Archives de catégorie : ModMed – activités membres

Parution : roman Bréchéliant

Bréchéliant, Roman d’Annick Le Scoëzec Masson, éditions Garamond

Bréchéliant nous conte une intrigue médiévale. La scène se passe dans un château archétypal, en lisière d’une forêt, seuil de l’inconnu, à une époque qui pourrait être le XIIe ou le XIIIe siècle. Dans cet univers traversé de passions muettes, où le lointain bruit du monde est amorti sous le souffle de la prière, l’apparition d’un mystérieux voyageur précipite le drame… Variation sur l’Amor de lonh de Jaufré Rudel, ce récit « breton » fait la part belle aux légendes liées à la mythique Brocéliande, ainsi qu’à la poésie courtoise.

 

Agrégée d’espagnol, docteur ès lettres, Annick Le Scoëzec Masson est l’auteur d’essais et de traductions littéraires, de poèmes et de romans. Dans Mélancolie au Sud (2004), elle évoque la ville de Rochefort et son enfance marquée par la mémoire familiale de l’Algérie où elle est née à l’époque française. La fresque Esplanade Avenue (2010) fait alterner les lieux (le Paris «fin de siècle», La Nouvelle-Orléans et l’insolite forêt de Brocéliande) et les temps (la période 1900 et la fin du XXe siècle). C’est à la « matière de Bretagne » qu’elle se consacre à nouveau dans Bréchéliant.

Soutenance : Joanna Pavlevski-Malingre

Joanna Pavlevski-Malingre soutiendra le 6 décembre 2017 à l’université de Rennes 2 une thèse intitulée « Melusigne, Merlusine, Melusina : Fortunes politiques d’une figure mythique du Moyen Âge au XXIe siècle » devant un jury composé d’Emmanuel Bouju (Rennes 2), Edoardo Costadura (Université Friedrich Schiller de Jena), Vincent Ferré (Université Paris Est-Créteil), Michèle Gally (Université Aix-Marseille), Laurence Harf-Lancner (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) et Christine Ferlampin-Acher (Rennes 2, Directrice de thèse)

Résumé

« Il peut sembler étonnant de consacrer une étude d’ampleur aux fortunes politiques d’une fée médiévale, d’une part parce qu’il est habituel de distinguer merveilleux et politique – alors que le recours au merveilleux est courant pour légitimer un pouvoir ou pour fonder une communauté politique -, et d’autre part parce que la branche maîtresse de la lignée des Lusignan, dont Mélusine est l’ancêtre mythique, est éteinte depuis 1308. Pourtant, étonnamment, Mélusine, merveille suscitant des interprétations et représentations contrastées, entre dans des dynamiques politiques multiples. Dès le Moyen Âge, elle incarne des fortunes diverses, l’essor et le déclin de la lignée des Lusignan, qu’elle justifie.

Instrumentalisée à des fins de domination, de légitimation et pour célébrer une mémoire lignagère dans les romans médiévaux de Jean d’Arras (1393) et Coudrette (c.1401), Mélusine s’impose au fil des siècles comme la Merlusine, la mère des Lusignan, mais aussi d’autres lignées aristocratiques, par le biais de textes littéraires, paralittéraires et d’armoiries. Parallèlement, dès le Moyen Âge, mais de façon accrue depuis le XXe siècle, cette figure lignagère est défigurée, ses enjeux sont déplacés, et Mélusine peut ainsi informer des questionnements identitaires divers, relatifs à une classe sociale ou à un individu, à la Nation ou à l’affirmation d’idées féministes. »

Image : la Mélusine qui a inspiré le logo Starbucks

Parution : André Pézard

André Pézard, autobiographe, italianiste, romaniste et médiéviste (1893-1984) – Pour un profil intellectuel, sous la direction de Michèle Gally et Elsa Marguin-Hamon
Paris, Classiques Garnier, coll. Rencontres, 2017

Ce volume éclaire les multiples faces autant que l’unité d’une œuvre et d’un homme. Un écrivain, philologue et traducteur que ses archives, pour beaucoup inédites et aujourd’hui conservées aux Archives nationales, permettent de redécouvrir.
Table des matières Continuer la lecture

Appel : Transgressions épiques

 

Le VIIIe Congrès international du Réseau Euro-Africain de Recherches sur les Épopées (REARE) se tiendra à Rouen les 27 et 28 septembre 2018, autour de « La transgression dans l’épopée », avec une prise en compte des siècles postérieurs au Moyen Age. L’appel évoque en effet  « Les investigations des comparatistes au XXe et XXIe siècles en diverses zones de civilisation (Scandinavie, Inde, Japon, Sibérie, Mongolie, Tibet, Afrique, etc.) [qui] ont mis au jour un peu partout dans le monde un corpus reconnu comme épique par une analogie plus ou moins étroite au modèle originel dont les récits sont également riches en transgressions de toutes sortes. Citons par exemple, dans le domaine africain, le refus de Silâmaka de porter des vêtements d’homme libre si son esclave Poullori n’en porte pas lui aussi ou, dans Soundjata, le sort du griot du héros, livré à Soumaoro. »

Les propositions sont à envoyer avant le 8 janvier 2018 à l’adresse suivante : reare@univ-rouen.fr

Voir l’annonce complète :

http://www.fabula.org/actualites/la-transgression-dans-l-epopeeviiie-congres-international-du-reseau-euro-africain-de-recherches-sur_81465.php

Appel : « Figures de Perceval »

« Figures de Perceval, du Conte du Graal au XXIe siècle »

colloque organisé par María Pilar Suárez (Universidad Autónoma de Madrid) &  Michèle Gally (Université Aix-Marseille), Madrid, 1er -3 mars 2018.

Le personnage de Perceval dans Le Conte du Graal se révèle une sorte de carrefour polyphonique où viennent se rejoindre, voire même se repousser, des voix, des points de vue dont l´interaction détermine les prises de décision du héros dans une action plus verbale que physique. Façonné à partir de discours émanant de cultures différentes, le devenir du personnage est en rapport avec des images riches de sens –dont le graal, la lance, le roi pêcheur et mutilé, la terre gaste-, qui évoquent différentes étapes de son processus de construction, de ce qui deviendra sa quête. Des motifs et des actions qui, de même que Perceval lui-même, ont été repris dans bon nombre de textes postérieurs si bien qu´ils ont fini par s´intégrer au cours des siècles et des langues dans l´imaginaire culturel occidental. La  complexité  suggestive  du  personnage,    ainsi  que    la  condition  d´œuvre   inachevée du Conte du Graal ont été, en effet, à la base d´une abondante production littéraire (ainsi que  picturale,  cinématographique,  théâtrale…).  En  particulier  les  essais   d´écriture d´un dénouement au récit de Chrétien ont produit des reformulations du projet discursif initial, et par conséquent du personnage. Cette démarche, qui  s’inscrit   partiellement dans ce que Richard de Saint-Gelais appelle « transfictionnalité », n´a pas manqué de conditionner les interprétations postérieures dont celui-ci a fait l´objet. Dans la ligne ouverte par des études qui portent plus généralement sur la postérité et les transformations de la matière arthurienne, en raison de l´intérêt que Perceval    a  toujours  suscité,  des    œuvres    que  ce  personnage  et  les  images  qui  lui sont apparentées ont inspirées, nous proposons d´ouvrir un espace de réflexion sur les différents visages que le personnage a adoptés, sur ses modulations, sans perdre pour autant de vue sa première configuration créée par le maître champenois.

Des axes possibles de notre travail seraient :

  • Le personnage de Perceval, sa caractérisation, sa fonction dans le/s texte/s fondateurs et ses éventuelles modulations jusqu´aux XXe et XXIe siècles.
  • Les images symboliques qui lui sont apparentées – l´image complexe façonnée par le graal et la lance, le château disparu, le roi, la terre gaste,  …- et leurs éventuelles reprises dans des textes et d´autres productions culturelles du XXe siècle.
  •  Des procès, des dynamiques qui définissent le personnage de Perceval, nommément la quête, et des actualisations possibles dans des manifestations littéraires ou cinématographiques, même associées à d´autres objets, à d´autres situations.
  •  Nous pourrions également tenir compte de leurs reprises a sensu contrario :  la  quête  ratée  ou  interdite…

 

  • Certaines de ces considérations nous permettraient d´identifier les points d´inflexion qui déterminent les possibles mutations du personnage. Les variantes à partir desquelles ont eu lieu ses différentes recréations au sein du mythe du graal, dans la culture contemporaine mais aussi les siècles humanistes, classiques… -Nos champs de recherche sont le roman, la poésie, le théâtre, le cinéma, ainsi que d´autres médias. -Notre réflexion est susceptible de s´engager dans une perspective interculturelle, voire transversale, qui permettrait d´envisager ces récréations dans les différentes langues européennes : espagnol, anglais, allemand…  selon  des parcours possibles, qui n´excluent pas d´autres possibilités d´approche. -Des approches littéraires,  cinématographiques,  médiatiques…    Des  perspectives   thématiques, comparatistes, linguistiques, historiques, seront les bienvenues : elles contribueront à faire un peu plus de lumière sur une image évocatrice et dynamique, populaire mais en quelque sorte méconnue. À rapprocher les origines et les modulations de notre imaginaire culturel, à nous rendre sensibles aux fondements anthropologiques et discursifs de certaines des constructions – types, motifs, scénarios-, qui aménagent notre univers contemporain.

    Propositions de communication : •Les  propositions  de  communication  -titre  et  projet  d’une  dizaine  de  lignes  avec   le  nom  et  l’établissement  de  l’intervenant- sont à envoyer avant le 31 octobre 2017 –date butoir-, à  l’adresse  suivante : reecrituresperceval@uam.es
    •Les Langues du Colloque sont le Français et l´Espagnol.

Festival « Bobines et parchemins »

La 5e édition du festival « Bobines & Parchemins » mettra à l’honneur « Le Roi Arthur au cinéma » les 19-21 mai :

– vendredi 19 mai. 20h. Perceval de Gallois (1978) d’Éric Rohmer.
Projection au cinéma Le Desperado, 23 rue des écoles, Paris 5e suivie d’un débat avec Antoine de Baecque (historien) et Yohann Chanoir (historien).
– samedi 20 mai. 20h. Excalibur (1980) de John Boorman. Projection au cinéma Le Desperado, 23 rue des écoles, Paris 5e suivie d’un débat avec Justine Breton (docteure en littérature) et Alban Gautier (historien).
– dimanche 21 mai. 15h. Balade. Les légendes médiévales à Paris. Arthur, Les Quatre Fils Aymon, le dragon de saint Marcel. Avec William Blanc (historien) et Julie Pilorget (historienne). Rendez-vous sur le parvis de l’église Saint-Gervais, 13 Rue des Barres, Paris 4e.
– dimanche 21 mai. 20h. Knightriders (1981) de Georges A. Romero. Projection au cinéma Le Desperado, 23 rue des écoles, Paris 5e suivie d’un débat avec William Blanc (historien) et Julien Sévéon (critique de cinéma).
Entrée des projections : 5 euros. Gratuit pour celles et ceux qui viendront en costume médiéval. / Balade gratuite.
Voir la page http://www.bobinesetparchemins.com/le-roi-arthur-au-cinema-5e-edition-du-festival-bobines-et-parchemins/

Conférences « Imagin' »

BU Artois, Bibliothèque Universitaire de l’Université d’Artois, Arras

« Imagin’, les écritures de l’imaginaire »

Rencontres animées par Anne  Besson

Mercredi 3 mai, 14h : Fabien Clavel, « Et tout le reste est réécriture : la fantasy comme palimpseste »

Mardi 9 mai, 14h : Caroline Duvézin, « Dragons à vapeur »

Justine Breton : « La légende arthurienne sur petits et grand écrans »

 

Séminaire « Nords médiévaux »

Séminaire « Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux »

Année 3, « Pratiques et politiques »

Les séances auront lieu :

– vendredi 20 janvier à Villeneuve-d’Ascq (Lille SHS)

– vendredi 17 mars à Boulogne-sur-Mer (ULCO)

– vendredi 12 mai à Bruxelles (ULB)

Le séminaire, dans le cadre du programme « Représentations, Identités, Mémoires des Nords européens », a été conçu pour les doctorants de l’école doctorale SHS Lille Nord de France, mais il est largement ouvert aux étudiants de master et de 3e année de licence, ainsi qu’à toute personne intéressée. Les résumés des communications du séminaire pour les deux années précédentes sont toujours disponibles sur le site RIM-Nor (http://rim-nor.hypotheses.org).

Colloque : La Ballade

Colloque « La ballade : métamorphoses d’un genre du Moyen Âge à nos jours »

organisé par Mireille Demaules et Brigitte Buffard-Moret

30 novembre-2 décembre 2016

Université d’Artois (Arras).

ballade-pendus

Programme

Mercredi 30 novembre après-midi

14h : accueil des participants  par Olivier Chovaux, 1er vice-président de l’Université d’Artois

14h15 : Ouverture du colloque par Anne-Gaëlle Weber, directrice de l’unité de recherche « Textes et Cultures »

14h15-14h30 : Brigitte Buffard-Moret et Mireille Demaules

Président de séance : François Raviez (Université d’Artois)

14h30-15h : Sylvie Lefèvre (Université de Paris-Sorbonne, Paris IV) : Le couple « chançons et balades » : de retours en détours

15h-15h30 : Yolanda Plumley (University of Exeter) : The 14th century ballade at the princely court: Guillaume de Machaut and his contemporaries

Discussion et pause 15h30-16h

16h-16h30 : Mireille Demaules (Université d’Artois) : À propos des ballades oniriques d’Eustache Deschamps

16h30-17h : Cédric Pérolini (Université d’Avignon) : Brassens, le baladin Moyenâgeux

Jeudi 01 Décembre 2016

Matin

Présidente de séance : Sylvie Lefèvre (Université de Paris-Sorbonne Paris IV)

 

9h30-10h : Clotilde Dauphant (Université de Paris-Sorbonne, Paris IV) : La marque du poète dans la ballade de la fin du Moyen Âge : l’exemple de Jean Froissart, face au Méliador et au Trésor amoureux

 

10h-10h30 : Jean-Claude Mühlethaler (Université de Lausanne) : Forme du sens et sens de la forme: variations sur la ballade dans La Chasse et le Depart d’Amour publié par Antoine Vérard en 1509

Discussion et Pause 10h30-11h

11h-11h30 : Nadia Cernogora (Université de Paris Ouest-Nanterre La Défense) : La ballade dans les arts poétiques de la Renaissance : du rejet de La Pléiade aux résurgences de la fin du siècle 

11h30-12h : Carine Luccioni-Sauvage (Université de Paris-Sorbonne, Paris IV) : Survivance de la ballade au premier xviie siècle. L’exemple de Jacques Loys (1585-1611)

Discussion et pause déjeuner

Après-midi

Président de séance : Jean-Claude Mühlethaler (Université de Lausanne)

14h-14h30 : Claudine Nédelec (Université d’Artois) : Le devenir paradoxal du genre de la ballade au xviie siècle

14h30-15h : Gaëlle Loisel (Université Clermont Auvergne, Université Blaise Pascal) : Le renouveau du genre de la ballade à l’époque romantique : théories et pratiques

Discussion et pause 15h-15h30

15h30-16h : Évelyne Jacquelin (Université d’Artois) : Renaissance de la ballade et émergence du fantastique allemand à la fin du xviiie siècle

16h-16h30 : Aleksandra Wojda (Université de Lorraine) : Poétique de la ballade musico-littéraire à l’époque romantique : les ballades de Carl Loewe sur les paroles de Goethe et de Schiller

 

Visite du centre historique d’Arras et dîner convivial

 

Vendredi 02 Décembre 2016

 

Matin

 

Présidente de séance : Brigitte Buffard-Moret (Université d’Artois)

 

9h30-10h : Pierre Loubier (Université de Poitiers) : Ballade et Élégie, de Charles-Hubert Millevoye à Alphonse Le Flaguais

 

10h-10h30 : François Raviez (Université d’Artois) : Fantômes et fantasmes : Victor Hugo en ses Ballades

Discussion et pause 10h30-11h

11h-11h30 : Bertrand Degott (Université de Franche-Comté) : La ballade satirique entre vers et prose

11h30-12h : Michèle Gally (Université d’Aix-Marseille) : Faire renaître la ballade ancienne dans une ‘fille vivante qui lui ressemble’. Banville admirateur de Villon

Discussion et Pause Déjeuner

Après-midi

Président de séance : Jan Goes (Université d’Artois, directeur de l’unité de recherche « Grammatica »)

14h-14h30 : Francesca Manzari (Université d’Aix-Marseille) : Des ballades dans les Cantos

14h30-15h : Olivier Szerwiniack (Université de Picardie Jules Verne) : Métamorphoses de la ballade du Roi des aulnes de Goethe à Michel Tournier

Discussion et conclusions 15h-15h30

Appel : Politique et Moyen Âge

Appel à contribution

Perspectives médiévales n°39

« Politique et Moyen Âge aujourd’hui »

réponses attendues avant le 31 décembre 2016

« On est revenu au Moyen Âge[1] » ; « ces actes sont médiévaux, moyenâgeux, barbares » : douloureusement réactivées par les attentats récents, ces formules ont été largement utilisées par les médias ces derniers mois. Or, elles posent problème à maints égards, car tout en désignant le « Moyen Âge » comme « barbare » et « archaïque », elles associent des événements difficilement pensables et rejetés dans la sphère de l’altérité à une période qui appartient pourtant à une histoire et à un patrimoine hérités. De ce point de vue, le Moyen Âge semble servir d’écran pour dire un impensé qui est celui de la violence de notre propre société. À l’inverse, « revenir au Moyen Âge », entre séries et jeux de rôles, c’est parfois jouer ou rejouer celui-ci, le plus souvent pour l’encenser, dans une démarche où la nostalgie prend le pas sur la connaissance.

Le Moyen Âge : modèle ou repoussoir ? Au plan idéologique, ce sont parfois les mêmes discours qui utilisent le Moyen Âge comme référence pour désigner une altérité honnie, et qui par ailleurs l’invoquent pour justifier une identité (les « racines chrétiennes de l’Europe ») ou une unité culturelle (l’Occident chrétien), face à une Europe qui serait fragmentée, et dangereusement multi-culturelle.  Au plan économique, le Moyen Âge sert parfois aussi de paradigme à une pensée de l’autarcie, sur la base d’un modèle pré-industriel adossé sans précaution à l’omniprésence de l’ordre et du pouvoir. Le Moyen Âge apparaît donc comme le porte-étendard d’une protestation qui s’élève contre la crise actuelle du politique et du modèle européen.

Telle est l’ambiguïté de la manipulation des mots « Moyen Âge », « médiéval », « moyenâgeux » dans les discours actuels, manipulation qui est peut-être aussi instrumentalisation du passé. C’est une définition de la politique mais aussi du politique qui est en jeu, dans la détermination de cette notion par le passé médiéval et dans son articulation au présent.

Quelle peut être la position de la recherche, du monde académique mais aussi plus largement des intellectuels et des artistes vis-à-vis de ces représentations du Moyen Âge, de sa pensée politique et de son fonctionnement ? À partir d’un travail épistémologique sur les notions les plus fréquemment rattachées ou opposées au Moyen Age, et qui permettent sa mise en accusation ou son idéalisation,  ce numéro de Perspectives médiévales invite à s’interroger sur les usages politiques actuels du Moyen Âge. Le Moyen Âge peut-il être aujourd’hui autre chose qu’un fantasme, un prétexte pour justifier toutes sortes de discours, en dehors de toute connaissance réelle et profonde de cette période ? Peut-il encore servir de référence positive pour penser le présent ? La définition de l’homme mise au point et cultivée par les pensées et pratiques du Moyen Âge est-elle d’un quelconque secours pour éclairer un monde qui se réfère et se compare sans cesse à lui, au prix de nombreux malentendus, intentionnels ou non ?

 

Nous proposons ici quelques pistes de réflexion, non limitatives :

 

  • Face à l’image d’une période repliée sur elle-même et théocentrique, existe-t-il ou non un universalisme hérité du Moyen Âge, et qui se prolongerait jusqu’à nous, parallèlement à l’universalisme hérité de la Révolution française ? L’idée d’un progrès perpétuel hérité des Lumières, largement contestée et battue en brèche, peut-elle être refondée ou réélaborée à partir d’une pensée qui a été largement bannie par ces mêmes Lumières ?
  • Le Moyen Âge est-il porteur d’un humanisme ? Si oui, quel rôle a joué l’historiographie postérieure (renaissante, classique, romantique, moderne) pour occulter cet humanisme médiéval ?
  • Le Moyen Âge a-t-il été barbare – rejetant dans la violence, hors de sa langue et de son monde, ses ennemis ? Peut-il servir d’exemple ou d’épouvantail à ce qui aujourd’hui est parfois annoncé comme le début d’un naufrage de la civilisation ?
  • Comment s’expliquent les mises en fiction actuelles du Moyen Âge et la nostalgie sous-jacente qui les accompagnent ? Et la recherche elle-même, médiéviste ou médiévaliste, par effet de retour, ne contribue-t-elle pas à la création d’un Moyen Âge édulcoré et fantasmé, voire du renouveau d’un folklore médiéval ?

 

C’est donc à une réflexion sur les usages politiques contemporains du Moyen Âge et de leurs impensés qu’invite le prochain numéro de Perspectives médiévales.

Chercheurs, intellectuels, artistes et autres acteurs que la présence du Moyen Âge dans la société actuelle intéresse sont donc conviés à contribuer au numéro de 2018 de notre revue.

 

 

Les propositions d’article (avant-projet d’une page avec bibliographie) sont à adresser conjointement à Sébastien Douchet (sebastien.douchet@univ-amu.fr) et à Véronique Dominguez (veronique.dominguez@u-picardie.fr) avant le 31 décembre 2016.

 

Le calendrier est le suivant :

 

  • Jusqu’au 31 décembre 2016 : remise du projet.
  • 15 février 2016 : avis du comité scientifique de la revue.
  • 1er juillet 2017 : remise de l’article qui sera soumis au comité scientifique pour correction.
  • 1er décembre 2017 : remise de la version définitive de l’article.
  • 15 janvier 2018 : publication du numéro en ligne (peme.revues.org).

[1] Par exemple : « La Grèce est revenue au Moyen Age ! », article de Dominique Alberti, du 16 février 2012 dans Libération (http://www.liberation.fr/futurs/2012/02/16/la-grece-est-revenue-au-moyen-age_796547) ou bien « L’Europe d’aujourd’hui est revenue au Moyen Âge », article du 16 janvier 2016 paru dans sputniknws.com (https://fr.sputniknews.com/international/201601161020991076-europe-retour-moyen-age).

Parution : Le Moyen Âge en BD

Le Moyen Âge en bande dessinée

Tristan Martine (dir.)

Paris, Éd. Karthala, coll. « Esprit BD », 2016.

le-moyen-age-en-bande-dessinee

L’Antiquité possède Alix, la période moderne a L’Épervier et les Passagers du Vent, la période contemporaine se retrouve dans Maus ou chez Tardi. Le Moyen Âge serait-il le parent pauvre de la bande dessinée ? Il existe bien quelques œuvres marquantes, de Prince Vaillant aux Compagnons du Crépuscule, en passant par Vasco et Les Tours de Bois-Maury, mais elles ont moins imprégné l’imaginaire collectif et nos images mentales du Moyen Âge sont d’abord tirées de films, comme Le Nom de la rose par exemple.

Écrit par un collectif d’historiens, cet ouvrage explique en quoi la période médiévale a pu inspirer les auteurs du monde entier. Si la medieval fantasy est le genre qui est le plus en vogue actuellement (Thorgal), la bande dessinée historique reste très présente. Il s’agit alors de recontextualiser cette production : comment la bande dessinée a-t-elle instrumentalisé le Continuer la lecture

Colloque : Combattre (comme) au Moyen Âge

affiche-combattre-comme-au-moyen-age

Combattre (comme) au Moyen Âge :

Formes et expériences de la guerre médiévale

Les 26-27 janvier 2017

Colloque organisé par Emmanuelle Poulain-Gautret et Anne Besson

Université Lille III, Maison de la recherche, Bâtiment F, salle F0.44

Université de Lille (E.A. Alithila) avec le soutien de l’Université d’Artois (E.A. « Textes et Cultures »), de l’UMR IRHIS et de l’association Modernités médiévales.

26 janvier

9h30 – Accueil des participant

I) Chanter la guerre au Moyen Âge

Présidence : Emmanuelle Poulain-Gautret

10h-10h30 Pierre-Henry Bas et Cyril Dermineur : Démonstration d’épée à deux mains, de messer et de dague

10h30-11h Pierre-Henry Bas : « Expérimentation gestuelle et sources non techniques : un état des lieux »

11h-11h30 – Pause

11h30-12h : Marie-Geneviève Grossel : « Art de faire la guerre, art de chanter la guerre ? Le poème de Guillaume Anelier »

12h-12h30 : Adélaïde Lambert : « Rhétorique de l’exploit guerrier, du manuscrit Gerard du Frattre à l’imprimé Gerard d’Euphrate » Continuer la lecture

Soutenance de thèse : Justine Breton

« Image du pouvoir et pouvoir de l’image : les représentations de la puissance dans la légende arthurienne, de l’écrit à l’écran ».

Justine Breton soutiendra sa thèse de doctorat, effectuée sous la codirection de M. Gérard Gros et de M. Martin Aurell, à l’Université de Picardie Jules Verne d’Amiens, à la Maison des Associations Étudiantes (Pôle universitaire du Campus, Chemin du Thil), le mardi 22 novembre 2016 à partir de 14h, en présence du jury

François Amy de la Bretèque – Professeur émérite, Université Paul Valéry Montpellier 3

Martin Aurell – Professeur, Université de Poitiers

Mme Morgan Dickson – Maître de conférence, Université de Picardie Jules Verne Amiens

Mme Véronique Dominguez – Professeur, Université de Picardie Jules Verne Amiens

Mme Catalina Girbea – Maître de conférence HDR, Université de Bucarest

Gérard Gros – Professeur émérite, Université de Picardie Jules Verne Amiens

Mme Laurence Mathey-Maille – Professeur, Université du Havre

 

Festival : la semaine cévenole

« Semaine cévenole » à Alès du 3 au 8 octobre

« Seigneurs et châteaux »

François Amy de la Bretèque donnera une conférence « Le Moyen Âge en bande dessinée », Mercredi 5 octobre, de 16h à 17h30, Capitole, Alès

et présentera deux films, Le Septième Sceau et Monty Python and The Holy Grail.

On relève aussi au programme l’exposition « Le Moyen Âge rêvé, l’imaginaire médiéval au XIXe siècle » ( du jeudi 29 septembre au samedi 31 décembre, de 14h à 18h, musée du Colombier, Alès)

http://www.semaine-cevenole.fr/

 

 

Colloque « Femmes sauvages »

Colloque international « La femme sauvage dans les arts et les lettres »

13 et 14 octobre 2016

Université Rennes 2

Les relations entre nature et culture, entre l’homme et l’animal, constituent un des grands champs qu’abordent actuellement les recherches en humanités. Après les journées d’études organisées à Toulouse[1]autour de la définition et de la caractérisation des traits de l’homme sauvage, dans une perspective à la fois diachronique et transdisciplinaire, le colloque de Rennes, les 13 et 14 octobre 2016, sera consacré à l’homme et à la femme sauvages, dans les arts et la littérature à travers les époques.

Collaboration entre quatre laboratoires regroupant des littéraires et des historiens de l’art (FRAMESPA et ELH/PLH de Toulouse 2, CELLAM et HCA de Rennes 2), ce colloque invite à examiner dans les lettres et les arts d’une part la définition et la caractérisation de la femme sauvage et l’évolution de ce motif, d’autre part les relations entre hommes et femmes sauvages.

Comité d’organisation : Bruno Boerner, Christine Ferlampin-Acher et Marie Jacob

[1] Sophie Duhem, FRAMESPA, Toulouse 2, Cristina NOACCO, ELH/PLH, Toulouse 2.

Programme

Jeudi 13 octobre
Continuer la lecture