Colloque: La Mondialisation de Dante (Europe)

Le colloque international « La mondialisation de Dante I: Europe » se déroulera les 7 et 8 octobre 2021 au Campus Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lorraine (Nancy).

Ce projet fait suite à plusieurs manifestations qui se sont déroulées, depuis 2018, dans le cadre du projet MODA (La Mondialisation de Dante) porté par Giuseppe Sangirardi (LIS) avec la collaboration d’Antonella Braida (IDEA). Il traite des multiples formes de la réception moderne de l’œuvre de Dante en Europe, selon trois directrices principales correspondant aux trois sections du programme du colloque:

L’Europe d’ailleurs: Il s’agit d’étudier la réception littéraire dans ses différentes expressions (critique, récriture et intertextualité, imitation d’auteur et phénomènes génériques) à partir du XIXe siècle, en portant une attention particulière aux pays et aires culturelles des quatre grands foyers du ‘dantisme’ au XIXe siècle : Italie, Allemagne, Angleterre et France. L’objectif est de tracer une première cartographie de l’expansion de la réception dantesque, de sa logique et de sa dynamique.

Loin de la littérature: Il est ici question d’explorer – mais pour l’Europe entière, et avec une attention privilégiée pour les pays ‘périphériques’, habituellement moins convoqués dans ce type de recensement- les formes extra-littéraires de la réception dantesque moderne et contemporaine (toujours depuis le XIXe siècle), allant des arts figuratifs au cinéma, du théâtre à la musique, de la bande dessinée au street art. Et ce, en incluant les langages plus directement déterminés par les activités économiques, comme la publicité, la production de gadgets, etc., qui seront appréhendés selon une approche sémiologique, sociologique ou plus largement culturelle.

Archives: L’objet de l’analyse est ici constitué par les formes d’archivage concernant la réception de Dante : les traditionnelles (bibliographies, répertoires imprimés, notes de synthèses), mais surtout les plus novatrices et liées aux technologies numériques (sites internet, réseaux sociaux, plateformes). Le but est de partir du recensement de l’existant pour parvenir à des créations originales et fonctionnelles.

Le programme et tous les détails sont disponibles sur le site de l’université.