Appel à contributions : Illustrer le “roman national” français (1789-1918)

Nicolas Diassinous (Université d’Avignon, ICTT) nous fait part de la préparation d’un numéro de la revue Utpictura qu’il coordonne avec Nicolas Bianchi (Université d’Aix-Marseille, CIELAM), sur le sujet “Illustrer le roman national français (1789-1918)“. Il s’agira d’interroger la mise en images du “roman national” dans un XIXe siècle étendu, notamment en lien avec le Moyen Âge ou en s’intéressant à l’usage des figures médiévales.

Date limite d’envoi des propositions : 30 avril 2023.

Date d’envoi des articles retenus : 15 janvier 2024.

Parution : mars 2024.

Comité scientifique

Marie-Astrid Charlier, Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRa21
Béatrice Laville, Université Bordeaux Montaigne, Plurielles
Margot Renard, Université de Gand, LARHRA-InTRu
Marie-Ève Thérenty, Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRa21
Anne-Marie Thiesse, CNRS, Pays germaniques – Transferts culturels
Bertrand Tillier, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, CRHXIX
Sylvain Venayre, Université Grenoble-Alpes, LUHCIE

« Enfant,
Tu vois sur la couverture de ce livre les fleurs et les fruits de la France.
Dans ce livre, tu apprendras l’histoire de la France.
Tu dois aimer la France, parce que la Nature l’a faite belle et parce que l’Histoire l’a faite grande. »
Ernest Lavisse, Histoire de France, cours moyen 1ère et 2années, 1948 [1884].

Aux origines du « roman national »

Les historiens l’ont largement démontré : la mythification des racines putatives de la France s’avère très nettement antérieure à la cristallisation de ce que l’on appelle aujourd’hui le « roman national ». Dès le viie siècle, on adjuge en effet au royaume franc des Mérovingiens des origines troyennes prouvant sa supériorité sur l’Angleterre (Frégédaire, Historia Francorum, 660 ; Anon., Liber Historiae Francorum, 727). Et tout le Moyen Âge durant, on continuera de produire ces grands récits monarchiques de la nation française démontrant à chacun la légitimité du pouvoir en place par l’exhibition de chaînes dynastiques remontant à l’Antiquité ou à de grandes figures mythiques comme celle du roi Pharamond. Il reste que ce récit troyen, encore défendu sans succès par quelques entreprises poético-historiographiques du xvie siècle (La Franciade de Ronsard, 1562), verra bientôt s’imposer un récit concurrent, apparu dès les prémices de la Renaissance : celui des origines gauloises du peuple de France, plaidées par les humanistes, et définitivement validées par des Révolutionnaires désireux de se débarrasser d’une légende troyenne trop aristocratique.

Car en 1789, le basculement du pays vers des régimes républicains occasionne un tournant dans l’écriture du récit de la nation, qui fera du xixe siècle l’âge d’or de ce « roman national » visant à cristalliser l’identité collective des Français. La démocratisation de la vie politique du pays, la fortune de l’imprimé (livre et presse), le développement de l’école, la défaite de 1870 puis la Grande Guerre vont, chacun à sa manière, concourir à l’émergence d’un récit assez homogène et massivement diffusé. Ce dernier s’ordonne autour d’événements fondateurs qui lui donnent sa dimension collective, et de figures de grands hommes – souvent monarchiques en dépit du contexte républicain – permettant toutes les projections individuelles. Racialisé et historicisé à la fois (avec la fiction d’une histoire ininterrompue depuis l’Antiquité, qu’on présente comme naturelle à travers des explications ethniques, géographiques et historiques), il s’avère aussi politique et téléologique, puisqu’il vise à donner à la France une place de choix dans le métarécit du Progrès construit par la Modernité : c’est par ce biais qu’il légitimera l’entreprise coloniale.

Dès le début du xixe siècle, quelques publications historiennes constitueront les fers de lance de cette diffusion du « roman national » : celles de Lavisse, bien sûr, avec son petit manuel imprimé par milliers d’exemplaires à compter de 1884 ; ou, avant cela, celles de Louis-Pierre Anquetil (Histoire de France depuis les Gaulois jusqu’à la fin de la monarchie) ou d’Amédée Thierry (Histoire des Gaulois), succès éditoriaux oubliés du début du siècle qui érigèrent Vercingétorix en héros national et fixèrent les grands traits d’un caractère gaulois dont Goscinny et Uderzo feraient leurs choux gras quelques décennies plus tard. En dépit des interprétations diverses de ce grand roman au fil du temps et des sensibilités politiques, il ne se fissure guère qu’à partir des années 1930, avec les travaux de l’école des Annales, qui en dénoncent les erreurs factuelles et la focalisation événementielle et biographique. Cela, avant que dans une historiographie plus récente, divers pans de l’histoire de France occultés car peu glorieux ne fassent l’objet de l’attention soutenue des historiens, désormais fossoyeurs d’un très polémique « roman » national auquel beaucoup préfèrent l’idée de récit.

Un paradigme exclusivement narratif ? Le roman national et ses images

Car le roman national – son nom l’indique – est fondamentalement lié à un paradigme littéraire : celui d’une narration longue s’accommodant a minima de quelques biais fictionnels. Les parentés avec le genre romanesque sont nombreuses et bien identifiées. Dans le domaine narratif, d’abord, le « roman national » construit une histoire qui, non contente deconfigurer les faits historiques (sélection, organisation, sémantisation), recourt bien souvent à des outils de mise en intrigue (R. Baroni) assez proches de ceux du roman pour s’attirer l’intérêt du public. Sur le plan historique, ensuite, les liens avec le roman ne font plus guère de doute, que l’on pense aux romans prenant la nation pour personnage (L’Invasiond’Erckmann-Chatrian, 1862), ou à ceux qui devinrent « nationaux » parfois presque malgré eux, à l’instar de Notre-Dame de Paris ou des Misérables. Enfin, pour ce qui est de la fiction, la visée du roman national n’a dans l’ensemble que peu à voir avec l’établissement d’une vérité historique. Récit largement idéologique, il est entretenu par des « superstructures » étatiques (école, presse, commémorations, etc.) qui visent à l’imposer de manière hégémonique dans les imaginaires collectifs – d’où son goût pour des figures héroïques largement mythifiées, qu’elles soient singulières (Vercingétorix, Charlemagne, Jeanne d’Arc) ou collectives (Révolutionnaires, morts de la Grande Guerre, etc.).

Mais il est un autre paradigme consubstantiel à la mise en œuvre de ce grand roman de la nation qui paraît avoir été moins interrogé que son fonds romanesque : celui de l’image, qui, très fréquemment, accompagne le roman sur les supports qui l’accueillent. « Ce volume contient des récits qui encadrent des images. Les récits sont quelquefois des descriptions, et les images montrent les objets décrits ; plus souvent, ils sont des anecdotes, et les images montrent les actions racontées. » (Lavisse : 1913) Avec et contre le paradigme narratif, un paradigme de la scène, du portrait, de l’instantané paraît bien souvent jouer, parfois jusqu’à le concurrencer, qui fera l’objet de la réflexion collective portée par ce numéro de la revue Rubriques. Car quel que soit le support envisagé, certains épisodes de l’histoire paraissent mis en valeur au nom de l’effet spectaculaire qu’ils provoquent dans l’imaginaire : l’impact de leur dimension visuelle doit frapper les mémoires et rendre davantage accessible la succession des événements en recourant au modèle théâtral de la scène. Le baptême de Clovis, Jeanne d’Arc au bûcher, les adieux de Louis xvi à sa famille : divers grands moments historiques ont ainsi été synthétisés dans une scène capable de faire tableau pour les imaginaires. Et cette iconographie ne se limite pas aux illustrations de manuels d’histoire : le dessin, la caricature, la photographie de presse, l’illustration romanesque (contemporaine ou postérieure ; directe ou liée à une adaptation dramatique), mais aussi la condensation dramatique (décors, scènes, figures) permise par ce théâtre portant l’histoire de France à la scène – en suivant l’appel poétique de Stendhal à une « tragédie nationale en prose » dans son Racine et Shakespeare (Dumas, Hugo, Rostand, etc.) – ont produit toute une imagerie nationale, articulée à ces discours cherchant à en écrire le roman. Tout se passe ainsi comme si les visées poétiques et idéologiques du roman national appelaient inexorablement sa mise en images à travers des « scènes » susceptibles de marquer les esprits. Comme si un modèle spectaculaire, visuel, iconographique, condensant en un instant l’ensemble du récit, venait se greffer à la structure narrative romanesque agrégeant toutes ces scènes.

Ce sont ces rapports complexes entre l’histoire, le texte et l’image que ce numéro de Rubriques tentera d’examiner, en se concentrant sur un long dix-neuvième siècle courant de 1789 à 1918. Il se voudra avant toute chose une invitation aux spécialistes de littérature, d’histoire, d’arts de la scène, d’études médiatiques ou d’histoire de l’art à produire des analyses d’images en lien avec les textes (quels que soient les supports textuels : livres, manuels scolaires, journaux et revues, pièces de théâtre, etc.). Les études de cas (séries, événements, parcours d’illustrateurs au fil de leurs productions, etc.) autant que les articles de synthèse seront bienvenus. L’un des enjeux de ce collectif sera par ailleurs d’alimenter en amont et en aval la base de données Utpictura18 à laquelle est adossée la revue (https://utpictura18.univ-amu.fr/), et de fournir ainsi aux professeurs et à leurs élèves le matériau iconographique qui leur permettra de nourrir un enseignement critique du roman national.

Axes

Sans nécessairement s’y limiter, les contributions à ce numéro pourront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants :

Les stéréotypes et leur évolution

Il s’agirait d’étudier la récurrence et la typification visuelle de personnages (Gavroche et les gamins de Paris, François 1er, etc.), de lieux (Notre-Dame, le Panthéon, etc.) ou d’événements (prise de la Bastille, abolition de l’esclavage, Restauration, etc.) historiques ou fictionnels, afin de dégager les marges respectivement dévolues aux invariants et à l’interprétation individuelle des créateurs : l’espace de l’œuvre ne tend-il pas parfois à se dissoudre dans l’environnement communicationnel et médiatique ? En mettant au jour la fixation progressive ou spontanée de la valeur exemplaire ou contre-exemplaire des invariants de ce grand roman, une observation de ces figures à travers les évolutions axiologiques que supporte leur prise en charge iconographique (complexification, dégradation, disparition, etc.) pourrait par ailleurs contribuer à mieux comprendre la cristallisation et la destinée d’un certain nombre de « lieux de mémoire », qu’ils soient ou non largement reconnus comme tels au sein de l’imagerie nationale.

Supports, techniques et intermédialité

Pourraient s’inscrire dans cet axe toutes les contributions visant à éclairer les rapports entre les nombreux supports convoqués, et en particulier la question du glissement des données textuelles vers un support figuratif. Comment faire coexister, dans l’instant de l’image, plusieurs moments historiques – comment condenser la linéarité discursive dans une construction visuelle évoquant brusquement toute une h(H)istoire ? Qu’est-ce que l’évolution des techniques (progrès de l’imprimerie, apparition de la photographie, etc.) a changé dans la construction par l’image d’un « roman national » ? Quelle influence purent avoir sur ce dernier les supports visuels considérés comme non artistiques (publicité, artisanat, carte postale, etc.) ? On pourrait par exemple s’intéresser à la manière dont sont conçues les illustrations des Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France (poétique, partis pris historiques, répartition des rôles entre écrivains et illustrateurs, influence de l’objet livre, etc.), pour mieux comprendre dans quelle mesure ils façonnèrent les imaginaires du xixe siècle et concoururent, parmi d’autres ouvrages, à une standardisation éventuelle des représentations de l’histoire de France.

Imaginaires nationaux et didactique

Centré sur le grand public, et en particulier sur la réception juvénile, cet axe interrogera la multitude d’ouvrages, d’illustrations de presse, de manuels scolaires ou de recueils pensés pour véhiculer un « roman national » édifiant dans sa représentation de l’histoire et de la géographie du pays (pensons à leur archétype : Le Tour de la France par deux enfants). En interrogeant la dimension didactique et technique (quels partis pris pour interagir à distance avec ces publics ?), mais aussi les dimensions poétique, historique ou idéologique (sélection des épisodes et des personnages, représentation de l’altérité : Allemagne, Angleterre, Orient, etc.), certaines contributions pourraient ainsi éclairer ce que l’image apporte au texte – et réciproquement – au sein d’entreprises éminemment politiques dont la dimension visuelle n’est pas toujours la plus commentée. Cela alors même qu’elles permirent à une puissante imagerie nationaliste de se diffuser auprès de publics particulièrement influençables, en faisant fond sur des médias idoines (presse pour enfants, ouvrages distribués comme prix scolaires).

Les contre-récits

Sur la période du long xixe siècle, face à la stabilisation de formes quasi-officielles du « roman national », émergent fréquemment des récits concurrents, en rupture avec les tendances de leur temps. Qu’ils soient anarchistes, socialistes, pacifistes, anticolonialistes, réactionnaires ou encore féministes, ces contre-récits parviennent parfois à stabiliser un roman concurrent (imagerie vendéenne, production troupière antimilitariste, etc.) ou plus modestement à fournir au public de quoi saper le grand roman de la nation. C’est sur les traces de ces imageries dissonantes que pourrait se lancer le dernier axe de ce numéro : présentent-ils une poétique iconographique différente ? Montrent-ils une affinité particulière avec certains supports (illustrations de recueils de chansons) ? Comment penser leurs interactions avec le récit dominant ? Comment, a contrario, et dans une perspective diachronique, envisager leur succession et leurs interactions (reprises d’images, allusions symboliques favorables ou défavorables) ? Appel à une approche comparatiste du sujet et à une redécouverte de corpus marginaux, cette perspective pourrait accueillir tout à la fois des réinterprétations iconographiques transgressives ou ironiques (parfois tardives) du grand roman de la nation, des appropriations de ce roman par divers illustrateurs étrangers (la commune de Paris vue par l’Allemagne, Napoléon croqué par l’Espagne ou l’Italie, etc.), ou encore la production de récits autonomes contrariant l’image de la France que véhiculaient les discours les plus légitimes dans le champ.

Bibliographie succincte

Christian Amalvi, « La construction des héros nationaux à l’école et au foyer familial, de 1800 à 1914 », in Odile Faliu et Marc Tourret, Héros, d’Achille à Zidane, Paris, BNF, 2007, p. 112-121.

Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985.

Suzanne Citron, Le Mythe national. L’histoire de France en question, Paris, Les Éditions ouvrières, 1987.

Hugo von Hofmannsthal, Das Schrifttum als geistiger Raum der Nation (Le Livre comme instrument spirituel de la nation), discours du Grand auditorium de l’Université de Münich, 10 janvier 1927.

Gérard Noiriel, Une histoire populaire de la France, Marseille, Agone, 2018.

Pierre Nora, Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984 (t. 1, « La République »), 1986 (t. 2, « La Nation »), 1992 (t. 3, « Les France »).

Margot Renard, Aux origines du roman national. La construction d’un mythe par les images, de Vercingétorix aux Sans-culottes (1814-1848), Paris, Mare & Martin, à paraître en 2023.

Carole Reynaud-Paligot (dir.), De l’identité nationaleScience, race et politique en Europe et aux États-Unis, xixexxesiècles, Paris, PUF, 2011.

Anne-Marie Thiesse, La Création des identités nationales, Paris, Le Seuil, 1999.

Sylvain Venayre, Les Origines de la France. Quand les historiens racontaient la nation, Paris, Seuil, 2013.

Paul Yonnet, Voyage au centre du malaise français. L’antiracisme et le roman national, Paris, Gallimard, 1993.

Calendrier et consignes

Les propositions d’articles (250-300 mots) devront être envoyées avant le 30 avril 2023, accompagnées d’une courte bio-bibliographie ou d’un C.V., à Nicolas Bianchi (nicolas.bianchi [at] univ-amu.fr) et à Nicolas Diassinous (n.diassinous [at] hotmail.fr).
Le comité donnera sa réponse en juin 2023.
Les articles dont les propositions auront été retenues devront nous parvenir avant le 15 janvier 2024.
Longueur maximale des articles : 60 000 signes, espaces comprises.

Nous vous demanderons de vous conformer aux consignes de mise en page :
https://utpictura18.univ-amu.fr/consignes-mise-en-page-articles
Publication prévue en mars 2024.

Les contributions pourront être rédigées en français ou en anglais.



Citer ce billet
Justine Breton (2023, 25 février). Appel à contributions : Illustrer le “roman national” français (1789-1918). Modernités médiévales. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rknv