Soutenance : Joanna Pavlevski-Malingre

Joanna Pavlevski-Malingre soutiendra le 6 décembre 2017 à l’université de Rennes 2 une thèse intitulée « Melusigne, Merlusine, Melusina : Fortunes politiques d’une figure mythique du Moyen Âge au XXIe siècle » devant un jury composé d’Emmanuel Bouju (Rennes 2), Edoardo Costadura (Université Friedrich Schiller de Jena), Vincent Ferré (Université Paris Est-Créteil), Michèle Gally (Université Aix-Marseille), Laurence Harf-Lancner (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) et Christine Ferlampin-Acher (Rennes 2, Directrice de thèse)

Résumé

« Il peut sembler étonnant de consacrer une étude d’ampleur aux fortunes politiques d’une fée médiévale, d’une part parce qu’il est habituel de distinguer merveilleux et politique – alors que le recours au merveilleux est courant pour légitimer un pouvoir ou pour fonder une communauté politique -, et d’autre part parce que la branche maîtresse de la lignée des Lusignan, dont Mélusine est l’ancêtre mythique, est éteinte depuis 1308. Pourtant, étonnamment, Mélusine, merveille suscitant des interprétations et représentations contrastées, entre dans des dynamiques politiques multiples. Dès le Moyen Âge, elle incarne des fortunes diverses, l’essor et le déclin de la lignée des Lusignan, qu’elle justifie.

Instrumentalisée à des fins de domination, de légitimation et pour célébrer une mémoire lignagère dans les romans médiévaux de Jean d’Arras (1393) et Coudrette (c.1401), Mélusine s’impose au fil des siècles comme la Merlusine, la mère des Lusignan, mais aussi d’autres lignées aristocratiques, par le biais de textes littéraires, paralittéraires et d’armoiries. Parallèlement, dès le Moyen Âge, mais de façon accrue depuis le XXe siècle, cette figure lignagère est défigurée, ses enjeux sont déplacés, et Mélusine peut ainsi informer des questionnements identitaires divers, relatifs à une classe sociale ou à un individu, à la Nation ou à l’affirmation d’idées féministes. »

Image : la Mélusine qui a inspiré le logo Starbucks