Archives de l’auteur : Justine BRETON

Appel: Vie, mort et destin du château (1792-1871)

La journée d’étude « De pierre et de larmes: vie, mort et destin du château de 1792 à 1871« , organisée par Guillaume Cousin (Textes et Cultures, Université d’Artois) et Florence Fix (CEREdI, Université de Rouen-Normandie), se déroulera à Rouen le 4 février 2022.

Date limite: 15 septembre 2021.

Symboles de l’Ancien Régime, décriés et parfois détruits ou dispersés dans la période postrévolutionnaire, nombre de châteaux du territoire français passent de mains en mains, d’un usage privé à une intégration dans le patrimoine national, de l’aristocratique au public, ce dernier n’étant pas toujours muséal. De la mise sous séquestre des biens des émigrés en 1792, qui entraîne parfois leur vente ou leur démolition, à l’incendie des Tuileries lors de la Commune de Paris en 1871, il s’agit d’interroger les représentations des châteaux français en art et en littérature à l’aune de leur réutilisation, rénovation, destruction, dispersion.

En effet, les réfections, l’entretien des châteaux sont des enjeux importants de la réflexion comme de l’imaginaire qui les entoure au xixe siècle : gouffre financier, ruine coûteuse parfois nimbée de mélancolie, caprice inutile, énormité splendide ou énormité dispendieuse, le château fait rêver, penser mais aussi calculer.

On s’intéressera ainsi aux réemplois, usages et réaffectations des châteaux :

– comme lieux d’exil et d’emprisonnement (Abd El-Kader à Amboise), parfois condamnation d’hommes de pouvoir qui auraient pu prétendre à la propriété de tels lieux ; ces usages géopolitiques et leur réemploi fictionnel nourriront une réflexion sur les valeurs liées au château. 

– comme lieux symboliques d’une société en (re)construction : usages révolutionnaires et postrévolutionnaires des habitats nobiliaires par l’État ; représentations de la possession et du logis redistribuant des rôles entre aristocratie/bourgeoisie, maîtres/paysans ; le « parvenu », capitaine d’industrie, grand financier ou commerçant, demi-mondaine fortunée faisant l’acquisition d’un château est une réalité que l’on pourra articuler avec des mises en scène fictionnelles (Isidore Lechat dans Les affaires sont les affaires est le propriétaire du trop vaste château de Vauperdu par exemple.)

– comme lieux symboliques d’une identité fondée sur l’Histoire : départ ou retour d’émigration, perpétuation ou fin de l’ancrage local d’une maison aristocratique ; la mélancolie qu’un Balzac ou un Vigny attache au château connaît des variantes dans le roman populaire (Paul Féval) et l’on pourra être sensible également aux représentations liées à une région (l’imaginaire du château breton n’est pas le même que celui du château tourangeau).

– comme lieux d’une conversion à l’usage collectif : caserne, école, mairie etc. ;

– comme lieux à détruire, recomposer : lotissements, ventes des matériaux et des biens, redistribution des terres : la déploration par Hugo des agissements de la « bande noire » peut être croisée avec des représentations très enthousiastes de la destruction comme aube d’un jour nouveau.

Les communications croisant l’histoire de l’art et de l’architecture et la littérature, ainsi que l’étude de la presse et du discours politique sont particulièrement bienvenues. De même, l’articulation de textes fictionnels et non-fictionnels retiendra notre intérêt.

Les propositions de communications accompagnées d’une brève bio-bibliographie sont à adresser pour le 15 septembre 2021 à jechateauxrouen [at] gmail [dot] com

La journée d’étude qui se tiendra à l’Université de Rouen-Normandie le 4 février 2022 sera suivie d’une publication en ligne.

Exposition: Êtres et paraître

L’exposition « Êtres et paraître : La mode au Moyen Âge » se déroulera du 19 juin au 7 novembre 2021 au Musée du Château de Mayenne.

Une partie de cette exposition a été créée et présentée en 2016 par la Tour Jean Sans Peur (Paris). Elle est agrémentée d’objets archéologiques issus de nos collections et de collections d’autres musées. Certains sont exceptionnellement sortis des réserves du château de Mayenne ! Si les panneaux de la Tour Jean Sans Peur évoquent les vêtements comme élément majeur de la représentation médiévale, les objets archéologiques exposés permettent d’étoffer le propos avec des accessoires liés à la mode (couture, bijoux, objets de toilette…).

 


Au fil du parcours, de nombreux dispositifs de médiation sont à disposition des familles pour découvrir l’exposition de manière interactive et participative.

Rendez-vous très bientôt au Musée du Château de Mayenne!

Parution: Dossier Merlin

La revue La Grande Oreille consacre un dossier à « Merlin« , sous la direction de Karin Ueltschi-Courchinoux, Anne Berthelot et Laurence Hélix.

Merlin, enchanteur, magicien et prophète a présidé à la naissance d’un monde qui nous fascine toujours : celui d’Arthur et des chevaliers de la Table ronde. Mais qu’a encore à nous apprendre ce personnage tout à la fois romanesque, historique et légendaire ? Et quelles traces a-t-il laissées, lui, cet éternel conteur et maître de la parole, qui nous invite à prendre conscience du monde fragile qui nous entoure ?

Le sommaire est disponible ici.

Tous les détails et la possibilité de commande sont sur le site de la revue.

Journées d’étude: Fiction et nouveaux discours historiques

Les journées d’étude « Fiction et nouveaux discours historiques« , organisées par Laurence Cros (Université de Paris, LARCA) et Marie-Jeanne Rossignol (Université de Paris, LARCA), se dérouleront les 28 et 29 juin 2021 à l’Université de Paris (bâtiment Sophie Germain, 1 place Aurélie Nemours, 75013 Paris, salle 1021). L’événement sera en présentiel, mais il est possible d’y assister en visio, sur inscription via ce lien.

Lundi 28 juin 2021: L’Histoire dans d’autres types de fiction

9h30 Accueil et ouverture

Atelier 1 : Fiction policière

Animé par Emmanuelle Delanoë-Brun, Université de Paris

  • 9h45 Isabelle Boof Vermesse, Université de Lille : Los Angeles, années 50 : endiguement v. camouflage,
    une lecture croisée de James Ellroy et de Walter Mosley.
  • 10h Maria Pia de Paulis Dalembert, Université Sorbonne Nouvelle : Le « giallo-noir » italien (1990-2020) :
    renouveau littéraire et lecture critique de l’Histoire du XXe siècle
  • 10h15 Dominique Manotti, historienne, auteure de policiers historiques. Choisir d’écrire des romans noirs
    pour faire l’histoire de ma génération. Défense et illustration.
  • 10h30 Débat et pause

Atelier 2 : BD historique

Animé par Marjolaine Boutet, Université de Picardie

  • 11h30 Soazig Villerbu, Université de Limoges : Le Blueberry de Charlier et Giraud (1963-1986) : un western
    exemplaire ?
  • 11h45 Ladan Niayesh, Université de Paris. Les « Mangas Shakespeare » : King Lear, de Geoffrey de
    Monmouth au Dernier des Mohicans.
  • 12h Théo Touret-Dengreville, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Les super-héros et l’histoire :
    Captain America, une uchronie identitaire (1939-2018)
  • 12h15 Jul, agrégé d’histoire, auteur de Silex and the City, Dargaud ; 50 nuances de Grecs, Dargaud ; Lucky
    Luke, Lucky Comics Editions. Entretien avec un dessinateur-historien
  • 12h30 Débat
  • 13h-14h30 pause déjeuner

Atelier 3 : Le vampire et l’histoire

Animé par Laurence Cros, Université de Paris

  • 14h30 Marjolaine Boutet, Université de Picardie. Le vampire et l’imaginaire du XVIIIe siècle.
  • 14h45 Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris. Abraham Lincoln, chasseur de vampires, à la recherche
    d’un avenir meilleur : histoire fiction, et vérité
  • 15h Table ronde : Changer de paradigme historique par le choc du fantastique (Marjolaine Boutet,
    Université de Picardie ; Emmanuelle Delanoë-Brun, Université de Paris ; Allan Potosky, Université de Paris ;
    Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris).
  • 15h45 Débat et pause
  • Table ronde : Regard rétrospectif sur le phénomène Game of Thrones
    Animé par Marjolaine Boutet, Université de Picardie
  • 16h45 Maureen Attali, Université de Rennes 2 ; Florian Besson, Université Paris-Sorbonne ; Justine Breton,
    Université de Reims Champagne-Ardenne
  • 17h45 Débat

 

Mardi 29 juin 2021: Fiction historique et politique

Atelier 5 : Histoire et mémoire africaine américaine

Animé par Laurence Cros, Université de Paris

  • 9h30 Michel Imbert, Université de Paris. La représentation des esclaves insurgés (Amistad de Steven
    Spielberg, The Heroic Slave de Frederick Douglass et « Benito Cereno » d’Herman Melville)
  • 9h45 Table ronde : La fiction historique sur l’histoire africaine-américaine et le combat politique (Marie-
    Jeanne Rossignol, Université de Paris ; Michel Imbert, Université de Paris ; Claire Parfait, Université Paris
    13)
  • 10h45 Débat et pause

Atelier 6 : Féminisme et romance historique

Animé par Justine Breton, Université de Reims Champagne-Ardenne

  • 11h30 Alison Offe-Gorlier, Université Catholique de Lille – Liverpool Hope University. Anne Boleyn:
    Actrice de son histoire.
  • 11h45 Laurence Cros, Université de Paris. Angélique, héroïne populaire, héroïne féministe ?
  • 12h00 Débat
  • 12h30-14h pause déjeuner

Atelier 7 : Guerres et dictatures dans l’aire hispanophone

Animé par Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris

  • 14h00 Véronique Eleftériou-Perrin, Université de Paris. L’impossible transgression : Hollywood face à la
    Guerre civile espagnole (1936-1939).
  • 14h15 José García-Romeu, Université de Toulon. Violence politique, Histoire et fiction en Argentine (1976-
    2020)
  • 14h30 Sergio Letelier, auteur de Una Historia sin importancia (2019). Autobiographie, fiction et mémoire
    des dictatures au Chili et en Argentine.
  • 14h45 Débat et pause
    Atelier 8 L’hégémonie économique et culturelle anglo-américaine
    Animé par Laurence Cros
  • 15h45 Denise Sutton, City Tech-CUNY. Harlequin Mills & Boon’s International Expansion: Innovative
    Marketing to Romance Readers.
  • 16h Ludovic Tournès, Université de Genève. La diplomatie culturelle états-unienne : une perspective de
    long terme
  • 16h15 Débat

Toutes les informations sont sur le site du laboratoire LARCA.

Appel: Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

« Féérie et esthétique: les arts du merveilleux« , ouvrage dirigé par Anne Chassagnol.

Date limite: 1e septembre 2021

Date prévue pour le rendu d’article: mars 2022

Le conte de fées, qu’il soit politique, moral, scientifique, didactique, féministe ou psychanalytique, a fait l’objet de multiples études qui envisagent ce genre le plus souvent au prisme de la littérature, à travers l’histoire fertile de ses réécritures, de circulations en traductions jusqu’à ses adaptations. La Beauté du merveilleux (2011) d’Aurélia Gaillard et Jean-René Valette interroge la dimension esthétique et épistémique du conte littéraire. De même, Poétiques du merveilleux : fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, 2015, sous la direction d’Anne Besson et Évelyne Jacquelin, questionne la plasticité du merveilleux et sa porosité au contact des différents genres des littératures de l’imaginaire.

Mais qu’en est-il de la valeur esthétique du conte en dehors du texte littéraire ? Comment les arts se sont-ils appropriés le conte ? Existe-t-il une esthétique proprement féerique ? Le conte a-t-il une couleur, un goût, une texture ? Quels rapports entretient-il avec l’art pompier, le kitsch, l’art romantique, le surréalisme ou l’art contemporain ? Quelles sont ses affinités avec la musique ? La manière dont le conte traverse les arts, s’en inspire et les irrigue en retour, apparaît de façon ponctuelle, selon des thématiques concentriques, sans pour autant être connexes. Ainsi, la peinture féerique, emblématique de l’époque victorienne, a donné lieu à plusieurs catalogues d’expositions (Jeremy Maas et al., Victorian Fairy Painting, 1997 ; Christopher Wood, Fairies in Victorian Art, 2000). Les rapprochements entre cinéma et conte de fées ont été étudiés par Jack Zipes (The Enchanted Screen: The Unknown History of Fairy Tale-Films, 2011 ; Fairy-Tale Films Beyond Disney: International Perspectives, 2015). De même, les liens entre le théâtre et les arts du spectacle ont fait l’objet de plusieurs travaux (« Le Conte et la Scène, Féeries, n°4, 2007 ; Martial Poirson, dir., Perrault en scène : transpositions théâtrales et contes merveilleux, 1697-1800, 2009. Martial Poirson et Jean-François Perrin, dir., Les Scènes de l’enchantement. Arts du spectacle, théâtralité et conte merveilleux (XVIIe-XIXsiècles), 2011.

Cet ouvrage consacré au conte de fées dans l’art cherche à interroger la dimension esthétique plurielle de la féérie pour mettre en évidence l’influence du conte de fées sur d’autres champs et pratiques artistiques, sans pour autant se limiter à une période ou à une aire géographique.

Les thématiques de chapitres pourront être en lien avec les aspects suivants :

1. Contes de fées et arts visuels

Féérie et mouvements artistiques (Romantisme, art nouveau, art déco, art brut…)

La fée dans la peinture XIXe (Victorian Fairy Painting, Préraphaélisme)

Contes de fées et art contemporain (P. Rego, K. Smith, Y. Kusama …)

Artistes féeriques (H. Füssli, W. Crane, G. Doré, Y’Dargent, A. Rackham, R. Dadd, R. Doyle, E. Dulac, V.F. Sterrett, K. Nielsen, T. Jansson, R. Dautremer, F. Ducassé)

Illustration de contes de fées (enluminures, livres illustrés, livres d’étrennes, couvertures, reliures)

La fée au cinéma (G. Méliès, W. Disney, T. Burton, Studio Ghibli)

Féerie et photographie (photomontage, spiritisme, réalisme)

Fées et publicité (affiches, spots, logos, marques)

Fées, bande dessinée, comics et roman graphique

Fées et animation (cartoonswebtoonsscanimationstopmotion)

Féerie et architecture (cabanes, châteaux, monuments, sculptures, bâtisseurs féeriques)

2. Féérie et arts vivants

Le conte de fées au théâtre (pantomimes, marionnettes, décors, accessoires)

Féérie et spectacle vivant (scénographie, tableaux vivants, décors)

La fée en musique (opéra, comédie musicale, livrets, pop musique, rap…)

Féerie et arts urbains (street art, graffiti, videomapping, illuminations)

Contes de fées et danse (comédies-ballets, ballets romantiques, chorégraphies)

Féérie et arts du cirque

Féerie et arts invisibles (performance sonore, olfactive ; effets spéciaux, trucages)

3. Féérie et arts décoratifs

Contes de fées et textiles (tapisserie, ameublement, quilt)

Féérie et joaillerie

Féérie, enluminure, miniature, vitraux

Féérie et typographie

Féérie et porcelaine (poupée, vases, vaisselle)

Le conte de fées et la mode : arts textiles, stylisme

4. Féérie et autres disciplines artistiques

Contes et botanique : jardin, horticulture, art topiaire, grotte, folies, land art

Féérie et arts corporels : tatouage, maquillage

Féérie et gastronomie

Taxidermie, objets et curiosités féeriques

Contes de fées et fan art

Féérie et arthérapie

 

Les propositions de chapitres (500 mots + titre) ainsi qu’une courte notice bio-bibliograhique sont attendues pour le 1e septembre 2021 aux deux adresses suivantes:

anne.chassagnol [at] univ-paris8 [dot] fr et esthetiquefeerique [at] gmail [dot] com

Journée d’étude: La Faune et la flore dans la mythologie

La journée d’étude « La Faune et la Flore dans la Grande et la Petite Mythologie« , organisée par Karin Ueltschi-Courchinoux, se déroulera le 17 mars 2022 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, amphi Recherche).

PROGRAMME
9h: Accueil
9h30: Laurence Helix (Université de Reims/ CRIMEL), « Des sirènes et des ondines »
10h: Myriam White-Le Goff (Université de l’Artois), « Des licornes »
Discussion & Pause
11h: Anne Berthelot (Université du Connecticut), « Les sorts sans les plantes : magie rituelle dans le monde arthurien ? »
11h30: Dominique Pauvert (Université de Bordeaux), « Mythologies de l’ours et carnaval»
Discussion et Déjeuner
14h: Aurore Noirault (Université de Lausanne), « Entre force et fragilité : le lion comme miroir des héros épiques dans l’Iliade et les Posthomériques »
14h30: Cécile Mauré (Université de Reims/ CIRLEP) : « Ephémérité et dégénérescence : l’étude du Narcisse »
Discussion & Pause
15h15: Quentin Vincenot (Université de Rennes), « Des loups-garous ».
15h45: Justine Breton (Université de Reims/CEREP) : « Le bestiaire dans l’oeuvre médiévaliste de T.H. White »
16h15: Karin Ueltschi (Université de Reims/CRIMEL), bilan et perspectives ou du rempotage de mandragores
Discussion

Plus de détails sur le site du laboratoire CRIMEL.

Séminaire: Grandes et petites mythologies

Le séminaire « Grandes et petites mythologies« , organisé par Karin Ueltschi-Courchinoux, est renouvelé pour l’année 2021-2022, à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Les séances se dérouleront le premier jeudi du mois, de 17h à 19h, à la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon (Campus Croix-Rouge, Reims) et en visioconférence. Le lien de connexion sera publié quelques jours avant chaque manifestation sur le site du laboratoire CRIMEL.

Programme

Jeudi 7 octore 2021: Jean-Michel Doulet, Université de Paris VII : « Les changelins »

Jeudi 4 novembre 2021: Anna Loba, Institut de Philologie romane, Université Adam Mickiewicz, Poznan, Pologne : « Peau d’Âne ».

Jeudi 2 décembre 2021: Alain Trouvé, Université de Reims : « Le mythe de Pygmalion, d’hier à aujourd’hui »

Jeudi 3 février 2022: Valérie Wampfler, Université de Reims : « Autour des Saturnales »

Jeudi 17 mars 2022: Journée d’étude « La Faune et la Flore » (découvrez le programme ici)

Jeudi 7 avril 2022: Miren Lacassagne, Université de Bordeaux : « La roue de Fortune et le rouet »

Appel: Dantastique! Images et imaginaires dantesques

Le projet ANR DHAF (Dante hier et aujourd’hui en France), le World Languages and Cultures Department de la Elon University, l’Université Grenoble Alpes, l’Université de Florence, l’Institut Français de Florence, et l’Accademia Europea di Firenze organisent un colloque international sur la thématique de l’imaginaire dantesque dans la culture populaire, sous le titre « Dantastique! Images et imaginaires dantesques dans la culture populaire, entre ‘rêve médiéval’ et société de consommation« . Le colloque se tiendra auprès de l’Accademia Europea di Firenze, de l’Institut Français et de l’Università di Firenze les 20 et 21 janvier 2022.

Date limite: 30 août 2021.

Les communications pourront être présentées en anglais, français ou italien. Outre les communications   sélectionnées par le comité scientifique sur la base des réponses au présent appel, nous avons le plaisir d’annoncer que le colloque prévoit la participation des conférenciers invités suivants : Elizabeth Coggeshall (Florida State University) et Arielle Saiber (Bowdoin College), Francesca Roversi Monaco (Università di Bologna) et Stefano Lazzarin (Université Jean Monnet, Saint-Étienne).

Les célébrations dantesques actuellement en cours se déroulent à une période particulièrement féconde pour le médiévalisme populaire, si bien que les commémorations académiques peuvent difficilement ne pas tenir compte des modalités de réception dantesque typiques de la culture de masse. À côté des cérémonies officielles, universitaires et politiques, les médias  et les formes culturelles et consuméristes les plus divers se déchaînent aujourd’hui dans une course à la production du livre, de la chanson, de l’émission télévisée, de l’objet commémoratif, du goodie qui marquera les esprits à l’occasion du jubilée dantesque. En même temps, de leur libre initiative, les communautés d’usagers et de lecteurs s’approprient à leur tour cette date symbolique à travers des formes de communication web et « d’en bas », comme le mème et la fanfiction, si bien qu’entre ces contributions inédites et quelque peu inattendues et le discours officiel des médiévistes se crée un effet singulier de résonance et de distorsion. Alors que cette dynamique peut être observée avant tout en Italie, dans d’autres pays davantage éloignés du « centre d’irradiation » du dantisme ne manquent pas par ailleurs des phénomènes de célébration qui investissent de manière encore plus marquée la dimension de la culture populaire, de la recontextualisation, ou encore de l’adaptation dantesques.

Ce panorama déjà très dense d’initiatives et de productions hétérogènes doit à notre avis être analysé à l’aune des discours inévitablement présents dans toute revitalisation médiévale : les implications politiques, les nationalismes, le néo-conservatisme, le retour de certaines formes de spiritualité, l’industrie de l’entertainment, la marchandisation et les résistances exprimées de la part de la culture « haute » à l’égard de formes différentes de « poussée d’en bas » (ludiques, mais parfois aussi agressives).

Notre colloque se propose d’étudier l’impact de l’imaginaire dantesque dans la culture française, américaine, italienne et au-delà, idéalement dans une perspective transnationale, aussi bien dans ses aspects idéologiques que commerciaux ou sans but lucratif , et dans ses dynamiques top-down et bottom-up. Nous nous interrogerons sur la portée des différentes formes de dantisme populaire dans la langue, l’industrie du divertissement, les productions culturelles et commerciales, y compris dans les rapports que celles-ci entretiennent avec les disciplines universitaires garantes d’une diffusion « d’en haut » du dantisme : littérature médiévale, histoire, histoire sociale et culturelle. Dans le cadre du colloque pourront être abordées d’autres questions de fond, à savoir comment ces deux composantes de la réception contemporaine de Dante se complètent mutuellement, par exemple dans les pratiques d’enseignement dans le secondaire et à l’université, ou comment, à l’inverse, le dantisme « pop » peut afficher une dimension antagoniste par rapport à son homologue officiel, se présentant comme une forme de résistance à la célébration solennelle de ce monument de la littérature mondiale.

Notre réflexion cherchera en particulier à répondre aux questions suivantes :

  • Quels rapports d’échange et d’interférence réciproque peut-on observer entre dantisme « pop » et dantisme universitaire ?
  • Que nous dit le dantisme pop sur Dante, et sur l’époque contemporaine ? comment nous aide-t-il à comprendre le monde, ou à le fuir ?
  • En quoi la mode médiévaliste et le dantisme pop sont-ils liés ?
  • Quels sont les caractéristiques du dantisme pop contemporain, et comment se distingue-t-il des vagues précédentes de revival dantesque (par exemple pendant le romantisme) ?
  • Comment Dante est-il présent dans le monde d’aujourd’hui à travers la langue et l’imaginaire ?  

Afin de pouvoir susciter un débat sur ces questions nous vous invitons à envoyer des propositions de communication, en français, anglais ou italien, sur les thématiques suivantes :

  • Exemples de dantisme populaire s’exprimant à travers le cinéma, la télévision, les jeux-vidéo, la publicité, la bande dessinée, la fanfiction, la littérature de genre, la musique pop et rock, etc.
  • Approches innovantes de la didactique et la vulgarisation des études dantesques auprès de publics différents ; usages pédagogiques de Dante dans l’enseignement secondaire et à l’université.
  • Phénomènes de « dantisme » dans la langue, l’espace public, la société, les communications de masse, le discours politique.
  • Avantages et inconvénients de telles appropriations de l’imaginaire dantesque.

 

Les résumés de 350-500 mots au maximum, accompagnés d’une bibliographie essentielle et d’une bio-bibliographie d’une page maximum, sont à envoyer à Brandon Essary (bessary [at] elon [dot] edu) et à Filippo Fonio (filippo.fonio [at] univ-grenoblealpes [dot] fr) avant le 30 août 2021.

Les participants seront informés de l’acceptation de leur proposition avant le 1e octobre 2021.

La publication d’un numéro thématique de la revue en open-access Perspectives médiévales est prévue à l’issue du colloque.  

Parution: Le genre en littérature

Marie-Françoise Berthu-Courtivon et Fabienne Pomel (dir.), Le genre en littérature. Les reconfigurations masculin/féminin du Moyen Âge à l’extrême contemporain, Presses universitaires de Rennes, 2021.

Cet ouvrage étudie le brouillage des normes et des stéréotypes de genre dans les textes littéraires, du Moyen Âge au XXIe siècle. Ce concept de genre, qui a profondément transformé l’approche des sciences sociales et humaines, restait encore peu exploité dans les études littéraires. Qu’ils soient de l’ordre du jeu, qu’ils relèvent d’une résistance politique ou de perturbations esthétiques, les phénomènes d’hybridation et de réversibilité des codes viennent défier les performances traditionnelles de genre. Si le travestissement reste pendant des siècles l’outil principal du brouillage, la modernité sonde les voies d’un au-delà multiple du genre, allant d’une érotique subversive à des interpénétrations existentielles et identitaires de fond, particulièrement sensibles dans les littératures contemporaines d’expression française de par le monde.

Tous les détails et la possibilité de commande sont sur le site de l’éditeur.

Appel: Les fées après le Moyen Âge

La journée d’étude « Morgane, Mélusine, Viviane: les fées après le Moyen Âge. Réception, hybridations et réappropriation de trois figures féériques médiévales » se tiendra le 29 octobre 2021 à l’Université de Rennes 2.

Les propositions de communication sont attendues pour le 15 juin 2021.

Morgane, Mélusine et Viviane sont les trois fées les plus emblématiques du Moyen Âge. Elles s’inscrivent pourtant dans des traditions textuelles différentes, Mélusine n’étant pas une fée arthurienne, ce qu’elle est parfois devenue dès le XVIe siècle. Elle accompagne ainsi par exemple Gargantua en Avalon avec « Gain la phée » dans les Chroniques gargantuines. Dans les textes médiévaux, Mélusine et Morgane ne sont associées qu’allusivement, au détour d’une périphrase : Jean d’Arras précise que la fée Présine, mère de Mélusine, se réfugie en Avalon, chez sa soeur, la Dame de l’Ille Perdue, que l’on peut identifier à Morgane. Pourtant, ce duo sonne juste à l’oreille du médiéviste : c’est que la recherche en littérature médiévale, et bien sûr au premier chef le livre de Laurence Harf-Lancner, Les fées au Moyen Âge : Morgane et Mélusine, La naissance des fées, a largement contribué à construire ce couple emblématique de fées, qui sont souvent considérées comme des doubles inversés. Mélusine intègre – provisoirement – le monde des hommes, y dispensant ses bienfaits et y engendrant un glorieux lignage historique, celui des Lusignan. Morgane, dont l’identité est instable au Moyen Âge, n’est mère que dans certains récits, d’Yvain et/ou de Mordred, fils adultérin qu’elle conçoit avec son frère Arthur, et elle enlève et enferme ses amants dans l’Autre monde. Pour Laurence Harf-Lancner, les noms des deux fées recouvrent en fait deux structures narratives qui s’opposent. Une troisième figure, Viviane, vient complexifier le réseau des représentations féériques féminines au Moyen Âge et dans les siècles suivants. Viviane et Morgane, dans la mémoire collective, sont opposées, l’une étant présentée comme l’adjuvante, et l’autre comme l’opposante d’Arthur.

Pourtant, comme Morgane, elle est insaisissable, se dédouble, a plusieurs noms, et ses représentations varient selon les textes. Au contraire, Mélusine est fermement associée, au Moyen Âge, à un récit rapporté, avec peu de variations, dans deux romans, de Jean d’Arras (1393) et de Coudrette (c. 1401). En France, c’est le texte de Jean d’Arras qui s’impose dans les éditions et qui peut donc être considéré comme l’hypotexte matriciel des oeuvres littéraires et picturales des siècles suivants. Mais l’autorité de ce texte premier s’est diluée, d’une part parce que ce texte, après avoir été publié de façon continue dans des éditions assez fidèles à leur hypotexte mais de plus en plus populaires jusqu’à la fin du XVIIe siècle, a été expurgé dans la Bibliothèque Universelle des Romans puis confiné dans des éditions essentiellement destinées à des spécialistes ; d’autre part parce que la figure mythique s’inscrit dans une culture de plus en plus médiatique et de moins en moins littéraire. Morgane et Viviane s’inscrivent également dans cette culture médiatique, qui remet en cause l’autorité des textes littéraires.

Cette dilution des hypotextes médiévaux se manifeste cependant autrement pour ces deux fées arthuriennes, notamment par l’émergence et la répétition d’un récit qui tend à l’unicité, occultant la polyphonie qui caractérise la tradition arthurienne. Il faudra s’interroger – que les relations entre les oeuvres ou entre les personnages étudiés tiennent de l’hypertextualité ou de la transfictionnalité – sur les évolutions des représentations de ces fées et des récits qui leur sont associés dans différents genres littéraires – poésie, théâtre, bande dessinée… – dans différents media – cinéma, opéra, peinture, sculpture… – mais aussi dans des écrits critiques, d’historiens ou de mythologues notamment. Sur le plan littéraire, que deviennent les oppositions structurelles relevées par Laurence Harf-Lancner entre Morgane et Mélusine après le Moyen Âge? Sont-elles fermement associées à ces figures mythiques ? Comment les relations entre les trois fées évoluent-elles après le Moyen Âge ? Sont-elles rapprochées ou, au contraire, opposées, et dans quels contextes littéraires et culturels ? On pourra aussi réfléchir à leur représentation au sein de la recherche en littérature médiévale, de façon à rappeler, à travers elles, quelques grandes inflexions de la médiévistique et pour étudier la manière dont la critique nourrit les représentations figurales de ces trois fées. Parce qu’elles sont toutes les trois liées à un homme – Merlin ou Raymondin – elles permettent en outre d’interroger les relations entre les genres.

Dans une perspective comparatiste, les représentations de Morgane, Mélusine et Viviane pourront être étudiées, du XVIe au XXIe siècle :
– dans une oeuvre picturale, littéraire ou critique particulière, qui s’attache aux moins à deux de ces fées
– dans l’ensemble de l’oeuvre d’un artiste donné
– chez un même éditeur ou dans une même collection éditoriale, que l’on parle de la
Bibliothèque bleue, de la Bibliothèque Universelle des Romans ou de Flammarion
– ou encore au sein d’un même mouvement, entendu au sens large, et pouvant donc
recouvrir à la fois une tendance critique, le celticisme par exemple, un courant littéraire, comme le romantisme, ou un ensemble d’idées politiques et sociales, comme le féminisme.

On pourra aussi proposer des études sur la façon dont ces trois fées permettent d’interroger les relations entre les genres et entre les espèces, ou une réflexion sur des fées qui tiennent de plusieurs modèles (Morgane, Mélusine, Viviane), qui combinent leurs traits et témoignent ainsi d’un phénomène de coalescence de plusieurs figures mythiques. Des approches qui montreraient l’arthurianisation éventuelle de Mélusine, qui se tiendrait alors aux côtés de Morgane et Viviane dans le panthéon des fées arthuriennes, seraient également bienvenues.

Cette journée d’études sera ainsi l’occasion d’étudier la réception à la fois créative et critique de trois figures féminines et merveilleuses médiévales, de mieux saisir l’évolution des questionnements qu’elles cristallisent du point de vue du genre, de constater la permanence ou le renouvellement des scénarios associées à ces figures mythiques littéraires dans le jeu des transferts génériques, de la transfictionnalité et de la transmédialité.

 

Les propositions de communication (avec une brève notice bio-bibliographique), n’excédant pas une page, sont à envoyer avant le 15 juin 2021 aux organisatrices :

christine.ferlampinacher@univ-rennes2.fr ; fabienne.pomel@univ-rennes2.frjpavlevski@gmail.com

 

Comité d’organisation :

Christine Ferlampin-Acher, Professeure en langue et littérature médiévales à l’Université Rennes 2 – CELLAM – CETM

Adeline Latimier-Ionoff, chercheuse associée au CELLAM – CETM

Joanna Pavlevski-Malingre, ATER en langue et littérature médiévales à l’Université Rennes 2 – CELLAM – CETM

Fabienne Pomel, Maîtresse de conférences HDR en langue et littérature médiévales à l’Université Rennes 2

La journée d’études est envisagée en présentiel à l’Université Rennes 2. Une formule hybride ou un passage au distanciel est possible, en fonction de l’évolution de la situation sanitaire et des contraintes des intervenants. Selon le nombre de propositions, une seconde journée pourrait être organisée postérieurement.

Parution: Traductions et translations entre Moyen Âge et Modernité

Claudio Galderisi, La rumeur des distances traverses. Transferts culturels, traductions et translations entre Moyen Âge et Modernité, Brepols, 2021.

Les vingt-cinq chapitres de cet ouvrage offrent une vue d’ensemble de la pratique de la translation, de la traduction et des transferts culturels, de leur portée quantitative et typologique, de leurs enjeux épistémologiques et historiques, de leurs impasses, de leurs silences, de leurs faux-semblants et de leurs faux-amis, mais également de leur charge vivifiante, du profit que les lettrés et les indocti peuvent en retirer.

Cet ouvrage ne s’interroge pas seulement sur l’utilitas, le plaisir, les buts éthiques, politiques et moraux de la traduction. La traduction n’est que l’un des vecteurs de la translatio studii, qui alimente à travers la circulation culturelle et universitaire, le choc des mythologies, la confrontation de la pensée sauvage et de la pensée cléricale, tous les transferts qui s’opèrent du passé vers le présent, de l’Est vers l’Ouest, et parfois de l’Ouest vers l’Est. Ce livre propose alors des études d’autres modalités de transfert culturel, d’autres types de mutations qui dessinent des fractales culturelles dans l’espace-temps qui sépare et réunit l’Antiquité et le monde médiéval, l’Orient et l’Occident, les mondes médiévaux et les mondes modernes. L’observation de ces transferts culturels nous offre une image vivante et vivifiante de la civilisation médiévale et nous oriente dans les chemins et parfois les impasses qu’elle a empruntés au Moyen Âge, et au-delà jusqu’à nous.

Claudio Galderisi, professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM), a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe -XVe s.) (Brepols, 2011) et a codirigé une dizaine de volumes sur la traduction et les transferts culturels.

Table des matières

Avant-propos : perspectives et prospectives

Partie I : L’invention du Moyen Âge
Le Moyen Âge des pertes, des gains et une capitalisation majeure
Une civilisation juchée sur les épaules des lettres

Partie II. 1 : Des géants sur les épaules des nains…
Le translateur : Pont et planche du nouveau monde
La langue d’oïl (et la langue d’oc) au miroir des traductions
Le silence des siècles et la traduction empêchée
La traduction manipulée

Partie II. 2 : Mythologie antique et horizons chrétiens : trois exemples de concurrence culturelle
Alcide, le héros oublié de la translatio studii
Alexandre : Bâtisseur et ‘fossoyeur’ d’Alexandrie
Paris au Moyen Âge entre mythisation et représentation littéraire in absentia

Partie III : Les lettres françaises à l’école des traducteurs
Des translateurs-nains aux créateurs de la prose savante
Liste des traducteurs des XIVe et XVe
Des nains devenus des maîtres à penser: Les traductions des miroirs des princes
L’âge de la traduction : Moyen Âge vs Renaissance

Partie IV : Les deux sœurs de la Romania : France et Italie
La France et l’Italie : Faux-amis et vrais transferts culturels au Moyen Âge
Un cas emblématique du bilinguisme roman : Brunetto Latini entre création, compilation et… autotraduction
Une auctoritas problématique : Bonaventure de Demena et l’autotraduction

Partie V. 1 : L’héritage de la translatio studii : de la francophonie au médiévalisme
Du même au même ? La vieille langue était une langue jeune
Lingua Gallica ad Europam

Partie V. 2 : Quatre modalités de la mutation littéraire 
La fée envolée vers la Modernité
Entre réécriture et traduction : Stendhal et les Chroniques italiennes
L’anachronisme sublimé ou La Pisanelle de D’Annunzio
Réécritures vivifiantes : Le Jongleur de Notre-Dame
Le médiévalisme en trompe-l’œil

Conclusion : Pour une nouvelle translatio studii

Apostille anachronique

Index des auteurs
Index des titres
Index des manuscrits

 

Tous les détails sont accessibles sur le site de l’éditeur.

Colloque: La Mondialisation de Dante (Europe)

Le colloque international « La mondialisation de Dante I: Europe » se déroulera les 7 et 8 octobre 2021 au Campus Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lorraine (Nancy).

Ce projet fait suite à plusieurs manifestations qui se sont déroulées, depuis 2018, dans le cadre du projet MODA (La Mondialisation de Dante) porté par Giuseppe Sangirardi (LIS) avec la collaboration d’Antonella Braida (IDEA). Il traite des multiples formes de la réception moderne de l’œuvre de Dante en Europe, selon trois directrices principales correspondant aux trois sections du programme du colloque:

L’Europe d’ailleurs: Il s’agit d’étudier la réception littéraire dans ses différentes expressions (critique, récriture et intertextualité, imitation d’auteur et phénomènes génériques) à partir du XIXe siècle, en portant une attention particulière aux pays et aires culturelles des quatre grands foyers du ‘dantisme’ au XIXe siècle : Italie, Allemagne, Angleterre et France. L’objectif est de tracer une première cartographie de l’expansion de la réception dantesque, de sa logique et de sa dynamique.

Loin de la littérature: Il est ici question d’explorer – mais pour l’Europe entière, et avec une attention privilégiée pour les pays ‘périphériques’, habituellement moins convoqués dans ce type de recensement- les formes extra-littéraires de la réception dantesque moderne et contemporaine (toujours depuis le XIXe siècle), allant des arts figuratifs au cinéma, du théâtre à la musique, de la bande dessinée au street art. Et ce, en incluant les langages plus directement déterminés par les activités économiques, comme la publicité, la production de gadgets, etc., qui seront appréhendés selon une approche sémiologique, sociologique ou plus largement culturelle.

Archives: L’objet de l’analyse est ici constitué par les formes d’archivage concernant la réception de Dante : les traditionnelles (bibliographies, répertoires imprimés, notes de synthèses), mais surtout les plus novatrices et liées aux technologies numériques (sites internet, réseaux sociaux, plateformes). Le but est de partir du recensement de l’existant pour parvenir à des créations originales et fonctionnelles.

Le programme et tous les détails sont disponibles sur le site de l’université.

Colloque: Femmes surnaturelles dans la fantasy

Le colloque international « Femmes surnaturelles dans la fantasy et les genres apparentés » se tiendra en ligne, depuis l’Université du Littoral Côte d’Opale, les 3 et 4 juin 2021. Il s’agit d’une manifestation organisée par Marc Rolland, avec la participation de Justine Breton et d’Anne Besson.

Pensez à vous inscrire pour obtenir le lien de connexion Zoom.

Inscription et informations: marc.rolland[at]univ-littoral.fr 

Programme

Jeudi 3 juin

13:00 – Ouverture du Symposium. Présentation de la thématique par Marc Rolland

13:45 – Patricia Gillies (University of Essex): « Zola’s Cosmopoeia : Nana’s Incarnation of Beauty and Death »

14 :15 – Discussion

14:30 – Véronique Liard (Université de Dijon): « Salomé dans le Livre Rouge de C.G. Jung. L’anima, une femme surnaturelle ? »

15:00 – Discussion

15:15 – David Haziza (Columbia University) : « Eva Frank, messie, déesse, sorcière »

15:45 – Discussion

16:00 – Marc Aramini : « The Maternal Threat of the Goddess : Destructive Conception and Redemptive Death in Gene Wolfe’s Fantasies. »

16:45 – Discussion

17:00 – Isabelle Fontaine (Université de Moncton, Nouveau-Brunswick) : « Daenerys Targaryen et la thématisation du fantomal »

 

Vendredi 4 juin

9:00 – Angélique Salaün (Université de Rouen) : « Guerrières et magiciennes : les évolutions de la fantasy française contemporaine (2017-2020)

9:30 – Discussion

9:45 – Virginie Picot (ULCO) : « Les figures féminines surnaturelles de Viviane et Morgane au XXsiècle. Les œuvres de Jacques Boulenger, Tolkien et Michel Rio »

10:15 – Discussion

11:00 – Joanna Pavlevski-Malingre (Université de Rennes 2) : « Réhabilitation de la fée, réhabilitation de la femme : Mélusine mère de lignages féminins »

11:30 – Discussion

 

13:00 – Justine Breton (Université de Reims) : « Quand surnaturel rime avec sexuel : femmes et magie dans The Witcher »

13:30 – Discussion

13 :45 – Xavier Escudero (ULCO) : Titre à préciser

14:15 – Discussion

14:30 – Jean-Christophe Martin (Lycée Antoine Bourdelle) : « La femme diabolique, fatale ou phallique dans l’œuvre d’Arturo Pérez Reverte »

15:00 – Isabelle Casta (Université d’Artois) : « Réenchantement sanglant ou fard féérique ‘ECCE ECHO’ ou ‘Comment je l’ai rencontrée’ »

15:30 – Discussion

15:45 – Marc Rolland (ULCO): « ‘My Last Duchess’ : portraits maléfiques et femmes fatales dans Hauntings de Vernon Lee »

16:15 – Discussion

17:00 – Clôture et résumé : Justine Breton

 

 

Appel: Reinterpreting the Middle Ages

Les éditions Brepols ouvrent un appel à publications (sans date limite) pour des ouvrages collectifs ou des monographies sur le sujet « Reinterpreting the Middle Ages: From Medieval to Neo« . Cette nouvelle collection est dirigée par Claire Kennan (Reading) et Emma J. Wells (York). Les textes sont attendus en anglais, mais peuvent inclure du français

The aim is to provide a new publication platform for interdisciplinary studies of the Middle Ages; that is, research which analyses the impact and approaches to the study of the medieval era from its origins to the present day to create a unique dialogue between scholars, professionals, and practitioners. In moving away from traditional approaches and towards the inter- and multi-disciplinary, the premise is to gain a snapshot of how (and why) the Middle Ages have been formed and are perceived across fields as well as over vast periods of change and countries, boundaries, and borders; to continue driving and moulding this innovation through examinations of the phenomenon/movement (in traditional or ‘neo-’form), its historiography, representation, image, presentation, and pedagogies.
The series offers radical, exciting, informed, and innovative readings of the importance and prominence of the Middle Ages in the twenty-first century, how and why its significance has endured since the post-medieval era, and, most importantly, how critical curiosity of the era has been received, imagined, invoked, used, abused, and refashioned in the Medieval, Early Modern, Modern and Contemporary periods (so to speak). Rich collisions and fresh perspectives reveal ideas and exercises across centuries of practice and provide a new set of reference points that reframe the ‘medieval’ itself thereby presenting a fresh, broad, and representative picture of the deep connections between the modern and pre-modern world.
Titles will cover all forms of engagement with the more emerging field of neo-medievalism—at least as a revivalist subdiscipline over the last two generations—from the academy to modern pedagogies and constructs in popular culture from a multitude of fields, including history, art, architecture, archaeology, literature, musicology, public engagement and interpretation, digital humanities/heritage. Welcoming burgeoning topics such as film & TV, video games, social media, performing arts/cinema/drama, and particularly education, race, gender and decolonisation, as well as traditional approaches including historiography and renaissance/revival studies, it is based on the premise that the Middle Ages should be cultivated within and expanded beyond the academy, thereby bringing the media, education, popular, historical, and political discourses, into an engagement and dialogue with the past.

Téléchargez ici tous les détails de l’appel à contribution depuis le site de l’éditeur (document en anglais).

Colloque: Le Moyen Âge en jeu

Le colloque « Middle Ages in Modern Games Twitter Conference » se tiendra cette année encore sur Twitter, du 25 au 28 mai 2021, à travers le hashtag #MAMG21.

Les communications seront partagées sur le réseau social par les différents intervenants, et permettront aussi des temps d’échange. Tout sera regroupé en suivant #MAMG21 lors du colloque.

Tous les renseignements sont disponibles (en anglais) sur la page Twitter du colloque: @MidAgesModGames