Appel : “S’évader au Moyen Âge”

Colloque « S’évader au Moyen Âge : entre appropriations contemporaines et imaginaires de l’histoire médiévale »

Autun, avril 2020 (dates précises à venir)

Coordonné par Audrey Tuaillon Demésy et Justine Breton

Réponses attendues pour le 30 novembre 2019

Qu’il s’agisse de rejouer des batailles de fantasy en GN, de dévorer des mets rôtis lors d’une fête médiévale dans une logique toute carnavalesque, de re-créer des gestes techniques en lien avec l’artisanat de l’époque ou de raconter des histoires de princesses et de chevaliers, le Moyen Âge reste dans l’imaginaire collectif associé à une notion de plaisir. Cette facette est l’opposée de celle qui associe également souvent la période médiévale aux qualificatifs « sale » et « obscur ». En réponse à un Moyen Âge repoussant, il est aussi possible de « partir en vacances » au Moyen Âge comme l’on voyagerait dans un pays lointain, à la fois dépaysant et familier. Le médiévalisme offre une porte d’entrée privilégiée dans cette période réinventée ou ressuscitée.

Dans la continuité de plusieurs colloques et publications portant sur la thématique de la
résurgence du Moyen Âge au XXIe siècle, nous souhaitons mettre l’accent sur les manières
dont cette époque est utilisée pour proposer une rupture avec le quotidien. Se posent alors les
questions suivantes : comment et pourquoi choisit-on de s’évader au Moyen Âge ?
Comment et pourquoi cette période joue-t-elle particulièrement un rôle d’échappatoire
face au quotidien ?
Afin de proposer des pistes de réflexion, deux axes majeurs sont envisagés. Le premier porte
sur les fictions qui mettent en scène le Moyen Âge : en quoi celles-ci deviennent-elles des
échappatoires ? Le second axe met l’accent sur la corporéité et questionne l’expérience
corporelle comme outil d’évasion dans un autre temps.


1) Les fictions comme échappatoires
L’escapism, ou la tendance à rechercher dans la fiction une échappatoire trompeuse à la
réalité, a souvent été considéré comme une dérive négative de la littérature et des domaines de
l’imaginaire. L’on accuse – accusait ? – les jeunes lecteurs, principalement, de refuser de
grandir en restant attachés à des univers enfantins, souvent considérés à tort comme simplistes
et donc nocifs pour leur formation. Le cadre médiéval, par sa propension à mettre en scène
des aventures merveilleuses, des combats épiques et des créatures fabuleuses, apparaît comme
une cible de choix pour ces reproches, mais est-ce là le seul intérêt divertissant du
Moyen Âge ? Le cinéma et la télévision ont rapidement subi les mêmes commentaires, étant
opposés par leur nature a priori divertissante à d’autres pratiques – scolaires notamment –,
quant à elles jugées plus pertinentes car plus utiles à éduquer la jeunesse. Dans ce cadre,
s’évader dans le médiévalisme, littéraire ou audiovisuel, peut être vu comme une démarche
d’évitement de la réalité, comme cherche par exemple à le faire la princesse Bean dans la
série animée Désenchantée.
Pourtant, certains auteurs revendiquent au contraire le pouvoir philosophique et
psychologique de cette échappatoire par la littérature médiévaliste (T.H. White, The Book of
Merlyn), en montrant que l’évasion temporaire au Moyen Âge peut s’avérer bénéfique pour
mieux prendre du recul sur les dilemmes du quotidien (Camelot 3000). Doit-on voir,
accentuée depuis quelques décennies, une volonté de revaloriser cette échappatoire comme
une conséquence positive de la littérature ? Ou doit-on plutôt comprendre que les pratiques
narratives ont évolué, en intégrant un contenu pédagogique ou scientifique à un cadre
divertissant, évitant de fait d’éventuels reproches d’escapism ? Des chercheurs, enseignants et
spécialistes de la période médiévale peuvent d’ailleurs apprécier certaines productions
médiévalistes, et y trouver un intérêt historique et pédagogique, sans s’arrêter aux choix
anachroniques des créateurs (Vikings, Kaamelott). Comment articuler savoir scientifique et
goût pour le divertissement ?

L’expérience ludique est un autre moyen de s’échapper du quotidien, durant un temps donné.
Ainsi, les jeux de plateau prenant pour thème le Moyen Âge ou ses déclinaisons fantastiques
sont légions (Troyes, Les bâtisseurs, Kingdomino, etc.), de même que les jeux vidéo, qu’il
s’agisse de combattre comme au Moyen Âge (Medieval total war, par exemple) ou d’explorer
un univers médiéval (plusieurs opus de la série Assassin’s Creed, The Witcher, ou encore
Kingdom come deliverance). L’entrée dans un autre temps est aussi permise par la narration et
la pratique du jeu de rôle. Nombreux sont ceux qui prennent pour cadre une période
médiévale, plus ou moins proche de la réalité historique (le célèbre Donjons & Dragons, mais
aussi Rolemaster, Miles Christi, Nightprowler, etc.). Ainsi, le jeu est porteur de diverses
représentations de l’époque médiévale et tend à produire un cadre, au sein duquel le Moyen
Âge devient un décor. Comment celui-ci facilite-t-il l’immersion dans la pratique ludique ?
Mais aussi, comment l’activité ludique revisite-t-elle le passé ?

2) La corporéité comme outil d’évasion dans un autre temps.
Le second axe fait référence à un Moyen Âge expérimenté « par corps ». L’évasion est ici
permise par des expériences sensorielles et corporelles. Il peut s’agir des pratiques d’histoire
vivante5, mettant en jeu des re-créations gestuelles, aussi bien du point du vue des artisanats et des modes de vie révolus (reconstitution historique) que du côté des savoir-faire techniques
martiaux (par exemple, avec les Arts martiaux historiques européens). Comment ces pratiques
d’histoire vivante produisent-elles de nouveaux espace-temps et permettent-elles un
dépaysement ? Comment s’échappe-t-on au Moyen Âge, sans pour autant abandonner le
monde contemporain ?
Dans la continuité de ces pratiques de loisirs expérimentées corporellement, comment
l’imaginaire permet-il une approche différente de l’histoire ? C’est le cas, par exemple, des
fêtes médiévales (au sein desquelles une liberté de représentation du Moyen Âge est souvent
présente), des reconstitutions de fiction (notamment des batailles de la Guerre de l’Anneau) et
aussi des jeux de rôle grandeur nature. Entre « Fantasy et Histoire(s)6 », la période médiévale
apparaît comme un support permettant l’expression d’un engagement corporel associé à un
passé réinventé.
Autres formes d’expérimentations par le corps, souvent oubliées dans les pratiques de mises
en vie : le théâtre et la musique. En effet, le théâtre historique, qu’il soit sur scène ou dans la
rue (sous forme de saynètes, par exemple), expose aussi des fragments rejoués de l’histoire
médiévale. De la même manière, les re-créations de sons issus du passé (par le biais de la
reproduction d’instruments, de festivals de musiques médiévales, etc.) permettent aux
auditeurs d’approcher des perceptions d’un temps révolu. Comment ces spectacles
deviennent-ils des supports à un voyage dans le passé ?

Le goût est également l’un des sens pouvant être mobilisé pour expérimenter le Moyen Âge. L’alimentation médiévale forme, en effet, un moyen d’entrée privilégié dans l’histoire. Qu’il
s’agisse de reconstitutions de recettes historiques (pour lesquelles les ingrédients ne sont plus
toujours disponibles) ou d’évocations de banquets, le repas médiéval semble faciliter la
proximité avec le passé7. Le Moyen Âge devient ainsi parfois prétexte au tourisme,
notamment dans les cités à fort patrimoine médiéval. Dans ce contexte, les escapades dans les
« tavernes » ou « auberges » proposées aux visiteurs sont nombreuses. Au-delà, les lieux de
convivialité tels les bars peuvent aussi prendre des noms à consonance médiévale et proposer
un cadre qui fait écho à cette époque. Dès lors, comment la mise en scène d’un lieu produitelle
un sentiment de dépaysement ? Comment les diverses formes de représentations de
l’alimentation médiévale permettent-elle de se projeter hors du temps quotidien ?
Ainsi, les expériences et expérimentations corporelles et sensorielles forment des portes
d’entrées privilégiées vers le Moyen Âge, dans une logique somme toute très hédoniste.
Promesses de reconstitutions à l’identique ou manières de réinventer la période médiévale, ces
formes d’évasion questionnent aussi, en creux, les représentations du Moyen Âge telles que
véhiculées dans nos sociétés contemporaines. Au-delà, les loisirs qui mobilisent l’histoire
médiévale sont révélateurs des réappropriations faites de cette période et des imaginaires qui
la sous-tendent. Il s’agira ainsi de s’interroger aussi bien sur les conditions d’expression d’un
Moyen Âge favorisant l’immersion temporaire dans un passé pourtant révolu, que sur les
différents modèles et formats proposés, permettant de « ressentir » le Moyen Âge.
Quel que soit l’angle d’approche choisi (fiction ou corporéité), la question n’est pas, ici,
d’évaluer la « véracité » historique des diverses formes de recréations/reconstitutions
existantes, ni d’interroger les enjeux de la patrimonialisation auxquels sont par exemple
confrontés les musées, mais bien d’approfondir les raisons et les motifs de ces
réappropriations fictives, corporelles et expérimentales de la période médiévale.

Ces réflexions doivent être abordées selon un angle pluridisciplinaire. Les propositions de
communication pourront ainsi relever du champ des sciences humaines et sociales
(sociologie, ethnologie, histoire, archéologie, sciences de l’information et de la
communication, etc.) mais aussi du domaine de la littérature, des études visuelles et
cinématographiques, etc.
Ce colloque est organisé en partenariat avec la ville d’Autun qui accueillera les intervenants,
avec l’association Modernités Médiévales, et il fait partie de l’ANR Aiôn (Socioanthropologie
de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs).

Comité scientifique :
Anne Besson (Université d’Artois)
Florian Besson (Actuel Moyen Âge)
Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Estelle Doudet (Université de Lausanne)
Laurent Di Filippo (Université de Lorraine)
Audrey Tuaillon Demésy (Université de Franche-Comté)
Les propositions de communication (environ 2 000 signes et 5 mots-clés) ainsi qu’une courte
biographie seront à faire parvenir conjointement à audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr et
à bretonjustine@outlook.fr pour le 30 novembre 2019 au plus tard.
Évaluation des propositions par le comité scientifique : courant décembre 2019
Réponse aux contributeurs : début janvier 2020

Partenaire de ce colloque, notre association propose cette fois encore un soutien financier à des doctorant.e.s qui en feront la demande – plus de détails en nous contactant.