Appel : “Epopée et modernité”

epopeeBD

Revista Epicas, dossier thématique « Epopée et modernité »

Coordination du numéro: Florence Goyet (Université Grenoble-Alpes) et Saulo Neiva (Université Blaise-Pascal, Clermont II)

Avant le 30 juin 2016

Image : Alexandre, l’épopée, Chauvel, Le Galli, Java, éditions Glénat

Le dossier thématique du numéro 2 de Revista Épicas, revue du CIMEEP, réseau international et multidisciplinaire d’études épiques, sera consacré aux rapports entre l’épopée et la modernité. Une série de travaux récents ont contrarié l’affirmation classique, trop souvent reprise sans examen, que l’épopée serait un genre « défunt ». Ces travaux ont démontré la vitalité, la diversité et l’intérêt des productions épiques modernes et contemporaines.

Dans ce numéro, nous aimerions reprendre le problème d’un double point de vue : celui de la transformation de l’épique dès le début de l’époque moderne et celui de l’investissement des autres genres par l’épique.

Pour poursuivre ces travaux et contribuer à leur essor, nous proposons ainsi de nous poser deux types de questions:

  1. Transmission et transformation

Quelles perspectives théoriques pour rendre compte de la mue du genre ? A. Vasconcelos da Silva propose une théorie du discours épique, où ce dernier se caractérise par sa « nature hybride », qui le dote « d’une double instance d’énonciation, narrative et lyrique », chacune pouvant prendre le pas sur l’autre, en fonction de l’auteur et de son époque ; dans cette perspective, le modèle épique moderne se caractérise par la primauté de l’instance lyrique, au détriment de l’instance narrative. Quels autres apports théoriques nous permettent de comprendre et de conceptualiser la poésie épique moderne ? Quels outils méthodologiques pour lire plus finement ce corpus ? Il s’agirait là d’étudier, commenter et/ou contextualiser des textes précis, en prenant en compte « le processus dynamique de reconfiguration générique » (S. Neiva) au sein duquel la transmission et la transformation des codes génériques de l’épopée sont indissociables.

  1. Au-delà des frontières génériques

Genre qui effectue le récit d’un passé collectif, permettant de réfléchir sur l’histoire sans faire appel à « des concepts figés » ni à « des a priori de l’époque » (F. Goyet), l’épopée se caractérise également par sa capacité à représenter la simultanéité, ce dont le théâtre semble être dénué (Poétique, 1459b 26-27). Ces deux éléments expliquent en partie le rôle de « somme » de tous les autres genres, qui lui a longtemps été attribué en Occident. Ils nous permettent également de comprendre la récurrence avec laquelle, à l’époque moderne, d’autres genres ont établi avec elle différents rapports de d’imitation et de réappropriation. Le film Mahabharata (1991) de Peter Brook illustre bien ce rapport, où la mise à l’écran de l’épopée classique constitue une sorte d’aboutissement d’un processus qui passe par la réécriture en prose qu’en a fait Jean-Claude Carrière et par la mise en scène théâtrale. À l’époque moderne, donc, le cinéma, l’opéra, la BD – mais aussi le théâtre – dialoguent avec l’épopée en ayant recours à la réécriture du répertoire classique ou en empruntant des procédés formels qui la caractérisent.

La date-limite d’envoi des propositions d’articles (revistaepicas@gmail.com), dans l’une des langues du CIMEEP est le 30 juin 2016. La limite de longueur pour les articles sera de 40000 signes, espaces compris. Ils devront être accompagnés d’un résumé anglais et d’un résumé dans la langue de l’article. Nous vous remercions de respecter les normes de la revue consultables sur le site www.revistaepicas.com.