Prix de thèse 2024 : Hélène CORDIER

Après délibérations, l’équipe de Modernités médiévales est très heureuse d’annoncer que son Prix de thèse 2024 est décerné à Hélène CORDIER.

Visuel juin 2024 pour la remise du Prix de thèse Modernités médiévales – Claire Caland

Hélène Cordier a soutenu sa thèse de littérature le 5 avril 2023 à l’Université de Lausanne, sur le sujet “La Table Ronde des enfants. Trajectoires transformatives du patrimoine littéraire arthurien médiéval dans les livres illustrés et les albums contemporains pour la jeunesse“.

Au croisement des études médiévales, médiévalistes et de la culture de jeunesse, la thèse d’Hélène Cordier se propose de déterminer les trajectoires transformatives du patrimoine littéraire arthurien médiéval à travers un corpus large de réécritures destinées en premier lieu aux très jeunes lecteurs. Les oeuvres du corpus, composé d’une soixantaine d’albums et de livres illustrés publiés entre les années 2000 et 2020, sont explorées d’un point de vue comparatiste : quelles évolutions sont opérées et des tendances sont-elles perceptibles ? De quelle manière concilier le double lectorat spécifique aux livres pour enfants à travers divers canaux (texte, image, matérialité) ? Comment se conjuguent les savoirs médiévistes (reprises des textes), les attentes médiévalistes du public contemporain (imaginaire consensuel) et les conceptions du Moyen Âge de l’instance de production (approche éditoriale et marketing) ? À travers ces questionnements, il s’agit de montrer l’écart entre, d’une part, l’unes des visées prioritaires de ce type de littérature mise en avant par les maisons d’édition, à savoir la transmission patrimoniale, et, d’autre part, l’instabilité de ce patrimoine. L’on verra que la réécriture joue avec (ou se joue de) cet argument de transmission, affirmant et profitant du pouvoir de variation d’un ensemble qui paraît figé.
Le travail s’articule autour de trois parties. La première pose un cadre théorique sur la réécriture médiévaliste pour la jeunesse afin d’en délimiter les contours et proposer une méthode d’analyse. La deuxième développe une approche formelle du corpus (péritexte, texte, image) dans une optique à la fois littéraire, multimédiale et marketing, où les enjeux de transformation sont une part intégrante de la reconfiguration. La troisième partie s’intéresse à la resignification des symboles et des aventures entourant les héros et héroïnes du monde arthurien à travers trois grandes étapes de vie qui possèdent des enjeux différents tant en littérature médiévale qu’en littérature de jeunesse : les enfances et les apprentissages ; l’âge adulte et les aventures ; la vieillesse et le déclin. Cette approche holistique documente les nuances apportées aux aventures des héros et héroïnes de la Table Ronde sous différents angles, interrogeant la prétendue fixité du patrimoine médiéval, la souplesse du mythe littéraire, les impératifs du secteur éditorial pour la jeunesse, mais aussi les représentations sociales et culturelles de l’enfance au moment de la publication.
La question du patrimoine au coeur de la problématique met en lumière les mécanismes de médiation qui favorisent la découverte des textes arthuriens par l’enfant, parfois par l’adulte. Par l’érudition et la finesse de certaines réécritures, on ne peut pourtant pas minimiser la redécouverte des récits médiévaux par le médiéviste lui-même. La réécriture, la diversification des canaux de communication ou encore les transformations révélatrices ou productrices de sens permettent en effet de repenser les textes arthuriens sous un jour nouveau. L’interprétation qui est faite par les auteurs modernes laisse également entrevoir les textes possibles inscrits en creux des sources anciennes. La « trahison » ou le manquement à la fidélité des sources, qui semblent des obstacles, s’avèrent en fait plus que nécessaires pour faire émerger les subtilités du texte médiéval, voire pour en révéler les potentialités.

Prenant appui sur des productions médiévalistes contemporaines issues de la culture populaire, cette thèse étudie et documente les mécanismes d’emprunt, de réinterprétation, de resignification et de réception opérés entre une réécriture et sa (ses) source(s) avec l’exemple particulier des textes arthuriens en littérature de jeunesse ; deux ensembles à première vue hétérogènes, mais qui partagent, en réalité, de multiples points communs, tant thématiques que modaux. Goût de l’aventure, fascination pour le merveilleux, répétitions structurelles, élaboration littéraire et artistique à plusieurs mains, lecture collective à voix haute : rapprocher la littérature médiévale et la littérature de jeunesse se révèle plus que pertinent puisque même si les deux corpus sont temporellement éloignés, ils assument une proximité évidente.

 

L’association Modernités médiévales accompagnera la diffusion de cette recherche dans le domaine du médiévalisme, sous la forme d’une aide à la publication d’un montant de 500 euros.

Toute l’équipe transmet ses félicitations à Hélène Cordier !

 



Citer ce billet
Justine Breton (2024, 17 mai). Prix de thèse 2024 : Hélène CORDIER. Modernités médiévales. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11omc