Archives de l’auteur : Anne Besson

Appel : Mythologie nordique et fantasy

APPEL: LA MYTHOLOGIE NORDIQUE DANS LA FANTASY (REVUE FANTASY ART AND STUDIES)

Depuis la période romantique, la mythologie nordique s’est révélée une grande source d’inspiration pour les auteurs de fiction, en particulier en Fantasy. Sans conteste, nombreux sont les récits de Fantasy incluant des Vikings – ou des guerriers d’inspiration viking –, des elfes, des nains, des géants, des prophétesses. Si certains sont largement basés sur les mythes tels que nous les connaissons à travers les sources médiévales, d’autres réinterprètent et réarrangent le matériau original au point de créer des histoires complètement différentes qui ne conservent que les noms scandinaves.

J. R. R. Tolkien doit certainement être reconnu comme à l’origine de la permanence des motifs nordiques en Fantasy. En effet, le Hobbit et le Seigneur des Anneaux incluent tous deux des noms et des personnages inspirés de la mythologie nordique : ainsi l’attirail de Gandalf rappelle Odin l’Errant (Odin Ganglari), et les noms des Nains sont tirés d’une liste de l’Edda poétique. Cependant Tolkien n’est pas le premier auteur de Fantasy à se tourner vers la mythologie nordique. De 1869 à 1875, William Morris traduit plusieurs sagas, parmi lesquelles la Völsunga saga, dont il propose en 1877 une réécriture sous le titre The Story of Sigurd the Volsung and the Fall of the Niblungs. Ses romances The House of the Wolfings (1889) et The Roots of the Mountains (1890), visiblement influencés par l’univers des anciens Germains et des anciens Scandinaves, préfigurent les œuvres de Tolkien. Quelques décennies plus tard, entre 1928 et 1938, le créateur de Conan le Cimmérien, Robert E. Howard, écrit sur les Vikings dans Weird Tales et invente le pirate Cormac Mac Art qui est en relation avec des hommes du Nord.

La Fantasy des XXe et XXIe siècles poursuit cette réinterprétation du matériau nordique. Si Douglas Adams relate la rencontre entre son détective Dirk Gently et les dieux Odin et Thor de manière humoristique dans Beau comme un aéroport (1988), dans American Gods (2001), Neil Gaiman présente à ses lecteurs une galerie de dieux issus de différentes cultures qui doivent faire face aux nouvelles divinités du monde moderne. Parmi eux, Odin est le principal agent dans une guerre contre les nouveaux dieux. Dans Runemarks (2007), un roman pour la jeunesse de Joanne M. Harris, l’apocalypse a déjà eu lieu et les dieux ont perdu leurs pouvoirs.

Ce vaste corpus s’adresse aux lecteurs de tout âge et n’a pas cessé de s’étendre de plus en plus au cours des années, à travers d’autres médias. En 1979, la BD humoristique danoise Valhalla relate les aventures de Thor et Loki, tandis que le récent manga de Hajime Isayama, L’Attaque des Titans, fait référence à Ymir et aux géants. Les adaptations cinématographiques du comics de Marvel Mighty Thortransportent le dieu du tonnerre dans les États-Unis d’aujourd’hui et transforment la mythologie nordique en un univers de Science FantasyA contrarioLe 13e guerrier (1999, basé sur le roman de Michael Crichton, Le Royaume de Rothgar, 1976) raconte l’histoire d’Ahmad Ibn Fadlan qui voyage dans le Nord pour combattre des monstres aux côtés des Vikings. Les jeux vidéo trouvent également leur inspiration dans la mythologie nordique : la franchise Final Fantasy (Square Enix, 1987-) reprend des noms de dieux et de lieux ; Odin Sphere (2007) fait d’Odin un général.

Pour son 6ème numéro, Fantasy Art and Studies vous invite à explorer les usages de la mythologie nordique en Fantasy, que ce soit en littérature, au cinéma, à la télévision, dans la bande dessinée ou les jeux vidéo.

Vous pouvez interroger (mais non exclusivement) :

– la manière dont ces réinterprétations apportent un nouvel éclairage sur les sources médiévales

– dans quelle mesure les représentations de la mythologie nordique en Fantasy perpétuent les conceptions romantiques du XIXe siècle

– dans quelle mesure les réécritures de mythes nordiques influencent les œuvres de Fantasy récentes

– l’évolution de ces représentations en Fantasy.

Vos articles (6 pages max., soit environ 30 000 signes) en anglais ou en français sont à envoyer en format .doc, Times New Roman corps 12, interligne simple, au plus tard le 5 janvier 2019 à fantasyartandstudies@outlook.com

Image: Arthur Rackham

Florence Marsal (Université du Connecticut)

Florence Marsal est Associate Professor in Residence à l’université du Connecticut. Ses domaines de recherche sont la littérature arthurienne en Ancien Français, en particulier le cycle du Lancelot en prose, et les auteurs contemporains, Jacques Roubaud plus particulièrement. Elle a publié plusieurs articles sur ces sujets, notamment dans la revue L’Esplumeoir (revue de la Société Internationale des Amis de Merlin). Son livre, Jacques Roubaud : Prose de la mémoire et errance chevaleresque, est paru aux Presses Universitaires de Rennes en 2010.

Parution : La cathédrale gothique

The Idea of the Gothic Cathedral Interdisciplinary Perspectives on the Meanings of the Medieval Edifice in the Modern Period,  Stephanie A. Glaser, Brepols, 2018

Image : La Cathédrale de Reims par  Eugène Galien-Laloue (1854-1941)

Central to many medieval ritual traditions both sacred and secular, the Gothic cathedral holds a privileged place within the European cultural imagination and experience. Due to the burgeoning historical interest in the medieval past, in connection with the medieval revival in literature, visual arts, and architecture that began in the late seventeenth century and culminated in the nineteenth, the Gothic cathedral took centre stage in numerous ideological discourses. These discourses imposed contemporary political and aesthetic connotations upon the cathedral that were often far removed from its original meaning and ritual use.

This volume presents interdisciplinary perspectives on the resignification of the Gothic cathedral in the post-medieval period. Its contributors, literary scholars and historians of art and architecture, investigate the dynamics of national and cultural movements that turned Gothic cathedrals into symbols of the modern nation-state, highlight the political uses of the edifice in literature and the arts, and underscore the importance of subjectivity in literary and visual representations of Gothic architecture. Contributing to scholarship in historiography, cultural history, intermedial and interdisciplinary studies, as well as traditional disciplines, the volume resonates with wider perspectives, especially relating to the reuse of artefacts to serve particular ideological ends.

Table des matières :

Introduction: The Medieval Edifice in the Modern Period — STEPHANIE A. GLASER

Part I — The Cathedral and the Nation

The Moorish-Gothic Cathedral: Invention, Reality, or Weapon? — MATILDE MATEO
Acting Medieval, Thinking Modern, Feeling German — MICHAEL J. LEWIS
L’Histoire d’une cathédrale: Viollet-le-Duc’s Nationalist Pedagogy — ELIZABETH EMERY
The Gothic Cathedral and Historiographies of Space — KEVIN D. MURPHY

Part II — The Cathedral between Art and Politics

The Anarchist Cathedral — MAYLIS CURIE
L’Imaginaire de la cathédrale à l’épreuve de la Grande Guerre — JOËLLE PRUNGNAUD
Church, Nation, and ‘The Stones of France’ — RONALD R. BERNIER

Part III — The Cathedral in the Arts

Patterns of Behaviour Architectural Representation in the Romantic Period — KLAUS NIEHR
Frozen Music and Symphonies in Stone. Gothic Architecture and the Musical Analogy: Intersecting Trajectories in German and French Thought from the Eighteenth through the Nineteenth Centuries — STEPHANIE A. GLASER
Délires opiomanes et gothicomanes de Thomas De Quincey à Wilfred Sätty — JEAN-MICHEL LENIAUD
The Cathedral as Time Machine: Art, Architecture, and Religion — RICHARD UTZ

Select Bibliography
Index

Informations pratiques :

Stephanie A. Glaser (ed.), The Idea of the Gothic Cathedral Interdisciplinary Perspectives on the Meanings of the Medieval Edifice in the Modern Period, Turnhout, Brepols, 2018 (Ritus et Artes, 9). XVIII+375 p., 68 b/w ill., 156 x 234 mm. ISBN: 978-2-503-56813-3. Prix : 100 euros.

Colloque : Moyen Âge à l’ère numérique

Colloque – The Medieval Literary Canon in the Digital Age

17-18 September 2018

Campus Book Tower, Ghent University

poster-mcda-768x1087

 

Voir le programme : http://www.mcda.ugent.be/wp-content/uploads/2018/02/mcda-programme-2.pdf

An often repeated promise of the digital humanities, in the wake of the “computational turn”, is that the wide availability and accessibility of historical texts enables scholars to breach the restrictions of a literary canon. Such a potential for literary computing, which was in 1992 first set forward as a “new” philology by its godfather Roberto Busa SJ, prominently returns in the works of computing literary theorists such as John Burrows, Jerome McGann and Franco Moretti. Their assertions that quantification entails a “widening of the canon” and eventually the advance of a “new philology”, easily invoke medievalists’ inquisitiveness. How, exactly, can the digital humanities provide such insights for the Middle Ages?

Firstly, one can question if the Middle Ages have not irrevocably lost a privileged position in the modern-day literary canon altogether. The Middle Ages seemingly take up a background position in Moretti’s methodology as an anomalous precedent to the type of literary (re)production that is typical to a literary market in the age of the printing press. This type of text is printed on a scale determined by supply and demand, a condition which appropriates it for digitization today. Even within medieval scholarship, much of the digital scholarship still seems to hinge on well-conserved and therefore well-known theological and literary authorities, whose texts have been reproduced continuously in subsequent editions and translations.

Secondly, over the last decades, medieval studies have become very sensitive to the materiality of textual transmission in the Middle Ages. This is reflected in the New Philology, coined as such by Stephen G. Nichols, which gained momentum in the 1990s. This New Philology, noticeably influenced by post-structuralist theory from the 1960s, drew explicit attention to the conviction that one cannot separate medieval texts from their manuscript context and to reader response. It postulated that analyzing and understanding the various physical appearances of medieval written texts is an essential hermeneutic criterion, and argued that gaining an overview of all stages allowed them to be chained together into a reception history. At first glance, such a “praise of the variant” appears antithetical with the virtual, normative and reductive character of a digital environment, where only little attention has gone out to readers. Yet, both Franco Moretti as Stephen G. Nichols explicitly present their “new” philology – the digital and material respectively – as a cure to a similar ailment: both their “manifestos” symbolically overthrow Ernst Robert Curtius’ iconic Europäische Literatur und Lateinisches Mittelalter. The means by which they aspire to change Curtius’ “old” philology, however, are very different.

As voices increasingly proclaim the emancipation of the digital humanities from their merely supportive role, and as the tools for digital medieval studies proliferate (e.g. digital scholarly editing, computational stylistics, digital palaeography, digital stemmatology, …), this conference seeks out a confrontation between the two “new” philologies and their respective approaches towards a canon that has been formed under an “old” philology. It welcomes research that both problematizes the specialized character of medieval literary production, and yet demonstrates the potential for computational criticism to “breach” or “widen” the medieval canon through digital tools. At the same time, the conference aims to tackle the following questions:

– How has the digital era changed our reading of medieval literature?
– How, exactly, can we understand computational approaches to the Middle Ages as radically transforming our disciplines?
– Are digital approaches bound to remain auxiliary in nature?
– Does it make sense to speak in terms of “new” and “old”, “digital” and “traditional”, “distant” and “close” readings? If so, where should one locate the differences? If not, where should one locate the overlaps?
– To what extent is the New Philology’s advocacy for an object-oriented approach respected or disregarded in computational criticism?
– How can theoretical concepts such as Franco Moretti’s “distant reading” question the medieval canon and the underlying principles or instances that have calibrated it towards an evaluative instrument (Gr. κανών, a “measuring rod”)?
– Which are the governing powers that underpin medieval canon formation, and are these in any way institutionalized (schools, markets, authorities, …)? How are they best described and/or best captured?

Informations pratiques :

The conference will be held in the Jozef Plateau Conference Room of the Plateau-Rozier building (Campus Book Tower, Ghent University). The venue is located in the city centre, within walking distance of public transportation (Jozef Plateaustraat 22, 9000 Ghent).

Enter the building through the main entrance, go left in front of the central staircase on the ground floor, the room is at the end of the hallway. The building is accessible for people with disabilities (treshold ramps).

You can register by sending an email to jedgusse.degussem@ugent.be. Registration closes on Monday, September 3rd.

There is a € 40,00 registration fee for both days, including coffee breaks and lunches. Conference speakers and members of the Henri Pirenne Institute for Medieval Studies are exempt from this fee.

This conference is organized by the Henri Pirenne Institute for Medieval Studies (HPIMS) of Ghent University in collaboration with the research group RELICS (Ghent University) and the University of Antwerp (Department of Literature). It is supported by the Scientific Research Network Digital Humanities Flanders (DHu.f), funded by Research Foundation – Flanders (FWO).

Source : The Henri Pirenne Medieval Institute

Parution : Transmissions cisterciennes

Les cisterciens et la transmission des textes (XIIe-XVIIIe siècles), dir. Thomas Falmagne, Dominique Stutzmann, Anne-Marie Turcan-Verkerk et Pierre Gandil, Brepols, 2018.

dIS-9782503553054-1

Les cisterciens sont moins connus pour avoir recherché et retravaillé les textes que pour leurs efforts de centralisation et d’unification dans l’architecture et les arts, la liturgie et la vie quotidienne, et pour leur utilisation active de l’écrit pragmatique – pour ne citer que ces quelques domaines. Et pourtant, leurs bibliothèques, parfois immenses, font mentir par leur richesse et les textes rarissimes ou inattendus qu’elles nous ont conservés l’idée d’un ordre peu consacré aux études. Où les cisterciens ont-ils trouvé ces textes ? Quels étaient leurs réseaux ? Avaient-ils des critères pour choisir les textes à copier et les modèles ? La recherche des textes était-elle dans ces abbayes réfléchie, concertée ? En somme, les cisterciens ont-ils été des transmetteurs par hasard, ou parce que leur intérêt pour les textes allait bien au-delà de ce que nous croyons habituellement ? Ce livre montre que la seconde réponse est certainement la plus juste.

Anne-Marie Turcan-Verkerk est titulaire de la chaire de Langue et littérature latines du Moyen Âge à l’École pratique des hautes études, et chercheur associé à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS), où elle dirige l’équipe de Codicologie, histoire des bibliothèques et héraldique. Elle est responsable de Biblissima, Observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance.

Dominique Stutzmann est chargé de recherche à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS), où il est responsable de l’équipe de Paléographie latine. Il dirige le projet ANR Oriflamms (Ontology Research, Image Feature, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts).

Thomas Falmagne est responsable du catalogue des manuscrits médiévaux conservés au Grand-Duché de Luxembourg, rédigé au Handschriftenzentrum de Francfort-sur-le Main. Il est membre du comité international de paléographie latine.

Pierre Gandil est directeur par intérim de la Médiathèque du Grand Troyes.

 

Appel : Moyen Âge et culture pop

Appel pour le 1er octobre :

« Researching, Teaching and Learning the Middle Ages through Popular Culture : Medievalism and all that » 

Colloque organisé à Florence les 17-18 janvier 2019 par l’université Elon & l’université Grenoble Alpes

“At least since the beginning of the Nineteenth century, the “dream of the Middle Ages” (Umberto Eco) has captivated Western culture in many ways. Throughout the Nineteenth and Twentieth centuries, literary medievalism has known a growing popularity, and new media and forms of entertainment have been progressively involved in various forms of recollection – whether celebrating or deprecating, or simply reinterpreting – of the Middle Ages. For example: the popular novel and genre narrative; radio and television; but also political discourse and different forms of nationalist discourse.

These various appropriations have brought about a complex array of medieval revivals that are often influenced by technological developments and interactive media. Thus, nowadays we find de facto teaching, learning, and representation of the Middle Ages in: videogames; Facebook groups; “Twitter literature”; television series; advertisements; fan fiction spin-offs and crossovers; metal music; board games and so on.”

L’appel liste quelques questions :

“What place and role do these new medieval mass cultural products have in the medieval canon?

“How can these productions help scholars, teachers, and students to understand and contextualize the Middle Ages in our modern world?

“How can they be leveraged to popularize, teach, and learn about the medieval period?

“Is this contemporary kind of medievalism (sometimes referred to as “neomedievalism”) different from historical revivals in other periods?”

 

Langues de travail : anglais et italien

 

Suite de l’appel sur le site https://lpcm.hypotheses.org/11320 ou directement ici : https://goo.gl/3aRWui

Appel : Représentations animales

REPRÉSENTATIONS ANIMALES DANS LES MONDES IMAGINAIRES: VERS UN EFFACEMENT DES FRONTIÈRES SPÉCISTES ?

Colloque interdisciplinaire jeunes chercheurs

Université d’Artois, Arras, « Textes et Cultures » (E.A. 4028)

Organisé par Marie Lucie Bougon (Artois), Charlotte Duranton (Ethodog – Research in Canine Ethology), Laura Muller-Thoma (Artois) et coordonné par Anne Besson (Artois)

14-15 Novembre 2019
Date du rendu des communications : le 1er octobre 2018

On connaît le développement critique des animal studies depuis une dizaine d’années[1], tandis que la question animale s’impose toujours davantage aux consciences et dans les représentations. Au cœur de l’actualité de la recherche nationale et internationale, les relations que nous entretenons avec les autres espèces se sont vues particulièrement étudiées avec l’avènement de l’éthologie, science du comportement des animaux, et sont aussi à l’interface de la psychologie et de l’anthropologie.

Si l’on sait l’importance des « présences animales » dans les littératures et cultures d’enfance et de jeunesse[2]le colloque « Représentations animales dans les mondes imaginaires : vers un effacement des frontières spécistes ? » invite pour sa part à une réflexion spécifique sur ce que les fictions de l’imaginaire reflètent elles aussi, pour leurs lecteurs, quant à ces évolutions dans la conception des rapports entre l’animal et l’humain. L’on voit en effet s’exercer en fantasy une tension particulièrement fructueuse entre la mise en scène d’invariants mythiques ou anthropologiques (de l’animal psychopompe à l’animal-totem en passant par le monstre hybride) et une grande sensibilité aux préoccupations sociétales, caractéristique du pôle commercial de la production culturelle.

On partira donc du fait que les animaux domestiques, sauvages ou fictifs sont omniprésents dans les littératures de l’imaginaire : on les retrouve aussi bien en fantasy d’inspiration Continuer la lecture

Aude Mairey (CNRS, Paris 1)

Aude MAIREY

Directeur de recherche

Directrice-adjointe du LaMOP  (UMR 8589 -Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris)

Page personnelle de l’université
http://cnrs.academia.edu/AudeMairey

Thèmes de recherche :Angleterre médiévale, culture politique, langages politiques, anglais, littérature

Mes travaux sont centrés sur la formation d’une culture anglaise à la fin du Moyen Âge. Un des indices principaux en est le foisonnement d’une production textuelle en anglais à partir du milieu du XIVe siècle dans tous les domaines de la connaissance. Si l’analyse de l’évolution des contenus des textes est essentielle pour comprendre la formation de cette culture anglaise, celle de l’emploi d’une langue écrite en cours de constitution, l’anglais, l’est tout autant. L’étude de la diffusion et la réception des textes est également indispensable pour cerner les interactions entre histoires culturelle, politique et sociale. Mais celle des représentations sociales et des conceptions politiques est également nécessaire, en tant que point nodal de ces interactions. Mes deux axes de recherche, « Littératures, langues et société » et « Langages politiques » sont donc étroitement liés. L’étude des sources littéraires comme sources historiques et celle de la langue comme un « fait d’histoire » exigent enfin de faire preuve d’une véritable interdisciplinarité (histoire, littérature, anthropologie…), ainsi que la multiplication des approches méthodologiques, telles que la textométrie. J’ai par ailleurs développé une appétence pour le médiévalisme et plus généralement les usages contemporains du Moyen Âge, ainsi que pour la transmission et la visibilité des études médiévales, concrétisée, par exemple, par ma participation toujours croissante au réseau Ménestrel (www.menestrel.fr).

Thematics: Medieval England, Political Culture, Political Languages, Middle English, Literature

My researches are centred on the formation of an English culture at the end of the Middle Ages. Continuer la lecture

Parution : « La geste d’Aalis el Païs de merveilles »

May Plouzeau et Lewis Carroll : La geste d’Aalis el Païs de merveilles. Alice’s Adventures in Wonderland in Old French verse

May Plouzeau, Professeur honoraire de l’Université d’Aix-Marseille,vient d’éditer une chanson de geste inédite, datée du XIIIe s. : La geste d’Aalis el Païs de merveilles. Long de 5517 vers, il se présente sous la forme d’une chanson de geste en décasyllabes assonancés ; le contenu est celui d’une chanson d’aventures. C‘est la source de Lewis Carroll, qui en a donné une version en prose et modernisée : Alice in Wonderland. Mais d’autres grands auteurs s’en sont inspirés, rien moins que Shakespeare, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé, Tchekov et Goscinny. 

May Plouzeau en donne une édition précieuse assortie d’une introduction et d’un glossaire aussi savants qu’hilarants.

Voir des extraits sur le site de l’éditeur sur http://www.evertype.com/books/alice-fro.html

Colloque : « Fantasy et Histoire(s) »

Colloque des Imaginales : « Fantasy et Histoire(s) »

Epinal, Parc du Cours, dans le Magic Mirror « Salon perdu »

22-23 mai 2018

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Programme :

Mardi 22 mai

9h : Accueil

9h15 : mot de bienvenue

Séance 1 : Pensées de l’histoire en fantasy

9h30 Viviane Bergue, « Primhistoire, temporalité cyclique et chronologie linéaire : le temps de la Fantasy »

10h Maureen Attali, « La fantasy comme nouveau mythe : la question du statut et de l’exploitation de la littérature en histoire à partir de l’exemple du roman Lavinia d’Ursula K. Le Guin »

10h30 : pause

Séance 2 : Des univers inscrits dans le temps Continuer la lecture

Colloque : « Fantasy et Histoire(s) »

Colloque des Imaginales : « Fantasy et Histoire(s) »

Epinal, Parc du Cours, dans le Magic Mirror « Salon perdu »

22-23 mai 2018

 

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Programme

Mardi 22 mai

9h : Accueil

9h15 : mot de bienvenue

Séance 1 : Pensées de l’histoire en fantasy

9h30 Viviane Bergue, « Primhistoire, temporalité cyclique et chronologie linéaire : le temps de la Fantasy »

10h Maureen Attali, « La fantasy comme nouveau mythe : la question du statut et de l’exploitation de la littérature en histoire à partir de l’exemple du roman Lavinia d’Ursula K. Le Guin »

10h30 : pause

Séance 2 : Des univers inscrits dans le temps

11h Isabelle Pantin, « L’histoire au miroir de la légende dans l’œuvre de Tolkien »

11h30 Florian Besson, « Fusils et boîtes de conserve, ou comment sortir des Moyen Âge imaginaires »

12h30-14h : pause déjeuner

Séance 3 : La fantasy, revanche des oubliés de l’histoire ?

14h William Blanc, « Voir le passé en vert : histoire et géographie des Orcs dans la fantasy »

14h30 Caroline Duvezin-Caubet, « The Empire Writes Back : uchronie et steampunk postcolonial dans la fantasy néo-victorienne contemporaine »

15h Justine Breton, « “When you look at me, do you see a hero ?” : Game of Thrones ou la fantasy des évincés de l’histoire »

15h30 : Pause

Séance 4 : Fantasy, enfance de l’Histoire ?

16h Silène Edgar, « L’Histoire dans l’histoire : chasse aux sorcières, contestation sociale et anti-fascisme dans Harry Potter »

16h30 Noémie Budin, « Les Fées historiques, entre Histoire et fiction »

 

Mercredi 23 mai

[9h-10h : enregistrement de l’émission « Des livres et vous »]

10h : Accueil

Séance 5 : Histoire et imaginaire en jeu

10h30 Olivier Caïra, « Fantasy au cinéma : jusqu’où peut aller la promesse d’historicité ? »

11h Laurent Di Filippo, « La mise en scène ludique de l’Histoire : l’époque viking comme cadre de jeu pour Advanced Dungeons and Dragons »

11h30 Audrey Tuaillon-Demesy, « L’expérience ludique de l’histoire. L’exemple des combats en reconstitution historique »

12h-14h : pause déjeuner

Séance 6 : Histoire de la fantasy :

14h Marc Rolland, « E.R. Eddison et son inscription dans l’Histoire »

14h30 Ewa Drab, « La (re)création de l’histoire dans la littérature fantasy d’expression polonaise »

15h pause

Séance 7 : Fantasy entre histoire et légende

15h30 Joanna Pavlevski-Malingre, « Une fée dans l’Histoire, Mélusine à la croisée des genres : chroniques historiques légendaires, roman historique merveilleux, fantasy historique »

16h Laura Muller-Thoma et Marie-Lucie Bougon, « Le pouvoir des mots : les personnages de conteurs et de bardes, ou comment la parole façonne la réalité »

 

16h30-18h : Table ronde animée par Stéphanie Nicot, « Histoire et fantasy chez les romanciers français aujourd’hui ». Avec :

Fabien Cerutti

Jean-Laurent Del Socorro

Estelle Faye

Jean-Philippe Jaworski

Johan Heliot

18h : clôture du colloque par Vincent Monadé, président du CNL, en présence de Robin Hobb