Archives de l’auteur : Anne Besson

Parution : Alain Corbellari, Moyen Âge et critique littéraire

Moyen Âge et critique littéraire

Alain Corbellari

Presses Universitaires de Vincennes, coll. « Libre cours », 2021

A. Corbellari, Moyen Âge et critique littéraire

DESCRIPTION :

Les histoires de la critique littéraire ne manquent pas, mais l’originalité du présent volume est de montrer que les médiévistes ont pris une part prépondérante et souvent insoupçonnée dans l’élaboration de ses modèles.

Basé sur l’expérience de l’auteur, qui travaille sur ces questions et les enseigne depuis trente ans, l’ouvrage propose une histoire de la critique littéraire vue du point de vue du médiévisme : on n’y trouvera donc pas toutes les écoles critiques, mais la plupart ont quand même pu y trouver place, soit que les médiévistes — au sens large du terme — les aient inventées ou infléchies de manière décisive, soit que la littérature ou l’art du Moyen Âge aient offert à des méthodes qui a priori ne les sollicitaient pas, des exemples susceptibles d’en éclairer et d’en consolider les principes.

SOMMAIRE :

Avant-propos

Chapitre I –  La philologie science-pilote

Les origines antiques de la philologie
Le renouveau humaniste
Science allemande et philologie romane
La naissance de l’histoire littéraire
Vers une nouvelle philologie

Chapitre II – Un formalisme à la médiévale

L’origine des contes
Chansons de geste et oralité
Le problème des troubadours
La « poétique médiévale » de Paul Zumthor
Des rhétoriqueurs à l’Oulipo
Du roman en prose à la transtextualité

Chapitre III – De Rome à Tintagel

Grandeur et misère de l’allégorie
Aux sources de l’affectivité médiévale
La redécouverte du médio-latin
L’empire des topoï
La revanche des celtisants : à l’origine des cultural studies ?
Un Moyen Âge pan-mythique

Chapitre IV – Le Moyen Âge si loin si proche

Nouvelle histoire et anthropologie historique
Marxisme et littérature médiévale
Bakhtine et la culture populaire
Denis de Rougemont et l’Occident
Du côté de l’anthropologie structurale
À la croisée des savoirs
Les aventures de la réception 

Chapitre V – Pour une herméneutique du soupçon

Le « surplus » médiéval
Lectures psychanalytiques
Une déconstruction à la médiévale
L’invention du féminisme
Désir mimétique et homosexualité
Un post-colonialisme avant la colonisation ?
Un Moyen Âge plus proche de la nature ?

Conclusion

Index des noms de personnes

Index notionnel

*

Un extrait de l’ouvrage est disponible sur le site de l’éditeur…

Marine ROUSSILLON

Marine Roussillon est ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de lettres modernes et maîtresse de conférences en littérature française à l’université d’Artois, membre de l’unité de recherches « Textes et Cultures ».

Sa thèse, soutenue en 2011 sous la direction d’Alain Viala, portait sur les usages des récits chevaleresques à l’âge classique. Elle est l’autrice d’un essai à paraître chez Champ Vallon en 2021 intitulé Don Quichotte à Versailles. L’imaginaire médiéval du Grand siècle et de plusieurs articles sur les figures du chevalier, de la magicienne et du troubadour dans les écrits et les spectacles du XVIIe siècle. 

Ses recherches portent plus largement sur les usages politiques des lettres et des arts au XVIIe siècle, les divertissements à la cour de Louis XIV et les écritures de la fête. 

Pour en savoir plus : 

https://cv.archives-ouvertes.fr/marine-roussillon

Francesca MANZARI

Maître de Conférences en Littérature Générale et Comparée à l’Université d’Aix-Marseille

Membre du CIELAM

Courriel : francesca.manzari@univ-amu.fr

Page personnelle de l’Université : https://cielam.univ-amu.fr/membres/francesca-manzari

Spécialiste de poésie médiévale et contemporaine, notamment dans les domaines italien, français et américain, Francesca Manzari s’intéresse plus particulièrement aux relations entre littérature et philosophie, telles qu’elles se sont nouées en Toscane au XIIIe siècle, et renouées dans la poésie moderniste du XXe siècle.

Elle a édité, avec Michèle Gally et Élodie Burle, un volume intitulé Modernités des Troubadours (Presses de l’Université de Provence, 2018).

 

Parmi ses publications les plus récentes :

  • « “La plus noble peinture est un poème peint” : traduire pour peindre. Dante Gabriel Rossetti lecteur de Dante », (Intermedial Dante: Reception, Appropriation, Metamorphosis, Eds. C. Fischer and M. Petricola, Between, X.20 2020, p. 222-243, betweenjournal.it);
  • « Ezra Pound traducteur des ballades de Guido Cavalcanti », dans La Ballade histoire et avatars d’une forme poétique ( Mireille Demaule et Brigitte Buffard-Moret, Paris, Honoré Champion, 2020, p. 279-298) ;
  • « “The Man with Three Staves Is the Fisher King himself” : Graal et tarot dans The Waste Land, pour une éco-lecture », dans Figures de Parceval : du Conte du Graal au XXIe siècle (dir. María Pilar Suárez et Michèle Gally, Madrid, UÁM Ediciones, 2019, p. 237-244) ;
  • « Traduire Dante, traduire une forme », dans André Pézard, Pour un profil intellectuel (Classiques Garnier, 2017, p. 209-220) ;
  • Les Cantos et le plurilinguisme : ce que la poésie médiévale donne à la modernité, in The Poetics of Multilingualism/La poétique du plurilinguisme (Cambridge Scholars Publishing, 2017, pp. 175-184).

Appel : épopée et intermédialité

« Epopée et intermédialité » (CIMEEP et Forellis, Univ. Poitiers) : 3ème congrès du Centre International et Multidisciplinaire d’Études Épiques prévu les 28-30 mars
2022, org. Charlotte Krauss.
Réponses attendues avant le 30 avril 2021

Amazon.fr - The Return of the Epic Film: Genre, Aesthetics and History in  the Twenty-First Century - Elliott, Andrew - Livres

La tradition de l’épopée ou du « rêve de l’épopée » (H. Christians, 2004), la recherche de l’idéal par définition inaccessible du modèle homérique, s’est toujours accompagnée d’une remise en cause des frontières entre les différents médias : la description du bouclier d’Achille dans l’Iliade, première ekphrasis de l’histoire littéraire européenne, signe traditionnellement le début des réflexions sur les relations texte-image. Ainsi, depuis l’Antiquité, l’idée de l’aède et l’idéal de l’écriture déterminée par la présentation orale ont accompagné la production de textes épiques intrinsèquement ambivalents, situés à la frontière entre le texte et la parole. La matière épique – des histoires de héros rayonnants qui se battent pour le collectif – inspire les auteurs dans leur recherche d’un texte idéal, capable de décrire et en même temps d’unir la communauté dans un langage sophistiqué et souvent versifié. Mais dans la même mesure, ces matières, qu’elles reposent sur un texte concret ou sur des sources hybrides, deviennent aussi des motifs des arts visuels : on les retrouve sous forme de peintures ou de sculptures. La question de l’intermédialité de l’épopée se pose également lorsque la matière épique est mise en scène – de la tragédie et de l’opéra classiques aux longs drames historiques du XIXesiècle, qui font souvent délibérément référence à la tradition des épopées nationales et sont reçus comme des « drames épiques ». Mais alors que les possibilités de représentation sur la scène classique étaient soumises à des limites spatiales et morales claires, l’émergence du film, au XXesiècle, a pu ouvrir des possibilités totalement nouvelles : à l’écran, de nombreuses adaptations de matières épiques classiques obtiennent finalement le succès populaire tant attendu ; à Hollywood, l’epic film devient même un genre à part. Plus récemment encore, ce succès a été prolongé par le jeu vidéo et la bande dessinée, ce qui a permis entre autres de remettre en cause la linéarité du récit et de recourir à de nombreuses citations intertextuelles et intermédiales. L’évolution, au fil des siècles, montre que chaque nouveau médium évoque le scepticisme des précédents, tout en ouvrant de nouvelles possibilités aux matières épiques traditionnelles ou plus récentes. L’émergence d’esthétiques nouvelles reflète ainsi toujours la longue tradition du récit épique.

 

Pour le troisième colloque du CIMEEP (Centre International et Multidisciplinaire des études épiques), nous aimerions nous concentrer sur la relation entre l’épopée et l’intermédialité. L’étude d’œuvres classiques et contemporaines de toutes les ères linguistiques et culturelles sous l’angle de l’intermédialité sera bienvenue. 

 

Nous proposons les axes suivants :

– le palimpseste intermédial des œuvres épiques : l’évocation et la citation de médiums anciens par des médiums plus récents ;

– la transformation intermédiale des matières épiques : changements de forme, d’esthétique et de linéarité par un changement de médium, par exemple l’adaptation de matières épiques anciennes dans les arts de la modernité, de la photographie au jeu vidéo en passant par la bande dessinée et le film

– les caractéristiques esthétiques et les (im)possibilités des récits épiques dans différents médiums, par exemple par l’étude d’une même matière épique adaptée dans différentes œuvres et/ou différents médiums ;

– la question de l’ekphrasis;

– la question de l’oralité représentée par l’écriture. 

 

Le troisième colloque du CIMEEP aura lieu à Poitiers (France), à la Maison des  Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS) de l’Université de Poitiers  et en collaboration avec l’équipe de recherche FoReLLIS (Poitiers). 

 

Comité scientifique 

Charlotte Krauss, Maître de conférences HDR à l’Université de Poitiers 

María del Mar López-Cabrales, Professeur à la Colorado State University (États-Unis)

Karina Marques, Maître de conférences à l’Université de Poitiers

Fernando de Mendonça, Maître de conférences à l’Universidade Federal de Sergipe (Brésil)

Christina Bielinski Ramalho, Professeur à l’Universidade Federal de Sergipe (Brésil)

Maria Aparecida Rodrigues Fontes, Professeur-Chercheur à l’Università degli Studi di Padova (Italie)

 

Conférences principales (keynote) acceptées :

Liliane Louvel, Professeur de littérature de langue anglaise à l’Université de Poitiers

Raúl Marrero Fente, Professeur au département d’Espagnol et de Portugais à l’Université du Minnesota (États-Unis)

 

Langues de communication français et anglais – ainsi que l’espagnol et le portugais pour les sujets spécifiquement consacrés aux matières épiques en Amérique du Sud. 

 

Frais d’inscription : 30 Euro (les membres du CIMEEP et du FoReLLIS sont exonérés de frais d’inscription).

 

Merci d’envoyer votre proposition de communication (titre + résumé de 2000 signes maximal) à cimeep.epos@gmail.com avant le 30 avril 2021.

 

Tous les résumés des communications acceptées seront réunis sous forme d’un livret pour le colloque. Un choix de contributions sera publié dans la revue en ligne Epicas, dans le numéro prévu pour fin 2022 (publication avec comité de lecture).

Colloque : « Enfance et Histoire »

Moyen - Age - Histoire pour Enfants

Enfance et histoire, cultures et pratiques enfantines du passé

Colloque organisé par Emmanuelle Fantin et Julien Tassel (laboratoire Gripic). Il aura lieu les 8 et 9 avril 2021, ouvert sans inscription préalable. Lien de connexion: https://us02web.zoom.us/j/3657422876

8 avril 2021

9h00 Mot d’accueil Emmanuelle Fantin et Julien Tassel – Sorbonne Université

Joëlle le Marec (Sorbonne Université) : En guise d’introduction : retour sur enquête, l’enfant au carrefour des processus de transmission institutionnelle.

9h30 – 10h30 Anne BESSON – Université d’Artois :  Retenir l’enfance.

10h30 – 12h00 SESSION I — MÉDIÉVALITÉS : ENTRE HISTOIRE ET FICTIONS

Laurence CORROY et Bénédicte MILLAND-BOVE (Université́ Sorbonne Nouvelle) Imaginaires et représentations du Moyen Âge dans le Journal des Enfants et le Journal des Demoiselles sous Louis Philippe.

Agathe NICOLAS (Sorbonne Université) : Le débat sur le fait historique comme prétexte à la production d’un savoir sur la fiction : le cas du forum d’échanges « la gazette du sorcier » (Harry Potter).

13h30 – 15h30 SESSION 2 : DIRE LES VIOLENCES DE L’HISTOIRE

Perrine BOUTIN (Université Sorbonne Nouvelle) : Entre pédagogie et subversion, comment parler de la Seconde Guerre mondiale aujourd’hui à des enfants à la télévision ? Étude d’un cas : Les Grandes grandes vacances.

Juliette MASSART (Université Paris 13) : « Lire la Shoah : entre horreur et happy ending » : les représentations de la Shoah dans la littérature de jeunesse des années 1980 à nos jours.

Christiane CONNAN-PINTADO (INSPE de Bordeaux Aquitaine) : Imaginaires et représentations de l’esclavage à l’usage des jeunes lecteurs. Contraintes, modalités, enjeux.

Anna ZADORA (Université de Strasbourg) : Construction d’une identité nationale biélorusse au prisme de l’éducation historique.

16h-18h TABLE RONDE — LES PROFESSIONNELS DES MÉDIATIONS ENFANTINES : ARTS, ÉDITION, MUSÉOLOGIE

Vincent LODEWICK dit DUGOMIER — auteur de BD, Les enfants de la résistance.

Albin QUERU et Chloé NICOLAS — maison d’édition, Quelle histoire ?

Isabelle DORÉ-RIVÉ — directrice du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon.

Richard UNGLIK — photographe, auteur de livres et de l’exposition « La Fabrique de l’Histoire en Playmobils » au musée de l’armée Invalides.

9 avril 2021

10h45 – 12h45

9h30 – 10h30 Conference Julie PASQUER-JEANNE – UCO-Bretagne Sud : Faire l’expérience du passé par la fiction : la trivialité du monument dans la culture enfantine.

10h45 – 12h45 SESSION 3 — LITTÉRATURE JEUNESSE ET HISTOIRE

Pierre-Eric FAGEOL et Frédéric GARAN (Université de la Réunion) : Patrimonialisation du passé et construction identitaire dans la bande-dessinée pour enfant dans l’océan indien.
Sylvie MARTIN-MERCIER (Université Grenoble Alpes) : Petites filles et résistance dans la littérature de jeunesse italienne contemporaine.

Noureddine FADILY (Faculté des lettres et des sciences humaines Ben M’Sik, Casablanca.) : Quelle(s) construction(s) des ailleurs temporels et des altérites à travers le thème de la Deuxième Guerre mondiale ? Exemple de l’album Otto, autobiographie d’un ours en peluche de Tomi Ungerer.

14h30-15h40 SESSION 4 — LES MÉDIATIONS HISTORIQUES DES OBJETS DU QUOTIDIEN, DES JEUX ET DES JOUETS

Fabien LACOUTURE (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Jouer l’Histoire. La place des jeux de société historiques dans les pratiques enfantines du passé.

Thierry TRUEL (INSPE de Bordeaux) Collectionner la vignette historique aux XIXe et XXe siècles: quand l’histoire devient aussi un produit de consommation courante…

Adeline WERRY (Université Catholique de Louvain) : Les plaques de verre de lanterne magique : outils pour une narration« attractive » du passé.

CONCLUSION : Sophie Corbillé, Sorbonne Université

Colloque en ligne : médiévistes et médiévalistes

Colloque organisé en ligne du 29 mars au 2 avril, « Le(s) médiéviste(s) face aux médiévalismes : rejet, accompagnement ou appropriation ? » (CESCM, Poitiers), sous la forme d’une série d’introductions, de conférences, de communications et de tables-rondes, cinq jours d’affilée en fin d’après-midi.

A noter que l’assemblée générale de notre association aura lieu en marge du colloque le mercredi 31 mars à 15h, sur Zoom : elle sera ouverte à toute personne intéressée, membre ou non de « Modernités médiévales ».

Inscriptions https://medievalisme.sciencesconf.org/

 

Parution : Mémoire littéraire du Moyen Age

Mireille Séguy, Trois gouttes de sang sur la neige. Sur notre mémoire littéraire : Chrétien de Troyes, Giono, Bonnefoy, Quignard, Roubaud (H. Champion, coll. « Mémoires du Moyen Âge », n° 3, 2020)

Cet essai met en regard un texte médiéval – la scène des gouttes de sang sur la neige du Conte du graal de Chrétien de Troyes – et ses reprises par quatre auteurs majeurs du XXe et du XXIe siècle qui l’ont étroitement associé à leur conception de la langue et de l’activité littéraire (Giono, Quignard, Bonnefoy, Roubaud). Ce faisant, il voudrait élucider les raisons pour lesquelles le Moyen Âge fait aujourd’hui retour avec tant d’insistance et ce que cette résurgence dit de notre contemporain au travers du passé qu’il se donne. C’est ainsi aux ressorts de notre mémoire littéraire que ce livre s’intéresse et à la manière dont elle anime nos existences singulières et collectives.

Lire la table des matières

Audrey Tuaillon Demésy

Audrey Tuaillon Demésy est docteure en sociologie, Maître de conférences en STAPS à l’Université de Franche-Comté (laboratoire C3S, EA 4660). Elle travaille sur les imaginaires du temps, notamment à travers les loisirs dits alternatifs, telles les pratiques d’histoire vivante. 

https://aion-project.org

audrey.tuaillon-demesy[at]aion-project.org

Maud PEREZ-SIMON

Maud Pérez-Simon est Maîtresse de Conférences en littérature médiévale à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Elle étudie les relations texte-image au Moyen Âge. Après s’être penchée sur les manuscrits (Roman d’Alexandre, Ovide, Mélusine, Marco Polo…), elle s’investit en ce moment dans un projet de recherche IUF sur les plafonds peints. Elle a publié deux livres sur le Roman d’Alexandre en prose, et en vers, et leurs programmes iconographiques. Parallèlement, elle fait l’édition, avec Pierre-Olivier Dittmar, de la première encyclopédie de monstres en langue française.

http://www.univ-paris3.fr/mme-perez-simon-maud–43562.kjsp

 

Anna Gęsicka 

Prof. agrégée, Chaire des Lettres Romanes, Université Nicolas Copernic, Toruń, Pologne

Domaine: littérature médiévale française

Doctorat 2003 : « Le stéréotype de la vieillesse dans la poésie française du XV siècle », tuteur prof. Krystyna Kasprzyk, Université de Varsove.

Habilitation 2014 : « Między wolą a niewolą. Problem wyboru w krótkich narracjach francuskiej literatury dwornej XII i XIII wieku, Wydawnictwo Naukowe Uniwersytetu Mikołaja Kopernika, Toruń 2014, 375 p., ISBN 978-83-231-3102-1 [Entre volonté et dépendance. Le problème du choix dans les brèves narrations courtoises de la littérature française du XIIe et XIIIe siècle »], tuteur prof. Maciej Abramowicz, Université de Lublin/Université de Varsovie. 

Principaux axes de recherches :

  1. thème du temps, de la vieillesse et de la mort dans la poésie du Moyen Age tardif
  2. problématique volitive dans les narrations courtoises
  3. érotisme et sexualité
  4. intertextualité, médiévalisme

En cours d’écriture, un livre sur les adaptations théâtrales des cinq fabliaux faites au début du XX siècle par Jean Ott, dramaturge et poète.

Publications : https://www.human.umk.pl/wydzial/pracownicy/?eid=3107350

Articles sur le médiévalisme

« L’avilissement d’Aristote : traitement d’un motif au XIIIe et au XXe siècles », Médiévales. Etudes médiévales, numéro double 11-12, Amiens (2010), p. 345-353.

« Le loup-garou au Moyen Age et au XXe siècle : évolution du symbole dans Bisclavret de Marie de France, Mélion et Le Loup-garou de Boris Vian », Medievales 62, Amiens 2016, p. 191-202.

« Signes de présence : l’auteur dans les pièces de théâtre de Jean Ott (XXe siècle) », in : A. Gałkowski, T. Roszak (dir.), Semiotica generale – Semiotica specifica. Sémiotique générale – Sémiotique Spécifique, coll. „Signum-Idea-Verbum-Opus”, Wydawnictwo Uniwersytetu Łódzkiego, Łódź 2018, p. 141-152.

« Les trois aveugles de Compiegne de Cortebarbre (XIIIe siècle) et Les Trois Aveugles de Compiègne de Jean Ott (XXe siècle) : une analyse transtextuelle », Romanica Cracoviensia 2018,  no 4 (18),  p. 185-192, URL : http://www.ejournals.eu/Romanica-Cracoviensia/2018/Tom-18-%20Numer-4/art/13957/

« Entre jeu et nostalgie. Les topoï courtois dans Les Trois Aveugles de Compiègne de Jean Ott », Romanica Silesiana, No 2 (16) 2019, p. 19-28, URL : https://wydawnictwo.us.edu.pl/sites/wydawnictwo.us.edu.pl/files/00_rs_2019_2_16.pdf

Nicolas BEN MUSTAPHA

Nicolas Ben Mustapha est étudiant et jeune chercheur à l’université de Franche-Comté (Besançon). Il mène ses recherches au laboratoire ISTA (Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité) où il obtient un master recherche en histoire ancienne en juin 2018 après avoir soutenu avec mention et sous la direction de A. Gonzales, un mémoire de recherche portant sur l’œuvre tacitéenne, plus précisément la Germanie, traité ethnographique dans lequel il étudie l’identité barbare et les relations romano-germaniques au Ier siècle. Il étudie actuellement les lettres classiques dans l’idée de poursuivre ses recherches actuelles en thèse. Il centre ses recherches sur l’historiographie ethnographique gréco-latine, l’étranger barbare au Ier siècle av. et ap. J.-C., ainsi que sur leurs représentations culturelles, populaires et contemporaines (cinéma, série télévisées, littérature, jeux-vidéos). Il anime et rédige également la chronique intitulée « L’Antiquité dont vous êtes le héros » du site web « La Vie des Classiques » (Belles Lettres).

Lien web CV : https://www.linkedin.com/in/nicolas-ben-mustapha-15976016b/

      Thématiques de recherche :

  • Histoire culturelle et des représentations du monde romain à la fin de l’ère républicaine et sous le haut-empire.

 

  1. Historiographie gréco-latine de l’ère républicaine et du haut-empire.
  1. Etude des sociétés barbares nord-transfrontalières et de leurs représentations culturelles et sociales.

 

  1. Réception de l’Antiquité à l’époque contemporaine et « néo-histoire ».

 

            Publications et communications

Articles dans une revue web :

  • Géographie d’une Germanie insoumise ou penser le Nord à Rome au Ier siècle, Artis Natura, vol. 3, n°1, 3 pages, 2019.

Article dans une revue :

  • « Les barbares dans l’œuvre de Tacite ou la filiation d’un mythe ancien et moderne : entre culture ethnocentriste et représentations culturelles », Revue Legs et Littérature, 2020, No. 15, pp. 223-245.

Communications avec actes :

  • Les Germains et la Guerre. Mythe ancien (Ier siècle av. et ap. J.-C.), imaginaire moderne (XXIe siècle). Guerres, Paix, Espoirs, Désespoirs dans l’Histoire, Actes du XIIe colloque international de l’Association Tunisienne Méditerranéenne d’Etudes Historiques, Sociales et Economiques et du Centre Mondial Tunisien d’Etude, de Recherche et de Développement, Monastir, 2019. A paraitre.

Français, Tunisie.

  • Géographie et environnement d’une Germanie insoumise (Ier siècle av et ap. J.-C.). Interférences et contrastes dans la Romania européenne, Actes du VIIIe colloque international CICCRE, Timisoara, Szeged Jatepress, pp. 104-116, 2020.

Français, Roumanie

  • Famille et pouvoir dans les sociétés barbares des mondes de fiction. Pour une culture de l’honneur, pour une culture de guerre. La famille à l’aube du XXIe siècle. La conférence francophone internationale. Ière édition, Galati, 2020. A paraître.

Français, Roumanie.

Communication sans actes :

  • « Les Sauvageons » dans la série télévisée Game of Thrones, entre essence et culture guerrière : une influence antique ? Veni, vidi, vici : le guerrier dans l’Antiquité, cycle de conférences organisé par l’association Sorbonne Antique, Paris, 2020.

            Français, France

Vulgarisation scientifique via communication sans actes :

  • Les Germains, des barbares ? Nuit européenne des chercheurs, Besançon, 2019.

Français, France.

  • La société germanique au Ier siècle, une société barbare ? 4e festival national des Experimentarium, projet : Des chercheurs dans la ville, Dole, 2019.

Français, France.

  • Dans les sombres forêts de Germanie. Festival Back To The Trees, association Elektrophonie et Institut Supérieur des Beaux-Arts, en collaboration avec l’Université de Franche-Comté et le Festival Atmosphère, Bois d’Ambre, Saint-Vit, 2019.

Français, France.

Vulgarisation via revue web :

  • L’Antiquité dont vous êtes le héros. Chronique web mensuelle. Portail web La Vie des Classiques, Les Belles Lettres, depuis 2019.
  • La figure du légionnaire sous le haut-empire romain. Parue le 1er février 2019.
  • Les unités militaires et leurs caractéristiques. Parue le 25 février 2019.
  • De l’âge de pierre à l’âge de fer. Parue le 18 mai 2019.
  • Légats et généraux : veni, vidi, vici ! Parue le 19 juin 2019.
  • En pays barbare, partie 1. La Germanie, un monde perdu ? Parue le 3 juillet 2019.
  • En pays barbare, partie 2. Les sombres forêts de Germanie. Parue le 16 septembre 2019.
  • En pays barbare, partie 3. Le climat de Germanie. Parue le 23 octobre 2019.
  • En pays barbare, partie 4. Les hameaux de Germanie. Parue le 18 novembre 2019.
  • En pays barbare, partie 5. Le Germain, sauvage et barbare. Parue le 27 janvier 2020.
  • En pays barbare, partie 6. La culture de guerre chez les Germains. Parue le 09 octobre 2020.
  • En pays barbare, partie 7. Le Germain va-t-en-guerre ! A paraitre.

 

Appel : Moyen Âge et sciences sociales

Revue d’histoire des sciences humaines, « Le Moyen Âge des sciences sociales ». Dossier coordonné par Étienne Anheim et Catherine König-Pralong.

Réponses attendues pour le 1er février 2021.

English version : journals.openedition.org/rhsh/5007 

Au tournant du xviiie et du xixe siècle, le « Moyen Âge », comme notion et comme période, est devenu une référence centrale des savoirs historiques européens. Le processus de temporalisation conduisant les sociétés à se penser désormais explicitement comme « modernes » a parallèlement engendré une figure historique de l’altérité, cet âge « moyen » esquissé par les penseurs de la Renaissance pour désigner le millénaire qui les séparait de l’Antiquité. Dans la perspective d’un temps orienté vers le progrès par la Révolution et l’industrialisation, cette définition était négative, mais le romantisme et les Anti-Lumières en ont simultanément fait l’emblème d’un paradis perdu, celui d’un monde chrétien et solidaire. Ce Moyen Âge imaginaire, aux profondes résonances artistiques et littéraires, a aussi pris place dans la grande réorganisation des savoirs qui s’est déroulée durant tout le siècle, conduisant à la naissance du système moderne des disciplines au xixe siècle.

En histoire, dans les études littéraires, en linguistique et en philosophie, l’étude du Moyen Âge a alors été profondément renouvelée. La constitution de la médiévistique en savoir, la progressive entrée à l’université de ses diverses sous-disciplines, la création de revues dédiées aux mondes médiévaux, la fondation de sociétés pour l’étude du Moyen Âge et l’organisation de congrès internationaux se sont alors jouées sur deux fronts au moins. La promotion par l’Église catholique d’un Moyen Âge moral et scientifique, que le pape Léon XIII a sanctionnée le 4 août 1879 par la lettre encyclique Aeterni patris « sur la philosophie chrétienne », s’inscrit dans un mouvement social et intellectuel vaste de réhabilitation de la pensée médiévale. Le philosophe et prêtre catholique Franz Brentano, dont Edmund Husserl et Sigmund Freud ont suivi les cours à l’université de Vienne, convoquait par exemple le réalisme de Thomas d’Aquin pour renouveler la philosophie de langue allemande, gangrenée par le spiritualisme moderne.

Sur un deuxième front, les études médiévales constituées au xixe siècle ont été mises au défi par l’intérêt croissant pour le Moyen Âge dont témoignaient des savoirs universitaires récemment constitués, notamment la sociologie, la nouvelle anthropologie et la science politique, des entreprises dont les orientations conservatrices ont parfois été sous-estimées. Chez Marcel Mauss, Émile Durkheim, Max Weber, Ferdinand Tönnies ou encore Georg Simmel, le Moyen Âge présente un terrain d’expérimentation et un négatif de la modernité. L’intérêt pour la religion définie comme système d’interprétation et fait social total, ainsi que la distinction structurante entre la société (Gesellschaft), moderne, et la communauté (Gemeinschaft), primitive ou médiévale, ont contribué à faire du Moyen Âge, envisagé comme religieux, communautariste et corporatiste, un objet anthropologique et sociologique.

Des sciences historiques à la psychanalyse, les sciences sociales et de l’homme ont été irriguées par le Moyen Âge mais aussi par les savoirs modernes constitués à propos de lui dès la fin du xixe siècle. Leurs textes, leurs objets, leurs agendas sociopolitiques et leurs élaborations méthodologiques ont circulé hors du champ des études médiévales proprement dites. Réciproquement, la médiévistique a été renouvelée, au xxe siècle, par les sciences sociales, en particulier l’anthropologie. La nébuleuse médiéviste qui se formait autour des Annales et l’histoire des mentalités en fournissent des exemples éclatants.

Ce numéro de la Revue d’histoire des sciences humaines veut proposer une série d’enquêtes sur des usages spécifiques de la référence médiévale dans les sciences sociales au xxe siècle, qu’elle soit issue d’une fréquentation documentée du Moyen Âge, d’outils élaborés par la médiévistique (pour aborder la matérialité des manuscrits, l’histoire orale, l’écriture avant l’imprimerie, les circulations de savoirs) ou encore de médiations culturelles complexes, par exemple à travers la religion ou la littérature. Ces usages peuvent être étudiés à partir de trajectoires socio-intellectuelles individuelles ou d’entreprises collectives, au travers d’institutions en un sens large qui comprennent les écoles, les écoles de pensée, les revues ainsi que d’autres stratégies éditoriales et de communication des savoirs. Le terrain d’enquête s’étend de la théorie des médias à la psychanalyse, en passant par la sociologie, l’histoire, l’anthropologie, l’histoire des sciences, l’histoire de l’art et la philosophie.

Considérons quelques illustrations. Avec Panofsky, Ruskin et Warburg, le Moyen Âge s’est imposé comme un terrain emblématique de l’histoire de l’art. En 1923, seize ans avant ses travaux sur la physique de Galilée, Alexandre Koyré publiait une étude sur Saint Anselme. Plus tard, sa lecture critique de Pierre Duhem, qui situait la naissance de la science au Moyen Âge, informera ses élaborations méthodologiques. Avant de devenir le spécialiste des discours et de la narrativité historiographiques, l’historien américain Hayden White était un médiéviste classique. Dans les archives vaticanes, il a travaillé à sa thèse de doctorat sur le grand schisme papal de 1130. Dans les années 1950-1960, il publiait une série d’essais sur Bernard de Clairvaux, Pontius de Cluny et la curie romaine. Même dans des disciplines dont le canon était depuis longtemps dominé par l’antiquité et la modernité, comme la philosophie universitaire allemande, le Moyen Âge devint un objet possible pour l’obtention des grades au xxe siècle. Pour sujet de sa thèse d’habilitation, Martin Heidegger n’a choisi ni un texte antique, ni une œuvre moderne, mais un traité Sur les modes de signifier qu’il pensait être du franciscain Jean Duns Scot (autour de 1300)5.

L’élaboration de la théorie des médias et de la communication par Marshall McLuhan et son cercle permet d’illustrer la variété des modalités d’information des SHS par la médiévistique et de donner un exemple du type d’études que nous sollicitons. McLuhan a consacré la majeure partie de sa thèse de doctorat, soutenue en 1943, à la tradition grammaticale médiévale. Dans sa constellation socio-intellectuelle, par exemple chez son élève le plus célèbre, le jésuite Walter J. Ong, le manuscrit médiéval sert de témoin emblématique du passage d’un monde sensoriel à un autre : celui de l’oral et de l’audition à celui de la vision. Dans la Galaxie Gutenberg de McLuhanla scolastique médiévale marque le début d’un processus qui aboutit à l’empire moderne de l’écrit. Le village global contemporain, le monde à nouveau multi-sensoriel des médias électroniques, est défini au moyen d’un adage tiré d’une œuvre latine du xiie siècle (le Livre des 24 philosophes) : une sphère dont le centre est partout et la circonférence nulle part. Or McLuhan, converti au catholicisme en 1937, a dit son admiration pour Étienne Gilson, qui avait contribué à faire de la Librairie J. Vrin, à Paris, un vivier de la médiévistique et qui avait fondé le Pontifical Institute of Medieval Studies (PIMS) à Toronto en 1929. De 1950 à 1973, Gilson était professeur à Toronto, au PIMS. Le PIMS et sa revue lancée en 1939 (Medieval Studies), les cours de Gilson, l’enseignement littéraire de McLuhan, ses travaux avec Carpenter, Innis et Havelock, puis le Centre for Culture and Technology créé pour lui en 1963 à l’université de Toronto furent autant de lieux à travers lesquels la médiévistique a pu rencontrer et irriguer une discipline nouvelle, la théorie des médias.

Nous invitons les acteurs des différentes disciplines des SHS (comprenant, entre autres, la psychanalyse, la sociologie, l’anthropologie historique, l’histoire, l’histoire des savoirs et de sciences, l’histoire de l’art, la philosophie) à contribuer à ce numéro soit par une étude de cas, soit par une réflexion à portée méthodologique ou épistémologique plus vaste sur leur savoir et leurs pratiques scientifiques envisagés dans une perspective historique. Nous aimerions privilégier les approches plurielles, qui inscrivent des objets matériels ou intellectuels dans une histoire des institutions, des idées et des pratiques savantes. Cependant, la méthode étant elle-même le produit de pratiques disciplinaires spécifiques, elle demeure libre. L’enjeu méthodologique de ce numéro est aussi de déployer une variété d’approches. Son objectif est de mettre en évidence un aspect particulier de la critique de la modernité par les sciences sociales, un dispositif différent de ceux qui sont élaborés par les critiques des Lumières. À partir de Horkheimer et Adorno, la contestation de l’héritage des Lumières fut souvent frontale, car les Lumières étaient pensées dans un rapport de continuité avec le xxe siècle. Par contraste, le Moyen Âge, objet vitrifié sous le regard de ses spécialistes, n’avait pas à être rejeté ou défendu. Pourtant, la constitution du Moyen Âge par une modernité qui s’était affirmée en se démarquant de lui s’est accompagnée d’un processus dialectique par lequel cette même période s’est trouvée jouer un rôle paradoxal au xxe siècle : elle a été le moyen d’une critique de la modernité par le savoir réflexif qui la caractérise le mieux, les sciences sociales.

Des propositions d’article (3 000 signes maximum), en anglais ou en français, sont à envoyer avant le 1er février 2021 aux deux adresses suivantes : etienne.anheim@ehess.frcatherine.koenig-pralong@ehess.fr.

Les articles seront ensuite à envoyer, aux mêmes adresses électroniques, avant le 1er janvier 2022.

La revue publie des articles en anglais et en français, de 40 000 à 60 000 signes (espaces comprises).

Les consignes éditoriales sont disponibles sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/rhsh/1273.

 

Images :

John Ruskin, « La Merveille, Mont St Michel, Normandy », 1848. Pencil, watercolour and bodycolour, 26.5 x 25 cm Source: Robert Hewison, Ruskin, Turner and the Pre-Raphaelites, 2000.

 

Parution : Suites de Merlin

Nathalie Koble, Les Suites du Merlin en prose : des romans de lecteurs. Donner suite, Honoré Champion, coll. Essais sur le Moyen Âge, 2020.

 

Cet ouvrage étudie les procédés de « manuscriture » des ateliers romanesques, à partir du corpus des Suites du Merlin en prose : dernière branche rapportée au sein du Lancelot-Graal, la Suite dite « Vulgate » du Merlin contrecarre en effet toute tentative de clôture. Ces Suites sont placées sous la figure tutélaire de Merlin, le prophète « rassembleur de temps », personnage d’écrivain voué à disparaître. Leurs liens de parentés poétiques et textuels révèlent des usages romanesques – un art, médiéval, de donner suite et de multiplier les mondes dans la mémoire des lecteurs, au Moyen Âge et aujourd’hui. Toute la conclusion, mais aussi la partie théorique, font le lien avec le contemporain. Il est possible de lire ici la table des matières.

 

Parution : Animaux fantastiques !

Revue Fantasy Art and Studies n°9, Amazing Beasts / Animaux fabuleux, décembre 2020.

 

 

Fantasy Art and Studies . Fantasy Art and Studies... de Les têtes  Imaginaires - Livre - Decitre

Disponible en impression à la demande sur la librairie de BoD (https://www.bod.fr/librairie/fantasy-art-and-studies-9-9782901099161). Une édition ebook sera prochainement disponible.


Ce numéro, intitulé Amazing Beasts / Animaux fabuleux, rassemble les actes du colloque « Représentations animales dans les mondes imaginaires » (Université d’Artois, novembre 2019) organisé par Marie-Lucie Bougon, Charlotte Duranton et Laura Muller-Thoma. Les articles abordent les divers aspects de la thématique animale dans la Fantasy et en particulier dans Harry Potter, Game of Thrones, dans l’œuvre de Robin Hobb…
Il rassemble également des nouvelles dont un récit inédit de Charlotte Bousquet et le nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude. Il est illustré par Océane Azeau, GaëlleC., Antoine Pelloux, Guillaume Labrude, Guillaume Sallah Thomas, Princesse Manadragore Art et Véronique Thill, qui signe l’illustration de couverture.