified in historical records and placed in a real historical and geographical context. Other writers have gone even further, arguing that he is a literary concoction, with no traceable original, and that seeking to pin him down to a particular time and location is futile and unnecessary.
This survey begins by tracing the development of the legend, and contemporary views about it, between the thirteenth and early twenty-first centuries, taking account both of new interpretative literature on the subject and fresh discoveries from the author’s own research in the early records of the English royal administration and common law. It then gives a detailed account of the places that came to be associated with the legend, and of evidence illustrating the importance of the outlaw’s name in the development of English surnames. The concluding chapters deal with the administration of criminal law in medieval England, and the evidence that points to the possible origins of the legend in the activities of a notorious Yorkshire criminal, tracked down and beheaded in the county in 1225.

Trois chapitres sont tout particulièrement consacrés à la réception et au développement de la légende de Robin des Bois après le Moyen Âge.

Table des matières:

List of Illustrations
Preface and Acknowledgements
List of Abbreviations
Introduction
The Medieval Tales of Robin Hood
Chroniclers, Revellers, Playwrights and Antiquarians, c.1420-1765
Editors, The Folklorist and The Archivist, 1765-1889
Folklorists, Literary Scholars and Historians: Robin Hood in the Twentieth Century
The Robin Hood Places
The Robin Hood Names
Robin Hood and Criminality
Law and Disorder in Yorkshire, 1215-1225
The Sheriff, The Fugitive and The Civil Servant
Conclusion
Bibliography
Index

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Séminaire: Médiévalisme en séries

Alors que les superproductions de séries réinventant le Moyen Âge se multiplient, et que les travaux universitaires proposent d’établir un premier bilan du médiévalisme en 2022[1], Florian Besson (Actuel Moyen Âge) et Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne, Modernités médiévales) organisent un séminaire en ligne consacré à la représentation du Moyen Âge dans les séries, intitulé « Médiévalisme en séries ».

Chaque session abordera une ou plusieurs séries ultracontemporaines mettant en scène certaines facettes de la période médiévale, et s’intéressera de façon plus large aux articulations entre histoire et imaginaire dans ces productions sérielles à destination du grand public.

Date et horaires des sessions : samedi 19 novembre 2022 (9h-12h30), samedi 14 janvier 2023 (14h-17h30), samedi 18 mars 2023 (9h-12h30).

 

Session 1, samedi 19 novembre 2022 : Imaginaires historiques dans House of the Dragon

Suite à la diffusion de la première saison de House of the Dragon (HBO, 2022- ), série dérivée de Game of Thrones (HBO, 2011-2019) et qui s’inscrit à première vue dans une dynamique similaire d’appropriation et de détournement de l’histoire, la première session du séminaire s’intéressera à la façon dont la série utilise et construit des imaginaires historiques. La première saison, diffusée entre août et octobre 2022, met en place une narration complexe servie par un grand spectacle esthétique. Dans la continuité de Game of Thrones, un soin particulier est accordé à la photographie de la série, aux costumes et aux décors, qui puisent dans des imaginaires historiques variés pour créer une impression de familière étrangeté : l’époque mise en scène dans cette série de fantasy ne correspond à aucun réalisme historique, mais s’inspire pourtant d’éléments aisément reconnaissables issus des – ou attribués aux – périodes antique, médiévale et moderne. Les inspirations historiques de Game of Thrones et la façon dont la série traite l’histoire ont été largement étudiées[2], et il convient d’analyser désormais les processus de continuité, de rupture et de renversement opérés dans son héritière, House of the Dragon.

Ce temps de travail collectif regroupera des spécialistes de l’Antiquité, du Moyen Âge, de la période moderne et de la représentation audiovisuelle de ces différentes périodes. Il s’agira d’interroger collectivement la place de l’histoire dans la première saison de la série ainsi que dans les discours publicitaires et de production qui ont entouré sa diffusion et sa réception dans la seconde moitié de l’année 2022. Ce séminaire est pensé dans la continuité des recherches des groupes Modernités médiévales, La Garde de Nuit, Actuel Moyen Âge et les Geekstoriens.

 

Programme :

Samedi 19 novembre (9h-12h30), en ligne (Zoom) : 

9h-9h45 : « Âge d’Or et décadence : la tragédie de la Maison du Dragon », Aurélie Paci (La Garde de Nuit). Enregistrement vidéo disponible ici.

9h45-10h30 : « The crown and the realm. Pensée politique et gouvernement d’un royaume médiévaliste », Florian Besson (Actuel Moyen Âge). Enregistrement vidéo disponible ici.

10h30-11h15 : « Corporalités médiévalistes : corps, vêtements, armements, le Moyen Âge à l’épreuve de la modernité », Soline Anthore-Baptiste et Nicolas Baptiste (Les Geekstoriens). Enregistrement vidéo disponible ici.

11h15-12h30 : « Découvrir House of the Dragon et sa relation à l’histoire antique, médiévale et moderne », table ronde modérée par Justine Breton (Modernités médiévales), avec Aurélie Paci, Soline Anthore-Baptiste, Florian Besson et Nicolas Baptiste. Enregistrement vidéo disponible ici.

Chaque intervention sera suivie d’un temps de questions et d’échanges.

***

Session 2, samedi 14 janvier 2023 (14h-17h30) : Postérités de J.R.R. Tolkien

14h-14h45: Laura Martin-Gomez, « Du texte à l’écran : The Rings of Power, métamorphose d’une fiction »

14h45-15h30: William Blanc, « Les Anneaux de Pouvoir : entre médiévalisme et péplum »

15h30-16h15: Emma Save, « L’Elfe de Tolkien à la série The Rings of Power : création d’un être imaginaire issu d’un passé fantasmé »

16h15-17h30: Table ronde présidée par Vincent Ferré, « Le Moyen Âge de Tolkien, des romans au petit écran », avec Laura Martin-Gomez, Emma Save et William Blanc.

***

Session 3, samedi 18 mars 2023 (9h-12h30) : Un autre Moyen Âge pour d’autres séries? Programme à venir.

***

Pour toute question, veuillez contacter Justine Breton : justine.breton [at] univ-reims.fr ou Florian Besson : florient.latin [at] gmail.com

 

 

[1] Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire, Paris, Vendémiaire, 2022 ; Martin Aurell, Florian Besson, Justine Breton et Lucie Malbos (dir.), Les médiévistes face aux médiévalismes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2023, à paraître.

[2] Parmi une longue bibliographie, citons au moins quelques références françaises : Stéphane Rolet, Le Trône de fer, ou le pouvoir dans le sang, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2014 ; Florian Besson et Justine Breton, Une histoire de feu et de sang. Le Moyen Âge de Game of Thrones, Paris, Presses universitaires de France, 2020 ; et Aurélie Paci et Thierry Soulard, Les Mystères du Trône de fer, II : la clarté de l’histoire, la brume des légendes, Paris, Pygmalion, 2021.

Anna Denis (Université Paris-Est Créteil)

Anne Denis est doctorante en littérature comparée à l’Université Paris Est-Créteil, sous la direction de Vincent Ferré et de Yolaine Parisot; son sujet porte sur “Les figures féminines dans la bande dessinée médiévaliste francophone du milieu des années 1960 à nos jours” (Ecole doctorale Culture et Société, laboratoire Lettres, Idées Savoirs). Elle s’intéresse particulièrement aux questions de genre, au médiévalisme et à la bande dessinée.

Parution: Thinking of the Medieval

Benjamin A. Saltzman et R.D. Perry (dir.), Thinking of the Medieval: Midcentury Intellectuals and the Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2022.

The mid-twentieth century gave rise to a rich array of new approaches to the study of the Middle Ages by both professional medievalists and those more well-known from other pursuits, many of whom continue to exert their influence over politics, art, and history today. Attending to the work of a diverse and transnational group of intellectuals – Hannah Arendt, Erich Auerbach, W. E. B. Du Bois, Frantz Fanon, Erwin Panofsky, Simone Weil, among others – the essays in this volume shed light on these thinkers in relation to one another and on the persistence of their legacies in our own time. This interdisciplinary collection gives us a fuller and clearer sense of how these figures made some of their most enduring contributions with medieval culture in mind. Thinking of the Medieval is a timely reminder of just how vital the Middle Ages have been in shaping modern thought.

  • Provides new insight for medievalists, modernists, and intellectual historians, illuminating the role of the Middle Ages in mid-twentieth-century thought
  • Covers a transnational range of intellectuals and modes of thought, thus expanding disciplinary horizons beyond those thinkers primarily known as medievalists
  • Engages in debates that remain highly relevant today, explaining how mid-twentieth-century thinkers dealt with the misappropriation of the Middle Ages by white nationalists and developed modes of resisting racist and colonialist discourses

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Colloque: Imaginaires contemporains de la cathédrale

Le deuxième colloque “Imaginaires contemporains de la cathédrale“, organisé par Brigitte Poitrenaud-Lamesi et Myriam White-Le Goff, se déroulera les 13 et 14 octobre 2022 à l’Université de Caen Normandie, en partenariat avec l’Université d’Artois-Arras.

Le projet se propose de confronter la cathédrale, au sens large à son «actualité» – dans le contexte particulier de la reconstruction de Notre-Dame de Paris – dans les pays de cultures romanes. Il s’agit d’étudier les multiples variations, reprises, recréations voire les détournements dont elle fait l’objet pour interroger son statut, sa fonction, réelle et symbolique, à partir de la seconde moitié du XXe siècle jusqu’à nos jours. Le but étant de cerner, comprendre, restituer les enjeux culturels contemporains liés aux imaginaires de la cathédrale selon une approche croisée dans les domaines littéraires et artistiques notamment cinématographiques.

Détails pratiques: MRSH de l’Université de Caen Normandie, Salle des Actes et des Thèses, 13-14 octobre 2022 (9h30-16h30).

 

JEUDI 13 OCTOBRE MATIN ACCUEIL 9H
INTRODUCTION 9H30: Myriam White-Le Goff U. Artois & Brigitte Poitrenaud-Lamesi U. de Caen
1 CONCEPT & MATERIALITE – 10H Modératrice Stéphanie Glaser U. de la Ruhr (Allemagne) Etat de l’art
 10H30 Philippe Roger U. Lyon 2 Écrire dans la pierre- Présence des cathédrales chez Grémillon documentariste
 11H00 Myriam White Legoff U. Artois La forêt cathédrale dans quelques Ecrits de nature français
 11H30 Brigitte Poitrenaud-Lamesi U. de Caen La cathédrale élémentaire. Dino Buzzati & Giuliano Mauri.

DISCUSSION

JEUDI 13 OCTOBRE APRES-MIDI 14H
2 SACRE & PROFANE – Modératrice Caroline Mena U. de Caen
 14H Yinsu Vizcarra U. de Caen Louis-Sébastien Mercier et la cathédrale comme bible de pierre
 14H30 Attilio Motta U. de Padoue (Italie) Quand le sacré est vide : la Basilique
Saint-Pierre in The Young Pope de Paolo Sorrentino
 15H Francesco Rizzo U. de Rome Sapienza/ Paris IV Sorbonne L’espace sacré
comme corps : La représentation de la Basilique de Saint Antoine de Padoue dans La lingua del Santo de Carlo Mazzacurati
 15H30 Gianluca Montanino U. de Caen / Naples l’Orientale, Fonction symbolique et réelle du Trône sacré dans Habemus Papam de Nanni Moretti
DISCUSSION

VENDREDI 14 OCTOBRE MATIN ACCUEIL 9H30
3 HISTOIRES de CATHEDRALES – Modérateur Yann Calvet U. de Caen
 10H Anne Schneider U. de Caen La cathédrale de Strasbourg dans « Mes
cathédrales » de Tomi Ungerer : figure iconique entre satire et poésie
 10H30 Anne-Marie Riss U. de Caen La traversée des labyrinthes. Passages et
transferts

    11H 30 Judith Urbano U. de Catalunya ( Barcelone Espagne) La Sagrada
Familia, une église en construction au XXIe siècle
 12H00 Marlène Fraterno & Anne Schneider U. de Caen Les cathédrales en
bandes dessinées
DISCUSSION CONCLUSION

Exposition: William Morris, l’art dans tout

Exposition “William Morris (1834-1896): l’Art dans tout“, à La Piscine, Roubaix, du 8 octobre 2022 au 8 janvier 2023. Un programme riche (visites guidées, conférences, etc.) est prévu en parallèle de l’exposition.

Après l’exposition Une conversation anglaise : le Groupe de Bloomsbury, présentée du 21 novembre 2009 au 28 février 2010 et qui avait rencontré un large public, La Piscine propose de continuer son exploration des liens étroits qui unissent artistes, artisans, intellectuels en Grande-Bretagne en mettant en lumière l’univers de William Morris et son apport fondamental dans la reconnaissance des arts appliqués.

L’exposition présente près d’une centaine d’œuvres – peinture, dessins, mobiliers et textiles – provenant de collections publiques anglaises, notamment la Tate Britain et le Victoria and Albert Museum mais aussi de collections publiques françaises et particulièrement de l’important fonds conservé au musée d’Orsay.

Jamais présenté en France, l’œuvre du visionnaire William Morris a fortement marqué son époque en théorisant une utopie sociale, politique, écologique et artistique et en posant les bases de ce qu’on nommera plus tard les Arts & Crafts, qui défendent l’art dans tout et pour tous en réaction à l’industrialisation des savoir-faire artisanaux.

Designer textile, écrivain, poète, peintre, dessinateur, architecte, fabricant, militant socialiste, écologiste et incroyable théoricien, William Morris a développé un œuvre complexe et a milité pour qu’on considère d’une nouvelle manière l’art et l’artisanat, mais aussi les artistes et les artisans de l’Angleterre victorienne de la fin du XIXe siècle, marquée par l’apparition d’une société industrielle. Il est célèbre à la fois pour ses œuvres littéraires, son engagement politique socialiste, son travail d’édition et ses créations dans le domaine des arts décoratifs.

En réaction à la révolution industrielle qui a marqué l’époque victorienne, William Morris affirme l’importance de toutes les formes d’art – peinture, architecture, graphisme, artisanat, littérature… Il œuvre ainsi à redonner des qualités esthétiques aux objets, même les plus usuels, en produisant, par le travail manuel, de la beauté à l’usage de toutes les couches de la société et en valorisant les savoir- faire les plus rares pour aller contre le prosaïsme du monde industriel. Ses recherches formelles et historiques sur la culture Celte et le Moyen-Age nourrissent son inspiration et celles de ses amis artistes dont beaucoup appartiennent au mouvement des préraphaélites – Dante Gabriel Rossetti, Edward Burne-Jones, William Holman Hunt, John Everett Millais…- qui se crée autour de lui.

La nouvelle organisation éthique de l’art, théorisée par Ruskin et mise en place par William Morris, ajoute à son œuvre une dimension sociale et écologique, qui est aujourd’hui parfaitement d’actualité : expérience d’ateliers collectifs, retour à la campagne dans des colonies d’artisans, entreprises dont les profits sont reversés aux ouvriers, attention portée aux conditions de fabrication des objets manufacturés et le désir de prendre en compte la dignité de ceux qui les fabriquent, conviction que la « beauté » contribue à donner un sens à l’existence.

Avec cette exposition, La Piscine propose aux visiteurs de plonger dans l’univers de William Morris. Tapisseries, tentures, mobiliers, peintures, dessins seront présentés dans une scénographie volontairement immersive imaginée par Cédric Guerlus.

Commissariat Sylvette Botella-Gaudichon

Scénographie : Cédric Guerlus – Going Design

Catalogue édité à l’occasion de l’exposition

 

Cette exposition a reçu le soutien exceptionnel du Musée d’Orsay.

Cette exposition a reçu le soutien de la Direction régionale des Affaires Culturelles, de la Région Hauts-de-France et de la Métropole Européenne de Lille. Elle bénéficie d’un mécénat exceptionnel du CIC Nord Ouest, fidèle partenaire du musée La Piscine. La scénographie est réalisée grâce au généreux concours des peintures Tollens.

 

Légende :  William Morris (dessinateur), Jeffrey &Cie (fabricant), The Pimpernel, Vers 1876, Papier continu à pâte mécanique, fond vert brossé à la main, impression à la planche de bois en 6 couleurs., 70 x 56.6 cm, Paris, Musée des Arts Décoratifs. © Les Arts Décoratifs / Jean Tholance

 

AUTOUR DE L’EXPOSITION

LES ADULTES

Conférences

Conversation brodée autour de William Morris

 

LES JEUNES PUBLICS

En individuel

Les Ateliers du mercredi : Du 7 Septembre au 14 décembre 2022 de 13h45 à 17h

  • L’art dans tout – 4 à 6 ans et 7 à 12 ans
  • Un terreau fertile – 7 à 13 ans

Ateliers des vacances : Du 20 au 23 décembre 2022 de 14h à 17h

  • Ma petite fabrique – 4 à 6 ans et 7 à 12 ans

En groupe

WEEK-END FAMILIAL

Samedi 19 et dimanche 20 novembre 2022 – de 14h à 17h30