Parution : Une brève histoire politique de la fantasy, 2e édition

William Blanc, Une brève histoire politique de la fantasy, édition actualisée et augmentée, Paris, Libertalia, 2023.

« Les dragons et les Hobbits ont toujours été des animaux politiques. Voyager avec eux, c’est prendre des détours pour mieux parler de l’indicible, c’est s’aventurer sur des chemins de traverse vers d’autres futurs. »

Grande fresque épique de fantasy inspirée des romans de G. R. R. Martin, Game of Thrones est l’une des séries les plus célèbres au monde. Cette fascination pour un univers médiéval, dont les protagonistes craignent la venue d’un long hiver apocalyptique, fait écho aux angoisses contemporaines concernant le dérèglement climatique causé par l’activité humaine.

G.R.R. Martin n’a pas été le premier auteur à utiliser la fantasy pour parler des dérives du monde moderne et d’écologie. À bien y regarder, le genre du merveilleux contemporain développé à la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne a constamment servi d’outil pour critiquer la société industrielle.

De William Morris à J.R.R. Tolkien en passant par Ursula Le Guin, Robert E.Howard ou Hayao Miyazaki, ce petit ouvrage invite à questionner la généalogie politique de la fantasy.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Justine Breton (16 mars 2023). Parution : Une brève histoire politique de la fantasy, 2e édition. Modernités médiévales. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rko8