Parution: Grandes et petites mythologies 2

Karin Ueltschi et Flore Verdon (dir.), Grandes et petites mythologies 2: Mythe et conte, faune et flore, Reims, EPURE, 2022.

Voici le second tome des travaux consacrés aux rencontres entre grande et petite mythologie, entre l’univers de l’Olympe et celui des foyers, entre mythe et conte, et à leurs échanges permanents, à leur plasticité, à leur porosité. Quel que soit le sujet traité, il s’agit en effet de mettre en évidence les ponts qui existent entre les deux canaux « savant » et « populaire », ce qui renouvelle l’approche de thématiques parfois déjà amplement traitées. Mieux, au fil des travaux proposés depuis le début de nos investigations (cf. K. Ueltschi, F. Verdon (dir.), Grandes et Petites mythologies 1. Monts et abîmes : des dieux et des hommes, Reims, EPURE, 2020), ce couple des grandes et petites mythologies ne cesse de s’enrichir de variantes problématiques supplémentaires, et de nouvelles créatures emblématiques, à l’instar de Rübezahl qui s’appelle Krakonoš en Tchéquie, et Liczyrzepa en Pologne. S’il semble émerger tout droit du XVIe siècle qui a donné un acte de naissance écrit à tant de figures – pensons à Faust, à Till Eulenspiegel, à Guillaume Tell –, il est en réalité beaucoup plus vieux. Il incarne non seulement la persistance tenace de l’imaginaire mythique, mais aussi son infinie aptitude à la métamorphose, à l’adaptation, et même à la « récupération ». Profondément enraciné dans le terroir et d’anciennes strates linguistiques, foncièrement ambivalent avec sa barbe rousse et son bâton, ses gènes remontent à l’origine même de l’humanité, à son enfance, à sa mémoire première.

De nouvelles dialectiques ont pu être dégagées, mettant sans cesse en évidence la troublante parenté de nos héritages et leur ancrage toujours perceptible notamment par le biais du calendrier. Des rapports à première vue improbables sont mis en évidence, celui entre chocolat et ambroisie ou entre art et science par exemple. Se pose également la question centrale du passage du silence à la parole ; la parole, si on la suppose d’abord antérieure à l’écrit, peut à l’inverse également constituer l’appropriation de l’écrit par l’oral ; c’est donc une passerelle fondamentale entre la grande et la petite mythologie, transcendant le clivage entre la littérature savante et le conte populaire pour que subsiste le mythe. Par ailleurs, des figures sans nom – quel est celui de la statue de Pygmalion ? – se retrouvent sous des identités enfin cernées, Venus, Galatée. C’est d’ailleurs là un sujet majeur en mythologie comparée : comment sortir de la namelessness, si on nous accorde cet anglicisme, comment transformer une figure mythique en personnage littéraire ?

De nouveaux éclairages viennent constamment consolider et multiplier des scénarios pourtant si intimement familiers : simul vetus et novella, simul senex et puella, pourrions-nous dire avec Alain de Lille : d’Apulée à la Fontaine, de Merlin à Ambroise Paré, la vitalité des motifs réside sans aucun doute dans leur capacité à nouer, via l’analogie et l’inépuisable magie de la coincidentia oppositorum, des syncrétismes ; ainsi, la seule évocation du nom d’Iphigénie proclame son immortalité féconde sur les scènes et dans les livres, et interroge infiniment les notions de sacrifice ou d’héroïsme.

Dans l’univers que nous avons choisi d’explorer, le discours universitaire doit se confronter sans cesse à la voix du conteur et du poète, souvent véhicules plus efficaces de transmission d’une mémoire : un Tolkien ou un T.H. White en savent quelque chose ! Et rien ne saurait remplacer l’investigation sur le terrain pour cueillir encore et encore les traditions orales en vue de les explorer et les inscrire dans la mémoire savante : la mythologie reste fondamentalement vivante.

Sommaire

Introduction 
PARTIE I : PLASTICITÉ ET VARIANCES 
Sophie Conte, “Le sacrifice d’Iphigénie aura-t-il lieu ? Réécriture du mythe à l’époque contemporaine” 
Alain Trouvé, “Le mythe de Pygmalion, d’hier à aujourd’hui”
Miren Lacassagne, “Fortune, la roue et le meunier”
Françoise Gevrey, “La mythologie dans le conte parodique ou licencieux” 
Anna Loba, “Peau d’Âne et ses sœurs”
Thomas Nicklas, “Rübezahl, esprit polyvalent. L’étonnante faculté d’adaptation d’une figure de la petite mythologie d’Europe centrale” 

PARTIE II : MYTHOLOGIES ANIMALES, MYTHOLOGIES VÉGÉTALES

Aurore Noirault, “Entre force et fragilité : le lion comme miroir des héros épiques dans l’Iliade et les Posthomériques” 
Cécile Mauré, “Éphémérité et dégénérescence : l’étude du Narcisse” 
Laurence Hélix, “Des Sirènes et des Ondines”
Myriam White-Le Goff, “La licorne, polyvalence et persistance” 
Anne Berthelot, “Les sorts sans les plantes : magie rituelle dans le monde arthurien ?”
Justine Breton, “Bestiaire populaire et bestiaire savant : la faune dans l’œuvre médiévaliste de T.H. White”
Épilogue 
Anne Marchand, “Traditions et mythes vivants : l’exemple de la fougère” 
Karin Ueltschi, “Du rempotage de mandragores”
Présentation des auteurs et résumés

 

Détails et commandes: ici



Citer ce billet
Justine Breton (2022, 8 décembre). Parution: Grandes et petites mythologies 2. Modernités médiévales. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rknb