Archives de l’auteur : Anne Besson

Laura Muller-Thoma (U. Artois)

Laura Muller-Thoma

Doctorante à l’Université d’Artois, Arras, « Textes et cultures »

Domaines de recherche : Fantasy, Histoire de la Fantasy, Folklore germanique, Mythologies nordiques et germaniques

Octobre 2014-…

Thèse

« L’Allemagne des merveilles : Représentations et influence du folklore germanique dans la fantasy contemporaine (des années 1970 à aujourd’hui ; aires germanophones et anglophones) ». Dir. Anne Besson (Université d’Artois) et Thomas Mohnike (Université de Strasbourg)

2016

Journée d’études « Cultures savantes, cultures populaires » (Textes et Cultures, Anne Besson, Université d’Artois)

Intervention : « Construction de l’imaginaire germanique en Fantasy, entre savoir savant et culture populaire »

Séminaire « Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux » (Alain Dierkens, Alban Gautier, Odile Parsis-Barubé, Alexis Wilkin, Boulogne sur Mer)

Intervention : « Folklore germanique et Fantasy »

Séminaire doctoral « Journée des doctorants » (Département d’Etudes Allemandes et Département d’Etudes Scandinaves)

Intervention : Présentation du projet de thèse

2015

Colloque « Geographies of Knowledge and Imagination » organisé par Joachim Grage (Fribourg) et Thomas Mohnike (Strasbourg)

Intervention: «Tolkien the philologist»

2013-2014

Mémoire

« Le médiévalisme dans Stein und Flöte de Hans Bemmann » Dir. Peter Andersen et Thomas Mohnike (Université de Strasbourg)

2013

Journée d’études « Gottfried de Strasbourg, huit siècles d’amour » (Département d’Études Allemandes, Peter Andersen, Université de Strasbourg)

Intervention : « Miracle du fer ardent – Pourquoi Isolde ne se brûle-t-elle pas ? »

Laurent Di Filippo

 

 

Laurent Di Filippo est docteur en sciences de l’information et de la communication et en études scandinaves. Il a effectué sa thèse en co-tutelle sous la direction du Professeur Jacques Walter à l’université de Lorraine, et du Professeur Jürg Glauser à l’université de Bâle. Il occupe actuellement le poste de chargé de recherche au sein du département R&D du studio de jeux vidéo Ernestine à Strasbourg et il est membre associé du Centre de recherche sur les médiations (CREM – EA 3476).

Ses recherches portent sur les phénomènes culturels et leurs dynamiques à travers l’étude des processus de transmission, de manifestation et d’appropriation des récits médiévaux scandinaves, qu’on appelle couramment les « mythes nordiques », jusqu’à leur usages dans les médias contemporains. À ce titre, il a étudié principalement les jeux de rôle en ligne massivement multi-joueurs, mais mes recherches s’intéressent plus globalement aux jeux vidéo et aux jeux de rôle, aux séries télévisées, aux films, aux comics et aux mangas. Il s’intéresse également aux questions relatives aux manières de penser les relations entre média et particulièrement à la transmédialité, ainsi qu’à l’interdisciplinarité, à l’épistémologie des sciences de l’homme et de la société.

Mots-clés : culture, communication, anthropologie, mythes, jeux, Nord, transmédia.

Sélection de travaux : Continuer la lecture

Anne-Cécile Le Ribeuz – Koenig (La Réunion)

Maître de conférence en langue et littérature françaises du Moyen Age

Université de La Réunion

UFR Lettres et sciences humaines / Equipe d’accueil D.I.R.E (Déplacements Identités Regards Ecritures)

Thématiques de recherches :

– Le roman arthurien (XIIe –XVe siècles) : une poétique en mouvement.

– L’écriture romanesque et la convergence des traditions arthuriennes, épiques, lyriques, didactiques ; l’articulation entre la fiction et l’Histoire, entre la fiction et l’actualité aux XIVe et XVe siècles.

– La mise en page et en image des manuscrits et des imprimés, en particulier les programmes iconographiques des romans arthuriens (XIVe – XVIe siècles).

– L’évolution des modes de réception pour le roman et la lyrique : de l’oral à l’écrit, de la performance vocale/chorégraphique au livre. Archéologie des média.

Mots-clefs : roman arthurien – mise en prose épique – lyrisme – réception – poétique – esthétique littéraire XIVe – XVIe siècles – mise en page et en image – archéologie des media

Activités scientifiques :

Thèse : « Écriture et lecture du romanesque à la fin du Moyen Age. Le Petit Artus de Bretagne. Ysaïe le Triste. Meliador », Université de la Sorbonne – Paris IV, 758 pages.[novembre 2005]

Derniers travaux :

Avril 2017 Communication à la Journée de l’Antiquité et des Temps Anciens (JATA) (université de La Réunion, dir. Serge Bouchet, Colombe Couëlle , Myriam Kissel) : « Figuration et défiguration d’Orphée à la fin du moyen âge. Le Roman d’Ysaïe le Triste et de Marc l’essill ». A paraître dans Travaux et documents.

Février 2017 Communication à la journée d’étude « Voyage, parcours initiatique, exil » Continuer la lecture

Exposition : Néo-gothique en Alsace

 

Néogothique !, Fascination et réinterprétation du Moyen Âge en Alsace, 1880-1930.

BNU, Strasbourg, 16 septembre 2017-28 janvier 2018

De la fin du 19e siècle au début des années 1930, un courant médiévaliste parcourt l’Europe. C’est la fièvre néogothique. En Alsace, comme ailleurs, ce goût médiéval s’incarne dans les grands monuments, les musées, les chansons et les airs d’opéra et jusqu’aux collections de figurines et de timbres. L’exposition Néogothique ! met en lumière la manière dont, à Strasbourg et dans toute l’Alsace, le Moyen Âge a inspiré artistes et savants, architectes, peintres ou fondateurs de l’Institut d’histoire médiévale de l’université.  Néogothique ! est une invitation à revisiter et mieux comprendre ce style typique d’une époque, mais aussi toutes les controverses qu’il a pu susciter, autour de la rénovation du château du Haut-Koenigsbourg par exemple.

Cette exposition est organisée par la Bibliothèque nationale et universitaire, à Strasbourg à partir du 16 septembre et jusqu’au 28 janvier. Le commissariat associe Jérôme Schweitzer, conservateur des collections alsatiques de la Bibliothèque, Georges Bischoff Professeur à l’Université de Strasbourg et Florian Siffer, officiant aux Musées de la Ville.

Lundi-samedi : 10h-19h

Dimanche : 14h-19h

Lien vers le dossier de presse

http://www.bnu.fr/sites/default/files/DP-Neogothique-VF_0.pdf

Exposition : Livres italiens

« Libri italiani / Lecteurs français »

Exposition à la Bibliothèqe Mazarine

Du 30 juin 2017 au 29 septembre 2017

Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
23 quai de Conti, 75006 PARIS

En Italie, au cours du premier Âge moderne (1450-1630), la production d’ouvrages en langue vulgaire – toscan essentiellement – concurrence irrémédiablement le latin, et trouve son premier lectorat auprès des lettrés et des élites de la Péninsule. Plusieurs éléments favorisent alors une curiosité croissante des Français pour la langue et la culture italiennes : les campagnes militaires vers Naples ou Milan de Charles VIII à François Ier ; le développement de l’Humanisme et de la Renaissance à partir des modèles transalpins ; le voyage d’Italie des étudiants ; l’accueil par la monarchie française d’alliés, ou bien de proscrits italiens ; les alliances avec les Médicis, les Este ou les Gonzague, maisons princières entourées d’hommes de plume, de savants et d’artistes.

Le livre est l’instrument décisif de ces échanges, d’autant que la fin du XVe et le XVIe siècle constituent une période d’expansion pour l’édition italienne. Traductions, circulation des exemplaires et traces d’appropriation des livres italiens par les lecteurs français en témoignent. La linguistique et la littérature, l’histoire et la religion sont privilégiées. Mais rapidement se fait jour un intérêt pour des répertoires plus spécialisés où les auteurs italiens font autorité, et où l’illustration ajoute à la séduction : mathématiques appliquées aux affaires, ingénierie civile et militaire, fêtes, entretien du corps et divertissement de l’esprit…

Toute bibliothèque française possède bientôt sa part d’ouvrages italiens, de François Ier au plus modeste homme de loi, en passant par Ronsard, l’astrologue du roi Antoine Crespin, l’érudit Peiresc, le savant Mersenne, ou encore les grands serviteurs de l’État au premier rang desquels Mazarin. À travers marques de possession et traces d’usage, les fonds de la Bibliothèque Mazarine éclairent de manière exemplaire ce rayonnement, et ce premier mouvement de pénétration de la pensée, des arts et de la langue italienne en France.

Exposition conçue dans le cadre du projet ANR-EDITEF
(L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité),
porté par le Centre d’études supérieures de la Renaissance

Commissariat : Amélie Ferrigno,
avec la collaboration de Christophe Vellet

Thomas Ledru (Doctorant, Lille)

Thomas Ledru

Doctorant en histoire médiévale à l’Université de Lille 3.

Thèse : Saint-Riquier (VIIe-XIe siècles) : histoire, mémoire, hagiographie ; sous la direction de Michèle Gaillard (Lille 3) ; co-encadrants : Charles Mériaux (Lille 3) et Brigitte Meijns (Katholieke Universiteit Leuven).

Axes de recherches : haut Moyen Age occidental ; histoire de l’Eglise ; médiévalisme.

http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/1D-Ledru.html

Virginie THOMAS (CPGE Lycée Champollion)

Virginie THOMAS est professeur agrégée d’anglais, docteur de l’Université Grenoble 3 en Langues et Littératures Etrangères et qualifiée aux fonctions de MCF pour la 11e section.

Elle est professeur en Khâgne Ulm et Lyon au Lycée Champollion (Grenoble) où elle enseigne la littérature anglophone et la traduction.

Elle a consacré sa thèse à l’étude des représentations de la femme dans les transpositions des légendes arthuriennes dans la littérature et dans l’art britanniques du XIXe siècle au début du XXe siècle.

Ses principaux domaines de recherche:

– Les transpositions britanniques de la matière de Bretagne au XIXe siècle

– La représentation de la Femme Fatale dans la peinture préraphaélite

– La relation texte-image

 

Ses dernières publications:

– « Le portrait de la femme fatale dans l’œuvre de Frederick Sandys : entre séduction et sidération » dans La Séduction de l’image 1, revue L’Atelier vol. 8 n°2, 2016.

http://ojs.u-paris10.fr/index.php/latelier/article/view/460/html

– « Le Renouveau arthurien ou le monde de Camelot à l’épreuve de l’éthique victorienne. L’exemple de ‘Tristram and Iseult’ de Matthew Arnold » dans Le Néo. Sources, héritages et réécritures dans les cultures européennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, pp.153-167.

– « Balin à l’époque victorienne: De Malory aux réécritures de Tennyson et de Swinburne ». Bulletin des Anglicistes Médiévistes (AMAES) n°86, hiver 2015, pp. 69-100.

– « L’Emergence de l’écriture d’A. C. Swinburne : des Préraphaélites à Turner », revue Textimage. Varia 4, 2014.

http://www.revue-textimage.com/09_varia_4/thomas1.html

– « The Female Body in Frederick Sandys’s Paintings, or the Sublimation of Desire », chapitre d’ouvrage collectif dans Sensational Visual Pleasures in Cinema, Literature and Visual Culture. The Phallic Eye. Ed. Gilad Padva and Nurit Buchweitz, Palgrave Macmillan, 2014, pp. 277-288.

– « The Waste Land de T.S. Eliot: de la quête du Graal à la quête d’une écriture post-apocalyptique » dans Le Graal: genèse, évolution et avenir d’un mythe. Ed. Danielle Buschinger, Presses du Centre d’Etudes Médiévales, 2014, pp. 321-330.

– « ‘The Lady of Shalott’: le corps féminin confronté aux carcans idéels victoriens ». Logosphère. Revue d’Etudes Linguistiques et Littéraires (Université de Grenade) vol. 9 « Cor(p)sages de femmes », pp. 191-203.

– « ‘Tristram of Lyonesse’ de Charles Algernon Swinburne, ou l’amour transcendé par le destin », dans Tristan et Yseut, ou l’éternel retour. Ed. Danielle Buschinger, Presses du Centre d’Etudes Médiévales, 2013, pp.333-343.

– « La Méduse Viviane dans l’art victorien » dans « Peut-on regarder Méduse », revue MuseMedusa, Université de Montréal, 2013.

http://musemedusa.com/dossier_1/thomas/

Appel : « Médiévalisme »

Revue ¿ Interrogations  ?Appel à contributions N° 26 – Le médiévalisme. Images et représentations du Moyen Âge

http://www.revue-interrogations.org/AAC-No-26-Le-medievalisme-Images

Numéro coordonné par Yohann Chanoir, Laurent Di Filippo et Audrey Tuaillon Demésy

Depuis la Renaissance, les sociétés occidentales manifestent un « goût pour le Moyen Âge  » (Amalvi, 1996). Force est de reconnaître que cet intérêt s’est accéléré depuis les années 2000 : la saga littéraire Game of Thrones s’est vendue à plus de cinquante millions d’exemplaires dans le monde ; la bande dessinée médiévale a conquis un large public ; l’adaptation de la matière arthurienne est en plein essor (Blanc, 2016), comme l’illustrent les huit tomes dérivés de la série Kaamelott publiés entre 2008 et 2015, ou encore le cycle Excalibur de Jean-Luc Istin ; le cinéma « moyenâgeux  » (de la Bretèque, 2015) a les faveurs du public et des studios. Les grandes figures médiévales sont revisitées (Robin des Bois de Ridley Scott, 2010 ; Robin des Bois, la véritable histoire, Anthony Marciano, 2015) tandis que la geste des Vikings bénéficie d’un revival. Enfin, le succès de séries télévisées, qu’elles soient globalisées comme Vikings ou Game of Thrones, ou plus localisées comme Wolf Hall en 2015, souligne aussi la vigueur de l’intérêt pour cette période.

Le panorama serait incomplet sans prendre en compte les autres manifestations du Moyen Âge dans notre société au-delà des expressions médiatiques. La présence sur nos étals de produits aux noms médiévaux comme le pain Viking, l’audience des reconstitutions comme celle de la bataille d’Hastings et l’intérêt public pour les fêtes médiévales, entre autres, suggèrent que le Moyen Âge – ou ce qu’il est censé être – s’affirme bel et bien comme un passé qui reste présent. Approprié par de nombreux acteurs, diffusé par des vecteurs différents, transformé selon des intérêts particuliers, revisité par des ambitions plurielles, le Moyen Âge est un objet réinventé. Cette fabrication du passé dans notre présent porte un nom : le médiévalisme. Ce concept peut être défini comme la reconstruction du Moyen Âge dans des siècles ultérieurs. Il s’inscrit alors dans la question des régimes d’historicité (Hartog, 2002), définis comme les relations entre passé, présent et futur développées par une société. Reconnu par la communauté académique, le médiévalisme fait l’objet d’un vigoureux effort historiographique, d’un « dynamisme croissant » (Ferré, 2010 : 9). Au cœur de nombreux séminaires, de plusieurs monographies, de colloques, il est désormais entré dans une période analytique, après avoir nourri une phase essentiellement descriptive. Les premiers bilans ont été dressés (Kendrick, Moran, Reid, 2003), tandis que des synthèses globales (Falconieri, 2015) et thématiques, comme sur la bande dessinée (Marine, 2016), ont été proposées. Il est désormais possible de s’interroger sur la portée du médiévalisme, sur ses champs d’application et sur ses relations avec la médiévistique – définie comme la science et les acteurs qui étudient le Moyen Âge – et les autres sciences humaines. La réflexion peut être ordonnée autour des axes suivants :

♦ Le Moyen Âge comme mythe contemporain

♦ Le Moyen Âge fantastique

♦ Les pratiques du Moyen Âge

♦ L’utilisation politique du Moyen Âge

 Une mythologie contemporaine

Même si le Moyen Âge a vu s’amorcer un processus qui débouchera, au-delà de lui, sur une première mondialisation, il apparaît aujourd’hui comme un refuge face à cette mise en relation planétaire des territoires. Célébrer le Moyen Âge, comme dans certaines communes italiennes, c’est exalter une époque où l’on menait une existence riche et communautaire (Falconieri, 2015). Cette réinvention relève d’un mouvement plus large, celui de la quête des racines dans un contexte qui, à tort ou à raison, est perçu comme délétère (Bloch, 1952 : 53-57). Cette recherche des origines (Geary, 2004) ne réside pas seulement dans l’invention de traditions comme en Suisse avec la création du personnage de Guillaume Tell ou dans l’instrumentalisation politique de figures médiévales comme Jeanne d’Arc en France. Si le réflexe identitaire sait se nourrir du Moyen Âge, il peut aussi proposer à la réflexion citoyenne un précédent ou un exemple. L’utilisation de Charlemagne comme figure européenne, aussi bien durant la Seconde Guerre mondiale que pendant les premières décennies de la construction européenne, en est une illustration frappante. Ainsi, le mythe médiéval se révèle un Janus, soit crispé sur des origines qui excluent, soit ouvert sur des perspectives, évident symbole « de partage, d’échange et d’ouverture » (Falconieri, 2015 : 245). Les questions des territoires mobilisés et investis par ces pratiques, de ces « géographies imaginées » (Said, 1980) sont aussi un enjeu cardinal.

Le Moyen Âge est en outre un formidable réservoir mythologique, au sens donné à ce terme par Roland Barthes : discours concentré dans des faits, des objets et des figures (Barthes, 1970). Parmi ces dernières, la plus marquante et la plus présente est, sans conteste, celle du roi Arthur. Ce personnage apparaît comme un mythe contemporain (Blanc, 2016) désormais mondialisé. La matière arthurienne se retrouve ainsi aussi bien dans le cinéma que dans la bande dessinée, la musique, les séries télévisées, le marketing touristique, etc. Mais Arthur n’épuise pas l’ensemble de la mythologie médiévale présente dans notre société. La mention de la Terre gaste, cette terre dévastée évoquée par Thomas S. Eliot dans un poème de 1922, permet dés ormais de dénoncer les dangers d’une économie industrialisée méprisant l’environnement (Blanc, 2016).

Les questions soulevées par la thématique du médiévalisme sont plurielles : comment expliquer la longévité des mythes médiévaux ? Comment sont-ils conjugués au présent ? Comment expliquer la concomitance et la concurrence de mythes médiévaux dans un même corps social ? Quelles relations peuvent être établies entre résurgence du Moyen Âge et évolution de la mondialisation ?

 Un Moyen Âge fantastique

Le Moyen Âge du médiévalisme est aussi celui de nombreuses œuvres de fantasy, ce « Merveilleux médiéval  » (Besson, Le Goff, 2007) qui profite actuellement d’un large succès. Les audiences, notamment de la saga Harry Potter et de l’adaptation filmique du Seigneur des anneaux, ont rappelé l’attraction de ce genre auprès du public. La fantasy propose alors une autre mise en scène du Moyen Âge, où les chevaliers rencontrent des êtres fabuleux tels que des fées, des dragons, des orques, des mages et des sorciers. Cette exaltation d’une période féérique a notamment été présentée comme la tentative de réenchanter notre société. Les pratiques ludiques forment aussi des loisirs prenant pour cadre diverses représentations de la période médiévale, réinventant ou ré-écrivant mythes et légendes, pour leur donner un nouveau sens dans le jeu (Di Filippo, 2016). Ainsi, de nombreux univers de jeux classiques s’inscrivent dans le genre medfan ou « médiévalfantastique  » (Besson, 2009). Les jeux de rôle papier, au premier rang desquels se trouve Donjons et Dragons, constituent un exemple archétypal auquel s’ajoutent de multiples jeux vidéo, jeux de plateau, jeux de cartes et autres activités.

Les questions abordées par cet aspect du médiévalisme dépassent le simple cadre de l’éventuelle historicité de ces supports pour se focaliser sur la réception des œuvres de fantasy à travers différents médias. En mêlant des aspects liés à une période historique au fantastique ou au merveilleux, l’imaginaire développé à travers ces œuvres interroge autant les représentations du Moyen Âge comme cadre propice pour accueillir ces aspects surnaturels, que les pratiques et les usages variés auxquels ces représentations donnent lieu aujourd’hui.

Quels rapports particuliers s’installent alors entre la période médiévale et l’aspect fantastique ou merveilleux de la fantasy ? Quelles sont les différentes pratiques (littéraires, ludiques, cinématiques) auxquelles ces rapports donnent lieu et comment en rendre compte ? L’interprétation selon laquelle il s’agirait de réenchanter nos sociétés à travers l’exaltation d’une période féérique est-elle suffisante pour caractériser ces phénomènes ? Ou sinon, quelles autres interprétations proposer afin d’en saisir la complexité ?

 Pratiquer le Moyen Âge

Le Moyen Âge n’est pas qu’un stock d’images et d’idées. L’intérêt pour cette période constitue le trait d’union entre différentes pratiques sociales : la reconstitution et les Arts martiaux historiques européens (AMHE), l’archéologie expérimentale, le béhourd et les fêtes médiévales, entre autres. Pour autant, les représentations du Moyen Âge et les usages qui en sont faits divergent selon les activités. Ainsi, les fêtes médiévales évoquent un Moyen Âge davantage fantasmé que re-créé avec, bien souvent, un croisement des temporalités. S’enracinant parfois dans des traditions locales, comme les défilés johanniques à Orléans et à Reims, ces festivités offrent un résumé de l’histoire médiévale dans un espace-temps unique, très schématisé, oscillant entre un Moyen Âge de la prouesse et un temps marqué par l’horreur, avec le défilé de cortège de pestiférés (Bostal, 2017). Dans cette continuité, les pratiques de béhourd se structurent de plus en plus, donnant à voir un sport moderne de combat à l’épée, utilisant des images du passé fortement ancrées les mœurs et la culture populaire.

À l’inverse, les pratiques d’histoire vivante témoignent d’un autre attrait pour le Moyen Âge. Au lieu d’en faire une festivité, elles s’attachent à le présenter différemment, en dehors des représentations imaginées, couramment véhiculées par le cinéma, en particulier. En tant que re-création de manières de faire d’un temps passé (Tuaillon Demésy, 2013), l’histoire vivante est aussi un acte de médiation entre une époque délimitée, des reconstituteurs et un public. Impulsée dans le monde anglo-saxon, qui privilégiait naguère les grandes batailles comme Hastings ou Tewkesbury, elle s’exporte de plus en plus en France et expose des éléments de la vie quotidienne. La reproduction de gestes, comme la part importante accordée à la culture matérielle, président également aux pratiques d’arts martiaux historiques s’appuyant sur des sources médiévales. Enfin, en résonance avec la méthode scientifique utilisée par l’archéologie expérimentale, de plus en plus d’historiens mettent l’accent sur les apports de l’expérimentation (en tant qu’outil de recherche) pour les sciences historiques (Jaquet, 2016).

Cette partie du médiévalisme apparaît à la fois dynamique et diverse. Les ’Moyens Âges’ mis en vie invitent à questionner les éléments qui les caractérisent. Comment expliquer, dans ce cadre, la prédominance de certaines activités comme les combats ? Quelles sont les conditions qui président aux choix de ces diverses re-créations ? Par extension, comment comprendre l’implication des acteurs dans ces différentes modalités de représentations et de pratiques du passé ?

 L’utilisation politique du Moyen Âge

Le Moyen Âge forme un formidable réservoir de références politiques. La dernière campagne présidentielle en France en a souligné la vigueur. Le candidat des Républicains s’était ainsi vu qualifier de propriétaire de château, rémanence d’un « régime féodal  », tandis Le Canard Enchaîné titrait : « un château et quelques oubliettes » dans son édition du 4 janvier 2017. On retrouve là une vision contestable et contestée d’un Moyen Âge appréhendé comme une période obscure et barbare, vision popularisée par nombre de films, dont l’utilisation permet de disqualifier l’adversaire ou de se poser contre lui. À cet égard, le thème de la croisade apparaît particulièrement moteur, utilisé aussi bien en Occident avec Georges Bush Junior (2001-2009) appelant à une « croisade contre l’Axe du mal  » en 2001 que dans le monde arabe. Saddam Hussein (1979-2003) se présentait ainsi comme le nouveau Saladin, tout comme Nasser dans les années 1960, comme le rappelle le film Saladin de Youssef Chahine. La figure du croisé fait aussi l’objet d’une instrumentalisation, aussi bien par des soldats occidentaux engagés en Afghanistan et en Irak que par des terroristes d’extrême-droite comme Anders Behring Breivik en Norvège. L’utilisation du Moyen Âge en politique n’est pas propre à notre époque, avec des références à des personnages tant mythiques qu’historiques. La présidence de John Fitzgerald Kennedy (1960-1963) a souvent été qualifiée de « nouveau Camelot  ». Les grandes figures médiévales, comme Charles Martel en France (Blanc, Naudin, 2015), Skanderberg en Albanie (Chanoir, 2015) et, plus récemment, Saladin par le régime d’Erdogan en Turquie, sont aussi abondamment revisitées.

Cette thématique suggère de nombreuses interrogations : quels sont les points communs à cet usage identitaire du Moyen Âge ? Comment expliquer la prédilection manifestée pour les figures de conquérant et de guerrier ? Est-ce le besoin d’un Sauveur, selon la terminologie de Raoul Girardet (1986), ou est-ce le souci de placer une action politique dans une histoire qui fait sens ? Ces ’Moyens Âges’ sont-ils uniquement le fait de formations inscrites à droite des échiquiers politiques ? Cette vision de l’histoire est-elle imposée d’en haut ou connaît-elle d’autres formes d’appropriations ?

Ces pratiques diverses offrent un champ propice aux études transdisciplinaires, car elles intéressent tout autant l’historien, le géographe que le sociologue, le politiste, le psychologue ou l’urbaniste notamment. Les pistes de recherches évoquées supra ne sont, bien entendu, que des suggestions dans les manières d’aborder le médiévalisme aujourd’hui. La revue ¿Interrogations ? encourage les propositions présentant de nouvelles façons d’appréhender le Moyen Âge et ses représentations, à travers une lecture culturelle, historique, politique, psychologique, psychanalytique, sociale, sociopsychologique, etc.

 Bibliographie

Amalvi Christian (1996), Le Goût du Moyen Âge, Paris, Plon.

Barthes Roland (1970), Mythologies, Paris, Seuil.

Besson Anne (2009), « Extension du domaine du Ludique : fiction et imaginaire médiéval », Eidôlon, n° 86, pp. 15-25.

Besson Anne, White-Le Goff Myriam (dir.) (2007), Fantasy, le merveilleux médiéval aujourd’hui : actes du colloque du CRELID, Université d’Artois (Arras), avec la collaboration de ’Modernités médiévales’, Paris, Bragelonne.

Blanc William (2016), Le roi Arthur. Un mythe contemporain, Paris, Libertalia.

Blanc William, Naudin Christophe (2015), Charles Martel et la bataille de Poitiers. De l’histoire au mythe identitaire, Paris, Libertalia.

Bloch Marc (1952), Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, (1ère éd. 1949).

Bostal Martin (2017), Reconstitution et fêtes médiévales, Histoire et Images médiévales, en ligne.

Chanoir Yohann (2015), Skanderbeg ou le Moyen Âge instrumentalisé, Histoire et Images médiévales, en ligne.

Di Filippo Laurent (2016), Du mythe au jeu. Approche anthropo-communicationnelle. Des récits médiévaux scandinaves au MMORPG Age of Conan : Hyborian Adventures, thèse en sciences de l’information et de la communication et en études scandinaves, Université de Lorraine/Université de Bâle.

Falconieri Tommaso Di Carpegna (2015), Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne.

Ferré Vincent (dir.) (2010), Médiévalisme, modernité du Moyen Âge, Paris, L’Harmattan.

Geary Patrick (2004), Quand les nations font l’histoire : l’invention des origines médiévales de l’Europe, Paris, Aubier.

Girardet Raoul (1986), Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil.

Hartog François (2002), Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil.

Jaquet Daniel (2016), « Les apports de la cinésiologie dans l’approche expérimentale pluridisciplinaire de l’étude du geste historique : l’étude de cas de l’impact du port de l’armure sur le comportement moteur », Revue suisse d’Histoire, Ititnéra, vol. 39, pp. 87-98.

Kendrick Laura, Mora Francine, Reid Martine (2003), Le Moyen Âge au miroir du XIXe siècle (1850-1900), Paris, L’Harmattan.

Martine Tristan (dir.) (2016), Le Moyen Âge en bande dessinée, Paris, Karthalia.

Said Edward (1980), L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Le Seuil.

Tuaillon Demésy Audrey (2013), La re-création du passé. Enjeux identitaires et mémoriels, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Les articles, rédigés aux normes de la revue, sont à envoyer au 31 août 2017, aux adresses électroniques suivantes :

Ils ne doivent pas dépasser 50 000 signes (notes et espaces compris).

Les articles devront répondre aux normes de rédaction présentées à l’adresse suivante : http://www.revue-interrogations.org/Recommandations-aux-auteurs

Rencontre : « Mode et Moyen Âge »

Que doit la mode vestimentaire d’aujourd’hui au Moyen Âge ?

Des collections du musée aux podiums des défilés, l’association des jeunes chercheurs médiévistes Questes vous propose de répondre à cette question, grâce à un nouveau programme sur l’influence de la période médiévale dans la création et la culture contemporaine.

Rencontre au Musée de Cluny (6 place Paul Painlevé – 75005 PARIS),

Mercredi 7 juin, 18h30. Echanges modérés par Clara Dupont-Monod.

http://www.musee-moyenage.fr/activites/programmation/le-moyen-age-reinvente-la-mode.html

Colloque : « Et ça, on jette ? »

« Et ça, on jette? »

Penser/peser le Moyen Âge entre le XVe et le XVIe siècle

Pensare/pesare il Medioevo tra Quattro e Seicento

Université de Turin, 9-10 juin

Vendredi 9 juin – Venerdì 9 giugno

Università degli Studi di Torino
Palazzo del Rettorato, Sala A. Graf

 

14.15-14.30: Salutations et introduction – Saluti e introduzione

Paola Cifarelli

14.30-16.00: Ancrer l’avenir dans le passé proche – Ancorare il futuro al passato prossimo

Dario Cecchetti

Diebus autem Bernardi nostri cepit in Galliis stilus coli et resurgere. Medioevo e Rinascita nella lettura dei primi umanisti francesi.

Vittorio Marchis

Scritture figurate in Guido da Vigevano: capire gli ingenia.

Alexandra Pénot

Le rayonnement politique et littéraire de la France médiévale dans le Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, Ryme et Romans (1581) de Claude Fauchet.

16.00-16.15: Discussion – discussione

16.15-16.45: Pause – pausa

16.45-18.15:

La circulation des savoirs techniques et scientifiques entre continuité et transformation – La circolazione dei saperi tecnico-scientifici tra permanenze e trasformazioni

Joëlle Ducos

L’héritage médiéval dans les premiers imprimés d’astronomie : typologie et recueil.

Danielle Jacquart

La survivance des œuvres médicales médiévales dans les éditions imprimées jusqu’au XVIIe siècle.

Alessandro Vitale-Brovarone

Fare i conti col passato, fare i conti col futuro.

18.15-18.30: Discussion – discussione

20.00: Dîner – cena

Samedi 10 juin – Sabato 10 giugno

Università degli Studi di Torino
Palazzo Nuovo, Sala lauree

 

9.00-10.00: Schémas historiographiques à l’épreuve des faits : éditeurs et lecteurs aux XVIe et XVIIe siècles – Schemi storiografici alla prova dei fatti: editori e lettori tra Cinque e Seicento

Francesco Montorsi

Pour en finir avec le Moyen Âge : remarques sur l’abandon éditorial des textes médiévaux au XVIe siècle.

Maria Colombo-Timelli

Jean Bonfons, passeur de textes.

10.00-10.15: Discussion – discussione

10.15-10.45: Pause – pausa

10.45-11.45: Les frontières incertaines des genres dramatiques – Le frontiere incerte dei generi drammatici

Jelle Koopmans

La farce rétrospective : revoir la farce au XVIe siècle.

Xavier Leroux

Deum tolles ex oculis, ou la fin des mystères.

11.45-12.00: Discussion – discussione

12.00-12.30: Conclusions – Conclusioni

Giovanni Matteo Roccati

 

 

 

 

 

 

 

Appel : « Figures de Perceval »

« Figures de Perceval, du Conte du Graal au XXIe siècle »

colloque organisé par María Pilar Suárez (Universidad Autónoma de Madrid) &  Michèle Gally (Université Aix-Marseille), Madrid, 1er -3 mars 2018.

Le personnage de Perceval dans Le Conte du Graal se révèle une sorte de carrefour polyphonique où viennent se rejoindre, voire même se repousser, des voix, des points de vue dont l´interaction détermine les prises de décision du héros dans une action plus verbale que physique. Façonné à partir de discours émanant de cultures différentes, le devenir du personnage est en rapport avec des images riches de sens –dont le graal, la lance, le roi pêcheur et mutilé, la terre gaste-, qui évoquent différentes étapes de son processus de construction, de ce qui deviendra sa quête. Des motifs et des actions qui, de même que Perceval lui-même, ont été repris dans bon nombre de textes postérieurs si bien qu´ils ont fini par s´intégrer au cours des siècles et des langues dans l´imaginaire culturel occidental. La  complexité  suggestive  du  personnage,    ainsi  que    la  condition  d´œuvre   inachevée du Conte du Graal ont été, en effet, à la base d´une abondante production littéraire (ainsi que  picturale,  cinématographique,  théâtrale…).  En  particulier  les  essais   d´écriture d´un dénouement au récit de Chrétien ont produit des reformulations du projet discursif initial, et par conséquent du personnage. Cette démarche, qui  s’inscrit   partiellement dans ce que Richard de Saint-Gelais appelle « transfictionnalité », n´a pas manqué de conditionner les interprétations postérieures dont celui-ci a fait l´objet. Dans la ligne ouverte par des études qui portent plus généralement sur la postérité et les transformations de la matière arthurienne, en raison de l´intérêt que Perceval    a  toujours  suscité,  des    œuvres    que  ce  personnage  et  les  images  qui  lui sont apparentées ont inspirées, nous proposons d´ouvrir un espace de réflexion sur les différents visages que le personnage a adoptés, sur ses modulations, sans perdre pour autant de vue sa première configuration créée par le maître champenois.

Des axes possibles de notre travail seraient :

  • Le personnage de Perceval, sa caractérisation, sa fonction dans le/s texte/s fondateurs et ses éventuelles modulations jusqu´aux XXe et XXIe siècles.
  • Les images symboliques qui lui sont apparentées – l´image complexe façonnée par le graal et la lance, le château disparu, le roi, la terre gaste,  …- et leurs éventuelles reprises dans des textes et d´autres productions culturelles du XXe siècle.
  •  Des procès, des dynamiques qui définissent le personnage de Perceval, nommément la quête, et des actualisations possibles dans des manifestations littéraires ou cinématographiques, même associées à d´autres objets, à d´autres situations.
  •  Nous pourrions également tenir compte de leurs reprises a sensu contrario :  la  quête  ratée  ou  interdite…

 

  • Certaines de ces considérations nous permettraient d´identifier les points d´inflexion qui déterminent les possibles mutations du personnage. Les variantes à partir desquelles ont eu lieu ses différentes recréations au sein du mythe du graal, dans la culture contemporaine mais aussi les siècles humanistes, classiques… -Nos champs de recherche sont le roman, la poésie, le théâtre, le cinéma, ainsi que d´autres médias. -Notre réflexion est susceptible de s´engager dans une perspective interculturelle, voire transversale, qui permettrait d´envisager ces récréations dans les différentes langues européennes : espagnol, anglais, allemand…  selon  des parcours possibles, qui n´excluent pas d´autres possibilités d´approche. -Des approches littéraires,  cinématographiques,  médiatiques…    Des  perspectives   thématiques, comparatistes, linguistiques, historiques, seront les bienvenues : elles contribueront à faire un peu plus de lumière sur une image évocatrice et dynamique, populaire mais en quelque sorte méconnue. À rapprocher les origines et les modulations de notre imaginaire culturel, à nous rendre sensibles aux fondements anthropologiques et discursifs de certaines des constructions – types, motifs, scénarios-, qui aménagent notre univers contemporain.

    Propositions de communication : •Les  propositions  de  communication  -titre  et  projet  d’une  dizaine  de  lignes  avec   le  nom  et  l’établissement  de  l’intervenant- sont à envoyer avant le 31 octobre 2017 –date butoir-, à  l’adresse  suivante : reecrituresperceval@uam.es
    •Les Langues du Colloque sont le Français et l´Espagnol.

Colloque « Past on Stage »

Colloque « The Past is Back on Stage – Medieval and Early Modern England on the Contemporary Stage »

Du vendredi 19 mai 2017 au samedi 20 mai 2017

Salle des colloques 1 Site Saint-Charles
University Paul-Valéry Montpellier 3, France
Colloque organisé par Marianne Drugeon (marianne.drugeon@univ-montp3.fr) avec le soutien du RADAC (Recherches sur les Arts Dramatiques Anglophones)

9.15 Introductory talks: Christine Reynier (Director of EMMA, Université Paul-Valéry Montpellier 3, France) and Marianne Drugeon (Université Paul-Valéry Montpellier 3, France)

9.30 Keynote lecture

Chair Graham Saunders (University of Birmingham, UK)

David Edgar (Playwright, UK), Plenary Speaker, Re-forming the Reformation: by Bolt, Brenton, Poulton and me. Continuer la lecture

Journée « Restauration et remploi »

Le mercredi 24 mai 2017 à l’École nationale des chartes (65, rue de Richelieu, Paris 2e, salle Léopold-Delisle), 9h30-18h

« Restauration et remploi »

Journée d’étude des doctorants du centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes) en collaboration avec l’École pratique des hautes études

Présentation

Arnold Esch a proposé en 1998, dans un article consacré au reimpiego, de distinguer dans les objets archéologiques l’Überleben, la simple survie matérielle d’un objet, d’une ruine, et la Nachleben, véritable vie après la vie « par transformation continuée »[1] des vestiges du passé. Ces notions sont probablement importables – moyennant quelques adaptations – dans l’ensemble des disciplines historiques qui s’intéressent aux enjeux et aux formes de la mémoire : que ce soit l’histoire (politique, des idées, etc.), l’histoire de l’art et l’archéologie, ou la philologie et la littérature.

Dans la vie et la survie des objets, des documents, des idées, des œuvres du passé, on peut distinguer deux types d’intervention humaine. D’une part, l’homme a tenté, à plusieurs moments de son histoire, de retrouver et sauver les traces du passé qui subsistaient, que ce soit par des « fouilles archéologiques » ou par l’exploration d’archives, de manuscrits, de bibliothèques. Au sein de ces manœuvres de « sauvetage » des vestiges du passé, les opérations de restauration constituent un moment important et délicat, tant d’un point de vue technique que d’un point de vue déontologique. Il n’en reste pas moins que la restauration a participé, dans la majeure partie des cas, à la survie, l’Überleben des objets du passé. D’autre part, nombreuses sont les traces (matérielles ou textuelles) du passé qui ont trouvé une nouvelle vie (une Nachleben) au cours de leur voyage à travers le temps, notamment grâce à la pratique du remploi. Bon nombre d’édifices anciens ont pu servir de « carrière de pierres » aux époques ultérieures. Il ne manque pas dans les écrits historiographiques d’exemples d’intégration de matière plus ancienne (servant quelques fois à la réécriture de l’histoire). Enfin, on ne connaît pas de littérature qui ne soit faite de remplois (qu’il s’agisse de citations, de plagiats, de réécritures, etc.).

Au cours de cette journée d’étude, nous aimerions réunir des doctorants de domaines différents (archéologues, historiens de l’art, historiens, philologues, littéraires) autour d’une réflexion concernant ces deux pratiques, restauration et remploi, et les produits qu’elles ont pu engendrer jusqu’à nos jours.

Définir les pratiques

Dans la perspective d’ouvrir une discussion méthodologique, nous aimerions poser la question des définitions de ces deux pratiques et des débats qu’elles impliquent. Qu’est-ce que la « restauration » ? Quels sont les enjeux de sa définition ? Quels peuvent en être aujourd’hui les principes ? Doit-on tout restaurer ? Qu’est-ce que le remploi ? Quelle est la valeur symbolique de ce geste ?

Il pourrait être utile de poser également la question de la proximité de ces pratiques qui participent toutes deux d’un regain d’existence offert aux objets auxquels elles s’appliquent : dans quelle mesure remploi et restauration sont-ils liés ? Une restauration est-elle un remploi ? Et, inversement, le remploi pourrait-il être compris comme une « restauration partielle » de l’œuvre ?

Définir les « produits »

Un autre obstacle méthodologique est celui de la définition et du statut des objets issus de ces pratiques. Le résultat de chacun de ces processus est un objet qui présente une certaine complexité. Un vestige du passé soumis à un travail de restauration subit une modification. Quant à la matière (concrète ou textuelle) remployée, elle s’insère dans un nouveau contexte, elle évolue. Comment ces produits ont-ils été perçus dans le passé ? Comment les analyse-t-on aujourd’hui ?

Cerner les enjeux de ces pratiques hier et aujourd’hui

Enfin, nous aimerions proposer une ouverture dans la réflexion sur ces objets, touchant plus particulièrement à l’interprétation des gestes de restauration et de remploi. À quelles fins a-t-on restauré dans le passé ? À quels desseins restaure-t-on aujourd’hui ? Quels ont pu être les enjeux du remploi jadis? Ont-ils servi une idéologie ? Ont-ils répondu à un besoin d’actualisation, de mise à jour ? Ou ont-ils simplement satisfait au nouveau goût contemporain ? Et aujourd’hui ?

 

[1] Esch Arnold, « Reimpiego dell’Antico nel Medioevo : la prospettiva dell’archeologo, la prospettiva dello storico », dans Ideologie e pratiche nel reimpiego nell’alto Medioevo. Atti della Settimana di studio del Centro italiano di studi sull’altt Medioevo (Spoleto, 16-21 aprile 1998), Spolète, coll. « Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto Medioevo », 46 (1999), 2 vol., t. I., p. 77-78.

Festival « Bobines et parchemins »

La 5e édition du festival « Bobines & Parchemins » mettra à l’honneur « Le Roi Arthur au cinéma » les 19-21 mai :

– vendredi 19 mai. 20h. Perceval de Gallois (1978) d’Éric Rohmer.
Projection au cinéma Le Desperado, 23 rue des écoles, Paris 5e suivie d’un débat avec Antoine de Baecque (historien) et Yohann Chanoir (historien).
– samedi 20 mai. 20h. Excalibur (1980) de John Boorman. Projection au cinéma Le Desperado, 23 rue des écoles, Paris 5e suivie d’un débat avec Justine Breton (docteure en littérature) et Alban Gautier (historien).
– dimanche 21 mai. 15h. Balade. Les légendes médiévales à Paris. Arthur, Les Quatre Fils Aymon, le dragon de saint Marcel. Avec William Blanc (historien) et Julie Pilorget (historienne). Rendez-vous sur le parvis de l’église Saint-Gervais, 13 Rue des Barres, Paris 4e.
– dimanche 21 mai. 20h. Knightriders (1981) de Georges A. Romero. Projection au cinéma Le Desperado, 23 rue des écoles, Paris 5e suivie d’un débat avec William Blanc (historien) et Julien Sévéon (critique de cinéma).
Entrée des projections : 5 euros. Gratuit pour celles et ceux qui viendront en costume médiéval. / Balade gratuite.
Voir la page http://www.bobinesetparchemins.com/le-roi-arthur-au-cinema-5e-edition-du-festival-bobines-et-parchemins/

Conférences « Imagin' »

BU Artois, Bibliothèque Universitaire de l’Université d’Artois, Arras

« Imagin’, les écritures de l’imaginaire »

Rencontres animées par Anne  Besson

Mercredi 3 mai, 14h : Fabien Clavel, « Et tout le reste est réécriture : la fantasy comme palimpseste »

Mardi 9 mai, 14h : Caroline Duvézin, « Dragons à vapeur »

Justine Breton : « La légende arthurienne sur petits et grand écrans »