Archives de l’auteur : Anne Besson

Appel à article : Palimpsestes 36

Pour un volume collectif Le Moyen Âge au prisme de la traduction et de la réécriture contemporaines (Palimpsestes 36), dir. Jessica Stephens et  Isabelle Genin (Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Réponses attendues pour le 15 novembre 2020

 (https://journals.openedition.org/palimpsestes/)

 

Le Moyen Âge au prisme de la traduction et de la réécriture contemporaines

 
 

Depuis une vingtaine d’années, on constate un regain d’intérêt pour les poèmes, pièces de théâtre et contes du Moyen Âge issus du canon littéraire européen et traduits en anglais moderne : Sir Gawain and the Green Knight, par exemple, a fait l’objet d’au moins quatre retraductions : par W. S. Merwin en 2002, Bernard O’Donoghue en 2006, Simon Armitage en 2007, puis John Ridland en 2016. Ted Hughes, lui aussi, en a traduit quelques extraits.  Les grands textes rédigés en vieil et moyen anglais, irlandais et gallois font l’objet de traductions et de retraductions, tout comme les poèmes et gestes du Moyen Âge français par des poètes-traducteurs s’inscrivant dans le sillage du travail de Ezra Pound, Robert Lowell, ou encore de Norman Shapiro et ses traductions des poèmes de Marie de France, Christine de Pizan et Marguerite de Navarre (French Women Poets of Nine centuries, 2008). D’autres encore, comme W. S. Merwin, Ciaran Carson ou, plus récemment, Clive James, se sont penchés avec succès sur La Divine comédie de Dante.

Comment expliquer cet engouement pour une époque, longue, aux facettes variées, qui s’étend de la chute de l’Empire romain jusqu’au XVe siècle ? Comment les traducteurs contemporains instaurent-ils un dialogue avec ces maîtres du temps passé ? Certains écrivains-traducteurs, au-delà d’une simple traduction, proposent une version plus proche de l’adaptation et de la réécriture, fidèles à l’esprit de l’œuvre source mais non à sa littéralité. Ainsi le Gawain de Simon Armitage est parfois délibérément anachronique. Parfois l’adaptation relève de la transmutation comme lorsque Ezra Pound adapte « Le testament » de François Villon à l’opéra ou encore lorsque la dramaturge, Ufuoma Overo-Tarimo, crée une pièce de théâtre à partir du Conte du meunier de Chaucer. D’autres poètes encore s’approprient le texte source : Caroline Bergvall construit une composition poétique, Drift, autour de « The Seafarer », Maureen Duffy dans Environmental Studies rédige des « gloses » en venant s’appuyer sur des poèmes médiévaux. Lavinia Greenlaw fait-elle autre chose quand, dans A Double Sorrow–Troilus and Criseyde,elle réécrit les amours contrariées des deux jeunes gens ? Parfois, un travail de traduction vient enrichir la production poétique d’un auteur : les poèmes s’inscrivent dans le sillage d’une traduction qu’ils parachèvent comme un sequel : ainsi, le cycle de poèmes Sweeney Redivivus, par Seamus Heaney, est enchâssé dans le recueil Station Island, et fait suite à sa traduction de Buile Shuibhne. Enfin, il arrive souvent qu’un poète insère quelques traductions au sein d’un recueil comme pour rehausser une thématique particulière. 
 
Plusieurs pistes d’étude peuvent être explorées : le dialogue qui s’établit entre les auteurs du Moyen Âge et leurs traducteurs-écrivains contemporains ; l’interaction féconde entre texte source et texte cible ; comment la traduction agit-elle comme un pont, comme une charnière entre le Moyen Âge et le présent ? Nous permet-elle de (re)penser notre présent littéraire ? En quoi la traduction des grands textes médiévaux repousse-t-elle les limites de la traductologie ? Comment la traduction des poèmes, pièces et contes du Moyen Âge décuple-t-elle les ressources créatives des traducteurs-auteurs contemporains ? 

 

Les articles pourront aborder les sujets suivants :

 – la retraduction

– la traduction/ l’adaptation

– la traduction comme source d’écriture, comme point d’appui aux « gloses » – ces poèmes qui sont des réécritures de l’œuvre source

 – les « gloses » comme forme de commentaire(s) du texte source

– l’analyse contrastive de plusieurs traductions

– la traduction de genre à genre (comme forme de transmutation)

– pourquoi retraduire le Moyen Âge ?

– le concept du néo-médiévalisme

– les écrivains-traducteurs français manifestent-ils un même engouement pour  la poésie médiévale européenne ?

– la place de traductions au sein de recueils de poésie

– les manuscrits des traducteurs

 

Les articles doivent avoir une longueur comprise entre 30 000 et 40 000 caractères, espaces incluses (4800 et 6800 mots). Ils doivent nous parvenir avant le 15 novembre 2020, délai de rigueur.

Comme nous aimerions avoir rapidement une idée du nombre d’articles qui nous serons adressés, pouvez-vous nous envoyer un titre et un court résumé d’ici le 31 mai 2020 ?

Jessica Stephens : jessica.stephens@sorbonne-nouvelle.fr

Isabelle Génin : isabelle.genin@sorbonne-nouvelle.fr

 

Palimpsestes est une revue de traductologie de renommée internationale qui respecte un processus d’évaluation à l’aveugle par les pairs. Les engagements de la revue peuvent être consultés dans la Charte éthique : https://journals.openedition.org/palimpsestes/4842

 

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions.


Références bibliographiques
 
Ouvrages généraux
A Companion to Medieval Poetry, (ed.) Saunders, Corinne, Oxford, Wiley-Blackwell, 2010.
The Cambridge History of Medieval Verse, Wallace, David (ed.), Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

Translating Early Medieval Poetry, Transformation, Reception, Interpretation, (eds. Birkett, Tom, Marsh-Lyons, Kirsty), Cambridge, Cambridge University Press 2018.

Online: The Anglo-Saxon Narrative Poetry Project de Aaron Hostetter, en ligne.

Anthologies 
A Choice of Anglo-Saxon Verse, Richard Hamer (ed.), London, Faber and Faber, 2015.
The Finest Music : An Anthology of Early Irish Lyrics, O’Riordain Maurice (ed.),  London, Faber and Faber, 2014.
The Word Exchange – Anglo Saxon Poems in Translation, Delanty, Greg and  Matto, Michael (eds.), New York, W.W. Norton and Co., 2011.
 
Articles
Alexander,  Michael, « Old English Poetry into Modern English Verse », Translation and Literature 3, 1994.
Berman, Antoine, « La retraduction comme espace de la traduction », Palimpsestes 4, Paris, Presses de la Sorbonne-Nouvelle, 1990.
Gambier, Yves, « La retraduction, retour et détour », Métavol. 39, septembre 1994.
Jakobson, Roman, « On Linguistic Aspects of Translation », On Translation, Brower, Reuben (ed.), Cambridge, Harvard University Press, 1959
 
Ouvrages sur la traduction
Bassnett, Susan, Bush, Peter, The Translator as Writer, Continuum, London, New York, 2006.
Eco, Umberto, Écrits sur la pensée au Moyen Age, Bouzaher, Myriem, Javion, Maurice J, Rosso, François, Sauvage, Hélène (trads.), Grasset, Paris, 2016.
Eco, Umberto, Art et Beauté dans l’esthétique médiévale,  Javion Maurice (trad.),  Paris , Grasset,  Le livre de poche, 2002.
Eco, Umberto, Dire Presque la même chose,  Bouzahier, Myriem (trad.), Paris, Grasset, 2007.
La retraduction, Kahn, Robert, Seth, Catriona (dir.), Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen, 2010.

 

Colloque : Médiévistes et médiévalismes

Colloque « Les médiévistes face aux médiévalismes : rejet, accompagnement ou appropriation ? »  Poitiers, 1-3 avril 2021

Organisation : Martin Aurell, Justine Breton, Florian Besson et Lucie Malbos

Programme prévisionnel


Les journées se décomposeront en matinées (format colloque « traditionnel » proposant des approches-bilan autour de trois grands axes) et après-midis plus « grand-public » (avec tables-rondes intégrant les participations du public et des temps « annexes » : présentation de posters d’étudiants, démonstration de reconstitution par un groupe).


JEUDI 1ER AVRIL


• Matinée (env. 9h-12h30) : accueil à partir 8h30
➢ Mot d’accueil et de remerciement (Martin Aurell en tant que directeur du CESCM)
➢ Introduction (Lucie Malbos, univ. Poitiers)
➢ Session 1 : « Le médiévalisme : quelques terrains d’étude » (président : Alban Gautier)
– Anne Besson (univ. Artois) : « Fantasy médiévale et médiévistique : une relation à sens unique ? »
– Isabelle Olivier (univ. Artois) : « Le Moyen Âge et la littérature de jeunesse font-ils bon ménage ? Des tensions (fécondes ?) entre didactisme et divertissement »
– Tristan Martine (univ. Angers) : « Des bulles médiévales en cases : les enjeux du médiévalisme en bande dessinée »
– Justine Breton (univ. Reims-Champagne-Ardenne) / Florian Besson (univ. Aix-Marseille) : « Comment analyser une oeuvre médiévaliste : de Kaamelott à Game of Thrones »
• Début d’après-midi (env. 14h-15h) :
Conférence de Tommaso di Carpegna Falconieri (univ. Urbino Carlo Bo) : « Médiévistique et médiévalisme : un château aux destins croisés » (conférence introduite par Martin Aurell)


• Après-midi (env. 15h15-17h45) :
Présentation du dernier numéro de Médiévales par Alban Gautier

Table-ronde 1 : « Comment rendre présent le Moyen Âge aujourd’hui ? Expériences et réflexions » (modérateur : Florian Besson)
– Fabien Paquet (univ. Caen)
– Fanny Cohen-Moreaux (créatrice du podcast Passion Médiévistes)
– Isabelle Catteddu (INRAP)
– Fanny Madeline (univ. Paris I)
– Tobias Boestad (??) pour Actuel Moyen Âge [sous réserves]
• Début de soirée (18h-19h) :
Présentation des posters des étudiants (doctorat et Master 2)
« Le Moyen Âge à travers les siècles et les supports »
+ Cocktail de bienvenue

VENDREDI 2 AVRIL


• Matinée (env. 9h-12h) :
Session 2 : « Le médiévalisme : représentations » (présidente : Anne Besson)
– Nathalie Koble (ENS Ulm) : « Le Moyen Âge dans la littérature contemporaine (théâtre et poésie) »
– Vincent Ferré (univ. Paris Est-Créteil) : « La disparition, ou : Zumthor et Workman en Amérique »
– Alain Corbellari (univ. Lausanne) : « L’éternel retour du Moyen Âge. Pour une histoire longue du médiévalisme »
– Clément et Louis de Vasselot (univ. Poitiers et chercheur indépendant) : « La fascination pour le Moyen Âge occidental dans l’animation japonaise »


• Après-midi (env. 13h30-15h30) :
Table-ronde 2 : « Le médiéviste face aux non-médiévistes : tensions et attentions » (modératrice : Justine Breton)
— Alban Gautier (univ. Caen)
— Paul Sturtevant (Smithsonian Institution)
— Florian Besson (univ. Aix-Marseille)
— Cécile Voyer (univ. Poitiers)
— Chloé Maillet (École Supérieure d’Art et Design, Angers)

Après-midi (env. 16h-18h) :
Table-ronde 3 : « L’archéologie expérimentale : rechercher, reproduire, réinterpréter » (modérateur : Nicolas Prouteau)
— Thierry Gregor (univ. Poitiers)
— Gilles Martinez (Docteur de Montpellier 3, Instructeur de combat historique)
— Christelle Chaillou (CNRS)
— Mylène Pardoen (CNRS)


SAMEDI 3 AVRIL


• Matinée (env. 9h-12h) :
Session 3 : « Le médiévalisme : méthodes de travail » (président : Martin Aurell)
– Marion Bertholet (Aix-Marseille) : « Le Moyen Âge italien des Lumières à Sismondi : un anti-médiévalisme ? »
– Joanna Pavleski-Malingre (univ. Rennes 2) : « Étudier les fortunes politiques de Mélusine du Moyen Âge à nos jours : intérêts et enjeux d’un médiévalisme au long cours »
– Georges Bertin (CNAM des Pays de La Loire) : « Actualité du médiévalisme, territoires et réseaux, recherche action et observation participante »
– Romain Vincent (univ. Paris 13) : « Du ludique au pédagogique : comment le Moyen Âge est-il mis en jeu vidéo ? »


• Après-midi (13h30-16h) :
« La reconstitution historique ou Histoire vivante : expériences et médiation »
➢ 13H30-14H30 : Démonstration de reconstitution par le groupe des Ours d’Alfadir (Poitiers)
➢ 14H45-15H45 : débat sur le travail des reconstitueurs en présence du groupe et d’Audrey Tuaillon Demésy (univ. Franche-Comté) et Martin Bostal (univ. Caen)
• Fin d’après-midi (v. 16h-16h30) :
Conclusions (Martin Aurell, univ. Poitiers)

Studies in Medievalism : Moyen Âge et politique

Parution du n°XXIX et appel à contribution pour le vol. XXX

Politics and Medievalism (Studies): Studies in Medievalism XXIX, 2020, Karl Fugelso (ed.)

I: Essays on Politics and Medievalism (Studies)

·      Esther Liberman Cuenca: Historical Malapropism and the Medieval Blood Libel in American Politics

·      Sean Griffin: Putin’s Medieval Weapons in the War against Ukraine                   

·      Daniel Wollenberg: The Battle of Tours and the US Southern Border                 

·      Andrew B. R. Elliott: Medievalism, Brexit, and the Myth of Nations                 

·      Christopher Jensen: An Arthur for the Brexit Era: Joe Cornish’s The Kid Who Would be King

II: Other Responses to Medievalism

·      Mary Behrman: Angle-ing for Arthur: Erasing the Welsh in Guy Ritchie’s King Arthur: Legend of the Sword

·      Ali Frauman: Chasing Freyja: Rape, Immigration, and the Medieval in Alt-Right Discourse

·      Laura E. Cochrane: “Things painted on the coarse canvas”: Political Polemic in Jean-Paul Laurens’s Portrait of the Child Emperor Honorius

·      M. J. Toswell: The Capacious Medievalisms of Henry Wadsworth Longfellow           

·      Victoria Yuskaitis: Archaeology and Medievalism at Julian of Norwich’s Anchorite Cell

·      Laura Varnam: A Revelation of Love: Christianity, Julian of Norwich, and Medieval Pity in the Harry Potter Series

·      Anna Fore Waymack & John Wyatt Greenlee: In the Beginning Was the Word: How Medieval Text Became Fantasy Maps                                                      

·      Usha Vishnuvajjala: Objectivity, Impossibility, and Laughter in Doctor Who’s “Robot of Sherwood”

·      James Cook: Sonic Medievalism, World Building, and Cultural Identity in Fantasy Video Games

Appel annuel de la revue Studies in Medievalism, pour le XXXe volume, et second volet du diptyque Political Medievalism:

From Hitler’s“Third Reich”to Bush’s “crusade”against terrorism, professional politicians have often invoked the Middle Ages to justify their actions. But they are far from alone, for many of their constituents have also deployed medievalism for political purposes, as in condemning impoverished countries for “failing to escape”the Middle Ages. Indeed, much of medievalism, not to mention the study of it, has revolved around politics of one kind or another, as became evident from the unprecedented number of submissions to our previous volume (XXIX) on this theme. 

Studies in Medievalism, a peer-reviewed print and on-line publication, is therefore once again seeking not only feature articles of 6,000-12,000 words (including notes) on any postmedieval responses to the Middle Ages, but also essays of approximately 3,000 words (including notes) on the intersection of medievalism (studies) and politics.

How exactly have professional and amateur politicians misconstrued, mangled, and manipulated the Middle Ages and to what end? How have politics influenced the development of medievalism and/or study of it? In what sense, if any, is it possible to have medievalism (studies) without politics? How might medievalism otherwise be deployed in professional or amateur politics? In responding to these and related questions, contributors are invited to give particular examples, but their submissions, which should be sent to Karl Fugelso (kfugelso@towson.edu) in English and Word by August 1, 2020 (note that priority will be given to papers in the order they are received), should also address the implications of those examples for the discipline as a whole.

Appel : Chansons de geste

« La chanson de geste aux frontières, aux frontières de la chanson de geste »

Appel à contribution de jeunes chercheurs et chercheuses pour une journée d’études organisée par Léo-Paul Blaise, Elena Podetti, Nina Soleymani Majd, 28 novembre 2020, Lyon, ENS de Lyon

Réponses attendues pour le 15 juillet.

Lire l’appel https://www.fabula.org/actualites/la-chanson-de-geste-aux-frontieres-aux-frontieres-de-la-chanson-de-geste_96751.php

Le Moyen Âge de Game of Thrones

Justine Breton et Florian Besson, Une histoire de feu et de sang. Le Moyen Âge de Game of Thrones, Paris, PUF, 2020.

Introduction………………………………………………………….. 9
Game of Thrones : une histoire médiévale ?…………………. 16
Points de méthode…………………………………………………….. 20
Parallèles et perpendiculaires………………………………………. 25
Chapitre 1. « Accorder un regard
à toute la beauté du monde »
Représentations du monde 29
Un monde occidentalo-centré……………………………………… 29
Terrible Nord…………………………………………………………… 33
L’Orient exotique……………………………………………………… 37
L’Ouest, le Sud, terres inconnues………………………………… 41
Pratiques de l’espace………………………………………………….. 43
Chapitre 2. « Les dieux n’ont aucune pitié,
c’est pour cela qu’ils sont des dieux »
Magie et religion 51
Entre magie et religion………………………………………………. 52
La religion comme pilier du royaume………………………….. 55
Anciens et nouveaux dieux…………………………………………. 60

Le doute religieux……………………………………………………… 68
Des religions tournées vers la mort……………………………… 70
Chapitre 3.
« And now the rains weep o’er his halls »
Art et musique 75
Une ballade de glace et de feu…………………………………….. 76
Histoire et postérité musicale……………………………………… 78
L’impact musical sur toute la société…………………………… 82
Raconter en musique…………………………………………………. 86
Chanteurs et bardes…………………………………………………… 89
L’art comme marqueur social……………………………………… 91
Le monde entier est un théâtre……………………………………. 94
Immortaliser l’histoire dans la pierre……………………………. 96
Chapitre 4. « Si on meurt, on meurt.
Mais avant, on va vivre »
Le quotidien de Westeros 101
Boire et manger………………………………………………………… 102
Lire et écrire…………………………………………………………….. 108
La justice…………………………………………………………………. 114
Rire et pleurer………………………………………………………….. 122
Chapitre 5. « C’est le nom de la famille
qui demeure »
Famille et lignage 129
Famille, histoire et guerre…………………………………………… 130
Devises et blasons……………………………………………………… 131
La famille avant tout…………………………………………………. 140
Ascendance et postérité……………………………………………… 147

Chapitre 6. « Ces choses que tu me fais
avec ta langue… »
Amour et sexualité 153
Trop de sexe ?………………………………………………………….. 153
« Ta meilleure arme est entre tes cuisses » :
Sexe et politique……………………………………………………….. 160
Violences sexuelles et sexistes……………………………………… 165
Chapitre 7. « Tous les hommes doivent mourir,
mais nous ne sommes pas des hommes »
La place des femmes 177
Une image traditionnelle des rôles féminins………………….. 178
Le mariage comme outil politique……………………………….. 180
Complexifier les schémas traditionnels…………………………. 185
Clichés et misogynie………………………………………………….. 189
Jeux de reines…………………………………………………………… 194
Guerrières et chefs…………………………………………………….. 199
Dépasser les limites de genre………………………………………. 203
Chapitre 8. « Les pauvres ont toujours été
la proie des puissants, c’est là la base du pouvoir »
Exercer le pouvoir à Westeros 209
Gouverner le royaume……………………………………………….. 210
Le non-pouvoir du peuple………………………………………….. 219
Philosophies du pouvoir : Jon Snow,
Godefroy de Bouillon et Dark Vador…………………………… 227
Chapitre 9. « Quand on joue au jeu des trônes,
soit on gagne, soit on meurt »
Au coeur de la politique de Westeros 237
Tous des menteurs…………………………………………………….. 238
Lutter pour le pouvoir……………………………………………….. 244
Vengeance !………………………………………………………………. 249

L’intérêt du royaume…………………………………………………. 256
Chapitre 10. « Les moyens plus propres
ne font pas gagner la guerre »
Pratiques de la guerre à Westeros 261
Se battre (comme) au Moyen Âge……………………………….. 262
La bataille décisive ?………………………………………………….. 271
Au coeur du combat…………………………………………………… 276
De la violence de guerre à la guerre violente………………… 280
Chapitre 11. « Tu es un chevalier
des Sept Couronnes, désormais »
Chevaliers et héros 287
De l’épopée au roman de chevalerie…………………………….. 287
Être chevalier à Westeros…………………………………………… 290
Une image romancée…………………………………………………. 293
Déconstruire l’honneur chevaleresque………………………….. 295
Du Chevalier des fleurs au Limier……………………………….. 299
L’amour pour remplacer l’honneur ?……………………………. 301
La complexe notion d’héroïsme…………………………………… 304
L’union fait (parfois) la force……………………………………… 307
Chapitre 12. « La véritable histoire du monde
est une histoire de grandes conversations
dans d’élégantes demeures »
Histoire et historicité 311
Vagues et écumes………………………………………………………. 312
L’art de décrire des non-changements………………………….. 315
Un Moyen Âge figé…………………………………………………… 319
La place de l’histoire…………………………………………………. 321

« Voici que ma garde prend fin »
Éléments de conclusion 327
Les principaux personnages……………………………………. 339
Les principaux lieux……………………………………………….. 353
Chronologie des principaux événements……………….. 357
Bibliographie…………………………………………………………. 363

Appel à articles : Perceval (CENA)

Perceval.

Ouvrage collectif à paraître en 2020 par le cercle d’études nouvelles d’anthropologie (CENA), sous la direction de Georges Bertin.

Perceval : perce val, Percheval, perche en val, Perlesvaus, par les vaux, les interprétations du nom ne manquent pas et ce d’autant plus que le personnage apparaît dans une trentaine de romans médiévaux entre le 12ème et le 15ème siècle.

Le plus célèbre est sans contredit le roman de Chrétien de Troyes écrit vers 1185 : Perceval ou le Conte du Graal. Inachevé, il a donné lieu à plusieurs continuations et romans en prose où se perpétuent ses aventures, tel le célèbre Lancelot Graal (vers 1225), en lequel l’antiquaire Guillaume Assolant voyait le père de tous nos romans, d’autres tels : l’Estoire dou Graal ou Joseph d’Arimathie de Robert de Boron,  (v 1190), et aussi le Parzival de Wolfram von Eschenbach (vers 1203) dont Wagner fera un opéra, Perlesvaus, le Haut Livre du Graal (1230-1240) etc.

Les érudits s’interrogent également sur la place que tient dans ce panorama le Peredur roman gallois du 12ème siècle.

La littérature, le théâtre, l’opéra, le cinéma, les séries télévisées, même les jeux-vidéo, n’ont cessé, depuis, d’en magnifier la figure.

Notre propos, pour cet ouvrage, ne consistera pas à refaire ce que nombre de savants historiographes et spécialistes de littérature médiévale ont déjà si bien fait notamment dans le cadre de la Société arthurienne internationale, mais plutôt d’interroger le sens de cette figure, telle que le Moyen-âge nous l’a léguée et telle qu’elle trouve écho en nos esprits, en quoi elle nous provoque.

En effet, comme l’a écrit Umberto Eco[3], « la culture médiévale possède un sens de l’innovation ; mais voilà, elle s’évertue à le dissimuler sous les oripeaux de la redite (à la différence de la culture moderne qui fait mine de renouveler alors qu’elle ne fait que répéter) ».

La figure de Perceval, le « nice » chevalier, s’impose en effet certes sur le plan d’une esthétique qui lui est propre et dépasse peut-être les intentions de ses auteurs, mais elle peut être interrogée comme porteuse d’une mythologie inhérente en ses sources et aussi, en tant que telle, comme production littéraire voire philosophique, ou encore l’utilisent replacée dans les contextes culturels de ses productions.

Elle doit encore être examinée telle qu’elle a été reçue et telle que nous la recevons car elle a affaire à l’humain en chacun de nous et à notre humanité, car elle  sollicite nos affects, nos représentations, nos imaginaires ?

D’un autre point de vue, en quoi le Perceval que nous connaissons a-t-il à voir avec les mythologies indo-européennes auxquelles certains ont pu le rattacher, aux thèmes de la Vengeance, à quel Appel à l’Autre Monde répond le fils de la Veuve Dame quand le monde qu’il découvre est frappé de stérilité et de mort ?

Les contributions sollicitées, on le voit, peuvent être celles de la littérature, de l’anthropologie culturelle, de l’histoire, de la mythologie et du folklore mais aussi de la psychologie, de la psychanalyse, et encore de l’iconographie et de l’héraldique.

René Bansard lui, autre piste possible, s’interrogeait sur les relations qu’il percevait entre le personnage de Perceval et la toponymie du Perche, le blason de l’abbaye de Perseigne, les œuvres de certains de ses abbés. Et ce grand érudit qu’est Gilles Susong n’hésitait pas à mettre en relation l’Estoire del Saint Graal avec divers toponymes normands, des épisodes historiques médiévaux de la province et certains modèles hagiographiques[4]. Chantier qui a encore été celui de CENA depuis tant d’années.

Notre projet est bien, pour cet ouvrage, de mettre en lumière, autant que faire se peut, une figure restée largement énigmatique et mystérieuse en ses productions, thèmes et variations.

Les articles seront à adresser, pour soumission au comité scientifique, avant le 1er août 2020, à Georges Bertin, georges.bertin49(at)gmail.com

Format : résumé, mots clefs, 30000 signes maximum.


[1] Siège social Mairie de Lassay les Châteaux (53)

[2] Tristan et Perceval, Herméneutiques sociales, édition CENA, 2003.

[3]  Ecrits sur la pensée au Moyen-âge, Grasset, 2016.

[4] Personnages et paysages normands dans les derniers romans de Chrétien de Troyes, in Les romans de la Table Ronde, la Normandie et au-delà, éditions Corlet, 1987, p.51 à 72.

Claire PASCOLINI-CAMPBELL

Claire Pascolini-Campbell est Directrice de Recherche au National Trust, une organisation qui préserve et protège le patrimoine du royaume-uni. Ancienne élève de l’Université St Andrews, elle a un doctorat en littérature comparée.

Ses travaux de recherches portent sur le médiévalisme, et notamment sur la réception de François Villon dans la poésie anglaise. En 2018, elle a publié Francois Villon in English Poetry: Translation and Influence (Boydell & Brewer). 

https://nationaltrust.academia.edu/ClairePascoliniCampbell  

 

Marie HAMEL-MARTINENGHI

Doctorante à l’Université de Rouen

Thèse en cours : Maladroits et maladresse dans la matière de Bretagne moderne et contemporaine, sous la direction de Florence Fix

Bibliographie : 

-« Adaptation ou réécriture : du roman The King’s Damosel de Vera Chapman au film d’animation The Magic Sword: a Quest for Camelot de Frederik Du Chau » Acta Iassyensia Comparationis, n°26, 2021, p. 91-101

– « Perceval dans Kaamelott ou l’éloge de la maladresse », dans María Pilar Suárez et Michèle Gally (dir.), Figures de Perceval. Du Conte du Graal au xxie siècle, Madrid, UAM ediciones, « estudios » n°188, 2019, p. 303-313 (acte de colloque).

– « La série britannique Merlin, du prophète omniscient au sorcier en formation », Fantasy art and studies, 7, automne 2019, p. 79-86 (revue avec comité de lecture).

 

Détails: HAL

Appel : Médiévisme érudit

Le médiévisme érudit en France de la Révolution au Second Empire

Colloque organisé par Alain Corbellari et Fanny Maillet

Lausanne, 24-25 avril 2020

Le « goût du Moyen Âge » développé par les écrivains et artistes de l’époque romantique est bien connu et a été surabondamment documenté ; en identifiant les manifestations d’une professionalisation de la médiévistique, les recherches les plus récentes ont notamment permis de nuancer le statut d’un romantisme foncièrement littéraire qui ne serait qu’esthétique et culturel et qui s’attribuerait sans concession la redécouverte du Moyen Âge. De la place liminaire qu’il occupait dans l’histoire des « mentalités », il s’inscrit aujourd’hui plus volontiers dans le panorama de l’histoire de la discipline où il occupe une place charnière entre, d’un côté, un nouveau berceau du médiévisme représenté par les Lumières et les travaux d’érudits et d’académiciens comme La Curne de Sainte-Palaye, le comte de Caylus, Louis-Georges de Bréquigny, Étienne Barbazan, qui pratiquent une philologie encore largement tributaire de l’antiquaire, et, de l’autre, les débuts du médiévisme universitaire moderne porté par les Bartsch et les Foerster, les Gaston Paris et les Bédier. Cette phase d’institutionnalisation de la discipline est aujourd’hui bien étudiée. De même, le médiévisme du Siècle des Lumières commence à recevoir toute l’attention qu’il mérite et a suscité plusieurs études importantes, qui ont contribué à éclairer l’apport d’une époque où l’amateur côtoie l’érudit et l’homme de lettres. En revanche, l’activité déployée, en particulier en France, dans la période de remous politiques et de crise institutionnelle qui succèdent à la Révolution, a été moins explorée. Des personnalités comme Fauriel et, à un moindre degré, Francisque Michel, ont certes connu les honneurs de la critique récente, mais le vaste mouvement qui va des « antiquaires » du XVIIIe siècle aux scientifiques de la fin du XIXe, qu’il s’inscrive en faux contre cette médiévistique « à ses balbutiements » ou dans son sillage immédiat, reste peu étudié. Or cette époque que d’aucuns ont pu considérer comme un âge d’or de la science française (elle voit s’épanouir les travaux de Lavoisier, Laplace, Lagrange, Monge, Galois, Cuvier, Champollion et bien d’autres) est à bien des égards le creuset des accomplissements réalisés sous la IIIe République. Des redécouvreurs des troubadours à ceux de la Chanson de Roland, du Groupe de Coppet aux cercles positivistes, un médiévisme français s’invente, entretenant des sentiments ambivalents envers une science allemande en plein essor, tiraillé entre la nostalgie de l’Ancien Régime et la nécessité de refonder la philologie sur des bases solides.

On pourra se focaliser sur les hommes (Méon, Crapelet, Jubinal, Raynouard, Roquefort, Fauriel, Francisque Michel, Génin, Sismondi, La Villemarqué, et même Stendhal), mais aussi sur les grands chantiers (Histoire littéraire de la France, les Notices et extraits des manuscrits de la bibliothèque du roi et leurs suites), les institutions (l’École des Chartes, le Collège de France, l’Académie et ses refontes successives, la Bibliothèque royale et ses refontes successives), les collections littéraires (Collection des anciens monumens de l’histoire et de la langue françoise, Nouvelle Bibliothèque des romans, etc.), ou encore les grands clivages théoriques et pratiques (édition vs traduction, folklore vs littérature, érudition vs vulgarisation, science allemande vs science française, cosmopolitisme vs nationalisme), la liste des possibles étant loin ici d’être close.

L’ambition du présent colloque, qui se placera sous le patronage de la toute nouvelle
Société Joseph Bédier, dédiée à l’étude de l’histoire de la philologie romane, est en effet
de replacer le mouvement philologique de la période 1780-1860 au croisement des
disciplines littéraires et scientifiques, sans en oublier les dimensions sociales et politiques.
Les propositions de communication sont à adresser jusqu’au 31 décembre 2019 à
Alain Corbellari : alain.corbellari@unil.ch
Fanny Maillet : fanny.maillet@uzh.ch

Parution : histoire de la réception du Moyen Âge

Alain Corbellari, Le Moyen Âge à travers les âges, Neuchâtel, Alphil, « Focus. Rayons littéraires », 2019.

Le Moyen Âge à travers les âges

Le premier vade-mecum pratique et maniable en français sur l’histoire de la réception du Moyen Âge, par Alain Corbellari, professeur à l’Université de Lausanne.

De Kaamelott à Game of Thrones, des jeux de rôles aux fêtes médiévales qui fleurissent dans les moindres bourgs du Vieux (et même du Nouveau) Monde, l’imaginaire médiéval est omniprésent dans l’Occident contemporain. Mais on se doute que cela n’a pas toujours été le cas. Oscillant sans cesse entre sa légende “rose” (les troubadours, l’amour courtois, le preux chevalier) et sa légende “noire” (les guerres féodales, la peste, les culs de basse-fosse), le Moyen Age a connu à travers le temps des éclipses et des renouveaux spectaculaires dont ce livre dresse le tableau, envisageant tout aussi bien la réception érudite que la réception profane d’une période qui s’est elle-même pensée en termes de “renaissances” successives. À se demander si cette appellation même de Moyen Âge n’est pas un fantôme après lequel on court toujours en vain.

Appel : Game of Thrones

Résultat de recherche d'images pour "game of thrones"

Colloque des Imaginales 2020

« Game of Thrones, nouveau modèle pour la fantasy ? »

14-15 mai 2020

à Epinal dans le cadre du Festival des Imaginales

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Un an après la diffusion des derniers épisodes de Game of Thrones (David Benioff et D.B. Weiss, HBO, 2011-2019), ce colloque se veut l’occasion d’un premier bilan collectif sur ce que le succès médiatique et la réussite esthétique de la série télévisée mais aussi du cycle romanesque inachevé de George Martin dont elle est l’adaptation, A Song of Ice and Fire (Le Trône de fer), ont pu apporter à la manière dont la fantasy est perçue – dans quelle mesure le phénomène GoT a-t-il transformé la façon dont la fantasy se crée, se diffuse et se vit ?

L’œuvre de Martin s’est en effet imposée, aux côtés de celles de Tolkien et de J.K. Rowling, comme nouveau « monument » de la fantasy, au sommet de son panthéon : connue d’un très large public, suscitant des appropriations nombreuses et variées, du champ de la publicité à celui de la politique, son influence la constitue en modèle de ce que peut être, aujourd’hui, la culture populaire – son impact, mais aussi ses limites.

Voici quelques pistes qu’on propose en particulier à l’exploration :

– un nouveau modèle pour le genre et ses sous-genres : Game of Thrones/ Le Trône de Fer a proposé des réorientations fortes par rapport aux modèles antérieurs du genre – la fantasy depuis lors se fait plus sombre, plus historique, plus « adulte ». Si elle n’était pas une nouveauté au milieu des années 90 quand Martin publie son premier volume (La Compagnie Noire de Glen Cook débute en 1984), la dark fantasy, volontairement sanglante et amorale, est arrivée sur le devant de la scène avec GoT ; les expressions de « gritty fantasy » ou de « grimdark » ont été proposées pour repérer ce courant, illustré par exemple par les œuvres de Mark Lawrence, Joe Abercrombie ou en France par les dernières productions de Lionel Davoust et Pierre Pevel. Autre apport de Martin au genre, l’accent mis sur les sources historiques et sur une volonté de vraisemblance « boueuse » a également une très belle et rapide postérité, au point de constituer aujourd’hui l’élément le plus étudié à son sujet[1].

– un nouveau modèle pour une fantasy multi ou transmédiatique : première série télévisée de fantasy médiévale-fantastique à dépasser un public de « niche », GoT a braqué sur le genre les projecteurs de l’actualité médiatique. La diffusion des saisons successives a été accompagnée chaque fois par des campagnes de promotion transmedia remarquées, jeux de plateau et jeux vidéo développant pour leur part toute une gamme d’accès ludiques à l’univers de Westeros. Depuis, les adaptations en séries télévisées de grands succès de la fantasy anglophones n’ont cessé de se multiplier – Les Chroniques de Shannara d’après Terry Brooks (2016-2017), The Magicians d’après Lev Grossman (2015-en cours), American Gods d’après Neil Gaiman (2018-en cours), Good Omens (Gaiman et Pratchett, 2019), A la croisée des mondes (Pullman, 2019)… – et les annonces de projets sont tout aussi nombreuses, à commencer par la série qu’Amazon compte consacrer à l’œuvre de Tolkien. Quels peuvent être les atouts de la fantasy pour de tels déploiements médiatiques ? Comment le modèle du worldbuilding en particulier, popularisé par GoT, trouve-t-il à se diffuser largement dans l’écosystème culturel ?

– un nouveau modèle de public actif : la constitution de communautés de fans actifs autour du cycle littéraire et de la série télévisée peut manifestement être identifiée comme une des évolutions décisives ayant permis leur succès spectaculaire. Produit des réseaux sociaux et des communications numériques, la participation des publics est désormais recherchée, scrutée, crainte parfois. Certains fans se consacrent à la fiction, d’autres à collecter et partager les données d’une érudition dont ils sont les meilleurs gardiens – Martin lui-même le reconnait en co-signant avec Elio M. García Jr. et Linda Antonsson, du site Westeros.org, son World of Ice and Fire ; en France, La Garde de Nuit voit son expertise reconnue par une collection d’ouvrages chez Pygmalion, l’éditeur des traductions de Martin. Certains s’emparent des messages qu’ils lisent dans l’œuvre pour les transposer dans une actualité politique – le slogan « Winter is coming » a ainsi pu être largement détourné pour alerter sur le changement climatique[2].

– un modèle à prendre en exemple ? Les controverses ont également accompagné le succès de GoT, qu’il s’agisse de la question de la représentation des rôles genrés ou des populations racisées, ou lors de la dernière saison, des options scénaristiques choisies, violemment rejetées par une part du public. La fin semble doublement impossible pour cet ensemble – fin piégée pour une série télévisée aux évolutions inacceptables pour certains, fin toujours repoussée pour le cycle littéraire, dont les volumes annoncés par Martin connaissent sans cesse de nouveaux délais tandis que les projets annexes (Fire and Blood actuellement) semblent davantage inspirer l’auteur… Une œuvre à succès, ainsi adorée sur le long terme, est-elle condamnée à mal finir ou à ne pas finir ? Que peut nous apprendre le cas de GoT sur cette difficulté spécifique à la sérialité, et peut-être plus encore aux univers tentaculaires de la fantasy ?

Les propositions de communications, d’une demi-page environ, sont à faire parvenir aux directeurs scientifiques, accompagnées d’une présentation biobibliographique, pour le 31 janvier 2020 au plus tard.

anne.besson@univ-artois.fr ; natvd@cegetel.net ; chelebourg@gmail.com ; sn@imaginales.com


[1] Voir en français les articles de William Blanc et Yann Boudier dans Game of Thrones, série noire, Mathieu Potte-Bonneville (dir.), Paris, Les Prairies ordinaires, 2015, de Justine Breton dans Fantasy et Histoire(s), Chambéry, ActuSF, 2019,et l’ouvrage de Stéphane Rolet Le Trône de fer ou le pouvoir dans le sang, Tours, PUFR, 2014, auquel s’ajoutent les numéros spéciaux de revues et magazines comme Historia (hors-série, printemps 2019). La production anglophone est importante, avec notamment Shiloh Carroll, Medievalism in A Song of Ice and Fire and Game of Thrones, Cambridge, D.S. Brewer, 2018 ; Carolyne Larrington, Winter is Coming: The Medieval World of Game of Thrones, Londres, I.B.Tauris, 2016 ; Brian A. Pavlac (dir.), Game of Thrones vs. History: Written in Blood, Malden, Wiley Blackwell, 2017.

[2] Voir l’ouvrage de William Blanc, Winter is coming, une brève histoire politique de la fantasy, Libertalia, 2019.

Appel : ‘Race, Racism and Medieval England’

L’Angleterre médiévale, les « races » et le racisme.


La revue Études Médiévales Anglaises (EMA) vous invite à soumettre un article pour son
numéro 96 consacré aux notions de race et racisme. Les articles, en anglais ou en français, sont àenvoyer à Elise Louviot avant le 30 novembre 2019 (informations ci-dessous). Nous
recommandons aux auteurs intéressés de faire parvenir un titre et une brève description du contenu de leur article dès que possible.


Les représentations de l’Angleterre médiévale (et du Moyen Âge européen plus généralement)
dans la culture populaire ont tendance à promouvoir une vision simpliste des questions raciales. Le Moyen Âge est typiquement représenté soit comme uniformément blanc soit comme une période de conflit entre un monde chrétien blanc et un monde musulman arabe. De telles représentations  sont extrêmement problématiques, non seulement parce qu’elles déforment la vérité (et c’est déjà en soi un problème sérieux), mais aussi parce qu’elles ont un impact sur le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui et sur ce qui s’y passe : les mythes sur la « race anglo-saxonne », sur les croisades ou sur la chevalerie, pour ne prendre que quelques exemples, ont ainsi pu être utilisés et continuent à être utilisés pour promouvoir les intérêts de groupes racistes et/ou nationalistes des deux côtés de l’Atlantique.
Les travaux de recherche consacrés à l’Angleterre médiévale n’ont pas toujours joué un rôle
parfaitement innocent. Parfois, des médiévistes ont pu utiliser leurs travaux pour défendre des
conceptions racistes et/ou nationalistes de l’Angleterre médiévale. Plus souvent encore, ils se sont simplement concentrés sur les faits et gestes d’hommes blancs, laissant dans l’obscurité l’existence et la contribution de toutes autres personnes. Ces dernières années, cependant, des travaux de plus en plus nombreux ont commencé à aborder la question et à fournir une vision plus précise et plus nuancée du Moyen Âge sur ce point.
Ces travaux ont démontré la présence physique et, plus encore, l’importance culturelle (aussi
bien dans la littérature, que les sciences ou l’iconographie) en Angleterre médiévale de personnes qui ne seraient pas considérées comme « blanches » aujourd’hui. Surtout, ils ont montré que ce qu’on appelle la race est une construction culturelle, par conséquent susceptible de prendre des significations différentes selon les époques. Ainsi, si la conception « scientifique » de la race qui nous est la plus familière n’était pas encore dominante au Moyen Âge, le concept de race lui-même, en tant que « tendance… à séparer les êtres humains en fonction de différences choisies de manière sélective et constituées en critères absolus et fondamentaux afin de distribuer les rôles et le pouvoir différentiellement selon les groupes humains » (Heng 2018, « tendency… to demarcate human beings through differences among humans that are selectively identified as absolute and fundamental, so as to distribute positions and powers differentially to human groups ») était bel et bien opérant en Angleterre au Moyen Âge et avait un impact sur différents groupes, notamment les Juifs et les Irlandais.
Pour ce numéro d’Études Médiévales Anglaises, nous recherchons des articles sur tout sujet lié
aux notions de race et de racisme dans le contexte de l’Angleterre médiévale et les oeuvres médiévalistes. On pourra notamment traiter des questions suivantes :
– la présence et le rôle de personnes racisées dans la société et la culture ;
– les pratiques et les représentations racistes ;
– comment le concept de race était compris à l’époque ;
– les représentations racistes de l’Angleterre médiévale dans la culture populaire et la recherche 
– comment les questions de race et de racisme peuvent être abordées en classe ou dans le cadre d’expositions consacrées à l’Angleterre médiévale.

Les articles, en anglais ou en français, seront à envoyer avant mars 2020 à Elise
Louviot elise.louviot@univ-reims.fr. Ils donneront lieu à une évaluation en double aveugle. La
feuille de style est disponible sur le site de l’AMAES :

https://amaes.jimdo.com/publications-de-lamaes/notre-journal-ema/soumettre-un-article/

Bibliographie indicative
Cette sélection s’appuie pour une grande part sur la bibliographie compilée par les membres de
Medievalists of Color ; une bibliographie plus complète est disponible sur leur site internet
https://medievalistsofcolor.com
Akbari, Suzanne C. Idols in the East: European Representations of Islam and the Orient, 1100-
1450 (Cornell University Press, 2009).
Bartlett, Robert. “Medieval and Modern Concepts of Race and Ethnicity.” Journal of Medieval and
Early Modern Studies 31 (2001), 39-55.
Beckett, Katherine Scarfe. Anglo-Saxon Perceptions of the Islamic World. Cambridge Studies in
Anglo-Saxon England 33 (Cambridge University Press, 2003).
Cohen, Jeffrey J. “Race.” A Handbook of Middle English Studies, ed. Marion Turner (Chichester:
Wiley Blackwell, 2013), 109-122.
Eliav-Feldon, Miriam, Benjamin Isaac, and Joseph Ziegler, eds. The Origins of Racism in the West
(Cambridge University Press, 2009).
Goldberg, David. “The Development of the Idea of Race: Classical Paradigms and Medieval
Elaborations.” International Journal of the Classical Tradition 5 (1999), 561–70.
Green, Monica H. “The Diversity of Human Kind,” in A Cultural History of the Human Body in
the Middle Ages (Oxford: Berg, 2010), 173-90 (notes, 268-71).
Hahn, Thomas. “The Difference the Middle Ages Makes: Color and Race Before the Modern
World.” Journal of Medieval and Early Modern Studies 31, no. 1 (2001), 1–37.
Harris, Stephen J. Race and Ethnicity in Anglo-Saxon Literature (Routledge, 2004).
Heng, Geraldine. The Invention of Race in the European Middle Ages (Cambridge University Press,
2018).
Jordan, William C. “Why ‘Race’?” Journal of Medieval and Early Modern Studies 31, 1 (2001),
165-173.
Lavezzo, Kathy. The Accommodated Jew: English Antisemitism from Bede to Milton (Cornell
University Press, 2016).
Mittman, Asa S. 2015, “Are the Monstrous ‘Races’ Races?” Special Issue: “Making Race Matter
in the Middle Ages” ed. Cord Whitaker. postmedieval 6:1 (2015), 36-51.
Public Medievalist, special series on Race, Racism and The Middle Ages (2017-2018),
https://www.publicmedievalist.com/race-racism-middle-ages-toc/
Ramey, Lynn T., Black Legacies: Race and the European Middle Ages (University Press of Florida,
2014).
Weeda, Claire. “Characteristics of Bodies and Ethnicity c. 900-1200”, Medieval Worlds 5 (2017),
95-112.
Young, Helen. “Time and Place: Medievalism and Making Race.” Special Issue: Medievalism
Now, The Year’s Work in Medievalism 28 (2013), 2-6.

Parution : essai sur l’Ancien Français

Nelly Labère, La langue ne rougit pas, Fano, Aras Edizioni, collection “Piccola Biblioteca di Studi Medievali e Rinascimentali”, 3, 201, 2019.

Parler à langue déliée, sans langue de bois, de cette langue du Moyen Âge au prisme du contemporain : telle est la vocation de cette langue qui ne rougit pas. En faisant du récit scientifique une aventure personnelle, Nelly Labère propose une leçon d’étonnement qui permet d’aborder de manière disruptive les changements de paradigmes que connaissent la langue et le monde d’aujourd’hui. Infatigable et tout en rythmes, elle progresse entre lieux communs, chausse-trappes et figures de style pour restituer au sens sa force de pensée et d’action. Partageant son itinéraire de chercheuse qui revendique son plaisir d’enseigner, l’auteur mêle tour à tour anecdotes, réflexions, références historiques et célèbre avec décalage et clairvoyance le pouvoir des mots. Un livre engagé et passionné qui navigue entre l’essai et la confession pour le plus grand plaisir de son lecteur.