Archives de l’auteur : Anne Besson

Renaud FIGUERES

Pour synthétiser à grands traits, j’ai suivi des études d’Archéologie à la Sorbonne, je suis Chercheur Indépendant (j’ai été un temps Chercheur Associé au Laboratoire d’Anthropologie Anatomique et de Paléopathologie de Lyon II)(1), photographe (2), et comme cela n’est pas suffisant, je travaille dans le commerce.

L’aspect “Transmédia” du médiévalisme est probablement l’un de ceux qui m’intéresse le plus, avec notamment les résurgences & usages du Moyen Âge Tardif, ainsi que les processus créatifs qui y sont liés. Dans les jeux de rôles, les jeux vidéos mais aussi dans la culture populaire (avec, par exemple, le fascinant essor des Arts Martiaux Historiques Européens – AMHE). Ce sont en tout cas les thèmes sur lesquels j’espère publier dans un avenir pas trop lointain.

Je travaille également actuellement à la faisabilité d’un projet photo (voir vidéo) autour de Froissart (vous avez bien lu), auquel je voue un amour immodéré…!

(1) Ces travaux sont hélas anciens…et à vrai dire pas directement liés à notre sujet d’étude…mais je ne désespère pas de trouver le temps d’écrire les autres 🙂

http://journals.openedition.org/questes/397

https://www.academia.edu/35712968/Vers_une_pal%C3%A9opathologie_de_la_Conqu%C3%AAte_Espagnole


(2) https://www.tempusfugit.fr/

Parution : Arthur à l’écran

Justine Breton, Le Roi qui fut et qui sera. Représentations du pouvoir arthurien sur petit et grand écrans, Classiques Garnier

En mettant en regard les sources médiévales de la légende du roi Arthur et ses adaptations audiovisuelles occidentales (cinéma, télévision), cet ouvrage interroge la conception mouvante des pouvoirs arthuriens – royal, chevaleresque, féminin et même populaire – de Geoffroy de Monmouth à Guy Ritchie.

Séminaire “Boréalisme”

Séminaire « Boréalisme : Pour un atlas sensible du Nord », de 10h à 12h à la Bibliothèque Nordique (Paris).

Trois séances sont prévues au second semestre 2019 :

8 avril 2019 : avec M. Cedergren et D. Chartier sur “Littérature du Nord, Littérature autochtone – Imagologie et méthodologie littéraire”

6 mai 2019 : avec D. Rouiller sur “Le Grand Nord dans les théories du climat à la Renaissance”

3 juin 2019 : avec F. Chapuis “Les fonds boréalistes de la Bibliothèque Nordique”

voir https://borealisme.hypotheses.org/ :

Ce séminaire entend « tracer l’histoire des déplacements, des transformations et des circulations se référant au « Nord » […] à la croisée des outils épistémologiques développés par les sciences historiques, la géographie, la littérature comparée, et plus généralement de l’histoire culturelle. » « Ce programme se propose de dépasser la définition d’un « boréalisme » comme transposition de l’orientalisme afin de convoquer ce terme dans un sens plus large, pour désigner les mouvements croisés qui aboutissent à la fabrication d’un Nord non plus seulement scandinave mais aussi circumpolaire, sur une échelle historique plus large, de l’Antiquité à nos jours. » Il « refuse une essentialisation du « Nord » et de l’imaginaire collectif qui lui est associé, et pour saisir un processus dynamique qui redéfinit le « Nord » à chaque énonciation. »

Appel : Reines de scène et d’écran

« Reines à la scène et à l’écran, de la fin du XIXe au XXIe siècle : (ré)écriture, mise en scène, remédialisation (cinéma, série) », appel pour un colloque interdisciplinaire organisé à Rouen les 15-16 octobre 2019.

Date limite : 1er mai 2019.

Les titres et résumés de propositions sont à envoyer conjointement à Ariane Ferry et Sophie Mentzel avant le 1er mai 2019 :
ariane.ferry@univ-rouen.fr  et   mentzelsophie@gmail.com

Ce colloque interdisciplinaire et diachronique, inscrit dans le projet La force des femmes, hier et aujourd’hui, viendra conclure un programme de recherche sur la figure de la reine et ses évolutions dans les arts de la scène et de l’écran, l’un des axes du Cérédi, et interroge les représentations de l’exercice du pouvoir par les femmes.

Les deux premières journées d’étude (Reines de théâtre de la première modernité en Europe, 12 juin 2018 ; Reines de théâtre de la fin du XVIIIe au XIXe siècle, 19 novembre 2018) ont permis de faire émerger un certain nombre d’actrices de l’histoire européenne devenues de grandes figures de la scène en France, Espagne, Allemagne et Angleterre.

Le cycle s’achèvera avec un colloque intitulé Reines à la scène et à l’écran, de la fin du XIXe au XXIe siècle : (ré)écriture, mise en scène, remédialisation (cinéma, série)qui aura lieu les 15 et 16 octobre 2019 à l’Université de Rouen Normandie. On y abordera les reconfigurations successives de ces actrices de l’histoire et les émergences de nouvelles figures royales dans une perspective intermédiale (théâtre, cinéma et séries). Une partie du colloque sera consacrée aux écritures scéniques de la fin du XIXe siècle (Sardou, Jarry, etc.) à la période contemporaine (Howard Barker, Normand Chaurette, Victor Haïm), en passant par Montherlant, ainsi qu’aux mises en scène de « classiques avec reines » (Vilar, Ostermeier). Une autre sera consacrée aux productions audiovisuelles depuis les débuts du cinéma et à leur traitement des personnages de reines, historiques ou imaginaires – très présents ces derniers temps sur les petits (The CrownReignMarie-Thérèse d’AutricheGame of Thrones) et grand écrans (Les Adieux à la reineMarie-AntoinetteThe FavouriteMary Queen of Scots) : on y examinera le recyclage des figures déjà largement préconstruites par le théâtre et la fabrique de figures composites dans des genres et des formes cinématographiques variées de Visconti à Walt Disney, de Ernst Marischka (Sissi) à Sacha Guitry, Patrice Chéreau, Stephen Frears, Benoit Jacquot, Yórgos Lánthimos, etc.

Il s’agira enfin d’interroger l’engouement durable pour les figures royales féminines dans les productions théâtrales, cinématographiques et sérielles d’un point de vue narratif, esthétique, sociologique et idéologique.

Présentation générale du projet et des axes de recherche de Reines en scènes

De la sinistre Cléopâtre de Rodogune de Corneille aux troubles personnages de Shakespeare (Gertrude ou Lady Macbeth), de la pathétique Marie Stuart de Schiller à la versatile Marie Tudor de Hugo, de la bluette des Sissi de Ernst Marischka aux images sanglantes et aux complots de La Reine Margot de Chéreau ou de Game of Thrones, la représentation de la reine sur la scène et à l’écran semble osciller entre les feux contradictoires de la simplicité et de l’usurpation qui, tous deux, la privent de la nécessaire transcendance monarchique : humaine trop humaine, la souveraine qui accède au pouvoir est mise en scène comme un personnage hybride, pris entre les attendus d’une fonction glorieuse et la réalité de ses pulsions mortifères… ou domestiques. Si elle incarne le pouvoir, elle semble fragilisée de l’intérieur par ses passions, ses pulsions, ses rêves ou ses remords. En cela, n’est-elle pas un vecteur privilégié de la fable théâtrale et cinématographique ? Comment son ambivalence est-elle mise en scène et fait-elle spectacle ?

Un tel questionnement s’inscrit dans les axes de recherche du Cérédi :

  • Il s’intéresse aux arts de la scène et de l’écran, en explorant tout à la fois le domaine de la représentation théâtrale et, à partir du XXe siècle, ceux du cinéma et des séries. Entre Lady Macbeth et Cersei Lannister de Game of Thrones quels invariants de la royauté au féminin retrouve-t-on ? Quels changements note-t-on ?
  • Il se rapporte également à la réception créatrice des œuvres et à leur transformation à travers les attendus de la représentation de la reine et leur évolution : la figure de la reine ne s’actualise pas de la même façon au XVIIe siècle et au XXIe siècle, dans un genre ou un autre, une culture ou une autre. Dans quelle mesure les réalités sociales et politiques du siècle interviennent-elles dans les reconfigurations de cette figure du pouvoir, par ailleurs soumises aux évolutions de l’imaginaire collectif ? Les spectateurs sont-ils plus favorables aux reines aux époques où elles règnent (époque élisabéthaine, époque contemporaine) ou, paradoxalement, la force de l’imaginaire isole-t-elle le fantasme du pouvoir féminin de sa réalité sociétale pour produire des personnages déconnectés des réalités politiques ou des sources historiques ?

Inscrit dans le programme de recherche sur La Force des femmes, hier et aujourd’hui, qui vise, entre autres, à interroger les présupposés idéologiques accompagnant la mise en scène passée et contemporaine du pouvoir au féminin, ce cycle de journées d’études examinera les spécificités de la représentation des figures de reine en France et en Europe, du XVIe au XXIe siècle.

Divers axes de réflexion sont proposés :

  • Comment et pourquoi la reine est-elle un instrument majeur du spectaculaire ?
  • Quel(s) traitement(s) lui réserve-t-on sur les scènes ou sur les écrans ?
  • Sa mise en scène évolue-t-elle avec la place des femmes dans la société, ou demeure-t-elle une éternelle variation sur les motifs de la victime et/ou de l’usurpatrice ?
  • Quelles sont les figures marquantes de reines, que l’on retrouve sur les scènes et les écrans d’Europe (Marie Stuart, Elisabeth I et II, Marie-Antoinette…) et quel est leur statut dans l’imaginaire collectif ?
  • Enfin, comment définir « l’emploi » de reine dans la hiérarchie théâtrale et quels « monstres sacrés » façonne-t-il au théâtre et au cinéma ?

Quelques problématiques aussi :

  • La reine est-elle une femme comme une autre ? Et, dans ce cas, comment peut-elle incarner le pouvoir ?
  • Quel est l’écart entre les attendus de la représentation d’un roi et d’une reine ?
  • La reine serait-elle une métaphore des faiblesses du pouvoir ?
  • Quelles différences entre les reines de la scène française, où s’applique la loi salique, et celles de la scène anglaise ?
  • Comment expliquer que l’emploi de roi disparaisse de la grille française des emplois au XIXsiècle tandis que celui de reine demeure ?
  • Comment les personnages de reines forgent-elles les monstres sacrés de la scène et les vedettes du cinéma et du petit écran ?

Les journées d’étude et le colloque seront suivis de la publication d’un volume collectif intitulé Reines en scènes.

Parution : Légende Arthurienne


Légende Arthurienne. Sources, dérivations et ruissellements, sous la direction de Georges Bertin, éditions de l’Oeil du Sphynx, 2019

Textes de Véronique Liard, Gilles Susong, Paul Verdier, Lauric Guillaud, Pierre Besses et Jean Paul Lelu portant sur cette « transversalité culturelle et symbolique reliant, par delà les deux rives de la Manche, dans un imaginaire commun », née au Moyen Âge ; sur « les récits arthuriens » comme « pratique culturelle métissée, préfiguration de ce melting pot que deviendra une Europe  n’ayant jamais cessé de se définir dans le croisement des influences les plus diverses ».

Parution : Châteaux royaux

Après le temps des rois. Les châteaux du Val de Loire et leurs visiteurs, sous la direction d’Aurore Montesi, Florence Fix et Pierre Wat, éditions Orizons, 2019.

Angers, Saumur, Chinon, Langeais, Loches, Plessis-lèz-Tours, le Clos-Lucé, Chenonceau, Amboise, Chaumont-sur-Loire, Blois, et bien sûr Chambord… les châteaux royaux en Val de Loire ont été des lieux de pouvoir avant de s’inscrire dans l’espace commun en tant que lieux publics. Symboles de la majesté des souverains durant deux siècles, ils sont ensuite délaissés pour Paris puis Versailles, menacés de destructions ou de dispersion, restructurés et réemployés. Ce vide fait rêver : leur architecture composite et stratifiée, rappelant les multiples constructions et rénovations qu’ils ont connues, mais aussi les divers emplois et fonctions qu’ils ont pu occuper, interroge l’historien de l’art comme le professionnel de la conservation et du patrimoine. Que présenter au visiteur soucieux d’apprendre, de comprendre ces demeures qui sont une condensation d’histoire de l’art et d’histoire politico-culturelle ?

Une dizaine de conservateurs et d’historiens de l’art, avec la coordination d’Aurore Montesi (doctorante en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; page personnelle ici), Florence Fix (Professeur en littératures comparées à l’Université de Rouen-Normandie) et Pierre Wat (Professeur d’histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de l’HiCSA), partagent ici leurs expériences et leur savoir afin d’interroger l’identité et le devenir du château « après le temps des rois », suite à la journée d’étude organisée à l’INHA en septembre 2015 ayant pour thématique la représentation des châteaux en Val de Loire du XIXe au XXIe siècle.

SOMMAIRE

Introduction

Aurore Montesi

Imaginer un château. Les romantiques et les châteaux de la Loire : préservation et créations théâtrales

Stéphane Arthur

Châteaux, palais et prisons : la vision symbolique du Cinq-Mars de Vigny

Lise Sabourin

Les châteaux de la Loire dans l’œuvre d’Alexandre Dumas : un exemple de paradigme romanesque

Sylvain Ledda

Un château fond de scène d’un parc : Le garde-chasse de Chambord (1821)

Florence Fix

Le Chambord de Flaubert

Éric Le Calvez

Le Soldat et la Sorcière d’Armand Salacrou, ou les deux défaites du « Roi de Chambord »

Yannick Hoffert

(Dés)enchantement et réinvention du patrimoine. Le château de Chambord dans Peau d’âne de Jacques Demy (1970)

Aurore Montesi

Visiter un château. Avant-propos

Luc Forlivesi

Le château de Chambord au XIXe siècle : étude critique des travaux voulus par le comte de Chambord (1830-1883)

Timothée Bartkowiac-Bouvet

L’évolution du statut et de la destination du château d’Amboise, de la fin du XVIIIsiècle à nos jours

Jean-Louis Sureau

Le château royal de Blois, entre culture et tourisme

Élisabeth Latrémolière

Le château de Saumur au XIXe siècle : genèse d’un monument historique

Claire Giraud-Labalte

Conclusion

Christian Amalvi

Bibliographie indicative

Les auteurs

Table des matières

Parution : Loisirs et imaginaires

Nouveau dossier thématique sur le carnet hypotheses.org Mundus Fabula : « Loisirs et imaginaires », coordonné par Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat : https://mf.hypotheses.org/948

« Les communications présentées lors d’un séminaire organisé à l’UPFR des Sports de Besançon en 2018, intitulé « Loisirs et imaginaire. La construction de mondes sociaux »,  ont conduit à partager des problématiques et à mener des débats autour de l’usage de l’imaginaire pour l’analyse du réel. Plus encore, en prenant pour cadre les loisirs, il s’agissait de comprendre comment la notion est utilisée selon les terrains respectifs de chacun et est rendue opérante grâce aux différentes méthodologies employées. »

Voir la présentation complète sur le carnet, et signalons en particulier les textes suivants :

Audrey Tuaillon Demésy, Sébastien Haissat, Introduction, Quels usages aujourd’hui de la notion d’imaginaire ?

Laurent Di Filippo, Approches anthropologiques de l’imaginaire pour l’étude des représentations nordiques

Noémie Budin, Quand l’imaginaire se fait le miroir de la société. L’exemple de la matière féerique

Sébastien Haissat, Les personnages de fiction dans les médias de masse. Expression d’un imaginaire social

Audrey Tuaillon Demésy, Punks, reconstituteurs et joueurs de quidditch : temps et imaginaire dans les loisirs alternatifs

Colloque : Frontières de la fantasy

« Frontières et Limites de la Fantasy. Précurseurs, Apparentés, Compagnons de Route »

Les 16 et 17 mai 2019, ULCO, U.R. H.L.L.I., Boulogne-sur-Mer, Centre Universitaire Le Musée

Marc Rolland (ULCO), Anna Vaninskaya (University of Edinburgh) Justine Breton (U. de Picardie) Xavier Escudero (ULCO) Claire Jardillier (ULCO) Justine Jotham (ULCO).

Jeudi 16 mars 

Ouverture du colloque : discours préliminaire présentation du colloque.

D’Est en Ouest, genèse d’un genre et sa redécouverte.

Anne BESSON (U. d’Artois) conférence  : Une autre histoire de la fantasy est-elle possible ?

Discussion

Thierry FRAYSSE (Editeur) La quête des classiques de la Fantasy et la (difficile) traduction.

Justine JOTHAM (ULCO) Une ‘fantasy’ à la française ? Marcel Schwob et l’imaginaire ‘fin-de-siècle’.

Tatjana SILEC (U. Paris-Sorbonne) William Morris and the lost art of imitation.

Déjeuner

Xavier ESCUDERO (ULCO) À la lisière de la fantasy : Mystero. L’Empire desténèbres de Miquel Giménez

Ewa DRAB (U. de Silésie) Andreyej Saplowski en tant que précurseur de la fantasy d’expression polonaise.

Discussion

Ana Carolina Lazzari Chiovatto (U. de Sao Paulo/Edimburgh), “Baum’s Witches of Oz, an Innovative Feminine Representations, Even by today’s standard

Bruno MATANGRANO (U. de Sao Paulo) Le Monde d’Oz de L. Frank Baum : conte de fée moderne ou fantasy avant la lettre ?

Présentation de l’exposition Les littératures de l’imaginaire, Elisabeth GEFFROY (ULCO)

Dîner

Vendredi 17 mai

Précurseurs de la Fantasy et définition d’un genre

Brian ATTEBERY (Idaho State U., Visiting Professor U. of Glasgow) Conférence : « If Not Conflict then What »

Discussion

10h Patricia GILLIES (U. of Essex) Epic Fantasy, the Metropolis as Monster, Adventure and Marvel.

Discussion

11h Diane PURKISS (U. of Oxford) The Imagination and Misattribution : C.S Lewis, Memory and Appropriation

11h45 Rob MASLEN (U. of Glasgow) William Morris and the Strange Houses of Victorian Fantasy

Déjeuner

14h Anna VANINSKAYA (U. of Edinburgh) E. R. Eddison: Bearing Witness to the Eternal

14h30 Marc ROLLAND (ULCO) E.R. Eddison, Painting and Music.

Discussion

15h15 Marc ROLLAND (ULCO) Charles Duit’s Ptah Hotep (1971)

Claire JARDILLIER (ULCO)

Discussion

Dîner

Tasnime AYED (Arras/Manouba)

Enseignante universitaire, Professeur agrégée de Langue, Littérature et Civilisation françaises à la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de La Manouba, Université de La Manouba, Tunisie

Doctorante en cotutelle aux Universités d’Artois et de La Manouba

Membre des laboratoires Textes et Cultures (Université d’Artois) et Analyse textuelle, Traduction et Communication (Université de La Manouba)

Ancienne élève de l’École Normale supérieure de Tunis

Vice-présidente du Martin Studies International Network

Domaines de recherche :

Sujet de thèse : « La Représentation du Pouvoir, du Roman courtois au Roman fantasy. Étude comparative des Œuvres de Chrétien de Troyes et de George R. R. Martin »

Littérature moderne – Littérature médiévale – Paralittérature – Fantasy – Médiévalisme – Univers secondaires  – Critique sérielle

Principaux travaux :

  • (à paraître) « GOT ou ASOIAF ? Le Trône de Fer… en bref », Patrick VOISIN (dir.), Réinventer la Brachylogie entre dialectique et rhétorique, éditions Classiques Garnier.
  • « Le Loup dans Game of Thrones, décryptage », Contes et Légendes magazine n°13, Le Loup Maître des bois et des peurs, Oracom, 2019.
  • « Esthétique du combat singulier dans Le Trône de Fer », Bien Dire et bien aprandre, Revue de Médiévistique n°33, Combattre (comme) au Moyen Âge, Centre d’études médiévales et dialectales de Lille 3, 2018.
  • « Figure de la Femme rouge dans Le Trône de Fer de George R. R. Martin », Actes du colloque international « Séduction et Magie », Université de Tunis – Faculté des Sciences humaines et Sociales de Tunis, Arabesques éditions, 2018.
  • « Daenerys Targaryen : figure de pouvoirs, archétype en mouvement », communication pour le colloque international «  The Middle Ages in the Modern World – MAMO 4 » ; John Cabot University – École française de Rome, Rome, 21, 22, 23, 24 novembre 2018.
  • « Éternel Moyen Âge. De Chrétien de Troyes à George R. R. Martin, médiévalisme et transmission littéraire », communication pour le colloque international «  Hommage et transmission dans l’œuvre littéraire » ; Université de La Manouba – Université de Tunis, La Manouba – Tunis, 03, 04, 05 mai 2018.
  •  « Dire le pouvoir : (dé)structuration des codes chromatiques dans Game of Thrones », communication pour le colloque international « La Couleur dans la littérature et les arts » ; Université de La Manouba, La Manouba, 06, 07 décembre 2017.
  • « Les Moineaux, une expression du Fanatisme dans Le Trône de Fer », communication pour le congrès international « Extrême(s) » ; Université de La Manouba, La Manouba ; 08, 09, 10 décembre 2016.
  • « La Mise en scène de l’Hiver dans Game of Thrones », communication pour le colloque « Winter is coming. De Jack London À George R. R. Martin » ; Université de Lorraine, Nancy ; 03, 04 novembre 2016.
  • « La Folie en Représentation dans Game of Thrones », communication pour le colloque international « Des Folies et des Arts » ; Université de Monastir, Moknine ; 12, 13, 14 avril 2016.

CV et contact :

https://tasnimeayed.wixsite.com/cerclesentriangle/cv

tasnime.ayed@gmail.com

Parution : Moyen Âge pour la jeunesse

Fictions médiévales pour la jeunesse, sous la direction d’Yvon Houssais, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2018

Le Moyen Âge continue à occuper une place importante dans l’édition pour la jeunesse, sous des formes variées, allant de la fantasy au roman historique proprement dit.  Quel est le rapport à l’Histoire entretenu par ces textes ? La première partie laisse la parole aux auteurs qui reviennent sur leur démarche et leur projet d’écriture. Par la suite, est analysée la question des rapports entre l’Histoire et la fiction, les traces de l’Histoire dans le texte, le compromis tenté par l’auteur entre l’imaginaire et l’historiquement vraisemblable. Enfin, une dernière partie traite des pratiques de lecture du roman historique en classe et de sa place dans les revues pédagogiques.

PREMIÈRE PARTIE : DE L’HISTOIRE À LA FICTION                                             

Histoire et récit dans le roman historique pour la jeunesse                                                  

Yvon Houssais

Continuer la lecture

Séminaire LAMOP “Médiévalisme”

Séminaire Le médiévalisme. Des usages contemporains du Moyen Âge, animé par l’historienne Aude Mairey (LAMOP)


« Depuis quelques décennies, le médiévalisme, que l’on peut définir à la suite de Louise d’Arcens comme « la réception, l’interprétation ou la recréation du Moyen Âge européen dans les cultures post-médiévales », est devenue une discipline à part entière, d’abord dans les pays anglophones puis dans l’ensemble de l’Europe occidentale (pour ne s’en tenir qu’à elle). Le champ est vaste : de Victor Hugo à J.R.R. Tolkien, de la recréation d’une architecture néo-gothique aux jeux vidéo populaires, de l’anneau de Jeanne d’Arc à la reconstitution de batailles médiévales, les usages contemporains du Moyen Âge sont nombreux – littéraires, cinématographiques, ludiques, mais aussi politique… Pourtant, alors que nos collègues littéraires ont été les premiers à s’emparer de ce champ au sein du monde universitaire, cela n’a pas été le cas (ou à peine) pour les historiens. Ce séminaire se propose donc d’envisager, en complémentarité avec les autres disciplines, tant l’histoire du médiévalisme que la diversité de ses usages actuels.
Les séances sont ouvertes à tous et se tiendront le vendredi de 14h à 16h en salle Perroy, à la Sorbonne.

Programme 2018-2019 (2nd semestre) :
18 janvier 2019 – Introduction – Histoire du médiévalisme, 1, Aude Mairey
1er février 2019 – Introduction – Histoire du médiévalisme, 2, Aude Mairey
22 février 2019 – Médiévalisme et politique, intervenant : Joseph Morsel (Université Paris 1)
22 mars 2019 – Médiévalisme et cinéma, intervenant : William Blanc (médiéviste indépendant)
5 avril 2019 – Médiévalisme et littérature, intervenant : Vincent Ferré (Université de Paris Est-
Créteil)
19 avril 2019 – Les usages ludiques du passé : Le médiévalisme dans les jeux contemporains,
intervenant : Laurent Di Filippo (DynamE, Université de Strasbourg/CREM, Université de
Lorraine)


Attention : si vous n’êtes pas inscrit dans une des universités de la Sorbonne ou à la
Bibliothèque, il faut impérativement le signaler à cette adresse : aude.mairey@univ-paris1.fr, car
pour des raisons de sécurité, le recteur de Paris exige une liste des invités pour chaque
manifestation ayant lieu à la Sorbonne.

Conférences : mythes médiévaux

LES MYTHES MÉDIEVAUX REVISITÉS AU XXème SIÈCLE
Trois rencontres des Amis du Musée de Cluny avec William Blanc
Mardi 5 février, jeudi 21 février, mardi 19 mars 2019 à 18h

Le Bloc, espace de Coworking, 10 bis, rue du Sommerard Paris 5ème

Jamais le Moyen Âge n’a autant été présent dans le paysage culturel. Romans, films, bandes dessinées, jeux, publicités, la fascination pour l’époque médiévale prend des tours et des détours parfois déroutants, souvent originaux, mais toujours fascinants. Pour en savoir plus, la Société des Amis du musée de Cluny, avec la complicité de William Blanc, vous propose ce cycle de conférences pour découvrir en trois temps le Moyen Âge dans la culture populaire d’aujourd’hui. 

Mardi 5 février – 18h : Le mythe arthurien, du cinéma à la BD

Jeudi 21 février – 18h : Games of thrones, une histoire de la Fantasy

Mardi 19 mars- 18h : Robin des bois en Amérique

Intervenant : Historien et passionné du Moyen Âge et de ses représentations dans les arts populaires (BD, cinéma, jeux, séries télévisées, arts graphiques), William Blanc participe depuis 2012 à l’aventure de la revue Histoire et Images médiévales. Il est aussi coauteur ou auteur de plusieurs livres : « Le Roi Arthur. Un mythe contemporain » (Libertalia, 2016), « Charles Martel et la bataille de Poitiers, de l’Histoire au mythe identitaire» (Libertalia, 2015, avec Christophe Naudin). Outre plusieurs articles dans des revues scientifiques, il organise également le podcast Fréquence médiévale.

Accès gratuit dans la limite des places disponibles.

Réservation indispensable au plus tard 8 jours avant chaque conférence auprès de : amis.musee.cluny@outlook.fr

auprès de : amis.musee.cluny@outlook.fr

Appel : Fantasy Arthurienne


Appel à articles / Call for Papers
pour la revue en ligne Fantasy Art and Studies n°7
La Fantasy du roi Arthur / King Arthur’s Fantasy

Les articles sont à envoyer à l’adresse fantasyartandstudies@outlook.com pour le 22 juin 2019.


(English version below)
Développées depuis le IXe siècle en Europe, les légendes du roi Arthur, du sorcier Merlin et des chevaliers de la Table ronde continuent de s’épanouir aujourd’hui dans le monde entier, notamment à travers des réécritures et des adaptations de Fantasy. Qu’il s’agisse du roman pédagogique The Sword in the Stone (1938) de T.H. White, de l’étonnante version anime de King Arthur (1979-1980), de la réécriture féministe de Marion Zimmer Bradley dans Les Dames du Lac (1983), ou du Cycle initiatique de Merlin (2003-2018), centré sur une lecture celte et proposé en bande dessinée par Jean-Luc Istin et Eric Lambert, la Fantasy puise très régulièrement dans les différentes facettes des légendes arthuriennes pour en interroger la pérennité et la pertinence aujourd’hui. Le grand nombre de personnages et de créatures mythologiques, ainsi que le caractère universel des thèmes abordés – comme l’amitié, la trahison, le pouvoir –, permettent aux légendes arthuriennes d’être adaptées à tous les contextes historiques et géographiques, ainsi qu’à toutes les atmosphères, de la fantasy historique de la Saga du roi Arthur de Bernard Cornwell (1995-1997) à la light fantasy de Sacré Graal ! des Monty Python (1975) et de Shrek le Troisième (2007). L’ajout de personnages originaux dans l’environnement royal, comme la jeune Ana dans L’Apprentie de Merlin de Fabien Clavel (2010-2013), permet de déplacer l’action tout en restant fidèle à un cadre familier – qui plaît tant aux lecteurs.
Qu’apporte le roi Arthur aux oeuvres de Fantasy ? L’intérêt des légendes tirées du Moyen Âge réside-t-il dans leur universalité, ou au contraire dans ce qu’elles ont de surprenant pour le lecteur contemporain ? Comment les thèmes épiques et magiques, si chers à la Fantasy, sont-ils articulés pour satisfaire le lectorat des XIXe, XXe et XXIe siècles ? Quel est le rôle des réécritures modifiant la perspective, et apportant par exemple le point de vue des méchants traditionnels, comme Mordred et Morgane ?

Continuer la lecture

Parution : Arthuriana pour enfants


Malory’s Magic Book. King Arthur and the Child, 1862-1980, 
Elly McCausland, Boydell and Bewer “Arthurian Series”, 2019


Arthur Drawing the Sword from the Stone, Walter Crane (Illustration)

An examination of the numerous adaptations of Malory’s Morte Darthur for children in the nineteenth and twentieth centuries.From the time when the writer J.T. Knowles first adapted Thomas Malory’s Morte Darthur for a juvenile audience in 1862, there has been a strong connection between children and the Arthurian legend. Between 1862 and 1980, numerous adaptations of the Morte were produced for a young audience in Britain and America. They participated in cultural dialogues relating to the medieval, literary heritage, masculine development, risk, adventure and mental health through their reworking of the narrative.
Covering texts by J.T. Knowles, Sidney Lanier, Howard Pyle, T.H. White, Roger Lancelyn Green, Alice Hadfield, John Steinbeck and Susan Cooper, among others, this volume explores how books for children frequently become books about children, and consequently books about the contiguity and separation of the adult and the child. Against the backdrop of Victorian medievalism, imperialism, the rise of child psychology and two world wars, the diverse ways in which Malory’s text has been altered with a child reader in mind reveals changing ideas regarding the relevance of King Arthur, and the complex relationship between authors and their imagined juvenile readers. It reveals the profoundly fantasised figures behind literary representations of childhood, and the ways in which Malory’s timeless tale, and the figure of King Arthur, have inspired and shaped these fantasies. 

Dr ELLY MCCAUSLAND is Senior Lecturer in British and American literature at the University of Oslo.

Table des matières

Introduction
‘Ever fresh and fascinating to the boy and girl of today’: the timeless child and the childish medieval in nineteenth-century Arthuriana
Risk and revenue: adventurous Arthurian masculinities in the work of Howard Pyle and Henry Gilbert
The ill-made adult and the mother’s curse: psychoanalysing the Arthurian child in T. H. White’s The Once and Future King
‘Monty Python was not that far away’: the instability of 1950s Arthuriana for children
‘For a little while a magician’: potent childish fantasies in John Steinbeck’s Acts of King Arthur and his Noble Knights
Conclusion: At the crossing-places
Bibliography