Appel: La Comédie de Dante illustrée par Doré

Colloque international “La Comédie selon Doré: La réception de la Comédie de Dante illustrée par Gustave Doré en France et dans le monde”, 5-7 octobre 2022, Nancy et Paris.

Ce colloque est organisé par les laboratoires LIS et IDEA de l’Université de Lorraine (Nancy) dans le cadre du projet MODA (La Mondialisation de Dante), en partenariat avec le projet ANR DHAF (Dante d’Hier à Aujourd’hui en France, Universités Sorbonne Nouvelle, Rennes 2, Grenoble Alpes, Côte d’Azur).
Le projet MODA a pour objectif de réaliser une cartographie à plusieurs niveaux de la réception de l’oeuvre de Dante dans le monde contemporain à partir du XIXe siècle, privilégiant notamment a) l’élargissement des territoires géographiques de la réception ; b) l’élargissement des modalités de la réception ; c) la mise en place d’outils cartographiques offrant des accès à une vision d’ensemble qui est l’objectif final du projet.
Le projet DHAF a pour objet la réception en France de l’oeuvre de Dante, systématiquement explorée sous toutes ses facettes depuis l’origine jusqu’à nos jours. Il se propose de croiser ce qui relève des champs plus traditionnels que sont la littérature et les beaux-arts avec des domaines plus négligés ou plus neufs, tels la réception savante, académique, scolaire, jusqu’aux appropriations ‘populaires’.

L’édition de la Comédie illustrée par Gustave Doré, outre sa place importante dans l’histoire de l’édition, revêt un intérêt exceptionnel dans l’étude de la réception française et, plus amplement, mondiale de la Comédie de Dante. En 1855, Gustave Doré concevait le projet d’illustrer une série de chefs d’oeuvre de la littérature, en tête desquels il plaçait la Comédie de Dante : c’était un geste qui venait confirmer
l’ascension fulgurante de la réputation internationale du poète florentin à l’époque romantique – lui ferait écho, entre autres, la publication en 1856 par Saint-René Taillandier de l’essai Dante Alighieri et la littérature dantesque en Europe au XIXe siècle, qui, saluait les progrès de la dantologie en Allemagne, Angleterre et France, en affirmant : « Dante […] est entré dans le domaine commun de la poésie européenne ». Le projet, réalisé entre 1861 (publication de l’Enfer aux frais de l’auteur) et 1868 (publication du Purgatoire et du Paradis par Hachette), connaît un immense succès qu’illustrent le jugement de Théophile Gautier (« Nul artiste mieux que M. Gustave Doré ne pouvait illustrer le Dante ») et surtout les plus de 200 éditions qui suivront, en France et à l’étranger. À la renommée européenne de Doré contribua d’ailleurs la création de la London Gallery (1869-1872). L’oeil « bizarre, fantastique et mystérieux » (Th. Gautier) avec lequel Doré regarde et donne à voir le voyage dantesque (notamment la séquence infernale – même si ses illustrations et tableaux bibliques confirment son intérêt tout aussi vif pour le Paradis) s’impose comme une interprétation visuelle d’une puissance inédite, bien plus en accord que les grandes illustrations ‘classiques’ de Botticelli et Flaxman avec la vision ‘héroïque’ et moderne de Dante qui accompagne sa redécouverte romantique. L’importance même qui est accordée à l’illustration dans l’édition Doré (si bien qu’un critique comme Lorédan Larchey put commenter
ironiquement : « Plus que Dante illustré par Doré, c’est Doré illustré par Dante ») joue un rôle décisif dans le processus d’iconisation qui caractérise la réception moderne de Dante et pose les conditions de sa large diffusion mondiale.
En effet, la traduction de la Comédie en images rend celle-ci accessible à des publics beaucoup plus vastes, du point de vue géographique et culturel ; elle constitue le socle efficace d’une série d’opérations relevant de la « réception productive » par lesquelles la « mondialisation » de Dante ne cesse de se consolider. Dans ce sens, ce n’est pas un hasard si l’influence de Doré se retrouve, à différents degrés, dans les épisodes inauguraux de la réception de Dante au cinéma (le célèbre Inferno de Bertolini et
Padovan, 1911, mais aussi Maciste all’inferno de Brignone, 1925) et dans la bande dessinée (une ‘citation’ de Doré figure au début de l’Inferno di Topolino, la parodie de Martina et Bioletto qui marque dès 1949 l’entrée de Dante dans l’univers Disney). De même, le fait que Dante’s Inferno (2011), graphic novel de l’américain Joseph Lanzara, reprenne les illustrations de Doré, ou le fait que Go Nagai, maître du manga japonais, ait indiqué la lecture de l’édition de la Comédie illustrée par Doré comme l’un des
ressorts les plus précoces de sa vocation de dessinateur, sont des symptômes parmi beaucoup d’autres de l’ampleur et de l’importance que revêt la médiation de Doré dans la réception de Dante aujourd’hui dans le monde.
Dans la perspective d’une étude du rôle joué par l’édition Doré dans la «mondialisation» de Dante, les objectifs à poursuivre peuvent se ramener à trois axes principaux :
a) étudier comment les illustrations de Doré et leur “interprétation” de la Divine Comédie ont pu, d’un côté, permettre de franchir les barrières linguistiques, et, de l’autre côté, stimuler et influencer l’accès littéraire au texte de Dante ;
b) étudier à partir de ce socle la diffusion des éditions Doré à l’échelle internationale en concentrant l’attention, au-delà des cas les plus attendus et connus tels notamment la France et l’Italie, sur les nombreux autres pays qui font leur place à ce couplage culturel Dante-Doré (à commencer par l’Angleterre, par exemple, mais sans se limiter à l’Europe) ;
c) étudier le rôle joué par les illustrations de Doré dans toutes les formes de la « réception productive » de l’oeuvre et de l’imaginaire dantesques, c’est-à-dire des illustrations au cinéma, de la bande dessinée aux jeux vidéo, polars et gadgets, en faisant toute sa place à ce qu’on peut appeler, en reprenant une orientation de lecture très suivie ces derniers temps, Dante pop.

Le colloque aura lieu entre l’Université de Lorraine (Nancy, les 5 et 6 octobre) et
l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris, le 7 octobre). Seront acceptées des
communications en français, italien et anglais.
Les chercheurs intéressés sont invités à faire parvenir leur proposition (titre avec
une dizaine de lignes de résumé) aux organisateurs (antonella.braidalaplace [at] 
univ-lorraine.fr, filippo.fonio [at] unv-grenoble-alpes.fr,
philippe.guerin [at] sorbonne-nouvelle.fr, giuliapuma [at] cepam.cnrs.fr, et
giuseppe.sangirardi [at] univ-lorraine.fr) accompagnée d’une courte notice biobibliographique pour le 15 mars 2022.
L’organisation prendra en charge les frais de séjour (hébergement et repas) ; le
voyage sera en principe à la charge des intervenants, mais les auteurs de
propositions retenues par le comité d’organisation qui auraient des difficultés à
faire financer leur voyage pourront, s’ils en font la demande et dans la mesure du
possible, bénéficier d’un remboursement intégral ou forfaitaire.